De Cantat à Benasayag, et inversement

Bertrand Cantat, chanteur du groupe de rock français le plus populaire, a cogné sa maîtresse à tel point qu’elle en est morte. Il est aujourd’hui en prison alors qu’il devait aller interpréter quelques-unes de ses œuvres au Larzac. Parce qu’il milite également dans une mouvance qu’on qualifie alertement de gauche alternative. Il lutte contre le capitalisme. A partir de lui, on peut dessiner une boucle, celle de militants, illustres ou anonymes, qui, dans leur majorité, tout en voulant changer le monde, continuent inexorablement à placer la « vie privée » dans une « case à part », un espace, qu’il faut bien se défendre de rendre publique et donc encore moins de réfléchir comme un lieu d’oppression. Un lieu donc où tout est permis puisque cela ne regarde personne. Une zone de non-droit.

Bertrand Cantat, auteur-compositeur-interprête du groupe de rock français le plus populaire, a cogné sa maîtresse à tel point qu’elle en est morte. Il est aujourd’hui en prison à Vilnius, en Lituanie alors qu’il devait aller interpréter quelques-unes de ses œuvres au grand rassemblement du Larzac2003. Parce que le chanteur milite dans une mouvance qu’on qualifie alertement de gauche alternative. Il lutte contre le capitalisme. Il est devenu, qu’il le veuille ou non, une des idoles d’un mouvement qui a choisi de poser les bases d’un autre monde. A partir de lui, on peut dessiner une boucle, celle de militants, illustres ou anonymes, qui, dans leur majorité, tout en voulant changer le monde, continuent inexorablement à placer la « vie privée » dans une « case à part », un espace, une sphère, un cachot pourquoi pas ! qu’il faut bien se défendre de rendre publique et donc encore moins de réfléchir comme un lieu d’oppression. Un lieu donc où apparemment tout est permis puisque cela ne regarde personne. Une zone de non-droit en quelque sorte.
A contrario, en dehors de cette poche, que je me permettrai de désigner par son nom, « le privé », tout peut devenir objet de critiques, système d’oppression, lieu de discrimination, carrefour de toutes les inégalités et j’en passe ! Ce domaine public ne garantit pas l’action collective, mais il peut en devenir le théâtre, une scène où l’individu-e est en représentation et la personne dans le trou du souffleur. Car enfin, comment peut-on distinguer le Bertrand Cantat « chanteur engagé », « frère d’écriture, de conviction et de cœur » et le Bertrand Cantat « lié plus que jamais à Marie. Unis et indissociables. Si ce n’est qu’elle est morte, et lui, vivant », comme le qualifient Hélène Chatelain, Claude Faber et Armand Gatti ? L’amour, la passion, la relation de couple, la copulation, seraient-ils autant de circonstances atténuantes pour le meurtre que le rockeur a commis ? Si ce n’est qu’elle est morte… J’hallucine ! Les acteurs de ce même cercle, de cette même boucle de transformateurs, sont-ils prêts à accorder les mêmes circonstances à ces individus, tous reconnus coupables des pires crimes : Messier, Sirven, … ou encore au patron de Total, complice de la junte birmane, à Bush, grand ordonnateur du monde, à Poutine, génocideur des Tchétchènes, … ? Ou encore, sont-ils capables d’ignorer les 350 mortes de Ciudad Juarez et, plus généralement, les disparues des maquiladoras au Mexique, les milliers de femmes « acidées » ou brûlées vives, les milliers de femmes, encore, tuées en toute impunité au nom de l’honneur… ? Sans parler des infanticides de petites filles en Chine, en Inde ou ailleurs, les millions de viols de femmes, de jeunes filles et d’enfants dans tous les pays en guerre ou en situation de post-conflit armé ou en Afrique du Sud où le sida tue, des milliers de femmes prostituées…
Je ne peux pas en faire la liste. Ça me tue… à petits feux. Juste un exemple, pour tenter d’atténuer ma colère. En quelle taille de caractère faut-il afficher sur tous les murs de la planète qu’il y a sept fois plus de décès comptabilisés chez les femmes russes, victimes des coups de leurs maris ou conjoints, que chez les morts de la guerre en Tchétchénie ? Car enfin, comme le souligne la Fédération Nationale Solidarité Femmes, « la relation de couple entre l’auteur et la victime est une circonstance aggravante et non atténuante ». En France, les violences conjugales tuent une femme tous les cinq jours, en blessent grièvement deux millions par an. Comment peut-on oser imaginer que les victimes soient complices de leur propre sort, qu’elles adoptent des attitudes ou comportements qui les transforment en collaboratrices et donc en coupables ? Que le « drame passionnel » – j’adore ! -, l’absorption d’alcool ou de drogue, soient les déclencheurs du passage à l’acte ? La violence des hommes à l’égard des femmes n’a pas besoin de tous ces artifices pour s’exprimer, pour la simple et bonne raison qu’elle est tolérée, voire suggérée – je ne développe pas ici sur la pub -, recommandée pour une bonne tenue virile et donc une bonne intégration sociale !
Je suis assez d’accord avec Miguel Benasayag : “Nous sommes au cœur d’une époque obscure. Nous faisons partie d’une toute petite et frémissante contre-offensive. Il faut construire en intensité l’alternative. Un autre monde est possible par d’autres choix de vie. Nous sommes à une époque de laboratoires sociaux”, a-t-il déclaré au Larzac. Acteur de la boucle des altermondialistes que j’ai mentionnée plus haut, il fait partie des rares à reconnaître publiquement que le crime de Cantat s’apparente à la classique violence conjugale. Alors Miguel ? A quand un laboratoire sur le patriarcat et la domination masculine, piliers de tous les systèmes d’oppression, lieu-même où la déconstruction de l’individu-e doit s’opérer pour voir éclore des groupes constitués de personnes libres ? Au fait ! J’ai pas vu les coquards de Bertrand… et vous ?

30 août 2003

Changements climatiques : les femmes, victimes et incontournables

A la veille de la 15e Commission pour le développement durable, organisée par l’Onu à New York du 30 avril au 11 mai 2008, toutes les attentions se portent sur la question des changements climatiques et de leurs conséquences néfastes sur le développement. Pourtant, les institutions internationales et leurs représentant-es semblent rester aveugles au genre.

 

Alors que la Convention-cadre de l’Onu sur le changement climatique reste un des rares traités qui ne fait pas mention de l’égalité des sexes, le rôle prépondérant des femmes dans cette crise n’est plus à démontrer. Le 10 mars dernier, la ministre de l’Environnement d’Islande, Mme Þórunn Sveinbjarnardóttir, confirmait, lors d’une rencontre de la FAO, que les effets des catastrophes naturelles sur « l’égalité de genre, l’autonomisation et le renforcement des capacités des femmes pourrait être profond ». En effet, partout dans le monde, les femmes, qui forment 70% des pauvres, se retrouvent particulièrement touchées, occupant de fait la position de gestionnaires des ressources, à l’échelle familiale ou communautaire.

Paradoxalement, il est avéré que les désastres naturels sont mieux gérés lorsque les femmes prennent les devants dans le système d’alerte rapide et dans la reconstruction. Durant la sécheresse en Micronésie, par exemple, les femmes, puisant dans leur expérience du travail de la terre, creusaient des puits contenant de l’eau potable fraîche. Au Kenya, les groupes de femmes membres du Greenbelt Movement (Mouvement de la Ceinture verte) plantent des milliers d’arbres, remplissant ainsi le sol, générant des revenus et absorbant le dioxyde de carbone.

 

 

Une mobilisation précipitée

Des organisations de femmes se mobilisent comme Women for Climate Justice qui lançait début avril 2008 un site web (www.gendercc.net), ayant pour ambition de représenter un apport-clé pour le Centre international de compétence sur le genre et le changement climatique.

Côté institutions, en décembre 2007 à Bali, les femmes leaders et ministres chargées de l’environnement ont interpellé l’Onu pour qu’elle donne une place prépondérante aux contributions apportées par les femmes. « Il y a omission des voix des femmes dans les discussions sur le changement climatique », déclarait Wangari Maathai, lauréate du Prix Nobel de la paix de 2004.

Ensuite, du 25 février au 7 mars 2008, lors de la 52e session de la Commission sur le statut des femmes qui se tenait à New York à l’Onu, un accent particulier était porté sur l’apport d’une perspective de genre en la matière.

Enfin, le Secrétariat interagence de la Stratégie internationale de l’Onu pour la prévention des catastrophes, en collaboration avec l’Union mondiale pour la nature et l’organisation Women’s Environment and Development Organization (WEDO), lançaient début mars 2008 un appel à contributions sur les bonnes pratiques et leçons apprises en matière de réduction des risques de catastrophes. Les deux organisations cherchent des exemples de projets et d’initiatives dans les secteurs humanitaires, environnementaux et de développement, qui intègrent une perspective de genre et qui témoignent de changements positifs dans la mobilisation des femmes et des hommes pour augmenter la résilience des collectivités face au changement climatique.

 

Autant victimes que sources d’innovations, les femmes restent indubitablement le pilier des solutions à mettre en œuvre. La mobilisation est au rendez-vous. L’essai reste à transformer.

 

23 avril 2008