Tout ce que le néogrenelle ne veut pas entendre

Ce graphiqueest librement traduit de matériels produits par la campagne états-unienne contre le viol « 11thprincipleconsent ».

Une version française, produite par le collectif « Féministes contre le cyberharcèlement », précise cette notion de culture du viol.

Au moment où se tient en France le « Grenelle contre les violences conjugales », il m’est apparu impératif de me servir de ces graphiques afin de rappeler l’épistémologie (ensemble construit de savoirs) patriarcale à l’origine des violences en débat,

  • par laquelle les femmes sont des objets et non des sujets,
  • dans laquelle la terminologie « violences conjugales » est librement confondue avec celle de « violences à l’égard des femmes », faisant des auteurs de cette confusion des dominants ignorants,
  • grâce à laquelle un système social construit produisant d’une part des victimes culpabilisées (des femmes) et des criminels impunis (des hommes) est occulté,
  • selon laquelle une violence spécifique et exacerbée contre le féminisme (notamment à travers les actions des masculinistes) se renforce,
  • et enfin à travers laquelle une nouvelle socialisation par la violence, notamment par la militarisation des sociétés, la banalisation de la culture sécuritaire et répressive, est à l’œuvre.

Pour mémoire :

Bons débats !

Joelle Palmieri
5 septembre 2019

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.