Fibromyalgie – Quand l’histoire essentialiste de la douleur révèle l’agnotologie de genre de la médecine

Fonds Marguerite Durand – DR
Carte postale pendant la Ire Guerre mondiale

La fibromyalgie, maladie chronique invalidante et méconnue, touche très majoritairement des femmes. En France, sa prise en charge est mauvaise et s’explique par une histoire du soin de la douleur emprunte d’une culture doloriste et d’une biologie ciblée qui néglige les symptômes nombreux de la maladie. Cette culture se double d’une négligence des rôles différenciés de sexe si bien que la forte prévalence féminine n’est expliquée que par les aspects physiologiques ou psychosociaux. La médecine, qui prend ses racines dans une vision essentialiste des sexes, réduit les femmes à leurs fonctions reproductives et les considère facilement affabulatrices. Les soins proposés aux patientes relèvent du sport-santé qui est basé sur la division sexuelle. On assiste ainsi à une forme d’agnotologie de genre de la médecine dont la stratégie consiste à invisibiliser les savoirs des patientes, voulues ignorantes. Après avoir présenté les fondements de ces croyances et pratiques, cet article explore les rapports de domination qui structure la relation médecin·es/patientes.

Cet article s’inspire d’un travail plus large sur mon vécu de la maladie qui mêle autopathographie et contexte où ce récit se produit. « La douleur impensée – Autopsie féministe de la fibromyalgie : une “maladie de femmes” ».

La fibromyalgie est une maladie chronique très répandue et peu reconnue. En France, elle est considérée comme une « forme de douleur chronique diffuse qui est définie comme un syndrome fait de symptômes chroniques » (INSERM 2020). Ces multi-symptômes se caractérisent par des déficiences physiologiques (douleurs diffuses sur tout le corps, fatigue, perte de mobilité, troubles du sommeil, nausées, maux de ventre…), psychologiques (troubles de la mémoire, du comportement et de la concentration…), émotionnelles (peur, colère, tristesse…), toutes imbriquées dans un contexte social spécifique (Berquin et Grisart 2016).

Elle touche très majoritairement des femmes (CETD Marseille 2007)[1], qui en raison de la précarisation du domaine de la santé, sont davantage impactées (Bousquet, Couraud, Lazimi, et Collet 2017). Parce que la pathologie n’est pas reconnue par l’assurance maladie en tant qu’affection de longue durée (ALD), les malades continuent à être écartées des soins qui leur seraient adaptés et connaissent une toxicité financière[2] qui aggrave leurs symptômes. Les personnels des unités de la douleur des hôpitaux prescrivent des activités physiques adaptées (Ranque Garnier, Zerdab, Laurin et Donnet 2017), et les patientes essaient les soins de médecines « complémentaires », tout ceci est coûteux, non remboursé, difficile d’accès.

En France, les savoirs sur cette pathologie sont réduits et concentrés dans le domaine médical, au point que les différences de prévalence de la maladie entre femmes et hommes sont le plus souvent expliquées par leur aspect physiologique (hormones, chromosomes, …) (Sereni 2002) ou psychosocial (stress, charge mentale…) (Klimekova, Costalat-Founeau et Giniès 2002). Sa prise en charge et son évaluation sont sous-estimées. Elles se calquent sur celles de la douleur, structurée par une culture catholique, une biologie ciblée, un mépris du corps médical (Verdo 2020), et de fortes différenciations de genre. L’algologie (traitement de la douleur) s’en trouve méconnue par les professionnel·les, souvent considérée comme une « sous-médecine » à l’ombre ou au mieux en creux de la rhumatologie, de la neurologie…

La recherche médicale sur la fibromyalgie manque de moyens (humains et financiers), oblitère les savoirs acquis par les malades si bien qu’on observe une forme spécifique d’agnotologie (Girel 2013 ; Proctor 1995). Une ignorance est délibérément construite qui repose sur des « préjugés » (Le Naour et Valenti, 2001) perpétués par les médecin·es selon lesquels les femmes, animées par leurs « humeurs » changeantes ou par des formes d’« hystérie » (Nacu et Benamouzig 2010), se plaignent sans raison, s’inventent des maladies, imaginent des douleurs. La majorité des professionnels et responsables de santé, femmes et hommes, continuent à placer les patientes au rang de victimes ayant besoin d’encadrement alors qu’elles devraient être considérées comme des personnes expertes d’un domaine médical précis.

Pour caractériser cette agnotologie de genre, cette contribution propose de qualifier les relations entre médecin·es et « fibromyalgiques » du point de vue des rapports de domination qu’elles renforcent. Pour les analyser, je me place depuis une position particulière, celle d’être moi-même, comme des millions d’autres femmes, atteinte par cette maladie[3]. Je fais le choix de focaliser mes analyses sur les expériences d’un public, les femmes malades, au détriment des hommes malades, des professionnel·es de la médecine et des associations de malades. J’entends ainsi rendre compte des impacts des politiques et pratiques sanitaires sur une population majoritaire et pourtant invisibilisée. Je souhaite mettre en exergue ce qui est exclu plutôt que d’emblée et banalement inclus par les rhétoriques naturalisantes (Guillaumin 1992) ou essentialistes (Collin 1989) développées dans le secteur de la santé. Politologue, spécialiste de la colonialité numérique, je souhaite prendre en compte l’imbrication et l’historicisation des rapports sociaux (classe, race, genre) d’une part et la dénaturalisation des sujets politiques d’autre part pour révéler les formes de domination (Dorlin 2005) dans les relations entre patientes et praticien.nes.

La posture que j’adopte s’appuie sur deux champs d’études : les études subalternes et les études féministes. Les premières montrent l’importance pour des femmes de la périphérie de parler en leur nom, afin de valoriser une vision politique qui privilégie la visibilité, l’expression, la mise en lumière des marginalisés et de leurs savoirs par eux-mêmes plutôt que d’accepter une rhétorique dominante développant un discours sur l’aide, le sou­tien, l’appui, la libération, l’émancipation par le centre, des démunis, des marginalisés, des pauvres, des discriminés, des femmes… (Spivak1988). Les secondes montrent quant à elles que l’universalisme abstrait empêche que les droits universels soient concrètement effectifs (Delphy 2010) et elles révèlent l’ignorance de genre de nombreux scientifiques trop emprunts de cet universalisme et peu enclins à catégoriser les acteurs concernés, ici par la santé.

Après avoir décrit la maladie et sa mauvaise prise en charge, je présenterai trois dimensions distinctes qui, selon moi, se conjuguent pour nourrir la création d’une ignorance de genre particulière. Je montrerai en quoi, la première de ces dimensions, l’essentialisme, déforme la compréhension par les médecin·es de la douleur qui différencient banalement les sexes selon l’« essence » féminine ou masculine, la biologie ou la physiologie (Le Naour et Valenti, 2001). J’expliquerai ensuite pourquoi la deuxième dimension, la conception des soins proposés alliant sport et santé, alimente la structuration des rôles des hommes et des femmes selon la division masculinité (puissance dans l’espace public)/féminité (service dans l’espace privé) (McKay et Laberge 2006). J’insisterai sur la troisième de ces dimensions, la domination produite par le système de santé et relayée par les professionnel·les, qui est source de violences internes et externes, qui individualise la prise en charge et qui enferme les patientes dans un état d’individues « non savantes » (Vuille 2006) n’ayant par voie de conséquence aucun pouvoir (au sens potentiel) sur la maladie. Enfin, j’identifierai des expériences inspirantes qui ont le mérite d’aspirer à l’émancipation des malades (domaines du cancer, du sida) sans pour autant développer des analyses et des pratiques intégrant les différenciations de genre.

Une maladie chronique sous-estimée

La fibromyalgie est diagnostiquée en France chez environ 2,6 millions personnes, dont plus de 2,34 millions sont des femmes. Ces chiffres sont le résultat du rapport des pourcentages des personnes atteintes de fibromyalgie à la population globale : d’un à quatre pour cent de la population française, dans « la majorité des cas (plus de 80%) des femmes entre 30 et 50 ans, mais l’homme, l’enfant et l’adolescent peuvent également être touchés » (CETD Marseille 2007) et, selon des estimations plus récentes, 90% de femmes (Nacu et Benamouzig 2010). Du seul point de vue quantitatif, la fibromyalgie est une maladie chronique qui concerne très majoritairement les femmes.

Au niveau national et toutes pathologies confondues, les femmes sont un peu plus touchées que les hommes par les maladies chroniques reconnues par l’assurance maladie en affections de longue durée : 51,58% (Assurance maladie 2018). Les pathologies dont les taux élevés de prévalence féminine se rapprochent de la fibromyalgie sont la « maladie d’Alzheimer et autres démences » (72,16%), la « polyarthrite rhumatoïde évolutive » (74,83%), les « vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique » (78,83%) et la « scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l’angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu’à maturation rachidienne » (81,66%) (ibid.). Parce qu’elle arrive en tête des maladies chroniques touchant spécifiquement des femmes, tout en n’étant pas reconnue en ALD par l’assurance maladie, la fibromyalgie apporte un éclairage particulier à ces hauts taux de prévalence féminine, alors qu’ils sont le plus souvent occultés par le corps médical, par les administrateur·trices de santé et plus généralement par la population. Il existe très peu d’études sur l’éventuelle prise en charge différenciée selon le sexe des personnes atteintes de fibromyalgie et encore moins sur son évaluation[4]. La nette différence de prévalence entre femmes et hommes est parfois abordée et expliquée mais le plus souvent par ses aspects physiologique (Sereni 2002) ou « psychosocial » (Klimekova, Costalat-Founeau et Giniès 2002).

Pour comprendre cet angle mort, il est tout d’abord nécessaire de s’intéresser à la représentation de la douleur, entendue comme le « symptôme-clé » de la maladie par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) (INSERM 2020). Dans le monde, parce que la douleur est reconnue comme dépendant d’interprétations « culturelles » (Lévy 2013), éducatives, morales ou religieuses (Verdo 2020), les personnes qui en souffrent peuvent par exemple s’en extraire pour éviter la honte sociale (Afrique) ou au contraire la manifester en tant que « don » (Amérique du Sud) (Grandsard 2000).Dans les pays anglo-saxons, la douleur est considérée comme handicapante dans la production de biens et donc à combattre par tous les moyens (Fleury 2013). En France, où le catholicisme semble prévaloir – ce qui inclut la valorisation, voire la glorification de la douleur –, sa prise en charge est « très en deçà des besoins » (Verdo op.cit.). Très récemment, identifiée par des médecin·es comme un « véritable enjeu de santé publique, critère de qualité et d’évolution d’un système de santé [pouvant amener à] une augmentation de l’espérance de vie parfois sans maladie » (Serrie, Mourman, Treillet, Maire et Maillard 2014) ou ayant un « impact professionnel […] considérable, avec des déterminants socio-économiques importants » (Laroche, Guérin, Azoulay, Coste et Perrot 2019), la douleur commence à être mieux soignée (Gahagnon et Winckler 2019). En somme, les changements de politiques suivent les engagements anglo-saxons qui consistent à réduire les impacts négatifs de la douleur sur l’économie. La mise en route est longue. Au sein des établissements médicaux, elle se résume le plus souvent à un formulaire, transmis aux malades (toutes pathologies confondues) qui sont invité·es, s’il·elles le souhaitent, à le renseigner. Le ou la patient·e, qui sort de soins en chirurgie, radiothérapie, ou chimiothérapie, n’est toutefois pas informé·e des suites données à ces enquêtes, qui pourraient être une ressource précieuse dans l’évaluation de la douleur et dans sa gestion.

Ensuite, cette spécificité française qui consiste à placer la douleur en tête des symptômes de la fibromyalgie, illustre la différence des interprétations de la biologie selon les pays. Aux États-Unis par exemple, l’ensemble des symptômes de la maladie a tout d’abord été regroupé sous le terme de syndrome de fatigue chronique (SFC) puis de maladie d’intolérance systémique de l’effort (« systemic exertion intolerance disease – SEID ») afin de caractériser leur hybridité et d’adapter les soins multiples à associer (Lowy 2021). En France, les interventions médicales se veulent « ciblées » (ibid.), ce qui rejette les autres symptômes – ce qui n’est pas ciblé par un traitement ou une opération – à la périphérie (et en particulier au « tout » psychologique – « c’est dans votre tête » – et se répercute sur la compréhension de la maladie.

La majorité des interlocuteur·trices médicaux·les des patientes ne connaît pas bien la fibromyalgie, ne la reconnaît pas comme maladie handicapante et ne sait pas la définir (Lafargue 2017). Selon Déborah Lafargue, les médecins généralistes, femmes et hommes, associent facilement les symptômes décrits par les patientes à « un syndrome anxiogène généralisé, [ou] à une dépression » ou décrivent la fibromyalgie comme « un “fourre-tout”, rassemblant toutes les pathologies non étiquetées ». Certains interrogent une « croyance » infondée d’une partie de leurs confrères : « c’est un truc inventé par les médias ou par les laboratoires pour faire croire à des maladies qui n’existent pas. […] j’y crois pas. Puisque c’est une question de croyance ça […]. Bon voilà̀, c’est vraiment pas prouvé » (ibid.). Les patientes sont alors orientées vers des spécialistes (médecin·es internistes, neurologues, rhumatologues). Bien que la population médicale se soit peu à peu féminisée[5], la plupart de ces professionnels de la santé sont encore des hommes[6]. En outre, l’algologie est méconnue et mise à l’écart par la majorité des médecin·es. En témoigne notamment une de nos consultations de contrôle à la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du Var en mai 2019 lors de laquelle le médecin examinateur m’a demandé ce que l’algologue était vraiment : « rhumatologue ? autre ? ».

Des clichés et stéréotypes de genre anciens

Pour expliquer cette « ignorance », que l’on peut qualifier au premier abord comme étant « ce que ces médecin·es ne connaissent pas encore », j’ai souhaité dépasser les explications « géographiques » (catholicisme, conception de la biologie, hiérarchie des spécialités) et j’ai axé mes recherches sur les manifestations sexistes des médecin·es et plus précisément sur les stéréotypes entretenus par la profession. Au-delà des fresques pour le moins pornographiques sur les murs des facultés de médecine (Hottin 2016), des bizutages très sexualisés des étudiantes, j’ai orienté mes investigations vers les mythes véhiculés par ce corps de métier. La majorité des médecins (dont les femmes) reproduit un imaginaire hérité des vieilles théories de l’Antiquité (Le Naour et Valenti, 2001) : l’exercice de la profession est basé sur une interprétation des « humeurs » des femmes qui leur seraient propres et qui auraient des incidences sur leur comportement et leur « fonction ». La plupart d’entre eux s’opposent rarement aux « préjugés » et aux « superstitions » transmises par les croyances populaires (ibid.), selon lesquels les femmes sont perçues comme ayant davantage tendance à gémir, à râler, animées par des « humeurs » changeantes et des « fibres » irritables (Peter 1976).

De nombreux exemples à travers l’Histoire illustrent ce croisement entre médecine et interprétations communes. Agnès Fine évoque un « trouble », identifié au XIXe siècle, qui serait dû à l’arrêt des règles et aurait des contrecoups dans la vie quotidienne, comme l’incapacité à travailler ou à se marier. À propos des cycles : « C’est une maladie hémorragique qui expliquerait son célibat et le fait qu’elle dut rester dans la maison paternelle à coudre et cuisiner toute sa vie durant » (Fine 1986). Ciblant la même époque, Véronique Moulinié s’intéresse aux actes chirurgicaux qui seraient décidés en fonction de l’âge et du sexe, à cause des « problèmes de circulation » du sang (Moulinié 1998). Elle explique en quoi les chirurgiens reprennent à leur compte des expressions telles que « le retour d’âge », « la totale », « les bouffées de belle-mère »… ou encore le rôle des saisons, des « mouvements de la sève ». Elle conclut que les humeurs des femmes viennent perturber, selon les médecin·es, une « physiologie harmonieuse » et que, pour justifier ce postulat et rétablir une « santé essentielle », « le sens des chirurgies contemporaines déborde de toute part le bloc opératoire » (ibid.). Yvonne Verdier inventorie des métiers où le corps des femmes est décortiqué en gestes ou postures et est à l’origine d’un ensemble de représentations et d’actions qui seraient exclusivement féminines. Elle cite le cas des femmes en Bourgogne qui, encore dans les années 1970, sont interdites au « saloir » car les menstrues « putréfient le lard » (Verdier 1979), ce qui, par équivalence, demande que l’acte médical, comme toute autre opération, s’adapte aux « périodes ».

En s’intéressant à l’hystérie et aux interrogations qu’elle suscite chez les médecin·es, Jean-Pierre Peter retient que les femmes, « instruments d’exploration sans pareils » constituent « des ouvertures mystérieuses, fascinantes, mais commodes (comme homme et comme médecin, on peut doublement disposer d’elles) sur le dedans de la vie ». Là aussi leurs humeurs « froides et humides » sont mises en avant pour expliquer scientifiquement « les caractères antagonistes de sensibilité et d’irritabilité de leurs fibres, leur fragilité consécutive, mais susceptible de s’inverser à telle occasion en déchaînement de force furieuse » (Peter op. cit.).

Les femmes seraient plus susceptibles d’interpréter à peu près n’importe quel obstacle comme une « maladie », forcément imaginaire, plus émotives, plus nerveuses, plus irritables, plus sujettes au stress, se muant en « affabulatrices », s’inventant des maladies, voire devenant « folles » ou « hystériques » (Nacu et Benamouzig 2010). Selon la même logique, elles vivent des douleurs jugées normales, comme celles des règles ou de l’accouchement (Mouysset 2013). Accolée aux principes d’éducation selon lesquels les femmes doivent être « agréables, plaisantes, ne pas contester ouvertement l’autorité masculine », cette dialectique affermit, selon Sylvie Mouysset, « l’autorité médicale auprès de certaines patientes sous la forme d’une acceptation du diagnostic, du refoulement de l’expérience propre, ou d’autocensure sur les plaintes » (ibid.). Leurs symptômes en sont minimisés.

Finalement, la médecine différencie banalement les sexes selon l’« essence » féminine ou masculine, la biologie ou la physiologie (ce qui est inné et immuable), ce qui les abstrait du contexte social, de l’éducation, de la culture, de l’histoire, … (ce qui est acquis et transformable). Cette « culture » renvoie à l’appropriation du corps des femmes en tant que seul outil de reproduction sexuelle (Tabet 1998). Elle respecte les préceptes de l’essentialisme (Collin 1989), philosophie pour laquelle le « dépassement de la domination » entend s’appuyer sur la différence des sexes, pour mettre en avant « l’apport du féminin propre aux femmes » (Collin 1991). Les inégalités et la hiérarchisation des pathologies sont par voie de conséquence consolidées.

Ramené à la fibromyalgie, cet essentialisme entretient un « flou » hérité d’une philosophie ancienne de la douleur qui rejette le corps souffrant car défini comme une prison ou un tombeau (Fleury 2013). Il y aurait ainsi de la part des médecin·es un certain « confort » à considérer les fibromyalgiques comme des « falsificatrices », des « râleuses », ce qui serait propre à leur « nature », et leurs confrères (femmes et hommes) qui les soignent comme des « sous-médecins ». La négligence de la maladie, associée à celle de la douleur, par l’assurance maladie et par les professionnel·les de santé, est exemplaire au sens où elle illustre différentes dominations, dont celle de genre, entre soignant·es et patientes mais aussi entre soignant·es. Un des résultats de l’ignorance produite par ces dominations, que l’on peut désormais qualifier de délibérée, est que seules les unités de la douleur, en fait peu connues par les malades, prennent en charge la pathologie en tant que maladie chronique. Les personnels de ces centres de traitement et d’évaluation de la douleur (CETD), pour la plupart très engagés sur cette question, accueillent les fibromyalgiques précarisées et en bout de course médicale.

Le sport et la santé, une double domination de genre

Les algologues, qui interviennent dans les CETD, après avoir priorisé la baisse de consommation médicamenteuse, prescrivent des activités physiques adaptées (APA), en tant que meilleure voie de rémission (Ranque Garnier, Zerdab, Laurin et Donnet 2017) et telles que recommandées depuis 2010 par la Haute autorité de santé (HAS 2018). Ces pistes sérieuses de traitement connaissent, par leur institutionnalisation, des biais de genre.

La prescription d’APA, autorisée par une loi récente de 2016[7], réservée aux personnes en ALD, ne donne pas lieu à remboursement. On constate alors d’une part un détournement de la loi puisque la fibromyalgie n’est pas reconnue en ALD[8]. D’autre part, la prescription d’APA nourrit un paradoxe : la toxicité financière des patientes peut être confortée car la prise en charge financière dépend de financements locaux – la plupart du temps, les régions ou les départements – et non du ministère de la Santé. L’accès à ces APA est ainsi à l’origine de fortes inégalités territoriales et les patientes se débattent avec ce qui leur est localement proposé. Certaines APA sont dispensées en hôpital. Il est généralement obligatoire d’habiter dans le même département pour en bénéficier et pour être intégrée dans le groupe ciblé. Il faut ensuite pouvoir s’y rendre : les patientes se confrontent à l’absence de transports en commun, y compris à l’intérieur d’un même département et à la fatigue engendrée par les solutions personnelles qu’elles mettent en œuvre, ce qui annule les effets bénéfiques de ces activités. En dehors de l’hôpital, ce même parcours de la combattante est à effectuer et une fois achevé, il n’est pas gagné que les activités proposées correspondent à la pathologie concernée.

Les APA s’opèrent en groupe, le plus souvent dans des salles de fortune – des bâtiments de chantier, des lieux associatifs, des annexes d’établissements hospitaliers –, et l’enseignant·e-praticien·ne qui les dispense opte généralement pour le plus grand dénominateur commun de l’ensemble très hétérogène des malades à prendre en charge. J’ai de cette façon participé à des séances de cardio-training, car la majorité de mes co-malades étaient diabétiques. Le soulagement de mes souffrances musculaires, tendineuses, articulaires ne pouvait être ciblé. En outre, il n’est pas rare que la personne qui anime ces sessions n’ait pas pris connaissance des dossiers renseignés par les patientes, alors qu’ils leur ont été adressés par l’administration. Cette personne, titulaire d’une certification lui donnant droit de dispenser des APA, est le plus souvent mandatée par une fédération ou un club de sport. Elle n’a pas de connaissance médicale particulière hormis l’attention à apporter aux patient·es de maladie chronique. Son activité est davantage orientée vers les stimuli musculaires ou le mouvement tonique plutôt que vers la conscience du mouvement, la respiration, le toucher qui permettent de débloquer les raideurs…

Plus généralement, les APA dépendent de moyens financiers, en formation ou techniques faibles, de décisions politiques régionales ou départementales arbitraires, d’effectifs réduits. En outre, ces activités ne peuvent être dispensées que par quelques secteurs professionnels listés dans la loi : sport, kinésithérapie, ergothérapie, psychomotricité. Pour toutes ces raisons, des pans entiers de la population en sont écartés : la très grande majorité des patientes ne sont pas informées de leur existence, ne sont pas ou mal sensibilisées à leur intérêt dans la prise en charge de la maladie et ne sont en rien consultées dans leur mise en place.

Les kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychomotricien·nes, de leur côté, peu avisé·es des termes de l’application de la loi et le plus souvent débordé·es, ne prennent pas le temps nécessaire aux démarches administratives pour être rémunéré·es. Développer leur clientèle par ce biais leur semble vain. Le dispositif est ainsi largement capté par le milieu sportif qui l’a détourné pour mieux s’emparer des fonds alloués et pour transformer l’idée initiale de lutte contre la sédentarité des malades vers la promotion du « sport-santé ».

À ce titre, les APA s’appuient elles aussi sur un essentialisme structurel : ce tiret qui associe sport et santé entérine la négligence avec laquelle les professionnel·les considèrent les deux domaines quand il s’agit de patientes. Il formalise une conception archaïque, normée et utilitaire, des sports en tant que moyens de garantir la santé des sociétés industrielles, les hommes étant destinés à affermir leur puissance et les femmes à assurer la « bonne santé » des travailleurs ainsi que celle de « leurs enfants » (Detellier 2009). Élise Detellier précise le cas du Québec, pays dans lequel « alors que les hommes sont, pour les médecins et l’Église, encouragés à̀ exercer des sports en vue d’incarner le citoyen idéal d’une nation puissante, les femmes le sont en vue de donner naissance à̀ des enfants qui auront la capacité de le devenir » (ibid.). Dans les deux domaines, la santé et le sport, les femmes demeurent socialement différenciées des hommes.

Le domaine de la santé tolère des différences de sexe chez les patient·es mais aussi au sein de la profession (Vuille 2006). Marilène Vuille confirme la hiérarchie entre femmes et hommes : dans « une série de professions, de métiers, d’activités (aux formations, aux revenus et aux prestiges fort divers) », les deux sexes n’occupent pas la même position, le masculin restant dominant, et les différences de traitement des femmes malades dépassent « les seuls domaines de la reproduction et de la sexualité, où l’on a tendance à les cantonner » (ibid.). Nicole Edelman, quant à elle, questionne « les pratiques et les savoirs médicaux pour découvrir dans quelles mesures et de quelles manières, […] ils ont (ou non) participé à l’élaboration de normes biologiques, éthiques ou politiques qui ont validé des hiérarchies entre les sexes » (Edelman et Rochefort 2013). Elle conclut que le normage désavantage sérieusement les femmes.

Le domaine du sport est discriminant au titre que les femmes y sont peu présentes ou représentées et les hommes surinvestis ou sublimés. Il a longtemps été et reste majoritairement masculin. Catherine Louveau déplore l’absence de « considération des appartenances de sexe » dans l’histoire du sport qui est « en réalité celle des hommes et du masculin. Les femmes y sont doublement moins repérées/repérables que cette histoire, […] est faite par des hommes jusqu’à ces dernières années » (Louveau 2006). Jim McKay rappelle qu’il existe un « lien profond et durable entre les hommes, les masculinités et le sport » (McKay et Laberge 2006). Ce lien se traduit dans les pratiques et dans la « délimitation et l’élaboration des idéologies de la suprématie masculine » (ibid.). Cette domination a notamment pour résultat « qu’il y a presque deux fois plus d’épreuves pour les hommes que pour les femmes aux Jeux olympiques et que certaines nations, membres du Comité international olympique(CIO), interdisent aux femmes de participer aux Jeux » (ibid.). De plus, il est usuellement demandé aux hommes de démontrer force et agressivité (football, rugby, haltérophilie, boxe, marathon…), alors que les femmes sont jugées sur leur « grâce et élégance » (gymnastique artistique et sportive, natation synchronisée, …) (Mennesson 2005). Les deux types de comportements requis sont encore peu interchangeables si bien qu’il est difficile pour une fille d’être promue au sein d’une fédération de football et tout autant pour un garçon de l’être en danse, ces stéréotypes valant aussi entre eux (filles et garçons).

Dans les deux domaines, santé et sport, les hommes sont voulus virils, plus forts, plus actifs, plus courageux, plus engagés, plus performants, plus… Les femmes y sont discriminées, parfois illégitimes ou invisibles, tant comme professionnelles que comme bénéficiaires. Les deux axes de discrimination étant historiquement réunis au sein de la dispense des APA, les fibromyalgiques qui les pratiquent subissent par défaut les effets de la division sexuelle entretenue de façon conjuguée dans la santé et dans le sport.

Le cadre des prescriptions d’APA reflète ainsi une évolution du système de santé qui non seulement entérine l’essentialisme entretenu par les différents corps de métier mobilisés dans le soin mais consolide la domination de genre. Il s’inscrit dans un arsenal juridique et administratif qui favorise la libéralisation et l’individualisation de l’accès au soin.

Un système de domination stérile en savoirs

Des violences entre patientes et système soignant, et entre professionnel·les de santé

Dans la hiérarchie des pathologies votée dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale, la prise en charge de la fibromyalgie reste en bas du tableau, quand elle n’en est pas absente. Ma convocation par le médecin-conseil de la CPAM du Var en est un bon exemple. Dans le cadre de ses fonctions et de son obligation de respect du système de résorption du « déficit de la Sécurité sociale », cet employé avait pour mission de me faire justifier les indemnités journalières perçues pendant six mois suite à un arrêt de travail. Sans expliquer le contexte dans lequel il agissait, il décida unilatéralement et immédiatement de m’attribuer un titre d’invalidité. Mon sentiment immédiat m’a amenée à penser que son devoir était de sortir le plus d’assuré·es des statistiques des arrêts maladie et des indemnités journalières, surtout quand ils s’inscrivent dans une pathologie de longue durée, et que son pouvoir consistait à faire respecter les lois régissant l’assurance maladie dans le système français de santé.

S’ajoutent à cet épisode étonnant mes tentatives de demande de reconnaissance de ma pathologie en ALD. Statutairement, elle ne peut se faire que par l’intermédiaire de son médecin traitant : il transmet un formulaire médical à la CPAM qui répond sous quinzaine. Si cette demande essuie un refus, la patiente en est informée par courrier et peut faire appel de la décision dans un délai d’un mois, en montant un dossier circonstancié. La CPAM ouvre alors une « enquête » et confie la patiente à un « médecin-expert » du département que l’assurance maladie désigne à son gré. Ce dernier, après avoir consulté la principale concernée prend une décision finale qui ne peut être contestée.

Ces décisions, discrétionnaires, très difficiles à négocier, sont extrêmement violentes. En tant que patiente, je me sens désarmée, mise devant le fait accompli. Je deviens dépendante d’un médecin d’assurance. J’hésite entre accepter sans questionner la parole « experte » de celui qui « a sans doute raison » et rejeter le comportement de cet interlocuteur manifestant la puissance qui lui est accordée par un système dont j’ignore les contours et maniant à dessein un jargon incompréhensible pour la ou le profane (acronymes, numéro des lois…). Je le soupçonne d’écarter par principe toute solution administrative convenable et toute « alternative » de soin (thérapies du bien-être, chamans…) vers laquelle je pourrais me précipiter par désespoir. Ce rôle assigné aux expert·es et autres conseils de l’assurance maladie permet à ce système de santé très détérioré de nier par leur intermédiaire la fibromyalgie, considérée comme suspecte.

En outre, ces politiques accroissent les « déserts médicaux » (territoires où les habitants rencontrent des difficultés d’accès aux soins), surtout en milieu rural ou dans certaines banlieues des grandes villes (Chevillard, Lucas-Gabrielli et Mousques 2018). Les politiques de décentralisation – transfert de compétences de l’État vers les collectivités territoriales – ont des effets sur l’isolement des patientes selon qu’elles sont proches des grands centres hospitaliers ou non. Les compétences sont différenciées selon les collectivités territoriales et la priorité est donnée à la « centralité », c’est-à-dire aux villes plutôt qu’aux communes rurales. Le Var par exemple est devenu un département où désert médical cohabite avec misère médicale, les moyens ne suivant pas les politiques (Isnardon et Alimi 2016). Les hôpitaux locaux sont bien moins équipés en termes technique et de personnel que ceux de Marseille ou de Nice, quand ils ne ferment pas comme les maternités ou les établissements psychiatriques. Les médecin·es s’installent dans les villes à forte plus-value financière. Les médecin·es scolaires ne sont pas assez nombreux pour couvrir les zones qui leur sont affectées (ibid.). Cette situation reflète de la part des décideurs politiques à la fois un manque de mesures ayant pour but de développer l’attractivité du département pour les médecin·es qu’une forme de mépris.

Par ailleurs, les praticien·nes doivent intégrer une part non négligeable de travail administratif et financier au détriment des soins. Il·elles sont amené·es à faire des choix déontologiques qui les fragilisent et rendent leur relation à autrui délicate. En parallèle, la baisse des moyens alloués à la pratique de santé au profit de ceux accordés à la gestion des établissements est drastique (Mériade 2018). Aussi les professionnel·les de santé dépendent, dans une souffrance certaine, des termes de leur pratique définis par la réforme de la tarification et par la loi HPST (hôpital, patients, santé, territoires) qui définit depuis juillet 2009 une organisation sanitaire et médico-sociale visant notamment la « modernisation » des établissements publics de santé et la « territorialisation » du système de santé (création des ARS). Dans le but d’éviter un questionnement trop lourd, beaucoup confortent la relation de domination existant entre médecin·e et patient·e, entre savant·e et ignorant·e, d’autant qu’elle n’est pas contestée. Certain·es s’engouffrent dans la « révolution biomédicale » et esquivent cette relation humaine en ne s’intéressant qu’aux organes, à des parties du corps à soigner, plutôt qu’à sa globalité et à son interaction avec l’esprit. D’autres se réfugient dans la négation de l’ensemble. D’autres encore deviennent des militant·es de la santé.

Une rhétorique individualisante et dévalorisante

Dans ce contexte, les responsables des politiques publiques de santé, les personnels médicaux ou administratifs dédiés à l’exécution de ces politiques, femmes et hommes, continuent, dans leur grande majorité, à dispenser une parole paternaliste : ils se placent en protecteurs désintéressés des patientes, ayant autorité naturelle pour les guider, car les patientes en demande s’apparentent à des mineures civiques. Elles se retrouvent placées au rang de victimes ou d’objets immobiles, ayant besoin d’encadrement technique, d’assistance, de soutien.

Plus généralement, les rapports entre patientes et médecin·es sont fortement genrés et sont le résultat plus général des rapports que les unes et les autres entretiennent avec leur environnement social plus global. Ces relations sont socialement construites et animées par un système de domination structuré qui a des implications directes sur la gestion du corps des femmes et sur son appropriation (Héritier 1996 ; Tabet 1998). La prise en charge médicale des femmes en est affectée[9]. Un discours dominant, libéral, véhiculé par le système de santé et relayé par des professionnel·les et responsables de santé, consiste à asséner aux patientes l’idée que la solution est personnelle, qu’elle vient d’elles, qu’il est temps qu’elles prennent soin d’elles. Cette rhétorique est notamment mobilisée par Cédric Villani, à l’origine d’un rapport sur l’intelligence artificielle[10] rendu public le 28 mars 2018, alors qu’il était député. On peut y lire ses préconisations : option entrepreneuriale individuelle et « personnalisée » réservée aux patient·es. Cette logique est d’ores et déjà entretenue dans les livrets d’accueil des fibromyalgiques ou dans les campagnes antistress et de bien-être. Comme pour la plupart des fléaux – viol, féminicide, sida… –, il convient de « soutenir les victimes » en leur conseillant de cultiver leur « estime de soi », de « travailler le deuil »… plutôt que de désigner, juger et sanctionner les « coupables » : les politiques publiques de santé ignorantes, la libéralisation et la financiarisation du système de santé, le corps médical sexiste, la culture ambiante culpabilisante. Cette logique, qui fait des « victimes » les seules coupables, structure l’état de la connaissance de la fibromyalgie.

Une contradiction scelle cette logique : parce que les femmes sont socialement dédiées au soin à autrui (Guillaumin 1992), elles sont moins attentives à elles-mêmes si bien qu’elles sont considérées comme « profanes » des soins (Vuille 2006). Cette réalité s’observe tant auprès des soignant·es que, à titre gratuit, dans la sphère familiale, dite « privée » en opposition à la « sphère publique ».  Les fibromyalgiques restent peu consultées sur la pédagogie à mettre en place dans les enseignements visant les personnels soignants. Elles demeurent les personnes à aider, à protéger, et non les personnes dotées d’une expertise, celle de la maladie. Elles n’ont pas droit à la parole (Spivak 1988). Leurs savoirs propres sont ignorés.

Une ignorance de genre des soignant·es doublée d’un rejet des savoirs des patientes

Les savoirs, très diversifiés, accumulés par les fibromyalgiques elles-mêmes, sont rarement considérés. Par exemple, quelques récits de malades existent que le système médical ne relaie pas et n’inclut pas dans la recherche. Alors que des patientes décrivent leurs symptômes, leur parcours, leurs actions pour faire face aux difficultés rencontrées, explicitent leur expérience de la maladie[11], alors que cette écriture/verbalisation traduit ce que qu’elles sont, ce qui forme un savoir en soi, cette connaissance est majoritairement ignorée par l’autorité juridico-administrative et les médecin·es. Leur ignorance délibérée accentue l’isolement des patientes car elle les exclut.

En outre, on observe un manque de créativité de la part des praticien·nes, alors même que cette créativité – explicite ou implicite – est continue chez les patientes. Ce fossé, rarement comblé, ajoute aux incompréhensions, aux privations de liberté, aux frontières entre les mondes – celui des patientes et celui des soignant·es –, aux difficultés de construction d’une connaissance commune. Pourtant, comme le souligne Cynthia Fleury, les médecin·es et autres praticien·nes de santé auraient bien besoin des patientes pour comprendre cette maladie car celles-ci savent que le sentiment brimé/désenchanté, nourri par la douleur et la fatigue, alimente, au-delà de l’empathie indispensable à un soin de qualité, la compréhension de cette maladie comme un humanisme (Fleury 2019).

Les savoirs sur la fibromyalgie sont excessivement réduits et concentrés dans un infime secteur du domaine médical, au point qu’on observe une forme délibérément construite d’agnotologie (Girel 2013 ; Proctor 1995) : il se produit une certaine ignorance (Girel 2017) parce que la connaissance est bornée à l’intérieur de frontières établies, qu’elle est obtenue en fonction de priorités de recherche qui négligent certaines hypothèses, qu’elle manque de réflexivité ou encore parce qu’elle répond à un objectif précis, participant d’une stratégie (Proctor 1995). L’étude de la production de l’ignorance a montré que cette stratégie permettait à ses protagonistes de différencier « ce qui est important » (Girel 2013) de ce qui ne l’est pas, ce qui rend invisibles les savoirs produits hors de ce cadre. Elle a pour objet d’exclure ce qui n’est pas connu. Se forme un gouffre entre savoir médical, voulu institutionnel, et tout autre savoir, rendu inexistant.

Les apports des sciences sociales – anthropologie, philosophie, sociologie, histoire, sciences politiques… – sont encore très peu introduits dans la prise en charge de la maladie. Or, l’étude de la pathologie mériterait d’être enrichie d’une contextualisation sociale, historique, culturelle, politique… dans le but d’augmenter la connaissance. Elle pourrait s’inspirer d’expériences existantes qui empruntent ce chemin même si elles connaissent de nombreux biais.

Les contretemps et leurs biais de genre

Des expériences essaient d’inclure ce qui est exclu, de rendre compte de ce qui n’est pas su. Par exemple, le champ d’études de « l’éthique du care », permet d’opérer des dégagements de la sphère privée à la sphère publique, des rôles sociaux de genre à une justice commune, de l’emprise du développement personnel au vécu des biens communs, du soin personnel à une écologie humaine, de la dépendance à l’autonomie. Dans ce cadre, les praticien·nes s’engagent à transformer radicalement leurs relations aux patientes et à les considérer non plus comme des victimes mais comme des personnes vulnérables dans un environnement spécifique (Molinier, Laugier et Paperman 2009 ; Zielinski 2010).

D’autres initiatives s’intéressent à l’amélioration des savoirs médicaux. Il est toutefois à déplorer qu’elles n’intègrent pas le genre dans leurs pratiques, analyses ou évaluations[12]. C’est le cas de la Charte contre la douleur[13] qui énonce des principes déontologiques et éthiques visant à guider de bonnes pratiques scientifiques en matière de douleur chronique[14]. Le Réseau Lutter contre la douleur, créé en 1995 par le Dr François Boureau et coordonné depuis 2012 par la Docteur Esther Soyeux[15], a développé quant à lui un programme éducatif ayant pour but de s’adapter aux malades. La formation des personnels soignants emploie toutefois un ton paternaliste : ils doivent aider les patientes à « apprendre de nouvelles stratégies » et à « acquérir, maintenir ou renforcer les compétences dont [ils ont] besoin pour gérer au mieux [leur] vie avec [leur] maladie »[16]. Autre exemple : des livrets « éducatifs » sont distribués gratuitement dans les centres de la douleur pour mieux gérer « son stress », orienter sa « prise en charge de la maladie ». Même si l’intention est bonne, dans ces guides, parce que ce sont les médecin·es, détenteurs d’un savoir scientifique reconnu, qui expliquent aux patientes comment se comporter pour s’adapter, l’exercice s’en trouve limité.

L’Éducation thérapeutique des patients (ETP) se veut une démarche d’accompagnement. Elle a été mise en place en France au début des années 2000. Elle s’adresse à tous les malades et en particulier aux personnes atteintes de cancers, du sida, de rhumatismes, de migraines ou de diabète et plus récemment de fibromyalgie (Deleens 2018). Elle reste elle aussi orientée vers l’éducation des « patients » dans le but qu’« ils » comprennent, notent des bons conseils, acceptent leur maladie, prennent en charge leur évaluation de la douleur…

L’amélioration des savoirs du personnel soignant et la prise en compte de la situation des patient.es, par l’intervention de « patients-experts », tentent également de combler le vide de savoirs, sans pour autant prendre en compte la différenciation des sexes dans la médecine. Tel est l’objet de l’Université des patients fondée à Paris en 2009 par Catherine Tourette-Turgis, très engagée dans la lutte contre le sida dans les années quatre-vingt, et abritée à la faculté de médecine Pierre et Marie Curie à Paris[17]. Première université au monde qui forme et diplôme des malades chroniques[18], elle prend en compte la validation de leur expérience acquise au détour de la maladie (principalement le cancer et le sida) et de leurs soins[19]. La Chaire de philosophie, créée en janvier 2016 par Cynthia Fleury à l’Hôtel-Dieu à Paris[20], a quant à elle pour objet d’introduire au cœur de l’hôpital les sciences humaines et les arts, via des cours et des séminaires ouverts à tou.tes, professionnel.les du soin ou simples citoyen·nes[21]. La chaire fonctionne en partenariat avec l’Université des patients. Dans ce lieux, des études scientifiques sont poussées, pour lesquelles les questions de l’autonomisation, de la liberté, de la subjectivation et de la responsabilisation du ou de la patiente sont centrales (Paul 2004).

L’étude de la fibromyalgie reste encore trop taboue pour aboutir à de tels résultats. La majorité des patientes se sent peu apte ou en droit de parler ou d’écrire sur le sujet d’autant que les associations de malades ne se donnent pas pour mission d’enrichir et de documenter les connaissances acquises par les malades. Elles se limitent comme les professionnel·les de santé à apporter un soutien, en organisant des rencontres et en revendiquant une reconnaissance administrative.

Néanmoins, au cours de mes consultations à l’unité de la douleur de la Timone, un moment est apparu où les personnels soignants (algologue, psychologue, infirmière) se sont mis en scène, ont parlé d’eux, de leur parcours, de leur vécu. Sans doute ont-ils intégré l’importance de l’échange sur la pathologie, de la dé-hiérarchisation de l’observation. Cette posture est décrite dans la théorie du point de vue (Harding 1991), ou StandPoint Theory, intéressée à la requalification des savoirs. Par cette théorie féministe, chaque chercheur.se ou observant·e enrichit ses résultats en se situant, c’est-à-dire en définissant et en exposant qui il est, femme, homme, autre, d’où il vient, quelles sont ses origines sociales ou ethniques, les choix qu’il ou elle a fait pour arriver là où il·elle est. Cette opération, assez technique, enrichit l’observation. En adoptant cette théorie, le ou la thérapeute de la fibromyalgie se positionne à égalité avec la patiente, se met en scène, autant observant·e qu’observé·e, ce qui change le rapport à la maladie.

Par ailleurs, on peut espérer que la récente montée en puissance de l’attention portée par les patientes et par les praticien·nes de mixer travail personnel et en groupes permette à l’expertise de faire surface. La confrontation des témoignages, des ressentis et de leurs expressions devrait créer une dynamique d’identification de ce qu’est réellement la fibromyalgie.

Bibliographie

Assurance maladie, « Données relatives à l’ensemble des bénéficiaires du dispositif des ALD une année donnée », 18 décembre 2018.

BARRIER, Philippe, « Les ambiguïtés du “patient expert” », Médecine des Maladies Métaboliques, vol. 10, n° 4, juin 2016, p. 348-352https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1957255716301237.

BERQUIN, Anne et GRISART, Jacques, Les défis de la douleur chronique, Mardaga, 2016.

BETANSEDI, Charles-Olivier, L’Invisibilisation du lien entre travail et cancer chez les femmes : une approche réflexive en épidémiologie de la santé au travail, Santé publique et épidémiologie, Université́ Paris-Saclay, 2018.

BOUSQUET, Danielle, COURAUD, Geneviève, Lazimi, Gilles et COLLET, Margaux, « La santé et l’accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité », Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, Rapport n° 2017-05-29-SAN-O27 publié le 29 mai 2017.

Centre Douleur Chronique Hôpital de la Timone, Cycle de conférences 2007, « Fibromyalgie », <https://fibromyalgiesos.fr/rdv2/wp-content/uploads/2012/03/FIBROMYALGIE-TIMONE-1-20073.pdf>https://fibromyalgiesos.fr/rdv2/wp-content/uploads/2012/03/FIBROMYALGIE-TIMONE-1-20073.pdf.

CHEVILLARD, Guillaume, LUCAS-GABRIELLI, Véronique et MOUSQUES, Julien, « “Déserts médicaux” en France : état des lieux et perspectives de recherches », L’Espace géographique, vol. 47, no. 4, 2018, pp. 362-380.

COLLIN, Françoise, « Essentialisme et dissymétrie des sexes », Les Cahiers du GRIF, n°40, 1989, p. 91-104.

COLLIN, Françoise, « Le philosophe travesti ou le féminin sans les femmes », communication présentée dans le cadre du Colloque : Les formes de l’anti féminisme contemporain, qui s’est tenu au Centre Georges-Pompidou à Paris en décembre 1991.

D. EARP, Brian, T. MONRAD, Joshua, LAFRANCE, Marianne, A BARGH, John, L. COHEN, Lindsey, A RICHESON, Jennifer, “Featured Article: Gender Bias in Pediatric Pain Assessment”, Journal of Pediatric Psychology, vol. 44, n° 4, mai 2019, p. 403–414https://doi.org/10.1093/jpepsy/jsy104.

DELEENS, Rodrigue, Mieux vivre avec la fibromyalgie, Éditions Leduc, 29 novembre 2018, 192 p.

DELPHY, Christine, Un universalisme si particulier. Féminisme et exception française (1980-2010), Paris : Syllepse (coll. Nouvelles Questions Féministes), 2010, 348 p.

DETELLIER, Élise, « “Bonifier le capital humain” : Le genre dans le discours médical et religieux sur les sports au Québec », 1920-1950, Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 62, n° 3-4, hiver–printemps 2009https://www.erudit.org/en/journals/haf/2009-v62-n3-4-haf3529/038522ar.pdf. 

DORLIN, Elsa, « De l’usage épistémologique et politique des catégories de « sexe » et de « race » dans les études sur le genre », Cahiers du Genre, vol. 39, n° 2, 2005, p. 83-105.

EDELMAN, Nicole et ROCHEFORT, Florence, « Quand la médecine fait le genre », Clio Femmes, genre, Histoire, n° 37, 2013.

FINE, Agnès, « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au XIXe siècle », Communications. Dénatalité, l’antériorité française 1880-1914, n° 44, Paris : Seuil, 1986, p. 107-136 

FLEURY, Cynthia, Le Soin est un humanisme, Collection Tracts (n° 6), Paris : Gallimard, 2019.

FLEURY, Cynthia, « Corps, douleur et psychanalyse », in BEAULIEU, Pierre (dir.), La douleur en mouvement, Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2013, p. 93-105.

GAHAGNON, Alain, WINCKLER, Martin, Tu comprendras ta douleur, Paris : Fayard, 2019.

GIREL, Mathias, « Agnotologie : mode d’emploi », Critique (Éditions de Minuit), 2013, Fauteurs de doute, 799, p. 964-977.

GIREL, Mathias, Science et territoires de l’ignorance, Quae, Sciences en questions, décembre 2017, 160 p.

GRANDSARD, Catherine, « Approche ethnopsychiatrique de la douleur », in METZGER, C. et coll., Soins infirmiers et douleur, Paris : Masson, 2000, p. 115-119.

GUILLAUMIN, Colette, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris : Côté-femmes, 1992.

HARDING, Sandra, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, New York : Cornell University Press, Ithaca, 1991, 319 p.

HAS, « Guide de promotion, consultation et prescription médicale d’activité physique et sportive pour la santé », HAS, 2018.

HERITIER, Françoise, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris : Odile Jacob, 1996.

HOTTIN, Christian, « Fresques des salles de garde », In Situ [En ligne], 17 | 2011, <http://journals.openedition.org/insitu/955>.

INSERM, Fibromyalgie, Montrouge, EDP Sciences, 2020.

INSERM, Genre et santé – Prendre en compte les différences, pour mieux combattre les inégalités, Montrouge, EDP Sciences, 2017.

ISNARDON. Nelly & ALIMI Murielle, « Démographie des médecins généralistes et des spécialités en accès direct », Conseil de l’Ordre des médecins du Var, 2016.

 KHAYAT, David, « La “toxicité financière” du cancer : nouvel effet secondaire ? », Sciences Avenir, 3 avril 2017.

KLIMEKOVA, Michaela, COSTALAT-FOUNEAU, Anne-Marie, GINIES, Patrick, « Dynamique identitaire du fibromyalgique. Approche psychosociale de la douleur », Douleur et Analgésie, mars 2002, Volume 15 (1), p. 67–70.

LAFARGUE, Déborah, Les représentations et la prise en charge des patients atteints de fibromyalgie en médecine générale, Sciences du Vivant [q-bio], 2017https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01779528/document.

LAROCHE, Françoise, GUERIN, Julien, AZOULAY, Déborah, COSTE, Joël, PERROT, Serge, « La fibromyalgie en France : vécu quotidien, fardeau professionnel et prise en charge. Enquête nationale auprès de 4516 patients », Revue du Rhumatisme, vol. 86, n° 1, 2019, p. 90-95.

LE NAOUR, Jean-Yves & VALENTI, Catherine, « Du sang et des femmes. Histoire médicale de la menstruation à la Belle Époque », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 14, 2001, p. 207-229.

LE SAINT, Rozenn, « Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires », Mediapart, 29 mai 2019.

LEVY, Isabelle, « La douleur : signification, expression, syndrome méditerranéen », Revue internationale de soins palliatifs, vol. 28, n° 4, 2013, p. 215-219.

LOWY, Iliana, « Covid long : sous la tyrannie du diagnostic », The Conversation, mai 2021.

LOUVEAU, Catherine, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, p. 119-143. 

MCKAY, Jim & LABERGE, Suzanne, « Sport et masculinités », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, p. 239-267http://journals.openedition.org/clio/1908. 

MENNESSON, Christine, Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris : L’Harmattan, coll. « Sports en société », 2005, 364 p. 

MERIADE, Laurent. « Financement et territorialisation des établissements de santé français : une relation dissymétrique », Revue d’économie financière, vol. 132, n° 4, 2018, p. 197-214.

MOLINIER, Pascale, LAUGIER, Sandra & PAPERMAN, Patricia, « Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité », Petite bibliothèque Payot, 2009, 298 p. ; Agata Zielinski, « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin », Études, vol. 413, n° 12, 2010, p. 631-641.

MOULINIE, Véronique, La chirurgie des âges : corps, sexualité et représentations du sang, Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1998.

MOUYSSET, Sylvie, « Souffrir, panser, aimer », Rives méditerranéennes, vol. 44, 2013, p. 17-37.

NACU, Alexandra & BENAMOUZIG, Daniel, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients », Santé Publique, vol. 22, n° 5, 2010, p. 551-562https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2010-5-page-551.htm#pa23.

PALMIERI, Joelle, « Les femmes non connectées : une identité́ et des savoirs invisibles », Recherches féministes, vol. 25, n° 2, 2012, p. 173–190.

PAUL, Maela, L’accompagnement : une posture professionnelle spécifique ?, Paris : L’Harmattan, 2004, 351 p.

PETER, Jean-Pierre, « Entre femmes et médecins. Violence et singularités dans les discours du corps et sur le corps d’après les manuscrits médicaux de la fin du XVIIIe siècle », Ethnologie française nouvelle série, vol. 6, n° 3/4, Langages et images du corps (1976), p. 341-348.

PROCTOR, Robert N., Cancer Wars. How Politics Shapes What We Know and Don’t Know About Cancer, New York : Basic Books, 1995.

RANQUE GARNIER, Stéphanie, ZERDAB, Alexandre, LAURIN, Jérôme et DONNET, Anne, « “Fibromyactiv” : étude pilote monocentrique, prospective, randomisée. Efficacité de la pratique d’activité physique adaptée sur la qualité de vie de patients fibromyalgiques », Douleurs : Evaluation – Diagnostic – Traitement, vol. 18, n° 2, 2017, p. 87-104.

SERENI, Carole, SERENI, Daniel, On ne soigne pas les femmes comme les hommes, Paris : Odile Jacob, 2002, 198 p.

SERRIE, Alain, MOURMAN, Vianney, TREILLET, Erwan, MAIRE, Aurore, MAILLARD, Grégoire, « La prise en charge de la douleur chronique : un problème de société », Douleurs : Évaluation – Diagnostic – Traitement, vol. 15, n° 3, juin 2014, p. 106-114.

SPIVAK, Gayatri C., Can the Subaltern Speak? (Les Subalternes peuvent-illes parler ?, traduction française de Jérôme Vidal, Paris, Amsterdam, 2006), in Nelson Cary et Grossberg Lawrence (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago : University of Illinois Press, 1988, p. 271-313.

TABET, Paola, La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris-Montréal : L’Harmattan (« Bibliothèque du féminisme »), 1998, 206 p.

VERDIER, Yvonne, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris : Gallimard, 1979.

VERDO, Yann, « La douleur, cette grande inconnue de la médecine », Les Échos, octobre 2020.

VUILLE, Marilène et al., « La santé est politique », Nouvelles Questions Féministes, vol. 25, n° 2, 2006, p. 4-15.

ZIELINSKI, Agata, « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin », Études, vol. 413, n° 12, 2010, p. 631-641.


[1] Partant de ce constat, l’usage du féminin dans la suite du texte est volontaire.

[2] La notion de toxicité́ financière a été́ introduite aux États-Unis à propos des personnes atteintes de cancer (Khayat 2017). Elle est un « effet secondaire » de la maladie : faute de moyens pour prendre en charge les frais non couverts par l’assurance maladie, la patiente ne peut plus suivre ces traitements.

[3] Après vingt de parcours médical difficile dans deux régions de France, l’Ile-de-France et Paca, je suis suivie depuis 2015 par le Centre d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD) à l’hôpital de la Timone à Marseille, situé à soixante-cinq kilomètres de mon domicile. Mon dossier médical dépend de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du Var.

[4] Parmi les études publiées, citons l’article sur l’approche « psychosociale » de la douleur de Michaela Klimekova, Anne-Marie Costalat-Founeau et Patrick Ginies (Klimekova, Costalat-Founeau et Giniès 2002). Une étude états-unienne plus récente aborde les biais de genre dans la prise en compte de la douleur chez les enfants (Earp 2019)https://doi.org/10.1093/jpepsy/jsy104.

[5] Conseil national des Médecins, Atlas de la démographie médicale en France – situation au 1er janvier 2020.

[6] Les femmes sont particulièrement présentes en gynécologie, pédiatrie, endocrinologie-diabétologie-nutrition et dermatologie. Sources : Remplafrance, « La place actuelle des femmes médecins en France », Blog, 27 mai 2021 et Stéphane Long, « Internat : les spécialités que les femmes préfèrent, celles que les hommes fuient », Le Quotidien de médecin, 25 novembre 2017.

[7]Code de la santé publique : Article L.1172-1 Loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé (Article 144) ; Articles D.1172-1 à D.1172-5 Décret n° 2016-1990 du 30 décembre 2016 relatif aux conditions de dispensation de l’activité physique adaptée prescrite par le médecin traitant à des patient·es atteint·es d’une affection de longue durée.

[8] Depuis 2020, la prescription des APA s’élargit aux patient·es en « maladie chronique ». Elles ne sont toujours pas remboursées par l’assurance maladie.

[9] Les femmes sont exclues des essais cliniques, les diagnostics sont sous-orientés (la première cause de mortalité chez les femmes n’est pas le cancer du sein mais les maladies cardio-vasculaires ; elles en meurent plus souvent que les hommes, 56% contre 46%), peu de moyens sont alloués à l’intégration du genre dans la santé (INSERM 2017). Les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses (Bousquet, Couraud, Lazimi, et Collet 2017 ; INSERM 2017) : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes (Le Saint 2019), invisibilisation des maladies du travail (Betansedi 2018), suivis médicaux moindres…

[10] Cédric Villani, Donner un sens à l’intelligence artificielle – Pour une stratégie nationale et européenne, mars 2018, <https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf>https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf.

[11] Elles explicitent plutôt qu’elles n’expliquent, c’est-à-dire qu’elles substituent le comment du vécu de la maladie à la question du pourquoi.

[12] On note ici également une spécificité française. Ailleurs, en Afrique du Sud, la lutte contre toutes les discriminations structure depuis la fin de l’apartheid la stratégie de mise en lumière des savoirs des femmes séropositives (Palmieri 2012).

[13]Charte contre la douleur, <http://www.ch-confolens.fr/images/lang/fr/orki/Charte%20contre%20la%20douleur.pdf>.

[14] Ses niveaux et moyens de diffusion en milieu hospitalier ou externe sont par ailleurs inconnus.

[15] Réseau « Lutter Contre la Douleur », <http://www.reseau-lcd.org>http://www.reseau-lcd.org.

[16] Fondation Apicil, « Pratiques innovantes : ensemble contre la douleur », <http://www.fondation-apicil.org/>http://www.fondation-apicil.org/.

[17]Université des patients, <https://universitedespatients.org>.

[18] Différentes formations universitaires (diplômes universitaires, Masters I et II) valident l’expérience acquise par le ou la patiente.

[19] Cette reconnaissance des malades connait à ce titre un autre biais : le système de santé tente de récupérer la VAE pour pallier la pénurie de personnel sanitaire (Barrier 2016).

[20]Chaire de philosophie, <https://chaire-philo.fr>.

[21] La Chaire de philosophie connaît aujourd’hui des ramifications dans différents lieux hospitaliers et de soin, dont la chaire Humanités et santé au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), le GHT-Paris, Psychiatrie et Neurosciences (Sainte-Anne, Maison Blanche, Perray-Vaucluse).

Covid-19 : manifeste pour une expertise féministe de la santé

Dans le cadre de l’événement 10days4ideas à Bruxelles, j’ai le plaisir d’intervenir le 1er septembre 2021 dans un atelier organisé par Peggy Pierrot et intitulé « COVID-19, pour en finir avec la sidération ». L’échange avec les autres invité·es permettra de présenter mon dernier livre, « La douleur impensée : autopsie féministe de la fibromyalgie, une “maladie de femmes” », chez M Éditeur. Il sort en librairie au Québec le 1er septembre et le 22 octobre en Europe (en prévente d’ores-et-déjà sur les plateformes de vente en ligne). L’autobiographie, forte à propos, chute sur un manifeste féministe prônant les savoirs des femmes malades, davantage porteuses d’expertise sur le soin que seules destinataires de politiques sanitaires. Cette conclusion vient compléter des analyses du contexte où se situe le parcours de la combattante dont j’ai l’expérience. Le parcours comme les analyses mettent en lumière la hiérarchisation des pathologies, la réquisition du vivant par les « mâles dominants » et l’agnotologie de genre qui vertèbre les professions de la santé.

Communiqué de l’événement

COVID-19, pour en finir avec la sidération

Dans nos cultures occidentales, on tente sans cesse de nier notre fragilité, de l’éloigner. On vit dans le mythe d’une possible maîtrise du monde, nous abreuvant de l’idée que seule la domination techno-scientifique est l’avenir de l’humanité. Face au COVID, nous cultivons ainsi une forme de mélancolie, qui nous a paralysé, éteint, soumis aux seules mesures sécuritaires et sanitaires. Or la présence de la mort et les corps qui trahissent, c’est le quotidien des malades chroniques, des personnes handi, des subalternes. Comment vit-on avec la maladie, les handicaps, les catastrophes, les accidents qui viennent déjouer les plans tout tracés de vie individuel et collectives ? Qu’est-ce que les mondes de l’imaginaire peuvent nous aider à déployer pour ne pas rester acculé·e·s, pour dépasser la sidération face à l’effondrement des corps et des projets ? Quels imaginaires politiques peut-on mobiliser face à nos (impressions de) diminution de capacité d’action et par extension, vis-à-vis de notre vieillissement et de notre finitude ? La projection du film Absolute Beginner de Fabrizzio Terranova – qui présentent le parcours de membres du Collectif Ding Ding Dong dont la démarche est de construire une expertise et des pratiques depuis leur expérience pour vivre au mieux avec la maladie de Huntington – servira de point de départ à une discussion animée par Peggy Pierrot et ses invité·e·s. Une après-midi, pour conjurer le sort, penser des stratégies pour lutter contre l’effroi provoqué par la pandémie ou l’effondrement environnemental, inventer d’autres modes de productions de savoir, retrouver notre capacité d’agir.

Peggy Pierrot enseigne la théorie des médias et la narration à l’Erg. Elle écrit aussi et pousse des disques de temps à autre. La sociologie, les mauvais genres et les logiciels libres lui servent de boussole.

Intervenant·es

–          Marianne Mulakozé https://www.mulakoze.com/ Bloggeuse, styliste et militante handi

–          Association Corps Cool avec le projet Fat friendly https://www.instagram.com/fatfriendlyasbl/?hl=fr

–          Joëlle Palmieri, politologue et journaliste, autrice de « La douleur impensée : Autopsie féministe de la fibromyalgie, une “maladie de femmes” » , chez M Éditeur.

–          Ding Ding Dong, avec Emilie Hermant  + Carlos Bustamente de Parasismique https://www.parasismique.be/a-propos/

 

Pour en savoir plus : https://10.days4ideas.be/fr/home

Fibromyalgie : derrière la porte

Une

La douleur impensée – Autopsie féministe de la fibromyalgie, une « maladie de femmes »

Saint-Joseph-du-Lac (Québec) : M Éditeur collection Militantisme, 152p., 1er septembre 2021 (Québec), 22 octobre 2021 (Europe) – http://m-editeur.info/la-douleur-impensee/

Sans titre Richard Poulin contact@m-editeur.info

Prix : Québec 18,95 $, Europe 20 €
ISBN : 978-2-924924-31-0

 

Autopathographie libre et introspective, « La douleur impensée » se veut un texte saisissant sur le combat que je mène contre la « maladie de la douleur ». Riche d’une expérience de journaliste, de politologue et de militante féministe confrontée à une pathologie qui bouleverse ma vie au quotidien, je mêle récit, contexte sanitaire dans lequel il se produit et manifeste pour une guérison.

Après un panorama des déficiences physiologiques (douleurs diffuses sur tout le corps, fatigue, perte de mobilité), cognitives (troubles de la mémoire, du comportement et de la concentration), accompagnées d’une avalanche d’émotions difficilement contrôlables (peur, colère, tristesse), je transporte les lecteur·trices vers les multiples pistes de traitement empruntées et une analyse féministe de la fibromyalgie qui touche très majoritairement des femmes. Les politiques de santé publique, leur hiérarchisation des pathologies et des soins associés, leur agnotologie de genre, la toxicité financière produite questionnées, je fais valoir les savoirs des patientes et ouvre la porte vers des pistes de transformation radicale de la prise en charge et de la gestion de la maladie.

Ce livre s’adresse tant à celleux qui vivent la fibromyalgie, sont touché·es, la pensent, qu’aux professionnel·les qui la soignent et à toutes les personnes qui ne savent pas de quoi il s’agit.

Quelques chiffres me concernant : trente-cinq ans de parcours médical, trente praticien·nes de santé, dix hôpitaux, mille consultations, cent-vingt examens, sept diagnostics, six mille séances de soin, cinquante traitements…
En France, plus de quatre femmes sur cent se reconnaîtront.

 

Communiqué de l’éditeur

Communiqué à télécharger

Joelle Palmieri

La douleur impensée

Autopsie féministe de la fibromyalgie, une « maladie de femmes »

L’algologie (soin de la douleur) est souvent considérée par le corps médical comme une « sous-médecine » et la fibromyalgie comme une pathologie secondaire. La recherche médicale néglige certaines hypothèses, manque de réflexivité́ et répond à une stratégie qui oblitère les savoirs acquis par les malades. Cette ignorance s’accompagne de « préjugés » et « superstitions » perpétués par les médecins selon lesquels les femmes, animées par leurs « humeurs » changeantes ou par des formes d’« hystérie », se plaignent sans raison, s’inventent des maladies et imaginent les douleurs…

Dans cette autopathographie (autobiographie axée sur l’expérience de la maladie), Joelle Palmieri nous décrit un véritable parcours de la combattante pour faire identifier son affection et trouver des moyens thérapeutiques pour atténuer sa douleur chronique invalidante.

Globalement impensée, la fibromyalgie touche très majoritairement les femmes. Deshumanisante, elle se caractérise par des déficiences aussi bien physiologiques (douleurs diffuses sur tout le corps, fatigue, perte de mobilité́), que cognitives (troubles de la mémoire, du comportement et de la concentration), accompagnés d’une avalanche d’émotions difficilement contrôlables (peur, colère, tristesse).

Joelle Palmieri ausculte les différentes phases de son appropriation de cette « maladie de la douleur » : de la création de son langage à sa gestion, de sa qualification à la valorisation des savoirs acquis par la maladie auprès de thérapeutes de différentes disciplines. Puis l’autrice ana- lyse des données médicales et sociologiques, questionne les politiques de la santé publique, leur hiérarchisation des pathologies et des soins associés, leur agnotologie (production culturelle de l’ignorance) de genre, la toxicité financière pesant sur les malades et fait valoir les savoirs des patientes.

Les biais sexistes des professions de la santé, qui sont dommageables pour la santé des femmes, sont au cœur de sa compréhension des difficultés rencontrées pour soigner cette « maladie de femmes ».

TABLE DES MATIÈRES

Préambule

Qui parle ?

Créer un langage de la douleur

Gérer la douleur

Qualifier la douleur

Valoriser les savoirs acquis grâce à la maladie

Identifier les écueils de la prise en charge de la fibromyalgie

S’orienter vers une interaction des savoirs

AUTRICE

Docteure en sciences politiques, journaliste, essayiste et romancière, Joelle Palmieri est membre associée du laboratoire de recherche « Les Afriques dans le monde » (CNRS). Elle a créé́ et dirigé l’Agence pour la promotion de l’économie sociale et solidaire et l’agence de presse féministe internationale Les Pénélopes. Féministe, elle est notamment membre du réseau Genre en action.

Richard Poulin contact@m-editeur.info http://m-editeur.info/

Parution : septembre 2021
Prix : 18,95 $
Pages : 152
Format : 5 x 8 pouces
ISBN : 978-2-924924-31-0

Collection : Militantisme

Autopathographie, maladie de la douleur, fibromyalgie, biais sexistes des professions de la santé, analyse féministe, « maladie de femmes »

 


Table des matières

Préambule

Qui parle ?

Créer un langage de la douleur

Gérer la douleur

Qualifier la douleur

Valoriser les savoirs acquis grâce à la maladie

Identifier les écueils de la prise en charge de la fibromyalgie

S’orienter vers une interaction des savoirs

Une Déferlante bouillonnante

Le numéro 1 de la nouvelle revue féministe « La Déferlante » sort en librairie cette première semaine de mars 2021. Très instruit, savant, cultivé, vivant, ce trimestriel sent bon l’encre d’imprimerie. Il va faire des vagues, comme le souhaitent fortement ses créatrices. Son concept éditorial de choc fait virevolter chroniques, dossier, photoreportages, BD, extraits de livres, témoignages, portraits et références de féministes historiques dont ici, Françoise d’Eaubonne, Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi, Marie-Jo Bonnet, Geneviève Fraisse et ailleurs Audre Lorde, Angela Davis et Zora Neale Hurston. Chaque page met en abyme des concepts féministes dont le genre, l’intersectionnalité, l’hétéronormativité et l’intersexuation.

La barre politique est placée haut, le graphisme contrasté au niveau. Jeu de respirations, cartographies, iconographies, encadrés ou citations à la coupe ou à fond perdu, alternance de couleurs pétantes et de niveaux de gris, rendent compte à la perfection l’intention éditoriale. Ce journal de 160 pages donne (féministement) à penser. L’objectif est fort louable en ces temps d’épidémie où l’existence (rire, embrasser, rêver, s’amuser, voir, échanger, partager, voyager, découvrir, créer) est donnée en pâture à l’essence (être jeune ou vieux, de sexe féminin ou masculin) par les messagers de l’institutionnalisation de l’égalité, à savoir le pouvoir politique, le corps médical, les médias…

On attend le prochain numéro avec hâte, en gardant l’espoir de discuter des concepts comme celui récurrent de décolonisation – je préfère celui de colonialité, le premier disqualifiant le deuxième (« Mondialisation : pourquoi la décolonialité cache la colonialité ») – et de lire davantage de textes issus de savoirs peu emprunts des nécessaires littérature ou académie, autant savants mais plus « trash », nés des tripes, des luttes, de l’expérience du quotidien, au travail, dans la rue, dans les cités, à la maison, en prison, à l’hôpital psychiatrique, dans l’exil, aux portes des morgues, en Occident et ailleurs… Bon vent !

Tout voir et savoir :

www.revueladeferlante.fr/

FB : www.facebook.com/LaDeferlanteRevue/  

TW : https://twitter.com/deferlanterevue

S’abonner :

https://revueladeferlante.fr/boutique/ 

Joelle Palmieri
Co-fondatrice des Pénélopes (Agence de presse féministe internationale en ligne de 1996 à 2004)
2 mars 2021

Zoom : « un empire invisible »

Covid-19, meurtre de Samuel Paty, campagnes électorales, complot… les exemples ne manquent pas où les usages internet font recette. Les échanges, les dénonciations, les calomnies, les appels au meurtre, les droits de circulation, les achats, le travail, se passent désormais « en ligne ». Les cours de l’Éducation nationale ou de l’enseignement supérieur, mais aussi les cours de yoga ou de danse, la diffusion d’un rapport ou la prise de contacts, les réunions professionnelles et militantes, les messes, les consultations médicales, les ventes, le visionnage de films, se font prioritairement « en ligne ». Cet engouement par défaut (tout n’est pas choisi – on préférerait « se voir » – d’autres intervenants optent pour l’anonymat) pose la question des paradoxes des réseaux sociaux numériques[1]et du P2P (peer-to-peer : salles virtuelles). D’un côté, ces systèmes permettent de « rester en contact », de poursuivre ses activités sociales ou politiques, et de l’autre ils accélèrent et remplacent progressivement le politique (gestion de la cité) par la propriété privée et ses épistémès (sciences des connaissances).

L’affaire n’est pas nouvelle mais la tendance affiche déjà une banalisation de la financiarisation/sous-traitance étendue des services publics au privé. Le ver était dans le fruit, notamment avec Facebook[2], ou Twitter[3], mais aussi Amazon[4],Microsoft[5],Apple, Google[6]… le Gafam, qui avait déjà fait son entrée dans les classes, dans les campagnes politiques ou d’influence, dans les enquêtes, dans les échanges d’idées. Un nouveau venu fait des ravages : Zoom[7]. Il se distingue des autres par le niveau de la barre qu’il a placée au-dessus de sa tête. Le propriétaire de l’application double ses concurrents en permettant d’appeler jusqu’à cent personnes en simultané pendant quarante minutes[8]gratuitement. Les abonnements payants qui donnent accès à plus de fonctionnalités sont prisés par les professeurs, mais aussi les ecclésiastes ou les Premiers ministres. Pour autant, les entorses à la sécurité – diffusion d’images pornographiques ou de menaces – perturbent les échanges, la possibilité pour les employeurs de surveiller leurs employés à distance tend les usages, la vente des données personnelles (traçage des utilisateurs, historiques de leur navigation, progrès scolaires, données biométriques…), ou l’utilisation de ces données à des fins de ciblage marketing règnent et la censure fait loi.

Alors que dans les secteurs de l’Éducation nationale, de la recherche, de la santé, de la gouvernance, de la citoyenneté, des groupes d’individus utilisentZoom pour lever des fonds (par demande orale de soutien) ou passent par le crowdfunding, dans le but d’échapper à la mort (individuelle ou des organisations), la société éponyme grimpe en bourse. Le paradoxe est saisissant. Bâtie sur le modèle des autres entreprises qui exploitent internet, Zoom, en plus d’être privée, appartient à son créateur, Eric Yuan, un homme californien d’origine chinoise, génère d’énormes bénéfices qui vont droit dans les poches de ses actionnaires, bafoue les lois et en particulier celles liées à la protection des données privées… tout en investissant massivement le secteur public. Par transition, on pourrait statuer que le secteur public (mais pas seulement) est complice de l’ensemble de ses malversations impunies.

Yuan s’inscrit dans l’héritage de ses prédécesseurs tout en accélérant le mouvement et en forçant le trait. Depuis leur apparition entre les années 1980 et 2000, les sociétés internet, sont caractérisées par le fait qu’elles sont privées, créées puis dirigées par des jeunes hommes blancs hétérosexuels riches diplômés majoritairement états-uniens et depuis peu chinois (Yuan se situant entre deux) et qu’elles sont d’envergure internationale. Le choix des outils, les algorithmes, leurs développements, le transport et le stockage des données, la distribution des richesses produites, les décisions de collaborer avec les autorités et de vendre les données personnelles, l’organisation de la chasse aux sorcières, la diffusion de fake newsou de contenus fascistes, racistes, sexistes, homophobes, leur appartiennent comme celui de payer ou non des impôts. Ce secteur ne connaît pas de démocratie : aucun de ces dirigeants n’est élu par la population pour décider des mesures adaptées à internet et les entreprises échappent aux lois nationales.

Ce système a été établi avec l’accord des États qui dès 1995 (lors du premier Sommet mondial de la société de l’information) ont décidé de confier la « société de l’information » à des entreprises privées. Depuis la naissance d’internet, et après avoir été lancée par l’armée, cette industrie a été entièrement sous-traitée par le politique (institutionnel, partidaire, contestataire) au privé tant au niveau de la production d’outils que de leur régulation, des répartitions des richesses produites – le Gafam se situe dans le top 10 des fortunes personnelles et des entreprises dans le monde[9] – et des savoirs transmis.

De fait on assiste à une apologie de la propriété privée des moyens de communication virtuelle (sous terre, en mer, dans le ciel) comme en son temps celle de la terre, avec son lot d’inégalités sociales et de répression. L’Europe a connu les propriétés foncières avec leurs seigneurs et la servitude, les conquêtes, la vente d’esclaves, l’appropriation du corps des femmes comme outil de re-production, l’empire et la colonisation, l’Amérique du Nord, l’appropriation des terres et les plantations, avec à leur tête des « maîtres » esclavagistes, racistes, antisémites, paternalistes, le tout accompagné de guerres, de meurtres, de massacres à grande échelle et de discriminations instituées. Aujourd’hui si la forme paraît moins cruelle, le fond ressemble à s’y méprendre à ces périodes sordides. À lire les missions du Gafam[10], on trouve des perles héritées de ces bourreaux d’un autre temps et, si toutefois on l’a connu, on repère la perte du contrôle citoyen sur les modes de communication, autant dire sur le quotidien de milliards de personnes. Les entreprises décident ce qui est bien ou le plus important pour les populations, quel que soit le pays ou le continent de rattachement.

Avec « l’ami », les « articles préférés », le « groupe », la « salle »…, les pensées et comportements ont été transformés : ils se sont occidentalisés, libéralisés, sexualisés. Par exemple, si on veut échanger avec d’autres ou se faire connaître, partager des photos, souvenirs, idées, la question d’avoir un compte Facebook ne se pose plus. Utiliser Google pour trouver ce qu’on cherche non plus. WhatsApp[11]est « pratique » et Zoom« facile ». Les langages, logiques et autres algorithmes empruntés dans ces applications, ont non seulement en commun une langue unique, l’anglais, mais un sexe, masculin (majoritaire chez les développeurs informatiques) accompagné d’un mode de pensée structuré, normé, codé, dicté par une culture nord-américaine, judéo-chrétienne, cartésienne et libérale. Cet ensemble de produits n’est pas neutre. Il s’inscrit dans une histoire, un contexte géographique, social et politique.

Tous ces propriétaires manifestent une intention bienveillante à apporter appui, soutien, depuis une personne qui « sait » internet – eux-mêmes – à celles qui ne savent pas internet – et en particulier « les femmes » –, et ce partout dans le monde. Loin de chercher à identifier les individus à qui ses plateformes collaboratives s’adressent, ils les assimilent. Mus par une connaissance technologique, conçue comme faisant partie intégrante du processus de mondialisation, ils ignorent les hiérarchies sociales, qu’elles soient de genre, de classe, de race ou d’âge. Hormis un « avis » ou des « logs », rien n’est attendu de l’utilisateur, de l’Autre (ce qui n’est pas semblable à soi), si bien que les rapports de domination qui régissent les relations sociales sont distillées par leur intermédiaire dans une vision du monde qui aplanit les différences et inégalités, voire les occulte. Leur croyance en un rôle messianique trahit une vision occidentalocentrée[12]et masculine des relations sociales et des règles qui les gouvernent. La « liberté d’expression » en est transformée.

De surcroît, cette vision rend l’utilisateur acteur de sa propre aliénation. Contrôlé, il devient contrôleur des cadres et normes virtuels dictés par un individu (occidental, masculin, blanc, jeune, aisé), et ainsi promoteur de violence épistémique (inhibitrice et hiérarchisée de savoirs). Ainsi, l’ensemble des rapports de domination produits par le capitalisme en dehors de ses sphères d’action se renforce : la colonialité numérique se déploie.

Zoomest le produit de cette colonialité numérique de même qu’il la produit : en ouvrant ses salles virtuelles à quatre cents personnes sans voix et distantes en même temps, tout en diffusant leurs données sans consentement ou en laissant passer des messages racistes ou sexistes plus ou moins subliminaux, il alimente un empire invisible et banalisé qui renforce les dominations.

Des contretemps existent, rares, isolés, dispersés, motivés par une appropriation collective des moyens d’une communication populaire. En vingt-cinq ans, ils n’ont pas réussi à déstabiliser ou à ralentir la progression de cet empire. Dernière piste de sortie possible : l’implosion pour cause d’overdose ?

Joelle Palmieri
18 novembre 2020

[1]Nous ne discuterons pas ici l’usage de cette terminologie.

[2]Facebooka été inventée par un étudiant américain de l’université de Harvard à Cambridge au Massachusetts, Mark Zuckerberg, en février 2004. FaceBookconnaît une croissance géométrique du nombre de ses usagers qui est passé de 1 million en 2004 (essentiellement des étudiants américains) à 2,89 milliards par mois en 2019 pour atteindre un chiffre d’affaires de  17,74 milliards de dollars et une valorisation boursière de plus de 270 milliards de dollars.

[3]Twittera été créé à San Francisco en 2006 par Jack Dorsey, aujourd’hui âgé de 43 ans, au sein d’une société proposant des logiciels permettant de publier des fichiers audio sur un blog au moyen d’un téléphone. En 2015, Jack Dorsey est le 307ehomme le plus riche au monde avec une fortune de 2,3 milliards de dollars. La valorisation boursière de l’entreprise s’élève à 43 milliards de dollars.

[4]Amazon, entreprise de commerce électronique basée à Seattle, a été créée par Jeff Bezos en juillet 1994. Elle a été introduite en bourse en mai 1997. En 2020, la société emploie un million de personnes dans le monde, génère 280 milliards de dollars et dépasse les 3 000 milliards de dollars de valorisation en bourse (2019).

[5]Microsoft Corporationa été fondée par Paul Allen et Bill Gates en avril 1975 dans le Nouveau-Mexique aux États-Unis, pour répondre à leurs propres besoins d’étudiants américains. En 2018, Microsoft connaît un revenu annuel estimé à 110,36 milliards de dollars et valorisation boursière de plus de 210 milliards de dollars. En 2020, l’entreprise emploie 148 000 personnes dans 120 pays.

[6]Googleest née le 27 septembre 1998 dans la Silicon Valley,en Californie, à l’initiative de Larry Page et de Sergey Brin. Début 2008, Googlevalait 210 milliards de dollars à la Bourse de Wall Street à New York. Depuis 2011, l’entreprise possède 1,8 million de serveurs (parc le plus important à l’échelle internationale) répartis sur 32 sites. En 2019, l’entreprise a généré près de 162 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour une valorisation en bourse de plus de mille milliards de dollars.

[7]Zooma été créée dans la Silicon Valley en 2011 par Eric Yuan, un ingénieur anciennement employé chez Cisco System. Cotée en Bourse depuis avril 2019, sa capitalisation boursière a atteint 92 milliards au 31 août 2020 et la plateforme aurait dépassé en mars 2020 les 200 millions de participants quotidiens contre 10 millions en décembre 2019. Entre février et avril 2020, Zoom a gagné 328 millions de dollars.

[8]En mars 2020, Zooma retiré la limite des quarante minutes pour les profs dans une vingtaine de pays.

[9]Selon Forbes, en avril 2020, les sept premiers milliardaires au monde sont dans l’ordre : Jeff Bezos ($113 Mds, États-Unis, Amazon), Bill Gates ($98 Mds, États-Unis, Microsoft), Bernard Arnault et sa famille ($76 Mds, France, LVMH), Warren Buffett ($67, 5 Mds, États-Unis, Berkshire Hathaway), Larry Ellisson ($59 Mds, États-Unis, Oracle Software), Amancio Ortega ($55, 1 Mds, Espagne, Zara/Inditex), Mark Zuckerberg ($54, 7 Mds, États-Unis, Facebook).

Selon FXSSI, le 6 septembre 2020, les huit entreprises les plus riches (note basée sur la capitalisation boursière) sont dans l’ordre : Saudi Aramco (1 685 $ milliards, extraction et raffinage du pétrole et du gaz, Arabie saoudite), Microsoft(1 359 $ milliards, États-Unis), Apple inc.(1 286 $ milliards, États-Unis), Amazon Inc. (1 233 $ milliards, États-Unis), Alphabet Inc.(ex-Google, 919 $ milliards, États-Unis), Facebook(584 $ milliards, États-Unis), Alibaba Group (545 $ milliards, internet, Chine), Tencent(510 $ milliards, internet, Chine).

[10]Zoom : “Delivering happiness“: « apporter du bonheur » ; Twitter :“We want to instantly connect people everywhere to what’s most important to them”: « Nous voulons instantanément connecter les populations du monde entier à ce qui est le plus important pour elles ». Facebook :“Giving people the power to share and make the world more open and connected”: « Donner au peuple le pouvoir d’échanger et de rendre le monde plus ouvert et connecté ».

[11]WhatsAppest un système de messagerie utilisant la téléphonie mobile et Internet. L’application a été créée en 2009 par Jan Koum et Brian Acton, deux anciens employés de Yahoo!. Elle est utilisée par plus de deux milliards de personnes en 2020. En février 2014, la société WhatsAppest acquise par Facebook.

[12]Nous incluons la Chine qui suit le même modèle libéral.

Covid-19 : les seigneurs revisitent la basse-cour

Résumons-nous. En France, après l’instauration le 14 octobre 2020 d’un couvre-feupour gérer la crise sanitaire, le gouvernement décide, le 30 courant sans consultation du Parlement, le retour à un confinement national, ouvrant cette fois l’accès au travail, à l’école, aux maisons de retraite et aux supermarchés, mais toujours pas aux commerces de proximité, aux lieux culturels, de loisirs ou sportifs (hors professionnels et chasseurs[1])… et interdisant tout déplacement d’une région à l’autre. En même temps, des projets de loi sont examinés. Arrêtons-nous sur trois d’entre eux. Le premier, le 4ePlan de loi de finances rectifié (PLFR)[2], adopté le 4 novembre par le Conseil des ministres, répond à « l’urgence économique ». Le deuxième, présenté le 22 juillet en Conseil des ministres, adopté par l’Assemblée nationale le 23 septembre, en partie amendé par le Sénat le 28 octobre, concerne l’enseignement supérieur et la recherche[3]et le troisième, présenté à l’Assemblée nationale le 20 octobre, puis examiné le 4 novembre, porte sur la « sécurité globale »[4].

Le 4ePLFR prévoit le déblocage d’une enveloppe de 20 milliards d’euros essentiellement prélevée dans les caisses de l’aide publique au développement, de la santé, de l’éducation, de la justice, de l’enseignement supérieur – la ligne budgétaire de la Défense est inchangée.

La loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) envisage des « contrats de mission » en lieu et place du statut de fonctionnaire, des postes de professeurs assistants temporaires, la suppression de la qualification CNU, bref un arsenal de mesures visant l’économicisation du secteur. Ce choix est accompagné d’une chasse aux sorcières dont l’État doit, selon le ministre de l’Éducation fort inspiré par les thèses de l’extrême-droite, se méfier pour cause de « complicité » avec les entrepreneurs terroristes (islamistes) et de distance avec les « valeurs de la République » (l’« islamogauchisme »).

La loi « sécurité globale » préconise la dérégulation de l’utilisation des caméras mobiles portées par les forces de l’ordre, la surveillance par drone, l’interdiction de diffuser l’image de policiers… Cette approche d’une « sécurité sans contact » à la Chinoise a pour triple logique d’augmenter les profits des entreprises d’armement, de restreindre les libertés et de banaliser le renforcement de l’État policier.

Cette avalanche de mesures gouvernementales et de votes de lois rappelle étrangement la féodalité. Au XIIIe siècle, les seigneurs construisaient des châteaux forts à double enceinte, la haute et la basse-cour. Cette deuxième zone « protégeait » leurs « sujets » et leurs animaux des guerres, en échange d’une interdiction de sortie, du paiement du « cens » et des « banalités » (des impôts ouvrant à des « services publics ») et de la « corvée seigneuriale », un travail non rémunéré visant l’enrichissement de la propriété. La domination souverain/serfs était instituée et peu contestée sous peine d’enfermement, d’expulsion ou de mise à mort. Cette forme de gouvernement, autrement appelée « oligarchie », pour laquelle une classe dominante resserrée bénéficie de privilèges étendus – dont celui de rendre la justice – et décide du sort des populations, s’est illustrée à de nombreuses reprises et en divers lieux au cours de l’Histoire. Ne devrions-nous pas rappeler que cette gestion du pouvoir, pour le moins inégale, très éloignée de l’idée de bien commun, est clientéliste, instable, peu démocratique ?

Aujourd’hui, sur le territoire français, seules les personnes qui travaillent ou qui accompagnent les enfants et les personnes âgées (très majoritairement des femmes) ont le droit de circuler à l’intérieur de la basse-cour nationale. Seuls les seigneurs, motivés par une conquête exclusive du pouvoir (débarrassé de ses idéologues extrêmes) décident, parfois sans l’aval de la haute-cour et jamais avec l’avis de la basse-cour et des exclus (chômeurs, retraités, SDFs, handicapés, malades chroniques, détenus, immigrés, réfugiés, clandestins, femmes au foyer), des mesures de « protection » sanitaire ou sécuritaire des populations, de leurs droits à penser et des moyens financiers pour y parvenir.

L’Histoire nous apprend que des révoltes ou révolutions ont fait tomber ces systèmes politiques féodaux. Aussi les serfs d’aujourd’hui et leurs forces de contestation (contre les lois notamment) vont-ils réussir à déconstruire les dominations croisées (race, classe, genre) et édifier des alternatives collectives aux crises sanitaire et guerrière ? Vont-ils convaincre de l’iniquité des théories sur les guerres de religion et opposer une analyse historicisée et contextualisée des relations entre Occident et autres pays du monde (périphérie) ? Vont-ils inquiéter les poujadistes et complotistes, contreproductifs voire transportés par les mêmes jeux de soumission ? Vont-ils informer des stratégies d’enrichissement financier des instigateurs de ces politiques ? Seuls les occupants de seconde zone et du no man’s land peuvent répondre.

 

Joelle Palmieri
5 novembre 2020

 

 

[1]https://www.ecologie.gouv.fr/berangere-abba-precise-conditions-dexercice-chasse-pendant-confinement.

[2]http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3522_projet-loi.

[3]http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3234_projet-loi.

[4]http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3452_proposition-loi.

Covid-19 : le choix des maux

La chose est maintenant claire. En utilisant le terme « couvre-feu » pour qualifier le 14 octobre 2020 l’ensemble des mesures gouvernementales liées à l’aggravation de la crise sanitaire en France, le Président de la République continue de banaliser ses choix militaristes. Ce parti pris a été relevé : Macron utilise une locution qui a marqué l’Histoire du pays à deux reprises, sous l’Occupation allemande pendant la IIe Guerre mondiale (quatre ans) et pendant la Guerre d’Algérie (cinq mois), dans le but de réprimer des groupes d’opposants au régime ou des rebelles.

Aujourd’hui, vocabulaire et comportements se croisent pour mieux faire la démonstration d’une posture guerrière, adoptée à sa prise de fonction. Depuis la descente des Champs-Elysées en véhicule militairele jour de son intronisation, en plus de hisser la France au hit-parade des vendeurs d’armes, d’augmenter les budgets de la défense au détriment de ceux de la santé– en 2020, le budget de la santé représente 3,03% du budget de la Défense –, Macron ne cesse d’essaimer ses discours de petits termes choisis en adéquation avec son investissement sans relâche en faveur du système militaro-industriel : « guerre » (santé),« guerre civile » (avec l’islam),« ordre, sécurité »,« état d’urgence », « lois d’exception »,« forces de maintien de l’ordre sur les dents »,« manque de culture militaire »,« ARME » (emploi),« résilience »,

Il est aidé dans sa mission par les médias du pays qui se font sans rechigner les relais de cette sémantique y compris pour qualifier les mesures prises par d’autres pays qui n’ont pas fait le choix de l’utiliser. En Espagne, en Grande-Bretagne, en Belgique, en Allemagne, en Israël, on parle plus facilement de semi-confinement, d’autoconfinement, de bouclage, de mesures administratives pour justifier par exemple la fermeture des bars et restaurants et plus généralement pour donner à la population les moyens de sa protection.

Comment lire ces inserts permanents ? Une première interprétation permet d’affirmer que la population française est considérée comme un enfant indiscipliné qui requiert la sévérité d’un père, l’État, qui loin de chercher à régler le problème là où il se pose – ici, sa santé fragilisée –, affirme son autorité (de père), littéralement le patriarcat [pater-grecarkhê]. Une deuxième interprétation ajoute à l’infantilisation des populations la marque d’une violence nationale à l’intersection du patriarcat et du conflit armé.

Pour le seul terme « couvre-feu », la philosophe africaine Tanella Boni a souligné dans « Matins de couvre-feu »[1] son équivalence avec « guerre » – « mot que personne n’aime prononcer »[2]. Boni nous a aussi renseignés sur les résidences surveillées ou espaces carcéraux que deviennent les grandes villes, sur la violence qu’incarne la privation des libertés et sur le renforcement de la division sexuelle dans la guerre, « un monopole masculin »[3]. Elle a ouvert une brèche dans la réflexion sur le combat contre les hiérarchies sociales (de race, de classe, de sexe) et pour la promotion de la paix en évoquant les questions de l’altérité[4] et du respect de la nature (écoféminisme)[5]. Plus tôt, durant l’occupation de la France par l’Allemagne, Paul Eluard et son poème « Couvre-feu »[6] insistait déjà sur le sens oppressif du terme. Il entrelaçait des « porte gardée », « enfermés », « barrée », « affamée », « désarmés » – les Français contraints à l’obéissance – avec des « nous » et « aimés » dans le but de faire passer un message d’espoir basé sur le collectif comme lieu de résistance. Boni, Eluard, seraient-ils des sources d’inspiration pour une écriture de la santé publique différente de l’option guerrière de Macron et de la paranoïa des complotistes?

Joelle Palmieri
20 octobre 2020

[1]Tanella Boni, Matins de couvre-feu, Rocher/Le Serpent à Plumes, 2005.

[2]Ibid.,p. 65.

[3]Ibid.,p. 9.

[4]Ibid.,p. 108.

[5]Ibid.,p. 15.

[6]Paul Éluard, Couvre-feu, in Poésies et vérité, 1942.

Catastrophes « naturelles » : quelles solidarités ?

Les catastrophes « naturelles » survenues le 3 octobre 2020 dans les vallées de la Vésubie, de la Tinée, de l’Esteron ou de la Roya en France convoquent « spontanément » la « solidarité » avec les populations touchées. Des collectivités territoriales en appellent même au don individuel. Mais à qui est vraiment destiné cet élan de solidarité et que vise-t-il ?

Tout d’abord, la question se pose, dans cette région particulièrement marquée par le développement immobilier et par les migrations, de la potentielle responsabilité des habitants, indifférents, contradicteurs ou en accord avec les décideurs politiques. Parmi eux, qui veut davantage construire[1], qui redoute la prolifération des habitations dans les zones à risque, qui ferme les yeux sur le détournement des fonds publics, qui dénonce la corruption héritée de longue date par la mainmise de la mafia et de l’extrême-droite sur le territoire, qui entend contrôler les pauvres, qui lutte contre la précarité, qui souhaite plus de répression à l’égard des migrants, qui s’inquiète de leur sort ? Les réponses à ces interrogations entretiennent des débats locaux de longue date.

Ensuite, concernant les seules catastrophes naturelles, plusieurs études[2], notamment l’une d’entre elles commanditée par la Métropole Nice Côte d’Azur et datant d’un peu moins de deux ans, mettent en garde contre les « risques de crues » et de « laves torrentielles menaçant les infrastructures routières » et donnent la priorité à la protection des personnes[3]. L’affirmation d’un fief de droite aux rivalités partisanes et aux adoubements endogènes – Christian Estrosi, Eric Ciotti (natif de Saint-Martin-Vésubie), Charles-Ange Ginesy… –, hérité de vingt-quatre ans de règne de Jacques Médecin et d’un siècle de dynastie de sa famille[4], conforte les dénis : les politiques démographiques, étroitement liées au choix d’un développement forcené du tourisme et de l’urbanisme, visent un renforcement de l’hégémonie politique de droite, y compris extrême[5], et des profits financiers à court terme. En conséquence, la lutte contre le changement climatique passe par des « adaptations » économiques rentables et par la ségrégation sociale (race, classe).

Enfin, si on ajoute à ces constats le rôle prépondérant des hommes dans la gestion et l’acquisition de biens fonciers, et les inégalités de genre en matière de propriété et de patrimoine[6], on comprend que la notion de « solidarité » rabâchée par le gouvernement, les acteurs politiques locaux et les médias français demande à être éclairée.

En premier lieu le terme est galvaudé. Avec la sémantique administrative ultralibérale, des sigles incluant le mot sont banalisés : Pacte civil de solidarité (PACS), Revenu de solidarité active (le RSA), Impôt de solidarité sur la fortune, journée de la Solidarité (lundi de Pentecôte), Fonds de solidarité pour le logement (FSL)…Ensuite, un glissement de longue date s’est opéré. La « solidarité » traduit une morale paternaliste, largement adoptée notamment par les colonisateurs pour désigner les populations subalternes, qui consiste à « plaindre », « protéger », « aider », « soutenir », « assister » les « pauvres victimes ». L’usage de cette terminologie a pour vocation d’infantiliser les personnes visées, de réduire leurs marges d’action, et de situer ses protagonistes en « pères » ayant autorité à diriger en tout désintérêt.

L’occasion nous est donnée au lendemain de ces catastrophes de défendre une solidarité humaniste : écouter les principaux concernés, en tant que véritables experts de la crise, personnes agissantes et non subissantes, sujets et non objets, notamment des effets du changement climatique et de leur négligence par les élus locaux, partager leurs appréciations de la situation, entre eux et avec les autres. Au final, exhorter une solidarité horizontale, réciproque, redevable, engageant l’ensemble des protagonistes (responsables politiques et populations), qui dépasse le zèle humanitaire ou libéral.

Joelle Palmieri
6 octobre 2020

[1]Le conseil municipal entraîné par le maire de Saint-Martin-Vésubie (Henri Giuge, proche de Eric Ciotti) a manifesté en février 2019 son désaccord avec le Plan local d’urbanisme métropolitain (PLUM), mettant en avant « l’impossibilité de lancer de nouvelles constructions », puis s’est rétracté en avril sous pression du préfet.

[2]Reghezza-Zitt Magali, Sanseverino-Godfrin Valérie, « Aménagement durable des territoires soumis à de fortes contraintes : enjeux et perspectives à travers l’examen des outils juridiques. L’exemple de la basse vallée du Var (06) », Annales de géographie, 2012/3 (n° 685), p. 242-265, https://www.cairn-int.info/revue-annales-de-geographie-2012-3-page-242.htm.

[3]« Étude des milieux aquatiques et du risque d’inondation dans la vallée de la Vésubie – Rapport de phase 3 : Recueil d’orientations, Métropole Nice Côte d’Azur, février 2019,http://doc-oai.eaurmc.fr/cindocoai/download/9355/7/VESUBIE-3_Recueil%20orientations.pdf_1551Ko; « PLUm approuvé le 25.10.2019 », Métropole Nice Côte d’Azur, http://www.nicecotedazur.org/habitat-urbanisme/plu-métropolitain/plum-approuvé-le-25-10-2019.

[4]Christophe Bellon, « Entre tradition politique localiste et carrière nationale, l’exemple du baron Flaminius Raiberti », Recherches régionales Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, no 177,‎ 2005 ; Alain Ruggiero, Nouvelle histoire de Nice, Éditions Privat, coll. « Histoire des villes », 2006, 383 p., p. 220 ; Michel Franca et Jean Grozier, Nice, la baie des requins, Éditions Alain Moreau, 1981, 208 p.

[5]Martinetti Joseph, « Un département bleu… Azur, entre conservatisme et localisme », Hérodote, 2004/2 (N°113), p. 68-93, https://www.cairn-int.info/revue-herodote-2004-2-page-68.htm.

[6]Ogg Jim, Bonvalet Catherine, Gallou Rémi, « Patrimoine immobilier et retraite : regard sur les couples », Retraite et société, 2012/1 (n° 62), p. 59-78, https://www.cairn-int.info/revue-retraite-et-societe1-2012-1-page-59.htm.

« Séparatisme », « Amish » : le chemin de l’autoritarisme

En ce mois de septembre 2020, la sémantique gouvernementale française s’affiche guerrière et fascisante. L’État serait la première victime d’une « guerre civile » (entre religions) à l’initiative des « islamistes » et freiné dans son élan par des intrusions idéologiques archaïques, essaimées par les écologistes, les féministes[1]… L’usage du terme « séparatisme », à la place de communautarisme, et la référence aux Amish pour fustiger les anti-5G sont banalisés pour mieux le signifier. Prise au premier degré, cette terminologie – tout le monde le sait y compris leurs adeptes et la presse – est très connotée et fait référence aux vocabulaires de l’extrême-droite, du colonialisme[2]et de l’hypermodernité (néolibéralisme).

En deuxième lecture, cette sémantique révèle en creux, par la négativité, la stratégie politique tenace du gouvernement : diviser (les classes, les races, les sexes), ordonner, réprimer les populations et affermir l’État.

Aux États-Unis, le séparatisme est revendiqué publiquement par les suprémacistes blancs(groupes fascistes en soutien de Trump)[3]. En France, ce choix véritable est plus silencieux, l’héritage historique en jeu – celui de l’Europe des Lumières – se voulant « normal » mais non-dit. Car c’est bien l’État français qui est voulu séparatiste (et non des groupes sociaux), et qui veut promouvoir une élite mâle, riche, blanche, chrétienne, hétérosexuelle, aux manettes du pouvoir politique. On retrouve ici ce qu’explique Frantz Fanon à propos de la violence coloniale – « De par sa structure […], le colonialisme est séparatiste et régionaliste »[4] – et bien plus.

Le gouvernement vise les ghettos plutôt que l’intégration, la division des luttes plutôt que les concertations collectives. Comme Charles De Gaulle à propos des communistes[5]et des anticolonialistes[6](Frachon et Césaire), au sortir de la IIeguerre mondiale, Macron utilise le mot « séparatisme », pour mieux mettre ses adversaires politiques hors jeu. Les stigmatiser lui permet de mieux exister. Le Président de la République entend tenir éloignés les « indésirables »[7]et les mettre dans un même sac bien à part. Il s’impose « homme universel » au contraire de « la » femme, racisée, homosexuelle, pauvre, considérée comme « minoritaire ». C’est ici que, dans la négativité, le « majoritaire », qui ne l’est pas et qui fait partie de ce que Colette Guillaumin appelle la « généralité humaine »[8], se crée. Le « minoritaire », le « séparatiste », le devient parce que le « majoritaire » en a décidé ainsi. Par exemple, comme le souligne Jean-Paul Sartre en 1946 à propos de la condition juive, « Le Juif est un homme que les autres hommes tiennent pour Juif : voilà la vérité simple d’où il faut partir »[9]. L’ensemble de ces exclusions sociales et politiques volontaires a pour objet d’assoir par effet miroir la légitimité de l’homme politique et de diviser les mouvements. Cette manœuvre est d’autant plus caricaturale que le projet de loi contre les séparatismes est porté par l’ex-Secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes et par un ministre poursuivi pour viol.

En parallèle des stigmatisations de classe, de race, de sexe, et par extension de ce que Michel Cahen analyse à propos de l’existence des États en Afrique ayant connu le colonialisme français, on peut affirmer que le gouvernement dont Macron s’est entouré a établi une hiérarchie entre appartenance nationale et démocratie. Il alimente la confusion entre les deux concepts pour mieux valoriser une vision occidentale de la « modernité » : « L’usage à tort et à travers du concept de nation entraîne des confusions permanentes entre nation et nationalisme, nation et État, État et État-nation, citoyenneté et nationalité, nation homogène et modernité… »[10]. L’historien évoque un « fétichisme d’État » : « [L’]éclatement [de l’État], le séparatisme d’une de ses parcelles sont d’abord suspectés de “divisionnisme”, de manœuvre impérialiste, de retour en arrière, d’enfermement identitaire. Le grand serait mieux que le petit, la mobilisation identitaire se voit niée en tant que désir de modernité collective »[11]. En propulsant le projet de loi en tête de gondole, Macron s’applique à renforcer le rôle de l’État.

Enfin, la référence aux Amish pour qualifier non seulement les écologistes mais aussi les militants de la préservation des libertés individuelles, est exemplaire. Elle a pour objet un effet repoussoir, les Amish symbolisant l’anti-modernité, y compris en matière de hiérarchie sexuelle[12]. Pour autant, il semble important dans le contexte qui nous occupe de souligner que ces communautés religieuses s’affichent pacifistes et contre la suprématie de l’État[13]. Comme les mennonites qui leurs sont historiquement liés[14], ils expriment leur ferme opposition au racisme. Par exemple à propos des événements à Charlottesville en août 2017, ils écrivent : « À la lumière des événements récents, nous sommes à nouveau contraints de dénoncer et de condamner les idéologies racistes de la suprématie blanche en tant que “pouvoirs cosmiques” et “forces spirituelles du mal” à l’œuvre contre les desseins de Dieu lors de la création »[15]. Entre les lignes, en comparant ses opposants politiques aux Amish, Macron continue d’affirmer ses options bellicistes et suprémacistes.

L’accélération de ces offensives est impressionnante. Marcher sur les plates-bandes de l’évidence (discours empruntés à l’extrême-droite) risque de nous ralentir sérieusement et de nous retrouver dépassés, si ce n’est déjà le cas, par un autoritarisme délétère.

Joelle Palmieri
25 septembre 2020

 

[1]Le gouvernement et ses défenseurs amalgament tous les féminismes et frappent ce qui se revendique le « féminisme lesbien ». Guy Bouchard, « Typologie des tendances théoriques du féminisme contemporain, Philosophiques, 18 (1), 1991, p. 119–167.

[2]Isabelle Avran « “Séparatisme” et “ensauvagement” : quand l’exécutif reprend les thèmes chers à l’extrême droite », nvo,13 septembre 2020, https://nvo.fr/separatisme-et-ensauvagement-quand-lexecutif-reprend-les-themes-chers-a-lextreme-droite/.

[3]Betty A. Dobratz & Stephanie L. Shanks-Meile,“The Strategy of White Separatism”, Journal of Political and Military Sociology, 34 (1), 2006, p. 49-80.

[4]Franz Fanon, Les damnés de la terre, Gallimard, La Découverte, 2003 [1961].

[5]Bernard Lachaise, « De Gaulle et les gaullistes face aux conflits sociaux au temps du RPF », La politique sociale du général de Gaulle, Centre d’Histoire de la Région du Nord et du Nord-Ouest, 1990.

[6]Elisabeth Léo, « Le référendum de 1958 à la Martinique », Outre-mers, tome 95, n°358-359, « 1958 et l’outre-mer français », 2008, p. 107-131.

[7]Éric Maurin,Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social, Le Seuil, coll. « La République des idées », 2004.

[8]Colette Guillaumin, L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Gallimard, 2002.

[9]Jean-Paul Sartre, Réflexions sur la question juive, Gallimard, 1946.

[10]Michel Cahen, « L’État ne crée pas la nation : la nationalisation du monde », Autrepart N°10, 1999, p. 151-170.

[11]Ibid.

[12]‪ John Hostetler, spécialiste de l’histoire et de la culture des Amish, parle effectivement de « willing submission » (soumission volontaire)[12]pour caractériser le rôle des femmes dans ces sociétés. John A. Hostetler, Amish Society, JHU Press, 1993, 435 p.

[13]Fabienne Randaxhe, « Les Amish ou le communautarisme apaisé », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 75, Religion, société et politique aux États-Unis, 2004, p. 50-56.

[14]Jacques Légeret, Catherine Légeret, Quilts amish & [et] quelques autres patchworks mennonites, Labor et Fides, 2001, 77 p.

[15]« Mennonite Central Committee in the U.S. statement on white supremacy and racism in light of the events of August 12, 2017, in Charlottesville, Virginia », Mennonite Central Committee (MCC), https://mcc.org/stories/statement-white-supremacy-racism.

Covid-19 : boulevard des indifférents

En ces temps de pandémie, certains messages politiques, scientifiques, médiatiques, populaires poussent à se demander « où trouver la vérité ? », « quelle est-elle ? », « comment faire la différence entre le vrai et le faux, la vérité et le mensonge ? », « comment faire la part des choses ? », « comment savoir ? ». Grâce au fabuleux texte de Jean Cocteau sur la poésie, on pourrait s’amuser à imaginer que chacun d’entre nous est « un mensonge qui dit toujours la vérité »[1]. Pourtant certains se détachent de cette allégorie et pensent « qu’on ment à la population pour restreindre ses libertés ». On assisterait donc à un looping entre vérité et liberté au détriment d’une valse entre vérité et mensonge.

La gestion politique et la couverture média de la pandémie du Covid-19 donnent en effet lieu à des interprétations personnelles, empruntes d’émotions et de pathos, éloignées de l’élaboration de pensée. Chaque individu crée « sa réalité », des groupes d’individus alimentent des croyances ou évangiles, les réseaux sociaux numériques, structurés par des algorithmes développés par des entreprises privées, mystifient les échanges – la rencontre entre humains n’a pas lieu –, si bien que de « vrai », il ne reste que l’individuel. L’émotion détrône la vérité, le « moi » s’érige en norme, la subjectivité fait loi et l’opinion personnelle toute puissance néglige le partage ou encore l’humour. De langage commun il ne resterait que les Likes sur Facebook, les « réunions » par visio sur Zoom ou les posts sur Instagram… L’indifférence à une vérité reliée aux biens communs est flagrante. La colonialité numérique, « reproduction patriarcale de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme, [qui …] ignore, hiérarchise, invisibilise les savoirs, méprise leur historicisation, leur contextualisation, leur genrisation »[2], méprise les réalités complexes et connaissances associées[3] et crée de l’ignorance[4].

En Occident, on utilise le terme « post-vérité »[5], pour qualifier l’interaction contemporaine entre politique et montée en puissance des usages d’internet. À défaut d’être basées sur le mensonge qui reconnaît la vérité, comme le souligne si bien Cocteau, les « vérités » qui circulent sont indifférentes à la distinction entre mensonge et vérité. En cela, selon Hannah Arendt, elles constituent un danger : « le résultat d’une substitution cohérente et totale de mensonges à la vérité de fait n’est pas que les mensonges seront maintenant acceptés comme vérité, ni que la vérité sera diffamée comme mensonge, mais que le sens par lequel nous nous orientons dans le monde réel – et la catégorie de la vérité relativement à la fausseté compte parmi les moyens mentaux de cette fin – se trouve détruit. »[6]Cette « post-vérité », idéologique, marque du totalitarisme, inhibe l’élaboration d’une pensée commune. Le négationnismeen use à loisirs.

Certains scientifiques tentent de proposer une autre vérité, dite « scientifique », en vérifiant leur expérience et en recoupant leurs sources, en explicitant leurs méthodologies d’observation et d’analyse, en justifiant et en validant leur interprétation des faits, en rationnalisant leur raisonnement. L’incidence de leurs travaux sur l’individuel et sur les impacts de la post-vérité est variable pour deux raisons : d’une part en tant qu’observants ils nient, pour leur majorité, la nécessité d’être observé pour mieux « situer leur vérité »[7], d’autre part, ils se complaisent dans un universalisme abstrait qui noie les inégalités sociales dans une vérité « universelle »[8]. Ce biais scientifique prête le flan à toutes sortes de manipulations visant à transformer la représentation des réalités. « La vérité de fait » comme la nomme Hannah Arendt est remplacée par la « manipulation des faits » : « Elle est toujours en danger d’être mise hors du monde, par des manœuvres, non seulement pour un temps, mais, virtuellement, pour toujours. »[9]. Elle ajoute : « qu’est-ce qui empêche ces histoires, images et non-faits nouveaux de devenir un substitut adéquat de la réalité et de la factualité ? »[10]. Le leurre idéologique remplace, y compris par recherche scientifique interposée, les réalités multiples.

On pourrait penser que Trump, Bolsonaro ou Macron sont des menteurs ou encore que les « complotistes, zélateurs de la chloroquine, négationnistes du Covid »[11], autant de scientifiques « détenant la vérité », sont des prédicateurs. La situation est plus critique : indifférents au mensonge et à la vérité, ils détruisent toute tentative de construction d’un sens aux réalités (humaines et scientifiques). Là réside l’atteinte à notre liberté.

Joelle Palmieri
9 septembre 2020

 

 

 

[1]Jean Cocteau, Le menteur, 1957.

[2]Joelle Palmieri, TIC, colonialité, patriarcat: Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines, Yaoundé, Editions Langaa, 2016, 296 p.

[3]Edgar Morin, La méthode 4. Les idées, Paris, Le Seuil, coll. Essais, 1991.

[4]Mathias Girel, Science et territoire de l’ignorance, Paris, Librairie Quae, Collection : Sciences en questions, 2017, 160 p.

[5]La « post-vérité » est élue « mot de l’année 2016 » par le dictionnaire d’Oxford, qui la définit ainsi : « ce qui fait référence à des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles. »

[6]Hannah Arendt, « Vérité et politique », La crise de la culture, Paris, Gallimard, Collection Folio Essais numéro 113, 1964, p. 327-328.

[7]La notion de « savoir situé », développée dans la théorie du point de vue (StandPoint Theory) renvoie à l’identification du lieu d’où parle celui qui prétend parler et à la reconnaissance de différences de points de vue possibles, parmi lesquelles la différence de genre. Donna Haraway, Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature. Trad. Oristelle Bonis, préf. M.-H. Bourcier, Jacqueline Chambon, 2009 ; Harding Sandra (dir.), The Feminist Standpoint Theory Reader,New York et Londres,Routledge, 2004.

[8]L’universalisme abstrait est un mode de pensée qui considère l’univers comme une entité englobant tous les êtres humains, sans différenciation de genre, de classe ou de race. Mondher Kilani, « Ethnocentrisme », inSylvie Mesure & Patrick Savidan (dir.),Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, pp. 414-415.

[9]Hannah Arendt, op.cit., p. 294.

[10]Ibid., p. 323.

[11]Christian Lehmann, « Covid : complotistes tarés et menteurs patentés », Libération, 2 août 2020.

 

Covid-19 : 4B versus 4H

Vous souvenez-vous des 4H pendant les années sida ? 4H pour « Homosexuels, Hémophiles, Héroïnomanes, Haïtiens », car il était estimé que la maladie se transmettait par les gays ou les seringues et que les immigrés haïtiens aux États-Unis étaient les plus touchés, Haïti étant l’épicentre du virus. À partir des années 1980 et pendant quinze ans, on craint de serrer la main des malades, de partager un verre avec eux, y compris de la part des professionnels de santé. Les conservateurs américains considèrent que « la maladie a été créée par Dieu afin de punir les populations décadentes : homosexuels, drogués mais aussi populations noires »[1]. Partout dans le monde, des négationnistes – militants, journalistes, scientifiques, responsables politiques – soutiennent qu’il n’existe pas de lien de cause à effet entre le VIH et le sida. Leurs discours et actions, fortement emprunts d’homophobie ou de racisme, détournent les méthodes scientifiques, provoquent des diagnostics inexacts, une peur collective, des traitements toxiques et un gaspillage des fonds publics. On sait depuis que leurs déclarations, pratiques et croyances étaient erronées et que leurs peurs étaient infondées : en 40 ans, le sida a fait 32,7 millions de morts, dont plus des deux-tiers en Afrique ; en 2019, 38 millions de personnes vivaient avec le VIH/Sida dans le monde, dont la moitié de femmes[2].

La prise en charge et la reconnaissance politique du sida sera très lente, le déni de la maladie lié au rejet du virus persistant, le mépris des malades résistant. Il faudra l’arrivée de la trithérapie et une très longue campagne de prévention auprès du grand public pour chasser les stigmatisations, mettre à jours certaines cultures – le recours à des préservatifs est perçu comme une pratique peu « virile » car l’éjaculation à l’intérieur du vagin est essentielle dans la relation sexuelle ; il ouvre une porte vers l’infidélité ; il doit être décidé par les hommes et non par les femmes ; il amoindrit la sensibilité (des hommes) ce qui provoque un inconfort lors des rapports sexuels… – et pour ancrer des habitudes préventives : usage des préservatifs pour tous et port de gants dans le milieu médical, mise en place de lieux de distribution gratuite de seringues et de préservatifs.

Aujourd’hui, en raison du COVID-19, la rentrée associative et individuelle, qu’elle touche la culture, le sport, l’éducation, le bien-être ou le travail, semble difficile pour une majorité de la population européenne. On observe un trouble existentiel chez de nombreuses personnes, perdues, dépassées par les « protocoles » étatiques très éloignés de la réalité quotidienne (contradiction entre limitation du nombre de personnes admises à se regrouper à l’intérieur d’une salle et autorisation de grands rassemblements publics, délimitation de zones dans les villes ou dans certains départements avec port du masque obligatoire alors que les mouvements de population notamment entre familles continuent, tergiversations gouvernementales concernant ce port du masque et répression associée…), ignorantes de la maladie et des malades, en attente d’explications et de décisions politiques simples et cohérentes, incapables d’action, hormis se rallier aux thèses dites « complotistes ».

Qui de ces derniers rebelles a déjà manifesté contre les violences policières ou conjugales par exemple, ou contre l’atteinte aux droits du travail (moins lieu d’aliénation que potentiel lieu d’émancipation notamment pour les femmes ou les pauvres ou les racisés ou les trois à la fois), ou pour l’avortement, ou pour le droit d’asile, autant de luttes en faveur des libertés ? Qui d’entre eux se réclament des thèses et actions des libertaires pour étayer leurs refus du port du masque en tant « qu’atteinte à la liberté » ? Ne sont-ils pas simplement hostiles à toute transformation sociale ?

Le flou est général car un changement de comportement est requis. Le sida nous aura montré que cette étape est la plus difficile et risque à tout moment d’être remise en cause (exemple des jeunes générations qui négligent aujourd’hui le port du préservatif). Les négationnistes contemporains, études scientifiques et statistiques à l’appui, comparent les taux de mortalité (cancers, maladies cardio-vasculaires, accidents de la route, meurtres… et pour les fascistes avortements alors que le fœtus n’est pas un être humain), sans différencier les méthodes de calcul ou les dates des chiffres et sans prendre en compte les morts collatéraux du virus(liés au ralentissement de la prise en charge des maladies chroniques, à l’augmentation des troubles psychiatriques et des violences domestiques, à la recrudescence du nombre de SDF…), dans le but de minimiser les impacts de l’épidémie, de justifier leur refus de porter un masque ou de se faire dépister et pour certains de vendre leur propagande ou leur camelote. En fait, cette manœuvre s’inscrit dans un imaginaire historique solide, lié à des identités culturelles et sexuelles précises.

Moins que la privation de libertés ou la gêne et les peurs liés à son port (insupportable, néfaste car « fait avaler son propre CO2 »), le masque (en tissu ou synthétique) cache un masque plus réel : le visage qu’on donne à voir aux autres. Il cache la face (le nez est un organe phallique, la bouche une zone sexualisée, d’où la crainte d’être « dévirilisé »), révèle la personnalité privée et dissimule la façade sociale[3], met à nu, détrône les interprétations et dévoile ce qui n’est plus donné à voir mais l’authenticité et la profondeur[4], sans faux-semblant, sans rejet de la réalité[5], avec ses croyances et ses peurs, dont la peur de mourir, avec son mal-être social et politique. Le rejet du port du masque et le déni de ses conséquences sur les autres représente alors bel et bien une fuite, emprunte de codes et de normes dictés par des hiérarchies sociales produites en Occident entre les genres.

Au final et par goût du plagiat, on pourrait utiliser l’acronyme 4B pour qualifier les pourfendeurs tout autant que les décideurs des politiques sanitaires liées au Covid : bavards, brouillons, brutaux, bravaches.

Joelle Palmieri
31 août 2020

 

[1]Fabien Randrianarisoa, « La maladie des 4H ? », maze,6 septembre 2014, https://maze.fr/2014/09/le-cancer-des-gays/.

[2]OnuSida, « Fiche d’information 2020 — Dernières statistiques sur l’état de l’épidémie de sida », https://www.unaids.org/fr/resources/fact-sheet.

[3]Carl Gustav Jung, « The Archetypes and the Collective Unconscious », Vol. 9. Part 1, ed. Princeton University Press, 1968.

[4]Frederick Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, Hachette Livre, 2004.

[5]Gaston Bachelard, Le droit de rêver, PUF, 2007.

Liban : des armes, des armes, encore des armes

serge d’Ignazio

Au risque d’être taxée de rabat-joie (Mali, Chine, Covid-19…), la précipitation du président français au Liban, deux jours après l’explosion de 2 750 tonnes de nitrate d’ammoniumdans le port de Beyrouth, me laisse penser qu’il y a marchés d’armement dans l’air. Certes Macron place les entreprises françaises du BTP – il va falloir reconstruire le port (Bolloré), des logements (Bouygues) et d’autres installations (Vinci) –, mais surtout il assure la continuité des ventes d’armes dans la région. Révolution populaire ou pas, renouvellement du gouvernement libanais ou pas, l’État français, voire le président en personne, est gagnant sur tous les fronts.

Il vend des armes aux forces de police libanaises qui répriment les manifestants : avant octobre 2019, les entreprises françaises Arquus, Alsetex et SAPL ont fourni des milliers de lanceurs de balles de défense (LBD40 Cougar et Land cougar), de grenades lacrymogènes, de balles en caoutchouc, et un blindé pour un montant total supérieur à 2 millions d’euros.

Il en vend également directement à l’armée du pays ou par l’intermédiaire de l’Arabie Saoudite (contrat Donas signé en 2014 négocié par l’entreprise Odas, qui profite à Arquus et Thalès) sous forme d’une part de cessions de troupes d’élite, d’équipements, de formations militaires, et d’autre part de ventes de navires patrouilleurs, de véhicules blindés, d’hélicoptères, de drones tactiques et d’équipements terrestres, pour un montant total supérieur à 3 milliards d’euros (un peu plus d’un tiers des exportations d’armement françaises égales à 8,33 milliards d’euros en 2019). L’objectif avancé est de contrôler la zone et de veiller au conflit entre l’Iran et Israël. Il s’agit aussi de protéger les explorations pétrolières et gazières au large des côtes libanaises (Total).

Pour finir, il fait fonctionner sa propre armée : envoi d’un porte-hélicoptères avec à son bord « des capacités de reconnaissance des accès maritimes et de soutien hydrographie du Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) » et des denrées pour « aider » la population libanaise : 18 tonnes d’aide médicale et 700 tonnes de denrées alimentaires pour 300 000 sans-abris, soit 60 grammes de médicaments et deux kilos de nourriture par personne pour une durée indéterminée. Peut-être Macron souhaite-t-il renforcer la surveillance de la côte méditerranéenne ?

En outre, la proportion de l’aide financière totale accordée au Liban pour cette catastrophe (30 millions d’euros de la part de la France sur les 250 millions annoncés le 9 août lors de la « Conférence internationale de soutien et d’appui à Beyrouth et au peuple libanais ») est ridicule par rapport aux dégâts matériels estimés à 15 milliards de dollars (12,7 milliards d’euros) et aux contrats d’armement : 30 millions sur plus de 3 milliards d’euros, soit moins de 1%.

Dans l’esprit du président français, l’investissement militaire tout autant que l’esprit militaire prime sur l’élan de solidarité. Pour preuve, un rapport parlementaire français est paru le 8 août qui déplore le « manque de culture militaire » au sein des administrations civiles françaises[1]. Beurk.

Joelle Palmieri
10 août 2020

 

[1]Assemblée nationale, « Mission d’information « flash » sur les relations civilo-militaires à la lumière de la crise de la covid-19 »,http://www2.assemblee-nationale.fr/content/download/313003/3040640/version/2/file/Rapport+relations+civilg-militaires.pdf.

Mali, épicentre de la croisade militaire française

Le 5 juin 2020, lors d’une manifestation à Bamako, naissait au Mali le Mouvement du 5 juin du Rassemblement des Forces Patriotiques (M5RFP), une coalition, « pacifiste », d’organisations opposées à Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). Ce mouvement critique la situation économique, sociale et politique du pays et demande la démission sans condition du Président malien. Le M5RFP stigmatise fortement « la France » qu’elle accuse de pillage des ressources au Nord du pays (uranium exploité par Areva) et de complicité avec les terroristes. La « guerre contre le terrorisme » que le gouvernement français mène depuis 2013 dans le Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso) est fustigée, d’autant qu’il s’oppose par IBK interposé à toute forme de négociation avec les chefs islamistes locaux[1].

Selon le M5RFP, les djihadistes locaux, isolés du mouvement international, recrutent essentiellement chez les jeunes pauvres de la région, attirés par l’appât du gain (vols, trafics) et mobilisés contre le pouvoir politique malien et « ses complices » (France, ONU) qui envoie ses troupes et milices pour discriminer – crimes, exécutions sommaires et massacres collectifs se chiffrent en centaines de morts[2]– la minorité touarègue ou peule dont ils font partie. Ils considèrent « la France » coupable de « colonialisme » d’autant que l’armée française a commis des dégâts – destruction de logements, blessures et homicides des populations locales – dont elle a laissé les autorités maliennes en charge de réparer ou d’indemniser, ce qui n’a pas eu lieu[3]. Le MRRFP préférerait négocier ce qui permettrait de mettre l’ensemble de ces inégalités et dysfonctionnements à plat.

Le 11 juillet 2020, soit un mois plus tard, une nouvelle manifestation à Bamako est violemment réprimée par les autorités, faisant onze morts et 124 blessés[4]. La coupe du M5RFP avait déjà débordée en raison de la corruption endémique et de la gestion approximative de la crise sanitaire liée au Covid-19[5], elle s’est renversée après les législatives à l’annonce de l’accord donné par la Cour constitutionnelle d’attribuer plus de sièges que prévu à des députés proches du parti présidentiel, le Rassemblement pour le Mali (RPM).

Quoiqu’on pense des composantes de ce mouvement plutôt hétéroclite et des accusations qu’il porte contre IBK et « la France », le silence des médias français et les décisions prise au plus haut niveau sur le territoire français viennent étayer ses allégations, voire élargissent le champ des réels enjeux de la présence française sur le territoire malien.

Quelques jours après cette dernière manifestation, le 22 juillet 2020, une mission d’information de l’Assemblée nationale française sur les systèmes d’armes létaux autonomes (SALA) rendaient ses conclusions et recommandations[6]. On peut lire dans le texte que « en aucun cas la décision de tir ne pourrait être confiée à un système autonome ». Pas question de « Terminator », peut-on lire : le tir est et sera toujours déclenché par un militaire même si la conception de ces armes est « technologiquement envisageable ». L’intention se veut éthique.

Entre les lignes, on comprend que ces robots (« tueurs ») ou drones aériens, marins ou terrestres armés – le gouvernement a autorisé leur armement en 2017[7]– sont reconnus comme d’ores-et-déjà déployés sur les lieux de conflits où la France est présente. Le Mali en fait partie avec l’opération Barkhane soutenue par la Minusma de l’ONUdepuis 2014 qui a suivi les opérations Servalet Épervier, pour laquelle l’armée française est largement déployée. Dans le milieu militaire, il est reconnu que ces armes autonomes très équipées (caméras longue portée, micros, pistolets automatiques) peuvent attaquer des cibles en l’absence de toute intervention humaine, le but avoué étant de sortir le soldat du champ immédiat de confrontation, d’éviter les pertes humaines parmi les militaires et de limiter le coût des opérations[8]. 

 Les enjeux stratégique, technologique et financier sont de taille : « Il nous faut aussi veiller à mieux accompagner le développement de pépites nationales du secteur de la robotique qui font l’objet d’appétit vorace de la part de nos compétiteurs », peut-on encore lire dans le rapport. Le gouvernement français essaie de gagner du terrain sur ses collègues états-uniens, chinois et russes qui le précèdent dans le classement des ventes d’armes dans le monde. Il entend en particulier réduire sa dépendance aux moyens américains et, selon les propres termes des députés auteurs du rapport, investir dans des secteurs tels que les « systèmes de collecte et de traitement de données et la modélisation et l’évolution des algorithmes d’apprentissage ». Autrement dit, l’intelligence artificielle. En décembre 2019, l’Agence d’innovation de la défense (AID) créée par le Président Macron avait d’ores-et-déjà privilégié l’achat de robots militaires terrestres Probot de la société israélienne Roboteam pour un million d’euros, un pied de nez aux industries nord-américaines[9]. 

Macron continue son travail d’enrichissement du complexe militaro-industriel (CMI), de militarisation de la sociétéet sa banalisation. La priorité est donnée à la répression plutôt qu’à la négociation et au dialogue, à la conquête plutôt qu’aux alliances, à la domination de l’Occident sur les pays de la périphérie, au pillage des ressources, au contrôle des populations civiles, aux inégalités sociales et économiques, à la division sexuelle du travail, autant de caractéristiques du système militaro-industriel que Andrée Michel avait décrites il y a trente ans, en 1991[10].

Joelle Palmieri
29 juillet 2020

 

 

 

 

[1]Moussa Bolly, « Paris interdit à Bamako de négocier avec Iyad »Maliactu.net, 14 avril 2017.

[2]Ministère français de la Défense, « Les drones armés désormais opérationnels au sein de nos forces », DICoD, 19 décembre 2019, https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/les-drones-armes-desormais-operationnels-au-sein-de-nos-forces ;Corinne Dufka, « Sahel : Les atrocités commises par des militaires favorisent le recrutement par les groupes armés »Le Monde, 29 juin 2020 ; Human Rights Watch, « Les atrocités commises au Burkina Faso au nom de la sécurité risquent de grossir les rangs des terroristes », 12 juin 2019; Rapport HRW sur les « atrocités commises contre des civils dans le centre du Mali », février 2020 ; « La Minusma accuse l’armée malienne d’avoir perpétré 101 exécutions extrajudiciaires »Malijet.com, 4 mai 2020.

[3]Justine Brabant, « Victimes collatérales de l’armée française: au Mali, la grande hypocrisie », Médiapart, 13 juillet 2020, https://www.mediapart.fr/journal/international/130720/victimes-collaterales-de-l-armee-francaise-au-mali-la-grande-hypocrisie.

[4]Matteo Maillard, « Onze morts et plus de cent blessés au Mali dans des manifestations contre le pouvoir »,Le Monde, 13 juillet 2020, https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/07/13/au-mali-le-pouvoir-face-a-l-extension-de-la-contestation_6046061_3212.html.

[5]À noter que cette gestion de l’épidémie frappe davantage les femmes qui n’ont plus accès aux centres de planning familial et aux contraceptifs. Equilibres et populations, « Droits et santé des femmes à l’épreuve du Covid-19 – Témoignages et perspectives féministes de la société civile ouest-africaine », juillet 2020, http://equipop.org/wp-content/uploads/2020/07/Rapport-Enquete-Covid19.pdf?fbclid=IwAR3TTqifQKyXcVCna0pxk4gM9AUzisZFH0LXG9r8NFSTzAbwUu7ub8z2M94.

[6]Claude de Ganay et Fabien Gouttefarde, « Mission d’information sur les systèmes d’armes létaux autonomes », Assemblée nationale, 23 juillet 2020, http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/alt/mi_systemes_armes_letaux.

[7]Nathalie Guibert, « La France arme ses drones acquis aux Etats-Unis »,Le Monde, 6 septembre 2017, https://www.lemonde.fr/international/article/2017/09/06/la-france-arme-ses-drones-acquis-aux-etats-unis_5181673_3210.html#xtor=AL-32280270 ; Philippe Chapleau, « Les drones militaires français Reaper ont effectué leurs premiers tirs au Sahel », Ouest-France,19 décembre 2019,https://www.ouest-france.fr/monde/niger/les-drones-militaires-francais-reaper-ont-effectue-leurs-premiers-tirs-au-sahel-6662301.

[8]Bérengère Margaritelli, « Les « robots tueurs », qu’est-ce que c’est ? »,La Croix, 24 août 2017, https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Ethique/robots-tueurs-quest-cest-2017-08-24-1200871784.

[9]Vincent Lamigeon, « Robots militaires: l’étrange commande israélienne de l’armée française », Challenges, 16 décembre 2019, https://www.challenges.fr/entreprise/defense/robots-militaires-l-etrange-commande-israelienne-de-l-armee-francaise_689739.

[10]Andrée Michel, « Le complexe militaro-industriel, la guerre du Golfe et la démocratie en France », L’Homme et la société, N° 99-100, Femmes et sociétés, 1991, pp. 197-212.

La banalité du mâle

serge d’Ignazio

La nomination du dernier gouvernement français suscite bien des commentaires et des réactions véhémentes du côté des féministes. Certaines demandent sa démission. Ont-elles raison ? Cette option est-elle la bonne ? Une chose est sûre : cette nomination et le verbiage médiatique qui l’accompagne sont cruellement soit stupides soit stratégiques.

Dans le premier cas – stupidité –, on assiste, comme Hannah Arendt nous l’a appris (dans « La banalité du mal »), à un « manque de pensée ». Elle précise : « Clichés, phrases toute faites, codes d’expression standardisés et conventionnels ont pour fonction reconnue, socialement, de protéger de la réalité, c’est-à-dire des sollicitations que faits et événements imposent à l’attention, de par leur existence même »[1]. On y est. Le Président de la République et les ministres qu’il désigne ou approuve (non élus) sont « [incapables] d’être affectés par ce qu[’ils font], [refusent] de juger, de prendre un parti à [leurs] risques, à [leurs] frais »[2]. Alors que les manifestations antiracistes, antisexistes (notamment le mouvement #MeToo), contre le démantèlement des services publics, vont bon train, que l’écologie prend une part du pouvoir (élections municipales), Macron trace. Il poursuit sa mission. La bureaucratisation de son action lui donne le sentiment de n’être responsable d’aucune vilénie. La machine politique française est historiquement bien huilée : le racisme, la hiérarchie sociale, le judéo-christianisme, la primauté de la « culture catholique », l’impunité (notamment des auteurs de viol ou agression sexuelle), le sexisme, y sont totalement banalisés, comme dans le secteur privé des entreprises. La « raison d’État » domine ce qui inclut que les hommes politiques aient une sexualité « normale », c’est-à-dire masculine hétérosexuelle, au-dessus des lois. DSK, Tron, Baupin… sont autant de « citoyens au-dessus de tout soupçon », comme l’était déjà Darmanin quand il était au budget. Le fait qu’il soit désormais « à l’intérieur » n’est objectivement pas plus grave, sa gestion du budget national traduisant parfaitement cette raison. Il est symboliquement plus inadmissible.

Dans le deuxième cas – stratégie –, on peut imaginer que Macron met tout en œuvre pour stigmatiser et diviser les luttes : féminisme « blanc », antiracisme « communautariste », syndicalisme « has been » (contre le démantèlement des services publics, dont soin, éducation,… mais aussi justice, police). Après avoir démoli la gauche parlementaire, il cherche également à diviser ses derniers adversaires politiques : la « droite sociale » – la majorité des ministres entrants à des postes régaliens sont gaullistes –, les Verts – Pompili ne représente plus les grands gagnants des municipales, mais l’amalgame reste possible –, l’extrême-droite – les thèmes du RN, ordre, racisme, antiféminisme, homophobie, sont repris entre les lignes, notamment par Darmanin mais aussi par la nouvelle Secrétaire d’État aux droits des femmes qui parlent de « complémentarité » entre les sexes. Si ce gouvernement était dissous, le Président ferait la peau de ces adversaires, s’assurant d’être populaire, en particulier auprès de ses opposants féministes ou antiracistes… Cqfd. Au passage, on entérine que les ressortissants qui n’ont pas le droit de vote, c’est-à-dire n’ont pas la nationalité française, ne l’intéressent pas plus que ses prédécesseurs. Ils ne sont pas des électeurs potentiels.

De fait, Macron poursuit sa mission : suppression du service public, financiarisation et armement des FO, construction d’une cyberdéfense, autant d’ouvrages qui rapportent beaucoup d’argent et ont pour effet Kiss Cool de maintenir les populations sous contrôle.

Ce soft-totalitarisme, qu’il soit le résultat d’une non pensée ou d’une croisade militaro-financière, mériterait, si ce n’est déjà le cas, d’être dénoncé par les écologistes, les antiracistes et par les féministes. Il est temps d’y opposer de la nuance et surtout du lien, une convergence, entre les luttes.

Joelle Palmieri
13 juillet 2020

[1]Hannah Arendt, La Vie de l’esprit, Paris : Presses Universitaires de France, Collection : Quadrige Grands textes, 2005, 571 p., p. 20-21.

[2]Catherine Vallée, Hannah Arendt. Socrate et la question du totalitarisme, Editions Ellipses, 1999, 144 p.

Covid-19 : la vague des invisibles

Je n’écris pas souvent à la première personne sur ce blog. Je n’évoque pas davantage des « problèmes personnels » auxquels je pourrais être confrontée. Ma situation de femme sexagénaire malade en milieu rural dans un contexte épidémique m’invite aujourd’hui à le faire. Car enfin, quels sont les impacts de la gestion française du Covid-19 sur ma vie courante et sur celle de mes proches ? En quoi ces impacts qui peuvent paraître très individuels valent pour beaucoup et donc prennent une dimension collective ? Si je confronte ma réponse à la première question avec mes conversations devenues plus nombreuses (au téléphone, par visio, par texto, par mail), je peux répondre à la deuxième.

Le confinement a eu pour conséquence directe de suspendre tous mes soins : physiothérapie, psychothérapie, médecines complémentaires, activités physiques adaptées. Ma maladie s’est aggravée (davantage de douleur, davantage de fatigue) et des symptômes nouveaux sont apparus dont des états inflammatoires jusqu’alors rares. Dès les premiers jours, j’étais énervée, dans un état de surexcitation aberrant. J’analysais la situation selon des axes qui me paraissaient ignorés (genre, rôle de l’armement, conflits économiques internationaux, budgets inadaptés, manque de perspective historique…). J’entrevoyais des catastrophes sanitaires mais aussi sociales (perte de revenus, pauvreté, isolement…) pour moi et beaucoup d’autres : les praticien.nes qui m’apportent des soins réguliers, les membres de ma famille dont ma mère en Ehpad, les copines défiées elles aussi par l’aggravation de leur maladie chronique ou par de nouvelles pathologies plutôt graves, ou encore assaillies par leurs conjoints révélés plus agressifs qu’à l’habitude. Je voulais et proposais des solutions rapides qui ne venaient pas.

Le déconfinement a peu changé la donne. La majorité de mes soins étant dispensés dans les salles prêtées gratuitement par la très petite commune du Var ou j’habite, restées fermées par arrêté préfectoral, ma maladie n’étant pas reconnue par la CPAM, je n’ai bénéficié que de la réouverture des cabinets de kinésithérapie, de deux consultations à distance avec mon algologue et avec mon psy (spécialiste en gestion des traumas) et d’une consultation en présentiel avec mon médecin généraliste. Mon état de santé ne s’est pas amélioré, mes sorties sont restées rares et les conséquences néfastes de la tension exprimée par mes proches (arrêt des soins, prise en charge sanitaire approximative, peur de mourir, fuite du domicile conjugal, débordement par les enfants, poursuite du confinement des personnes âgées) ont augmenté.

Beaucoup de personnes avec qui j’ai pu discuter, qu’elles soient malades (du coronavirus ou chroniques) ou simplement « post-confinées », nient le traumatisme qu’elles ont subi ou subissent encore : elles ont peur de consulter – « c’est trop compliqué », « ça ne sert à rien », « il y a d’autres urgences que la mienne » – ou peur que la prise en charge ne soit pas adaptée ou n’ont pas envie de témoigner – « j’en ai déjà marre de la maladie, alors en parler, pas question ! », « je vois pas où », « autant faire ça entre nous, parler c’est déjà bien ». La sidération est bien présente.

Les projets d’activités socio-culturelles dans le village ou dans les villes à proximité restent au point mort et surtout en suspens. « On » ne sait pas ce qui sera possible à très court terme. Que ce soit la commune, les espaces culturels, les associations sportives ou socio-culturelles ne savent pas de quoi « la rentrée » sera faite. En tant que responsable d’association, moi non plus. Le fait de « ne pas savoir » a un impact sur la perception du temps qui passe. D’un côté il se rétrécit car l’agenda est moins encombré (par les soins, les sorties, les rencontres…) – la journée moins chargée est plus courte – de l’autre il s’allonge car l’attente est insupportable. Il est impossible de se projeter, ce qui entraîne une réduction de liberté.

Le déconfinement a en revanche apporté des changements de comportement plutôt nuisibles : augmentation des beuveries improvisées, du niveau sonore, de l’appropriation de l’espace public (voies, trottoirs, jeux de boule, stades…) à des fins privées, des agressions au moins verbales sinon physiques, ce qui produit une surestimation/avalanche des peurs.

Le déni du trauma, l’absence de perspectives dans le temps et les agressions personnelles alimentent l’invisible : ce qui est non dit ou non vu. La peur, omniprésente, n’est pas incarnée : des bombes ne pleuvent pas, la majorité n’est pas enfermée à double tour dans des cellules surveillées par des matons… Seules peut-être les violences policières, les expressions du racisme, pourraient faire office d’incarnation mais leurs contestations sont-elles liées (organiser le lien) à la pandémie ?

Au fond, chacun.e gère seul.e et au coup par coup la situation qu’il.elle vit. J’assiste impuissante à une autogestion privée d’une crise pourtant publique. Cette autogestion connaît sa part d’invisibilité : les impacts de l’épidémie avant, pendant et après, sont différents pour les femmes et pour les hommes. Or les mesures politiques de l’État ou des associations aux niveaux local ou national restent majoritairement aveugles à cette disparité. Les femmes, et en particulier les femmes racisées (caissières, femmes de ménage, aides-soignantes… mais aussi mères de famille), sont plus objets de violences et d’agressions, sont plus sujettes à des troubles psychiatriques (dépressions, pensées suicidaires, bouffées délirantes ou troubles anxieux sévères inexistants auparavant)[1]. Un retour au point mort sans aucune analyse des impacts de genre de la crise sanitaire leur est demandé. Ce retour « à la normale » équivaut à un retour aux inégalités, sinon à leur renforcement. La servitude associée au rôle social des femmes – éducation, santé, nutrition – (le « service » associé au « sale » dirait Geneviève Fraisse[2]), la gestion des maux des autres, en plus du télétravail ou de conditions de travail dégradées, passent une nouvelle fois à la trappe. Ce qui est gentiment nommé « la charge sociale » cache le déni de la maladie, les troubles psy, le dégoût, le désespoir. Qui s’en soucie vraiment ?

Joelle Palmieri
29 juin 2020

 

[1]Juliette Demey, « La deuxième vague psychiatrique est là », Journal du dimanche, 28 juin 2020.

[2]Geneviève Fraisse, « Le soin, le sale, le service, ou l’importance des mots », Par ici la sortie ! n°1, Seuil, juin 2020.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search