Une Déferlante bouillonnante

Le numéro 1 de la nouvelle revue féministe « La Déferlante » sort en librairie cette première semaine de mars 2021. Très instruit, savant, cultivé, vivant, ce trimestriel sent bon l’encre d’imprimerie. Il va faire des vagues, comme le souhaitent fortement ses créatrices. Son concept éditorial de choc fait virevolter chroniques, dossier, photoreportages, BD, extraits de livres, témoignages, portraits et références de féministes historiques dont ici, Françoise d’Eaubonne, Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi, Marie-Jo Bonnet, Geneviève Fraisse et ailleurs Audre Lorde, Angela Davis et Zora Neale Hurston. Chaque page met en abyme des concepts féministes dont le genre, l’intersectionnalité, l’hétéronormativité et l’intersexuation.

La barre politique est placée haut, le graphisme contrasté au niveau. Jeu de respirations, cartographies, iconographies, encadrés ou citations à la coupe ou à fond perdu, alternance de couleurs pétantes et de niveaux de gris, rendent compte à la perfection l’intention éditoriale. Ce journal de 160 pages donne (féministement) à penser. L’objectif est fort louable en ces temps d’épidémie où l’existence (rire, embrasser, rêver, s’amuser, voir, échanger, partager, voyager, découvrir, créer) est donnée en pâture à l’essence (être jeune ou vieux, de sexe féminin ou masculin) par les messagers de l’institutionnalisation de l’égalité, à savoir le pouvoir politique, le corps médical, les médias…

On attend le prochain numéro avec hâte, en gardant l’espoir de discuter des concepts comme celui récurrent de décolonisation – je préfère celui de colonialité, le premier disqualifiant le deuxième (« Mondialisation : pourquoi la décolonialité cache la colonialité ») – et de lire davantage de textes issus de savoirs peu emprunts des nécessaires littérature ou académie, autant savants mais plus « trash », nés des tripes, des luttes, de l’expérience du quotidien, au travail, dans la rue, dans les cités, à la maison, en prison, à l’hôpital psychiatrique, dans l’exil, aux portes des morgues, en Occident et ailleurs… Bon vent !

Tout voir et savoir :

www.revueladeferlante.fr/

FB : www.facebook.com/LaDeferlanteRevue/  

TW : https://twitter.com/deferlanterevue

S’abonner :

https://revueladeferlante.fr/boutique/ 

Joelle Palmieri
Co-fondatrice des Pénélopes (Agence de presse féministe internationale en ligne de 1996 à 2004)
2 mars 2021


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.