Archives par mot-clé : racisme

The Patriot Game

IMG_4325Je déteste l’arbitraire. Celui qui dépend uniquement d’une décision individuelle, hors de soi, hors d’une raison commune. Celui qui réduit l’essentiel au caprice. Celui qui transforme le réel en mensonge. Celui qui détourne de la liberté. Celui qui nourrit au creux du ventre le sentiment d’une injustice infinie. Celui qui terrasse. Celui qui fait violence. Celui qui anime la chasse au faciès, le rejet de l’Autre, les simplifications et détournements discursifs. Celui de Marine Le Pen qui s’approprie le mot « patriote » en lieu et place de « nationaliste ». Moins connoté. Moins hégémonique. Moins autoritaire. Moins fascisant. Plus populaire. Plus proche de la loi du pater-père-patrie. La terre des ancêtres. Rassurant. Protecteur. Celui de Christian Estrosi qui, dix-sept ans après son alliance avec les faschos de sa région, se découvre « résistant ». Le mot-clé. Le sauve-conduit. L’antidote de la collaboration raciste française. Le déni. Celui de Manuel Vals qui clame avoir vaincu le Front National alors que ce parti a progressé de 10% sur tout le territoire. La peur du réalisme politique. Le voile de l’échec. L’aveuglement mensonger. Celui de l’ensemble de ces chevaliers modernes de l’art politique qui progressent concomitamment vers la négation définitive des divisions de classe, de race, de sexe et des modes de pensée qui les construisent. Celui de la « société sans classes » de Hannah Arendt. Celui du système totalitaire. Ce système qui organise les relations entre État et population et qui, selon la philosophe allemande, se caractérise par la manifestation de « mouvements totalitaires [qui] visent et réussissent à organiser des masses – non pas des classes, comme les vieux partis d’intérêts des États-nations européens ; non pas des citoyens ayant des opinions sur, et des intérêts dans le maniement des affaires publiques […] »[1]. Celui qui entend instaurer un nouvel ordre mondial. Celui qui instaure, pour un temps, le lien entre élite et populace[2]. Bien éloignées et distinctes l’une de l’autre. Celui avec qui la réécriture de l’histoire va de pair. Joue un rôle majeur. Celui qui vertèbre l’imposture. Celui qui entérine la fin de la démocratie. Qui alimente les guerres. Celui qui garantit la capture des mots, paroles et savoirs de celles et ceux qui n’ont pas de tribune.

Joelle Palmieri
17 décembre 2015

[1] Les origines du totalitarisme, trad. P. Lévy, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2002, p. 613.

[2] Ibid., p. 637-638.

Bagdad-Paris : une génération de contrôlés-controleurs

IMG_8131Peshawar. 16 janvier 1991. 2h du matin. Les premières bombes américaines drainées par la Tempête du désert tombent sur ma tête. Le son de ces engins meurtriers me tétanise. Pas de téléphone mobile. Pas d’Internet. Téléphone fixe réservé aux communications avec le consulat français, censé assurer ma protection. Coupée du monde. Je tournerai en rond dans cet appartement à la frontière pakistano-afghane à en devenir folle. Neuf jours. Un infini. Chaque détonation est un enfer, synonyme d’enfermement, d’impuissance. Les portes s’ouvrent enfin pour moi. Française. Je file sur Karachi vérifier les contours de ma liberté.

Paris. 20 septembre 2001. Une heure. La justice mondiale se veut sans limite. La mienne s’arrêtera aux marges de l’éditorial que je publierai sur le web pour dénoncer la coalition militaro-industrielle occidentale. Convocation d’urgence au Conseil régional Île-de-France sur la demande des élus Front national. Fustigée, diffamée, je perds l’espace d’une heure la subvention que j’avais obtenue pour l’agence de presse féministe dans laquelle je milite. J’ai été trop loin dira l’ensemble des conseillers réunis (FN, UMP, PS) à l’exception des Verts.

Néoules. 13 novembre 2015. 23h. Les dépêches tombent sur mon smartphone et je les lis médusée. Le lendemain, à 10h deux avions de chasse Rafales passent au dessus de ma cour. Ligne aérienne Istres/Moyen-Orient. J’imagine. Mon mutisme se transforme en terreur. Ce bruit assourdissant et si fulgurant ruine mon système de pensée. J’ai peur. Peur de la surenchère, guerrière, meurtrière. À coups de SMS, je me défoule en demandant à tout va des nouvelles à mes pot’s parisiens. Ils vont bien. Je m’apaise. Et alors je me remets à penser.

24 ans ont passé depuis la 1re guerre d’Irak. De quoi créer une génération de kamikazes animés par la haine, fruit du mépris, de la peur, du néant quotidiens. Une génération qui s’engouffre dans les TIC et les armes de guerre pour mieux exprimer leur non-existence. Le bruit des rafales de mitrailleurs, des bombes, des insultes policières et racistes, des injonctions des matons, du silence occidental sur le réel périphérique (hors Occident) est remplacé par celui des images animées et des non-phrases des réseaux sociaux numériques. Des contrôlés d’ici entendent devenir les contrôleurs de l’Occident. Au nom d’une religion que leurs parents ne connaissent pas ou ne montent pas en épingle. Les cerveaux mutent. Se creusent. Se vident. Au point de ne plus donner consistance au mot liberté. Pour soi, pour l’autre. Le fascisme quotidien continue sa progression.

Ma peine est profonde. Je décide de continuer à voir loin, à lire et écrire, à rêver, à croire en l’autre, à apprécier sa saveur, seul moyen de me battre pour la liberté que ces jeunes neuroleptisés n’ont pas et leurs victimes n’ont plus.

Joelle Palmieri
19 novembre 2015

Jeune, blanche, femme et blonde…

IMG_1041… et fasciste. En PACA, autrement dit, en Région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur, la beauté des paysages, sa spécificité, rivalisent constamment et depuis la fin de la colonisation avec le sexisme et le racisme ordinaires de la majorité de ses habitants. À la veille des élections régionales (décembre 2015), cette équation – beauté/sexisme-racisme – se révèle sur le terrain sournois du discours politique, local et national, au point que les sondeurs nous promettent tout azimuts et pour les années à venir une présidente du Conseil, jeune, blonde et d’extrême droite.

Le mercredi 21 octobre, le premier débat radiotélévisé entre les quatre principaux candidats du coin, Marion Maréchal Le Pen (FN), Christian Estrosi (Les Républicains), Christophe Castaner (PS) et Sophie Camard (EELV- Front de Gauche) a bien planté le décor. Le Niçois a voulu fustiger sa rivale, en lui lançant que son programme était « celui de sa tata ». Par discussions sur la sécurité dans les trains régionaux, les mosquées, les repas de substitution dans les lycées et bien d’autres sujets de stigmatisation de la population régionale dite « non française », on a assisté à la fois à une joute paternaliste et sexiste interne à une famille politique raciste et à la maladroite mise en scène d’une parodie de la saga familiale la plus populaire de France.

Les poncifs vont bon train ici et ailleurs. Dans les médias, dans les couloirs de l’Assemblée nationale, ça jase. La « jeune blonde » passe par tous les qualificatifs. Côté Républicains et proches de Sarkozy, on a pu entendre : « Elle est jeune, elle apparaît encore plus policée. Il est difficile de lui taper dessus ». Les vieux mâles blancs de droite ne peuvent plus pratiquer comme à l’accoutumée. C’est ballot. Leur force virile est schintée au point que la petite-fille, fille, nièce Le Pen se voit créditer de 37% devant Estrosi, 36%, laissant Castaner avec ses ridicules 27%, alors que la région est tenue par le PS depuis dix-sept ans.

On pourrait croire que l’affaire est simple. Cousue de fil blanc. Mais non. Car côté droite de la droite, c’est la guerre. Il aura fallu attendre vendredi dernier, le 16 octobre, pour que le patriarche du clan donne sa bénédiction à la gamine, et avec elle, un signe de ralliement des plus durs de la région, notamment ceux de l’« Algérie française », de l’intégrisme catholique le plus pointu, réunis sur les listes « Union des droites » du député-maire d’Orange Jacques Bompard, président de la très fasciste Ligue du Sud et promoteur d’une ligne moins « gauchisante » que celle portée par la blondasse. Le discours du grand-père est clair : « aime-moi ! ». En manifestant son soutien public à la jeunette, le vieux entend regagner les faveurs de sa propre fille, la « rebelle », la tante/« père spirituel » de l’intéressée. Vous suivez ? À peine quelques semaines plus tôt, il affirmait que sa bien aimée petite-fille n’avait pas la « carrure » du poste à pourvoir. Vous suivez toujours ? Peut-être se méfie-t-il. Elle n’est qu’une fille après tout. Jeune de surcroit. Sans compter qu’elle est aussi la petite-fille Auque. Eh oui ! Un père biologique, bien caché jusqu’à l’année dernière, barbouze de droite, proche de Sarkozy, et des grands-parents paternels, du Nord, gaulliste de gauche côté grand-père, et communiste côté grand-mère… L’héritage de la femme de 26 ans est pour le moins radical pour ne pas dire schizophrène.

Les déclarations bien racistes et fidèles de Marion depuis son investiture en 2012 ne suffisent donc pas : « Nous ne voulons pas de la Paca black-blanc-beur, mais de la Paca bleu-blanc-rouge », « Il est hors de question que notre région passe de la Riviera à la favela », « La Provence est une terre d’identité et de résistance. Résistance des princes provençaux face à l’invasion sarrasine! ». Pour gagner, il faudra qu’elle continue à se battre contre son propre clan, contre le sexisme structurel du clan de son ennemi électoral, contre la mémoire locale – ses conseillers déforment l’histoire provençale : la résistance y est rouge, les plus âgés ne s’y trompent pas – et surtout contre elle-même et son héritage.

Joelle Palmieri
24 octobre 2015

Digressions

Avril 2020. Sept jours dans la vie d’une sexagénaire, dont cinq dans les Balkans. Psychanalyste, de nouveau amoureuse, elle prend prétexte de ses déplacements à Belgrade et à Sofia, puis de son retour dans le Sud de la France pour remonter le cours de sa vie. La chronologie n’est pas au rendez-vous. Les périodes de sa vie s’esquissent par touches : les origines méditerranéennes, l’ancrage prolétarien, les pathologies multiples, les lieux de vie, les voyages, l’engagement, associatif, syndical, professionnel, toujours libertaire, la famille, la sexualité, la vie affective, la mort. Les contextes s’entremêlent pour mieux qualifier ce personnage ému et émouvant, fort et fragile. Nu, la plupart du temps. De la vidéo à la psychanalyse, en passant par l’édition et l’entreprenariat solidaire, cette féministe hume les situations qu’elle vit pour mieux qualifier la genèse de ses emportements, de ses choix et de ses erreurs, de sa sagesse. On partage avec le lecteur le plaisir d’aller chercher dans son enfance la curiosité d’un sentiment inédit, qu’il soit heureux ou mélancolique, afin de satisfaire sa soif de mémoire ou d’enrichir sa culture des savoirs, enfouis au creux du ventre. Rapide, le rythme soumis, le sien, reflète la boulimie de ses rencontres mêlée à la fringale de ses échanges. Tout azimuts.

Joelle Palmieri

Ce roman, achevé en juin 2015, est disponible en ligne ci-dessous.

Vous pouvez également acheter sa version imprimée.

Prix : 12 € / Pages : 152 / Parution : printemps 2015
Frais de port en sus (pour chaque exemplaire) :
2,55 € pour la France ; 3,15 € pour les DOM/TOM ; 4,10 € pour l’UE ; 5,60 € pour le reste du monde.

J’achète  ___ exemplaires de « Digressions »
Nom, prénom
Adresse
Code postal, ville
Pays
E-mail

Chèque à l’ordre de Joelle Palmieri
7, avenue de la Libération 83136 Néoules

[scribd id=267551762 key=key-ZhDcgX8Qh3YZtOaj6DPq mode=scroll]

Tragédie celtique

IMG_9001“Un despote a décidé de partager son royaume entre ses trois filles en fonction de l’amour qu’elles lui exprimeront. La réponse de sa cadette, qui est aussi sa préférée, ne répond pas à son attente. Il la déshérite alors au profit de ses sœurs, bannit son fidèle ami qui prenait sa défense, et ne conserve de son pouvoir que le titre de monarque ainsi qu’une escorte avec laquelle il séjournera alternativement chez ses gendres. L’aveuglement du vieux souverain devant la sincérité́ de sa fille bien-aimée, déchaînant autour de lui la cupidité́, la sauvagerie, la cruauté́ la plus sinistre, le voue à l’errance et à une déchéance inouïe. Abandonné de presque tous, sans abri et privé de raison, le vieux monarque devient le sujet d’une effroyable expérience : comme si le souverain médiéval, qui trônait au sommet d’un cosmos ordonné, était précipité́ dans le chaos, mais aussi, hors de tout sens, à la rencontre d’une condition mortelle à laquelle rien n’aura jamais été́ promis. Le despote est pressé dans ses maux par un acte libre dicté par son orgueil. Son châtiment, sa folie, sa découverte progressive de faits et de vérités qu’il méconnaissait autrefois semblent une suite d’événements d’autant plus tragique et touchante. Trahi par ses filles ainées et leurs époux, contraint de quitter son royaume, ce père, accompagné de son bouffon et de son fidèle ami, erre dans la lande. Le vieux roi perd la raison. Il sera poursuivi puis exécuté en essayant de sauver sa cadette, elle-même pendue.”

Cette histoire se situe 1 500 ans avant l’ère chrétienne, et a été écrite par William Shakespeare entre 1603 et 1606. Elle relate les aventures du Roi Lear et de ses trois filles, Goneril, Régane et Cordélia. Elle évoque la figure légendaire de Leir, roi mythique de l’île de Bretagne à l’époque celtique précédant la conquête romaine et de sa fille Cordélia. 3 515 ans plus tard, dans une résidence de la Trinité-sur-mer dans le Morbihan, se joue la même tragédie. Un père, entouré de ses trois filles, se voit vieillir. Après avoir érigé un potentat, dicté ses infamies, agi cruellement, inspiré maintes trahisons, surmonté et bravé les épreuves, accumulé fortune, le despote, fervent croyant, a misé sans hésitation sur sa fille préférée, la cadette. En enfant aimante mais éclairée, elle a fait mine de ne pas répondre aux injonctions de son père, tout en répliquant le dogme. Elle l’a dédaigné. Seule fille non mariée, il a souhaité la répudier comme s’il en avait le pouvoir, celui du mari, dans la majorité des religions. Il n’a plus supporté qu’elle porte son patronyme. Il s’en trouvait sali, bafoué. La propriété du nom, celle du pater est sacréeEt l’autorité qui va avec également. Les membres de la famille de sexe féminin – fille, mère, épouse – en sont exclus, par tradition. Par application stricte et rigide du patriarcat. Le temps va passer. Les deux personnages vont-ils finalement se rejoindre jusque dans la mort ?

Joelle Palmieri
7 mai 2015

Scruter la bête noire

Ils étaient là. 5 pour trois bureaux. Trois bureaux pour un village de 2500 habitants. A peine 2100 votants. Balourds, mal à l’aise, isolés. La mine patibulaire. Stricte. Austère. Chagrine. Hébétée parfois. Inquisitrice. Méfiante. Peu affable. Scrutatrice. Les scrutateurs, hommes et femmes, du Front National de Néoules, dans le canton de Garéoult dans le Var. Des caricatures. On aurait eu à les inventer on aurait pas mieux fait. Ils n’ont adressé la parole à presque personne, sauf peut-être aux élus locaux dans le but de leur rappeler la stricte loi. Ils ont été bien formés. Informés. Parmi eux, deux femmes. Une d’entre elles a adhéré au parti une semaine avant les élections. Ils sont arrivés avant l’ouverture à 8h et sont restés bien après les résultats des départementales du village à 19h – 62% pour le PS, 38 % pour le FN – dans l’attente de ceux du canton. 20h30. Verdict final : le parti d’extrême-droite l’emporte avec à peu près 650 voix d’avance. 52% contre 48%. Dans la salle, la déprime se lit sur tous les visages. Sauf sur les leurs. Cinq visages ravis contre soixante faciès déconfis, au moins. Qui sont ces militants venus de nulle part ? Personne ne les connaît au village. Et eux, ne connaissent personne. Pourtant ils sont là et fiers de l’être. Les autres, ceux qui ont voté pour le parti de ces militants venus d’ailleurs, pavanent désormais. Se sentent légitimes. Ouvrent leur gueule. Sur les marchés, au tabac, à la sortie des écoles, dans la rue… Y compris dans cet îlot écolo-progressiste-humaniste du marécage droitiste, conservateur et raciste, de cette Provence verte tant appréciée par les touristes[1]. Les langues homophobes, racistes, sexistes, négationnistes, se délient. Elles avaient déjà cours. Dans des cercles réduits. Des entre-sois. Où la lutte contre la couardise n’a pas lieu d’être. Où l’estime de soi se mesure à l’argus de ses véhicules, valeurs mobilières ou immobilières ou encore à celui de sa haine. Contre l’autre. Contre le « système ». Aujourd’hui, ces langues pendent. Comme des condamnés à des potences. Et le public regarde le spectacle. Hébété. Lui aussi.

Joelle Palmieri
8 avril 2015

[1] Dans seules quatre communes sur douze de ce canton, la liste portée par le PS est arrivée en tête.

Des États violents

img_8902Je dois bien l’avouer, je ne suis pas extrêmement informée sur les affaires successives de Ferguson, New York et aujourd’hui Phoenix aux États-Unis d’Amérique, celle de Peshawar au Pakistan, ou encore celle de Sydney en Australie. Dans ces événements, je ne suis mue que par mes sentiments. Et ma colère, tout autant que mon effroi, provoqués par les images ou les écrits qu’on me donne en pâture, me révèlent la légitimité de ma crainte profonde. La préséance des amalgame, négligence des nuances, quête des évidences, comme d’habitude. Et pour moi, leur combat incessant. Car analysons rapidement les faits. Les actes sont violents, tous. Certains commentateurs, comme on a usage de dire, s’accordent pour dire qu’ils sont racistes ou l’œuvre de « terroristes » ou de « forcenés ». Ce qu’on néglige de souligner c’est que les auteurs des meurtres, sont systématiquement des hommes, qu’ils soient policiers, talibans, ou voyou – pour ce qu’on en sait. Ensuite, dans les deux premiers cas, l’intégralité des victimes sont également des hommes ou des garçons. Et dans le troisième cas, comment connaître la composition du commando qui a mis fin à la prise d’otages et a finalement abattu le « forcené » et sans doute deux personnes au passage ? N’étaient-ils pas des hommes ? Ou si cette unité d’intervention est mixte n’a-t-elle pas des modalités d’intervention calquées sur un modèle masculin : la force, l’obéissance, la hiérarchie ? Enfin, pour chaque acte, les armes à feu sont de rigueur. Elles occupent le terrain de façon manifeste. Souligne-t-on pour autant de quel côté on les trouve – assassin et/ou victime – et avec quelle facilité elles circulent ? Un peu. Du point de vue du business disons. Peu du point de vue des rapports sociaux que cette libre circulation engendre. Et pour finir, la tendance généralisée à l’individualisation me sidère. Elle est arrogante. Tous les récits des faits renvoient aux auteurs des crimes violents en tant qu’individus. À enfermer, à juger, à punir. Or, est-il encore besoin de le rappeler, c’est le système, policier, judiciaire, guerrier, social qui est violent, raciste, sans compter qu’il est sexiste et homophobe. C’est l’État lui-même qui est violent. Alors je pose la question : comment juger, éventuellement punir, les crimes de ces États racistes, sexistes, homophobes et j’ajoute militaristes ? Je laisse la réponse à votre réflexion.
Joelle Palmieri
18 décembre 2014

Voilà, Voilà que ça continue

img_0368« Voilà, Voilà que ça recommence. Partout, partout, ils avancent… La leçon n’a pas suffit. Faut dire qu’à la mémoire on a choisi l’oubli. Partout, partout, les discours sont les mêmes. […] Moi je croyais qu’c’était fini. Mais non, mais non, ce n’était qu’un répit ». Rachid Taha, 1993. 21 ans plus tard, ces paroles résonnent dans ma tête. En boucle. Gaza. Damas. Srebrenica. Rethel (Ardennes, France). En mode synchrone. Un hasard ?

Par où commencer ? La Palestine ? Sur la bande de Gaza, 210 morts, dont une grande majorité de civils, et plus de 1 500 blessés en dix jours, selon les dernières estimations onusiennes, nous fait-on savoir. Uniquement des Palestinien-nes. 21 par jour. Version un peu plus rapide du blocus, vieux de sept ans, qui a pour impact direct un taux de chômage de 65%, une crise sanitaire sans précédent et une paupérisation croissante : 45% de la population de Gaza vit en dessous de seuil de pauvreté depuis mai 2007. Mais de quelle population parlons-nous ? Quand on s’intéresse au fait que cette bande, « sablonneuse » comme elle est nommée, est dirigée par le Hamas, parti extrémiste religieux pour le moins, prônant un État islamique palestinien, on sait que les femmes, entendues comme re-productrices d’enfants de la Nation en construction, « naturellement » en charge des soins, de la nutrition et de l’éducation des familles, sont les principales victimes du blocus imposé par Israël. Non seulement elles courent alternativement après l’électricité, l’eau, l’alimentation et de quoi couvrir les dettes cumulées par le ménage, voient leur agenda exploser, mais se font taper dessus une fois tous ces problèmes résolus. Comme un peu partout, la peine est triple. Assenée par l’envahisseur, commuée par le sauveur, appliquée par le père, frère, mari. Or, le silence est absolu. « Moi je croyais qu’c’était fini. Mais non, mais non, ce n’était qu’un répit ». L’omerta règne dans les médias, comme chez les organisations internationales ou les États mais plus encore chez les partis palestiniens ou progressistes européens et d’ailleurs, où se discute la « cause » palestinienne. La cause se débat entre hommes. La cause est masculine, la misère féminine.

Hier, le 16 juillet, Bachar Al-Assad, est officiellement reparti pour un tour de sept ans. Il a prêté serment devant l’assemblée, dans son palais présidentiel, alors que la guerre civile qu’il dirige d’une main de maître a déjà fait 170 000 morts. Le tout en plein boum israélo-palestinien. Sans état d’âme. Il tient à confirmer son mépris intrinsèque et en particulier celui qu’il entretient avec son ennemi de classe pour ainsi dire, le Hamas. Il laisse passer le rouleau compresseur israélien sans mot dire. Alliance singulière mais opportuniste. Toujours en sous-main, dans l’implicite. Là aussi les adversaires sont des hommes et les guerres masculines, si bien que l’adversité en devient féminine. « Voilà, Voilà que ça recommence. Partout, partout, ils avancent… ».

Au même moment, le 8 juillet 2014, des membres serbes des Femmes en noir se faisaient agresser lors de la 19e commémoration du génocide de Srebrenica. À Valjevo, en Serbie, des pro-Mlavic, militaire poursuivi pour génocide, persécution, extermination, meurtre, déportations et actes inhumains dans de nombreuses municipalités en Bosnie-Herzégovine – ses troupes y ont tué, violé, torturé, détenu et chassé des milliers de Musulmans et Croates – n’ont pas apprécié que des femmes clament haut et fort leur opposition à toute forme de guerre, de violence, de racisme et de haine. « La leçon n’a pas suffit. Faut dire qu’à la mémoire on a choisi l’oubli ». Ces hommes faisaient suite à un appel lancé le 25 mars dernier par le porte-parole de l’unité antiterroriste du ministère serbe de l’Intérieur, Radomir Počuča, encourageant les hooligans de football à « s’occuper » des Women in Black. Étonnant ? Non. La démonstration de force se fait à mains nues d’hommes alors que la paix se dit par voix de femmes interposées. La destruction est masculine, la mémoire féminine.

Le 15 juillet, Anne-Sophie Leclere, ex-tête de liste Front National aux municipales à Rethel (Ardennes), a été condamnée par le tribunal de Cayenne à neuf mois de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité assortis d’une amende de 50 000 €. Le FN devra quant à lui verser 30 000 € d’amende. La militante d’extrême-droite avait publié en octobre 2013 une caricature de Christiane Taubira la comparant explicitement à une guenon. Les magistrats ont retenu le caractère raciste de l’affaire, rappelant que le racisme n’est pas une opinion mais bien un crime. Dont acte. Mais force est de constater qu’ils n’ont retenu que le comparatif à un « singe ». « Partout, partout, les discours sont les mêmes ». Or, c’est bien en femelle de l’animal que la ministre française de la Justice avait été grimée. Le sexisme n’est toujours pas un crime. Le racisme, mêlé au sexisme, encore moins. Comme si il y avait une hiérarchisation dans les crimes ou pire, une négligence volontaire des crimes associés au genre féminin. Comme si la libre prise de position de Taubira, en tant que femme noire, était transparente. La justice est masculine, la liberté, féminine.

Voilà, voilà… les identités sexuelles transpirent un peu partout. Les masculinismes s’exhibent. Les féminismes trinquent. Alors, une fois de plus, la guerre et la haine c’est eux, la liberté c’est nous.

 

Joelle Palmieri

17 juillet 2014