Grande mélancolie

Depuis 2002, est-ce personnel ? je ne le crois pas, une grande tristesse politique m’habite. Cette tristesse, devenue mélancolie, trouve son apogée avec le résultat de ce premier tour des élections présidentielles françaises. Pas de surprise, juste une immense mélancolie. Celle qui vient des tripes, remonte à la gorge, lors du dépouillement des bulletins au bureau de vote de mon village du Var, quand j’entends puis écoute le nom « Le Pen » répété sans fin. Les votants ? mes voisins. Un sur trois. J’ai eu beau me jeter à corps perdu sur Twitter à la recherche d’un apaisement national, ma détresse n’en a été qu’accrue.

Alors, comme en 2002, puis lors des échéances qui ont suivi, j’ai de nouveau essayé d’isoler les responsabilités. La droite, le PS, l’intelligentsia politique… et depuis longtemps le mépris, celui réservé à ceux considérés sans savoirs, sans mérite, sans intelligence, sans intérêt. La logique qui consiste à croire que tous ces gens sont consultés « de fait », car ont besoin qu’on les guide, qu’on parle en leur nom, incapables qu’ils sont d’avoir des idées, de penser par eux-mêmes (« les » femmes sont en première ligne). Une dialectique de l’invisibilité. Et depuis lors, je me demande toujours quel changement impulser pour rompre avec ce système qui crée la peur, le fatalisme et les évidences, dont les illusions de sortie du bipartisme « à la française » (sous-entendu dépassé) et de disparition de l’extrême-droite.

Ce premier tour est notre héritage collectif. Il incarne notre perte de valeurs : l’humanisme, le partage des richesses, la justice, l’égalité, la liberté. Avec Marine Le Pen et ses électeurs, les valeurs qui courent en toute banalité sont le racisme, la xénophobie, le populisme, le souverainisme, le familialisme. Avec Emmanuel Macron et les siens, les valeurs mises en avant sont l’élitisme, le classisme, le libéralisme. Alors, au deuxième tour de ces élections, « on » nous parle de choix ou de non-choix, de « faire barrage » à celle qui ouvre le plus ostensiblement le chemin du pathos, de la peur de l’horreur. On nous présente la situation comme une opposition binaire, et on fait référence à la tragédie 2002. Mais, en regardant de plus près, n’assiste-t-on pas, depuis ces quinze dernières années, à une combinaison gagnante libéralisme/fascisme, ce qui historiquement a déjà fait ses preuves ?

Cherchons les convergences. Le Pen veut expulser les « immigrés », pauvres, et réduire, voire supprimer, les aides sociales des familles immigrées. Macron veut faire travailler davantage ou réduire les aides sociales (AS) des pauvres. Les uns sont ouvertement désignés comme immigrés, les autres sont par défaut « français ». Les deux sont asexués, mais hormis les « clandestins » fustigés par la première comme potentiellement terroristes et donc des hommes, la plupart d’entre eux sont des femmes, mères de famille, et en particulier racisées, car majoritairement bénéficiaires des AS, touchées par la précarité et le chômage. En outre, les deux candidats ont une vision centralisatrice, hiérarchique et exclusive de l’exercice du pouvoir : pas de participation, pas de consultation, ce qui contredit l’idée d’égalité. Tous deux valorisent la compétition, le mérite, la concurrence, aux niveaux individuel et collectif.

Avec ces deux personnages et leur électorat, on assiste à la banalisation des institutionnalisations croisées du racisme et du classisme, et en sous-main du sexisme, même si les candidats s’en défendent : Macron se proclame « candidat de la parité » et Le Pen déclare être favorable à la « lutte contre l’islamisme qui fait reculer [les] libertés fondamentales » des femmes. Dans la foulée, on entérine l’amalgame ordonné entre pouvoir et domination. Pourtant la domination inclut l’aliénation et l’oppression, ce vers quoi on tend dans les deux cas, alors que le pouvoir peut être entre les mains de tou.te.s. Résultat : plus de marges, plus de liberté.

Ma mélancolie est à son comble.

Joelle Palmieri
27 avril 2017


4 réflexions au sujet de « Grande mélancolie »

  1. Bonjour,
    Cette réflexion est militante, nostalgique de la défaite d’un des candidats éliminés, ou non présents dans cette élection (pourquoi ne pas se présenter soi même, dans ce cas ? ). Ce qui est triste, dans cette réflexion, ce sont les caricatures du monde , teintées de mépris (à peine caché) pour les mauvais électeurs qui auraient choisi les mauvais candidats. Vieilles rengaines de tous les militants du monde qui finissent toujours, avec ce réflexe de Pavlov consistant à stigmatiser les brebis égarées , par vouloir les mettre dans la bonne voie, avec sa logique inévitable (si on a le Pouvoir): les camps de rééducation. La montée irrésistible du FN n’est pourtant que le fruit permanent de ce type de posture qui consiste à nier les problèmes et à nier, par la même occasion, les gens qui les énoncent. On évoque 2002 ? Justement ! Parlons-en: Jospin est battu, mais toute la Gauche naïve et dégoulinante de générosité abstraite a participé à ce naufrage et à la montée du FN. Comment ? Par exemple, en niant la réalité du phénomène « Délinquance » et en le qualifiant de « sentiment d’insécurité » ! La délinquance ? Une illusion de cons ! Un tel mépris est immédiatement sanctionné dans les urnes. Autre exemple: le tir au bazooka dans les rues de Béziers. Jospin envoie son ministre de l’Intérieur, VAILLANT, sur place, pour communiquer, et ce dernier dit aux journalistes: vous exagérez, ce n’est pas si grave que ça, ce n’est pas une affaire de société ! Résultat immédiat aux élections de Béziers ! Et on pourrait continuer, encore: parler de l’idolâtrie de Gauche à l’égard de l’Union Européenne, par ex. Bref. Le FN ne s’est jamais invité au 2ème tour: on lui a déroulé un tapis rouge, tout simplement. Arrêtons les plaintes hypocrites. Et arrêtons le mépris et les fantasmes: les électeurs de Macron ne sont pas tous des Bourgeois, et les électeurs du FN ne sont pas tous des Fascistes ou des racistes. Tous comme les électeurs du PS ou du PDG (Mélenchon) sont loin d’être tous des ouvriers, des généreux réels ou des antiracistes réels ! Regardons les vrais problèmes (pour mieux les résoudre, surtout si on veut battre le FN…) : le chômage, la pauvreté grandissante de la France due à son déclassement économique grandissant dans le monde, l’Europe ultralibérale qui ne veut même pas se protéger (comme le font les USA et toutes les grandes nations), le blocage des relations sociales et professionnelles qui nuit à l’esprit d’entreprise en France et qui décourage les embauches. Et même le simple mot de « Nation », qui semble être un énorme problème pour une certaine Gauche qui est pourtant si prompte à soutenir, ailleurs dans le monde, les mouvements de libération… »nationale » ! A force de laisser le monopole de ce mot au FN, on lui a laissé aussi les électeurs qui vont avec, des électeurs qui pensent que le mot Nation peut marcher aussi avec les mots Solidarité, Générosité ou Fraternité. Binh.

    1. Je vous remercie de votre commentaire car il appelle à nombre de réflexions.
      Tout d’abord, on ne sait pas de quel point de vue vous partez. Etes-vous un homme, une femme, jeune, moins jeune, de classe moyenne ou pas, racisé ou pas, hétéro ou homo, etc., au contraire de moi, l’auteure de l’article qui se met à nue, dans sa « petite histoire » (dans la colonne de gauche de ce blog). Autrement dit, en lisant ce que j’écris, les lecteurs savent à qui ils ont à faire, ce qui n’est pas votre cas.
      Ensuite, vous utilisez des éléments de langage que vous associez implicitement à des prises de position: « militant » associé à « la gauche » comme si il n’y avait pas de militant de droite, d’extrême-droite, etc., « vrais problèmes » comme si il y en avait des « faux », « nation » en contrepoint de ce que pourrait porter « la gauche », apparemment la cible de vos propos. Par la même, vous me projetez « porte-parole » de cette « gauche », sans que je sois pour autant consultée.
      Aussi, on peut émettre des doutes sur votre cible (moi? un.e autre? la gauche?): est-ce mon article que vous évoquez ou les débats qui entourent la campagne en général? Si vous visez mon article, alors on peut imaginer que vous avez sauté plusieurs lignes… Il semble en effet que votre commentaire est davantage le miroir de votre colère contre une « certaine » gauche dont pour ma part je ne serai jamais la représentante, refusant, si vous me lisez bien, l’idée-même de porter ou de représenter la parole des autres, et en particulier de ceux et celles qui ne l’ont pas.
      Votre commentaire vaut en fait pour vous: il est militant, il prône des valeurs et porte des jugements sur des opinions que vous ne partagez pas, il méprise les expressions de positions de citoyens, ce qui est le propre de la démocratie, il caricature des propos, les miens. Il conclut sur un mot d’ordre. Un petit conseil: ouvrez un blog, et comme moi, publiez des humeurs.

      1. Je vais tenter de répondre rapidement à la réponse. J’ai émis une réaction sur un sujet qui me semblait précis : le bon résultat du FN lors du premier tour des élections présidentielle de 2017. En retour, je lis une réponse sur autre chose qui fait plutôt froid dans le dos: il faudrait dire si on est noir ou jaune, homme ou femme, hétéro ou homo, etc … pour que ses propos, sur le fond d’un sujet grave, soient reçus et débattus. Hallucinant. Et inquiétant… Le prétexte affiché de cette injonction d’un autre âge, et d’un autre continent politique, est assez étonnant: l’auteure se serait mise à nu, elle ! Ah ? Je n’ai pourtant rien vu de telle: j’ai plutôt trouvé l’article en question lourdement vêtu de banalités militantes (je le répète) très agressives à l’égard des autres, forcément, rendus responsables de la montée inquiétante du FN. Ma réaction concernait donc un problème de fond, très ciblé, et toujours actuel. Et on lui répond par une critique sur la forme. Procédé bien connu des somnambules volontaires. Donc l’affaire est close évidement, puisqu’il est conseillé au lecteur réactif que je suis d’aller se faire voir ailleurs, avec son propre blog. Je vais donc arrêter de m’intéresser à cette question, ici. Et mettre un mouchoir dessus. On dormira mieux ainsi, convaincu que ce sont les mauvais électeurs qui font problème. Binh.

        1. Ce que vous trouvez hallucinant aurait permis de politiser, de rendre visibles, de légitimer vos positions. Se situer socialement (sexe, classe, race) est extrêmement utilisé en sciences sociales et est inspiré de la théorie du point de vue (Sandra Harding). Vous voyez, je publie vos commentaires, leur donne de la visibilité, et donc permets l’expression de vos arguments et vous me renvoyez à des jugements. Ce que j’ai essayé de mettre en avant dans ma réponse concerne tous les éléments de fond que votre premier commentaire sous-tend: des a priori basés sur la nécessité de porte-paroles, des dénis ou des manques de nuance dans l’appréciation des différentes parties, et vous continuez à en faire abstraction. C’est dommage. Car oui la montée du FN est inquiétante et en isoler les responsabilités est complexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *