Domination et financiarisation, une « faute » française

Le 21 décembre 2019 à Abidjan (Côté d’Ivoire),  le président français Emmanuel Macron et le président ivoirien Alassane Ouattara, ont annoncé la fin du Franc de la Communauté financière en Afrique, dit franc CFA. Ce changement ne concernera dès 2020 que les huit pays de l’Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA) : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. L’affaire n’est pas nouvelle : les débats africains autour de questions relatives à la rupture avec la France et à la création d’une monnaie alternative[1]opposent depuis la fin des années 2000 les pourfendeurs d’un « lien colonial qui se perpétue entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique de l’Ouest et du Centre »[2]et les promoteurs d’une vision pragmatique en la matière. Aussi les déclarations du président français sur le colonialisme – « Trop souvent aujourd’hui la France est perçue [comme ayant] un regard d’hégémonie et des oripeaux d’un colonialisme qui a été une erreur profonde, une faute de la République »– s’avèrent purement démagogiques. La désuétude doublée de la minimisation du terme cache des enjeux bien plus importants : les rapports de domination produits par la reproduction patriarcale de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme (ensemble de ce qui forme la colonialité) se renforcent tous les jours et en particulier à coups de financiarisation des sociétés.

Une zone pauvre

Un retour sur les contextes économique et social de la région concernée s’impose. Les pays de l’UEMOA se classent parmi les pays les plus pauvres au monde. Ils occupent le bas du tableau dans l’Indice du développement humain de 2019 du PNUD, entre la 165e(Côte d’Ivoire) et la 189eplace (Niger) sur 189[3]. En 2017, l’agriculture représente en moyenne 25% de l’économie, l’industrie (agroalimentaire et conserveries, mines de phosphate, engrais, raffinage de pétrole, matériaux de construction, construction navale) 18% et les services 52%[4]. Le PIB par habitant est estimé à 1 007 dollars US (données 2018)[5]et ne cesse de chuter. Entre 2003 et 2018, la croissance s’est graduellement dégradée et est globalement mesurée à 6,7%[6].La dette de l’Union augmente : elle est passée de 50,1 % du PIB en 2017 à 52,5 % en 2018[7]. Cette aggravation de la dette s’accompagne d’une surenchère de la pauvreté et de l’augmentation des écarts de richesse : 10% des plus riches possèdent près de 25% à 35% du revenu total, alors que 10% des plus pauvres n’en possèdent que 2% à 4%[8].

Une division sexuelle du travail établie

Qui dit pauvreté, dit également féminisation. En 2012, 49,4% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté (moins de deux dollars par jour)[9]. Sachant que les femmes représentent quatre cinquième de ces pauvres, les impacts des différents choix économiques durant les plus de cinquante ans qui ont suivi les indépendances, dont cette suppression du franc CFA, ont renforcé les inégalités entre les femmes et les hommes.

Le taux de participation des femmes et des hommes au marché du travail s’élève respectivement à 64,2% et 76,2% en 2016[10]. Ce chiffre est néanmoins à moduler selon les modes de calcul, le travail domestique des femmes n’étant pas comptabilisé. Par ailleurs les chiffres d’alphabétisation des filles s’élèvent à 7 contre 10 pour les garçons[11], ce qui explique la faible proportion de femmes aux postes de décision. Depuis le début des années 1990, la mise en place de programmes d’ajustement structurel, la dévaluation du franc CFA, la politique de libéralisation, l’ouverture à la concurrence asiatique, les politiques fiscales, les lourdeurs administratives et le clientélisme des États, maintiennent les femmes de la région dans un rôle économiquement et socialement établi : cumuler, dans la même journée, activités pour l’entreprise qu’elles gèrent et activités du foyer : chercher l’eau, le bois de chauffe, s’occuper des enfants, soigner les anciens, assurer une activité de subsistance pour toute la famille, production qui n’est pas reconnue comme productrice de valeur.

Par ailleurs, les subventions publiques baissent et, par voie de conséquence, la production, notamment du secteur agricole où les femmes représentent 60 à 80% de la force de travail[12]. Toutefois les femmes n’héritent, selon la FAO, que de 13,4% des terres cultivables, la propriété des terres étant communautaire et leur gestion confiée aux hommes, légalement chefs de famille[13]. Ce problème foncier est plus ou moins ignoré par les autorités nationales. Aussi, même si les femmes travaillent plus que leurs maris, leurs revenus sont moindres[14]. À cet égard, la Banque mondialeexplique que la pénurie d’accès des femmes aux ressources économiques, à la propriété et aux titres fonciers, augmente les facteurs de pauvreté, une grande partie des revenus des activités économiques revenant aux hommes[15].

Une financiarisation dirigée par des hommes

De plus, les femmes de la région occupent principalement deux terrains : les marchés, où elles sont quasi seules à commercer, en particulier les fruits et légumes et leur transformation, et les micro-entreprises[16]. Avec les « tontines »[17], elles s’auto-organisent pour faire fructifier leurs petits commerces, dans tous les secteurs. Ce système permet de mutualiser les ressources à un échelon local de proximité. L’objectif de la tontine est alors plus social que financier[18] : même si avec l’aggravation des crises et l’endettement des ménages, ces tontines se sont transformées en caisses d’épargne, toujours régies par des femmes, intégrant un taux d’intérêt, les retombées financières sont réinjectées et reviennent aux membres de la caisse. Les richesses sont redistribuées ou affectées à d’autres dépenses comme celles de santé ou d’éducation[19]. Les obstacles rencontrés sont majeurs : les besoins de formation sont très importants (alphabétisation en langue locale, puis en français, apprentissage de la gestion d’entreprise et de l’informatique,…) tandis que l’écoulement des produits est largement obstrué. Mévente, destruction de la production, coûts de transport prohibitifs, circuits de distribution verrouillés, projets d’exportation limités, impayés, nuisent à l’expansion du commerce de ces femmes[20].

Depuis 2000, des hommes ont commencé à investir les caisses d’épargne, les mutuelles de santé que ces femmes ont créées et en ont pris les rênes. Les taux, comme l’affectation des crédits, ou les sanctions pour les mauvaises payeuses, ne se décident plus collectivement et l’accent est mis sur la gestion de la monnaie fiduciaire au détriment du lien social. Ce changement radical s’intègre dans un mouvement plus global de mainmise d’hommes sur l’économie locale[21]. Depuis 2005, les politiques de libéralisation à outrance, l’importance des investissements notamment chinois (qui importent avec eux leur main d’œuvre) et saoudiens (qui s’occupent des infrastructures routières et aéroportuaires, voire organisent le blanchiment d’argent par l’immobilier, achètent le terrain en mode passif, c’est-à-dire en creusant, en montant les fondations et en laissant en l’état – par exemple le prix du terrain à Dakar au Sénégal a été multiplié par mille en vingt ans –), les sociétés locales, et surtout leurs très jeunes populations – en 2015, les 0-14 ans représentaient 45 % de la population[22]–, s’orientent vers une valeur unique : l’argent.

Au final, la mise en place d’une monnaie unique, indépendante de l’euro et de la France au sein de l’UEOMA, entretient, voire renforce, le rôle social dévolu aux femmes de ces pays : gardiennes non propriétaires du foyer. Cette division sexuelle continue d’alimenter, côté « féminin », une ambivalence entre exclusion (des modes de prise de décision – à titre d’exemple, sur les huit membres de la Commission de l’UEMOA un seul est une femme –) et responsabilité (de servir de palliatif à des États démissionnaires, fortement engagés dans la financiarisation de leurs sociétés).

Joelle Palmieri
25 décembre 2019

 

[1]HAÏDARA Boubacar, Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?, Lamemparle,27 juin 2016, https://lamenparle.hypotheses.org/511#footnote_0_511, consulté le 24 décembre 2019.

[2]NUBUKPOKako, « Politique monétaire et servitude volontaire. La gestion du franc CFA par la BECEAO », Politique africaine 1/2007 (N° 105), p. 70-84

[3]PNUD 2019, Rapport sur le développement humain 2019 – Au-delà̀ des revenus, des moyennes et du temps présent : les inégalités de développement humain au XXIe siècle, http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_2019_overview_-_french.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[4]Indicateurs de conjoncture, Zone UEMOA (T3 2018), https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/b9af3c9b-977a-4eff-9c4d-42178c46a842/files/a8b80c50-0962-44c8-bdd2-1db9352b80bb, consulté le 24 décembre 2019.

[5]Banque mondiale 2019, PIB par habitant, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/ny.gdp.pcap.cd, consulté le 24 décembre 2019.

[6]Ibid.

[7]Fond monétaire international, Union économique et monétaire ouest-africaine, Rapport des services du FMI sur les politiques communes des pays membres, 28 février 2019, https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=2ahUKEwj82-6bvs7mAhWJEMAKHUphClYQFjAAegQIBxAC&url=https%3A%2F%2Fwww.imf.org%2F~%2Fmedia%2FFiles%2FPublications%2FCR%2F2019%2FFrench%2F1WAUFA2019001.ashx&usg=AOvVaw1iPsVltJjbY-upSfnjU7qp, consulté le 24 décembre 2019.

[8]Ibid.

[9]ActuBénin, Situation de la pauvreté dans l’UEMOA: le Bénin crédité de bonnes statistiques, http://news.acotonou.com/h/5560.html, consulté le 24 décembre 2019.

[10]Groupe de la Banque africaine de développement, Perspectives économiques en Afrique de l’Ouest 2018, https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Publications/2018AEO/Perspectives_economiques_en_Afrique_2018_Afrique_de_l_Ouest.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[11]Union économique et monétaire ouest-africaine, Questions principales, avril 2016, https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=5&ved=2ahUKEwi52vqHm87mAhVKilwKHdekAuEQFjAEegQIAxAC&url=https%3A%2F%2Fwww.imf.org%2F~%2Fmedia%2FWebsites%2FIMF%2Fimported-publications%2Fexternal%2Ffrench%2Fpubs%2Fft%2Fscr%2F2016%2F_cr1698f.ashx&usg=AOvVaw3kvGl_S50rB8JWPNmYxHlx, consulté le 24 décembre 2019.

[12]FAO 2010-2011, La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, le rôle des femmes dans l’agriculture – Combler le fossé entre les hommes et les femmes pour soutenir le développement,p. 119, http://www.fao.org/3/a-i2050f.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[13]Il existe globalement deux régimes législatifs en matière d’héritage. Les femmes n’ont pratiquement pas le droit de propriété. Le plus souvent mariées par obligation sociale, si le mari meure ou divorce, elles sont considérées comme libérées de tout bien. En zone rurale, la situation se révèle critique car même si une épouse a travaillé la terre toute sa vie, y compris aux côtés de son mari, il reste le gardien des terres et, selon les lois coutumières, son épouse n’hérite que de la moitié des parts de l’homme, malgré des lois nationales qui légalisent leur accès à la terre.

[14]Fatou Sarr-Sow Fatou 2007, « Toutes les tâches non productives relèvent de la responsabilité des femmes », Le Quotidien, <http://www.sendeveloppementlocal.com/index.php?action=article&numero=634&PHPSESSID=cea6d9b34bb3d3acabc08083a1bebf8f>, consulté le 24 décembre 2019.

[15]BLACKDEN Mark, Égalité des sexes en Afrique subsaharienne, Banque mondiale, 2005.

[16]SAGNA Jacques Aimé, La femme compte-t-elle vraiment dans la société africaine?, Agence Fides, 2005.

[17]Ce nom viendrait de « Tonti », nom d’un banquier italien (Lorenzo Tonti) du XVIIesiècle. Ce banquier a innové en utilisant les lois de probabilité pour constituer des rentes.

[18]GUILLERMOU Yves, « Argent, solidarité et pouvoir », Journal des anthropologues, 90-91 | 2002, 79-104.

[19]PALMIERI Joelle, « Le PAS des Africaines », Les Pénélopes, 2000, http://veill.es/www.penelopes.org/article-1750.html, consulté le 24 décembre 2019.

[20]Ibidem.

[21]PALMIERI Joelle, « Africaines : créativité contre discriminations »,Les Pénélopes, 2003, http://veill.es/www.penelopes.org/article-2817.html,consulté le 24 décembre 2019.

[22]Actualité ouest-africaine, Population ouest-africaine, 1950-2050, http://www.actualite-ouest-africaine.org/content/fr/population-ouest-africaine-1950-2050, consulté le 24 décembre 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.