Archives de catégorie : Humeurs

Du pouvoir et du bon usage des mots

 

Derrière les mots, se cache inévitablement de l’idéologie. Celle du sexisme en particulier, qui possède un vocabulaire d’autant plus redoutable qu’il se veut souvent badin, voire galant. Les mots sont une arme. En décrypter le sens, et se les réapproprier, un des enjeux majeurs du féminisme aujourd’hui. [1]

Quand on m’a demandé d’intervenir dans le cadre de ce colloque intitulé “Domination et émancipation” à la table ronde ” clarifier les enjeux et s’entendre sur les mots”, j’ai tout d’abord ressenti un frisson d’angoisse. Puis, très vite, ce frisson s’est transformé en réel désir. Je pèse mes mots ! Effectivement, cet exercice sémantique m’a bien séduite et je vais ici tâcher de partager ce plaisir.

En bonne ouvrière, je me suis tout d’abord précipitée sur mes dictionnaires. Bien sûr, avec une idée derrière la tête : selon moi, accoler domination et émancipation, est déjà une manœuvre de dispersion, voire d’assimilation, une véritable entreprise de contamination !

Je m’explique :
Selon le Petit Robert, “émancipation”, du latin emancipatio – de mancipium, prise en main, propriété -, signifie “acte par lequel un mineur est affranchi de la puissance paternelle ou de la tutelle et acquiert, avec le gouvernement de sa personne, une capacité limitée par la loi”. Au figuré : “Action d’affranchir ou de s’affranchir d’une autorité, de servitudes ou de préjugés”. Antonymes : asservissement, soumission.
On a ainsi émancipé des colonies, des esclaves, des mineurs… Autrement dit des colons ont émancipé leurs serviteurs, des propriétaires leurs esclaves et des tuteurs leurs enfants.

Toujours dans le Petit Robert, esclave signifie “personne qui n’est pas de condition libre, qui est sous la puissance absolue d’un maître, soit du fait de sa naissance, soit par capture à la guerre, vente, condamnation.” Antonymes : affranchi, autonome, indépendant, libre.
Selon le dictionnaire historique de la langue française, une série d’emplois du mot AFFRANCHIR (13e siècle) se rattache au premier sens de FRANC, c’est-à-dire rendre une condition libre (à quelqu’un), ou rendre indépendant (un pays). FRANC vient effectivement du nom ethnique “franc” du latin médiéval “francus” qui avait le sens général de “libre” (fin 6e siècle). L’adjectif Franc s’est appliqué à un homme libre, spécialement de naissance noble (1080 Chanson de Roland) et, par extension a pris le sens de “moralement libre” , courant à l’époque classique. De cette première valeur, on est passé à celle de “sans entrave”, toujours vivante dans la locution “avoir ses coudées franches”. De l’idée de ” liberté”, on est passé à celle de “sincérité, droiture, absence d’artifice”. L’homme franc est celui qui parle ouvertement (1611).

On lit bien ici “homme”. Au sens universel me direz-vous ? mais à y regarder de plus près, les choses ne sont pas si simples…

Parler d’émancipation des femmes, c’est déjà accepter la domination de sexe, déjà reconnaître l’autorité masculine sur les femmes. Qui, en effet, aurait le droit d’émanciper les femmes ? selon quel rapport de force ? Selon quelles modalités de pouvoir ? de tutelle ? de propriété ? Qui oserait comparer la moitié de l’humanité aux peuples colonisés, aux esclaves, aux mineurs ? S’il en est, c’est mettre au même niveau quatre types de domination : classe, race, âge et sexe. Hypothèse qui pourrait se retenir, mais dont les faits, que je vais vous relater sous peu, mettent à bas.
Selon moi, la domination de sexe sert de ciment aux trois autres et accepter la notion d’émancipation des femmes, c’est admettre d’emblée que le patriarcat est une autorité de plein droit.

 

Appauvrissement des termes, minimisation des enjeux

Dans une analyse de la déclaration finale de Pékin+5 de juin 2000 (sommet mondial onusien faisant l’état des lieux cinq ans après de la mise en place de la plateforme de Pékin, Marie-Victoire Louis, féministe et non moins sociologue au CNRS, dénonce l’utilisation du mot “empowerment”. Je cite quelques extraits. “L’emploi quasi exclusif du terme d’”empowerment”, dont le danger conceptuel avait été dénoncé depuis longtemps par certaines féministes, a des conséquences politiques très importantes. Remplacer le terme de ” droit ” par celui d’” empowerment ” est, pour les femmes, fondamental. Car, quelles que soient leurs (nombreuses) définitions, il n’y a aucune ambiguïté, le terme de ” pouvoir ” s’oppose à celui de ” droit “.
Sa disparition au profit de l’emploi du terme d’” empowerment ” interdit donc toute référence au concept de ” droits “, exclue donc toute possibilité ” d’avancée des droits “, et donc toute remise en cause des droits des hommes sur les femmes. Ce terme d’” empowerment ” interdit que les femmes puissent revendiquer le statut – que nous n’avons toujours pas – de ” sujet de droit ” autonome.
La disparition de la référence à toute différence entre les sexes pourrait ainsi ré-ouvrir la voie à la contestation de la domination masculine.
Alors que la Déclaration de Beijing faisait référence à la ” persistance des inégalités entre hommes et femmes ” (&5), l’Introduction du texte de juin 2000, “reconnaît que certaines femmes font face à des barrières particulières mises à leur ’empowerment’”.
Ainsi, aucune référence aux féministes n’est plus possible, aucune opposition entre les sexes n’est plus évoquée. Et plus rien ne peut être fait par les femmes qui ne serait pas ” en partenariat ” avec les hommes. La domination masculine est non seulement reconnue, elle ne peut plus être contestée. ”
Fermez les guillemets.

 

Détournements de terminologie caractérisés

Mais revenons-en aux faits auxquels je faisais allusion tout à l’heure.
En Afrique du Sud, l’apartheid, système de domination raciale le plus abouti, a laissé un lourd héritage. Aussi, exégèse de cette société inégalitaire, raciste et ségrégationniste, le sida révèle un système de domination beaucoup plus profond, qui en autorise et en porte deux autres. La domination de sexe. En effet, aujourd’hui, les médecins traditionnels conseillent aux hommes d’avoir des relations sexuelles avec des vierges pour faire disparaître la maladie. Résultat : le nombre de femmes séropositives accroît de façon exponentielle, le nombre de viols n’a jamais été aussi élevé, leur impunité jamais aussi grande. Sans compter que les victimes peuvent désormais être des petites filles d’une semaine…
Où donc peuvent s’arrêter les effets d’une domination ancestrale qui génère ses propres systèmes d’oppression ? Etonnamment, ni les pouvoirs publics, ni les multinationales ne s’en préoccupent. Ne serait-ce pas là un signe, un élément de compréhension de ce puzzle géant, dont nous sommes les pièces ? En d’autres mots, l’oppression spécifique des femmes ne représente-t-elle pas le ciment d’une société inégalitaire visant le profit à court terme ? Si on en doutait encore, l’amendement qui a été voté lors de la dernière nuit des négociations du Sommet de la Terre porte justement sur le ” respect des valeurs culturelles et religieuses ” dans le cadre de la délivrance de soins aux femmes. Une simple politesse faite aux Etats intégristes et/ou conservateurs ? Certainement pas ! Un véritable indicateur de l’impérieuse nécessité pour le capitalisme de maintenir les femmes la tête sous l’eau, faute de quoi il s’écroule.

Poussons un peu l’exercice.
Dans un tout autre registre, mais tout aussi frappant, quand Jean-Marie Messier déclarait en décembre 2001, afin de justifier les investissements de son groupe aux Etats-Unis, que ” l’exception culturelle française était morte ” et qu’il fallait laisser place à la diversité, Vivendi, à première lecture et au même titre que Warner ou Berlusconi, semblait occuper le terrain de l’idéologie. En fait, en finançant le cinéma de Luc Besson ou de Tim Burton, c’est bien une image bien codifiée de la société que ces mentors de la communication offrent aux jeunes générations mais pour des raisons très mercantiles.
Car enfin, l’extension et le développement des marchés ne connaissent pas de limites. En opérant une Offre publique d’achat sur le marché de la communication, les Matra-Hachette et autres fans considèrent la sphère publique comme un marché comme un autre. Sur ce terrain, le principal concurrent n’est certes pas la classe politique qui n’oppose aucune résistance, mais serait les “anti-mondialistes”, tels qu’ils sont qualifiés par les médias qui sont la propriété de ces monopoles. A l’école du marketing, la meilleure façon de contrer son concurrent direct est de venir sur son terrain, d’utiliser son vocabulaire, ses concepts afin de mieux les détourner. Ainsi on a pu entendre ou lire Messier vanter les vertus de la “diversité culturelle”, reprenant ainsi à son compte la terminologie des alter-mondialistes, tout en calomniant l’exception culturelle française pour justifier une américanisation inéluctable. Cette provocation contraint de fait les concurrents à la défensive, les oblige à revisiter leur copie. Ainsi l’épicentre des débats est-il miraculeusement déplacé.

Par ailleurs, cet acharnement des monopoles concentrationnaires de la communication engendre de la casse. Selon Michel Serres, physicien et philosophe français, un enfant de 14 ans a déjà assisté à 14.000 scènes de violence virtuelles ou réelles, d’ailleurs majoritairement exercées par les hommes. Cette intoxication entraîne la tolérance du pire. ” Pourquoi j’ai violé cette fille ?, je ne sais pas. J’étais bourré “. En attendant, les adolescents, majoritairement des garçons qui reproduisent la violence, s’entassent dans les cellules des quartiers des mineurs. La spirale infernale prison/récidive les conduira à former le gros du bataillon d’une main-d’œuvre très bon marché sous tutelle pénitentiaire. Qui en sont les véritables employeurs ? Le ministère de la Justice ? Ou les multinationales qui confient à ladite administration le soin de gérer le conditionnement de leurs produits divers ? Conditions de travail lamentables et insalubres, cadences de travail sous surveillance, pas d’accès aux douches, salaires de misère, dont la disponibilité est suspendue à la bonne volonté des matons. De plus, la cuisine collective et le service de nettoyage des maisons d’arrêt qui sont entre les mains des entreprises privées offrent un second marché juteux, conjugué à cette main d’œuvre surexploitée.
La boucle est bouclée, le circuit bien rodé : l’appropriation du terrain de l’information compte triple ! Elle génère de la violence, tétanise (immobilise) les violées, des femmes, soumet des générations de mineurs qui renflouent le porte-monnaie de “leurs” propriétaires. Bingo !

 

Démocratiser les mots

Il est plus que temps aujourd’hui de construire la contre-offensive. Une priorité : rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses. Cette position conduit inéluctablement à inverser les logiques.
Par exemple, quand une association ou une ONG reçoit une subvention publique, ce n’est pas elle la débitrice. Elle produit des richesses sociales, relationnelles, environnementales… Elle devient l’opérateur d’un Etat désengagé qui, d’une certaine manière, sous-traite la production de services d’intérêt général. Si une association ou une ONG se plie à la discipline du marché et intègre ces critères de rentabilité, elle constitue alors l’une des pièces du gigantesque puzzle mis en ordre par le système libéral.
Comme l’explique l’économiste féministe allemande Maria Mies, il faut ” rompre avec le mythe du rattrapage “. Il faut apprendre à reconnaître nos propres compétences, nos savoir-faire et les moyens que nous mettons en œuvre, qui ne se mesureront jamais comme la spéculation boursière ou la rentabilité d’un capital investi.
Il faut créer nos propres grilles de lecture, conjuguer au pluriel !, pour faire la peau au capitalisme qui conjugue tout au masculin singulier : un marché, un droit (universel), le profit… alors qu’il y a des marchés, des droits, des profits… sans oublier le féminin !
Il faut démocratiser les mots ! L’instrumentalisation par les mots est décidément aujourd’hui trop prégnante. Quand on voit que le Medef s’auto-proclame “société civile”, cela constitue en soi un système d’oppression qui s’appuie sur des formes acceptées ou tolérées, y compris inconsciemment, de dominations. Comme le souligne le psychanalyste Miguel Benasayag, “le capitalisme, c’est nous.” Nous possédons en nous tous les éléments de construction d’une pensée et d’un comportement formatés, totalement modelables par le système capitaliste. Notre seule force : la diversité, l’affirmation de notre multitude, leur mise en exergue.
Il faut identifier la richesse de notre vocabulaire parce qu’il est le reflet de notre pensée, de notre culture, de notre histoire, de nos appartenances ! Parce qu’ils véhiculent nos engagements, nos choix, notre conscience. Préciser à chaque fois le contexte, remettre les mots en situation.
Dès ce soir, pourquoi ne pas décider d’utiliser le mot “autonomie” plutôt que le mot émancipation ? Pourquoi ne pas associer à chaque fois qu’on prononce le mot “domination”, les mots « résistance » et « contre-pouvoir » ?

Un dernier mot… ou deux. La parole, la lecture et la langue, qu’elle soit orale, écrite ou en images – on pourra creuser ce point à l’occasion -, sont des terrains de lutte !

24 octobre 2002

 

Notes

[1] Intervention au colloque Domination et Emancipation, organisé par la Fédération des Œuvres Laïques et la Ligue de l’Enseignement, Romans, octobre 2002

Testicules sans limites !

Cheikhs, kamikazes, religieux, présidents, premiers ministres, experts, directeurs de l’information… Tous se conjuguent au masculin. Image d’une telle évidence qu’on ne peut s’empêcher de voir Bush avec ses colts, ses missiles et son bouton-poussoir atomique, Ben Laden avec ses lance-roquettes, ses kalachnikovs, et ses biffetons dans les poches, les Taliban avec leurs machines à tuer constitutionnelles, Blair, Perez et Chirac avec leurs cravates et dossiers secrets. Dans tous les cas, on nous jette en pâture la représentation du culte de la personnalité. Ce virilisme, poussé à outrance à tel point qu’on ne peut le qualifier ou le nommer, nous isole par construction. En effet, en quoi cela nous concerne-t-il ? Comment pouvons-nous nous identifier ? Qui nous ? Cette partie de l’humanité qu’« on » n’identifie pas, qu’« on » camoufle sous un universalisme neutre : les femmes. Remarquez bien que tous les protagonistes de la guerre et des appels à la haine ont des noms et des fonctions, alors que les promoteurs de la paix sont des groupes, majoritairement de femmes, qui n’ont pas besoin d’étendard. D’où qu’ils viennent, des Etats-Unis, de Croatie, du Kosovo, d’Israël, de Palestine, des Philippines, de Turquie,… les appels à la paix sont collectifs…
Alors, quelles sont les limites de la justice masculine ? Le mépris du meurtre organisé et la tolérance de la violence institutionnalisée. Quoiqu’en disent nos dirigeants, élus ou occultes, ces limites sont constitutives de leur place : le pouvoir politique et économique, construit sur le modèle de la domination masculine. Tant que la « communauté internationale », comme elle est nommée, tolèrera le sort réservé aux Afghanes, aux Algériennes, aux Chinoises, aux Indiennes, aux Mexicaines, aux Moldaves, aux Biélorusses… le terrorisme, sur lequel tous les yeux se portent aujourd’hui, a de beaux jours devant lui. Bush et ses complices ne sont pas crédibles dans leurs rôles de sauveurs suprêmes. Nous ne les prenons pas au sérieux. Nous nous en méfions. : ils constituent des menaces objectives de guerre contre les plus déshérités de la planète : les pauvres donc les femmes.

samedi 1er septembre 2001

DÉCONTAMINER LES ESPRITS

En prélude, je souhaiterais exercer ma prose sur le mot “accélération”. Nous vivons une période sous accélération. Pas seulement sous le signe de la vitesse. Sous accélération. L’accélération des transactions financières, des concentrations, mais aussi des échanges, des tendances en communication. En Europe et en Amérique du Nord, nous ne pouvons plus supporter d’attendre une réponse. Une soi-disant information. Nous vivons un acharnement agressif à augmenter la vitesse sans cesse. Pourquoi? Pour être en contact ? Pour communiquer largement ? Pour apprendre ? Pour en savoir plus ? Pour échanger des compétences? Illusion. Non, la raison cachée est de créer de plus en plus de bénéfices. Quand nous prenons une photo avec notre téléphone portable, nous prenons un plaisir non caché à l’envoyer à un-e ami-e, lui offrant ainsi un cadeau, une vue d’ensemble instantanée de nous-mêmes ou de là où nous sommes. Instantané. En fait, nous augmentons la rentabilité des pipelines de la communication, dont le propriétaire est privé et “simplement” inconnu, non-public, et nous offrons gratuitement nos données personnelles, données qui pourront être utilisées pour d’autres opérations de vente. Nous sommes de plus en plus habitué-es à ne pas prendre le temps de penser, ni de lire. Nous manquons de temps, non ? “Notre” opinion est de plus en plus fournie par… un fournisseur. Nous n’avons pas à en prendre soin. Nous nous sentons assisté-es. En fait, nous nous sentons bien informé-es ou suffisamment. Dans certains cas, nous estimons que nous n’avons pas besoin de penser. Nous savons, tout simplement. Nous pouvons identifier un “terroriste” juste par son visage ! Nous justifions la politique de sécurité, parce qu’elle est présentée comme un bénéficie direct pour nous. Nous avons intégré l’idée de plus de contrôle, partout où il est, dans la rue, à l’école, à l’hôpital, à la maison. Nous ne nous inquiétons pas que des migrant-es puissent maintenant être suivi-es par satellite. Nous ne le savons pas, tout simplement. Pourtant, nous sommes envahi-es de portails, bulletins d’information, galeries d’images, programmes audiovisuels… Pourquoi demanderions-nous plus quand nous ne savons plus ce qui manque? Quand nous n’avons plus de temps à consacrer à la curiosité? Nous pensons individuellement… pour gagner du temps. Ouaohhhh ! Il y a ici un système wifi, de sorte que je peux être connectée-e où et quand je veux ! Mais que savez-vous des personnes vivant ici, en particulier des femmes, et des routes, des accès à l’école, au travail, et même au téléphone ou à la presse indépendante? Nous acceptons, plus que nous ne tolérons, la disparition du service public, ou la notion de biens communs et d’intérêt général, comme une fatalité. Nous avons déjà oublié ce que cela signifie. Dans beaucoup de pays d’Europe de l’Est, il est beaucoup plus facile d’accéder à un téléphone portable qu’à une ligne téléphonique à domicile. Beaucoup d’études démontrent que le problème n’est pas tant la connectivité. Le plus grand problème demeure le contenu. En fait, la communication à laquelle nous avons accès est à sens unique. De l’émetteur au récepteur. Sans aucune ambition concernant l’interactivité, excepté pour l’achat. Pas d’objectif, ni même de conscience, de la nécessité de s’exprimer librement. Si j’insiste sur le fait que tout ce secteur de la communication est dominé par des hommes, toutes ces affirmations ne vous inspirent-elles pas quelque chose de très connu ? A sens unique, aucun besoin d’interactivité, ni d’expression, simplement l’accélération dans les tuyaux… Continuons. Regardons donc du côté de nos Sms. Nous avons facilement accepté cette nouvelle langue, avec ses nouveaux codes. Ne savons-nous pas que la sémantique est au coeur de toute civilisation ? Voici l’ironie de cette accélération.
Acceptons donc cet axiome : nos esprits sont contaminés. Et le virus peut nous tuer. Mais nous pouvons également apprendre à vivre avec lui. Le connaître, employer notre propre grille de lecture des événements, des situations, analyser chaque nouvel élément à l’ordre du jour global, en déconstruisant chaque nouvelle symbolique, chaque nouvelle manière de penser ou tentative dans ce sens, en inventant notre propre langue. Commençons par un exemple. Pour les Objectifs du millénaire pour le développement, l’ONU recommande instamment la société civile de combattre la pauvreté et en particulier de prêter, pas spécifiquement une perspective de genre, mais une intention spéciale envers les femmes. Qu’est-ce que ça veut dire? Pourquoi ? Cette formule inclut déjà l’idée que des femmes sont discriminées, mais sans plus le dire. C’est enfoui. Dans le même registre, la Banque mondiale encourage plus d’éducation en direction des jeunes filles. Quelle éducation ? Pour quoi faire? De quelle manière ? En payant les cours ? Je voudrais introduire ici un seul exemple : en Chine, en raison du libéralisme et également de la politique de l’enfant unique, les filles sont de moins en moins instruites. S’il y a un choix à faire pour des raisons économiques et sociales, les parents misent sur le garçon. Qui peut nous rappeler toutes ces causalités ? Je ne m’arrêterai pas ici. Pourquoi les femmes seraient-elle plus instruites si elles continuent à ne pas être informées de leurs droits, de leur situation commune avec d’autres femmes dans d’autres pays, de leurs moyens, de leur force ? La force est-elle définitivement synonyme de guerre ? En un mot, l’éducation ne peut pas évacuer l’information et la visibilité. Nous arrivons ici finalement au sujet: les technologies. Vous aurez compris que mon but est d’expliquer que les Tics sont essentielles à ce processus d’accélération. Mais naturellement, je ne suis pas ici pour dire “débarrassez-vous des Tics!”. Le problème n’est pas les technologies en tant que telles, mais la manière dont elles sont utilisées.

Pour aller plus avant, je voudrais insister sur une question de vocabulaire très importante: je suis en désaccord avec l’association des termes “open source” et “logiciel libre”. C’est vraiment une approche anglo-saxonne. Je suppose en raison du sens du simple mot “free”. “Free” ne signifie pas « gratuit », “aucun coût”, “aucune valeur”. C’est un mot, « libre », directement lié à la notion de liberté. La liberté de s’exprimer, d’être informé, d’informer, d’échanger, de partager, d’être créatif-ve… une réelle richesse! Et, comme nous venons juste de le voir, cette accélération, qui est proposée par le système dominant, est totalement opposée à tout type de liberté ou d’autonomie ; elle enferme, individualise, inhibe le champ des possibles ; ceci va à l’encontre d’une quelconque démarche de démocratie, de paix, d’équilibre écologique, d’égalité, et en particulier d’égalité de genre. Ainsi, laissez-moi revenir à ceci : les logiciels libres sont notre futur. L’Open source est uniquement une méthodologie de développement, une ressource technique, qui est également employée par les multinationales pour augmenter leur bénéfice ; le logiciel libre est un mouvement social, une philosophie, et une vision du monde. Ceux qui emploient, mais collaborent également, à la production du libre s’occupent d’un autre monde, sans aucune domination, de sexe, de genre, de race et de classe. Et c’est possible ! Cela fonctionne !

En conclusion, j’ai été invitée à répondre à cette question : “quels changements devons-nous implémenter dans la politique aujourd’hui en œuvre en Europe concernant les médias et les Tics, afin de développer un terrain riche et commun qui satisferait tout le monde?”. Question très difficile. Je suis désolée, je ne pense pas que nous puissions “implémenter” un quelconque changement dans le processus dominant global actuel. Je crains que nous n’ayons aucun endroit de faire une quelconque proposition. Principalement,
en raison de ce modèle d’accélération. Il représente une politique opposée à ce que je pourrais bien vous conseiller. Mais, et voici la dialectique du libre, nous pouvons proposer d’autres modèle, au pluriel.
Voici quelques idées pratiques, principalement reliées à la démarche de visibilité des politiques de genre :
– mettez en lumière vos actions, vos façons de penser, votre opinion, mettez-les sous le projecteur, sentez-vous libre d’informer le public en réseautant mais aussi en développant un processus de partage, une dynamique d’échange ; utilisez les rss !
– publiez sans aucune restriction ; créez vos propres outils de publication en utilisant des logiciels libres ; arrêtez de vous sentir incompétentes ! Partagez vos problèmes en tant que solutions !
– utilisez le texte mais également les images, l’audio, la vidéo de sorte que ces contenus puissent être reconditionnés vers d’autres medias/canaux : internet/web mais également journaux, Cdroms, bandes magnétiques en direction des radios, télés, mp4 pour les machines portables, etc. ;
– encouragez l’interactivité avec l’audience, employer des chatrooms, forum… ;
– créez vos contenus “copyleft” de sorte qu’ils puissent être reproduits, copiés, traduits, sans aucune limite ;
– proposez vos contenus ou outils en tant que “creative common” et faites-en la promotion, de sorte que vous participiez à un processus commun d’élaboration qui sera sans fin et dont vous et tou-tes bénéficierez ;
– créez l’économie de votre communication ; ne cessez jamais d’impulser l’idée que les fournisseurs de contenu, vous, sont égaux aux bailleurs de fonds ou aux utilisateurs ; il n’y a pas relation de dette ;
– revenez systématiquement à ce dont vous avez besoin, pas plus.

Pour récapituler ma position, je dirais que dans un monde et une civilisation où tout connaît une accélération considérable, des concentrations, des transactions, des échanges financiers, pour toujours plus de profit, utiliser et pratiquer le libre représentent un enjeu afin d’assurer l’égalité de genre, la biodiversité et la paix. Cet engagement devient une philosophie : créer ensemble, prendre le temps et penser, afin d’assurer la protection des biens communs et de faire la promotion des droits à communiquer. De cette façon, elle s’imbrique, dans son intégralité, avec le combat global pour la justice de genre.

19/09/05

L’ENFERMEMENT

[…] J’ai chaud. Résister, c’est exister. Je suis arrivée dans cette cellule un jour d’été après quelques jours de cavale. Etoupée. Tout est informe. Je vis l’enfermement. Ma journée connaît deux temps forts. Jusqu’à la prochaine fois. Aujourd’hui, Ulrike, Roger, Florence et Ibrahim m’ont fait l’immense bonheur de me rendre visite. Je n’ai rien d’autre à faire. Un œil me surveille en permanence. J’ai envie de mourir. J’ai décidé de démarrer une grève de la faim. Je pleure. Pas de jugement. Je fumerais bien une cigarette. Une femme s’assoit à côté de mon lit. Mais, qui êtes-vous ? Le transfert a donc eu lieu. Ajuster. Transformer une planche de papier imprimé en boîte. De la désobéissance civile, je suis passée à l’exploitation consentie et appréciée. Une balle en caoutchouc de dix centimètres carrés sous le coccyx, une autre en mousse, de la même taille, sous l’occiput. Qu’est-ce que je vais devenir ? En cercle, assises autour d’une immense table. Je retourne m’asseoir à ma place sans broncher. Il y a quelques semaines, un mec m’a convoquée. Recouvrir la liberté, la seule possible: celle de choisir la forme de mon enfermement. Dans une pièce toute blanche, à l’exception de deux murs garnis de livres et de deux fenêtres très larges, ouvrant sur la verdure et autorisant une lumière immaculée, un homme en blouse blanche est assis derrière un bureau. A dire vrai, il irait bien prendre l’air. […]

LE MAL TRIBUT DES TRIBUS MÂLES

On pourrait croire que la tribu des « jeunes mâles gris » a déclaré la guerre à celle des « vieux mâles blancs ». Mais les apparences sont trompeuses. D’un côté, un système colonial raciste doté autant d’un pouvoir fascisant, discriminatoire et répressif, enracinés sur ses pilotis médiatiques et dopé aux statistiques, que d’une contestation social-démocrate, culpabilisée, amnésique, raciste par omission, piquée aux anabolisants. Ce système se démarque par son immense aptitude à ne traiter que le court terme, pour mieux ré-agir ou re-qualifier, ré-habiliter, ré-nover, ré-former, braquant leur vocabulaire aux petits commerçants. Il ne nomme plus – les jeunes victimes de Clichy-sous-bois ont perdu leur identité avec leur cœur carbonisé -, il ne badine avec l’Histoire que pour mieux l’enterrer – l’ordonnance utilisée pour instaurer le couvre-feu date des événements liés à la guerre d’Algérie, date à partir de laquelle une politique d’immigration massive a été mise en place par l’Etat français pour nourrir les usines françaises, en même temps que la mise en couveuse de cités-dortoirs -, il ne sexe pas – les émeutiers seraient de jeunes eunuques ou hermaphrodites. De l’autre côté, des individus, qui avancent masqués, non identifiés, n’opèrent pas au grand jour et se placent en vandales occasionnels sans aucune ambition de changer, culbuter, estourbir, radicaliser, bref politiser la situation. Ils n’aspirent qu’à se faire autant de pognon que les autres. Ils réagissent à la violence par la violence, sans en changer les donnes. Ils se protègent derrière des populations condamnées en conséquence sans appel à la victimisation et à l’exclusion, le tout sous la haute protection de Grands Frères, les seuls à posséder un nom, au titre de la religion qu’ils auraient miraculeusement adoptée. Ils ne contestent en rien l’oligarchie qui régit le système répressif, ni ses règles, basées sur la division de sexe, de classe, de race. Ils sont eux aussi libéraux, racistes, homophobes et sexistes. Ils re-produisent. Match nul.
Novembre 2005

De Cantat à Benasayag, et inversement

Bertrand Cantat, chanteur du groupe de rock français le plus populaire, a cogné sa maîtresse à tel point qu’elle en est morte. Il est aujourd’hui en prison alors qu’il devait aller interpréter quelques-unes de ses œuvres au Larzac. Parce qu’il milite également dans une mouvance qu’on qualifie alertement de gauche alternative. Il lutte contre le capitalisme. A partir de lui, on peut dessiner une boucle, celle de militants, illustres ou anonymes, qui, dans leur majorité, tout en voulant changer le monde, continuent inexorablement à placer la « vie privée » dans une « case à part », un espace, qu’il faut bien se défendre de rendre publique et donc encore moins de réfléchir comme un lieu d’oppression. Un lieu donc où tout est permis puisque cela ne regarde personne. Une zone de non-droit.

Bertrand Cantat, auteur-compositeur-interprête du groupe de rock français le plus populaire, a cogné sa maîtresse à tel point qu’elle en est morte. Il est aujourd’hui en prison à Vilnius, en Lituanie alors qu’il devait aller interpréter quelques-unes de ses œuvres au grand rassemblement du Larzac2003. Parce que le chanteur milite dans une mouvance qu’on qualifie alertement de gauche alternative. Il lutte contre le capitalisme. Il est devenu, qu’il le veuille ou non, une des idoles d’un mouvement qui a choisi de poser les bases d’un autre monde. A partir de lui, on peut dessiner une boucle, celle de militants, illustres ou anonymes, qui, dans leur majorité, tout en voulant changer le monde, continuent inexorablement à placer la « vie privée » dans une « case à part », un espace, une sphère, un cachot pourquoi pas ! qu’il faut bien se défendre de rendre publique et donc encore moins de réfléchir comme un lieu d’oppression. Un lieu donc où apparemment tout est permis puisque cela ne regarde personne. Une zone de non-droit en quelque sorte.
A contrario, en dehors de cette poche, que je me permettrai de désigner par son nom, « le privé », tout peut devenir objet de critiques, système d’oppression, lieu de discrimination, carrefour de toutes les inégalités et j’en passe ! Ce domaine public ne garantit pas l’action collective, mais il peut en devenir le théâtre, une scène où l’individu-e est en représentation et la personne dans le trou du souffleur. Car enfin, comment peut-on distinguer le Bertrand Cantat « chanteur engagé », « frère d’écriture, de conviction et de cœur » et le Bertrand Cantat « lié plus que jamais à Marie. Unis et indissociables. Si ce n’est qu’elle est morte, et lui, vivant », comme le qualifient Hélène Chatelain, Claude Faber et Armand Gatti ? L’amour, la passion, la relation de couple, la copulation, seraient-ils autant de circonstances atténuantes pour le meurtre que le rockeur a commis ? Si ce n’est qu’elle est morte… J’hallucine ! Les acteurs de ce même cercle, de cette même boucle de transformateurs, sont-ils prêts à accorder les mêmes circonstances à ces individus, tous reconnus coupables des pires crimes : Messier, Sirven, … ou encore au patron de Total, complice de la junte birmane, à Bush, grand ordonnateur du monde, à Poutine, génocideur des Tchétchènes, … ? Ou encore, sont-ils capables d’ignorer les 350 mortes de Ciudad Juarez et, plus généralement, les disparues des maquiladoras au Mexique, les milliers de femmes « acidées » ou brûlées vives, les milliers de femmes, encore, tuées en toute impunité au nom de l’honneur… ? Sans parler des infanticides de petites filles en Chine, en Inde ou ailleurs, les millions de viols de femmes, de jeunes filles et d’enfants dans tous les pays en guerre ou en situation de post-conflit armé ou en Afrique du Sud où le sida tue, des milliers de femmes prostituées…
Je ne peux pas en faire la liste. Ça me tue… à petits feux. Juste un exemple, pour tenter d’atténuer ma colère. En quelle taille de caractère faut-il afficher sur tous les murs de la planète qu’il y a sept fois plus de décès comptabilisés chez les femmes russes, victimes des coups de leurs maris ou conjoints, que chez les morts de la guerre en Tchétchénie ? Car enfin, comme le souligne la Fédération Nationale Solidarité Femmes, « la relation de couple entre l’auteur et la victime est une circonstance aggravante et non atténuante ». En France, les violences conjugales tuent une femme tous les cinq jours, en blessent grièvement deux millions par an. Comment peut-on oser imaginer que les victimes soient complices de leur propre sort, qu’elles adoptent des attitudes ou comportements qui les transforment en collaboratrices et donc en coupables ? Que le « drame passionnel » – j’adore ! -, l’absorption d’alcool ou de drogue, soient les déclencheurs du passage à l’acte ? La violence des hommes à l’égard des femmes n’a pas besoin de tous ces artifices pour s’exprimer, pour la simple et bonne raison qu’elle est tolérée, voire suggérée – je ne développe pas ici sur la pub -, recommandée pour une bonne tenue virile et donc une bonne intégration sociale !
Je suis assez d’accord avec Miguel Benasayag : “Nous sommes au cœur d’une époque obscure. Nous faisons partie d’une toute petite et frémissante contre-offensive. Il faut construire en intensité l’alternative. Un autre monde est possible par d’autres choix de vie. Nous sommes à une époque de laboratoires sociaux”, a-t-il déclaré au Larzac. Acteur de la boucle des altermondialistes que j’ai mentionnée plus haut, il fait partie des rares à reconnaître publiquement que le crime de Cantat s’apparente à la classique violence conjugale. Alors Miguel ? A quand un laboratoire sur le patriarcat et la domination masculine, piliers de tous les systèmes d’oppression, lieu-même où la déconstruction de l’individu-e doit s’opérer pour voir éclore des groupes constitués de personnes libres ? Au fait ! J’ai pas vu les coquards de Bertrand… et vous ?

30 août 2003