Les « 22 mars » : où êtes-vous ?

Image 19 - Version 2Je suis d’accord avec le roi de Belgique : le 22 mars « ne sera plus jamais une journée comme les autres ». Il y a un peu moins de cinquante ans, le 22 mars 1968, à Nanterre, plus de 300 étudiants organisent une Assemblée générale dans les locaux de l’université, décident d’occuper les lieux et de former un mouvement du nom du jour. Leur volonté : demander la libération de camarades mis en garde à vue. Leur crime ? La lutte contre la guerre au Viêtnam. Ce mouvement du 22 mars connaitra ses prémices une année plus tôt lorsque 60 étudiants décident d’abattre les cloisons entre les cités universitaires des filles et des garçons. L’heure est résolument à la conjugaison du quotidien et du politique (sexualité/guerre), à l’anti-autorité, à la liberté, à la révolution d’une « France [qui] s’ennuie », au bouleversement de la monarchie étatique, alors gaullienne. Le début de Mai 68.

Le 22 mars 2016, trois jeunes hommes ont volontairement mis fin à la vie de 34 personnes à Bruxelles, au nom de Daesh, un groupe islamiste autoritaire. Loin de toute idéologie libertaire, ce groupe mène une croisade au nom d’un Dieu tout puissant, guidant les bras armés de ses soldats. Point de mouvement collectif. Point de révolution pour le changement social. Une ligne de conduite : la terreur, basée sur la violence, qui ôte tout « potentiel », tout pouvoir, à son interlocuteur. Les bases du fascisme. En face, des gouvernements à la tête d’États, en urgence, qui multiplient les situations d’immobilité. On a recours à la force, militaire et policière, au contrôle, pour réprimer, pour asseoir son autorité, pour obtenir obéissance. Preuve en est que la démocratie, la persuasion, le débat, ont échoué.

Autorité contre terreur : phase cathartique de l’ordre ? de la domination? Notre quotidien présent, assurément.

Joelle Palmieri
23 mars 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *