Archives de catégorie : Humeurs

Covid-19 : la vague des invisibles

Je n’écris pas souvent à la première personne sur ce blog. Je n’évoque pas davantage des « problèmes personnels » auxquels je pourrais être confrontée. Ma situation de femme sexagénaire malade en milieu rural dans un contexte épidémique m’invite aujourd’hui à le faire. Car enfin, quels sont les impacts de la gestion française du Covid-19 sur ma vie courante et sur celle de mes proches ? En quoi ces impacts qui peuvent paraître très individuels valent pour beaucoup et donc prennent une dimension collective ? Si je confronte ma réponse à la première question avec mes conversations devenues plus nombreuses (au téléphone, par visio, par texto, par mail), je peux répondre à la deuxième.

Le confinement a eu pour conséquence directe de suspendre tous mes soins : physiothérapie, psychothérapie, médecines complémentaires, activités physiques adaptées. Ma maladie s’est aggravée (davantage de douleur, davantage de fatigue) et des symptômes nouveaux sont apparus dont des états inflammatoires jusqu’alors rares. Dès les premiers jours, j’étais énervée, dans un état de surexcitation aberrant. J’analysais la situation selon des axes qui me paraissaient ignorés (genre, rôle de l’armement, conflits économiques internationaux, budgets inadaptés, manque de perspective historique…). J’entrevoyais des catastrophes sanitaires mais aussi sociales (perte de revenus, pauvreté, isolement…) pour moi et beaucoup d’autres : les praticien.nes qui m’apportent des soins réguliers, les membres de ma famille dont ma mère en Ehpad, les copines défiées elles aussi par l’aggravation de leur maladie chronique ou par de nouvelles pathologies plutôt graves, ou encore assaillies par leurs conjoints révélés plus agressifs qu’à l’habitude. Je voulais et proposais des solutions rapides qui ne venaient pas.

Le déconfinement a peu changé la donne. La majorité de mes soins étant dispensés dans les salles prêtées gratuitement par la très petite commune du Var ou j’habite, restées fermées par arrêté préfectoral, ma maladie n’étant pas reconnue par la CPAM, je n’ai bénéficié que de la réouverture des cabinets de kinésithérapie, de deux consultations à distance avec mon algologue et avec mon psy (spécialiste en gestion des traumas) et d’une consultation en présentiel avec mon médecin généraliste. Mon état de santé ne s’est pas amélioré, mes sorties sont restées rares et les conséquences néfastes de la tension exprimée par mes proches (arrêt des soins, prise en charge sanitaire approximative, peur de mourir, fuite du domicile conjugal, débordement par les enfants, poursuite du confinement des personnes âgées) ont augmenté.

Beaucoup de personnes avec qui j’ai pu discuter, qu’elles soient malades (du coronavirus ou chroniques) ou simplement « post-confinées », nient le traumatisme qu’elles ont subi ou subissent encore : elles ont peur de consulter – « c’est trop compliqué », « ça ne sert à rien », « il y a d’autres urgences que la mienne » – ou peur que la prise en charge ne soit pas adaptée ou n’ont pas envie de témoigner – « j’en ai déjà marre de la maladie, alors en parler, pas question ! », « je vois pas où », « autant faire ça entre nous, parler c’est déjà bien ». La sidération est bien présente.

Les projets d’activités socio-culturelles dans le village ou dans les villes à proximité restent au point mort et surtout en suspens. « On » ne sait pas ce qui sera possible à très court terme. Que ce soit la commune, les espaces culturels, les associations sportives ou socio-culturelles ne savent pas de quoi « la rentrée » sera faite. En tant que responsable d’association, moi non plus. Le fait de « ne pas savoir » a un impact sur la perception du temps qui passe. D’un côté il se rétrécit car l’agenda est moins encombré (par les soins, les sorties, les rencontres…) – la journée moins chargée est plus courte – de l’autre il s’allonge car l’attente est insupportable. Il est impossible de se projeter, ce qui entraîne une réduction de liberté.

Le déconfinement a en revanche apporté des changements de comportement plutôt nuisibles : augmentation des beuveries improvisées, du niveau sonore, de l’appropriation de l’espace public (voies, trottoirs, jeux de boule, stades…) à des fins privées, des agressions au moins verbales sinon physiques, ce qui produit une surestimation/avalanche des peurs.

Le déni du trauma, l’absence de perspectives dans le temps et les agressions personnelles alimentent l’invisible : ce qui est non dit ou non vu. La peur, omniprésente, n’est pas incarnée : des bombes ne pleuvent pas, la majorité n’est pas enfermée à double tour dans des cellules surveillées par des matons… Seules peut-être les violences policières, les expressions du racisme, pourraient faire office d’incarnation mais leurs contestations sont-elles liées (organiser le lien) à la pandémie ?

Au fond, chacun.e gère seul.e et au coup par coup la situation qu’il.elle vit. J’assiste impuissante à une autogestion privée d’une crise pourtant publique. Cette autogestion connaît sa part d’invisibilité : les impacts de l’épidémie avant, pendant et après, sont différents pour les femmes et pour les hommes. Or les mesures politiques de l’État ou des associations aux niveaux local ou national restent majoritairement aveugles à cette disparité. Les femmes, et en particulier les femmes racisées (caissières, femmes de ménage, aides-soignantes… mais aussi mères de famille), sont plus objets de violences et d’agressions, sont plus sujettes à des troubles psychiatriques (dépressions, pensées suicidaires, bouffées délirantes ou troubles anxieux sévères inexistants auparavant)[1]. Un retour au point mort sans aucune analyse des impacts de genre de la crise sanitaire leur est demandé. Ce retour « à la normale » équivaut à un retour aux inégalités, sinon à leur renforcement. La servitude associée au rôle social des femmes – éducation, santé, nutrition – (le « service » associé au « sale » dirait Geneviève Fraisse[2]), la gestion des maux des autres, en plus du télétravail ou de conditions de travail dégradées, passent une nouvelle fois à la trappe. Ce qui est gentiment nommé « la charge sociale » cache le déni de la maladie, les troubles psy, le dégoût, le désespoir. Qui s’en soucie vraiment ?

Joelle Palmieri
29 juin 2020

 

[1]Juliette Demey, « La deuxième vague psychiatrique est là », Journal du dimanche, 28 juin 2020.

[2]Geneviève Fraisse, « Le soin, le sale, le service, ou l’importance des mots », Par ici la sortie ! n°1, Seuil, juin 2020.

 

ARME, VP, profit

49979505356_1dd9205b34_k
© serge D’Ignazio

ARME. Tel est l’acronyme du nouveau plan français de réforme du travail. ARME pour « activité réduite pour le maintien de l’emploi ». Au moment où, partout dans le monde, les rues se noircissent de manifestant.es contre les violences policières (VP) et contre le racisme, le gouvernement français reste fidèle à ses convictions : loi et ordre, par hommes armés interposés, et libéralisme optimisé. C’est gonflé.

Car enfin, qu’est-ce qui lie ces politiques sur le travail, sur la santé (post-COVID-19), sur la sécurité ? Tout d’abord, leur objectif : augmenter les profits financiers des entreprises privées, de l’industrie pharmaceutique, de l’armementet de toutes les autres. Ensuite, leurs méthodes : l’usage de la violence.

En promouvant les libertés économiques et la violence (contre les personnes racisées, contre les pauvres, contre les femmes, les trois conjointement) – ce que recouvre réellement « Law & Order » aux États-Unis –, les gouvernements s’opposent insidieusement aux libertés individuelles : droit d’expression, droit civique, mais aussi droit à l’avortement, à l’accès à la santé, à l’éducation ou au travail pour tou.tes.

La violence institutionnelle s’affirme sur ce terrain « public », celui des droits et de la morale (judéo-chrétienne, occidentalocentrée), pour mieux canaliser les ripostes. Elles aussi s’expriment dans la sphère publique, en opposant une éthique, contre le racisme par exemple, ce qui est fort louable. Du coup, elles obèrent à la fois le volet libéral de la banalisation du tout sécuritaire – un marché – et les impacts des politiques libérales sur la sphère privée. On assiste tant à la multiplication des commandes d’armes pour les forces de l’ordre qu’à celle des violences contre les femmes et les enfants, des précarisation et paupérisation des populations, de leur sous-prise en charge sanitaire, et en particulier celle des femmes.

Les assassinats de George Floyd, d’Adama Traore et de bien d’autres avant eux, la gestion par les autorités de la période post-COVID, ne sont qu’un bégaiement de l’histoire. Pour ne prendre qu’un exemple, dans les années 1990, l’Afrique du Sud avait bien démontré le lien entre épidémie du sida et violences sexuelles, violences policières, violences d’État[1]. Moins la maladie était prise en compte – refus par Thabor Mbeki de prendre en charge de traitements antirétroviraux –, plus les viols des enfants, les crimes ciblés de femmes (féminicides) ou d’étrangers (xénophobie) avaient augmenté. Plus la corruption était adoptée par l’« élite » sud-africaine, plus des discours populistes faisaient leur ouvrage auprès des hommes noirs pauvres. La rhétorique développée au plus haut niveau de l’État entendait faire croire à ces hommes que les politiques de la « suprématie blanche » – l’apartheid – les avaient émasculés, qu’elles avaient atteint leur virilité, les avaient rendus fragiles, à tel point qu’il fallait qu’ils affirment leur force par tous les moyens dont le viol des filles vierges. La campagne de Jacob Zuma, « 100% Zulu Boy », en était la pure illustration : la manœuvre politique visait l’auto-identification de l’homme sud-africain de « base », pauvre, noir, des townships, malmené par la vague féministe locale, dans l’expression « normale » de sa sexualité, et donc leur division.

Aujourd’hui, le détournement aux États-Unis du slogan pro-avortement « mon corps, mon choix » par les « anti-confinement » pour justifier leur vision libérale de l’épidémie – « ma liberté de choix » – confirme cette dialectique sécuritaire et viriliste : les dominants veulent canaliser la résistance, de préférence en divisant les opprimés : pauvres, racisés, femmes. Selon eux, les antiracistes, les antifascistes, les défenseurs des droits LGBTQI, comme les féministes représentent des entravesà la « liberté ». Ils sont les véritables cibles de « la loi et l’ordre ».

Sachons tirer les leçons de l’histoire et intéressons-nous à toutes les formes de domination (race, classe, genre), dans le public et dans le privé, pour mieux contrer l’offensive libérale mondiale. « Définançons » la police[2], la santé, l’éducation, le travail. « Désarmé.es »[3], contrôlé.es, ne nous transformons pas en contrôleur.ses.

Joelle Palmieri
8 juin 2020

[1]Joëlle Palmieri, « Afrique du Sud: traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique »,Africana Studia N° 30, EDIÇÃO DO CENTRO DE ESTUDOS AFRICANOS DA UNIVERSIDADE DO PORTO, 2019, pp. 169-191, https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2019/09/joelle-palmieri_bat020619_jp.pdf.

[2]Meagan Day, « Le meilleur moyen de “réformer” la police ? La “définancer” », Jacobin Magazine,6 juin 2020, https://lvsl.fr/le-meilleur-moyen-de-reformer-la-police-la-definancer/

[3]Elsa Dorlin,Se défendre, une philosophie de la violence, La Découverte, 2019, 284 p.

Covid-19 : pensée positive, complot, versus collectif

IMG_0667« Mieux vaut être mâle riche blanc occidental et bien portant que femme pauvre battue racisée/subalterne et malade ». Cette formule librement inspirée de Francis Blanche, pourrait résumer l’ambiance « post-Covid ». En France, parce que la période est difficile, beaucoup essaie de « positiver » leur expérience de confinement et de déconfinement. Même si « on » considère qu’« on a de la chance, on est privilégié »., on découvre qu’on peut ne rien faire, travailler à distance, enfin faire ce qu’on a mis de côté, semer des graines dans des pots, se confirmer qu’on s’aime… Ces comportements sont légitimes. Ils sont individuels et procèdent de la survie. Mais qui est vraiment concerné ? Sans doute pas l’infirmière, l’aide-soignante ou la caissière à qui l’employeur n’a pas proposé de travailler à distance. Sans doute pas non plus la mère de famille qui se retrouve à faire les courses, à préparer trois repas par jour pour au moins cinq personnes en plus d’assurer les devoirs scolaires des enfants. Sans doute pas la personne atteinte d’une maladie chronique (cancer, diabète, sclérose en plaques, polyarthrite…) pour qui les traitements ont été suspendus et modifiés et qui souffre davantage. Sans doute pas la personne qui a perdu toutes sources de revenus car son activité a été interrompue de fait par les autorités. Sans doute pas la femme qui se fait davantage battre par son conjoint et ne peut fuir.

Quand « positiver » fait mouvement sur les réseaux sociaux numériques, cet enchantement devient viral tout en restant individuel. Des individualités se rassurent en partageant leurs trouvailles pour dépasser les interdits. Elles ne créent pas pour autant d’espaces de liberté ou du changement. Cet empilement de solutions individuelles exclut la réalité globale, dans et hors Occident, chasse les idées de pauvreté et de risque sanitaire à l’échelle collective, et plus généralement du rapport entre privé et public. Il répond à l’injonction psychologisante d’« atteindre le bonheur » même quand la situation est dramatique. Cette hégémonie de la « pensée positive » (associée au « développement personnel », d’origine protestante nord-américaine, non étayée scientifiquement) ou du positivisme (ne pas chercher de causes aux phénomènes scientifiquement constatés) a pour effet direct de  dépolitiser les impacts sociopolitiques de l’épidémie et de renforcer les hiérarchisations de classe, de race et de genre.

L’exemple de la surmortalité exponentielle du département de Seine-Saint-Denis[1]devrait convaincre. Ses causes ne sont pas uniquement biologiques (plus de diabète, d’obésité…). Elles sont à chercher du côté de la densité et de l’hétérogénéité de la population, de la pauvreté, du type d’emplois occupés par ses habitant.es (majoritairement « essentiels »[2]), de l’usage intensif des transports en commun pour aller travailler, du manque d’infrastructures sanitaires, administratives, commerçantes, d’emploi, locales.

Un autre mouvement sur les réseaux sociaux numériques mérite qu’on l’associe au premier car, de la même façon, il ne mobilise pas le collectif. Il développe pourtant une théorie qui paraît contraire au premier : le complot. Le virus aurait été inventé ou mal géré à escient par des « élites » pour « nous » asservir davantage, nous imposer des lois économiques plus strictes, nous cacher « la » vérité, renforcer le pouvoir des laboratoires pharmaceutiques, nous subordonner à de nouvelles contraintes, nous imposer davantage d’interdits. Cette croyance est aussi virale et repose sur des déclarations de prédicateurs venus de nulle part, inconnus (sans que quiconque s’en offusque) ou connus mais mégalomanes ou menteurs sur leurs cursus scientifiques. Dans ces discours, devenus populaires, la croyance remplace la réflexion et la morale le politique.

Les deux mouvements n’ont pas vocation au changement social. Ils misent sur l’individualisation des problèmes et leur résolution soit personnelle soit par sauveur éclairé interposé. Le risque de voir se développer des formes de populisme et d’autoritarisme en devient grand.

Fort heureusement, d’autres mouvements voient le jour ici et ailleurs qui ne sont pas tous visibles. Ils proposent de changer de point de vue (paradigme) sur la crise sanitaire. En tant qu’êtres humains soumis aux mesures de confinement et de déconfinement, nous avons les ressources pour transformer la pandémie en tremplin pour le changement social. Plutôt que de se résigner aux interdits, de renoncer à démontrer leur solidarité, certain.es ont enrichi et partagé leur apprentissage d’une gestion du temps déliée du travail (en opposition aux crédos « boulot-métro-dodo » ou « travailler plus pour gagner plus »), ont élargi leur compréhension du « care » (soin), aujourd’hui majoritairement gratuit et assuré par des femmes partout dans le monde, ont confirmé le lien entre égalité sociale et préservation de la planète, dénonciation des dominations et créativité politique. Elle.ils ont lié penser et agir. Des banque du temps (échange d’une heure de garagiste contre une heure d’écrivain.e public.que par exemple), des caisses de solidarité (pour les personnes ayant perdu leurs revenus), des banque alimentaires pour les pauvres, des groupes associatifs de praticien.nes émergent. Des pistes à suivre ?

Joelle Palmieri
25 mai 2020

 

[1]Louise Couvelaire, Mathilde Costil, Delphine Papin, Sylvie Gittus, Eugénie Dumas et Eric Dedier, « Coronavirus : une surmortalité très élevée en Seine-Saint-Denis », Le Monde, 18 mai 2020, https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/05/17/coronavirus-une-surmortalite-tres-elevee-en-seine-saint-denis_6039910_3224.html#xtor=AL-32280270.

[2]Dominique Méda, « Les plus forts taux de surmortalité concernent les “travailleurs essentiels” », Le Monde, 23 mai 2020, https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/23/dominique-meda-les-plus-forts-taux-de-surmortalite-concernent-les-travailleurs-essentiels_6040511_3232.html#xtor=AL-32280270.

Covid-19 : rompre avec les évidences

Ce texte est une version ajoutée d’un articlerédigé et publié le 1erjanvier 2002.

 

L’humanité a traversé de nombreuses épidémies. En quoi celle du COVID-19 est-elle différente des autres ? Pour répondre à cette question, il me semble essentiel de rompre avec les évidences pour éclaircir le flou doublé d’un brouhaha qui nous envahit au quotidien. Cette violence politique (flou, bruit) n’est pas nouvelle. Elle opacifie bien d’autres violences qui peuvent servir de grille de lecture de la crise sanitaire mondiale.

Des personnes au pouvoir politique ou non en discutent, ici ou ailleurs, à l’aide des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ces usages des TIC, produits et producteurs de mondialisation, parfois rebelles, mais aussi vecteurs d’idéologies racistes, classistes, sexistes et aujourd’hui masculinistes, représentent un premier élément de réponse pour qualifier le contexte sociopolitique spécifique actuel et l’ensemble de systèmes de pensée déployé pour l’alimenter.

Ensuite, la pandémie trouve ses origines dans les différentes violences produites par le capitalisme tout autant qu’elle les renforce ou les consolide. Beaucoup (professionnel.les de santé, universitaires, militant.es…) mettent en exergue leurs déjà connus nombre et type, le plus souvent en ordre dispersé ou sans souligner les fils qui les relient. Pourtant la coexistence et la banalisation de ces manifestations de force forment système de domination (oppression, aliénation, asservissement) et à ce titre apportent un autre élément de compréhension du contexte.

On pourrait en dresser une liste non exhaustive : violences sexuelles, racistes, classistes et leur justification ; viols des droits des migrant.es, des racisé.es, des pauvres, des SDF, des femmes ; disfonctionnements des politiques nationales accompagnées d’arbitrages budgétaires socialement inégaux ; démonstrations d’autorité par forces de l’ordre interposées ; totalitarismes des pouvoirs politiques (Hongrie, Pologne, Brésil, États-Unis, Chine, Iran…) ; négations de la liberté ; endoctrinement et déploiement d’une propagande visant l’entretien de la peur chez les « masses » ; dictée de droits et devoirs (lois) inspirée par des modèles uniquement adaptés à une frange « normée » de la population (ni pauvre, ni malade chronique, ni psychiatrisé, ni détenu (prison, centre de rétention), ni SDF, ni mineur civique, ni vieux, ni handicapé, ni racisé, ni femme, ni LGBTQI, toute combinaison étant possible) ; diminution des services publics au détriment de la démocratie et au profit d’entreprises privées (en particulier de multinationales propriétaires des TIC, de l’industrie pharmaceutique ou des armes) ; tensions entre États occidentaux et les autres (dette, conflits armés et économiques) ; plaquage de modèles hégémoniques et impérialisme occidental sur la production de connaissances et sur la construction des identités.

Cette liste étant dressée, comment faire face ? Quelles stratégies opposer ? Quelle résistance déployer ? Quelles révoltes soulever ? Quelle radicalité exprimer ? Les propositions, sur le fond comme sur la forme, sont nombreuses, alléchantes, parfois effrayantes. Je propose d’en retenir quelques-unes, ici aussi sous la forme d’une liste réunissant un ensemble d’ingrédients pour une riposte puissante : redéfinition et distribution égale des richesses, appropriation des outils de production et de services, orientation des budgets vers l’alimentation du bien commun (santé, éducation, nutrition), prise de contrôle des TIC (infrastructures, logiciels et contenus), reconnaissance systématique des divisions de sexe, de classe ou de race, condamnation de l’essentialisation des femmes et de la séparation sphère privée/sphère publique, dé-légitimation des propagandes paternalistes (par exemple protéger les soignant.es plutôt que les aider, les soutenir, les infantiliser), mise en visibilité des hors-normes, refus de tout sectarisme, articulation des rapports de domination avec la militarisation des sociétés, distinction des violences politiques et des actions visant l’autonomie, exclusion des antagonismes écologie/lutte des classes/antiracisme/féminisme/humanisme, application à comprendre ce qu’il se passe. Une utopie ? La liste reste ouverte.

Joelle Palmieri
28 avril 2020

Covid-19 et les paradoxes des TIC

Cours en visioconférence pour les écoliers/lycéens/étudiants, consultation médicale à distance, télétravail, géolocalisation des malades, activités sportives ou de bien-être en ligne (danse, yoga, méditation, qi qonq…), culture/information numérique (journaux, livres, émissions radio ou TV…), achat en ligne de produits « essentiels » ou non (alimentation, livres, vêtements…)… En ces temps de pandémie la liste des usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) est longue et multiple. Toutes ces « nouvelles » activités, résultats de décisions politiques de confinement et de réduction des activités sociales, sont montrées, diffusées et perçues comme des innovations, sources potentielles de transformation. Possible. Il existe toutefois des biais sociaux et colonialitaires (en rapport avec l’ensemble des rapports de domination) à la prolifération de ces usages.

Certes, l’existence des TIC (matériel – dont smartphone, tablette et ordinateur –, infrastructures de télécommunication et logiciels – dont réseaux sociaux numériques, jeux, sites de vente en ligne) permet de rester informé et de communiquer tout autant que se distraire, faire œuvre de solidarité, voire de résistance : mise en ligne de vidéos parodiques ou d’articles théoriques, lancement d’appels ou de pétitions contestataires, montage de réseaux d’entraide, de groupes de paroles ou d’expression artistique… Toutes ces initiatives témoignent l’envie et le besoin de changements sociaux, voire alimentent l’utopie d’alternatives transgressives au système dans lequel nous vivons.

Pour tous les usagers des TIC, le temps se distord, les espaces se rétrécissent : on peut facilement communiquer par Skypedepuis un village français vers une grande ville sud-américaine, par exemple, et ce malgré le décalage horaire. Les emplois du temps se densifient : la vie quotidienne s’accélère, des heures entières sont vampirisées par l’addiction aux jeux, aux réseaux sociaux numériques, au tout connecté. Les champs d’action se réduisent : l’utilisation des groupes Facebook, d’Instagram, de WhatApp… remplace les réunions ou les rencontres physiques. Autant d’« offres » qui sont désormais intégrées au quotidien.

Pour ces raisons et paradoxalement, les TIC, et les opérateurs privés qui les régissent, ont, au-delà des effets négatifs sur la nature (serveurs de données, matières premières toxiques ou non recyclables), des impacts sur la hiérarchie sociale. En premier lieu, des personnes n’y ont pas accès pour des raisons financières, techniques, géographiques ou d’an-alphabétisation numérique. Elles s’en trouvent isolées, exclues ou discriminées : l’exemple en France des ouvriers du BTP qui ne peuvent pas travailler à distance est éclairante. Ensuite, les personnes qui se prêtent aux usages forcés des TIC, le plus souvent pour des raisons économiques, sont précarisées : distorsion du droit du travail, isolement social, a-capacitation à envisager des solutions collectives aux contraintes liées à la production à distance de biens intellectuels ou de services.

La banalisation des usages des TIC est telle que, pour tout le monde, il existe une injonction à être connecté, si on souhaite « participer » du monde contemporain « moderne ». Cette injonction est dictée par des acteurs de la mondialisation de l’économie qui nous sollicitent en permanence par leurs requêtes multiples. Dominants, ces acteurs s’appuient depuis plus de vingt ans sur les outils numériques (propriétaires) pour accélérer autant les échanges que les savoirs, la vente de matières premières, de titres financiers (marché de la Bourse), d’encarts publicitaires ou de corps humains. L’ensemble des outils utilisés sont d’une part créés et fournis par des entreprises privées (multinationales de télécommunication ou d’informatique, très majoritairement nées aux États-Unis) dont l’objectif est de générer du profit financier. D’autre part, ils sont développés par une minorité, très majoritairement des jeunes hommes blancs occidentaux de classe moyenne hétérosexuels (les informaticiens et ceux qui leur définissent les cahiers des charges). Cette situation a pour effet que les populations, et en particulier les femmes, sont dépossédées des décisions relatives à la société numérique car elles ne sont pas consultées. Leur apport aux décisions politiques générales en est amoindri.

Par ailleurs, la mainmise du privé sur le secteur a des impacts sur les comportements et la pensée de ceux et surtout de celles qui utilisent ces outils. Par exemple, si on veut échanger avec d’autres ou se faire connaître, partager des photos, souvenirs, idées, on ne se pose plus la question d’avoir un compte Facebook. On n’hésite pas à utiliser Google pour trouver ce qu’on cherche. On utilise WhatsApp parce que c’est pratique. Toutes ces applications sont régies par des algorithmes inspirés par une culture et des choix économiques pour le moins occidentaux, sinon masculins, voire paternalistes. Ils sont le produit d’un mode de pensée structuré, normé, codé, dicté par une culture nord-américaine, judéo-chrétienne, cartésienne et libérale.

Aussi, depuis la création des TIC, on assiste à une privatisation des moyens et des modes de communication et d’information, ce qui va à l’encontre de toute idée de bien commun. On observe également une occidentalisation et une masculinisation de la pensée, ce qui réduit les libertés individuelles, le libre arbitre, les libres exercices de la citoyenneté et de la démocratie, la contestation.

Que ce soit à des fins de travail ou de consommation, l’obligation d’être connecté transpose le lieu d’action des individus de la « sphère réelle » à la « sphère virtuelle ». Cette transposition déplace les rôles et responsabilités politiques. Par exemple, la faible visibilité du rôle social quotidien des femmes en matière de santé, éducation et nutrition des ménages – renforcé en période d’épidémie–, est accentué car on passe, implicitement, du « collectif politique » (division entre sphères privée et publique) à l’« individuel symbolique » (le peer to peer, l’« ami » Facebook, l’« abonné » Twitter, les blogs…).

En outre, l’émergence de la « société de l’information » coïncide avec la Conférence mondiale des femmes de Pékin de 1995. On observe alors une double institutionnalisation, celle des TIC et celle du genre. Peu à peu, les politiques de TIC sont venues biaiser les politiques d’égalité femmes/hommes. Au-delà de relayer les stéréotypes de genre généralement véhiculés par les médias, elles ont orienté les actions des institutions vers l’accès des femmes aux infrastructures technologiques au détriment de leur contribution à la diffusion de contenus. Les expressions d’une majorité de femmes, en particulier dans les pays dits pauvres, leurs savoirs, n’ont pu être mis en lumière. L’émancipation a été plus technique qu’éditoriale, plus fonctionnelle que politique. Ces deux institutionnalisations conjointes ont participé de l’invisibilité et de la dépolitisation des luttes des femmes et par là même de leur subalternité : les femmes ne sont pas considérées comme des actrices du politique, porteuses de savoirs propres.

Plus généralement, les TIC génèrent des inégalités et renforce les hiérarchies sociales (de classe, de race, de genre), entre anciens territoires colonisés et nouveaux États expansionnistes, entre États et populations, entre savants et non savants… Parce que, au cœur de la société numérique, un registre universaliste abstrait est emprunté – les missions des multinationales comme Microsoft, Google, Facebook, Twitter… prétendent « ouvrir » le monde, favoriser l’échange entre les individus du monde entier, d’où qu’ils soient, comprendre ce qui est « le plus important » pour ces individus –, les savoirs des « invisibles » (femmes, racisés, pauvres) sont capturés et ignorés. L’historicisation, la contextualisation, la genrisation de ces savoirs sont méprisés. On assiste ainsi à un déracinement épistémique (hiérarchie de pensée) qui fait violence. Cette violence est désormais partie intégrante de la colonialité numérique qu’on peut définir comme étant la reproduction patriarcale, accélérée, excessive, en surenchère, de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme.

Fort heureusement, la colonialité numérique est paradoxale. Elle permet de libérer des « contretemps ». Comme pendant les « printemps arabes », ou aujourd’hui en Iran, en Algérie, au Chili… on attend de voir comment, pendant et après cette crise sanitaire, les paroles vont se libérer, les rébellions se concrétiser, les collectifs se créer, les alternatives émerger et les TIC se penser.

Joelle Palmieri
23 mars 2020

 

Pour aller plus loin :

 

 

 

 

À bout de souffle

Lui : « c’est vraiment dégueulasse… ». Elle : « qu’est-ce qu’il a dit ? » Les policiers : « vous êtes vraiment une dégueulasse ». Elle pour finir : « Qu’est-ce que c’est dégueulasse ? ». Sans jeu de mot sur le titre, ou à peine, ces derniers dialogues du célèbre film de Jean-Luc Godard pourraient s’appliquer à la crise sanitaire que nous vivons. En inversant les rôles : elle à terre en train de mourir, lui la regardant hébété, les autorités le culpabilisant. Enfin presque. Ce que nous vivons : les femmes sont les premières exposées à tous les niveaux par le COVID-19, les hommes ne s’en soucient guère et les gouvernants renvoient « leur » responsabilité sur les populations écrasées sous les restrictions et aujourd’hui la répression. C’est dégueulasse.

La pandémie et la façon de la gérer sont pour le moins genrées.

Personnes ciblées

Commençons par les personnes ciblées prioritaires par les gouvernements pour lutter contre la contamination. Jugées « fragiles », elles sont atteintes de maladies chroniques, de handicaps ou âgées de plus de 70 ans. Qui sont ces personnes ? Majoritairement des femmes.

Au niveau international, l’OCDE affirme que la fréquence des handicaps est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. La Banque mondiale estime quant à elle que 20% des personnes les plus pauvres sont handicapées (soit 16% de femmes, celles-ci représentant 80% des plus pauvres). En plus de souffrit de désavantages multiples (viols, stérilisation forcées,…) liés à leur situation, ces femmes ont moins accès aux soins.

Concernant les personnes âgées, sur le seul sol français, les femmes représentent 16,62% de la population totale (5 760 401) contre 12,63% d’hommes[1].

Parmi les personnesreconnues atteintes d’une maladie chronique reconnue comme affection de longue durée (ALD), les femmes sont un peu plus touchées que les hommes (51,58% en 2017)[2]. En outre, les femmes sont plus menacées par les maladies cardio-vasculaires (54% contre 46% d’hommes) au point que l’insuffisance cardiaque représente la première cause de leur mortalité avec une femme sur trois[3]7(1 femme sur 27 pour le cancer du sein).

Enfin, depuis la réforme de la tarification et la loi HPST (hôpital, patients, santé, territoires) qui définit depuis juillet 2009 une organisation sanitaire et médico-sociale visant notamment la « modernisation » des établissements publics de santé et la « territorialisation » du système de santé (création des ARS), on constate des inégalités territoriales : les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes, suivis médicaux moindres…

Personnes oubliées

Abordons brièvement le cas des personnes oubliées par les dirigeants politiques : migrants en situation irrégulière, prisonniers, SDF… qui ont difficilement accès aux services de santé, à tous les besoins utiles à la survie quotidienne dont la nourriture. Les hommes sont majoritaires parmi les sans abris. Mais, en France, alors que deux personnes sans domicile sur cinq sont des femmes, chez les moins de 30 ans, cette proportion est égale : les femmes sont aussi nombreuses que les hommes (48%)[4]. Aujourd’hui, les personnes, majoritairement des femmes, qui pourraient venir en aide à ces personnes, ne le peuvent plus et vivent des tourments dont on ne connaît pas les contours.

Les femmes plus touchées en raison de la division sexuelle du travail

Examinons maintenant les impacts des mesures prises sur les femmes. La fermeture des établissements scolaires, le travail à distance, le chômage technique,… touchent davantage les femmes, notamment en tant qu’« aidantes ». Les gardes d’enfants sont majoritairement prises en charge par des mères (seules ou accompagnées) ou des grands-mères (idem), ce qui renforce leur vulnérabilité : moins de revenus, moins de retraite, moins de temps à consacrer à leurs propres soins, augmentation de leur toxicité financière (faute de moyens pour prendre en charge les frais non couverts par l’assurance maladie, elles ne peuvent plus suivre leurs traitements et cet abandon augmente alors le risque d’aggravation des symptômes).

Cette situation est socialement tolérée, comme l’ensemble du travail non rémunéré assuré par les femmes : santé, éducation, nutrition. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les femmes effectuent 76,2% du nombre total d’heures de travail de soins non rémunérées, soit plus de trois fois plus que les hommes. En Asie et dans le Pacifique, ce chiffre atteint 80%. L’ignorance de cette division sexuelle du travail est telle que dès les premières mesures annoncées pour faire face au COVID-19, j’ai pu lire sur un des réseaux sociaux numériques  de la part d’une de mes concitoyennes, soutenue par l’association des entreprises locales dont elle est membre : « À vous Mamans [du village], réquisitionnées professionnellement, je vous propose mon aide en tant que professionnelle de santé (IDE) et de la petite enfance (7 ans au sein de la Crèche […]) pour garder vos boudechoux dans ces jours compliqués !!! N’hésitez pas à me contacter par MP !!! [signature] #Infirmièreunjour #infirmièretoujours ». Personne n’a réagi à ce sexisme ordinaire.

Des impacts négatifs élargis et sous-estimés

Ces constats s’ajoutent à ceux de la représentation massive des femmes parmi les personnels soignants (70% dans 104 pays d’après l’Organisation mondiale de la santé, 78% en France, et plus précisément 90% des infirmières et des aides-soignantes) ou parmi les salariés des supermarchés (90% des caissières), du taux de contamination plus élevé des femmes en raison des soins apportés aux hommes présentant davantage de comportements à risque (tabagisme), des risques renforcés de violences sexuelles et domestiques en situation de confinement, des impacts de la décision de différer certains soins considérés comme non prioritaires, dont l’avortement, et de la très faible représentation des femmes dans les instances de décision.

Des choix libéraux sources d’inégalités de genre

L’ensemble des décisions prises, en France, en Europe et un peu partout dans le monde, répond à des choix financiers et économiques qui augmentent les inégalités entre les femmes et les hommes. En France, la priorité est donnée au soutien aux grandes surfaces et aux entreprises (supermarchés ouverts, travail non interrompu), c’est-à-dire là où le profit est possible. Les grosses entreprises (majoritairement dirigées par des hommes) vont recevoir des aides de l’État pour faire face à la double crise financière et sanitaire, alors que les PME, les artisans, les auto-entrepreneurs, les travailleurs indépendants vont devoir, ou sont en train, , pour ceux qui en trouvent le temps et les moyens, de courir après des indemnités improbables. Occupées par leurs tâches grandissantes d’aidantes, des femmes à la tête de leur activité vont devoir baisser les bras et vont s’appauvrir.

Comble de l’illustration de ces choix, des directrices d’Ehpad ont décidé de mettre à disposition des résidents de leur établissement (une majorité de femmes) des tablettes numériques dans le but de maintenir un lien avec leurs proches. Indépendamment de l’incongruité de la décision eu égard à l’âge et à l’analphabétisation numérique des principales concernées, ce choix est libéral : il favorise l’enrichissement d’entreprises privées, non référencées (aucun contrôle possible sur la pertinence du choix des fournisseurs), au détriment du maintien des effectifs (là aussi majoritairement des femmes). En se livrant à un petit exercice arithmétique, pour un Ehpad moyen de cent résidents, le coût de l’opération s’élève au moins à 20 000 € (en prenant l’hypothèse d’un coût minimum de tablette de 200 €), soit au moins un an de salaire d’une aide-soignante.

Déplacement politique des responsabilités

Concernant les autres secteurs touchés par ricochet (non rentables) – éducation, santé, culture, sport de loisir, lieux de convivialité – le gouvernement demande que les professionnelles[5]désormais en nombre réduit ou précaires, ou à chaque citoyenne prise individuellement, de gérer le flux des malades.

Paradoxalement, le 10 juillet 2017, Gérald Darmanin, ministre français de l’Action et des Comptes publics, annonçait des changements dans l’affection des lignes du budget national. Ces décisions en trompe l’œil montraient qu’alors que le budget de l’égalité femmes/hommes était réduit de 25,15%, celui de la Défense l’était de 2,01%, soit plus de dix fois moins. Par ailleurs, tous postes liés à la sécurité nationale (Défense, gendarmerie, sécurité, etc.) cumulés, le budget total alloué atteint 17,974 milliards d’euros, soit plus du double de celui de la santé plus du triple des affaires sociales. De plus, depuis, des dépenses militaires ont fleuri, ce qui a anéanti l’effet de réduction.

Aussi, alors qu’ils ont attendu et n’ont pas pris les mesures indispensables en temps utile, les responsables politiques transfèrent majoritairement aux femmes, en douceur et sans mot dire, la responsabilité des dégâts produits par l’épidémie et la culpabilité qui va avec.

Le Président de la République, habité par son goût et ses intérêts pour la militarisation de la société, nous intime l’ordre de l’assister pendant la « guerre » qu’il a déclarée. Bien que les manifestations de ses penchants militaristes se multiplient depuis le début de son mandat, cette version militarisée de gestion de crise, dont on sait, grâce à Andrée Michel, qu’elle a des impacts négatifs directs sur les femmes, devrait encore nous réserver quelques surprises.

Résister

Ne nous laissons pas prendre à ce piège d’un capitalisme patriarcal dominant outrancier. Des solutions alternatives aux plans libéraux,  violents, répressifs et militaires existent. Au-delà de la solidarité individuelle à apporter aux personnes considérées comme « fragiles », il convient, comme le font déjà la Corée du Sud ou l’Afrique du Sud, de « capitaliser » les leçons apprises des anciennes épidémies, telles que le sida.

Cette semaine le journal britannique le Lancet a constaté la plus grande vulnérabilité des femmes et a lancé quelques recommandations à l’adresse des dirigeants politiques (numéros verts) : créer des services de soutien aux personnes souffrant du stress lié à la durée du confinement, réduire l’ennui et le sentiment d’isolement social, aller au devant des personnes contaminées pour les rassurer, créer des groupes de soutien et d’échanges en ligne sur le vécu d’expérience du confinement, promouvoir une communication plus centrée sur l’altruisme que sur l’obsession, remercier et encourager les personnes qui sont en situation de confinement pour renforcer l’adhésion et l’observance des mesures de confinement tout en les informant sur les mesures de prévention…

Alors, qu’attendons-nous pour monter à l’offensive ? réclamer des mesures dont on connaît l’efficacité ? monter des caisses de solidarité pour les personnes (majoritairement des femmes) dont les revenus baissent ou disparaissent ? créer des banques alimentaires pour les personnes (idem) qui n’ont pas les moyens de l’essentiel… Résistance !

Joelle Palmieri
17 mars 2020

 

 

[1]Insee, estimations de population (données provisoires arrêtées à fin 2019.

[2]Les pathologies relevant de l’ALD dont les taux de prévalence féminine sont élevés sont la « maladie d’Alzheimer et autres démences » (72,16%), les « vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique » (78,83%), la « polyarthrite rhumatoïde évolutive » (74,83%) et la « scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l’angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu’à maturation rachidienne » (81,66%). Assurance maladie, « Données relatives à l’ensemble des bénéficiaires du dispositif des ALD une année donnée », 18 décembre 2018, https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/affection-de-longue-duree-ald/prevalence/prevalence-des-ald-en-2017.php, consulté le 6 mars 2019.

[3]European cardiovascular disease statistics. Eur Heart journal 2013; 34:3028-34. InVS. BEH 2008, 2012, 2014, 2016.

[4]Enquête sans domicile réalisée en janvier et février 2012 par l’Insee et l’Ined.

[5]Le féminin est pour tout ce qui est exposé plus haut utilisé à escient.

Bravo !

Bravo à Virginie Despentes. Bravo à Paul Preciado. Bravo à l’équipe du film « Portrait de la jeune fille en feu ». Bravo à Aïssa Maïga et à Florence Foresti. Cette cérémonie des césars du mois de février a ouvert la voie-voix à des rebelles, suite à une série de démonstrations politiques masculinistes et antiféministes, et ça fait du bien. Ces expressions réactionnaires – masculinisme et antiféminisme – débordent du monde des arts, le seul passage aux forceps de la réforme des retraites en attestant. Les tenants des « corps » de métier – artistes donc mais aussi médecins, magistrats, patrons, boursicoteurs, militaires, politiciens… – sont aux aguets et développent à outrance ces idéologies qui « donnent aux hommes et à la masculinité une position privilégiée dans les relations interpersonnelles et dans les structures importantes de la société́ », ce qui influe sur les modes de gouvernance[1]. Ils continuent à s’approprier le corps des femmes en tant qu’objet, outil de reproduction sexuelle ou moyen d’expression d’une sexualité masculine hétérosexuelle, font des « victimes » les seules coupables et des criminels des victimes, personnalisent les révoltes (Adèle Haenel) pour mieux dépolitiser les luttes et les esprits, et s’assurent que « l’Histoire des dominations continue son chemin ».

L’intérêt de ces tout derniers événements réside dans le fait qu’il y a escalade. Début février, il y avait déjà l’affaire Griveaux, le constat des féminicides en forte hausse, qui manifestaient, pour peu qu’on compare ce contexte français à celui de l’Afrique du Sud, que la victimisation d’hommes violents était hérité d’un passé impérial, colonialiste (et ségrégationniste) qui se retournait contre les féministes. En novembre 2019, à la veille de la semaine internationale contre les violences faites aux femmes, la domination de l’élite française s’était exprimée sans tabou : le plan migration du gouvernement du 6 novembre 2019, la sortie du film « J’accuse » le 13, la fin déplorable des travaux du Grenelle des violences conjugales le 25. Bien avant, les violences policières dont l’État françaisest l’un des principaux promoteurs, se déployaient largement, s’inscrivant dans un cadre libéral, où tout est permis tant que le profit financier règne, ce que la militarisation de la société permet.

Avec cette accélération de tours de force, on pourrait croire à une bande de puissants en panique qui fait appel à ses « contrôlés », Fanny Ardant, Isabelle Huppert, Lambert Wilson… pour incarner les rôles de « contrôleurs ». On peut aussi évoquer leur choix toléré de diviser les causes : antisémitisme contre féminisme, version Polanski et ses producteurs vénaux, mais aussi racisme contre sexisme : la photo de fin de la cérémonie avec tous ces hommes – pas une seule femme – racisés et heureux – on les comprend – qui évoquent la « misère » plutôt que la haine de l’« autre » certes mais avancent à tâtons la « parité » plutôt que l’égalité, fait peur tant elle est rétrograde, tant elle reflète cette France médiocre et ignorante. Dans la bataille, les femmes racisées, pauvres, lesbiennes continuent à perdre. Gageons que la sortie de salle explosive de la jeune fille en feu changera la donne et bouleversera cette hiérarchie totalement contreproductive.

Joelle Palmieri
3 mars 2020

[1]Duerst-Lahti, Georgia et Mae, Kelly Rita (1996), Gender Power, Leadership, and Governance, University of Michigan Press,p. 5.

Sous les feux de la rampe

Incendies en Australie, retraite aux flambeaux et renforcement de la « puissance de feu » des forces de l’ordre (Fdo) en France, le feu fait salle comble. La retraite aux flambeaux du 23 janvier 2020 a galvanisé les porteurs de la résistance à un gouvernement rétrograde. Ses organisateurs ont souhaité reprendre l’idée de la prise de la Bastille et de la future décapitation de l’aristocratie, et par analogie celle du néolibéralisme. Pourtant la flamme ainsi mise en exergue est ambivalente. La preuve en est côté répression où les Fdo ne cessent de « faire feu » sur les manifestants, en utilisant leurs armes (Lbd, flashball…), en mettant la rue « à feu et à sang », où l’« exécutif » impose par interdictions de manifestation interposées un « couvre feux » sans jamais ordonner de « cessez-le feu », ou prétend que la « mobilisation s’effrite », prétextant de l’autre côté du front une perte de volonté politique ou au contraire une « radicalisation », bref en tentant par tous les moyens d’« éteindre le feu ».

Tout le monde « joue avec le feu » dans cette traversée de « crise ». Entre les lignes, se révèle la pluralité du feu. Il a toute sa place dans la théorie des quatre éléments (air, feu, eau, terre), alimentée de longue date un peu partout dans le monde (alchimie, Yi King, Yoga, bouddhisme, taoïsme…), mais se distingue par ce qu’il a transformé dans les relations humaines. À la fois symbole de purification, de chaleur, d’enthousiasme, d’amour, le feu représente aussi le masculin, la virilité, l’héroïsme, la guerre, le militaire. La résistance est des deux côtés. L’affrontement continue. Tant mieux. Mais l’image militariste et la réalité violente qui sous-tend tous ces actes fait froid dans le dos.

Joelle Palmieri
26 janvier 2020

Soleil vert

Ce film de science fiction des années 1970 en disait déjà long sur notre actualité. Sorti il y a 46 ans, « Soleil vert » mettait en scène une catastrophe planétaire, incluant des océans moribonds et une canicule permanente, résultat de l’émission des gaz à effet de serre, de l’épuisement des ressources naturelles, de la pollution, de la pauvreté, de la surpopulation et de « l’euthanasie volontaire »[1].

Après la Russie et le Brésil, l’Ukraine et l’Australie vivent à leur tour ce scenario prémonitoire. Les émois sont grands, provoquant des déclarations rebelles ou affligeantes. Des commentateurs s’enflamment, c’est de saison, et évoquent pour les uns la destruction massive des animaux ou pour d’autres, au choix, la situation désespérée des populations touchées, la destruction des lieux d’habitation, la responsabilité de « l’Homme », l’indifférence des dirigeants des pays… On parle également volontiers d’échéance pour agir contre la fin du monde : trop tard, encore possible.

J’ai la chance d’avoir une vieille amie australienne émigrée de longue date en Europe. Il y a quelques jours j’ai souhaité m’enquérir de son état et connaître son sentiment sur la situation. Sa réponse est une révélation. Ann (appelons-là comme cela) me répond d’emblée qu’elle est inquiète. Elle regarde jusqu’à très tard la TV pour prendre des nouvelles des incendies, va alors se coucher, s’endort angoissée, se lève au milieu de la nuit et regarde si la pluie est tombée. « Ça me rend folle ! », écrit-elle. Sa famille sur place (frères et sœurs) vit « l’horreur ». À Melbourne (sur la photo), à 300 km des incendies, la fumée envahit le ciel. À Darwin, un cyclone menace. « Alors oui, ça va mal ! ». Elle pense tendrement à une amie commune de chez qui la photo en illustration a été prise et enchaîne par un énorme questionnement : que vont devenir les personnes ayant des difficultés respiratoires ? Doivent-elles rester ? Partir ? Où vont aller les deux millions de personnes déplacées ?

Ann est consultante internationale, experte en genre. La réflexion est son métier alors elle ajoute spontanément : « Je dois réfléchir à arrêter de m’inquiéter [ça ne sert à rien] et trouver une façon différente de faire avec ce qu’il se passe ». Et elle s’interroge : « dois-je rejoindre les campagnes contre le changement climatique? J’ai déjà décidé de manger vegan, de n’utiliser que les trains pour me déplacer – elle voyage énormément –, de consommer moins et de recycler plus ». Pour finir elle confie qu’elle sait que « ce n’est pas suffisant » et m’interpelle.

Je vais fouiller loin dans mon cerveau un avis que je souhaite sérieux. Eviter le grotesque, la psychologisation, le mélodrame, l’individualisation des problèmes, me guide. Je commence par affirmer qu’évidemment je partage ses soucis et ses questions. Je lui confirme qu’opter pour un comportement individuel, même juste, ne me semble pas suffisant. J’insiste sur le fait que bien que, depuis plus de 40 ans, les scientifiques aient alarmé les populations, les dirigeants ou les partis politiques sur la planète en feu, les priorités s’établissent ailleurs : armement, guerre, profit financier… L’actualité là encore me donne raison. Toutes les politiques institutionnelles adoptent une vision à court terme : la marque de fabrique du capitalisme et de sa version moderne, le néolibéralisme. L’occidentalisation et la mondialisation accompagnent le mouvement.

J’incite alors Ann à agir localement, selon moi une approche cruciale. Je l’encourage par exemple à demander au maire de sa commune s’il est prêt à accueillir des réfugiés climatiques et s’il se sent concerné, à scruter son plan d’action et à savoir comment il compte interpeller son gouvernement (en Europe) et le gouvernement australien. Je la pousse à faire de même avec toutes les associations locales, y compris celles qui ne sont pas spécialisées dans l’écologie, l’environnement ou le développement durable et agissent plutôt sur l’éducation, la santé, le sport, la culture, la jeunesse, le divertissement… Je lui propose bien sûr, d’écrire et de publier largement son opinion, ses questionnements, ses résolutions, ses choix.

Je finis par lui confier que notre devoir est d’élargir notre pensée… La catastrophe étant mondiale et la crise humanitaire qui l’accompagne n’étant pas de bonnes nouvelles, je cherche quand et qui fera le lien entre tout ce qu’il se passe : la dégradation climatique, les violences faites aux femmes, la guerre, la course à l’armement, la xénophobie…

En vous confiant cet échange, je m’applique à réaliser ce que je recommande à cette amie. Je vous expose mon propre plan. La discussion est ouverte, les échanges permis. À bon entendeur !

Joelle Palmieri
7 janvier 2020

  1. John Shirley, « Locus Online: John Shirley on Soylent Green », Locus Online, 23 septembre 2007, http://www.locusmag.com/2007/Shirley_SoylentGreen.html, consulté le 7 janvier 2020.

Le soin : à quand un bien commun ?

Je suis déçue. La dépolitisation va bon train et avec elle l’oubli de valeurs comme la solidarité, le débat, le libre arbitre, l’action collective, davantage vus comme sources de conflit – et par analogisme pervers, de violence – que comme richesses humaines. La course à l’individualisation des problèmes, qu’ils soient économiques, sanitaires, éducatifs, juridiques, etc., m’entoure et augmente mon malaise. La légitimation de l’idéologie du « développement personnel », incluant la quête de l’« estime de soi » et le dogme de la « volonté personnelle », m’étouffe.

En guise de surcouche à mon désarroi, le gouvernement français dévoile, le 23 octobre 2019, une « Stratégie de mobilisation et de soutien aux aidants portant sur la période 2020-2022 »[1]. Dans ce plan, en 17 mesures, on parle de « dédommagement défiscalisé [des aidants] », de « congé indemnisé » limité à trois mois maximum sur l’ensemble de la carrière « rémunéré 43 euros par jour pour les personnes vivant en couple et 52 euros pour une personne seule », sans que les conséquences nocives sur lesdits aidants soient commentées. Même si on lit dans cet opus que « 57% [des aidants] sont des femmes », d’ailleurs la seule mention qui est faite du rôle des femmes dans le soutien aux aidants, la réalité est tout autre.

L’assignation historiquement attestée des femmes aux soins des autres (éducation, santé, nutrition), ses conséquences sur l’inégalité des rapports sociaux entre femmes et hommes et ses stratégies de banalisation résonnent sans cesse dans ma tête. Sandra Laugier soulignait il y a peu : « L’assignation des femmes à la sphère domestique a renforcé le rejet de ces activités [de soin] et de ces préoccupations hors de la sphère publique, les réduisant au rang de sentiments privés dénués de portée morale et politique »[2]. En commentant le plan gouvernemental, Emmanuel Hirsch, professeur d’Éthique médicale à l’Université Paris-Sud, président du Conseil éthique recherche et intégrité scientifique de l’Université Paris-Saclay, atteste cette dérive sans fin :« Le proche acceptant les missions de l’aidant doit ainsi découvrir dans un premier temps sa place et définir sa mission qui ne consiste pas prioritairement à assumer les actes relevant d’un savoir, par exemple celui du soignant »[3]. Selon lui et ses confrères, aider, c’est aimer. C’est tout. La chose ne se discute pas.

De fait, plus le rôle social de gestion du foyer, inégal selon qu’on est femme ou homme, est ignoré, toléré et globalement non renversé, ni par les donneurs d’ordre, ni par les personnes ciblées, plus mon dégoût augmente. Qu’elles soient malades ou bien portantes, jeunes ou âgées, pauvres ou riches, racisées ou non racisées, toute combinaison restant possible et admise – être une femme jeune pauvre, sans emploi et malade par exemple – je lis chez mes congénères un engouement à accepter sans mot dire le repli sur soi, la servitude volontaire ou la fuite… Les aidantes en particulier – une voisine qui s’occupe de sa mère depuis plus de dix ans, fait ses courses, la nourrit, veille sur elle tous les jours, une proche qui prend les rendez-vous médicaux de son mari, l’accompagne, prend des notes, s’applique à le nourrir, ajoute à tout cela les tâches de bricolage… toutes sacrifiant au passage quelques heures de travail et évidemment de loisirs –, même si elles sont parfois en colère, ne cherchent pas à être aidées, le plus souvent sans savoir pourquoi, guidées par l’affect, le devoir, sinon par la morale et par la culpabilité.

Quand c’est au tour des femmes d’avoir besoin d’aide – plusieurs copines qui se débattent seules avec leur maladie, butinant d’un thérapeute à l’autre en quête de recettes rapides pour vaincre leurs maux, continuent à aller au supermarché, à passer l’aspirateur, à s’occuper de leurs petits-enfants… –, j’observe une tripotée de mythes interagir. Celui de l’indépendance par exemple : il est de bon ton de « ne dépendre de personne », « de ne pas déranger », « de ne pas abuser ». Quand les femmes que je côtoie tombent malades, j’assiste le plus souvent à leur sacrifice ou à leur négation de la situation particulière dans laquelle elles sont en train de plonger. Sans se questionner, en râlant parfois, elles continuent à assurer la majorité des tâches domestiques[4]et à prendre soin des autres : enfants, malades, handicapés, personnes âgées. Peu de personnes de leur entourage ne les aide, soit par rejet, soit par dépit ou encore par ignorance : « qu’est-ce que je peux faire ? », « elle ne veut pas qu’on l’aide », entends-je régulièrement de la part de maris désemparés. La situation de ces femmes malades se dégrade alors tant financièrement – elles travaillent moins – que physiquement – leurs corps ne se repose pas, s’abîme, jusqu’à s’arrêter de fonctionner[5]. Et moi d’observer ahurie qu’« aller jusqu’au bout de ses forces », « ne pas flancher », alimentent ce mythe de l’indépendance tout autant qu’il renforce la toxicité et détruit.

J’ai beau dire, discuter, conseiller, me battre pour mettre en place des solutions collectives adaptées, ce mythe est tenace. Il est le résultat d’un tabou social, celui de la maladie. On n’en parle pas, on fait semblant, on essaie d’oublier[6]. Des femmes évoquent parfois des questions d’éducation ou de culture – « on n’a pas appris à penser à nous », « on ne sait pas s’arrêter », « on nous a appris à ne jamais se plaindre » – mais très rarement les systèmes sociaux et politiques dans lesquelles ces croyances se sont installées.

En outre, la réponse apportée par le corps médical, en dehors d’être médicamenteuse, s’oriente le plus souvent vers la condescendance. Paternaliste, à consonance individualiste, cette réponse entretient la mystification. Il s’agirait de « se prendre en main » et à cet effet, faire du sport, pour se muscler, se tonifier, sortir, ne pas se laisser aller, ou de « lâcher prise » dans le but de laisser les peines derrière soi, de déposer les valises, de renforcer son estime de soi, de se développer personnellement, d’exprimer sa propre volonté, de vivre le présent…

Cette « moralité libérale » m’horripile. Elle ramène l’idée de soin au seul sentiment personnel (sphère domestique) et le détache de son rôle social, économique et politique (sphère publique). Elle légitime la distinction entre travail « gratuit » et « payant » et entre savoir « profane »[7]et « professionnel » (soigner au quotidien demande des compétences, maîtrisées par la majorité des femmes, qui ne sont nullement reconnues). Ma déception s’amplifie car cette moralité est intégrée par la malade qui refuse, par abnégation, de se positionner en tant que ce qu’elle est devenue – une personne affaiblie, amochée, souvent seule – dans un contexte où les rapports sociaux sont inégaux. Si la tendance s’inversait, on pourrait construire un bien commun, la santé, vecteur de politiques publiques et d’actions territoriales applicables au plus grand nombre. En attendant, c’est le corps des femmes qui reste un bien commun[8].

 

Joelle Palmieri
4 novembre 2019

 

[1]« Agir pour les aidants – Stratégie de mobilisation et de soutien 2020-2022 », https://handicap.gouv.fr/presse/dossiers-de-presse/article/agir-pour-les-aidants,consulté le 3 novembre 2019

[2]Laugier, Sandra. « L’éthique du care en trois subversions », Multitudes, vol. 42, no. 3, 2010, pp. 112-125.

[3]Emmanuel Hirsch, « Proches, aidants, aimant : notre place auprès de la personne malade – Le gouvernement a présenté un plan national de soutien aux aidants », page LinkedIn, 24 octobre 2019, https://www.linkedin.com/pulse/proches-aidants-aimant-notre-place-auprès-de-la-personne-hirsch/, consulté le 3 novembre 2019

[4]« Dans la majorité des cas, c’est la femme qui assure toujours ou le plus souvent le repassage du linge, la préparation quotidienne des repas, le passage de l’aspirateur et les courses ».

Bauer, Denise, Entre maison, enfant(s) et travail : les diverses formes d’arrangement dans les couples, d’après l’enquête nationale, « Étude des relations familiales et intergénérationnelles (ERFI) », Etudes et Résultats, n°570 (2007), INSEE, mise à jour 17.08.10.

[5]« La souffrance des femmes, elle, n’inquiète ni l’ordre social ni “l’harmonie entre les sexes” mais s’inscrit dans la continuité de la féminité ». Jonas, Irène. « Un nouveau travail de « care » conjugal : la femme « thérapeute » du couple », Recherches familiales, vol. 3, no. 1, 2006, pp. 38-46.

[6]« Bien souvent, c’est la femme malade qui choisit une solution difficile et généreuse : faire semblant. Ne pas provoquer d’inquiétude, taire ses angoisses. Le monde s’inverse ! La malade rassure le bien portant ! »

Gros, Dominique. « Les bien portants face au cancer du sein. Fuite, indifférence, amour ? », Revue française de psychosomatique, vol. 31, no. 1, 2007, pp. 83-91.

[7]Cresson, Geneviève. « 4. Les soins profanes et la division du travail entre hommes et femmes », Pierre Aïach éd., Femmes et hommes dans le champ de la santé. Approches sociologiques. Presses de l’EHESP, 2001, pp. 303-328.

[8]Guillaumin,Colette. « Pratique du pouvoir et idée de Nature (1) L’appropriation des femmes », Questions FéministesNo. 2, les corps appropriés (février 1978), pp. 5-30.

 

Tout ce que le néogrenelle ne veut pas entendre

Ce graphiqueest librement traduit de matériels produits par la campagne états-unienne contre le viol « 11thprincipleconsent ».

Une version française, produite par le collectif « Féministes contre le cyberharcèlement », précise cette notion de culture du viol.

Au moment où se tient en France le « Grenelle contre les violences conjugales », il m’est apparu impératif de me servir de ces graphiques afin de rappeler l’épistémologie (ensemble construit de savoirs) patriarcale à l’origine des violences en débat,

  • par laquelle les femmes sont des objets et non des sujets,
  • dans laquelle la terminologie « violences conjugales » est librement confondue avec celle de « violences à l’égard des femmes », faisant des auteurs de cette confusion des dominants ignorants,
  • grâce à laquelle un système social construit produisant d’une part des victimes culpabilisées (des femmes) et des criminels impunis (des hommes) est occulté,
  • selon laquelle une violence spécifique et exacerbée contre le féminisme (notamment à travers les actions des masculinistes) se renforce,
  • et enfin à travers laquelle une nouvelle socialisation par la violence, notamment par la militarisation des sociétés, la banalisation de la culture sécuritaire et répressive, est à l’œuvre.

Pour mémoire :

Bons débats !

Joelle Palmieri
5 septembre 2019

 

Vulgarité, masculinisme : équation pour un avenir politique

Salvini, Trump, Johnson, Bolsonaro… la liste est longue des chefs d’État dont les xénophobie, homophobie, racisme et sexisme sont dénoncés par les commentateurs et parfois par quelques homologues. Banalisés, fers de lance des différentes campagnes électorales, ces axes de haine sont conjoints. Ils ont de plus en commun de placer la sexualité (masculine hétérosexuelle) au cœur des discours et rhétoriques.

Quelques exemples… Cette année, Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur italien, à l’adresse d’une militante de gauche : « Écarte bien les jambes, merde antifasciste », « Toi qui es une pute de gauche, tu te donnes gratis aux immigrés, pas vrai ? »… Le chef de la Ligue (extrême-droite) ira en 2016 jusqu’à transformer le patronyme de son opposante politique, Laura Boldrini, alors présidente de la Chambre des députés et aujourd’hui députée de la gauche radicale, dans le but de la ridiculiser tout en fustigeant des migrants : « Une fille a été kidnappée et violée pendant une nuit […] par trois immigrants nord-africains. Trois ressources boldriniennes qu’il faut castrer chimiquement […] ». Ou encore : « Voilà quelqu’un qui ressemble à Laura Boldrini », désignant une poupée gonflable (objet sexuel masculin) hissée sur la tribune où il était en train de prononcer un discours. De son côté, Boris Johnson, nouveau Premier ministre britannique, a qualifié les gays de ce qui peut être traduit par « hommes de la jaquette en débardeur » (“tank-topped bumboys”). Plus tôt, en 1996, l’homme politique conservateur et journaliste écrivait dans les colonnes du Telegraph à propos d’une rencontre du Parti travailliste : « de temps à autre, le “pénismètre” baisse quand une jeune déléguée monte sur le podium »(“Time and again the ‘Tottymeter’ has gone off as a young woman delegate mounts the rostrum”). Dans un registre similaire, avant qu’il ne soit élu président des États-Unis, en 2005, Donald Trump se lâchait lors d’un enregistrement sur la NBC : « Quand vous êtes une star, elles vous laissent tout faire, [même] les attraper par la chatte » (“When you’re a star, they let you do it. You can do anything… Grab ’em by the pussy”).En 2006, le droitiste faisait sans vergogne allusion à l’inceste : « Si Ivanka n’était pas ma fille, je pourrai sortir avec » (“If Ivanka weren’t my daughter, perhaps I’d be dating her“). Jair Bolsonaro n’a rien à lui envier. Il s’adressera en 2014 à une députée du Parti des travailleurs (PT) en ces termes : « je ne te violerai pas parce que tu ne le mérites pas [et que…] tu es moche ». En 2011, dans un entretien accordé au magazine Playboy, l’actuel président brésilien d’extrême-droite disait du parti socialisme et liberté (PSOL) qu’il était« un parti de connards et de pédés ».

Comme en Afrique du Sud, les rhétoriques utilisées sont sexistes, homophobes, implicitement antiféministes, c’est-à-dire explicitement dirigées contre l’égalité hommes/femmes et les revendications féministes et ouvertement favorables à « la femme », perçue comme mère, reproductrice d’enfants.

Comme en Afrique du Sud, elles témoignent d’un masculinisme politique emprunt de traditionalisme et de violences de genre. L’usage de la vulgarité, la mise à distance du « politiquement correct », vise à ce que l’électeur ou l’électrice lambdas’identifie tout en restant figé dans la situation où il se trouve (pauvre, non éduqué, mal soigné, discriminé…). Il renforce plus particulièrement la légitimité des hommes (pauvres…) : dans un contexte de crise économique et politique, il est nécessaire d’être fort et être fort c’est se montrer viril. Être viril c’est exprimer une sexualité « normale », de façon décomplexée. Valoriser les masculinités fait alors partie de l’exercice du pouvoir et traduit une idéologie conservatrice, s’attachant à transmettre des traditions, des croyances et des valeurs supposément consacrées par le passé et donc éprouvées, alors qu’elles sont mystifiées par des hommes politiques pour se maintenir au pouvoir.

Comme en Afrique du Sud, ces vocabulaires sexualisés, imprégnés de jugements de valeur relatifs au sexe, à la sexualité et à l’appropriation du corps des femmes, trahissent leurs auteurs, avides de pouvoir politique, cupides, opportunistes, dogmatiques, mégalos, possédants.

Joelle Palmieri
23 aout 2019

 

 

« Violence et passion »

Avec la découverte du corps inerte de Steve Maia Canio dans les eaux troubles de la Loire, l’avalanche de sujets sur les violences policières fait plaisir à lire. Les quelques minutes entendues à la télévision, davantage à la radio, la profusion d’articles dans la presse écrite et de textes sur les réseaux sociaux numériques mettent en débat les méthodes du pouvoir politique français en place et ça fait du bien. En ordre dispersé, moins en tir groupé – c’est le cas de le dire –, on parle de disqualification des crimes commis par les policiers, de banalisation de l’impunité commanditée par le gouvernement, de domination de classe ou/et de race (chasse au faciès, ciblage des classes populaires), parfois de militarisation des forces de sécurité (surarmement, achat massif d’armes) et de marche forcée vers la fin de la contestation ou vers la dépolitisation des luttes. C’est phénoménal.

Si les auteurs de ces commentaires chaussaient des lunettes féministes, on comprendrait mieux que la violence qui est dénoncée – disqualification, banalisation, domination, militarisation, dépolitisation – est structurante des sociétés patriarcales dans lesquelles nous vivons. Comme le soulignait il y a plus de vingt ans Andrée Michel[1], cette orchestration de la répression enrichit le secteur marchand de l’armement tout en entretenant la division sexuelle du travail (entre hommes et femmes). L’ensemble fait système. Au-delà du sexisme dans les forces de sécurité, ce système produit des rapports sociaux inégalitaires, restructure le travail et développe la culture de guerre. Les prostitution, viols, trafic, pillage des ressources, conception du territoire en tant qu’espace de conquête, généralisation de la violence, exportation des systèmes répressifs et de torture, contrôle social brutal et « guerre contre la population civile », en sont des conséquences directes.

Ce système est ancien, ancré dans l’histoire, pour lequel la division entre collectif et individuel est centrale. Aujourd’hui, les exemples sont nombreux : on cite les cas de Steve, Zineb, Remy, Malik, Adama… alors que les cibles sont les militants indépendantistes algériens (Charonne), les manifestants contre le racisme, les gilets jaunes, les occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les étudiants de Tolbiac, les insoumis, les jeunes, les militantes féministes… Ne sont pas épargnés les inconnus morts « par accident »(chasse, règlement de compte, abus de pouvoir, trafic…) ou les femmes tuées par leurs conjoints ou ex-conjointsdans le cadre de « drames familiaux ». La même logique de division collectif/individuel est ici à l’œuvre à l’image de la dichotomie sphère privée/sphère publique qui renvoie « la femme » à sa seule culpabilité, sa responsabilité personnelle, son peu « d’estime de soi »… en cas de viol, d’agression sexuelle, de harcèlement au travail, de mutilation, de maternité précoce, de mariage forcé…

Ce système invisibilise les victimes, les culpabilise ou pire, les paternalise en les « soutenant », en les « aidant à faire le deuil », en les renvoyant à leur « introspection », parfois en les « regrettant »… plutôt que de les subjectiver et de désigner, juger et sanctionner les coupables : les bras armés (équipés d’armes de poing ou blanche, de véhicule à moteur, de corde… ou encore férus de persécution, acharnement, aliénation…), les politiques publiques de sécurité sexistes, sciemment ignorantes et autoritaires, le gouvernement militariste. Cette dialectique fait des « victimes » les seules coupables.

En contexte libéral, ce système financiarisela répression : l’achat massif de munitions et d’arsenaux militaires représente un chiffre d’affaires non négligeable pour les vendeurs d’armes du secteur privé. Il organise le flux financier entre domaines public (budget national, dépenses et recettes) et privé (entreprises, associations). Lancer des lacrymos sur des manifestants, tirer des balles sur des individus désarmés, placer en garde à vue des personnes qui tombent sous la main, fournir des informations aux coupables sur les victimes, ignorer les signalements de ces dernières, rapportent gros.

Ce système est bâti sur un mythe, le mythe du rattrapage, comme le décrivait Maria Mies[2], qui consiste à faire croire que les personnes visées par les violences sont « en dehors » (des villes, de l’Occident, des technologies, du sexe masculin dominant), « en retard » d’une « évolution » nécessaire à « l’abondance », à la « croissance », à « l’accumulation des richesses », qui vaut modèle de « bien vivre » pour tous. Par cet imaginaire passionné, le renouvellement de la force de travail (la re-production) – santé, nutrition, éducation – étant globalement assuré par les femmes de « la base » à titre gratuit, renforce « la prolétarisation des hommes » (dédiés à la production), ce qui déprécie, marginalise et dévalue les pensée et options politiques des dominés, femmes et hommes.  Les opposants au système, rebelles ou contestataires, tout comme les femmes, homosexuels, migrants, ruraux, stigmatisés en tant que groupes sociaux étanches, deviennent alors responsables de leur situation d’oppression.

La justice sociale, la valorisation du capital humain, l’égale répartition des richesses, la paix, mais aussi la négociation ou la médiation, ne sont résolument pas au rendez-vous. La bonne nouvelle c’est que ce système connaît des difficultés. Plus le pouvoir politique est chancelant ou affaibli, notamment par des pressions extérieures (nationales ou internationales), plus ses options politiques perdent en efficacité, plus il utilise la force pour asseoir sa légitimité. Le niveau élevé des violences policières représente ainsi un indicateur du danger qui le menace. Élevé non ?

Joelle Palmieri
7 août 2019

 

 

[1]Andrée Michel, « Militarisation et politique du genre », Recherches féministes, Vol. 8, 1. 1995 : 15-34, p. 18.

 

[2]Maria Mies, « Le mythe du développement par rattrapage », Silence, N° 251, 1999 : 4-11.

« Sois belle et tais-toi »

On peut discuter les idées de Greta Thunberg et de ses congénères. Pourtant, certaines réactions à l’annonce puis à la réalisation de son intervention à l’Assemblée nationale à Paris le 23 juillet 2019 excluent leurs auteurs de l’idée de débat. Qu’elles soient vulgaires, agressives, autoritaires, archaïques, rétrogrades, paternalistes, les petites phrases à son adresse de la part de députés, d’intellectuels et d’autres commentateurs, pour leur très grande majorité des hommes, renvoient à une idéologie sexiste selon laquelle les femmes sont réduites à des corps et ne doivent pas parler : « sois belle et tais-toi ».

Ce sexisme ordinaire se manifeste par un jeunisme, tout autant expression d’une discrimination des jeunes et en particulier des filles au travail, en politique, dans l’expression publique, que culte de la jeunesse. Comme un héritage du nazisme et des images de Leni Riefenstahl, ce culte entend notamment soigner la sexualité masculine (hétérosexuelle) et pour cela sexualiser le corps des femmes. Il s’agit de magnifier leur jeunesse, au cinéma, dans la publicité ou dans les médias, d’exiger la permanence de leur beauté et de déprécier ou d’exclure leur vieillissement. Cette religion se traduit dans la loi : le consentement pour une relation sexuelle est fixé à 15 ans, ce qui a pour conséquence directe de disqualifier les violences sexuelles.

Greta Thunberg, 16 ans, rebelle, informée, militante, grande gueule, n’entre pas dans le cadre, ne correspond pas à la norme qui lui est assignée. Elle aura au moins le mérite de l’avoir démontré.

Joelle Palmieri
26 juillet 2019

 

SNU : l’autoroute électoral du pouvoir politique

Lancée le dimanche 16 juin 2019, une édition « expérimentale » du Service national universel (SNU), pilotée par le secrétaire d’État en charge de la jeunesse auprès du ministre de l’Éducation nationale (EN), Gabriel Attal, a duré douze jours. Le gouvernement se défend à grands renforts de médias d’instaurer une nouvelle formule de service militaire (suspendu en 1997), préférant une « ouverture sur la chose militaire » sous une forme « civique ». Il évoque volontiers un souci de « patriotisme ».

Certains militaires quant à eux regrettent l’absence d’un véritable « service rendu à la Nation » ou « retour sur investissement » et voient davantage dans ce dispositif des « colonies de vacances » aux frais de l’État. En tout état de cause, le rapport du général Daniel Ménaouine, directeur du service national et de la jeunesse du ministère des Armées mandaté par le Président de la République pour la mise en place de cette énième formule proposée aux « jeunes », est clair : « …chaque génération doit, autour de sa majorité, prendre conscience des enjeux de la défense et de la sécurité nationale et s’approprier les moyens d’en comprendre les outils et de discerner le rôle que chacun peut y jouer ».

Il est bien question de défense et de sécurité de la Nation contre différentes catastrophes ; le terrorisme et la dégradation de l’environnement sont cités. Le premier lot s’opère de longue date par les armes au sein des corps militaires et policiers. Le deuxième s’invite désormais largement dans le débat public, s’incruste de fait et notamment par les jeunes dans la définition de « l’unité nationale » et fait entrer les partis politiques en confrontation quant aux choix opérationnels, politiques ou financiers à mobiliser.

Attal précise l’option européenne : « il s’agit d’effectuer une sensibilisation approfondie par des personnels compétents en matière de défense et de sécurité nationales et européennes : connaissance des menaces, moyens et organisations pour y remédier, présentation des différentes formes d’engagement relevant de la sphère de la sécurité ». Le projet se veut européen – ce qui est nommé « universel » versus égalitaire pour toutes et tous – voire préfigure la création d’une armée européenne à laquelle le Président tient.

Le SNU entend en effet se distinguer des expériences des autres pays européens en cela qu’il inclut une conscription obligatoire. Le service civique ou le corps européen de solidarité (CES), même s’ils restent critiquables notamment en raison de la précarisation des personnes ciblées, sont moins couteux et visent une éducation citoyenne par l’intermédiaire de missions bénévoles de deux à douze mois dans des organismes non militaires (associations, ONG, collectivités territoriales, établissements ou d’organismes publics à but non lucratif), pouvant être effectuées dans d’autres pays de l’UE ou candidats à son adhésion. Ils s’adressent respectivement à des jeunes de 16 à 25 ans et de 18 à 30 ans qui sont pris en charge et reçoivent selon les pays une « indemnité » plus ou moins conséquente, ou un « argent de poche », cumulable pour le CES avec d’autres dont l’ARE (Allocation d’aide au retour à l’emploi), le RSA, l’AAH (Allocation adulte handicapé), la bourse étudiante.

Les objectifs du SNU ne s’arrêtent alors pas à la militarisation des sociétés. Ce dispositif est également à mettre en perspective avec la joute poursuivie lors des élections européennes de cette annéecontre le Rassemblement national (ex-FN) et les écologistes. L’objectif est d’assurer la libéralisation économique d’une Europeen cours d’appropriation nationaliste et populiste ou écologiste tout en valorisant l’ordre, la discipline, la morale (judéo-chrétienne) et la hiérarchie (culture de guerre et de domination). À ces fins, il s’agit de continuer à renforcer la sécurité – stigmatisation des jeunes « isolés » ou en difficulté scolaire (banlieue, racisés, pauvres), lutte contre la radicalisation islamiste de certains d’entre eux, discrimination/mode de repérage des rebelles, des radicaux, des antisystèmes–, de consolider la défense (augmentation dissimulée du budget et croissance des ventes d’armes) et de peaufiner les stratégies d’exclusion (lutte contre la « crise migratoire »).

Les « volontaires » d’aujourd’hui et les conscrits de demain ont tous la nationalité française et beaucoup seront en âge de voter aux municipales (2020) ; ils le seront pour sûr au moment des régionales et départementales (2021), des présidentielles et législatives (2022) et des européennes (2024). L’enjeu électoral est de taille. Compte-tenu des résultats obtenus lors des précédentes éditions par le parti au pouvoir ou par ses alliés/apparentés face à ses principaux adversaires (RN, dont le score a explosé depuis le 1er tour des régionales de 2004– quinze ans –, et plus récemment les écologistes), le LREM s’engage par l’enrôlement/endoctrinement réservé à ces jeunes à captiver un électorat (qui pourrait être tenté par la mouvance écologiste ou le tout sécuritaire). Par le SNU, il continue d’instrumentaliser les rhétoriquesde ses opposants et dans la foulée celles d’un féminisme institutionnel (orienté parité plus qu’égalité). On peut alors facilement en déduire que les contribuables français paient, par ce dispositif et au travers ses collectivités territoriales et de l’Éducation nationale, les campagnes électorales de LREM et en particulier la course à la réélection du Président.

Joelle Palmieri
28 juin 2019

 

 

Pour rappel

2 036 adolescents de 15 à 16 ans (« à égalité filles et garçons ») ont rejoint le 16 juin dernier différents établissements publics – internats scolaires, logements universitaires, centres de loisirs ou de formation… –, dits « maisonnées » (dans le texte) de treize départements français. Ces jeunes « volontaires » avaient terminé leur année de 3; ce sont des lycéens en seconde générale, seconde professionnelle, en lycée agricole, en CAP, des décrocheurs, des personnes en situation de handicap, en milieux urbain et rural. Cet internat sera suivi entre juillet 2019 et juin 2020 d’une « mission d’intérêt général » de même durée auprès d’associations, de collectivités territoriales, d’institutions ou d’organismes publics, ainsi qu’auprès de « corps en uniforme ». Cette partie a, selon le gouvernement, pour but de « détecter les difficultés de certains jeunes (lecture, santé, insertion, etc.) ». Ce premier temps (internat puis mission) dit « de cohésion » deviendra obligatoire pour tous les autres jeunes n’ayant pas suivi cette « expérimentation ». On sait d’ores-et-déjà que des sanctions sont prévues pour les objecteurs : interdiction de s’inscrire au bac, aux examens diplômants, aux concours de la fonction publique mais aussi au permis de conduire.

Dans un deuxième temps, chaque jeune, alors âgé de 16 à 25 ans, sera incité à poursuivre par une période d’« engagement de trois mois [à un an], exclusivement volontaire, dans nos armées, nos forces de police, chez nos pompiers, nos gendarmes, dans des collectivités ou encore dans les associations », une forme de « service civique » non rémunéré. Cette « phase facultative d’engagement » devrait se généraliser à l’ensemble du territoire national « avant 2026 », mais aucune date n’est encore fixée. Le mécanisme, étendu à 40 000 jeunes en 2020, concernera 800 000 jeunes chaque année.

Le premier jour de leur conscription, des images montrent des jeunes en uniforme (obligatoire) – une tenue qui sera selon le secrétaire d’État, « à la fois utilisée pendant le service national, mais qui pourra aussi être portée par les jeunes pour toutes les cérémonies patriotiques qui sont organisées pour commémorer les grandes dates de l’Histoire » –, en train de chanter la Marseillaise ou de hisser des drapeaux français. L’encadrement (450 agents au moment de l’expérimentation, soit un professionnel pour quatre jeunes) est majoritairement composé de militaires en fonction ou à la retraite, de gendarmes, policiers ou pompiers – majoritairement des hommes – de personnels de l’Éducation nationale, d’élèves des écoles d’État (ENA, polytechnique…), de commerce, de jeunes réservistes (âgés de 21 à 25 ans), d’étudiants en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), de diplômés du BAFA ou BAFD ou de personnes directement formées par l’armée.

Le coût de construction, d’alimentation des participants, de leur transport, de la location des internats et de la masse salariale est estimé à 1,6 milliard d’euros par an (le travail des « volontaires » est gratuit). Il est directement imputé au ministère de tutelle à savoir l’Éducation et non celui de la Défense ou encore de l’Intérieur. De la même façon, l’hébergement en « maisonnées » est structurellement pris en charge par les collectivités territoriales (CT) qui accueillent les conscrits. Ces jeux de vases communicants financiers dissimulent de fait une nouvelle augmentation du budget militaireet de la sécurité alors qu’on assiste à des réductions des dotations accordées aux CT et aux autres ministères (notamment suppression de 1 800 postes à l’EN).