Archives de catégorie : Idées

Zoom : « un empire invisible »

Covid-19, meurtre de Samuel Paty, campagnes électorales, complot… les exemples ne manquent pas où les usages internet font recette. Les échanges, les dénonciations, les calomnies, les appels au meurtre, les droits de circulation, les achats, le travail, se passent désormais « en ligne ». Les cours de l’Éducation nationale ou de l’enseignement supérieur, mais aussi les cours de yoga ou de danse, la diffusion d’un rapport ou la prise de contacts, les réunions professionnelles et militantes, les messes, les consultations médicales, les ventes, le visionnage de films, se font prioritairement « en ligne ». Cet engouement par défaut (tout n’est pas choisi – on préférerait « se voir » – d’autres intervenants optent pour l’anonymat) pose la question des paradoxes des réseaux sociaux numériques[1]et du P2P (peer-to-peer : salles virtuelles). D’un côté, ces systèmes permettent de « rester en contact », de poursuivre ses activités sociales ou politiques, et de l’autre ils accélèrent et remplacent progressivement le politique (gestion de la cité) par la propriété privée et ses épistémès (sciences des connaissances).

L’affaire n’est pas nouvelle mais la tendance affiche déjà une banalisation de la financiarisation/sous-traitance étendue des services publics au privé. Le ver était dans le fruit, notamment avec Facebook[2], ou Twitter[3], mais aussi Amazon[4],Microsoft[5],Apple, Google[6]… le Gafam, qui avait déjà fait son entrée dans les classes, dans les campagnes politiques ou d’influence, dans les enquêtes, dans les échanges d’idées. Un nouveau venu fait des ravages : Zoom[7]. Il se distingue des autres par le niveau de la barre qu’il a placée au-dessus de sa tête. Le propriétaire de l’application double ses concurrents en permettant d’appeler jusqu’à cent personnes en simultané pendant quarante minutes[8]gratuitement. Les abonnements payants qui donnent accès à plus de fonctionnalités sont prisés par les professeurs, mais aussi les ecclésiastes ou les Premiers ministres. Pour autant, les entorses à la sécurité – diffusion d’images pornographiques ou de menaces – perturbent les échanges, la possibilité pour les employeurs de surveiller leurs employés à distance tend les usages, la vente des données personnelles (traçage des utilisateurs, historiques de leur navigation, progrès scolaires, données biométriques…), ou l’utilisation de ces données à des fins de ciblage marketing règnent et la censure fait loi.

Alors que dans les secteurs de l’Éducation nationale, de la recherche, de la santé, de la gouvernance, de la citoyenneté, des groupes d’individus utilisentZoom pour lever des fonds (par demande orale de soutien) ou passent par le crowdfunding, dans le but d’échapper à la mort (individuelle ou des organisations), la société éponyme grimpe en bourse. Le paradoxe est saisissant. Bâtie sur le modèle des autres entreprises qui exploitent internet, Zoom, en plus d’être privée, appartient à son créateur, Eric Yuan, un homme californien d’origine chinoise, génère d’énormes bénéfices qui vont droit dans les poches de ses actionnaires, bafoue les lois et en particulier celles liées à la protection des données privées… tout en investissant massivement le secteur public. Par transition, on pourrait statuer que le secteur public (mais pas seulement) est complice de l’ensemble de ses malversations impunies.

Yuan s’inscrit dans l’héritage de ses prédécesseurs tout en accélérant le mouvement et en forçant le trait. Depuis leur apparition entre les années 1980 et 2000, les sociétés internet, sont caractérisées par le fait qu’elles sont privées, créées puis dirigées par des jeunes hommes blancs hétérosexuels riches diplômés majoritairement états-uniens et depuis peu chinois (Yuan se situant entre deux) et qu’elles sont d’envergure internationale. Le choix des outils, les algorithmes, leurs développements, le transport et le stockage des données, la distribution des richesses produites, les décisions de collaborer avec les autorités et de vendre les données personnelles, l’organisation de la chasse aux sorcières, la diffusion de fake newsou de contenus fascistes, racistes, sexistes, homophobes, leur appartiennent comme celui de payer ou non des impôts. Ce secteur ne connaît pas de démocratie : aucun de ces dirigeants n’est élu par la population pour décider des mesures adaptées à internet et les entreprises échappent aux lois nationales.

Ce système a été établi avec l’accord des États qui dès 1995 (lors du premier Sommet mondial de la société de l’information) ont décidé de confier la « société de l’information » à des entreprises privées. Depuis la naissance d’internet, et après avoir été lancée par l’armée, cette industrie a été entièrement sous-traitée par le politique (institutionnel, partidaire, contestataire) au privé tant au niveau de la production d’outils que de leur régulation, des répartitions des richesses produites – le Gafam se situe dans le top 10 des fortunes personnelles et des entreprises dans le monde[9] – et des savoirs transmis.

De fait on assiste à une apologie de la propriété privée des moyens de communication virtuelle (sous terre, en mer, dans le ciel) comme en son temps celle de la terre, avec son lot d’inégalités sociales et de répression. L’Europe a connu les propriétés foncières avec leurs seigneurs et la servitude, les conquêtes, la vente d’esclaves, l’appropriation du corps des femmes comme outil de re-production, l’empire et la colonisation, l’Amérique du Nord, l’appropriation des terres et les plantations, avec à leur tête des « maîtres » esclavagistes, racistes, antisémites, paternalistes, le tout accompagné de guerres, de meurtres, de massacres à grande échelle et de discriminations instituées. Aujourd’hui si la forme paraît moins cruelle, le fond ressemble à s’y méprendre à ces périodes sordides. À lire les missions du Gafam[10], on trouve des perles héritées de ces bourreaux d’un autre temps et, si toutefois on l’a connu, on repère la perte du contrôle citoyen sur les modes de communication, autant dire sur le quotidien de milliards de personnes. Les entreprises décident ce qui est bien ou le plus important pour les populations, quel que soit le pays ou le continent de rattachement.

Avec « l’ami », les « articles préférés », le « groupe », la « salle »…, les pensées et comportements ont été transformés : ils se sont occidentalisés, libéralisés, sexualisés. Par exemple, si on veut échanger avec d’autres ou se faire connaître, partager des photos, souvenirs, idées, la question d’avoir un compte Facebook ne se pose plus. Utiliser Google pour trouver ce qu’on cherche non plus. WhatsApp[11]est « pratique » et Zoom« facile ». Les langages, logiques et autres algorithmes empruntés dans ces applications, ont non seulement en commun une langue unique, l’anglais, mais un sexe, masculin (majoritaire chez les développeurs informatiques) accompagné d’un mode de pensée structuré, normé, codé, dicté par une culture nord-américaine, judéo-chrétienne, cartésienne et libérale. Cet ensemble de produits n’est pas neutre. Il s’inscrit dans une histoire, un contexte géographique, social et politique.

Tous ces propriétaires manifestent une intention bienveillante à apporter appui, soutien, depuis une personne qui « sait » internet – eux-mêmes – à celles qui ne savent pas internet – et en particulier « les femmes » –, et ce partout dans le monde. Loin de chercher à identifier les individus à qui ses plateformes collaboratives s’adressent, ils les assimilent. Mus par une connaissance technologique, conçue comme faisant partie intégrante du processus de mondialisation, ils ignorent les hiérarchies sociales, qu’elles soient de genre, de classe, de race ou d’âge. Hormis un « avis » ou des « logs », rien n’est attendu de l’utilisateur, de l’Autre (ce qui n’est pas semblable à soi), si bien que les rapports de domination qui régissent les relations sociales sont distillées par leur intermédiaire dans une vision du monde qui aplanit les différences et inégalités, voire les occulte. Leur croyance en un rôle messianique trahit une vision occidentalocentrée[12]et masculine des relations sociales et des règles qui les gouvernent. La « liberté d’expression » en est transformée.

De surcroît, cette vision rend l’utilisateur acteur de sa propre aliénation. Contrôlé, il devient contrôleur des cadres et normes virtuels dictés par un individu (occidental, masculin, blanc, jeune, aisé), et ainsi promoteur de violence épistémique (inhibitrice et hiérarchisée de savoirs). Ainsi, l’ensemble des rapports de domination produits par le capitalisme en dehors de ses sphères d’action se renforce : la colonialité numérique se déploie.

Zoomest le produit de cette colonialité numérique de même qu’il la produit : en ouvrant ses salles virtuelles à quatre cents personnes sans voix et distantes en même temps, tout en diffusant leurs données sans consentement ou en laissant passer des messages racistes ou sexistes plus ou moins subliminaux, il alimente un empire invisible et banalisé qui renforce les dominations.

Des contretemps existent, rares, isolés, dispersés, motivés par une appropriation collective des moyens d’une communication populaire. En vingt-cinq ans, ils n’ont pas réussi à déstabiliser ou à ralentir la progression de cet empire. Dernière piste de sortie possible : l’implosion pour cause d’overdose ?

Joelle Palmieri
18 novembre 2020

[1]Nous ne discuterons pas ici l’usage de cette terminologie.

[2]Facebooka été inventée par un étudiant américain de l’université de Harvard à Cambridge au Massachusetts, Mark Zuckerberg, en février 2004. FaceBookconnaît une croissance géométrique du nombre de ses usagers qui est passé de 1 million en 2004 (essentiellement des étudiants américains) à 2,89 milliards par mois en 2019 pour atteindre un chiffre d’affaires de  17,74 milliards de dollars et une valorisation boursière de plus de 270 milliards de dollars.

[3]Twittera été créé à San Francisco en 2006 par Jack Dorsey, aujourd’hui âgé de 43 ans, au sein d’une société proposant des logiciels permettant de publier des fichiers audio sur un blog au moyen d’un téléphone. En 2015, Jack Dorsey est le 307ehomme le plus riche au monde avec une fortune de 2,3 milliards de dollars. La valorisation boursière de l’entreprise s’élève à 43 milliards de dollars.

[4]Amazon, entreprise de commerce électronique basée à Seattle, a été créée par Jeff Bezos en juillet 1994. Elle a été introduite en bourse en mai 1997. En 2020, la société emploie un million de personnes dans le monde, génère 280 milliards de dollars et dépasse les 3 000 milliards de dollars de valorisation en bourse (2019).

[5]Microsoft Corporationa été fondée par Paul Allen et Bill Gates en avril 1975 dans le Nouveau-Mexique aux États-Unis, pour répondre à leurs propres besoins d’étudiants américains. En 2018, Microsoft connaît un revenu annuel estimé à 110,36 milliards de dollars et valorisation boursière de plus de 210 milliards de dollars. En 2020, l’entreprise emploie 148 000 personnes dans 120 pays.

[6]Googleest née le 27 septembre 1998 dans la Silicon Valley,en Californie, à l’initiative de Larry Page et de Sergey Brin. Début 2008, Googlevalait 210 milliards de dollars à la Bourse de Wall Street à New York. Depuis 2011, l’entreprise possède 1,8 million de serveurs (parc le plus important à l’échelle internationale) répartis sur 32 sites. En 2019, l’entreprise a généré près de 162 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour une valorisation en bourse de plus de mille milliards de dollars.

[7]Zooma été créée dans la Silicon Valley en 2011 par Eric Yuan, un ingénieur anciennement employé chez Cisco System. Cotée en Bourse depuis avril 2019, sa capitalisation boursière a atteint 92 milliards au 31 août 2020 et la plateforme aurait dépassé en mars 2020 les 200 millions de participants quotidiens contre 10 millions en décembre 2019. Entre février et avril 2020, Zoom a gagné 328 millions de dollars.

[8]En mars 2020, Zooma retiré la limite des quarante minutes pour les profs dans une vingtaine de pays.

[9]Selon Forbes, en avril 2020, les sept premiers milliardaires au monde sont dans l’ordre : Jeff Bezos ($113 Mds, États-Unis, Amazon), Bill Gates ($98 Mds, États-Unis, Microsoft), Bernard Arnault et sa famille ($76 Mds, France, LVMH), Warren Buffett ($67, 5 Mds, États-Unis, Berkshire Hathaway), Larry Ellisson ($59 Mds, États-Unis, Oracle Software), Amancio Ortega ($55, 1 Mds, Espagne, Zara/Inditex), Mark Zuckerberg ($54, 7 Mds, États-Unis, Facebook).

Selon FXSSI, le 6 septembre 2020, les huit entreprises les plus riches (note basée sur la capitalisation boursière) sont dans l’ordre : Saudi Aramco (1 685 $ milliards, extraction et raffinage du pétrole et du gaz, Arabie saoudite), Microsoft(1 359 $ milliards, États-Unis), Apple inc.(1 286 $ milliards, États-Unis), Amazon Inc. (1 233 $ milliards, États-Unis), Alphabet Inc.(ex-Google, 919 $ milliards, États-Unis), Facebook(584 $ milliards, États-Unis), Alibaba Group (545 $ milliards, internet, Chine), Tencent(510 $ milliards, internet, Chine).

[10]Zoom : “Delivering happiness“: « apporter du bonheur » ; Twitter :“We want to instantly connect people everywhere to what’s most important to them”: « Nous voulons instantanément connecter les populations du monde entier à ce qui est le plus important pour elles ». Facebook :“Giving people the power to share and make the world more open and connected”: « Donner au peuple le pouvoir d’échanger et de rendre le monde plus ouvert et connecté ».

[11]WhatsAppest un système de messagerie utilisant la téléphonie mobile et Internet. L’application a été créée en 2009 par Jan Koum et Brian Acton, deux anciens employés de Yahoo!. Elle est utilisée par plus de deux milliards de personnes en 2020. En février 2014, la société WhatsAppest acquise par Facebook.

[12]Nous incluons la Chine qui suit le même modèle libéral.

« Séparatisme », « Amish » : le chemin de l’autoritarisme

En ce mois de septembre 2020, la sémantique gouvernementale française s’affiche guerrière et fascisante. L’État serait la première victime d’une « guerre civile » (entre religions) à l’initiative des « islamistes » et freiné dans son élan par des intrusions idéologiques archaïques, essaimées par les écologistes, les féministes[1]… L’usage du terme « séparatisme », à la place de communautarisme, et la référence aux Amish pour fustiger les anti-5G sont banalisés pour mieux le signifier. Prise au premier degré, cette terminologie – tout le monde le sait y compris leurs adeptes et la presse – est très connotée et fait référence aux vocabulaires de l’extrême-droite, du colonialisme[2]et de l’hypermodernité (néolibéralisme).

En deuxième lecture, cette sémantique révèle en creux, par la négativité, la stratégie politique tenace du gouvernement : diviser (les classes, les races, les sexes), ordonner, réprimer les populations et affermir l’État.

Aux États-Unis, le séparatisme est revendiqué publiquement par les suprémacistes blancs(groupes fascistes en soutien de Trump)[3]. En France, ce choix véritable est plus silencieux, l’héritage historique en jeu – celui de l’Europe des Lumières – se voulant « normal » mais non-dit. Car c’est bien l’État français qui est voulu séparatiste (et non des groupes sociaux), et qui veut promouvoir une élite mâle, riche, blanche, chrétienne, hétérosexuelle, aux manettes du pouvoir politique. On retrouve ici ce qu’explique Frantz Fanon à propos de la violence coloniale – « De par sa structure […], le colonialisme est séparatiste et régionaliste »[4] – et bien plus.

Le gouvernement vise les ghettos plutôt que l’intégration, la division des luttes plutôt que les concertations collectives. Comme Charles De Gaulle à propos des communistes[5]et des anticolonialistes[6](Frachon et Césaire), au sortir de la IIeguerre mondiale, Macron utilise le mot « séparatisme », pour mieux mettre ses adversaires politiques hors jeu. Les stigmatiser lui permet de mieux exister. Le Président de la République entend tenir éloignés les « indésirables »[7]et les mettre dans un même sac bien à part. Il s’impose « homme universel » au contraire de « la » femme, racisée, homosexuelle, pauvre, considérée comme « minoritaire ». C’est ici que, dans la négativité, le « majoritaire », qui ne l’est pas et qui fait partie de ce que Colette Guillaumin appelle la « généralité humaine »[8], se crée. Le « minoritaire », le « séparatiste », le devient parce que le « majoritaire » en a décidé ainsi. Par exemple, comme le souligne Jean-Paul Sartre en 1946 à propos de la condition juive, « Le Juif est un homme que les autres hommes tiennent pour Juif : voilà la vérité simple d’où il faut partir »[9]. L’ensemble de ces exclusions sociales et politiques volontaires a pour objet d’assoir par effet miroir la légitimité de l’homme politique et de diviser les mouvements. Cette manœuvre est d’autant plus caricaturale que le projet de loi contre les séparatismes est porté par l’ex-Secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes et par un ministre poursuivi pour viol.

En parallèle des stigmatisations de classe, de race, de sexe, et par extension de ce que Michel Cahen analyse à propos de l’existence des États en Afrique ayant connu le colonialisme français, on peut affirmer que le gouvernement dont Macron s’est entouré a établi une hiérarchie entre appartenance nationale et démocratie. Il alimente la confusion entre les deux concepts pour mieux valoriser une vision occidentale de la « modernité » : « L’usage à tort et à travers du concept de nation entraîne des confusions permanentes entre nation et nationalisme, nation et État, État et État-nation, citoyenneté et nationalité, nation homogène et modernité… »[10]. L’historien évoque un « fétichisme d’État » : « [L’]éclatement [de l’État], le séparatisme d’une de ses parcelles sont d’abord suspectés de “divisionnisme”, de manœuvre impérialiste, de retour en arrière, d’enfermement identitaire. Le grand serait mieux que le petit, la mobilisation identitaire se voit niée en tant que désir de modernité collective »[11]. En propulsant le projet de loi en tête de gondole, Macron s’applique à renforcer le rôle de l’État.

Enfin, la référence aux Amish pour qualifier non seulement les écologistes mais aussi les militants de la préservation des libertés individuelles, est exemplaire. Elle a pour objet un effet repoussoir, les Amish symbolisant l’anti-modernité, y compris en matière de hiérarchie sexuelle[12]. Pour autant, il semble important dans le contexte qui nous occupe de souligner que ces communautés religieuses s’affichent pacifistes et contre la suprématie de l’État[13]. Comme les mennonites qui leurs sont historiquement liés[14], ils expriment leur ferme opposition au racisme. Par exemple à propos des événements à Charlottesville en août 2017, ils écrivent : « À la lumière des événements récents, nous sommes à nouveau contraints de dénoncer et de condamner les idéologies racistes de la suprématie blanche en tant que “pouvoirs cosmiques” et “forces spirituelles du mal” à l’œuvre contre les desseins de Dieu lors de la création »[15]. Entre les lignes, en comparant ses opposants politiques aux Amish, Macron continue d’affirmer ses options bellicistes et suprémacistes.

L’accélération de ces offensives est impressionnante. Marcher sur les plates-bandes de l’évidence (discours empruntés à l’extrême-droite) risque de nous ralentir sérieusement et de nous retrouver dépassés, si ce n’est déjà le cas, par un autoritarisme délétère.

Joelle Palmieri
25 septembre 2020

 

[1]Le gouvernement et ses défenseurs amalgament tous les féminismes et frappent ce qui se revendique le « féminisme lesbien ». Guy Bouchard, « Typologie des tendances théoriques du féminisme contemporain, Philosophiques, 18 (1), 1991, p. 119–167.

[2]Isabelle Avran « “Séparatisme” et “ensauvagement” : quand l’exécutif reprend les thèmes chers à l’extrême droite », nvo,13 septembre 2020, https://nvo.fr/separatisme-et-ensauvagement-quand-lexecutif-reprend-les-themes-chers-a-lextreme-droite/.

[3]Betty A. Dobratz & Stephanie L. Shanks-Meile,“The Strategy of White Separatism”, Journal of Political and Military Sociology, 34 (1), 2006, p. 49-80.

[4]Franz Fanon, Les damnés de la terre, Gallimard, La Découverte, 2003 [1961].

[5]Bernard Lachaise, « De Gaulle et les gaullistes face aux conflits sociaux au temps du RPF », La politique sociale du général de Gaulle, Centre d’Histoire de la Région du Nord et du Nord-Ouest, 1990.

[6]Elisabeth Léo, « Le référendum de 1958 à la Martinique », Outre-mers, tome 95, n°358-359, « 1958 et l’outre-mer français », 2008, p. 107-131.

[7]Éric Maurin,Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social, Le Seuil, coll. « La République des idées », 2004.

[8]Colette Guillaumin, L’idéologie raciste. Genèse et langage actuel, Gallimard, 2002.

[9]Jean-Paul Sartre, Réflexions sur la question juive, Gallimard, 1946.

[10]Michel Cahen, « L’État ne crée pas la nation : la nationalisation du monde », Autrepart N°10, 1999, p. 151-170.

[11]Ibid.

[12]‪ John Hostetler, spécialiste de l’histoire et de la culture des Amish, parle effectivement de « willing submission » (soumission volontaire)[12]pour caractériser le rôle des femmes dans ces sociétés. John A. Hostetler, Amish Society, JHU Press, 1993, 435 p.

[13]Fabienne Randaxhe, « Les Amish ou le communautarisme apaisé », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 75, Religion, société et politique aux États-Unis, 2004, p. 50-56.

[14]Jacques Légeret, Catherine Légeret, Quilts amish & [et] quelques autres patchworks mennonites, Labor et Fides, 2001, 77 p.

[15]« Mennonite Central Committee in the U.S. statement on white supremacy and racism in light of the events of August 12, 2017, in Charlottesville, Virginia », Mennonite Central Committee (MCC), https://mcc.org/stories/statement-white-supremacy-racism.

Covid-19 : boulevard des indifférents

En ces temps de pandémie, certains messages politiques, scientifiques, médiatiques, populaires poussent à se demander « où trouver la vérité ? », « quelle est-elle ? », « comment faire la différence entre le vrai et le faux, la vérité et le mensonge ? », « comment faire la part des choses ? », « comment savoir ? ». Grâce au fabuleux texte de Jean Cocteau sur la poésie, on pourrait s’amuser à imaginer que chacun d’entre nous est « un mensonge qui dit toujours la vérité »[1]. Pourtant certains se détachent de cette allégorie et pensent « qu’on ment à la population pour restreindre ses libertés ». On assisterait donc à un looping entre vérité et liberté au détriment d’une valse entre vérité et mensonge.

La gestion politique et la couverture média de la pandémie du Covid-19 donnent en effet lieu à des interprétations personnelles, empruntes d’émotions et de pathos, éloignées de l’élaboration de pensée. Chaque individu crée « sa réalité », des groupes d’individus alimentent des croyances ou évangiles, les réseaux sociaux numériques, structurés par des algorithmes développés par des entreprises privées, mystifient les échanges – la rencontre entre humains n’a pas lieu –, si bien que de « vrai », il ne reste que l’individuel. L’émotion détrône la vérité, le « moi » s’érige en norme, la subjectivité fait loi et l’opinion personnelle toute puissance néglige le partage ou encore l’humour. De langage commun il ne resterait que les Likes sur Facebook, les « réunions » par visio sur Zoom ou les posts sur Instagram… L’indifférence à une vérité reliée aux biens communs est flagrante. La colonialité numérique, « reproduction patriarcale de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme, [qui …] ignore, hiérarchise, invisibilise les savoirs, méprise leur historicisation, leur contextualisation, leur genrisation »[2], méprise les réalités complexes et connaissances associées[3] et crée de l’ignorance[4].

En Occident, on utilise le terme « post-vérité »[5], pour qualifier l’interaction contemporaine entre politique et montée en puissance des usages d’internet. À défaut d’être basées sur le mensonge qui reconnaît la vérité, comme le souligne si bien Cocteau, les « vérités » qui circulent sont indifférentes à la distinction entre mensonge et vérité. En cela, selon Hannah Arendt, elles constituent un danger : « le résultat d’une substitution cohérente et totale de mensonges à la vérité de fait n’est pas que les mensonges seront maintenant acceptés comme vérité, ni que la vérité sera diffamée comme mensonge, mais que le sens par lequel nous nous orientons dans le monde réel – et la catégorie de la vérité relativement à la fausseté compte parmi les moyens mentaux de cette fin – se trouve détruit. »[6]Cette « post-vérité », idéologique, marque du totalitarisme, inhibe l’élaboration d’une pensée commune. Le négationnismeen use à loisirs.

Certains scientifiques tentent de proposer une autre vérité, dite « scientifique », en vérifiant leur expérience et en recoupant leurs sources, en explicitant leurs méthodologies d’observation et d’analyse, en justifiant et en validant leur interprétation des faits, en rationnalisant leur raisonnement. L’incidence de leurs travaux sur l’individuel et sur les impacts de la post-vérité est variable pour deux raisons : d’une part en tant qu’observants ils nient, pour leur majorité, la nécessité d’être observé pour mieux « situer leur vérité »[7], d’autre part, ils se complaisent dans un universalisme abstrait qui noie les inégalités sociales dans une vérité « universelle »[8]. Ce biais scientifique prête le flan à toutes sortes de manipulations visant à transformer la représentation des réalités. « La vérité de fait » comme la nomme Hannah Arendt est remplacée par la « manipulation des faits » : « Elle est toujours en danger d’être mise hors du monde, par des manœuvres, non seulement pour un temps, mais, virtuellement, pour toujours. »[9]. Elle ajoute : « qu’est-ce qui empêche ces histoires, images et non-faits nouveaux de devenir un substitut adéquat de la réalité et de la factualité ? »[10]. Le leurre idéologique remplace, y compris par recherche scientifique interposée, les réalités multiples.

On pourrait penser que Trump, Bolsonaro ou Macron sont des menteurs ou encore que les « complotistes, zélateurs de la chloroquine, négationnistes du Covid »[11], autant de scientifiques « détenant la vérité », sont des prédicateurs. La situation est plus critique : indifférents au mensonge et à la vérité, ils détruisent toute tentative de construction d’un sens aux réalités (humaines et scientifiques). Là réside l’atteinte à notre liberté.

Joelle Palmieri
9 septembre 2020

 

 

 

[1]Jean Cocteau, Le menteur, 1957.

[2]Joelle Palmieri, TIC, colonialité, patriarcat: Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines, Yaoundé, Editions Langaa, 2016, 296 p.

[3]Edgar Morin, La méthode 4. Les idées, Paris, Le Seuil, coll. Essais, 1991.

[4]Mathias Girel, Science et territoire de l’ignorance, Paris, Librairie Quae, Collection : Sciences en questions, 2017, 160 p.

[5]La « post-vérité » est élue « mot de l’année 2016 » par le dictionnaire d’Oxford, qui la définit ainsi : « ce qui fait référence à des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles. »

[6]Hannah Arendt, « Vérité et politique », La crise de la culture, Paris, Gallimard, Collection Folio Essais numéro 113, 1964, p. 327-328.

[7]La notion de « savoir situé », développée dans la théorie du point de vue (StandPoint Theory) renvoie à l’identification du lieu d’où parle celui qui prétend parler et à la reconnaissance de différences de points de vue possibles, parmi lesquelles la différence de genre. Donna Haraway, Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature. Trad. Oristelle Bonis, préf. M.-H. Bourcier, Jacqueline Chambon, 2009 ; Harding Sandra (dir.), The Feminist Standpoint Theory Reader,New York et Londres,Routledge, 2004.

[8]L’universalisme abstrait est un mode de pensée qui considère l’univers comme une entité englobant tous les êtres humains, sans différenciation de genre, de classe ou de race. Mondher Kilani, « Ethnocentrisme », inSylvie Mesure & Patrick Savidan (dir.),Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, pp. 414-415.

[9]Hannah Arendt, op.cit., p. 294.

[10]Ibid., p. 323.

[11]Christian Lehmann, « Covid : complotistes tarés et menteurs patentés », Libération, 2 août 2020.

 

Covid-19 : Macron au secours de la Chine

Boulette ou révélation fondée, le témoignage d’une athlète française à propos des Jeux mondiaux militaires d’été (JMME) potentiels sources de la contamination Covid-19, intervient dans un contexte conflictuel mondial qui dépasse le seul secteur sportif, y compris militaire. La recherche du « patient-zéro » de l’épidémie et le palmarès de ces jeux reflètent une concurrence sino-américaine tenace, notamment dans le domaine militaro-industriel. Les deux événements mettent en exergue l’offensive chinoise soutenue contre les États-Unis et l’épingle que l’État français entend tirer de cet affrontement économique. Pendant que les États-Unis et la Chine se renvoient la balle concernant la nationalité de la première personne contaminée par le Covid-19, Macron entretient les accords commerciaux franco-chinois colossaux, gagne du terrain dans les domaines de la vente et de l’achat d’armements (peloton de tête au niveau mondial), en même temps qu’il tente de déshabiller les États-Unis à l’Otan. Il est soutenu par son épouse, ses protégés dans l’armée et le sport, et son gouvernement qui s’évertue à dédouaner toute responsabilité chinoise dans l’épidémie et utilise le sport pour démontrer les intentions pacifiques et « résilientes » de la France. Une petite chronologie des sept derniers mois permet de se convaincre de cette stratégie.

18 au 27 octobre 2019. Les 7e Jeux mondiaux militaires d’été (JMME) se déroulent à Wuhan en Chine. Cette édition ayant pour slogan « Partager l’amitié, construire la paix »[1]réunit 9 308 participants venant de 109 pays[2]. Ces sportifs participent à 329 compétitions et sont hébergés dans un village sportif construit spécialement pour l’occasion[3]. Pour la première fois de leur histoire ouverts au grand public, ces jeux rassemblent plus de 200 000 personnes sur 35 sites sportifs de la ville. À leur issue, la Chine arrive en tête du classement avec 239 médailles, dont 133 médailles d’or, 64 médailles d’argent et 42 de bronze[4]. La délégation française prend la 4eplace avec 57 médailles dont 13 médailles d’or, derrière la Russie et le Brésil[5]. Les États-Unis prennent la 35eplace avec 8 médailles (3 d’argent et 5 de bronze) avec une délégation de 172 athlètes.

Placée sous l’égide du Conseil international du sport militaire (CISM), cette compétition omnisports est réservée aux athlètes des forces armées du monde entier. Pour mémoire, le CISM compte 137 pays membres. Fondé le 18 février 1948 à Nice en France au lendemain de la seconde guerre mondiale par cinq pays européens, le CISM organise des championnats et des compétitions dont les JEMM tous les 4 ans. Les premiers jeux ont eu lieu à Rome en 1995[6]. Le Comité est présidé depuis le 21 avril 2018 par le Français Hervé Piccirillo, à la fois ancien arbitre international de football et commissaire en chef de 1reclasse (colonel) dans l’armée de l’air française, commissaire aux sports militaires[7], commandant du Centre national des sports de la Défense (CNSD)[8], pour qui « Sport et armée-défense [sont] des valeurs qui nous rassemblent »[9]. À l’issue des JMME auxquels il a participé, il a déclaré : « Le sport c’est donner, recevoir et partager. Au- delà des résultats sportifs, c’est le simple fait de nous rassembler dans un esprit de partage. »[10]

1ernovembre 2019 (cinq jours après la fin des JMME) est le jour retenu par le ministère français des Armées pour dater « l’arrivée du virus »[11].

4 au 6 novembre 2019 (une semaine après). Macron se rend à Pékin en Chine à l’invitation de son président, Xi Jinping, dans le but d’approfondir le partenariat stratégique franco-chinois entamé au lendemain de l’arrivée au pouvoir du président français[12]. Au cours de ce séjour, les deux chefs d’État renforcent notamment leur alliance en matière de coopérations spatiale, nucléaire et aéronautique pour un total de 13,5 milliards d’euros[13].

7 novembre 2019 (le lendemain). Dans un entretien à l’hebdomadaire britannique The Economist, Emmanuel Macron déclare que l’Otan est en état de « mort cérébrale »[14], ce qui attire les foudres de Donald Trump, président du principal État contributeur de l’organisation, qui estime le jugement du président français « très insultant »[15].

17 novembre 2019 (trois semaines après la fin des jeux) est le jour retenu par le gouvernement chinois pour dater le premier cas de Covid-19[16].

28 novembre 2019 (trois semaines après la visite de Macron en Chine). À la veille du sommet de Londres des 3 et 4 décembre, célébrant le 70eanniversaire de l’Otan, Macron défend auprès du secrétaire général de l’Alliance les positions qu’il a exprimé le 7 novembre[17]et demande aux pays-membres une« plus grande implication » dans la lutte contre le terrorisme international en lieu et place de stratégies « uniquement consacrés à savoir comment on pouvait alléger le coût financier pour les États-Unis »[18].

13 au 17 janvier 2020 (deux mois après la fin des jeux). La préparation des Invictus Games, compétition multisports pour soldats et vétérans de guerre blessés et handicapés initialement prévue en mai à La Haye aux Pays-Bas puis reportée en 2021, est lancée au CNSD à Fontainebleau en présence de Brigitte Macron, marraine de l’équipe[19].

27 janvier 2020 (moins de trois mois après la visite de Macron en Chine). L’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (SIPRI) publie un rapport qui montre que la Chine devient le 2eplus gros producteur d’armes derrière les États-Unis, devant la Russie et la France[20]. Avec quatre entreprises, Aviation Industry Corp. of China (Avic), China North Industries Group Corp. (Norinco), China Electronics Technology et China South Industries Group Corp. (CSGC), le pays cumule 54,1 milliards de dollars de ventes (estimation), principalement destinées à l’Armée populaire de libération (APL) chinoise.

9 mars 2020 (quatre mois après la visite de Macron en Chine). Le SIPRI publie un communiqué selon lequel, la France devient le troisième exportateur mondial d’armement, soit 7,9% du marché mondial des ventes d’armes, après les États-Unis (36%) et la Russie (21%), et devant l’Allemagne (5,8%) et la Chine (5,5%)[21].

12 mars 2020 (un peu plus de quatre mois après la fin des jeux). Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, accuse sur Twitter la délégation américaine des JMMEd’avoir introduit le virus sur leur territoire.

12 mars 2020 (le même jour). Juste avant les mesures de confinement prises par le gouvernement français et presque deux mois après celles de la Chine (22 janvier), Hervé Piccirillo préside la cérémonie d’ouverture du bureau directeur du CISM à Brasilia au Brésil, au cours de laquelle il rappelle les « valeurs qui unissent les militaires du monde entier et le rôle stratégique du sport dans la construction de la paix et de la sécurité dans le monde ». Il insiste sur l’importance du handisport pour la reconstruction des soldats blessés[22]. Rappelons que depuis le début de l’épidémie, le président brésilien Jair Bolsonaro qualifie le virus de « petit rhume » et refuse tout confinement, alors que le président états-unien Donald Trump appelle à la rébellion contre les règles de confinement.

25 mars 2020 (cinq mois après la fin des jeux). Elodie Clouvel, championne du monde de pentathlon moderne, affirme au journal télévisé d’une chaîne locale française[23]avoir été malade après les JMME, sans doute contaminée comme beaucoup d’autres athlètes de sa délégation par le Covid-19. Elle s’inquiéterait pour la tenue des jeux olympiques de Tokyo qui devraient avoir lieu du 23 juillet au 8 août 2021, parce qu’ils se passent sur « un continent où s’est déclarée la maladie ».

30 mars 2020 (cinq jours plus tard). Macron lance l’« Opération résilience » qui est sensée donner à voir l’aide apportée par l’armée aux populations sur le territoire français pour lutter contre la pandémie alors qu’il défend la rénovation des armées dans le but de développer la cyberdéfense au niveau mondial.

Mi-avril 2020 (quinze jours après les révélations de l’athlète française). De nombreuses délégations européennes répertorient en leur sein des victimes de fortes fièvres à leur retour des JMME(Suède, Italie, Luxembourg…). Le service de communication des forces armées suédoises (NSD) précise qu’« aucune des personnes testées n’a donné de résultat positif »[24]. De leur côté, des professionnels de l’hôpital de Wuhan avaient affirmé le 24 février que cinq athlètes étrangers avaient contracté le paludisme[25]. Le rôle des JMME dans la propagation du virus fait polémique.

27 avril 2020 (un peu moins de six mois après la visite de Macron en Chine). Le SIPRI rend public un rapport sur les estimations annuelles de dépenses militaires dans le monde. Cette étude montre qu’elles ont augmenté de 3,6% par rapport à 2018 pour s’établir à 1 917 milliards de dollars en 2019, la plus forte augmentation constatée depuis 2010[26]. En 2019, les États-Unis, la Chine, l’Inde, la Russie et l’Arabie saoudite sont les États dont les dépenses militaires sont les plus élevées et qui concentrent 62% du total des dépenses mondiales. La France arrive en sixième position.

6 mai 2020 (cinq semaines après les déclarations de l’athlète). Le ministère français des Armées dément les propos d’Elodie Clouvel, arguant la présence d’une équipe médicale étoffée aux côtés des athlètes et l’absence de cas déclarés au retour des jeux. Toutefois, c’est bien à la base aérienne de Creil, où le premier Français a été diagnostiqué Covid-19, qu’a transité début novembre 2019 le fret de la délégation tricolore des JMME[27].

Au moment de l’écriture de cet article, les responsabilités ne sont pas éclaircies.

[1]Wu Zhi et Wang Meng, « Les Jeux mondiaux militaires 2019 s’ouvrent en Chine dans un esprit d’amitié » Xinhua News Agency, 24 octobre 2019, https://weekend.lesechos.fr/partenaire/chine-nouvelle-xinhua/partenaire-2315-les-jeux-mondiaux-militaires-2019-souvrent-en-chine-dans-un-esprit-damitie-2301648.php#.

[2]La délégation française compte 415 militaires de l’armée de Terre dont 273 athlètes couvrant 21 disciplines : équitation, escrime, athlétisme, basket, boxe, course d’orientation, cyclisme, football, golf, judo, lutte, natation, parachutisme, pentathlon militaire et pentathlon moderne, taekwondo, tir, tir à l’arc, triathlon, voile, volley-ball. Ministère des Armées, 18 octobre 2019, https://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/jeux-mondiaux-militaire-d-ete-de-wuhan.

[3]En dehors des infrastructures sportives, le village et équipé de réfectoires, banques, centres médicaux, clubs de fitness, épiceries et magasins de souvenirs où tous les membres de délégations (sportifs et autres) se croisent régulièrement.

[4]« Fin des 7ejeux mondiaux militaires à Wuhan », French.china.org.cn, 28 octobre 2019, http://french.china.org.cn/china/txt/2019-10/28/content_75347276.htm.

[5]La Russie, jusqu’alors en tête du tableau des médailles, arrive en 2eplace avec 161 médailles (51 d’or, 53 d’argent et 57 de bronze) et le Brésil à la 3eplace avec 88 médailles (21 d’or, 31 d’argent et 36 de bronze).

[6]Centre national des sports de la défense (CNSD), http://www.sports.defense.gouv.fr/content/le-conseil-international-du-sport-militaire-cism.

[7]Les commissaires sont des officiers chargés de l’administration générale de leur armée d’appartenance (armée de terre, marine nationale ou armée de l’air) et du soutien. Ils exercent leur activité dans quatre domaines : finance, logistique, administratif et juridique. Source : https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/le-commissaire-qui-siffle-trois-fois.

[8]Centre national des sports de la défense (CNSD), http://www.sports.defense.gouv.fr/content/le-commissaire-aux-sports-militaires-hervé-piccirillo-président-du-conseil-international-du.

[9]L’Épaulette, n°202, septembre 2018, http://lepaulette.net/wp/wp-content/uploads/2019/03/202-BATComplet-WEB-10-septWeb.pdf.

[10]Sports Défense Newsletter, CENTRE NATIONAL DES SPORTS DE LA DÉFENSE, septembre-décembre 2019,https://www.lafederationdefense.fr/wp-content/uploads/2020/01/Newsletter-Sport-Défense-septembre-décembre-2019.pdf.

[11]David Opoczynski, « Covid-19 : des athlètes français contaminés à Wuhan en octobre ? », Le Parisien, 5 mai 2020,http://www.leparisien.fr/international/covid-19-des-athletes-francais-contamines-a-wuhan-en-octobre-05-05-2020-8311221.php.

[12]« France and China agree joint cooperation action plan », Ambassade de France à Londres, 6 novembre 2019, https://uk.ambafrance.org/France-and-China-joint-cooperation-action-plan.

[13]« Drones, foie gras, nucléaire… La Chine annonce 13,5 milliards d’euros de contrats avec la France », Ouest-France, 6 novembre 2019, https://www.ouest-france.fr/monde/chine/la-chine-annonce-des-contrats-avec-la-france-pour-13-5-milliards-d-euros-6597108.

[14]« Emmanuel Macron warns Europe: NATO is becoming brain-dead »,The Economist, 7 novembre 2019, https://www.economist.com/europe/2019/11/07/emmanuel-macron-warns-europe-nato-is-becoming-brain-dead.

[15]« Nato summit: Trump blasts Macron ‘brain dead’ comments as ‘nasty’ »,BBC News, 3 décembre 2019, https://www.bbc.com/news/world-europe-50641403.

[16]Josephine Ma, « Coronavirus: China’s first confirmed Covid-19 case traced back to November 17 », South China Morning Post,13 mars 2020, https://www.scmp.com/news/china/society/article/3074991/coronavirus-chinas-first-confirmed-covid-19-case-traced-back.

[17]Nathalie Guiber, « “Mort cérébrale de l’OTAN” : Emmanuel Macron assume, Jens Stoltenberg recherche l’unité », Le Monde, 28 novembre 2019, https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/28/mort-cerebrale-de-l-otan-macron-assume-stoltenberg-recherche-l-unite_6020929_3210.html#xtor=AL-32280270.

[18]« OTAN : Emmanuel Macron se félicite d’avoir “réveillé” l’Alliance, en proie à “une déconnexion criante et inacceptable”, Le Monde, 28 novembre 2019, https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/28/macron-se-felicite-d-avoir-reveille-l-otan-avec-ses-propos-controverses_6020901_3210.html#xtor=AL-32280270.

[19]Centre national des sports de la défense (CNSD), http://www.sports.defense.gouv.fr/content/invictus-games-lancement-des-opérations-0.

[20]« Estimating The Arms Sales Of Chinese Companies », SIPRI Insights on Peace and Security »,No. 2020/2 January 2020, https://www.sipri.org/sites/default/files/2020-01/sipriinsight2002_0_0.pdf.

[21]« USA and France dramatically increase major arms exports; Saudi Arabia is largest arms importer, says SIPRI », 9 mars 2020, https://www.sipri.org/media/press-release/2020/usa-and-france-dramatically-increase-major-arms-exports-saudi-arabia-largest-arms-importer-says.

[22]Centre national des sports de la défense (CNSD), http://www.sports.defense.gouv.fr/content/bureau-directeur-du-cism-au-brésil.

[23]Télévision Loire 7, https://www.tl7.fr/replay/le-jt_1/a-la-une-point-coronavirus-54-ambulances-requisitionnees-telemedecine-eleves-gendarmes-en-renfort-production-de-masques_x7sxn7o.html.

[24]David Opoczynski, « Covid-19 : des athlètes français contaminés à Wuhan en octobre ? », op.cit.

[25]« Five foreign athletes from military world games in Wuhan infected with malaria, not COVID-19 in October 2019: hospital head », Global Times, 24 février 2020,https://www.globaltimes.cn/content/1180549.shtml.

[26]« Trends In World Military Expenditure, 2019 », SIPRI Factsheet,avril 2020, https://www.sipri.org/sites/default/files/2020-04/fs_2020_04_milex_0_0.pdf.

[27]Sandrine Lefèvre, « Jeux militaires : le fret de la délégation tricolore a bien transité par la base de Creil », Le Parisien, 8 mai 2020, http://www.leparisien.fr/sports/jeux-militaires-le-fret-de-la-delegation-tricolore-a-bien-transite-par-la-base-de-creil-08-05-2020-8313468.php.

Covid-19 : budgets et méthodologies sexistes

serge D’ignazio

En France, les politiques budgétaires et méthodologies comptables poursuivies par le gouvernement depuis 2017 connaissent des impacts inégalitaires forts entre femmes et hommes, tant au niveau du travail que de la santé.

Commençons par le travail.

Beaucoup a été écrit sur cette question. Je m’intéresserai ici aux impacts des arbitrages budgétaires. Inscrits dans le Projet de loi de finances 2020[1], la loi santé, adoptée par le Parlement le 16 juillet 2019 et le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS)[2]pour 2020, adopté le 3 décembre 2019, montre des disparités importantes entre santé et défense.

En voici un extrait :

En 2020, le budget de la santé représente 3,03% du budget de la Défense. Il baisse de 2,2% par rapport à 2019 et de 6,1% d’ici à 2022[3], alors que pour la même période celui de la Défense augmente de 13,25%.

Le PLFSS prévoit de limiter la hausse des dépenses de sécu (ONDAM) à 2,3% en 2020 et ce jusqu’en 2023 (2,5% en 2019). Les 4,2 milliards d’euros qui manquent se traduiront par des coupes budgétaires[4]. En particulier, les dépenses du secteur hospitalier vont baisser (hausse limitée à 2,1% contre 2,3% en 2019), ce qui représente une coupe de 800 millions d’euros (budget plafonné à 84,2 milliards d’euros)[5].

Sachant que :

  • la féminisation des métiers de la santé est croissante : 44,3% de femmes parmi les médecins en 2015[6],89% parmi les infirmiers et les sages-femmes, 93% dans les métiers liés à la santé et l’action sociale en 2014 (aide à domicile, aide ménager, assistant maternel, aide-soignant et parmi elles une très grosse proportion de femmes racisées ou qui vident les services médicaux d’Afrique et d’ailleurs, non visibles dans les statistiques), 76% dans les professions paramédicales[7] ;
  • les métiers de la défense sont massivement occupés par des hommes : en 2018, les femmes représentent 15,5% des effectifs militaires et 38,4% des effectifs civils des armées, soit au total 20,7% des effectifs[8] ;

ces arbitrages budgétaires affectent très négativement le travail des femmes et profitent aux hommes.

 

Poursuivons par la santé.

En France, le 13 avril 2020, sur les 9 588 décès liés au Covid-19 constatés à l’hôpital, 57,8% sont des hommes[9] ; sur les 5 379 constatés en EHPAD, 75% sont des femmes (en proportion des résidents de ces établissements)[10].

Au niveau mondial, les médias, les scientifiques et les dirigeants politiques s’attardent sur la grande proportion d’hommes qui décèdent en raison de la pandémie. Selon le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, les hommes représentent 63,8% des décès[11]. En Suisse, cette proportion atteint 63,5%, en Espagne, 65%, en Italie, 71%[12].

Nombre d’explications sont apportées pour justifier cette disparité. Concernant les hommes, le registre employé est plutôt médico-social alors que pour les femmes il est biologique. Une des hypothèses avancées est que les hommes sont davantage malades de bronchite ou d’hypertension, ou encore consomment davantage d’alcool ou de cigarettes, se lavent moins bien (cette dernière remarque pourrait s’appliquer aux enfants qui ne sont pas davantage touchés). Les femmes seraient moins affectées à cause de leurs œstrogènes ou de leurs chromosomes (deux X contre un chez les hommes) qui stimuleraient leurs réflexes immunitaires[13].

Cette biologisation est contredite par les faits : les femmes représentent 52,4% des personnes infectées[14]. En particulier, au sein des professionnels de santé (15,5% des malades), les femmes sont plus de deux fois plus touchées que les hommes (21,7% contre 9,5%)[15]. Pourtant ces chiffres ne se répercutent pas à l’identique en termes de morbidité.

Ce paradoxe s’explique peut-être par la méthode comptable utilisée qui ne tient pas compte des inégalités produites par les rôles sociaux de genre. Or, les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses[16] : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille, mari, enfants, proches) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes[17], suivis médicaux moindres…

Par ailleurs, si les malades qui meurent chez eux ou dans la rue étaient comptabilisés dans les bilans officiels de l’épidémie, la lecture des chiffres femmes/hommes pourrait changer : en mars 2020, la mortalité à domicile a augmenté de 9,8% toutes causes confondues par rapport au même mois de 2019, avec des pics à 44% en Île-de-France et 32% dans la région Grand-Est, régions par ailleurs durement frappées par le coronavirus[18]. Ensuite, les femmes développent davantage de pathologies connexes liées à la charge psychosociale ou émotionnelle qui pèse sur elles. Enfin, elles sont plus susceptibles d’être victimes de violences sexuelles voire de féminicides. Des pistes à suivre pour nuancer les statistiques officielles ?

Joelle Palmieri
15 avril 2020

 

 

 

[1]Projet de loi de finances 2020, Baisser les impôts, préparer l’avenir – 2020, Ministère de l’Économie et des Finances, 27 septembre 2019, http://performance-publique.budget.gouv.fr.

[2]Assemblée nationale, projet de loi de financement de la sécurité sociale, http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2296_projet-loi

[3]Audrey Tonnelier, « Budget 2020 : la santé et l’écologie, principales cibles des suppressions de postes », Le Monde, 13 septembre 2019, https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/09/13/budget-2020-la-sante-et-l-ecologie-principales-cibles-des-suppressions-de-postes_5509701_823448.html#xtor=AL-32280270.

[4]Sénat, Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, https://www.senat.fr/rap/a19-103/a19-1035.html.

[5]ONDAM et dépenses de santé, PLFSS 2020, Annexe 7, https://www.securite-sociale.fr/files/live/sites/SSFR/files/medias/PLFSS/2020/PLFSS-2020-ANNEXE%207.pdf.

[6]“Women make up most of the health sector workers but they are under-represented in high-skilled jobs”, http://www.oecd.org/gender/data/women-make-up-most-of-the-health-sector-workers-but-they-are-under-represented-in-high-skilled-jobs.htm.

[7]Insee, « La féminisation gagne les métiers les plus qualifiés, à dominance masculine », https://www.insee.fr/fr/statistiques/3281466.

[8]Ministère des Armées, Les chiffres clés de la défense – 2019, 28 août 2019.

[9]« Pourquoi le coronavirus tue-t-il plus les hommes que les femmes? », Huffington Post, 1eravril 2010, https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-le-coronavirus-tue-t-il-plus-les-hommes-que-les-femmes_fr_5e845448c5b6871702a73320.

[10]« 728 000 résidents en établissements d’hébergements pour personnes âgées en 2015 – Premiers résultats de l’enquête EHPA 2015 », Drees, Études et résultats, n° 1015, juillet 2017, https://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/61794/1/er1015.pdf.

[11]« Coronavirus : les femmes plus résistantes que les hommes? », TV5Monde,9 avril 2020, https://information.tv5monde.com/terriennes/coronavirus-les-femmes-plus-resistantes-que-les-hommes-354632.

[12]Ibid.

[13]Ibid.

[14]Ibid.

[15]« Pourquoi le coronavirus tue-t-il plus les hommes que les femmes? », op.cit.

[16]               Danielle Bousquet, Geneviève Couraud et Gilles Lazimi, Margaux Collet, « La santé et l’accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité », Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes,Rapport n° 2017-05-29-SAN-O27 publié le 29 mai 2017, http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_la_sante_et_l_acces_aux_soins_une_urgence_pour_les_femmes_en_situation_de_precarite_2017_05_29_vf.pdf, consulté le 27 mars 2019 ; Anne-Marie Thomazeau, « Santé : inégalités importantes entre les hommes et femmes », Viva Magazine,avril 2015, https://www.vivamagazine.fr/sante-inegalites-importantes-entre-les-hommes-et-femmes-170758, consulté le 10 mai 2019.

[17]               Rozenn Le Saint, « Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires », Mediapart,29 mai 2019, https://www.mediapart.fr/journal/france/290519/les-femmes-premieres-victimes-des-recents-scandales-sanitaires?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=TRANSAC&utm_content=&utm_term=&xtor=EPR-1013-%5Barticle-offert%5D&M_BT=109679374191, consulté le 30 mai 2019.

[18]Insee, « Covid-19 », https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees ; « Nombre de décès quotidiens par département », https://www.insee.fr/fr/information/4470857.

Covid-19: une résilience en trompe l’œil

Le 30 mars dernier, Christophe Prudhomme, urgentiste à Bobigny en Seine-Saint-Denis et porte‐parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), s’exprimait au journal télévisé du soir. En colère, il a utilisé ces termes pour définir la gestion de l’épidémie par le gouvernement français : « C’est une débauche de moyens à visée médiatique qui ne paraît pas le plus pertinent. […] C’est plus simple de transporter un respirateur que de transporter un malade ». Il a sans doute raison et donne à penser qu’on est la cible au quotidien et confinés, d’une propagande sur des choix techniques et financiers incompréhensibles. Les cliniques privées ou les anciens hôpitaux militaires restent fermés alors que les discours au plus haut niveau annoncent un déploiement sanitaire sans précédent. Des batailles technologiques, scientifiques et politiques se croisent en même temps que le rôle de l’armée est mis en avant. Avec l’opération « Résilience » annoncée le mercredi 25 mars 2020 par le président de la République, depuis l’hôpital militaire de Mulhouse (Haut-Rhin), les cartes sont définitivement brouillées.

 

En première lecture, par cette opération, on peut naïvement croire que l’armée va venir en aide aux populations, à la « Nation », pour qu’elle surmonte dans les meilleures conditions la « crise » et qu’elle se sente « sécurisée ». Déjà lors de son allocution le 13 mars à 20 heures, le président employait ce ton martial, faisait référence au moins six fois à la situation de « guerre » que la France vivrait.

Pourtant, la mobilisation militaire est pauvre. Seuls un hôpital de campagne du service de santé des armées (SSA) a été ouvert à Mulhouse (capacité de 30 lits de réanimation), douze patients de Corse ont été évacués vers Marseille par la marine nationale, six autres l’ont été par voie aérienne vers l’Allemagne et la Suisse[1]et un soutien aérien a été mis en place pour transporter des malades vers des zones moins saturées (6 à 12 patients par vol). Des porte-hélicoptères amphibie (PHA), avec à leur bord un hôpital de 69 lits médicalisés, deux blocs opératoires et une salle de radiologie[2],ont été envoyés dans le sud de l’océan Indien et un autre le sera début avril dans la zone Antilles-Guyane[3]. En métropole et ailleurs, pas de couvre-feu, de barrages militaires, d’état d’urgence autre que sanitaire… Les forces de gendarmerie (armée) poursuivent leur travail quotidien, veillent aux côtés de la police au respect des restrictions à la circulation et aux regroupements. De leur côté, les soldats de l’opération Sentinelle continuent leurs patrouilles antiterroristes.

La priorité est plutôt donnée à la protection des militaires eux-mêmes qui auraient pu être touchés par le virus (base aérienne de Creil par où les rapatriés de Wuhan en Chine sont passés) et surtout au maintien des opérations en cours : dissuasion nucléaire (sous-marine et aérienne), sauvegarde des centres de commandement, poursuite des opérations à l’extérieur (opérations Chammal, Daman, Barkhane, en Syrie-Irak, Liban, Sahel) et à l’intérieur (sûreté aérienne, Vigipirate)[4].

 

En deuxième lecture, on assiste à une opération décomplexée de glorification de l’armée, mise en concurrence feutrée avec le corps médical public, dans le but de flouter les responsabilités et les alliances. La rhétorique est bien huilée. L’enjeu du discours et de ladite opération est de terroriser la population, la renvoyant à des incapacités supposées – « on ne peut rien faire », « on doit attendre »… –, et de faire taire les rebelles. Pour ne citer que cet exemple, depuis la réforme de la santé, les personnels des hôpitaux sont en lutte (contre la marchandisation et la privatisation du secteur) ce qui n’est pas le cas des personnels de l’armée dont le rôle est de respecter les ordres.

 

En troisième lecture, on apprend que le choix est confirmé d’investir dans le secteur militaire plutôt que dans celui de la santé. La Loi de programme militaire (LPM) 2019-25 a en effet porté le budget des Armées à 39,81 milliards d’euros (1,86% du PIB) en 2020, soit une hausse de 4,5% (1,53 milliard d’euros) par rapport à 2019 (ce budget n’a cessé d’augmenter depuis 2018)[5]. Cette augmentation est pour une grande part affectée au renouvellement et à l’accroissement de l’armement : commande a été passée de nombreux blindés, avions de surveillance maritime ou de transport militaire, drones de surveillance, patrouilleurs outre-Mer (POM) et livraison est d’ores-et-déjà effective de blindés, sous-marin nucléaire d’attaque, hélicoptères, avions de patrouille maritime, bombardiers, ravitailleurs ou de transport militaire, de fusils de treillis[6]. On l’aura compris, l’ensemble des commandes et des livraisons sont faites auprès d’entreprises privées, des vendeurs d’armes, français et états-uniens. Cet investissement exclut les dépenses liées à l’innovation (augmentation de 8,3%) ou au renforcement des capacités spatiales (448 millions d’euros)[7].

 

En quatrième lecture – c’est la plus délicate –,  on comprend qu’on est bernés. Macron a bluffé. En s’appropriant les résultats des études produites en psychologie, il tente de nous faire croire que son gouvernement va aider les populations à prendre acte de la souffrance liée à l’épidémie afin de dépasser un état traumatique, d’interrompre les « trajectoires négatives » et de se reconstruire dans un environnement social « acceptable »[8]. En fait, il parle de tout autre chose. Tout d’abord il adopte le sens donné au mot « résilience » par les entreprises (management) : « absorber les changements », « surmonter les épreuves »… Puis il donne suite à des études menées au sein de la Défense depuis une dizaine d’années[9]. Il parle en fait de résilience de l’armée et non de celle des malades, de leurs proches, de tous les autres. Il évoque la résilience d’une organisation, l’armée, plutôt que celle des individus[10]. La nuance est importante. Il ne s’agit pas tant de mettre le savoir-faire médical de l’armée en matière de traitement post-traumatique au service de la population[11], car cette connaissance et la recherche associée (aider les soldats à vivre l’après-trauma connu lors d’opérations militaires) est devenue la portion congrue du budget de l’armée (plan de service « SSA 2020 »). Cette ligne de budget a baissé et les effectifs dans le domaine ont diminué comme les écoles ou les hôpitaux : le Val-de-Grâce à Paris est depuis 2017 inopérant ; les soins et l’instruction dans les hôpitaux devenus « civilo-militaires » sont réduits ; il reste 7 500 personnels de santé dont 2 000 médecins, 8 hôpitaux d’instruction et 1 700 lits (1 % de la capacité nationale), ce qui suffit à peine à soigner les soldats[12].

En revanche, la résilience dont parle Macron est la « capacité de résistance de [la France] à la violence et aux ingérences »[13]. Ce sujet a été discuté lors  du sommet de l’OTAN à Varsovie en juillet 2016. Un des axes de renforcement de la résilience de l’OTAN est la « cyberdéfense » : lutter contre les cyberattaques nationales devenues de plus en plus fréquentes (de la part de l’État islamique, de la Chine ou encore de la Russie), partager des informations entre États, notamment d’Europe, pour gérer les « crises », accélérer le partenariat avec le secteur privé – industrie des télécommunications – qui possède 90% des réseaux, resserrer les liens avec le secteur civil en capacité de répondre aux situations d’urgence[14]. À lui seul, l’État français en a convenu lors de la discussion du budget de la Défense 2019 à l’Assemblée nationale du 12 octobre 2018 : « Certains États ont déjà démontré leur volonté de maîtriser des technologies anti-spatiales à des fins potentiellement offensives […],brouillage ou aveuglement des satellites, neutralisation de satellites […], destruction de satellites. […] Pour faire face à ces nouvelles menaces, la France doit améliorer la résilience de ses moyens spatiaux et être en mesure de faire face aux ruptures technologiques, […] conserver son accès autonome à l’espace (Kourou) et se doter de moyens de surveillance de l’espace »[15]. Le budget en hausse a été voté en conséquence.

 

En cinquième lecture, on voit que le déploiement militaire n’a pas pour objet de changer la donne maintenant. Il prépare l’après-crise. Comme le précise Gilbert Robinet, Secrétaire général de l’Association de soutien à l’armée française (ASAF), la résilience c’est « la reprised’un nouveaudéveloppement, d’une nouvellemarche en avant, aprèsun traumatisme »[16]. L’opération « Résilience » a autant pour but de redresser rapidement les économies de la filière aéronautique et défense (vendeurs d’armes, transporteurs aériens…)[17], qu’elle représente la face émergée d’un programme d’endoctrinement des populations après l’épidémie. L’idée générale est de les préparer à l’après-crise, qui ne se sera jamais « comme avant » : travail, économie, santé, éducation, consommation, culture, sécurité… Les inégalités sociales (de classe, de race, de genre) vont se durcir et ne seront pas discutables.

Pour ce faire, sans pour autant que l’armée prenne le pouvoir[18], il est nécessaire que les valeurs d’ordre, de hiérarchie, de discipline, entrent définitivement dans les têtes. L’heure ne devra plus être à la contestation, à l’anarchie, aux règlements de compte avec les fauteurs de trouble (le gouvernement), ni même à la politisation des situations, mais à la solidarité molle, au deuil, à la peur régulée. Les responsabilités seront inversées : les assaillants seront les rebelles, devenus seuls responsables d’une situation décadente, et les protecteurs seront les dirigeants du pays bien assistés par l’armée.

C’est de cette résilience-là dont nous parle le président. Son rôle : appuyer et renforcer une dialectique militariste visant l’enrichissement du complexe militaro-industriel[19] : multinationales pharmaceutiques, de télécommunications ou informatiques, marchands d’armes et autres instruments de surveillance. Sa mission : contrôler les citoyens, les mettre au travail pour générer chez une poignée d’investisseurs privés des profits exponentiels, entretenir la division sexuelle du travail, renforcer la généralisation des violences (prostitution, viols, trafic, tortures, répression), continuer à piller des ressources, étendre la « guerre contre la population civile »[20]. Un nouveau cran a été franchi.

 

La résistance à ce système se complexifie. Il faudra commencer par la clairvoyance, le décryptage des discours officiels, la clarification des affirmations contradictoires, avant de mobiliser ses savoirs, existants mais le plus souvent oubliés, pour créer des modes d’action et développer des réflexions en phase avec cette offensive sournoise.

Joelle Palmieri
3 avril 2020

 

[1]« Le ministère des Armées pleinement mobilisé contre l’épidémie du Covid-19 », Ministère de la Défense, 31 mars 2020.

[2]« Coronavirus : qu’est-ce-que l’«opération Résilience», lancée par Emmanuel Macron ? », leparisien.fr, 26 mars 2020 ; « La marine va déployer le Mistral à La Réunion et le Dixmude aux Antilles », meretmarine.com, 26 mars 2020.

[3]« À Mulhouse, aux côtés des femmes et des hommes mobilisés en première ligne pour protéger les Français du COVID-19 », elysee.fr, 25 mars 2020.

[4]Philippe Leymarie, « L’armée n’est pas (encore) là », Monde diplomatique, 18 mars 2020.

[5]Laurent Lagneau, « Le budget des armées annoncé en hausse de +4,5% en 2020 »,opex360.com, 26 septembre 2019.

[6]Pour le détail, la commande compte 271 VBMR Griffon (blindés fabriqués par Arquus et Nexter), 364 VBMR léger Serval (blindés fabriqués par Nexter), 42 EBRC Jaguar (blindés fabriqués par Nexter, Thales et Renault Trucks Defense), 10 E-2D Hawkeye (avions de surveillance maritime fabriqués par Grumman), 4 C-130H Hercules (avions de transport militaire fabriqués par Lockheed), 1 simulateur « Reaper » (drones fabriqués par General Atomics), 6 patrouilleurs outre-Mer (POM) (fabriqués par Socarenam), 2 systèmes de drones de lutte contre les mines ; la livraison comporte 128 Griffon, 4 Jaguar, un SNA Suffren (sous-marin nucléaire d’attaque fabriqué par Naval Group), 2 hélicoptères NH-90 (NHIndustries), 2 Atlantique 2 (avions de patrouille maritime fabriqué par Breguet), 2 Mirage 2000D (avions bombardiers fabriqués par Dassault), 1 A330 MRTT « Phénix » (avion-ravitailleur fabriqué par Airbus Defence and Space), deux A400M « Atlas » (avions de transport militaire polyvalents fabriqués par Airbus Military), un système de 3 drones Reaper Block 5 (General Atomics Aeronautical Systems) et 12 000 HK416F (fusils fabriqués par Colt’s Manufacturing Company) et 14 000 treillis F3 (plusieurs sociétés étrangères). Ibid.

[7]Ibid.

[8]Michel Manciaux, « La résilience. Un regard qui fait vivre », Études, vol. tome 395, no. 10, 2001, pp. 321-330.

[9]Frédéric Coste & Elisande Nexon, « La contribution des armées à la résilience de la Nation : aspects humains et organisationnels », Fondation pour la recherche stratégique, Rapport n° 702/FRS/RESIL du 17 novembre 2011.

[10]Colonel Nicolas Tachon, « Défense et résilience », Ministère des Armées, Conférence ESPE de Toulouse, 18 juin 2018.

[11]LCL Arnaud Planiol, Améliorer la résilience psychologique des combattants et de leurs familles. Pour une prévention permettant de limiter l’impact psychologique d’un traumatisme et/ou de faciliter le rétablissement, Études de l’IRSEM, 61, novembre 2018.

[12]Philippe Leymarie, « L’armée n’est pas (encore) là », op. cit.

[13]Le Général d’armée François Lecointre, « Vision stratégique, pour une singularité positive », Ministère des Armées, 21 septembre 2018.

[14]Jamie Shea, « La résilience, un élément clé de la défense collective », Revue de l’OTAN, 30 mars 2016.

[15]Didier Quentin, « Avisprésenté au nom de la commission des Affaires étrangères sur le projet de loi de finances pour 2019 (n° 1255),tome IV, Défense », http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_afetr/l15b1304-tiv_rapport-avis.

[16]Gilbert Robinet, « CORONAVIRUS : La résilience, c’est pour le jour d’après », ASAF, 1eravril 2020.

[17]Michel Cabirol, « Covid-19 : les huit infos essentielles dans le secteur aéronautique et défense », La Tribune, 30 mars 2020.

[18]Jules Falquet, « Le “coup du virus” et le coup d’état militaro-industriel global, Mediapart, 30 mars 2020.

[19]Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme, Paris, iXe, 2012.

[20]Andrée Michel, « Militarisation et politique du genre », Recherches féministes, Vol. 8, 1. 1995 : 15-34, p. 18.

Afrique du Sud, France, ou la banalisation du masculinisme politique

Le 11 février 2020, le monde célébrait le trentième anniversaire de la libération de Nelson Mandela, « héros » de la lutte contre l’apartheid, ce qui marquait la fin du régime ségrégationniste en Afrique du Sud. Quelques jours plus tard, alors que, au titre de la Convention internationale sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid et du Statut de Rome de 2002 de la Cour pénale internationale, l’apartheid est défini comme un crime contre l’humanité, le dernier président « blanc », Frederik de Klerk, déclarait sur une chaîne télévisée locale refuser de reconnaître ce crime. Le pays est ébranlé.

Des écarts de richesses renforcés

Là ne s’arrêtent pas les suites peu glorieuses de cette libération historique. En 2020, l’Afrique du Sud est le pays au monde où l’écart des revenus est le plus grand. Une première étude de 2016 réalisée par l’économiste Anna Orthofer faisait état des inégalités des richesses : le 1% le plus riche possède 67% de toute la richesse du pays. Les 10% les plus riches en détiennent 93%.

Un nouveau rapportsur les inégalités de revenus, présenté le 14 novembre 2019 par le Statistics South Africa (Stats SA)et l’Unité sud-africaine de recherche sur le travail et le développement (Saldru), révèle que les inégalités de revenus se sont au cours des dernières années accentuées : les 1% des salariés les plus riches rapportent près de 20% de tous les revenus du pays, et 10% d’entre eux, 65%. Autrement dit, 90% des salariés sud-africains ne perçoivent que 35% du revenu global.

S’ajoute à ce constat, le fait que les salaires des 10% les moins bien payés ont diminué d’un quart et les revenus médians de 15%. En revanche, les revenus des 2% les plus riches ont augmenté de 15% au cours de la même période, et ceux des 1% les plus riches, 48%. Cette situation est également liée à l’augmentation des rémunérations du capital qui ont pour leur part progressé de 20%.

L’ensemble de ces inégalités est différencié selon la race, le genre et de l’environnement social. Entre 2011 et 2015, les « Blancs » étaient plus susceptibles de trouver du travail et étaient rémunérés plus de trois fois plus que les « Noirs ».  Les ouvriers des campagnes gagnaient moins de la moitié de leurs homologues urbains et les femmes environ 30% de moins que les hommes, le plus bas niveau depuis la sortie de prison de Mandela. Si on est une femme noire travaillant aux champs, on gagne donc un peu moins de 12% du salaire d’un homme blanc des villes.

Des violences exacerbées

Les inégalités ne s’arrêtent pas là. Elles dessinent une société violente à grande échelle. Les émeutes xénophobes du début du mois de septembre 2019 en témoignent dont l’explication ne s’arrête pas aux seuls constats des inégalités de revenus, des forts taux de chômage et de pauvreté, mais interrogent le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité. Parmi ces violences, les violences de genre se surpassent. Les très hauts taux de viols et de féminicides du pays sont complétés par la sexualisation à outrance du pouvoir politique. Depuis Zuma, une nouvelle rhétorique, structurellement liée à la défense du statut des hommes en tant qu’êtres humains de sexe masculin, est entretenue par une classe politique en perte de légitimité. Ce masculinisme politique  traduit un fossé entre sphères publique et privée, dans lequel « les femmes sont autant considérées comme égales que subordonnées, les violences sexuelles servant de rupture entre l’égalité dans les royaumes publics et soumission dans les espaces domestiques et privés »[1]. Il assoit un système de dominations multiples et anciennes.

Un masculinisme politique enfoui

Cet exemple devrait en éclairer d’autres… Le phallo logos version françaiseauquel nous assistons aujourd’hui illustre, à moindre coût historique, cette banalisation du masculinisme politique. À défaut de débattre de la nécessaire préservation de la « vie privée » de l’homme politique, de sa situation de victime en proie aux déchaînements de propos injustes sur les réseaux sociaux numériques, les médias traditionnels et les partis politiques gagneraient à admettre la coexistence d’une division privé/public très prégnante (comme en Afrique du Sud, écart des salaires entre femmes et hommes, entre racisés et non racisés, mêmes inégalités à propos des représentations au plus haut niveau, taux de féminicidessous-estimé bien qu’élevé, tâches de soin, éducation et nutrition encore très majoritairement assignées aux femmes,…) et d’une pratique politique mâle sexualisée : l’homme politique en position de prendre des responsabilités doit avoir une sexualité « normale », qui se mesure au degré supérieur accordé à la libre expression de sa virilité, sans obstacle et par tous les moyens, très majoritairement sur le terrain hétérosexuel. Gageons que ces mièvreriesmade in Francene renforceront pas outre mesure, comme en Afrique du Sud, les pirouettes puériles mais dominantes d’un pouvoir politique en quête de portes de sortie.

Joelle Palmieri
18 février 2020

 

 

 

 

 

 

[1]Moffett, Helen (2006), The Political Economy of Sexual Violence in Post-Apartheid South Africa, contribution présentée au colloque du 10eanniversaire du Harold Wolpe Memorial Trust, “Engaging silences and unresolved issues in the political economy of South Africa”, 21-23 septembre 2006, Le Cap, Afrique du Sud.

Domination et financiarisation, une « faute » française

Le 21 décembre 2019 à Abidjan (Côté d’Ivoire),  le président français Emmanuel Macron et le président ivoirien Alassane Ouattara, ont annoncé la fin du Franc de la Communauté financière en Afrique, dit franc CFA. Ce changement ne concernera dès 2020 que les huit pays de l’Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA) : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. L’affaire n’est pas nouvelle : les débats africains autour de questions relatives à la rupture avec la France et à la création d’une monnaie alternative[1]opposent depuis la fin des années 2000 les pourfendeurs d’un « lien colonial qui se perpétue entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique de l’Ouest et du Centre »[2]et les promoteurs d’une vision pragmatique en la matière. Aussi les déclarations du président français sur le colonialisme – « Trop souvent aujourd’hui la France est perçue [comme ayant] un regard d’hégémonie et des oripeaux d’un colonialisme qui a été une erreur profonde, une faute de la République »– s’avèrent purement démagogiques. La désuétude doublée de la minimisation du terme cache des enjeux bien plus importants : les rapports de domination produits par la reproduction patriarcale de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme (ensemble de ce qui forme la colonialité) se renforcent tous les jours et en particulier à coups de financiarisation des sociétés.

Une zone pauvre

Un retour sur les contextes économique et social de la région concernée s’impose. Les pays de l’UEMOA se classent parmi les pays les plus pauvres au monde. Ils occupent le bas du tableau dans l’Indice du développement humain de 2019 du PNUD, entre la 165e(Côte d’Ivoire) et la 189eplace (Niger) sur 189[3]. En 2017, l’agriculture représente en moyenne 25% de l’économie, l’industrie (agroalimentaire et conserveries, mines de phosphate, engrais, raffinage de pétrole, matériaux de construction, construction navale) 18% et les services 52%[4]. Le PIB par habitant est estimé à 1 007 dollars US (données 2018)[5]et ne cesse de chuter. Entre 2003 et 2018, la croissance s’est graduellement dégradée et est globalement mesurée à 6,7%[6].La dette de l’Union augmente : elle est passée de 50,1 % du PIB en 2017 à 52,5 % en 2018[7]. Cette aggravation de la dette s’accompagne d’une surenchère de la pauvreté et de l’augmentation des écarts de richesse : 10% des plus riches possèdent près de 25% à 35% du revenu total, alors que 10% des plus pauvres n’en possèdent que 2% à 4%[8].

Une division sexuelle du travail établie

Qui dit pauvreté, dit également féminisation. En 2012, 49,4% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté (moins de deux dollars par jour)[9]. Sachant que les femmes représentent quatre cinquième de ces pauvres, les impacts des différents choix économiques durant les plus de cinquante ans qui ont suivi les indépendances, dont cette suppression du franc CFA, ont renforcé les inégalités entre les femmes et les hommes.

Le taux de participation des femmes et des hommes au marché du travail s’élève respectivement à 64,2% et 76,2% en 2016[10]. Ce chiffre est néanmoins à moduler selon les modes de calcul, le travail domestique des femmes n’étant pas comptabilisé. Par ailleurs les chiffres d’alphabétisation des filles s’élèvent à 7 contre 10 pour les garçons[11], ce qui explique la faible proportion de femmes aux postes de décision. Depuis le début des années 1990, la mise en place de programmes d’ajustement structurel, la dévaluation du franc CFA, la politique de libéralisation, l’ouverture à la concurrence asiatique, les politiques fiscales, les lourdeurs administratives et le clientélisme des États, maintiennent les femmes de la région dans un rôle économiquement et socialement établi : cumuler, dans la même journée, activités pour l’entreprise qu’elles gèrent et activités du foyer : chercher l’eau, le bois de chauffe, s’occuper des enfants, soigner les anciens, assurer une activité de subsistance pour toute la famille, production qui n’est pas reconnue comme productrice de valeur.

Par ailleurs, les subventions publiques baissent et, par voie de conséquence, la production, notamment du secteur agricole où les femmes représentent 60 à 80% de la force de travail[12]. Toutefois les femmes n’héritent, selon la FAO, que de 13,4% des terres cultivables, la propriété des terres étant communautaire et leur gestion confiée aux hommes, légalement chefs de famille[13]. Ce problème foncier est plus ou moins ignoré par les autorités nationales. Aussi, même si les femmes travaillent plus que leurs maris, leurs revenus sont moindres[14]. À cet égard, la Banque mondialeexplique que la pénurie d’accès des femmes aux ressources économiques, à la propriété et aux titres fonciers, augmente les facteurs de pauvreté, une grande partie des revenus des activités économiques revenant aux hommes[15].

Une financiarisation dirigée par des hommes

De plus, les femmes de la région occupent principalement deux terrains : les marchés, où elles sont quasi seules à commercer, en particulier les fruits et légumes et leur transformation, et les micro-entreprises[16]. Avec les « tontines »[17], elles s’auto-organisent pour faire fructifier leurs petits commerces, dans tous les secteurs. Ce système permet de mutualiser les ressources à un échelon local de proximité. L’objectif de la tontine est alors plus social que financier[18] : même si avec l’aggravation des crises et l’endettement des ménages, ces tontines se sont transformées en caisses d’épargne, toujours régies par des femmes, intégrant un taux d’intérêt, les retombées financières sont réinjectées et reviennent aux membres de la caisse. Les richesses sont redistribuées ou affectées à d’autres dépenses comme celles de santé ou d’éducation[19]. Les obstacles rencontrés sont majeurs : les besoins de formation sont très importants (alphabétisation en langue locale, puis en français, apprentissage de la gestion d’entreprise et de l’informatique,…) tandis que l’écoulement des produits est largement obstrué. Mévente, destruction de la production, coûts de transport prohibitifs, circuits de distribution verrouillés, projets d’exportation limités, impayés, nuisent à l’expansion du commerce de ces femmes[20].

Depuis 2000, des hommes ont commencé à investir les caisses d’épargne, les mutuelles de santé que ces femmes ont créées et en ont pris les rênes. Les taux, comme l’affectation des crédits, ou les sanctions pour les mauvaises payeuses, ne se décident plus collectivement et l’accent est mis sur la gestion de la monnaie fiduciaire au détriment du lien social. Ce changement radical s’intègre dans un mouvement plus global de mainmise d’hommes sur l’économie locale[21]. Depuis 2005, les politiques de libéralisation à outrance, l’importance des investissements notamment chinois (qui importent avec eux leur main d’œuvre) et saoudiens (qui s’occupent des infrastructures routières et aéroportuaires, voire organisent le blanchiment d’argent par l’immobilier, achètent le terrain en mode passif, c’est-à-dire en creusant, en montant les fondations et en laissant en l’état – par exemple le prix du terrain à Dakar au Sénégal a été multiplié par mille en vingt ans –), les sociétés locales, et surtout leurs très jeunes populations – en 2015, les 0-14 ans représentaient 45 % de la population[22]–, s’orientent vers une valeur unique : l’argent.

Au final, la mise en place d’une monnaie unique, indépendante de l’euro et de la France au sein de l’UEOMA, entretient, voire renforce, le rôle social dévolu aux femmes de ces pays : gardiennes non propriétaires du foyer. Cette division sexuelle continue d’alimenter, côté « féminin », une ambivalence entre exclusion (des modes de prise de décision – à titre d’exemple, sur les huit membres de la Commission de l’UEMOA un seul est une femme –) et responsabilité (de servir de palliatif à des États démissionnaires, fortement engagés dans la financiarisation de leurs sociétés).

Joelle Palmieri
25 décembre 2019

 

[1]HAÏDARA Boubacar, Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?, Lamemparle,27 juin 2016, https://lamenparle.hypotheses.org/511#footnote_0_511, consulté le 24 décembre 2019.

[2]NUBUKPOKako, « Politique monétaire et servitude volontaire. La gestion du franc CFA par la BECEAO », Politique africaine 1/2007 (N° 105), p. 70-84

[3]PNUD 2019, Rapport sur le développement humain 2019 – Au-delà̀ des revenus, des moyennes et du temps présent : les inégalités de développement humain au XXIe siècle, http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_2019_overview_-_french.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[4]Indicateurs de conjoncture, Zone UEMOA (T3 2018), https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/b9af3c9b-977a-4eff-9c4d-42178c46a842/files/a8b80c50-0962-44c8-bdd2-1db9352b80bb, consulté le 24 décembre 2019.

[5]Banque mondiale 2019, PIB par habitant, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/ny.gdp.pcap.cd, consulté le 24 décembre 2019.

[6]Ibid.

[7]Fond monétaire international, Union économique et monétaire ouest-africaine, Rapport des services du FMI sur les politiques communes des pays membres, 28 février 2019, https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=2ahUKEwj82-6bvs7mAhWJEMAKHUphClYQFjAAegQIBxAC&url=https%3A%2F%2Fwww.imf.org%2F~%2Fmedia%2FFiles%2FPublications%2FCR%2F2019%2FFrench%2F1WAUFA2019001.ashx&usg=AOvVaw1iPsVltJjbY-upSfnjU7qp, consulté le 24 décembre 2019.

[8]Ibid.

[9]ActuBénin, Situation de la pauvreté dans l’UEMOA: le Bénin crédité de bonnes statistiques, http://news.acotonou.com/h/5560.html, consulté le 24 décembre 2019.

[10]Groupe de la Banque africaine de développement, Perspectives économiques en Afrique de l’Ouest 2018, https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Publications/2018AEO/Perspectives_economiques_en_Afrique_2018_Afrique_de_l_Ouest.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[11]Union économique et monétaire ouest-africaine, Questions principales, avril 2016, https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=5&ved=2ahUKEwi52vqHm87mAhVKilwKHdekAuEQFjAEegQIAxAC&url=https%3A%2F%2Fwww.imf.org%2F~%2Fmedia%2FWebsites%2FIMF%2Fimported-publications%2Fexternal%2Ffrench%2Fpubs%2Fft%2Fscr%2F2016%2F_cr1698f.ashx&usg=AOvVaw3kvGl_S50rB8JWPNmYxHlx, consulté le 24 décembre 2019.

[12]FAO 2010-2011, La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, le rôle des femmes dans l’agriculture – Combler le fossé entre les hommes et les femmes pour soutenir le développement,p. 119, http://www.fao.org/3/a-i2050f.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[13]Il existe globalement deux régimes législatifs en matière d’héritage. Les femmes n’ont pratiquement pas le droit de propriété. Le plus souvent mariées par obligation sociale, si le mari meure ou divorce, elles sont considérées comme libérées de tout bien. En zone rurale, la situation se révèle critique car même si une épouse a travaillé la terre toute sa vie, y compris aux côtés de son mari, il reste le gardien des terres et, selon les lois coutumières, son épouse n’hérite que de la moitié des parts de l’homme, malgré des lois nationales qui légalisent leur accès à la terre.

[14]Fatou Sarr-Sow Fatou 2007, « Toutes les tâches non productives relèvent de la responsabilité des femmes », Le Quotidien, <http://www.sendeveloppementlocal.com/index.php?action=article&numero=634&PHPSESSID=cea6d9b34bb3d3acabc08083a1bebf8f>, consulté le 24 décembre 2019.

[15]BLACKDEN Mark, Égalité des sexes en Afrique subsaharienne, Banque mondiale, 2005.

[16]SAGNA Jacques Aimé, La femme compte-t-elle vraiment dans la société africaine?, Agence Fides, 2005.

[17]Ce nom viendrait de « Tonti », nom d’un banquier italien (Lorenzo Tonti) du XVIIesiècle. Ce banquier a innové en utilisant les lois de probabilité pour constituer des rentes.

[18]GUILLERMOU Yves, « Argent, solidarité et pouvoir », Journal des anthropologues, 90-91 | 2002, 79-104.

[19]PALMIERI Joelle, « Le PAS des Africaines », Les Pénélopes, 2000, http://veill.es/www.penelopes.org/article-1750.html, consulté le 24 décembre 2019.

[20]Ibidem.

[21]PALMIERI Joelle, « Africaines : créativité contre discriminations »,Les Pénélopes, 2003, http://veill.es/www.penelopes.org/article-2817.html,consulté le 24 décembre 2019.

[22]Actualité ouest-africaine, Population ouest-africaine, 1950-2050, http://www.actualite-ouest-africaine.org/content/fr/population-ouest-africaine-1950-2050, consulté le 24 décembre 2019.

Guerre turque : l’appât du gain

L’actualité turque brûle. Le président du pays a lancé le 9 octobre 2019 une offensive dans le nord de la Syrie qui visait, selon lui, à créer une « zone de sécurité » près de sa frontière. Côté Kurdes, massacres, déplacements se sont accélérés au quotidien. Les commentaires internationaux vont bon train ; on parle d’attaque du président Erdoğan contre l’Union européenne, d’abandon des États-Unis, d’invasion, de ventes d’armes mal contrôlées, de résistance kurde, de jeu…

L’en-jeu ne serait-il pas ailleurs ? Une part des commentateurs s’accorde pour dire que le président turc étant en mauvaise posture politique entreprend une nouvelle opération de séduction électorale. C’est sans doute vrai. Ce que redoute de plus en plus ce président est de perdre le pouvoir politique. Mais quelles en sont les raisons réelles ? L’argent. Sans la mainmise sur le marché des armes, Erdoğan et sa famille ont gros à perdre. Dans ce clan, affaires privées et publiques sont en effet systématiquement mêlées.

Rappelons tout d’abord que l’armée turque est la deuxième plus importante de l’Otan, après les États-Unis, avec 77 000 soldats professionnels et quelque 325 000 conscrits[1]. Au sein de l’Alliance atlantique, l’État turc joue depuis la proclamation du Califat – existence de Daesh (EI) – et jusqu’à peu, un rôle de tremplin. Il a répondu aux exigences des États-Unis, comme par exemple fermer ses frontières à l’EI, accueillir sur son sol les réfugiés fuyant la guerre en Syrie et faire ainsi bonne impression auprès de l’UE[2].

Une série de mariages juteux

Ensuite, depuis le coup d’État du 15 juillet 2016, le président et sa famille se sont permis quelques écarts vis-à-vis de leurs potentiels alliés[3]et cela a été rendu possible grâce à l’échafaudage de multiples… mariages. En 2001, Burak, le fils aîné, épouse la fille d’un homme d’affaires qui aura participé à la société créée par Erdoğan dans le domaine de la marine marchande[4]. Cette première création sera suivie d’autres, permettant ainsi « un redéploiement discret des activités économiques du Premier ministre [Erdoğan à l’époque], après sa sortie du secteur de la distribution »[5]. En 2003, le fils cadet, Bilal, se marie avec une fille de bonne famille, ce qui lui permet de se lancer dans le secteur des cosmétiques, puis à son tour dans le transport maritime[6]. Bilal Erdoğan est depuis à la tête du groupe BMZ, une série d’entreprises mises en cause dans la signature de contrats de transport avec des entreprises européennes d’exploitation afin d’acheminer vers différents pays d’Asie le pétrole irakien volé par l’EI[7]. Cette opération rapporte ainsi entre un et deux milliards de dollars de revenus annuels à l’organisation terroriste et s’effectue en violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. En 2004, la fille aînée, Esra épouse Berat Albayrak, fils d’un journaliste islamiste, soutien inconditionnel du président. Formé aux États-Unis, Berat possède et dirige ATV, l’une des chaînes de télévision privée la plus regardée en Turquie. Devenu député du Parti de la justice et du développement (AKP) en juin 2015, il occupe depuis le portefeuille de l’Énergie et des Ressources naturelles[8]. Enfin, le 14 mai 2016 Sümeyye Erdoğan, la fille cadette, épouse Selçuk Bayraktar. Détenteur d’un doctorat du Georgia Institute of Technologyaux États-Unis, ingénieur dans le domaine de la défense, ce nouveau gendre travaille depuis 2007 comme directeur technique à Baykar Makina, l’entreprise familiale qui produit pour l’armée turque des Bayraktar(drones)[9], si chers à la politique de défense du pays, et qui les fournit à l’armée syrienne dans le cadre de ses opérations au sud-est du pays contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en guerre contre Ankara depuis 1984[10]. Sümeyye Erdoğan, à elle seule, fait fonctionner un hôpital clandestin en Turquie tout près de la frontière syrienne[11]. Les camions de l’armée turque y acheminent tous les jours des dizaines de blessés djihadistes de l’EI, les soignent et les renvoient au front en Syrie. En outre, le père de Selçuk, le mari de Sümeyye donc, est un ami de son père (Yilmaz, le président, il faut suivre…) depuis les années 1990, alors qu’ils militaient ensemble, d’autant qu’il est originaire d’une ville proche de Rize, dont Erdoğan provient. Le témoin du marié, Hulusi Akar, est entretemps devenu le chef d’état-major (18 août 2015). Sa présence lors de la cérémonie de mariage témoigne alors de la connotation militaire de l’événement. Cette option est amplifiée par les invitations du Premier ministre pakistanais et du fils de l’émir du Qatar[12]. En effet, en mars 2015, dans le cadre de la guerre syrienne, se crée une nouvelle alliance militaire,Jaish Al-Fatah (Armée de la conquête), regroupant des combattants djihadistes, salafistes et proches des Frères musulmans. Ce regroupement serait le produit du pacte scellé entre l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, sous l’impulsion du roi saoudien Salman, au pouvoir depuis janvier de la même année[13]. La présence de l’émir et du magistrat pakistanais constitue alors un message adressé au Congrès américain, notamment opposé à la livraison par les États-Unis de F-16 au Pakistan[14]. Ce mariage signe l’entrée du secteur militaire, longtemps inaccessible aux islamistes turcs, dans la famille Erdoğan.

Du fric aux armes et inversement

Le président turc joue sur plusieurs tableaux. En interne, il utilise la violence militaire et l’érige en système : la violence d’État est licite alors que la contre-violence (manifs, tribunes, …) est illicite. Cette violence est entretenue pour des raisons de solidarité par des milices, très masculinistes et militarisées, dont les activités entraînent le renforcement de la circulation des armes à feu. En effet, depuis 2016, des organisations sont apparues sur les réseaux sociaux numériques, telles que « AKmilisler » (milices AK), « AKgençlik » (jeunesse AK). Elles ont rejoint les « Osmanlı Ocakları » (Les foyers ottomans) et les « Osmanlı Ocakları 1453 », deux organisations informelles de l’Adalet ve Kalkınma Partisi (Parti de la justice et du développement ou AKP), qu’Erdoğan préside. L’ensemble de ces groupes ont lancé sous le hashtag #AKsilahlanma (AKarmement) des appels à s’armer[15]. Les propos tenus ont réclamé une nécessaire sécurisation des militants pro-régime contre le terrorisme, cadres… et ont appelé à l’armement civil. La prolifération des armes à feu et les demandes de port d’armes avec permis ont augmenté dans le but de « contrer les coups d’État », écrivait le journaliste Aydın Engin le 23 novembre 2016 dans le quotidien d’opposition Cumhuriyet[16], sans qu’aucune autorité politique ne démente ni ne condamne cette situation. Elle a aussi contribué à l’augmentation des féminicidesdans le pays.

En externe, les turbulences au sein des alliances armées et aujourd’hui la guerre contre les Kurdes indiquent la ferme volonté du tout puissant président de préserver ses richesses, accumulées dans la militarisation du pays, et de continuer à s’enrichir par tous les moyens.

Joelle Palmieri
20 octobre 2019

[1]« L’armée turque, l’une des forces les mieux entraînées au monde », Le Parisien, 16 juillet 2016, http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/l-armee-turque-l-une-des-forces-les-mieux-entrainees-au-monde-16-07-2016-5972557.php, consulté le 7 mars 2018.

[2]Mireille Sadège, La France et la Turquie dans l’Alliance atlantique, CVMag, 2005, 314 p.

[3]Mikhail Gamandiy-Egorov, « La Turquie poursuit son éloignement de l’Otan », Sputnik France, 7 février 2018, https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201802071035060205-turquie-otan/, consulté le 7 mars 2018.

[4]Ariane Bonzon, « Le mariage de la fille d’Erdoğan, symbole d’une stratégie militaire », Slate, 18 mai 2016,http://www.slate.fr/story/118237/mariage-sumeyye-Erdoğan-strategie-militaire, consulté le 27 février 2018.

[5]Nicolas Cheviron, Jean-François Pérouse, Erdoğan, nouveau Père de la Turquie ?, Éditions François Bourin, 2016.

[6]Ariane Bonzon, op.cit.

[7]« La famille Erdoğan éclaboussée par le pétrole de Daech », Sputnik France, 26 novembre 2015, https://fr.sputniknews.com/presse/201511261019838757-Erdoğan-daech-petrole-ei/, consulté le 7 mars 2018.

[8]Ibid.

[9]Ibid.

[10]Marie Jégo, « En Turquie, Erdoğan est le chef de l’entreprise de défense », Le Monde, 23 février 2018, http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/02/23/en-turquie-Erdoğan-est-le-chef-de-l-entreprise-de-defense_5261437_3234.html, consulté le 27 février 2018.

[11]« La famille Erdoğan éclaboussée par le pétrole de Daech », Sputnik France, op.cit.

[12]Ariane Bonzon, op.cit.

[13]Marie Jégo et Benjamin Barthe, « Doha-Riyad-Ankara : un axe sunnite au secours des rebelles de Syrie », Le Monde, 12 mai 2015, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/05/12/doha-riyad-ankara-un-axe-sunnite-au-secours-des-rebelles-de-syrie_4631759_3218.html#bUqCOAeoDDgtzarH.99, consulté le 27 février 2018.

[14]Ariane Bonzon, op.cit.

[15]« Aux armes citoyennEs ! Allumons le feu ! », Kedistan, 28 décembre 2017, http://www.kedistan.net/2017/12/26/aux-armes-citoyennes-allumons-le-feu/, consulté le 26 février 2018.

[16]Ibid.

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines de ce début du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité.

La forme de désespoir « masculin », la haine et la violence auxquelles on a pu assister sont des sentiments ancrés dans le temps. À courte échéance, on peut rappeler en 2015 les pillages à Johannesburg et à Durban visant des commerces tenus par des étrangers (7 morts) et en 2008, des émeutes faisant 62 morts dans tout le pays. Avec un peu de recul, on peut situer le contexte dans lequel ces violences interviennent : post-apartheid et néolibéral. Alors, certes cette période conduit à des actes xénophobes, faisant écho aux inégalités sociales et aux élitisme et crise politiques qui structurent le pays. Mais là ne s’arrête pas l’expression de la violence. En même temps que ces dernières émeutes racistes, se tenait à l’Assemblée un débat sur les violences de genre, manifestation particulièrement monstrueuse de cette situation : une femme est violée toutes les minutes et une femme est tuée toutes les six heures (majoritairement des Noires). L’Afrique du Sud est à la fois le pays le plus riche du continent, la « Nation arc-en-ciel » et celui au 5eplus haut taux de féminicide au monde.

Que ce soit contre les femmes ou contre les non-natifs, un tel niveau de violence s’inscrit dans l’histoire d’un système inique, celui de l’apartheid. Ce régime ségrégationniste a légué au pays une institutionnalisation de la violence : emprisonnements, tortures, assassinats, viols, commis en toute impunité du côté des Afrikaners (dominants) et « réponse violente »de la part de l’ANC (résistants/dominés), qui par là-même a installé sa banalisation. La violence représente alors une forme de socialisation, le seul point de repère social, le seul mode de communication interpersonnelle et le seul moyen de résoudre des conflits.

Avec la chute de l’apartheid, la bascule vers la pacification n’a pas eu lieu. Les raisons de cet arrêt sur images sont à chercher du côté des prises de position des dirigeants politiques post-apartheid qui ont alimenté une vision masculiniste de l’exercice du pouvoir. Aujourd’hui en perte de légitimité, l’ANC cherche toujours à rassembler une « base » noire et mâle. Ses représentants opèrent sur le terrain du sexe en incitant les hommes noirs à affirmer leur virilité à tout prix afin de rompre avec leur supposé statut de victimes, « émasculées » par un système injuste, rendues incapables de remplir leur rôle social de pourvoyeurs du ménage.

Parce que les responsabilités politiques des « libérateurs » sont exclues – choix du néolibéralisme, longue ignorance du sida, corruption… –, les raisons produites et reproduites pour expliquer l’origine des conflits reflètent une fois encore un autre choix, celui de privilégier les divisions, entre sexes, entre nationaux et non nationaux, entre homosexuels et hétérosexuels, entre riches et pauvres, entre races… de quoi nourrir des décennies à venir de violences.

Joelle Palmieri
18 septembre 2019

 

Santé et domination de genre

La crise du système de santé français et l’actualité de la grève des urgentistes, qui fait se déplacer plus de trois mois après son lancement la ministre de tutelle, m’offre l’occasion de rappeler ce qui ne semble pas d’intérêt pour la grande majorité des médias : ce système est inégal et perpétue en particulier les inégalités femmes/hommes. Il renforce la domination des hommes sur les femmes dans le domaine. Cette domination vaut « en interne » (entre personnels soignants, entre administration et praticien.nes) et « en externe » (entre système de santé et patient.es). Je ne m’attarderai pas ici au premier volet de cette domination et m’arrêterai plus volontiers sur le second.

Commençons par l’accès aux soins. L’histoire est ancienne. Même si la profession médicale se féminise, la majorité des médecins adoptent un imaginaire hérité des théories de l’Antiquité. La plupart d’entre eux s’opposent rarement aux « préjugés » et aux « superstitions » transmises par les croyances populaires[1] : selon ces « théories », les femmes sont facilement perçues comme ayant davantage tendance à gémir, à râler, animées par leurs « humeurs » changeantes[2] ; elles seraient plus susceptibles d’interpréter à peu près n’importe quel obstacle comme une « maladie », forcément imaginaire, plus émotives, plus nerveuses, plus irritables, se muant en « affabulatrices », s’inventant des maladies, voire devenant « folles » ou « hystériques »[3]. Selon la même logique, elles vivent des douleurs jugées normales, comme celles des règles ou de l’accouchement[4]. Aussi, comme le souligne Sylvie Mouysset, « le fait que les femmes aient été éduquées dans l’idée d’être agréables, plaisantes, de ne pas contester ouvertement l’autorité masculine, renforce l’autorité médicale auprès de certaines patientes sous la forme d’une acceptation du diagnostic, du refoulement de l’expérience propre, ou d’autocensure sur les plaintes »[5]. Leurs symptômes sont alors minimisés.

Ensuite, les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses[6] : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes[7], suivis médicaux moindres…

Poursuivons par un focus spécifique aux maladies chroniques. Au niveau national et toutes pathologies confondues (reconnues affection longue durée (ALD)), les femmes sont un peu plus touchées que les hommes (51,58% en 2017)[8]. Les pathologies relevant de l’ALD dont les taux de prévalence féminine sont élevés sont la « maladie d’Alzheimer et autres démences » (72,16%), les « vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique » (78,83%), la « polyarthrite rhumatoïde évolutive » (74,83%) et la « scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l’angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu’à maturation rachidienne » (81,66%)[9]. Aussi, du seul point de vue quantitatif, les maladies chroniques concernent majoritairement les femmes. Cette observation prend des proportions exponentielles concernant les personnes atteintes de fibromyalgie puisque, parmi environ 2,6 millions personnes diagnostiquées en France, plus de 2,34 millions sont des femmes (90%)[10]. Pourtant, la fibromyalgie ne fait pas encore partie des affections de longue durée reconnues par l’assurance maladie[11].

D’un point de vue qualitatif, il existe en France très peu d’études sur l’éventuelle prise en charge différenciée selon le sexe des personnes atteintes de maladies chroniques et encore moins sur son évaluation[12]. Les nettes différences de prévalence entre femmes et hommes sont parfois abordées et expliquées mais le plus souvent une fois encore par leur aspect physiologique et non social, historique, politique.

Concernant les seules activités physiques adaptées (APA) prescrites aux malades en ALD, l’application de la loi a largement été phagocytée par le milieu sportif qui l’a détournée pour mieux s’emparer des fonds alloués et transformer l’idée initiale de lutte contre la sédentarité des malades vers la promotion du « sport-santé ». Ce tiret qui associe sport et santé renforce la négligence quant à la prise en charge spécifique des femmes. Il formalise une conception ancienne, normée et utilitaire, des sports en tant que moyens de garantir la santé des sociétés industrielles, les hommes étant destinés à affermir leur puissance et les femmes à assurer leur « bonne santé » ainsi que celle de « leurs enfants »[13]. Dans les deux domaines, la santé[14]et le sport[15], les femmes demeurent socialement dissociées/différenciées des hommes, voulus virils, plus forts, plus actifs, plus courageux, plus engagés, plus performants, plus… Les femmes y sont discriminées, parfois illégitimes, tant du point de vue professionnel que sanitaire. Les patientes sont moins prises au sérieux.

Insistons sur l’impunité du système. Globalement, un discours dominant, véhiculé par le système de santé[16]et relayé la plupart du temps par les professionnels, consiste à asséner aux patientes l’idée que la solution est personnelle, qu’elle vient d’elles, qu’il est temps qu’elles prennent soin d’elles – logique majoritairement entretenue dans les livrets d’accueil des malades ou dans les campagnes antistress et de bien-être. Comme pour la plupart des fléaux – viol, féminicide, sida… –, il convient de « soutenir les victimes » en leur conseillant de cultiver leur « estime de soi », de « travailler le deuil »… plutôt que de désigner, juger et punir les coupables : les politiques publiques de santé ignorantes, le corps médical sexiste, la culture ambiante culpabilisante. Cette logique fait des « victimes » les seules coupables.

De fait, les apports des sciences sociales – anthropologie, philosophie, sociologie, histoire, sciences politiques… – sont encore très peu introduits dans la prise en charge de la maladie. Or, la pratique de la médecine gagnerait à être enrichie d’une contextualisation sociale, historique, culturelle, politique… Pour ne citer qu’un concept, « l’éthique du care », champ d’études philosophiques, permet d’opérer des dégagements de la sphère privée à la sphère publique, des rôles sociaux de genre à une justice commune, de l’emprise du développement personnel au vécu des biens communs, du soin personnel à une écologie humaine, de la dépendance à l’autonomie. En l’introduisant dans le soin, les praticien.nes s’engagent à transformer radicalement leurs relations aux patientes et à les considérer non plus comme des victimes mais comme des personnes vulnérables dans un environnement spécifique[17].

Arrêtons-nous un moment sur d’autres pratiques de santé. Du côté des médecines « complémentaires » ou « alternatives », bien que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en comptabilise environ quatre cents[18], l’ordre français des médecins n’en reconnaît que quatre : l’homéopathie, l’acupuncture, la mésothérapie et l’ostéopathie[19]. En 2015, l’ordre dénombrait 6 115 médecins ayant déclaré un titre ou une orientation de médecine alternative et complémentaire, dont un sur cinq exerçant à l’hôpital. Toujours selon l’ordre des médecins, 40% des Français auraient recours à ces pratiques, en particulier les personnes atteintes d’une maladie grave ou chronique[20].

Dans ce domaine, peu d’études analysent, ne serait-ce que du point de vue quantitatif, la répartition femmes/hommes tant chez les personnes qui ont recours à ces soins que chez celles qui les pratiquent. En prenant connaissance de quelques rapports publiés par des associations de praticiens, selon les corps de métiers – ostéopathie, hypnose, shiatsu, réflexologie, sophrologie, etc. – il apparaît qu’une très grande majorité des praticiens et des patients sont des femmes. L’enquête quantitative sur la pratique du shiatsu que j’ai menée en 2018 le confirme : 68,16% des praticiens sont des femmes, exerçant très majoritairement en ville (en moyenne plus du double qu’en milieu rural) et sept patients sur dix sont des patientes[21]. Ces données avalisent une vision « exotique » de la pratique de ces médecines, tant par les décideurs politiques qui les déprécient – sinon il y aurait davantage d’hommes praticiens – que par les praticiens eux-mêmes. Les praticiens-hommes recherchent majoritairement la sécurité et la reconnaissance dans l’exercice de leur métier. Les praticiennes, quant à elles, pour certaines animées par une quête de spiritualité, de mysticisme, d’harmonisation avec la nature, s’arrêtent à l’interprétation selon laquelle ces méthodes leur « correspondent », à titre individuel, en tant que femmes, « naturellement plus sensibles », « plus à l’écoute », davantage dans le « ressenti » d’autrui. Leurs revenus sont « complémentaires » et le plus souvent assumés comme tels. Ces professionnelles reproduisent ainsi un stéréotype ancien auprès de leurs patientes en les orientant vers le « bien-être », les activités « anti-stress », l’estime de soi et le travail sur soi, la nécessité de « prendre du temps pour soi », intégrant sans la contester l’idée que le rôle social alloué aux femmes l’interdirait. Elles coproduisent une idéologie biologisante et libérale visant l’individualisation des problèmes, qui seraient personnels, alors qu’ils sont communs et liés aux inégalités sociales existantes.

Ces rapports genrés entre patient.es et médecin.es ou praticien.nes complémentaires peuvent s’étendre aux rapports que les unes et les autres entretiennent avec leur environnement social plus global. Ces relations sont socialement construites et animées par un système de domination structuré. Ce système hiérarchisé a des implications directes sur la gestion du corps des femmes et plus généralement sur leur appropriation[22].

Finissons par l’individualisation de la maladie versus individuation/subjectivisation des malades. Les responsables des politiques publiques de santé, les personnels médicaux ou administratifs dédiés à l’exécution de ses politiques, les défenseurs et praticiens des médecines complémentaires, hommes et femmes, continuent majoritairement à dispenser une parole paternaliste : ils se placent en protecteurs désintéressés des patientes, ayant autorité naturelle à les guider, car ces femmes seraient en demande, en situation de mineures civiques. Elles se retrouvent placées au rang de victimes ou d’actrices immobiles, ayant besoin d’encadrement technique, d’assistance, de soutien, parce que moins attentives à elles-mêmes et plus dédiées au soin à autrui : en tant que personnels rémunérés des institutions médicales et paramédicales, mais aussi, à titre gratuit, dans la sphère familiale – dite « privée » en opposition à la « sphère publique »[23] –, en tant que « profanes » des soins[24]. Leurs savoirs propres sont ignorés. Les femmes n’ont pas droit à la parole et ainsi restent des « subalternes »[25].

Si la majorité des études sur le système de santé, tout autant que les contestations liées, adoptaient des lunettes de genre, les recherches et les revendications mettraient l’accent sur ces constructions sociales et politiques que sont les catégories les « hommes » et les « femmes » qui structurent les relations humaines au sein des institutions médicales ou des lieux de pratiques complémentaires. Du même coup, elles analyseraient les données quantitatives en remettant en cause la définition « biologisante » du genre fondée sur les caractéristiques biologiques des individus (le « sexe »), au profit d’une définition socio-politique qui souligne l’importance des processus sociaux de construction des inégalités de genre. Les résultats de ces recherches pourraient alors conclure que le message de genre des institutions et des professionnels est au mieux : « il faut éduquer, soutenir les patientes pour lutter contre la maladie ». Cela signifie qu’il est jugé nécessaire que les femmes malades acceptent sans moyen de les discuter des savoirs académiques, homogènes (indépendants des contextes historique, social, économique, politique, géographique), formulés par des cadres des institutions médicales nationales ou internationales.

Pourtant, il pourrait être démontré que ces femmes (les malades à qui il convient d’adjoindre les professionnelles de santé) sont des actrices non reconnues mais qualifiées de politiques de santé égalitaires.

Joelle Palmieri
13 juin 2019

Cet article est extrait d’un récit à paraître sur la pathologie de la douleur et les savoirs associés.

 

[1]                Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Gallimard, 1979 ; Agnès Fine, « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au XIXesiècle », Communications. Dénatalité, l’antériorité française 1880-1914, n° 44, Seuil, 1986, pp. 107-136 ; Véronique Moulinié, La chirurgie des âges : corps, sexualité et représentations du sang, Maison des Sciences de l’Homme, 1998.

[2]                Jean-Pierre Peter, « Entre femmes et médecins: Violence et singularités dans les discours du corps et sur le corps d’après les manuscrits médicaux de la fin du XVIIIesiècle », Ethnologie française nouvelle série, Vol. 6 (3/4), Langages et images du corps (1976), pp. 341-348.

[3]                Alexandra Nacu et Daniel Benamouzig, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients », op.cit.

[4]Sylvie Mouysset, « Souffrir, panser, aimer », Rives méditerranéennes, Vol. 44, 2013, pp. 17-37.

[5]                Ibid.

[6]                Danielle Bousquet, Geneviève Couraud et Gilles Lazimi, Margaux Collet, « La santé et l’accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité », Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes,Rapport n° 2017-05-29-SAN-O27 publié le 29 mai 2017, http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_la_sante_et_l_acces_aux_soins_une_urgence_pour_les_femmes_en_situation_de_precarite_2017_05_29_vf.pdf, consulté le 27 mars 2019 ; Anne-Marie Thomazeau, « Santé : inégalités importantes entre les hommes et femmes », Viva Magazine,avril 2015, https://www.vivamagazine.fr/sante-inegalites-importantes-entre-les-hommes-et-femmes-170758, consulté le 10 mai 2019.

[7]Rozenn Le Saint, « Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires », Mediapart, 29 mai 2019, https://www.mediapart.fr/journal/france/290519/les-femmes-premieres-victimes-des-recents-scandales-sanitaires?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=TRANSAC&utm_content=&utm_term=&xtor=EPR-1013-%5Barticle-offert%5D&M_BT=109679374191, consulté le 30 mai 2019.

[8]                Assurance maladie, « Données relatives à l’ensemble des bénéficiaires du dispositif des ALD une année donnée », 18 décembre 2018, https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/affection-de-longue-duree-ald/prevalence/prevalence-des-ald-en-2017.php, consulté le 6 mars 2019.

[9]                Ibid.

[10]Ces chiffres sont le résultat du rapport des pourcentages des personnes atteintes de fibromyalgie à la population globale : de 1 à 4% de la population française, plus de 90% de femmes, selon les dernières estimations. Alexandra Nacu et Daniel Benamouzig, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients »,Santé Publique,Vol. 22 (5), 2010, pp. 551-562, https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2010-5-page-551.htm#pa23, consulté le 6 mars 2019.

[11]Elle ne peut être qualifiée d’ALD que selon le seul bon vouloir du médecin conseil de la CPAM local, qui respecte des critères liés aux coûts des médications, aujourd’hui majoritairement retenues inefficaces et favorablement substituables par des activités physiques adaptées (APA). Par ailleurs, cette décentralisation de la décision génère des inégalités entre territoires.

[12]Parmi les études publiées sur la douleur chronique par exemple, citons l’article sur l’approche « psychosociale » de la douleur : Michaela Klimekova, Anne-Marie Costalat-Founeau, Patrick Ginies, « Dynamique identitaire du fibromyalgique. Approche psychosociale de la douleur », Douleur et Analgésie, mars 2002, Volume 15 (1), pp. 67–70. Une étude états-unienne plus récente aborde les biais de genre dans la prise en compte de la douleur chez les enfants : Brian D. Earp, Joshua T. Monrad Marianne Lafrance, John A Bargh, Lindsey L. Cohen, Jennifer A Richeson, “Featured Article: Gender Bias in Pediatric Pain Assessment”, Journal of Pediatric Psychology,Volume 44 (4), May 2019, pp. 403–414, https://doi.org/10.1093/jpepsy/jsy104, consulté le 6 mai 2019.

[13]               Élise Detellier, « “Bonifier le capital humain” : Le genre dans le discours médical et religieux sur les sports au Québec », 1920-1950, Revue d’histoire de l’Amérique française,Vol. 62 (3-4), hiver–printemps 2009, https://www.erudit.org/en/journals/haf/2009-v62-n3-4-haf3529/038522ar.pdf, consulté le 26 mars 2019.

[14]               Marilène Vuille et al., « La santé est politique », Nouvelles Questions Féministes, Vol. 25 (2), 2006, pp. 4-15 ; Nicole Edelman et Florence Rochefort, « Quand la médecine fait le genre », Clio Femmes, genre, Histoire, n° 37, 2013.

[15]               Christine Mennesson, Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, L’Harmattan, coll. « Sports en société », 2005, 364 p. ; Catherine Louveau, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, pp. 119-143, http://journals.openedition.org/clio/1877, consulté le 27 mars 2019 ; Jim McKay et Suzanne Laberge, « Sport et masculinités », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, pp. 239-267, http://journals.openedition.org/clio/1908, consulté le 26 mars 2019.

[16]Récemment, le 28 mars 2018, le député Cédric Villani a rendu public un rapport sur l’intelligence artificielle dans lequel il fait quelques préconisations d’emploi dans la médecine. Si ces recommandations sont mises en œuvre, le gouvernement confirmera l’option entrepreneuriale individuelle et « personnalisée » qu’il réserve aux patient.es et celle réductrice/« minimisée » allouée aux spécialistes. Cédric Villani, Donner un sens à l’intelligence artificielle – Pour une stratégie nationale et européenne, mars 2018, https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf, consulté le 11 mai 2019.

[17]               Pascale Molinier, Sandra Laugier et Patricia Paperman, « Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité », Petite bibliothèque Payot,2009, 298 p. ; Agata Zielinski, « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin », Études, Vol. 413 (12), 2010, pp. 631-641.

[18]OMS, Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023, 2013, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/95009/9789242506099_fre.pdf?sequence=1, consulté le 7 mai 2019.

[19]Les actes dispensés par les médecins conventionnés connaissent un remboursement par l’assurance maladie à géométrie variable : acupuncture, 70%, homéopathie, 30% – ce remboursement est aujourd’hui amené à disparaître –, ostéopathie et mésothérapie, 0%.

[20]               « Quelle place pour les médecines complémentaires ? », Ordre des médecins, 2015, https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/cn_webzine/2015-07/www/index.php#/intro, consulté le 27 mars 2019.

[21]               Joelle Palmieri,France : évaluation quantitative de la pratique du Shiatsu par les spécialistes – Résultat de l’enquête dite « mutuelles »,Syndicat des professionnels du shiatsu, juin 2018, https://www.syndicat-shiatsu.fr/images/pdf/doc-prives/Evaluation_quantitative_par_specialistes-en-shiatsu_040618c.pdf, consulté le 27 mars 2019.

[22]               Françoise Héritier, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris : Odile Jacob, 1996 ; Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes : des outils et des corps, Paris : L’Harmattan, 1998.

[23]               Geneviève Fraisse, Les femmes et leur histoire, Paris : Gallimard, 1998, 614 p.

[24]               Marilène Vuille et al., « La santé est politique », op.cit.

[25]               Gayatri C. Spivak, Can the Subaltern Speak?(Les Subalternes peuvent-illes parler ?, traduction française de Jérôme Vidal, Amsterdam, Paris, 2006), in‪Nelson Cary et Grossberg Lawrence (dir.),Marxism and the Interpretation of Culture,Chicago : University of Illinois Press, 1988, pp. 271-313.

Christchurch : un fascisme hérité du colonialisme

Vendredi 15 mars 2019, Brenton Tarrant, homme blanc de 28 ans d’origine australienne, a tué de sang-froid 49 personnes dans les deux mosquées de Christchurch, petite ville de Nouvelle-Zélande. Cet acte xénophobe, inspiré des thèses des suprématistes blancs, s’est produit dans un pays occidental[1] où cohabitent circulation non régulée des armes à feu et violence domestique démesurée. Cette situation caractérise un héritage colonial dont les non-« Blancs chrétiens » sont les plus grandes victimes.

La légitimité des armes à feu

Lors du carnage qu’il a organisé, Brenton Tarrant, fasciste assumé[2], était équipé de deux fusils semi-automatiques, de deux fusils de chasse et d’un fusil à pompe qu’il avait acheté en toute légalité. En effet, dans ce pays d’un peu plus de 4,9 millions d’habitants, l’âge légal minimum pour posséder une arme à feu est fixé à 16 ans et à 18 ans pour les armes semi-automatiques. Leur enregistrement n’est pas obligatoire. Même si le taux d’homicide est extrêmement bas par rapport aux autres pays occidentaux[3], le nombre d’armes à feu possédées par des civils est disproportionné : un peu plus 12,7 millions (2,5 par habitant) contre 2,7 en Angleterre et 1,5 en France – les États-Unis en comptent 393,3[4]. Concernant le pourcentage de ménages ayant des armes à feu, la Nouvelle-Zélande se place au même niveau que l’Angleterre (16,6% et 16,1%), soit deux fois et demi plus qu’en France (6,1) et deux fois et demi moins qu’aux États-Unis (42%). En 2017, le nombre d’armes à feu illicites se situe dans une fourchette allant de 1 200 000[5] à 1 500 000[6], soit environ une pour quatre habitants.

Des violences domestiques démesurées

Ces actes islamophobes et xénophobes du jeune Australien se produisent dans un république monarchique dirigée par un gouvernement d’alliance entre Parti travailliste (Labour Party, 46 députés) et Parti national (National Party, 56 députés) qui promeut libéralisme, sécurité et patriotisme, et qui, jusqu’au moment des faits, ne s’était pas inquiété de la montée des violences. Pourtant, ce pays connaît le plus haut taux de violence domestique des 31 pays de l’OCDE[7] et ce taux ne cesse d’augmenter[8].

On compte une agression sexuelle à l’égard des femmes et des enfants toutes les quatre minutes. Un enfant est en moyenne tué toutes les cinq semaines. La plupart ont moins de cinq ans et 90% sont tués par un membre de leur entourage. Des études ont estimé qu’une fille âgée de moins de 15 ans sur quatre a été agressée sexuellement. Au moins un garçon sur huit a connu des abus sexuels, un taux modulable en fonction du nombre de plaintes. Par ailleurs, une femme sur trois a été victime de violence conjugale physique ou sexuelle. Complété par les chiffres de harcèlement moral, ce taux monte à une femme sur deux. Plus globalement, la moitié de tous les homicides et plus de la moitié de l’ensemble des crimes violents sont le résultat de violence familiale.

Des violences héritées du colonialisme

Les Maori sont surreprésentés parmi les criminels comme parmi les victimes. Cette situation est le fruit d’un héritage colonial. Lorsque les missionnaires, les premiers colons et les représentants de la couronne britannique sont arrivés à Aotearoa au début du XIXe siècle, ils y ont importé leur compréhension culturelle du rôle et du statut des femmes[9]. Les femmes autochtones sont devenues de simples biens au même titre voire moins intéressants que les animaux domestiques[10]. Les mythes et croyances des Maori aux valeurs païennes ont été remodelés[11]. L’Histoire a été réécrite, s’éloignant des récits existants qui représentaient la puissante influence féminine pour se rapprocher du mythe biblique. Avec l’introduction du christianisme, les femmes maories sont devenues des épouses et des enfants, propriété des hommes, dont l’espace était limité au foyer. Les normes victoriennes ont imposé aux femmes de se plier à l’idée de famille nucléaire. Elles ont été formées pour[12] et sont alors devenues dépendantes de leurs maris en tant que soutien de famille[13], en même temps qu’elles ont de plus en plus été dévolues aux soins de la famille, isolées dans la sphère privée. Leur autonomie a été interprétée comme une immoralité et un manque de discipline[14]. Elles ont également été considérées par les colons comme des sources potentielles de sécurité foncière et économique. L’individualisme des colons prenant le pas sur le collectivisme maori, le whanau – « famille élargie » en maori – a été détruit à des fins d’appropriation foncière[15], faisant disparaître avec lui les valeurs liées à la protection des personnes : les soins, autrefois dispensés dans un espace public très commun, se sont alors déroulés à huis clos[16].

La culture du silence et la haine

Aujourd’hui et malgré de nombreuses protestations, les femmes maories restent largement absentes des organes consultatifs mis en place par la Couronne. Elles participent peu aux processus décisionnels. En outre, en raison des options économiques libérales du gouvernement, elles connaissent la double journée (travail à la maison et à l’extérieur) ou le chômage[17]. Surmenées, accumulant des problèmes de santé, elles sont davantage exposées dans le silence à la violence domestique. Les victimes sont blâmées pour la violence qu’elles subissent et les mères tenues pour seules responsables de l’influence de la famille sur les enfants[18]. Dans ce système, les hommes maoris sont tenus pour irresponsables et restent impunis, d’autant que les « problèmes » sont censés se régler en interne et ne pas sortir des quatre murs du foyer.

Les événements de Christchurch font alors écho à la culture du silence et à la haine de l’« Autre », introduites par les Chrétiens blancs du XXIe siècle. L’heure reste à la normalisation patriarcale et à la destruction de toutes les personnes supposées s’y opposer.

 

Joelle Palmieri
21 mars 2019

[1] Le terme « Occident » désigne les pays d’Europe de l’Ouest, d’Amérique du Nord ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande et leurs modes de socialisation.

[2] Brenton Tarrant s’est filmé en train de tuer et a largement diffusé les images de son crime sur les réseaux sociaux numériques, en complément de photos de préparation et d’un manifeste de 73 pages publiés peu avant. Il y dénonce la submersion culturelle des peuples européens blancs par l’immigration, étayant notamment ses propos de son expérience de la situation française – défaite de Marine Le Pen à la présidentielle française de 2017, pour laquelle il compatit au regard de la présence des « envahisseurs » et de la solitude des « Français ». Il se définit comme « un Blanc, européen de cœur et de sang », assume être « fasciste », dénonce un « génocide blanc » et se rallie aux thèses suprématistes. Il y évoque la « théorie du remplacement », devenue la matrice idéologique mondiale des identitaires et de l’alt-right. Au moment des faits, Donald Trump opposait son veto à une résolution du Congrès contestant sa déclaration d’urgence nationale visant le financement de son projet de « mur » sur la frontière avec le Mexique. Au cours des dernières semaines, le président états-unien n’avait cessé de dénoncer « l’invasion » dont seraient victimes les États-Unis. Selon un rapport de l’Anti Defamation League publié en janvier 2019 (ADL, “Murder and Extremism in the United States in 2018”, https://www.adl.org/murder-and-extremism-2018), « les extrémistes de droite ont tué plus de personnes en 2018 que toute autre année depuis 1995 – parmi les meurtres perpétrés par des extrémistes, on isolait en 2017 62 % commis par des extrémistes de droite, 21 % en 2016, et 98 % en 2018. Par ailleurs, selon un rapport du FBI publié par le Washington Post le 15 mars (Devlin Barrett, “Congress pushes the FBI for domestic terror data amid rise in right-wing extremism”, Washington Post, 15 mars 2019, https://www.washingtonpost.com/world/national-security/congress-pushes-the-fbi-for-domestic-terrorism-data/2019/03/15/b16530a8-472e-11e9-90f0-0ccfeec87a61_story.html?noredirect=on&utm_term=.46dfa8a44ade), la majorité des personnes arrêtées aux États-Unis pour des faits de terrorisme sont liées à des groupuscules américains et non à des organisations terroristes internationales.

[3] En 2015, le taux de décès par arme à feu était de 1,24 pour 100 000 habitants. Pour comparaison, il est de 2,65 pour 100 000 en France en 2013 et de 11,96 pour 100 000 aux États-Unis, en 2016.

[4] Politique internationale sur les armes à feu, Nouvelle-Zélande, https://www.gunpolicy.org/fr/firearms/region/new-zealand.

[5] Karp, Aaron. ‘Civilian Firearms Holdings, 2017.’ Estimating Global Civilian-Held Firearms Numbers. Geneva: Small Arms Survey, the Graduate Institute of International and Development Studies, Geneva, 18 juin 2018.

[6] Flahive, Brad and Andy Fyers,Opportunity Missed’ for NZ to Tighten Gun Control Laws », Stuff (New Zealand), 4 octobre 2017.

[7] OCDE, “SF3.4: Family violence”, https://www.oecd.org/els/soc/SF3_4_Family_violence_Jan2013.pdf.

[8] “New Zealand, Family Violence Clearinghouse”, Data Summary 2 June 2017, https://nzfvc.org.nz/sites/nzfvc.org.nz/files/DS2-Violence-Against-Women-2017.pdf.

[9] Annie Mikaere, “Maori Women: Caught In The Contradictions Of A Colonised Reality”, Research Waikato Law Review Volume 2, 1994, https://www.waikato.ac.nz/law/research/waikato_law_review/pubs/volume_2_1994/7.

[10] Jenkins, K, “Reflections on the status of Maori women”, (unpublished paper, 1986).

[11] Jenkins, K, “Working paper on Maori women and social policy” written for the Royal Commission of Social Policy and quoted in the Report of the Royal Commission on Social Policy (1988) Vol III, 161.

[12] Barrington, JM., Maori Schools in a Changing Society, (1974).

[13] Strong, TB, “The Problem of Educating the Maori”, in Jackson, PM, Maori and Education: Or the Education of Natives in New Zealand and its Dependencies (1931).

[14] Jones, A, “Maori Women: Discourse, Projects and Mana Wahine », in Middleton, S & Jones, A (eds), Women and Education in Aotearoa, (1992).

[15] Sewell, H., NZPD Vol 9, 1870: 361.

[16] Simon Day, “The vilification of ‘the Māori mother’ in Aotearoa: family violence and victim-blaming”, Spinoff, août 2017, https://thespinoff.co.nz/society/10-08-2017/the-vilification-of-the-maori-mother-in-aotearoa-family-violence-and-victim-blaming/.

[17] Kelsey, J., “Rolling Back the State: Privatisation of Power”, in Aotearoa/New Zealand (1993).

[18] Simon Day, “The vilification of ‘the Māori mother’ in Aotearoa: family violence and victim-blaming”, op.cit.

Un Président borné

Dans sa « Lettre aux Français », le Président de la République français utilise une série de mots qu’il nous a semblé utile d’analyser et de comparer à quelques-uns de ses discours précédents ou au vocabulaire utilisé par son adversaire à la dernière élection présidentielle française. Pour se faire, nous avons procédé au décompte de la récurrence de ces mots-clés. Cette petite comptabilité met en lumière le vide structurel de sa politique et de son être.

Dans cette lettre, publiée sur le site web de l’Elysée et envoyée par la poste le 13 janvier 2019 – coût : 10 millions d’euros –, les mots dont la récurrence dépasse huit sont en ordre décroissant ; citoyen/citoyenneté, Nation, débat, impôt/fiscalité, Français/Françaises, social (système, modèle…). Puis un autre groupe de mots dont la récurrence oscille entre quatre et sept apparaît : élus, finance, démocratie, État, services publics (baisse), travail, dépenses. La majorité des mots relatifs aux responsabilités de l’État et à la république (chômage, république, droit, liberté, solidarité, éducation, santé, économie, industrie), tout autant que les fortes références idéologiques liées à ses choix politiques (effort, force, laïcité, colère, confiance, Europe, immigration, inégalité, peuple, religion/religieux) sont beaucoup moins utilisés tout en ponctuant l’exercice rédactionnel. Arrivent en queue de rhétorique des termes plutôt empruntés à la fois à la droite et à la gauche parlementaires : justice, pauvreté, famille, sécurité, tradition, violence. Enfin sont totalement absents : égalité, femme, handicap, mais aussi ordre, terrorisme, migrants.

Cette petite comptabilité (figure 1) qui n’a aucune vocation exhaustive – il manque différents mots comme écologie, environnement, développement durable, ISF (beaucoup d’observateurs auront uniquement noté l’absence de ce dernier terme), LGBT… – nous informe sur l’orientation donnée d’emblée à cette lettre et donc à la consultation nationale publique aujourd’hui entamée. Le Président s’adresse aux seul.es citoyen.nes français.es de son pays – et non à ses « compatriotes » ou habitant.es du territoire n’ayant pas la nationalité française – afin de débattre du système social qui vertèbre la « Nation » et non la « République ». Au cœur de ce débat il se focalise sur les « impôts », une notion souvent floue, qui se rapporte plus ou moins explicitement aux uniques impôts sur les revenus, comme cause de « colère » et raison pour réduire les « dépenses » publiques, dont la hauteur n’est pas précisée et les lignes non détaillées. Il affirme qu’il va alors falloir travailler davantage et revoir le système des services publics, le tout avec le soutien des « élus ». Il considère que le reste des problèmes seront résolus de soi, en tenant compte avec « force » des tensions liées à l’« immigration » et aux pratiques « religieuses ». Les écarts de richesse, la pauvreté, la violence, la justice ne sont en rien prioritaires. Une chose est sûre : il ne met pas à l’ordre du jour ce qui est nommée la « crise des migrants », qui fait un peu plus de morts au cours du temps, l’« égalité » (de sexe, de race, de classe) entre les citoyen.nes et il passe sous silence les manœuvres consistant à « sécuriser » le pays – achat et vente d’armes, participation à des conflits armés, armement de la police, maintien du budget de la Défense, fermeture des frontières, répression des manifestations, etc. – qui incarnent des invisibles du pouvoir politique dirigé par le Président.

Figure 1 – Lettre aux Français

Un État surpuissant

Ce premier décryptage demande à être mis en regard avec quelques discours précédents. Intéressons-nous tout d’abord au discours adressé aux Gilets Jaunes un peu plus d’un mois auparavant (figure 2). On isole alors des changements dans la rhétorique, certes adaptés au public – « mouvement social » versus population française – mais aussi un revirement politique. Les propos autour de la « Nation », les impôts figuraient déjà en tête. Mais, alors que le « travail », l’économie, la justice, le « peuple », la « colère », l’ordre, la violence, faisaient partie des préoccupations majeures de l’homme politique au moment de ce discours, ces mots ont presque disparu du courrier adressé à l’ensemble des Français.es. De la même manière, la percée des mots « élus » et « finance », et la montée en puissance des mots « État », « démocratie », « dépenses », « social » (rénovation du système) et « services publics » (baisse) est si importante qu’elle met en exergue un choix politique de taille. Ce choix est confirmé par la surenchère de l’utilisation des mots « chômage », « effort », « laïcité » et l’apparition de mots tels que « religion/religieux », « force », « droit », « Europe » et, dans une moindre mesure, « pauvreté », « sécurité », « tradition ». Ce changement de rhétorique confirme l’option adoptée par le Président que l’État prenne, dans le cadre du projet européen, les rennes des débats et surtout des solutions à mettre en place, notamment par l’intermédiaire de ses représentants élus, qu’il instrumentalise dans la foulée, au même titre que les Gilets jaunes qui, à trop vouloir retrouver leur « pouvoir d’achat », induisent une demande de baisse de la fiscalité individuelle tout en rétablissant l’ISF. Ces solutions sont, selon lui établies : diminuer les dépenses publiques « dans le respect » des droits, s’attaquer au chômage en tant qu’entrave à une économie régulée, veiller à la laïcité, le tout avec force. À noter que les invisibles étaient préexistants face aux Gilets jaunes.

Figure 2 – Comparaison Lettre aux Français et discours face aux Gilets jaunes

Une vision économiciste fermée

Comparons désormais les termes de cette lettre avec ceux mobilisés au lendemain du premier tour des élections présidentielles et au moment de l’investiture du Président de la République à l’Élysée (figure 3). Lors de ces deux événements, le candidat/président n’a absolument pas prononcé les mots suivants : débat, impôt/fiscalité, élus, État, services publics (baisse, coût), dépenses, chômage, immigration, inégalité, religion/religieux, pauvreté, tradition, violence. En revanche, dès le premier tour, il avait manifestement choisi l’option de s’adresser aux Français.es (et pas aux autres…), avait principalement mis l’accent sur l’Europe, puis déjà sur le peuple, les citoyens, le travail, la confiance et l’économie. Au moment de son investiture, il a continué à se focaliser sur les Français.es, l’Europe, dans une moindre mesure, sur le travail, mais surtout il avait évoqué le terrorisme, l’ordre, la liberté, l’égalité, disparus depuis. Le changement est aujourd’hui radical puisque le Président en exercice met très nettement en avant la finance, la réduction des dépenses publiques, la veille sur l’immigration et la religion et l’effort à fournir en conséquence de la part des élus et des citoyen.nes. Les invisibles (migrants, femmes, handicap, militarisation/armement) étaient d’ores-et-déjà présents lors de ces précédents discours.

Figure 3 – Comparaison Lettre aux Français, discours au lendemain du premier tour des élections présidentielles et lors de l’investiture

Instrumentaliser les rhétoriques populistes

Poussons désormais l’exercice dans la comparaison de cette lettre avec discours de Marine Le Pen au lendemain du premier tour des élections présidentielles (figure 4). Hormis la mention des Français.es, le Président en exercice et l’ancienne candidate s’expriment avec des terminologies très éloignées. Alors que l’adversaire politique avait abordé, à une reprise la « fraternité » et le « terrorisme », le futur Président ne les évoque nullement aujourd’hui. Les deux anciens candidats utilisent néanmoins des termes communs dont le « peuple », la « Nation », la « confiance » (à égalité), la « sécurité », la « République » et l’« immigration ». Le grand écart entre les deux positions s’expriment par les termes « citoyen », « impôt/fiscalité », « social », « élus », « finance », « démocratie », « État », « services publics », « travail », « dépenses », que la représentante du parti d’extrême-droite ne prononce absolument pas et que le Président met fortement en avant. La candidate se garde également de prononcer les termes « laïcité » et « religion » alors que son adversaire les utilise désormais volontiers. Les deux gardent en commun les invisibles. Cette comparaison souligne l’option économiciste entreprise aujourd’hui par le dirigeant politique, sous contrôle de l’État et comprenant une maîtrise des flux migratoires, et politicienne qui se traduit par sa volonté d’instrumentaliser en douceur les rhétoriques populistes.

Figure 4 – Comparaison Lettre aux Français et propos de Marine Le Pen au lendemain du premier tour des élections présidentielles

Un État entrepreneur

Poussons désormais l’exercice dans la comparaison des vocabulaires des deux candidats sortants au premier tour des élections présidentielles (figure 5). On observe que les deux personnages politiques se retrouvent sur des thématiques communes : les « Français », mais aussi le « peuple », la « confiance », la « sécurité », la « République » et le « terrorisme ». Le futur Président n’avait alors pas évoqué la « Nation » ou l’« immigration », qu’il a depuis adoptés. Ensemble les deux candidats avaient évité les termes économiques dans le but de se focaliser pour le futur élu sur l’« Europe » et pour la vaincue sur le « peuple ». Cette comparaison permet d’aller plus avant dans l’analyse du changement de rhétorique opéré par le Président depuis sa candidature au poste. Alors que les deux candidats s’avéraient relativement proches dans leur discours aux Français.es au lendemain de ce premier tour d’élections – nivellement politique par le bas –, le Président a depuis repris à son compte des thématiques chères à son adversaire, comme la « Nation », l’« immigration » et la « famille », a entretemps adopté puis abandonné un des termes utilisés par son parti – l’« ordre » –, a un peu reculé sur l’« Europe » pour mieux s’atteler à son objectif principal : faire de l’État français une entreprise économique qui marche, avec des « dépenses » régulées, des employés (fonctionnaires, élus) au « travail » et une clientèle (faisant appel à des « services ») maîtrisée (nationale, laïque, non violente, ayant le sens de l’« effort »).

Figure 5 – Comparaison des deux discours au lendemain du premier tour des élections présidentielles

La politique du vide

Pour finir, l’essentiel de cette « Lettre aux Français » n’apporte rien aux débats en cours, y compris ceux occultés par les médias « mainstream » et ceux portés par les invisibles. Nous en déduisons qu’elle se caractérise par le vide. Un vide, qui comme le dirait Sartre, reflète l’absence de fond et repose sur l’apparition de la forme. Les doutes, les interrogations sur les questions d’actualité et encore moins les alternatives à la crise politique en cours, sont tellement absents qu’on peut qualifier son auteur lui-même de vide (absence d’être) et le placer en oligarque borné. Comme son collègue MBS en Arabie Saoudite, il se fait VRP d’une « élite masculine mondialisée et occidentalisée, aux bases populaires éphémères ou inexistantes […] en quête de pouvoir absolu ».

Notons encore que la forme utilisée est directive – questions sur le comment plutôt que sur le pourquoi des propositions de points à débattre – ce que de multiples observateurs ont mentionné. Cette « consultation » s’inscrit davantage dans l’histoire de l’usage des « cahiers de doléances » (référence monarchique) que dans la mise en place d’une réelle démocratie participative à l’image des Conférences Nationales de politiques publiques, instaurées au Brésil lors de la mise en place de la démocratie participative dans ce pays.

Enfin, le Président ne prend pas la peine dans sa lettre d’utiliser l’écriture inclusive et encore moins épicène, alors que cette option fait partie des conseils prodigués par un des guides publiés par une des administrations qu’il dirige. Le vide s’affirme grotesque.

Joelle Palmieri
22 janvier 2019

Paris, fin 2018, le bureau des légendes

De la divergence des luttes au renforcement de l’ordre

Nous vivons désormais en France une légende. Le « peuple » serait en « rébellion », les « forces de maintien de l’ordre » sur les « dents », un moment « inédit » dans l’histoire du pays. Des rapprochements avec mai 68 sont tentés mais vite écartés à raison : les situations, les slogans, les revendications, les acteurs ne sont pas les mêmes. Champs-Elysées, extérieur aux lieux de vie et d’activité des manifestants, très variés, aux slogans parfois limite (racisme, antisémitisme, sexisme), en aucun cas contre les méthodes policières, à opposer à Quartier latin, fac de Nanterre, usines, précisément là ou les protagonistes vivent le mécontentement, les inégalités, les discriminations, les privations de liberté, ce dont ils se font échos avec solidarité : « Sois jeune et tais-toi », « CRS = SS », « Je ne veux pas perdre ma vie à la gagner », « Il est interdit d’interdire », « Soyez réalistes demandez l’impossible », etc.

Alors y aurait-il un bureau des légendes ? Une escadrille qui fabrique une histoire de France contemporaine, divulgue des renseignements choisis, au service d’un pouvoir politique à la fois indétrônable et secret ? Une brigade qui s’appuie sur la longue tradition des violences policières françaises pour faciliter son travail ? Regardons cela de près.

Des luttes invisibles ou antipolitiques

Aujourd’hui, en France, des luttes – grève, manifestation, occupation, actions dites « radicales » –, il y en a. Beaucoup, mais pas toutes très visibles. Des luttes pour la défense des droits, en majorité et par héritage syndical pour la défense des droits du travail (femmes de chambres du palace Park Hyad Vendôme à Paris, infirmiers, urgences hospitalières, cheminots, personnels des EHPAD ou volants…), mais aussi pour le droit à un logement décent (Marseille, Droit au logement), pour le maintien des services publics, contre les violences faites aux femmes (différents appels dont #MeToo, manifestation du 8 décembre), pour la défense de la nature et contre le réchauffement climatique, pour le soutien aux migrants, pour le droit à une scolarité égalitaire (étudiants), pour une fin de vie descente (retraités)… et, depuis peu, pour la reconnaissance du dysfonctionnement de la machine d’État (Appel des maires ruraux de France) et, à grands renforts de médiatisation et de déclarations politiques, pour l’amélioration du statut des agents du maintien de l’ordre et enfin pour « le pouvoir d’achat ». Ces trois dernières – maires ruraux, policiers, Gilets jaunes – sont-elles vraiment des luttes ? Forment-elles vraiment des espaces de rébellion, de résistance aux rapports de domination[1] ? Non, si on prend en compte leur origine et leurs fondements globalement antipolitiques : respectivement, le constat de la non-communication structurelle entre élus « de la base » et des hautes sphères, la critique de la « violence » des manifestants, le mépris de l’« élite » ou la colère de la « France d’en bas contre la France d’en haut » ou encore la défense de pouvoir consommer librement, d’avoir une vie « normale » – ; oui, si on prend en considération l’élan collectif ou, pour être plus juste, la manifestation de la défense conjointe d’intérêts plutôt individuels.

Une dispersion des luttes, miroir de la hiérarchisation des dominations

Des luttes donc. Pour la plupart invisibles et assez étanches. La convergence des luttes, historiquement promue notamment par les syndicats ouvriers, n’est pas au rendez-vous. La solidarité entre corps de métiers ou entre populations (jeunes/vieux, pauvres/classe moyenne, femmes/hommes, racisés/non racisés) si peu. À travers l’expression de cette dispersion des luttes, se confirme la désimbrication des inégalités et divisions sociales (de sexe, de classe, de race), orchestrée par une colonialité renforcée. La hiérarchisation de ces inégalités et divisions s’homologue, d’autant que peu de manifestants la contestent ou la mettent en exergue. La collection versus convergence des luttes vient alors appuyer les fondements de la domination : système hiérarchisé de relations d’obéissance[2]. En outre, cette divergence obère, par sa construction-même, tout espoir de mémoire de luttes. L’histoire se répète… et on sait mieux pourquoi.

L’opportunisme, lui, fait peau neuve. Dominants ou dominés, contrôleurs ou contrôlés, beaucoup saisissent l’occasion de se servir des revendications des uns pour mieux asseoir leur propre ordre du jour, leur propre pouvoir. Un jeu de concurrence qui renforce la divergence des luttes. Des « mouvements » font irruption, jusqu’alors terrés au fond de grottes oubliées, qui se servent d’une rébellion virale pour agir (maires ruraux), ou réagir (policiers). Récupérants et récupérés, après avoir négligé les manifestations fortement réprimées contre la loi travail, contre la réforme des retraites, du système éducatif, etc., passent ainsi à l’étape réclamation. Les représentants de l’État semblent y trouver leur compte au point de s’appuyer sur cette formation insurrectionnelle diversifiée pour, à leur tour, instrumentaliser la révolte et mieux justifier leurs mesures coercitives.

Un système répressif ancien

Dans ce contexte, les policiers saisissent la balle au bond : ils sont les seuls fonctionnaires à avoir obtenu en quelques jours une hausse de leurs salaires. Par ailleurs, à part quelques casseurs dont il faudra bien un jour qualifier l’identité, les autres corps leur font peu ombrage. Pourtant les manifestants font de longue date les frais de méthodes policières aiguisées, et encore davantage aujourd’hui, à l’ère d’un Président militariste. Par exemple, lors de son déplacement le 22 décembre dernier à N’Djamena au Tchad visant à fêter Noël auprès de neuf cents soldats de l’opération Barkhane, chargée depuis l’été 2014 de combattre le « terrorisme » au Sahel, Macron a confirmé ses choix : « C’est maintenant l’ordre, le calme et la concorde qui doivent régner ». Aussi, à part la demande de justice clamée par la famille d’Adama Traore, pour laquelle les violences policières sont au cœur du combat, voit-on, dans les cahiers de doléances (historiquement liés à la fin de la monarchie et vieux du XIV e siècle) et autres listes de revendications et slogans, une dénonciation sans détour de ce continuum de violence policière estampillé français ? Très peu sur la voie publique. Comment expliquer ce vide ? Il fait écho à une tradition, héritée de l’après-guerre et du colonialisme.

En 1916, dans les colonies africaines de France, les fonctionnaires et les colons détournaient la « corvée » pour mieux éloigner les porteurs de leur domicile et leur infliger des « mauvais traitements » et « brutalités » par armée d’occupation interposée[3], une façon de rappeler à la population occupée sa servitude. Pendant la guerre d’Algérie, de nombreux organes de police chargés de réprimer les nationalistes algériens ont été créés sous couvert de lutte contre la délinquance[4]. La répression sanglante des manifestations aux forts slogans politiques et anticolonialistes du 17 octobre 1961 et du 8 février 1962, qui ont fait respectivement au moins cent morts et huit morts à Paris, en est le résultat[5]. Papon, préfet de police depuis 1958, avait opté pour la militarisation de la police plutôt que pour l’intervention militaire en métropole[6]. Les tortures et autres atrocités pratiquées dans la colonie y ont alors été importées[7]. Il s’agissait, en plus de la répression administrative, de mener une « guerre contre-révolutionnaire » sur les deux territoires (colonie et métropole) et de démanteler les organisations politiques des « rebelles » [8].

Une contre-révolution institutionnalisée

Depuis, au fil des manifestations, cette option « contre-révolutionnaire » s’est renforcée. Des brigades ont sophistiqué leur matériel, faisant chaque année un peu plus de blessés et de morts : sept ouvriers et étudiants en 1968, Malik Oussekine en 1986, et plus récemment Zyed Benna et Bouna Traoré, Rémi Fraisse, Adama Traoré… Aujourd’hui, les forces de l’ordre françaises sont parmi les mieux armées d’Europe : Flashball, grenade de désencerclement, grenade explosive, etc. En 2017, l’usage des armes à feu par la police a augmenté de 57%[9]. Cette surenchère coïncide avec la participation active de l’État français au marché de l’armement[10]. La financiarisation de la police[11] et l’« industrialisation de la violence policière »[12] qui connaît des objectifs de rendement et de productivité[13], vont de pair avec la privatisation du militaire et la volonté des gouvernements qui se sont succédés depuis la IIe Guerre mondiale, et en particulier de celui en exercice, de renforcer conjointement les intérêts du système militaro-industriel et une politique de coercition militarisée[14].

La « révolution » est proscrite, comme la liberté de la vivre. L’État français continue à perpétuer cette « vision » démocratique étriquée. Les luttes en cours, fragmentées, ont malheureusement peu de chance de la braver.

Joelle Palmieri
25 décembre 2018

[1] DUNEZAT, Xavier ; GALERAND, Elsa. Chapitre 8. La résistance au prisme de la sociologie des rapports sociaux : les enjeux du passage au collectif In : Qu’est-ce que résister ? Usages et enjeux d’une catégorie d’analyse sociologique [en ligne]. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2014, http://books.openedition.org/septentrion/3391, consulté le 25 décembre 2018.

[2] ARENDT Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Poche, 1961, 416 p.

[3] DAUGHTON James P, « Témoignages sur la violence coloniale : la campagne internationale menée dans l’entre-deux-guerres contre le travail forcé », Revue d’Histoire de la Shoah, 2008/2 (N° 189), p. 199-212. https://www.cairn.info/revue-revue-d-histoire-de-la-shoah-2008-2.htm-page-199.htm, consultée le 25 décembre 2018.

[4] LAMBERT Léopold, « Entretien avec Mathieu Rigouste: une généalogie coloniale de la police française », Médiapart, 22 janvier 2017, https://blogs.mediapart.fr/leopold-lambert/blog/200117/entretien-avec-mathieu-rigouste-une-genealogie-coloniale-de-la-police-francaise, consultée le 25 décembre 2018.

[5] Ibid.

[6] Ibid.

[7] Ibid.

[8] Ibid.

[9] Défenseur des droits, « Relations police/population : le défenseur des droits publie une enquête sur les contrôles d’identité », janvier 2017, https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/actus/actualites/relations-policepopulation-le-defenseur-des-droits-publie-une-enquete-sur-les, consulté le 25 décembre 2018.

[10] PALMIERI Joelle, « Afrique du Sud, France, Turquie ou comment se banalise la militarisation de la société », Blog de Joelle Palmieri, 6 juillet 2018, https://joellepalmieri.wordpress.com/2018/07/06/afrique-du-sud-france-turquie-ou-comment-se-banalise-la-militarisation-de-la-societe/, consulté le 25 décembre 2018.

[11] PALMIERI Joelle, « Financiarisation de la police : à qui profite la violence ? », Blog de Joelle Palmieri, 27 septembre 2018, https://joellepalmieri.wordpress.com/2018/09/27/financiarisation-de-la-police-a-qui-profite-la-violence/, consulté le 25 décembre 2018.

[12] MAARAWI Tristan , « Mathieu Rigouste, La domination policière, une violence industrielle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, http://journals.openedition.org/lectures/10585,

[13] LAMBERT Léopold, op.cit.

[14] « Avant-propos », Vacarme, 2016/4 (N° 77), p. 4-7, https://www.cairn.info/revue-vacarme-2016-4.htm-page-4.htm, consulté le 25 décembre 2018.

Dépasser le « mirage néocolonial » et créer une nouvelle épistémologie de la mondialisation

à paraître dans : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), L’inexistence de l’État en Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices,  Afroscopie IX/2019, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), Ottawa-Paris : Le Cerclecad-Harmattan, 2019.

Critique du néolibéralisme, d’une mondialisation « esclavagiste » qui « mutile » l’Afrique, « du féminisme du Nord libéral », tels sont les axes forts de l’article de Benoît Awazi Mbambi Kungua sur une intervention d’Aminata Traoré faisant suite à la publication de son ouvrage « L’Afrique mutilée ». L’ensemble de ces concepts demande toutefois contextualisation, historicisation. De la même manière qu’il est réducteur d’associer la mondialisation au seul néolibéralisme, les tenants des politiques qui en découlent et les militantes du « féminisme du Nord », ou encore d’amalgamer les pays Africains ou les différents féminismes, il est périlleux d’essentialiser les rôles sociaux des femmes, prises dans leur ensemble, tout en ne reconnaissant pas les savoirs qu’ils créent, à savoir un « leadership » épousant des formes éloignées des modèles masculin ou colonial. En décortiquant point par point les concepts mobilisés dans ces trois textes, cette note de lecture en propose une analyse critique visant une ouverture épistémique. 

 

En 2013, Benoît Awazi Mbambi Kungua publiait dans le troisième numéro de la revue Afroscopie[1] un article en hommage à Aminata Traoré. Ce texte faisait écho à l’intervention de la militante altermondialiste malienne en mai 2012 à Gatineau au Canada, dans le cadre de la cérémonie de lancement de « l’Institut Per-aâ n Imhotep – Une Afrique décomplexée » et de la sortie de son livre « L’Afrique mutilée »[2]. L’ambition de l’hommage est dans le titre : « Une déconstruction féminine et africaine du mirage néolibéral : De la nécessité d’une rupture épistémologique radicale avec la mondialisation esclavagiste ».

En effet, en tant que philosophe et théologien, président du Centre de Recherches Pluridisciplinaires sur les Communautés d’Afrique noire et des diasporas (Cerclecad), Awazi-Mbambi-Kungua entend participer à la « reconstruction des sociétés viables et solidaires en Afrique ». Selon l’auteur, ce processus demande « une “rupture épistémologique et axiologique” avec le système capitaliste cannibale et nécropolitique qui cause des morts des milliers de personnes partout dans le monde ». Comme Aminata Traoré, il critique, à ce titre, « la mondialisation néolibérale » et ses impacts « nocifs » en « Afrique [et] dans les nombreuses diasporas africaines d’Europe et d’Amérique du Nord », notamment en matière de gestion de la survie.

ELARGIR LA CRITIQUE DE LA MONDIALISATION

Le philosophe fait dans un premier temps le lien entre le néolibéralisme et l’historicisation de l’esclavagisme et du colonialisme, notamment en Haïti, où « la traite des Noirs et leur réduction à l’esclavage durant quatre siècles dans les Antilles et les Amériques, avant la colonisation militaire directe […] consistait à ponctionner directement (in situ) les matières premières indispensables au fonctionnement des usines européennes ». Il décrit également la « période postcoloniale », comme faisant suite à « l’esclavage, la colonisation et [aux] magouilles néocoloniales de la Françafrique », se caractérisant par des « discriminations sociales et professionnelles ».

La critique du néolibéralisme que fait Awazi-Mbambi-Kungua en s’appuyant sur les écrits de Traoré me paraît fort pertinente et « adaptée » à la réalité contemporaine de l’Afrique. Cette analyse se limite néanmoins, par l’angle choisi et sa cible – le néolibéralisme – au champ économique et ses instruments les plus brutaux : PAS, dette, etc. Pourtant, la « période post-coloniale »[3] qui caractérise l’Afrique se distingue davantage par une mondialisation qui « ne s’arrête pas aux frontières économiques telles que la compréhension des politiques néolibérales pourrait le laisser entendre » [4]. Aussi, il apparaît que ces textes, celui de Awazi-Mbambi-Kungua et ceux de Traoré, réduisent la définition du capitalisme contemporain et n’analysent pas ses réels pendants violents, notamment en contexte de mondialisation. Cette mondialisation est d’une part occidentalisée et connaît d’autre part des impacts négatifs au-delà de l’économique : socio-politique, géographique, et surtout épistémique (hiérarchisé de savoirs)… Elle « est à l’origine de nouvelles formes de violence, banalisées par les États du centre ou de la périphérie[5] et connaît de forts impacts colonialitaires[6], c’est-à-dire qu’elle reproduit l’imbrication des rapports de domination produits par le patriarcat et l’occidentalisation, dans le cadre du capitalisme mondialisé, et en produit de nouveaux, le tout de façon accélérée, en surenchère et dans l’excès, et à tous les niveaux, ceux des États, du secteur privé et des populations »[7].

CONTEXTUALISER ET HISTORICISER LE POUVOIR/VIOLENCE

Dans un deuxième temps, Benoît Awazi Mbambi Kungua interroge la responsabilité des « élites intellectuelles et politiques africaines » dans la non-transformation d’un modèle de développement aliénant qui inhibe l’humanisme au profit du libéralisme. Il invoque « l’Ubuntu (Humanité irréductible et non monnayable de tout être humain, quels que soient sa race, sa culture, son sexe et sa classe sociale) » en tant que « nouvelle matrice énergétique, compassionnelle et éthique dans laquelle les sociétés africaines devraient construire leurs propres modalités de gouvernement politique ».

Homogénéiser l’Afrique comporte des risques que j’avais déjà eu l’occasion de mentionner[8]. Je m’appuyais notamment sur les analyses d’Aminata Diaw qui pense que cette homogénéisation est le produit des projections de certains penseurs du centre ou de la périphérie[9]. La philosophe sénégalaise insiste sur la complexité et les singularités des humanismes du continent, des États « ayant de moins en moins de maîtrise sur [leur] espace »[10], sur la disqualification des institutions et du mécanisme institutionnel pour interroger le pouvoir politique, consubstantielle à la violence[11]. « Les » humanismes en Afrique – avec un « s » – sont bien inhibés par la mondialisation, qui ne se caractérise pas uniquement par son néolibéralisme, et leurs constructions demandent une déconstruction, dans chaque contexte, du couple pouvoir/violence.

DÉCONSTRUIRE LA BINARITÉ NORD/SUD ET LES REPRÉSENTATIONS DES FÉMINISMES

Dans un troisième temps, Awazi-Mbambi-Kungua appelle les « Africains » à un « long travail d’accouchement de nouvelles voies théoriques, énergétiques et pratiques de la Renaissance africaine ». Le mot « accouchement » est utilisé à escient comme grille de lecture des ouvrage et contribution d’Aminata Traoré qui proposent, selon lui, une « lecture bouleversante, féminine, maternelle et matricielle de la crise africaine postcoloniale exacerbée par la mondialisation marchande ». Ajustements structurels, endettement, sont alors décrits comme autant d’appareils d’appauvrissement des populations mais surtout, souligne l’auteur, des femmes qui sont « les premières victimes de la mondialisation du capitalisme militaire et marchand en Afrique, car elles sont mutilées et violées par les bandes armées, sans foi ni loi ». Il reprend alors à son compte les termes du livre de Traoré qui met en opposition « l’excision économique que les pays africains subissent » avec le fort intérêt porté par « les puissances détentrices des droits de l’homme » et par « le féminisme du Nord pétri de la doxa néolibérale fangeuse » sur les mutilations génitales féminines (MGF) ou les viols. Volontairement, Aminata Traoré, et dans son sillon Benoît Awazi Mbambi Kungua, comparent le continent africain, dont les matières premières sont décrites comme uniquement pillées par les entreprises du Nord, à une femme « violée, mutilée » et les mettent en concurrence. Les femmes africaines victimes attireraient davantage l’attention des décideurs occidentaux que le « pillage du continent ». Ensemble, ils déplorent une « inaudibilité » des voix des femmes africaines, qui seraient ignorées par les « thèses féministes et libérales ».

Cette cristallisation sur les effets néfastes du « féminisme du Nord » est au même titre que la vision du « continent africain » homogénéisante et contreproductive. Nourrir cet amalgame – il n’existerait qu’un seul féminisme au Nord, de surcroît libéral – fait le jeu des États colonialitaires car limite l’étendue des analyses, pratiques et contestations produites. Pourtant, dans chaque contexte, y compris dans les pays occidentaux, les féministes ne sont pas nécessairement unies : par exemple, les militantes dans les mouvements sociaux peuvent être éloignées de celles des organisations ou d’autres initiatives « genre » institutionnalisées, notamment portées par les bailleurs et des « mécanismes nationaux d’intégration du genre ». D’autres travaillent sur le genre, sur l’égalité hommes/femmes, sur les droits des femmes, sans pour autant se reconnaître dans la théorie ou le mouvement féministes, voire en se revendiquant antiféministes. D’autres encore prônent l’action radicale, directe. Certaines se disent sans voix, sans espaces, sans lieux d’expression, alors qu’elles vivent des oppressions multiples, y compris au sein de leur genre.

Ce type de différences ou divergences est fréquemment occulté ou souvent traité à la marge, y compris du point de vue scientifique. Le débat pointant l’absence de consensus est marginalisé, considéré comme futile ou même dangereux pour la lutte des droits des femmes et plus encore pour la lutte contre l’ensemble des rapports de domination.

Dans la même logique, isoler un « féminisme du Nord » consiste à l’opposer à l’existence de féminismes au « Sud » ou encore à les nier. Caractérisés par les mêmes nuances et singularités que le/les premiers, ces derniers « féminismes » sont tant à l’origine de contestations (notamment contre les MGF)[12] que l’objet d’études approfondies. Par exemple, Fatou Sow souligne les obstacles rencontrés par les organisations de femmes africaines : « une bonne part des discours culturels et religieux contemporains sont des discours d’empêchement et d’enfermement des femmes, de leur soumission à un ordre culturel et religieux qu’aucun homme ne s’impose »[13]. De son côté Patricia McFadden nuance l’usage du concept de genre et souligne la nécessité de ne pas le réduire à la nécessaire mais simple question de l’égalité des droits entre hommes et femmes, souvent brandie comme alibi intellectuel. La directrice du Centre d’études féministes à Harare au Zimbabwe affirme que « L’analyse féministe radicale […] suppose une capacité critique et profondément transformatrice à révéler de nouveaux sens et signification de l’identité en termes de féminité et masculinité, jeunesse et aînesse, citoyenneté et identité/orientation sexuelle, situation des zones urbaines et rurales et intersections avec les notions d’authenticité et de modernité, race et privilège, contestation dans l’espace et nationalité, et même définition du présent et du futur » [14]. La sociologue zimbabwéenne considère le genre comme un outil analytique afin de définir une citoyenneté féministe en lieu et place d’un paradigme qu’elle juge conservateur et dépolitisant, celui de genre et développement. Par ailleurs, elle insiste sur l’urgence d’intervenir contre « l’hégémonie raciale et de classe »[15], qui oriente les ordres du jour féministes, en les restreignant à une portion réduite de la transformation sociale.

Une analyse critique et réflexive de l’ensemble des clivages qui traversent les mouvements et théorie féministes devient ainsi nécessaire afin que ses concepts et stratégies puissent faire changement social et dépasser le contexte d’inégalités et de rapports de pouvoir qui régissent les relations sociales partout dans le monde. En particulier, même si de nombreuses questions peuvent être adressées à certains courants féministes occidentaux, il me semble dangereux de les associer aux « puissants » car ces féministes font, pour la plupart, elles-mêmes les frais des politiques rétrogrades de la part « des dirigeants phallocrates, kléptocrates, autocrates, nécrocrates et mangeocrates »[16] des pays où elles s’expriment. Les fustiger à part égale avec leurs propres dominants les place en ennemies principales d’une « Afrique pillée, appauvrie, etc. », ce qui est paradoxal car soutient les politiques inégalitaires des mêmes types de dirigeants en Afrique (qui pour la plupart ont été formés en Occident).

Au final, dans le débat de certains concepts ou conceptions (néolibéralisme, féminisme, etc.), il semble essentiel de prendre le soin de les qualifier et de les situer (classe, race, sexe) dans leurs contextes respectifs[17]. Emprunter une telle démarche permet d’intégrer un processus d’ouverture épistémique, c’est-à-dire un élargissement de la définition de ce qui fait science, connaissance et savoir[18]. Elle permet de se « positionner »[19] de façon constructive.

ISOLER LES RÔLES SOCIAUX DES FEMMES DE LEUR « ESSENCE » BIOLOGIQUE

Un peu plus loin dans son hommage, Awazi-Mbambi-Kungua reconnaît « les femmes africaines » comme « actrices de la seconde indépendance de l’Afrique » au titre qu’elles occupent « l’espace politique et social » – « travaux agricoles, l’entretien des rues […] et constitution des micro-crédits », tout en les essentialisant, c’est-à-dire en les renvoyant à leur seul rôle de re-productrice d’enfants : « La femme, parce qu’elle porte les enfants pendant neuf fois dans son corps et les accouche dans le monde tout en continuant à les protéger et à en prendre soin jusqu’à l’âge adulte, souffre doublement des ravages de la crise chronique qui gangrène les sociétés africaines postcoloniales ».

Cette posture peut également s’avérer contreproductive car, en particulier en Afrique, elle épouse le « choix du modèle libéral par les élites noires au pouvoir »[20]. Avec ce paradigme, les femmes de toutes classes et de toutes races « restent principalement considérées comme en charge du renouvellement (démographique) de la Nation »[21]. Dans un contexte d’accélération, d’excès et de surenchère de la mondialisation, cette vision « complexifie la situation des femmes noires, de fait plus touchées par la pauvreté, par les violences, par l’accélération de la gestion de l’urgence »[22] car elles continuent à jouer le rôle qui leur était attribué pendant la période coloniale. La mondialisation favorise non seulement « le renforcement de l’aliénation économique des femmes mais aussi l’occidentalisation des pensées qui rend les femmes de la base subalternes : ces femmes ne sont pas considérées comme des actrices du développement, porteuses de savoirs propres »[23].

S’APPUYER SUR LES SAVOIRS DU « CARE » POUR INVENTER UN NOUVEAU « LEADERSHIP »

À la fin de son texte, Awazi-Mbambi-Kungua appelle « les femmes du continent africain » à « promouvoir au sein du Cerclecad un vrai leadership féminin basé et façonné par un vrai travail en profondeur d’intelligence, d’auscultation politique et éthique des sociétés bloquées de la postcolonie et d’imagination et de créativité dans la prise en charge quotidienne du vivre ensemble ». Selon l’intellectuel congolais, « cette nouvelle culture de la gestion avisée du pouvoir politique et des affaires domestiques et économiques des sociétés africaines » ne peut se faire qu’en « se dotant de puissants outils théoriques, théorétiques et pratiques ». Autant convaincu que l’intellectuelle malienne, il affirme que les « stratégies purement alimentaires, sexuelles et domestiques ne suffiront certainement pas à faire advenir et surgir ce nouveau leadership féminin dans les communautés africaines ».

Cet appel me semble contradictoire avec l’analyse précédente reconnaissant « les femmes africaines » en tant que principales actrices de « l’espace politique et social » (éducation, nutrition, santé, incluant caisses d’épargnes, mutuelles, contestation…) car, parmi elles, beaucoup et en particulier les femmes de la base[24], ont à leur actif des savoirs qui leur sont propres, liés à ce rôle de « care »[25]. Néanmoins, comme elles n’ont globalement et socialement/structurellement pas la parole, ces savoirs « non savants » restent inconnus. Aussi, si un « leadership » était nécessaire, autant dire qu’il existe déjà mais qu’il est globalement rendu invisible, notamment par la colonialité. Par exemple, il aura fallu attendre 24 ans après la création de la démocratie sud-africaine, pour qu’une manifestation menée par différentes organisations de femmes ait lieu le 1er août 2018 devant le siège du gouvernement contre les violences sexuelles endogènes du pays. Cet événement a donné lieu le 1er novembre suivant au premier sommet national consacré aux violences sexistes et aux féminicides, au cours duquel le président Cyril Ramaphosa a dû prendre position. L’opération #TheTotalShutdown a ainsi permis aux femmes principales victimes de viols et de féminicides, et par voie de conséquence « expertes » de la question, d’interroger les violences en situation post-coloniale[26].

D’un point de vue méthodologique, il ne s’agit alors pas tant d’emprunter les voies de « représentation » ou de « légitimation » imposées par les modèles de « leadership masculin » ou anciennement par la colonisation et aujourd’hui par l’occidentalisation (qui renforcent cette invisibilisation et qui se rapportent directement aux violences épistémiques de la mondialisation) que de créer d’autres modes/formules/méthodes pour que les savoirs non savants des femmes africaines expertes de la survie quotidienne émergent. Des expériences allant dans ce sens existent déjà en Afrique. J’avais notamment pu les observer en Afrique du Sud[27] et en Afrique de l’Ouest[28].

S’ORIENTER VERS UNE NOUVELLE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA MONDIALISATION

Une critique des effets de la mondialisation en Afrique contemporaine mérite qu’on s’attarde à ces initiatives. Dépasser les frontières économiques, sortir de la binarité Nord/Sud (préférer les références centre, périphérie), contextualiser et historiciser le continent africain au prisme de la colonialité, éviter les homogénéisations tant géographiques qu’idéologiques, investir l’analyse des violences épistémiques et des contestations, alternatives ou réponses auxquelles elles donnent lieu, s’imposent ainsi dans la lutte contre le capitalisme mondialisé et occidentalisé dont les populations d’Afrique font les frais.

Joelle Palmieri
15 novembre 2018

BIBLIOGRAPHIE

Awazi Mbambi Kungua Benoît, « Chap II. Hommage intellectuel à Madame Aminata Traoré : Une figure emblématique de l’altermondialisation en Afrique subsaharienne », Afroscopie III/2013 (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), Ottawa-Paris : Le Cerclecad-Harmattan, 2013, 260 p., p. 25-36.

Diaw Aminata, « Nouveaux contours de l’espace public en Afrique », Diogène, 2/2004 (n° 206), p. 37-46.

Grosfoguel Ramón, « Les implications des altérités épistémiques dans la redéfinition du capitalisme global – Transmodernité, pensée frontalière et colonialité globale », Multitudes, III (26), Mineure : Empire et « colonialité du pouvoir », 2006, p. 51-74.

Harding Sandra (dir.), The Feminist Standpoint Theory Reader, New York et Londres : Routledge, 2004.

Harding Sandra, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, New York : Cornell University Press, Ithaca, 1991, 336 p.

McFadden Patricia, African Feminism at the intersection with Globalization: critiquing the past, crafting the future, contribution donnée à l’Université d’Oslo en Norvège en juin 2005.

Mottin-Sylla Marie-Hélène et Palmieri Joelle, Excision : les jeunes changent l’Afrique avec les TIC, Dakar : CRDI Editions, mars 2009, 124 p.

Palmieri Joelle, « Afrique du Sud : le traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique », à paraître dans : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), L’inexistence de l’État en Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices,  Afroscopie IX/2019, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), Ottawa-Paris : Le Cerclecad-Harmattan, 2019.

Palmieri Joelle, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VIII, « Philosophies africaines : études postcoloniales et mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques », Paris : L’Harmattan, 2018, 716 p., pp. 453-478, https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2018/03/joc3ablle-palmieri_contrib_030417c_ff.pdf, consulté le 15 novembre 2018.

Palmieri Joelle, « Afrique du Sud : des savoirs en résistance », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VII, « La Chine et l’Inde en Afrique », Paris : L’Harmattan, février 2017, 492 p., pp. 119-134, https://joellepalmieri.wordpress.com/2012/12/21/afrique-du-sud-des-savoirs-de-femmes-en-resistance/, consulté le 15 novembre 2018.

Palmieri Joelle, « Société numérique colonialitaire : les TIC analysées selon une posture féministe », Revue Labrys, « Etudes féministes », juillet/décembre 2015, http://www.labrys.net.br/labrys28/recherche/joelle.htm, consulté le 10 novembre 2018.

Palmieri Joelle, « La pensée critique française a-t-elle disparu ? », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie V, « Les intellectuels africains au Canada », Paris : L’Harmattan, mars 2015, 390 p., pp. 23-38.

Sow Fatou, « Les femmes, le sexe de l’État et les enjeux du politique : l’exemple de la régionalisation au Sénégal », in Catherine Coquery, ‪Femmes d’Afrique, Numéro 6, ‪Toulouse : Presses Univ. du Mirail, 1997, 297 p., p. 127-144.

Traoré Aminata et M’Dela-Mounier Nathalie, L’Afrique mutilée, Bamako : Taama Éditions, mai 2012.

Wallerstein Immanuel, Impenser la science sociale. Pour sortir du XIXe siècle, Paris : Puf, 1995, 320 p. (« Pratiques théoriques ») [1e éd., Unthinking Social Science. The limits of Nineteenth-Century Paradigms, Polity Press, 1991].

 

 

[1] Benoît Awazi Mbambi Kungua, « Chap II. Hommage intellectuel à Madame Aminata Traoré : Une figure emblématique de l’altermondialisation en Afrique subsaharienne », Afroscopie III/2013 (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), Ottawa-Paris : Le Cerclecad-Harmattan, 2013, 260 p., p. 25-36, http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=39279&razSqlClone=1.

[2] Aminata Traoré et Nathalie M’Dela-Mounier, L’Afrique mutilée, Bamako : Taama Éditions, mai 2012.

[3] L’usage du tiret dans le terme « post-colonial » permet de qualifier un contexte, qui se situe après la colonisation. Selon Ramón Grosfoguel, les « modèles de pouvoir » instaurés par la colonisation n’auraient pas changé (Ramón Grosfoguel, « Les implications des altérités épistémiques dans la redéfinition du capitalisme global – Transmodernité, pensée frontalière et colonialité globale », Multitudes, III (26), Mineure : Empire et « colonialité du pouvoir », 2006, p. 51-74, pp. 61). La décolonisation ne serait qu’un mythe, à l’origine d’un deuxième mythe, le monde « postcolonial » (sans tiret) (Ibid., p. 60-61), selon lui dicté par les États-Unis et soutenu par les institutions financières internationales (BM, FMI, OMC), le Pentagone et l’OTAN (Joelle Palmieri, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VIII, « Philosophies africaines : études postcoloniales et mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques », Paris : L’Harmattan, 2018, 716 p., pp. 453-478).

[4] Ibid., p. 454-474.

[5] Selon la théorie de la dépendance, les sociétés du tiers-monde (ou la périphérie), dépendent structurellement de puissances capitalistes occidentales (le centre). Dans ses thèses du « système-monde », Immanuel Wallerstein différencie le centre de la périphérie en définissant une construction sociale et économique déséquilibrée, mobilisant des acteurs agissant à différents niveaux (nations, entreprises, familles, classes, groupes identitaires…), qui n’est pas figée dans le temps ni l’espace. Cet échange inégalitaire imposé par le centre assure l’auto-reproduction de la dépendance de la périphérie (Immanuel Wallerstein, Impenser la science sociale. Pour sortir du XIXe siècle, Paris : Puf, 1995, 320 p. (« Pratiques théoriques ») [1e éd., Unthinking Social Science. The limits of Nineteenth-Century Paradigms, Polity Press, 1991]).

[6] L’adjectif « colonialitaire » qualifie ce qui se rapporte à la colonialité et non à une situation coloniale spécifiquement. L’adjectif « colonialitaire » n’enlève rien à la coexistence du caractère néocolonial des politiques menées par les États et ne qualifie pas les modes de production capitalistes, mais plutôt les héritages et reproductions contemporaines des histoires coloniales, qui ne sont pas directement le produit du mode de production capitaliste mais le nourrissent.

[7] Joelle Palmieri, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », op.cit., pp. 459-470.

[8] Ibid, pp. 469-474.

[9] Aminata Diaw, « Nouveaux contours de l’espace public en Afrique », Diogène, 2/2004 (n° 206), p. 37-46, pp. 37.

[10] Ibid.

[11] Joelle Palmieri, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », op.cit., pp. 469-474.

[12] Marie-Hélène Mottin-Sylla et Joelle Palmieri, Excision : les jeunes changent l’Afrique avec les TIC, Dakar : CRDI Editions, mars 2009, 124 p.

[13] Fatou Sow, « Les femmes, le sexe de l’État et les enjeux du politique : l’exemple de la régionalisation au Sénégal », in Catherine Coquery, ‪Femmes d’Afrique, Numéro 6, ‪Toulouse : Presses Univ. du Mirail, 1997, 297 p., p. 127-144, pp. 141.

[14] Patricia McFadden, African Feminism at the intersection with Globalization: critiquing the past, crafting the future, contribution donnée à l’Université d’Oslo en Norvège en juin 2005.

[15] Ibid.

[16] Benoît Awazi Mbambi Kungua, « Chap II. Hommage intellectuel à Madame Aminata Traoré : Une figure emblématique de l’altermondialisation en Afrique subsaharienne », op.cit.

[17] Sandra Harding (dir.) The Feminist Standpoint Theory Reader, New York et Londres : Routledge, 2004.

[18] Joelle Palmieri, « La pensée critique française a-t-elle disparu ? », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie V, « Les intellectuels africains au Canada », Paris : L’Harmattan, mars 2015, 390 p., pp. 23-38.

[19] Sandra Harding, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, New York : Cornell University Press, Ithaca, 1991, 336 p., pp. 156.

[20] Joelle Palmieri, « Afrique du Sud : des savoirs en résistance », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VII, « La Chine et l’Inde en Afrique », Paris : L’Harmattan, février 2017, 492 p., pp. 119-134.

[21] Ibid., pp. 121-125.

[22] ibid., pp. 128-131.

[23] ibid., pp. 127-131.

[24] À plusieurs reprises dans le texte, le terme « base » est utilisé afin de définir les personnes, hommes ou femmes, pauvres, en milieu rural ou urbain.

[25] Ibid., pp. 125-131.

[26] Concernant les violences en Afrique du Sud, voir, lire mon article, Joelle Palmieri, « Afrique du Sud : le traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique », à paraître dans : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), L’inexistence de l’État en Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices,  Afroscopie IX/2019, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2019.

[27] Joelle Palmieri, « Afrique du Sud : des savoirs en résistance », op.cit., pp. 127-131.

[28] Joelle Palmieri, « Société numérique colonialitaire : les TIC analysées selon une posture féministe », Revue Labrys, « Etudes féministes », juillet/décembre 2015, http://www.labrys.net.br/labrys28/recherche/joelle.htm, consulté le 10 novembre 2018.

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Times; panose-1:2 0 5 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} @font-face {font-family: »MS 明朝 »; mso-font-charset:78; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1791491579 18 0 131231 0;} @font-face {font-family: »MS ゴシック »; mso-font-charset:78; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1791491579 18 0 131231 0;} @font-face {font-family: »MS ゴシック »; mso-font-charset:78; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870145 1791491579 18 0 131231 0;} @font-face {font-family:Calibri; panose-1:2 15 5 2 2 2 4 3 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-520092929 1073786111 9 0 415 0;} @font-face {font-family: »Lucida Sans Unicode »; panose-1:2 11 6 2 3 5 4 2 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-2147480833 14699 0 0 191 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent: » »; margin-top:0cm; margin-right:0cm; margin-bottom:10.0pt; margin-left:0cm; text-align:justify; text-justify:inter-ideograph; line-height:150%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:Calibri; mso-fareast-font-family: »MS 明朝 »; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-ansi-language:FR; mso-fareast-language:JA;} h1 {mso-style-priority:9; mso-style-unhide:no; mso-style-qformat:yes; mso-style-link: »Titre 1 Car »; mso-style-next:Normal; margin-top:24.0pt; margin-right:0cm; margin-bottom:0cm; margin-left:0cm; margin-bottom:.0001pt; text-align:justify; text-justify:inter-ideograph; line-height:150%; mso-pagination:widow-orphan lines-together; page-break-after:avoid; mso-outline-level:1; font-size:16.0pt; font-family:Calibri; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:major-latin; mso-fareast-font-family: »MS ゴシック »; mso-fareast-theme-font:major-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:major-latin; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »; mso-bidi-theme-font:major-bidi; color:#345A8A; mso-themecolor:accent1; mso-themeshade:181; mso-font-kerning:0pt; mso-ansi-language:FR; mso-fareast-language:JA;} span.Titre1Car {mso-style-name: »Titre 1 Car »; mso-style-priority:9; mso-style-unhide:no; mso-style-locked:yes; mso-style-link: »Titre 1″; mso-ansi-font-size:16.0pt; mso-bidi-font-size:16.0pt; font-family:Calibri; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:major-latin; mso-fareast-font-family: »MS ゴシック »; mso-fareast-theme-font:major-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:major-latin; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »; mso-bidi-theme-font:major-bidi; color:#345A8A; mso-themecolor:accent1; mso-themeshade:181; font-weight:bold;} .MsoChpDefault {mso-style-type:export-only; mso-default-props:yes; font-family:Cambria; mso-ascii-font-family:Cambria; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family: »MS 明朝 »; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Cambria; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family: »Times New Roman »; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-ansi-language:FR; mso-fareast-language:JA;} .MsoPapDefault {mso-style-type:export-only; margin-bottom:10.0pt;} @page WordSection1 {size:680.0pt 793.0pt; margin:2.0cm 2.0cm 2.0cm 2.0cm; mso-header-margin:35.45pt; mso-footer-margin:35.45pt; mso-paper-source:0;} div.WordSection1 {page:WordSection1;} –>

Dépasser le « mirage néocolonial » et créer une nouvelle épistémologie de la mondialisation

à paraître dans : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), L’inexistence de l’État en Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices,  Afroscopie IX/2019, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), Ottawa-Paris : Le Cerclecad-Harmattan, 2019.

Critique du néolibéralisme, d’une mondialisation « esclavagiste » qui « mutile » l’Afrique, « du féminisme du Nord libéral », tels sont les axes forts de l’article de Benoît Awazi Mbambi Kungua sur une intervention d’Aminata Traoré faisant suite à la publication de son ouvrage « L’Afrique mutilée ». L’ensemble de ces concepts demande toutefois contextualisation, historicisation. De la même manière qu’il est réducteur d’associer la mondialisation au seul néolibéralisme, les tenants des politiques qui en découlent et les militantes du « féminisme du Nord », ou encore d’amalgamer les pays Africains ou les différents féminismes, il est périlleux d’essentialiser les rôles sociaux des femmes, prises dans leur ensemble, tout en ne reconnaissant pas les savoirs qu’ils créent, à savoir un « leadership » épousant des formes éloignées des modèles masculin ou colonial. En décortiquant point par point les concepts mobilisés dans ces trois textes, cette note de lecture en propose une analyse critique visant une ouverture épistémique. 

 

En 2013, Benoît Awazi Mbambi Kungua publiait dans le troisième numéro de la revue Afroscopie[1] un article en hommage à Aminata Traoré. Ce texte faisait écho à l’intervention de la militante altermondialiste malienne en mai 2012 à Gatineau au Canada, dans le cadre de la cérémonie de lancement de « l’Institut Per-aâ n Imhotep – Une Afrique décomplexée » et de la sortie de son livre « L’Afrique mutilée »[2]. L’ambition de l’hommage est dans le titre : « Une déconstruction féminine et africaine du mirage néolibéral : De la nécessité d’une rupture épistémologique radicale avec la mondialisation esclavagiste ».

En effet, en tant que philosophe et théologien, président du Centre de Recherches Pluridisciplinaires sur les Communautés d’Afrique noire et des diasporas (Cerclecad), Awazi-Mbambi-Kungua entend participer à la « reconstruction des sociétés viables et solidaires en Afrique ». Selon l’auteur, ce processus demande « une “rupture épistémologique et axiologique” avec le système capitaliste cannibale et nécropolitique qui cause des morts des milliers de personnes partout dans le monde ». Comme Aminata Traoré, il critique, à ce titre, « la mondialisation néolibérale » et ses impacts « nocifs » en « Afrique [et] dans les nombreuses diasporas africaines d’Europe et d’Amérique du Nord », notamment en matière de gestion de la survie.

ELARGIR LA CRITIQUE DE LA MONDIALISATION

Le philosophe fait dans un premier temps le lien entre le néolibéralisme et l’historicisation de l’esclavagisme et du colonialisme, notamment en Haïti, où « la traite des Noirs et leur réduction à l’esclavage durant quatre siècles dans les Antilles et les Amériques, avant la colonisation militaire directe […] consistait à ponctionner directement (in situ) les matières premières indispensables au fonctionnement des usines européennes ». Il décrit également la « période postcoloniale », comme faisant suite à « l’esclavage, la colonisation et [aux] magouilles néocoloniales de la Françafrique », se caractérisant par des « discriminations sociales et professionnelles ».

La critique du néolibéralisme que fait Awazi-Mbambi-Kungua en s’appuyant sur les écrits de Traoré me paraît fort pertinente et « adaptée » à la réalité contemporaine de l’Afrique. Cette analyse se limite néanmoins, par l’angle choisi et sa cible – le néolibéralisme – au champ économique et ses instruments les plus brutaux : PAS, dette, etc. Pourtant, la « période post-coloniale »[3] qui caractérise l’Afrique se distingue davantage par une mondialisation qui « ne s’arrête pas aux frontières économiques telles que la compréhension des politiques néolibérales pourrait le laisser entendre » [4]. Aussi, il apparaît que ces textes, celui de Awazi-Mbambi-Kungua et ceux de Traoré, réduisent la définition du capitalisme contemporain et n’analysent pas ses réels pendants violents, notamment en contexte de mondialisation. Cette mondialisation est d’une part occidentalisée et connaît d’autre part des impacts négatifs au-delà de l’économique : socio-politique, géographique, et surtout épistémique (hiérarchisé de savoirs)… Elle « est à l’origine de nouvelles formes de violence, banalisées par les États du centre ou de la périphérie[5] et connaît de forts impacts colonialitaires[6], c’est-à-dire qu’elle reproduit l’imbrication des rapports de domination produits par le patriarcat et l’occidentalisation, dans le cadre du capitalisme mondialisé, et en produit de nouveaux, le tout de façon accélérée, en surenchère et dans l’excès, et à tous les niveaux, ceux des États, du secteur privé et des populations »[7].

CONTEXTUALISER ET HISTORICISER LE POUVOIR/VIOLENCE

Dans un deuxième temps, Benoît Awazi Mbambi Kungua interroge la responsabilité des « élites intellectuelles et politiques africaines » dans la non-transformation d’un modèle de développement aliénant qui inhibe l’humanisme au profit du libéralisme. Il invoque « l’Ubuntu (Humanité irréductible et non monnayable de tout être humain, quels que soient sa race, sa culture, son sexe et sa classe sociale) » en tant que « nouvelle matrice énergétique, compassionnelle et éthique dans laquelle les sociétés africaines devraient construire leurs propres modalités de gouvernement politique ».

Homogénéiser l’Afrique comporte des risques que j’avais déjà eu l’occasion de mentionner[8]. Je m’appuyais notamment sur les analyses d’Aminata Diaw qui pense que cette homogénéisation est le produit des projections de certains penseurs du centre ou de la périphérie[9]. La philosophe sénégalaise insiste sur la complexité et les singularités des humanismes du continent, des États « ayant de moins en moins de maîtrise sur [leur] espace »[10], sur la disqualification des institutions et du mécanisme institutionnel pour interroger le pouvoir politique, consubstantielle à la violence[11]. « Les » humanismes en Afrique – avec un « s » – sont bien inhibés par la mondialisation, qui ne se caractérise pas uniquement par son néolibéralisme, et leurs constructions demandent une déconstruction, dans chaque contexte, du couple pouvoir/violence.

DÉCONSTRUIRE LA BINARITÉ NORD/SUD ET LES REPRÉSENTATIONS DES FÉMINISMES

Dans un troisième temps, Awazi-Mbambi-Kungua appelle les « Africains » à un « long travail d’accouchement de nouvelles voies théoriques, énergétiques et pratiques de la Renaissance africaine ». Le mot « accouchement » est utilisé à escient comme grille de lecture des ouvrage et contribution d’Aminata Traoré qui proposent, selon lui, une « lecture bouleversante, féminine, maternelle et matricielle de la crise africaine postcoloniale exacerbée par la mondialisation marchande ». Ajustements structurels, endettement, sont alors décrits comme autant d’appareils d’appauvrissement des populations mais surtout, souligne l’auteur, des femmes qui sont « les premières victimes de la mondialisation du capitalisme militaire et marchand en Afrique, car elles sont mutilées et violées par les bandes armées, sans foi ni loi ». Il reprend alors à son compte les termes du livre de Traoré qui met en opposition « l’excision économique que les pays africains subissent » avec le fort intérêt porté par « les puissances détentrices des droits de l’homme » et par « le féminisme du Nord pétri de la doxa néolibérale fangeuse » sur les mutilations génitales féminines (MGF) ou les viols. Volontairement, Aminata Traoré, et dans son sillon Benoît Awazi Mbambi Kungua, comparent le continent africain, dont les matières premières sont décrites comme uniquement pillées par les entreprises du Nord, à une femme « violée, mutilée » et les mettent en concurrence. Les femmes africaines victimes attireraient davantage l’attention des décideurs occidentaux que le « pillage du continent ». Ensemble, ils déplorent une « inaudibilité » des voix des femmes africaines, qui seraient ignorées par les « thèses féministes et libérales ».

Cette cristallisation sur les effets néfastes du « féminisme du Nord » est au même titre que la vision du « continent africain » homogénéisante et contreproductive. Nourrir cet amalgame – il n’existerait qu’un seul féminisme au Nord, de surcroît libéral – fait le jeu des États colonialitaires car limite l’étendue des analyses, pratiques et contestations produites. Pourtant, dans chaque contexte, y compris dans les pays occidentaux, les féministes ne sont pas nécessairement unies : par exemple, les militantes dans les mouvements sociaux peuvent être éloignées de celles des organisations ou d’autres initiatives « genre » institutionnalisées, notamment portées par les bailleurs et des « mécanismes nationaux d’intégration du genre ». D’autres travaillent sur le genre, sur l’égalité hommes/femmes, sur les droits des femmes, sans pour autant se reconnaître dans la théorie ou le mouvement féministes, voire en se revendiquant antiféministes. D’autres encore prônent l’action radicale, directe. Certaines se disent sans voix, sans espaces, sans lieux d’expression, alors qu’elles vivent des oppressions multiples, y compris au sein de leur genre.

Ce type de différences ou divergences est fréquemment occulté ou souvent traité à la marge, y compris du point de vue scientifique. Le débat pointant l’absence de consensus est marginalisé, considéré comme futile ou même dangereux pour la lutte des droits des femmes et plus encore pour la lutte contre l’ensemble des rapports de domination.

Dans la même logique, isoler un « féminisme du Nord » consiste à l’opposer à l’existence de féminismes au « Sud » ou encore à les nier. Caractérisés par les mêmes nuances et singularités que le/les premiers, ces derniers « féminismes » sont tant à l’origine de contestations (notamment contre les MGF)[12] que l’objet d’études approfondies. Par exemple, Fatou Sow souligne les obstacles rencontrés par les organisations de femmes africaines : « une bonne part des discours culturels et religieux contemporains sont des discours d’empêchement et d’enfermement des femmes, de leur soumission à un ordre culturel et religieux qu’aucun homme ne s’impose »[13]. De son côté Patricia McFadden nuance l’usage du concept de genre et souligne la nécessité de ne pas le réduire à la nécessaire mais simple question de l’égalité des droits entre hommes et femmes, souvent brandie comme alibi intellectuel. La directrice du Centre d’études féministes à Harare au Zimbabwe affirme que « L’analyse féministe radicale […] suppose une capacité critique et profondément transformatrice à révéler de nouveaux sens et signification de l’identité en termes de féminité et masculinité, jeunesse et aînesse, citoyenneté et identité/orientation sexuelle, situation des zones urbaines et rurales et intersections avec les notions d’authenticité et de modernité, race et privilège, contestation dans l’espace et nationalité, et même définition du présent et du futur » [14]. La sociologue zimbabwéenne considère le genre comme un outil analytique afin de définir une citoyenneté féministe en lieu et place d’un paradigme qu’elle juge conservateur et dépolitisant, celui de genre et développement. Par ailleurs, elle insiste sur l’urgence d’intervenir contre « l’hégémonie raciale et de classe »[15], qui oriente les ordres du jour féministes, en les restreignant à une portion réduite de la transformation sociale.

Une analyse critique et réflexive de l’ensemble des clivages qui traversent les mouvements et théorie féministes devient ainsi nécessaire afin que ses concepts et stratégies puissent faire changement social et dépasser le contexte d’inégalités et de rapports de pouvoir qui régissent les relations sociales partout dans le monde. En particulier, même si de nombreuses questions peuvent être adressées à certains courants féministes occidentaux, il me semble dangereux de les associer aux « puissants » car ces féministes font, pour la plupart, elles-mêmes les frais des politiques rétrogrades de la part « des dirigeants phallocrates, kléptocrates, autocrates, nécrocrates et mangeocrates »[16] des pays où elles s’expriment. Les fustiger à part égale avec leurs propres dominants les place en ennemies principales d’une « Afrique pillée, appauvrie, etc. », ce qui est paradoxal car soutient les politiques inégalitaires des mêmes types de dirigeants en Afrique (qui pour la plupart ont été formés en Occident).

Au final, dans le débat de certains concepts ou conceptions (néolibéralisme, féminisme, etc.), il semble essentiel de prendre le soin de les qualifier et de les situer (classe, race, sexe) dans leurs contextes respectifs[17]. Emprunter une telle démarche permet d’intégrer un processus d’ouverture épistémique, c’est-à-dire un élargissement de la définition de ce qui fait science, connaissance et savoir[18]. Elle permet de se « positionner »[19] de façon constructive.

ISOLER LES RÔLES SOCIAUX DES FEMMES DE LEUR « ESSENCE » BIOLOGIQUE

Un peu plus loin dans son hommage, Awazi-Mbambi-Kungua reconnaît « les femmes africaines » comme « actrices de la seconde indépendance de l’Afrique » au titre qu’elles occupent « l’espace politique et social » – « travaux agricoles, l’entretien des rues […] et constitution des micro-crédits », tout en les essentialisant, c’est-à-dire en les renvoyant à leur seul rôle de re-productrice d’enfants : « La femme, parce qu’elle porte les enfants pendant neuf fois dans son corps et les accouche dans le monde tout en continuant à les protéger et à en prendre soin jusqu’à l’âge adulte, souffre doublement des ravages de la crise chronique qui gangrène les sociétés africaines postcoloniales ».

Cette posture peut également s’avérer contreproductive car, en particulier en Afrique, elle épouse le « choix du modèle libéral par les élites noires au pouvoir »[20]. Avec ce paradigme, les femmes de toutes classes et de toutes races « restent principalement considérées comme en charge du renouvellement (démographique) de la Nation »[21]. Dans un contexte d’accélération, d’excès et de surenchère de la mondialisation, cette vision « complexifie la situation des femmes noires, de fait plus touchées par la pauvreté, par les violences, par l’accélération de la gestion de l’urgence »[22] car elles continuent à jouer le rôle qui leur était attribué pendant la période coloniale. La mondialisation favorise non seulement « le renforcement de l’aliénation économique des femmes mais aussi l’occidentalisation des pensées qui rend les femmes de la base subalternes : ces femmes ne sont pas considérées comme des actrices du développement, porteuses de savoirs propres »[23].

S’APPUYER SUR LES SAVOIRS DU « CARE » POUR INVENTER UN NOUVEAU « LEADERSHIP »

À la fin de son texte, Awazi-Mbambi-Kungua appelle « les femmes du continent africain » à « promouvoir au sein du Cerclecad un vrai leadership féminin basé et façonné par un vrai travail en profondeur d’intelligence, d’auscultation politique et éthique des sociétés bloquées de la postcolonie et d’imagination et de créativité dans la prise en charge quotidienne du vivre ensemble ». Selon l’intellectuel congolais, « cette nouvelle culture de la gestion avisée du pouvoir politique et des affaires domestiques et économiques des sociétés africaines » ne peut se faire qu’en « se dotant de puissants outils théoriques, théorétiques et pratiques ». Autant convaincu que l’intellectuelle malienne, il affirme que les « stratégies purement alimentaires, sexuelles et domestiques ne suffiront certainement pas à faire advenir et surgir ce nouveau leadership féminin dans les communautés africaines ».

Cet appel me semble contradictoire avec l’analyse précédente reconnaissant « les femmes africaines » en tant que principales actrices de « l’espace politique et social » (éducation, nutrition, santé, incluant caisses d’épargnes, mutuelles, contestation…) car, parmi elles, beaucoup et en particulier les femmes de la base[24], ont à leur actif des savoirs qui leur sont propres, liés à ce rôle de « care »[25]. Néanmoins, comme elles n’ont globalement et socialement/structurellement pas la parole, ces savoirs « non savants » restent inconnus. Aussi, si un « leadership » était nécessaire, autant dire qu’il existe déjà mais qu’il est globalement rendu invisible, notamment par la colonialité. Par exemple, il aura fallu attendre 24 ans après la création de la démocratie sud-africaine, pour qu’une manifestation menée par différentes organisations de femmes ait lieu le 1er août 2018 devant le siège du gouvernement contre les violences sexuelles endogènes du pays. Cet événement a donné lieu le 1er novembre suivant au premier sommet national consacré aux violences sexistes et aux féminicides, au cours duquel le président Cyril Ramaphosa a dû prendre position. L’opération #TheTotalShutdown a ainsi permis aux femmes principales victimes de viols et de féminicides, et par voie de conséquence « expertes » de la question, d’interroger les violences en situation post-coloniale[26].

D’un point de vue méthodologique, il ne s’agit alors pas tant d’emprunter les voies de « représentation » ou de « légitimation » imposées par les modèles de « leadership masculin » ou anciennement par la colonisation et aujourd’hui par l’occidentalisation (qui renforcent cette invisibilisation et qui se rapportent directement aux violences épistémiques de la mondialisation) que de créer d’autres modes/formules/méthodes pour que les savoirs non savants des femmes africaines expertes de la survie quotidienne émergent. Des expériences allant dans ce sens existent déjà en Afrique. J’avais notamment pu les observer en Afrique du Sud[27] et en Afrique de l’Ouest[28].

S’ORIENTER VERS UNE NOUVELLE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA MONDIALISATION

Une critique des effets de la mondialisation en Afrique contemporaine mérite qu’on s’attarde à ces initiatives. Dépasser les frontières économiques, sortir de la binarité Nord/Sud (préférer les références centre, périphérie), contextualiser et historiciser le continent africain au prisme de la colonialité, éviter les homogénéisations tant géographiques qu’idéologiques, investir l’analyse des violences épistémiques et des contestations, alternatives ou réponses auxquelles elles donnent lieu, s’imposent ainsi dans la lutte contre le capitalisme mondialisé et occidentalisé dont les populations d’Afrique font les frais.

Joelle Palmieri

15 novembre 2018

BIBLIOGRAPHIE

Awazi Mbambi Kungua Benoît, « Chap II. Hommage intellectuel à Madame Aminata Traoré : Une figure emblématique de l’altermondialisation en Afrique subsaharienne », Afroscopie III/2013 (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), Ottawa-Paris : Le Cerclecad-Harmattan, 2013, 260 p., p. 25-36.

Diaw Aminata, « Nouveaux contours de l’espace public en Afrique », Diogène, 2/2004 (n° 206), p. 37-46.

Grosfoguel Ramón, « Les implications des altérités épistémiques dans la redéfinition du capitalisme global – Transmodernité, pensée frontalière et colonialité globale », Multitudes, III (26), Mineure : Empire et « colonialité du pouvoir », 2006, p. 51-74.

Harding Sandra (dir.), The Feminist Standpoint Theory Reader, New York et Londres : Routledge, 2004.

Harding Sandra, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, New York : Cornell University Press, Ithaca, 1991, 336 p.

McFadden Patricia, African Feminism at the intersection with Globalization: critiquing the past, crafting the future, contribution donnée à l’Université d’Oslo en Norvège en juin 2005.

Mottin-Sylla Marie-Hélène et Palmieri Joelle, Excision : les jeunes changent l’Afrique avec les TIC, Dakar : CRDI Editions, mars 2009, 124 p.

Palmieri Joelle, « Afrique du Sud : le traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique », à paraître dans : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), L’inexistence de l’État en Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices,  Afroscopie IX/2019, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), Ottawa-Paris : Le Cerclecad-Harmattan, 2019.

Palmieri Joelle, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VIII, « Philosophies africaines : études postcoloniales et mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques », Paris : L’Harmattan, 2018, 716 p., pp. 453-478, https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2018/03/joc3ablle-palmieri_contrib_030417c_ff.pdf, consulté le 15 novembre 2018.

Palmieri Joelle, « Afrique du Sud : des savoirs en résistance », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VII, « La Chine et l’Inde en Afrique », Paris : L’Harmattan, février 2017, 492 p., pp. 119-134, https://joellepalmieri.wordpress.com/2012/12/21/afrique-du-sud-des-savoirs-de-femmes-en-resistance/, consulté le 15 novembre 2018.

Palmieri Joelle, « Société numérique colonialitaire : les TIC analysées selon une posture féministe », Revue Labrys, « Etudes féministes », juillet/décembre 2015, http://www.labrys.net.br/labrys28/recherche/joelle.htm, consulté le 10 novembre 2018.

Palmieri Joelle, « La pensée critique française a-t-elle disparu ? », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie V, « Les intellectuels africains au Canada », Paris : L’Harmattan, mars 2015, 390 p., pp. 23-38.

Sow Fatou, « Les femmes, le sexe de l’État et les enjeux du politique : l’exemple de la régionalisation au Sénégal », in Catherine Coquery, ‪Femmes d’Afrique, Numéro 6, ‪Toulouse : Presses Univ. du Mirail, 1997, 297 p., p. 127-144.

Traoré Aminata et M’Dela-Mounier Nathalie, L’Afrique mutilée, Bamako : Taama Éditions, mai 2012.

Wallerstein Immanuel, Impenser la science sociale. Pour sortir du XIXe siècle, Paris : Puf, 1995, 320 p. (« Pratiques théoriques ») [1e éd., Unthinking Social Science. The limits of Nineteenth-Century Paradigms, Polity Press, 1991].

[1] Benoît Awazi Mbambi Kungua, « Chap II. Hommage intellectuel à Madame Aminata Traoré : Une figure emblématique de l’altermondialisation en Afrique subsaharienne », Afroscopie III/2013 (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), Ottawa-Paris : Le Cerclecad-Harmattan, 2013, 260 p., p. 25-36, http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=39279&razSqlClone=1.

[2] Aminata Traoré et Nathalie M’Dela-Mounier, L’Afrique mutilée, Bamako : Taama Éditions, mai 2012.

[3] L’usage du tiret dans le terme « post-colonial » permet de qualifier un contexte, qui se situe après la colonisation. Selon Ramón Grosfoguel, les « modèles de pouvoir » instaurés par la colonisation n’auraient pas changé (Ramón Grosfoguel, « Les implications des altérités épistémiques dans la redéfinition du capitalisme global – Transmodernité, pensée frontalière et colonialité globale », Multitudes, III (26), Mineure : Empire et « colonialité du pouvoir », 2006, p. 51-74, pp. 61). La décolonisation ne serait qu’un mythe, à l’origine d’un deuxième mythe, le monde « postcolonial » (sans tiret) (Ibid., p. 60-61), selon lui dicté par les États-Unis et soutenu par les institutions financières internationales (BM, FMI, OMC), le Pentagone et l’OTAN (Joelle Palmieri, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VIII, « Philosophies africaines : études postcoloniales et mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques », Paris : L’Harmattan, 2018, 716 p., pp. 453-478).

[4] Ibid., p. 454-474.

[5] Selon la théorie de la dépendance, les sociétés du tiers-monde (ou la périphérie), dépendent structurellement de puissances capitalistes occidentales (le centre). Dans ses thèses du « système-monde », Immanuel Wallerstein différencie le centre de la périphérie en définissant une construction sociale et économique déséquilibrée, mobilisant des acteurs agissant à différents niveaux (nations, entreprises, familles, classes, groupes identitaires…), qui n’est pas figée dans le temps ni l’espace. Cet échange inégalitaire imposé par le centre assure l’auto-reproduction de la dépendance de la périphérie (Immanuel Wallerstein, Impenser la science sociale. Pour sortir du XIXe siècle, Paris : Puf, 1995, 320 p. (« Pratiques théoriques ») [1e éd., Unthinking Social Science. The limits of Nineteenth-Century Paradigms, Polity Press, 1991]).

[6] L’adjectif « colonialitaire » qualifie ce qui se rapporte à la colonialité et non à une situation coloniale spécifiquement. L’adjectif « colonialitaire » n’enlève rien à la coexistence du caractère néocolonial des politiques menées par les États et ne qualifie pas les modes de production capitalistes, mais plutôt les héritages et reproductions contemporaines des histoires coloniales, qui ne sont pas directement le produit du mode de production capitaliste mais le nourrissent.

[7] Joelle Palmieri, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », op.cit., pp. 459-470.

[8] Ibid, pp. 469-474.

[9] Aminata Diaw, « Nouveaux contours de l’espace public en Afrique », Diogène, 2/2004 (n° 206), p. 37-46, pp. 37.

[10] Ibid.

[11] Joelle Palmieri, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », op.cit., pp. 469-474.

[12] Marie-Hélène Mottin-Sylla et Joelle Palmieri, Excision : les jeunes changent l’Afrique avec les TIC, Dakar : CRDI Editions, mars 2009, 124 p.

[13] Fatou Sow, « Les femmes, le sexe de l’État et les enjeux du politique : l’exemple de la régionalisation au Sénégal », in Catherine Coquery, ‪Femmes d’Afrique, Numéro 6, ‪Toulouse : Presses Univ. du Mirail, 1997, 297 p., p. 127-144, pp. 141.

[14] Patricia McFadden, African Feminism at the intersection with Globalization: critiquing the past, crafting the future, contribution donnée à l’Université d’Oslo en Norvège en juin 2005.

[15] Ibid.

[16] Benoît Awazi Mbambi Kungua, « Chap II. Hommage intellectuel à Madame Aminata Traoré : Une figure emblématique de l’altermondialisation en Afrique subsaharienne », op.cit.

[17] Sandra Harding (dir.) The Feminist Standpoint Theory Reader, New York et Londres : Routledge, 2004.

[18] Joelle Palmieri, « La pensée critique française a-t-elle disparu ? », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie V, « Les intellectuels africains au Canada », Paris : L’Harmattan, mars 2015, 390 p., pp. 23-38.

[19] Sandra Harding, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, New York : Cornell University Press, Ithaca, 1991, 336 p., pp. 156.

[20] Joelle Palmieri, « Afrique du Sud : des savoirs en résistance », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VII, « La Chine et l’Inde en Afrique », Paris : L’Harmattan, février 2017, 492 p., pp. 119-134.

[21] Ibid., pp. 121-125.

[22] ibid., pp. 128-131.

[23] ibid., pp. 127-131.

[24] À plusieurs reprises dans le texte, le terme « base » est utilisé afin de définir les personnes, hommes ou femmes, pauvres, en milieu rural ou urbain.

[25] Ibid., pp. 125-131.

[26] Concernant les violences en Afrique du Sud, voir, lire mon article, Joelle Palmieri, « Afrique du Sud : le traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique », à paraître dans : Benoît Awazi Mbambi  Kungua (Dir.), L’inexistence de l’État en Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices,  Afroscopie IX/2019, (Revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires), publiée par Le Cerclecad-Harmattan, Ottawa-Paris, 2019.

[27] Joelle Palmieri, « Afrique du Sud : des savoirs en résistance », op.cit., pp. 127-131.

[28] Joelle Palmieri, « Société numérique colonialitaire : les TIC analysées selon une posture féministe », Revue Labrys, « Etudes féministes », juillet/décembre 2015, http://www.labrys.net.br/labrys28/recherche/joelle.htm, consulté le 10 novembre 2018.