Sous les feux de la rampe

Incendies en Australie, retraite aux flambeaux et renforcement de la « puissance de feu » des forces de l’ordre (Fdo) en France, le feu fait salle comble. La retraite aux flambeaux du 23 janvier 2020 a galvanisé les porteurs de la résistance à un gouvernement rétrograde. Ses organisateurs ont souhaité reprendre l’idée de la prise de la Bastille et de la future décapitation de l’aristocratie, et par analogie celle du néolibéralisme. Pourtant la flamme ainsi mise en exergue est ambivalente. La preuve en est côté répression où les Fdo ne cessent de « faire feu » sur les manifestants, en utilisant leurs armes (Lbd, flashball…), en mettant la rue « à feu et à sang », où l’« exécutif » impose par interdictions de manifestation interposées un « couvre feux » sans jamais ordonner de « cessez-le feu », ou prétend que la « mobilisation s’effrite », prétextant de l’autre côté du front une perte de volonté politique ou au contraire une « radicalisation », bref en tentant par tous les moyens d’« éteindre le feu ».

Tout le monde « joue avec le feu » dans cette traversée de « crise ». Entre les lignes, se révèle la pluralité du feu. Il a toute sa place dans la théorie des quatre éléments (air, feu, eau, terre), alimentée de longue date un peu partout dans le monde (alchimie, Yi King, Yoga, bouddhisme, taoïsme…), mais se distingue par ce qu’il a transformé dans les relations humaines. À la fois symbole de purification, de chaleur, d’enthousiasme, d’amour, le feu représente aussi le masculin, la virilité, l’héroïsme, la guerre, le militaire. La résistance est des deux côtés. L’affrontement continue. Tant mieux. Mais l’image militariste et la réalité violente qui sous-tend tous ces actes fait froid dans le dos.

Joelle Palmieri
26 janvier 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.