Archives de catégorie : Idées

TIC en Afrique : des frontières à déconstruire

Les frontières tant nationales que de genre sont largement reflétées dans le cyberespace, en Afrique comme ailleurs. Internet ou les télécommunications connaissent, comme sur le terrain « réel », des frontières nationales, de classe, de race et de sexe, sans que cela ne soit apparent. Et la lutte institutionnelle mondiale contre la fracture numérique de genre reflète une tendance qui privilégie l’amélioration de l’accès et les capacités plutôt que du contrôle et du contenu. Cette politique investit plus dans les techniques que dans le politique, ce qui n’est pas neutre. Elle révèle les enjeux politiques et économiques de la société de l’information, qui est genrée et qui recherche davantage des consommateurs plutôt que des producteurs. Et la plupart des organisations de femmes ou féministes, en étant exclues de ce processus accéléré, tolère et creuse cette nouvelle frontière. Cet écart reste à démystifier pour réénergiser les mouvements en faveur de l’égalité hommes/femmes en Afrique.

 

Dans le Nord, les technologies de l’information et de la communication/TIC (qui incluent l’Internet, la téléphonie mobile et l’informatique), sont perçues, comprises, admises, tolérées, comme un espace, le cyberespace, ouvert, large, horizontal et transnational. Un espace où chacun, homme ou femme, peut s’exprimer, librement, sans aucun obstacle ni entrave. Sans frontières. Dans les pays du Sud, et en particulier en Afrique, qui est largement considérée comme le continent le plus marginalisé en termes de Société de l’information, les institutions internationales se concentrent sur ce que l’on appelle la fracture numérique, et, en particulier, sur la fracture numérique de genre, qui a plus ou moins été discutée au cours du Sommet mondial de la société de l’information en 2003 et 2005. Mais la façon dont elle est abordée présente une tendance très spécifique. Comme les technologies sont nouvelles, la fracture et les formes qu’elle prend seraient nouvelles, de sorte que les solutions pour « atténuer » cette fracture numérique pourraient être nouvelles. Et la première de ces solutions serait technique, comme une conséquence logique de la rhétorique des technologies, qui peut facilement être remplacée par celle des techniques, comme par évidence. En fait, la plupart des questions qui sont abordées concernent l’accès physique, l’accès aux infrastructures, que l’on peut appeler « les tuyaux ». Et ce parti pris est considéré comme l’unique « vérité » pour l’Afrique.

 

Frontières économiques et politiques

Pourtant, les frontières nationales, dans le monde entier, créent des frontières à l’expression, à la génération d’idées, à la production de contenus et à leur diffusion, de la même façon qu’elles entravent la libre circulation des êtres humains, ce qui est définitivement vrai en Afrique. A titre d’exemple, en République démocratique du Congo, des zones géographiquement « ouvertes » ne connaissent pas de désenclavement numérique. Comment pouvons-nous analyser le manque d’accès à Internet dans la région comme un problème ? Ou, plus généralement, est-il utile d’accéder à l’Internet en période de conflit ? Pour quoi faire ? Et surtout pour les femmes ? Et plus particulièrement pour les femmes du Sud-Kivu, où la question de l’ouverture géographique peut être posée.

En République centrafricaine, les jeunes se connectent à l’Internet plus à la recherche d’un petit ami ou d’une petite amie au Nord que pour des recherches documentaires. Comment pourrait-on qualifier cette frontière ?

Dans le sillage de cette question, au Burkina Faso, il existe un projet visant à améliorer le partage des connaissances, afin que les jeunes puissent avoir accès aux sciences, et en particulier de façon égale pour les filles et les garçons. Qu’existe-il déjà en la matière ? Avons-nous à inventer ? A démolir des murs ? Lesquels ?

A Dakar, au Sénégal, il existe des préoccupations au sujet du fort développement des tentatives de migration vers le Nord. Une tendance qui concerne principalement les jeunes hommes qui sont consacrés à « un avenir meilleur », largement mis en lumière sur le Web. Plus généralement, comment peut-on mesurer l’impact de la mondialisation néo-libérale ou des relations Nord/Sud, dans cette apparente « inévitable » commercialisation sur Internet (à des fins très diverses, comme la traite des êtres humains, la prostitution ou la vente de logiciels, de chansons ou de films) et l’influence que la société de l’information a sur la vie quotidienne des populations ?

Dans toutes les sociétés, et en particulier en Afrique du Sud qui connaît le troisième rang mondial du plus grand écart de richesse, il existe à l’intérieur des frontières nationales, des murs visibles, dont certains sont construits (comme entre les villes et les bidonvilles), et d’autres invisibles ou moins « physiquement » représentés, comme les frontières entre hommes et femmes, Noirs et Blancs, riches et pauvres, urbains et ruraux, migrants et nationaux, élite et « ordinaire », et le tout mélangé… Comment ces murs sont-ils ou non développés dans d’autres pays d’Afrique, comment apparaissent-ils sur l’Internet et comment pouvons-nous y faire face ?

Dans de nombreux pays africains, les gens peuvent facilement se retrouver enfermés, concrètement (en prison, violés, déplacés, isolés), ou exclus de tout moyen de communication avec les autres (surveillance des lignes téléphoniques ou courriels, confiscation des informations personnelles, isolement économique, physique et psychologique…). Cette situation peut être la conséquence de croisades nationales ou internationales contre « l’ennemi », le « mal », les « autres », ou à la libéralisation du marché mondial qui agrandit le fossé entre les riches et les pauvres. Existe-t-il les moyens de résister, et en particulier par l’utilisation de l’Internet ?

En Afrique, comment l’Internet peut-il aider ou générer des obstacles à la liberté d’expression ? Comment le citoyen prend-il la parole ? Est-elle égale aux entreprises privées, aux États ? Où s’arrêtent les droits individuels ? La liberté d’expression ? La libre circulation des idées ? Comment les frontières se créent-elles dans ce domaine ? Est-ce différent de l’espace non-cybernétique ? Les hommes et les femmes ont-ils une égale voix au chapitre ? En quoi ? Comment qualifier les principales lacunes ?

 

Les frontières entre les sexes et de genre

Dans le cadre de ces questions liées aux frontières « géographiques », il semble important d’étudier les frontières de genre, parce qu’elles amplifient leurs effets. En fait, dans le cyberespace, on trouve dès la première strate, comme dans les médias classiques, les stéréotypes sexistes « banals », et la réplique fidèle du modèle de division entre sphère privée et publique.

Par exemple, dans le secteur des TIC, les frontières de genre peuvent évidemment être constatées en matière d’accès à l’Internet ou des capacités que son utilisation requiert : les femmes et les filles ont moins accès à l’éducation par exemple, par conséquent, elles ne peuvent pas accéder aux ordinateurs, ou des femmes sont en charge de la garde des enfants, donc n’ont pas le temps d’aller au cybercentre, ou les femmes sont plus touchées par la pauvreté que les hommes et donc ne peuvent même pas avoir accès à l’électricité. Ces obstacles sont actuellement observés par la communauté internationale et sont directement soulevés par la priorité de développer l’accès aux infrastructures. Ainsi, les obstacles liés à l’accès et aux capacités sont ceux qui sont principalement mis en valeur.

Mais les frontières de genre ne sont pas exclusivement centrées sur ces deux points, mais concernent principalement le contrôle et le contenu. Les e
ntreprises de télécommunication, qui sont intégrées dans un secteur économique qui est le plus rentable après armement, sont privées et leurs propriétaires des hommes. La majorité des contenus (quels qu’ils soient, texte, audio, vidéo…) est « écrite » par des hommes et de plus diffusée par des hommes. La vente des corps des femmes par l’intermédiaire du Web est organisée par des hommes et est massivement accélérée, incontrôlée et impunie…

Concrètement, ce sont des hommes, et, en particulier, des hommes blancs, qui programment des logiciels, y compris dans le mouvement des logiciels libres, et des femmes qui les utilisent. Ce sont des hommes – en position de pouvoir à l’échelle locale ou nationale – qui choisissent d’installer un cybercentre dans un quartier ou dans un village et les jeunes (hommes et femmes) qui s’y précipitent. Ce sont des hommes qui permettent d’accélérer le trafic d’êtres humains, et en particulier la traite des femmes sur le Web. Ce sont des hommes qui parlent facilement sur les forums, les chats et les blogs, alors que les femmes sont davantage présentes pour les conseils beauté et autres stratégies de séduction, plutôt que pour des témoignages relatifs à des actes de violence ou d’inégalité, à l’école, au travail, à la maison…

 

Une confusion dans les cibles

En outre, ce manque de contrôle et de contenu réduit efficacement les moyens de penser le monde et de le transformer. Cela inclut également la capacité à bouger, à créer, et à générer du mouvement. Au cours des dix dernières années pendant lesquelles la question du besoin de l’accès aux TIC pour les femmes a été étudiée, il a été souligné que l’impact de la société de l’information peut davantage être mesuré par l’augmentation globale du nombre de femmes qui utilisent l’Internet pour travailler, pour faire des affaires, éventuellement pour trouver un bon parti, plutôt que par les moyens de faire entendre leur voix, de briser leur isolement et de réseauter.

En effet, même si les groupes de femmes ou féministes reconnaissent dans les TIC une opportunité de réseauter, leurs priorités, en termes de ressources financières et humaines sont consacrées ailleurs, dans le développement des activités de lutte contre la violence, la pauvreté… Les TIC sont mis en opposition aux luttes « principales ». Par conséquent, il existe une frontière entre les TIC et ce que seraient les « autres » thèmes de luttes des organisations de femmes. La société de l’information ne fait pas partie des thèmes de ces organisations alors qu’elle développe le système néo-libéral qui augmente les violences, la pauvreté…

 

Aussi, existe-il une confusion entre les cibles des activités des organisations de femmes, qui sont essentiellement locales ou nationales, et les cibles des supports utilisant les TIC – que ce soit des sites Web, des listes de diffusion, des listes de discussion ou de campagnes SMS -, qui se trouvent partout dans le monde. Si bien qu’il y a peu d’«imaginaire » de comment recueillir des savoirs invisibles locaux de femmes à diffuser à ceux qui ont accès au réseau, pour la plupart des hommes de classe moyenne en Afrique, et des hommes et des femmes dans le Nord. Il y a très peu de conscience du fait que toute diffusion d’histoires de femmes de la base, même si elle est créée par une femme analphabète, peut changer le monde et la pensée unique, rompant avec l’universalité.

En effet, la diffusion des savoirs de femmes, en particulier à travers les TIC, serait un moyen d’inverser la relation entre dominant et dominé. En d’autres termes, rendre visibles les savoirs dominés de femmes au-delà des frontières pourrait rompre avec l’uniformisation du monde, dominé par les hommes. Tout d’abord en raison de la reconnaissance de ces savoirs, ce qui signifie la légitimation de leur existence, mais aussi en raison de leur diversité – chaque femme a sa propre expérience de la « vraie vie », si bien que la compilation des divers témoignages de femmes nourrit un prisme unique de représentation du monde. En outre, ils révèlent leur subjectivité – le savoir de chacune des femmes la met en lumière en tant que sujet plutôt qu’objet, productrice et non consommatrice -, les racines de « survie » – les femmes assurent chaque jour les soins du ménage, la garde d’enfants… pour leur famille, si bien qu’elles représentent un pilier pour la survie domestique et plus largement, assurent la production quotidienne nécessaire à la survie du pays et, par conséquent, assument les bases de l’économie libérale. En outre, ils sont anachroniques, – ils montrent ce qui est invisible -, ils présentent une structure non hiérarchique – chacune des femmes qui livre son savoir ne se pose pas en relations de pouvoir avec sa voisine -, et ils sont innovants parce que les luttes de femmes présentent d’autres formes que les mouvements sociaux « classiques ». Au final, ils génèrent une dynamique entre les productrices, qui sont des femmes « ordinaires », et créent une identité féminine collective et transnationale, en opposition à l’identité nationale.

 

Partant de cette perspective, il est possible d’imaginer et de créer les moyens d’un changement prenant en compte le genre en utilisant Internet ou le téléphone mobile et ainsi de rompre avec les frontières sexistes qui verticalisent et enferment les populations dans une pensée universelle.

 

juin 2009

Afrique du Sud : des savoirs de femmes en résistance

IMG_0109Depuis une dizaine d’années, en Afrique du Sud, des organisations de femmes collectionnent des récits individuels ou collectifs de femmes, pour leur grande majorité noires, séropositives et/ou pauvres, dans une démarche initiale de revalorisation de mémoire. Ces histoires créent savoirs en résistance, parce que rendus visibles et verbalisés dans un pays où les rapports sociaux de sexe forment institution. Le pays possède en effet une constitution-modèle et revendique à ce titre une reconnaissance politique et économique internationale. Il connaît pourtant un écart de richesses interne des plus importants au monde, couplé d’un environnement de violences sans égal et d’une prévalence du sida hors du commun, situations dont les femmes sont les premières cibles.
Dire en public sa vie quotidienne de femme, intime, ou quelques-uns de ses éléments, en repoussant les limites de ce qui est invisible, enfoui, latent, propose une autre grille de lecture sociale, rompant avec l’ensemble des codes qui régissent la société sud-africaine. Par l’oralité et la création de leur Histoire, les femmes qui se racontent, en négligeant le mépris qui leur est socialement et historiquement dévolue, créent une dynamique collective et transforment leur statut d’objet en sujet, y compris de la révolution nationale toujours en marche, et donc se positionnent en résistance.

Parmi les nombreux mouvements de femmes sud-africains, plusieurs s’inscrivent sciemment sur le terrain. Parmi eux,beaucoup se cristallisent autour des questions de mémoire conjointement à l’assistance aux exclues ou aux malades du sida. Ces trois pistes caractérisent la période de transition du pays, période stigmatisée par trois situations d’horreur : un régime raciste et ségrégationniste, l’apartheid, puis un fléau meurtrier, le sida, doublé d’une économie néo-libérale. Dans ce pays, doté d’une démocratie adolescente (à peine 16 ans), il n’est pas rare d’entendre s’exprimer la crainte de perdre la mémoire des victimes du colonialisme puis de l’apartheid et aujourd’hui du libéralisme, tout autant que le besoin de rendre justice.

À la conquête d’une identité féminine collective

L’histoire parlée ou écrite d’une femme constitue un instantané, créant sa carte d’identité, pas forcément nationale, avec sa photo, symbolique ou réelle, qui fait qu’il est rendu possible de la re-connaître. De l’identifier, selon de multiples critères, générationnels, linguistiques, ethniques, culturels, parfois religieux, géographiques, mais aussi emblématiques, parmi son entourage, son environnement proche. Cette identité fabrique à elle-seule un savoir par son unicité, son acte de propriété – la femme qui se raconte a un savoir qui lui appartient – sa non-conformité intrinsèque, mais aussi par sa potentielle transmission et donc son pouvoir de donner à penser, de se croiser avec d’autres, semblables ou totalement différentes.

Cette identité nouvellement construite entraîne un effet boule-de-neige. Imaginez la photo d’identité d’une femme, inconnue, qu’on vous donne à commenter. Qu’en direz-vous ? Vous essaierez de reconnaître un âge, une origine, de façon quasi instinctive, non réfléchie. Puis vous vous poserez peut-être quelques questions. Où vit-elle ? Selon son habillement, vous saurez peut-être si elle travaille et où. Et ainsi de suite… Parce qu’à partir d’une identité, se développe une représentation du sujet, par lui-même ou par un-e autre, qui fait empreinte, et cette représentation, qui est fortement culturalisée ou subjectivée, à son tour crée un savoir, puisqu’elle peut alors s’exprimer, être re-transmise et re-donner à penser, et l’ensemble de ces représentations ainsi générées, proposer une connaissance qui se partage, se discute, se multiplie, se nomadise, voyage. Aussi la connaissance personnelle crée un savoir collectif et non l’inverse.

Race, classe… et sexe

Mais en quoi, ce savoir est-il spécifique aux femmes ? En Afrique du Sud, la seule appartenance de sexe fait moins identité, particularité ou communauté, que sa combinaison avec l’appartenance de classe, de race, de culture, d’ethnie, de genre… Les Africaines du Sud qui se racontent sont moins des Blanches, cadres supérieures, hétérosexuelles, vivant en banlieue (riche) des grands centres urbains, y compris ayant milité contre l’apartheid, que des Noires, sans emploi ou sans terre, vivant dans les townships ou dans des zones rurales enclavées, lesbiennes ou hétérosexuelles ou bisexuelles, voire transgenre, originaire d’une ethnie, parlant une langue qui ne se parle que dans leur région, ne sachant le plus souvent pas parler l’Anglais, âgées et illettrées ou jeunes et séropositives, n’ayant parfois pas lutté… Tout autre croisement étant possible. Chaque identité qui se dit, se parle, va ainsi à l’inverse de toute démarche d’identitarisme, de particularisme, de traditionalisme, ce vers quoi tend le prochain Président Jacob Zuma.

Cette identité collective féminine se pose à contre-courant de l’idée préconçue d’identité nationale, fortement portée et assumée par les luttes de libération nationale, d’inspiration marxiste, dont les dirigeants de ce pays se revendiquent. Ce parti pris entend en effet créer des identités individuelles, en comptant sur les femmes, entendues comme mères de la nation, et donc re-productrices des forces de la nation et garantes de leur nourriture tant physiologique que mémorielle.

Universalisme : pierre angulaire de l’Etat-Nation

A ce titre, l’Afrique du Sud est au centre d’un débat ancestral du féminisme sur l’universalisme, quiconsidère que l’égalité se réglera en même temps que la démocratie, par voie de conséquence. Il ne prend donc pas en compte de dimension sexuée de la citoyenneté, de son exercice et de la relation entre l’individu-e et l’Etat, ce qui a une incidence directe sur la place des femmes dans les institutions politiques aussi bien que sur les politiques gouvernementales et les relations de pouvoir. Pendant tout le processus de démocratisation, la spécificité sud-africaine oriente prioritairement les militant-es et le gouvernement sur des problématiques de classe et de race et prête peu d’attention aux questions de genre. De fait, les femmes sont davantage traitées comme destinataires d’une politique gouvernementale que comme actrices de la construction du nouvel État. Ensuite, de nombreux militants anticolonialistes considèrent le féminisme comme une forme d’impérialisme culturel, sous-entendu importé du Nord, donc des colonisateurs.

Néanmoins l’institutionnalisation du genre a bien eu lieu afin de répondre à une obligation formelle d’équité sociale. Mais elle impose davantage une dialectique des droits (des femmes) inhibant celle de leurs luttes. Ce système récurrent est ici particulièrement criant, puisque expérimenté dans un jeune laboratoire économique, politique et social… africain. De fait, les femmes, en tant que groupe social, sont d’emblée placées au rang de victimes, ayant besoin d’assistance, parce que plus infectées par le virus du sida par exemple, plutôt que d’êtres acteurs de changement ou porteurs de questions, notamment concernant cette inflation de contamination hétérosexuelle. Et, le fait que l’Afrique du Sud occupe, peu derrière le Rwanda, la treizième position mondiale en matière de représentation politique, avec 32,8% de femmes parlementaires, n’enlève rien. Les députées assument pleinement la position dominante qu’elles occupent désormais depuis 1999 et n’entendent pas la remettre en cause, au grand damne de leurs ex-camarades de lutte.

Savoirs en résistance aux élites

Aussi, en ouvrant une brèche dans l’expression publique, les femmes qui se racontent interrogent cet exercice du pouvoir et mettent en péril un fief masculin, qui se trouve alors en position d’avoir à répondre immédiatement et le fait en légiférant, en créant des mécanismes nationaux, autant d’instruments qui institutionnalisent les questions d’égalités, sans pour autant les changer.

Par ailleurs, la transition vers une démocratie libérale a occulté le rôle des mouvements de femmes, concentrée qu’elle a été sur les ambitions des élites masculines noires. Aussi, ces recueils de mémoires, non initiés par le haut, forme un savoir en résistance à un pouvoir politique qui revendique davantage un savoir de dominants, hégémonique en Afrique, reconnu et valorisé à l’échelle internationale.

Ensuite, loin de vouloir compléter les pièces d’un puzzle d’une mémoire nationale, comme celle de la Shoah ou des rescapé-es du génocide du Rwanda, ces initiatives contribuent à construire une économie de la transmission, en opposition avec l’option libérale du gouvernement, avec ses monnaies d’échange – une langue, les histoires elles-mêmes – et ses capitaux propres – ces savoirs – et donc ses propres modes de répartition des richesses, par la mise en commun d’une mémoire collective féminine, qui plus est noire africaine, en opposition à la blanche mâle occidentale.

Rhétorique du réel contre rhétorique libérale

En se racontant, en prenant la parole, les Sud-Africaines dérogent à toutes les lois qui leur sont encore aujourd’hui imposées et fouillent une transmission de mémoire qui s’approprie/capitalise le réel, des situations prises sur le vif, la vie réelle, en opposition à la vie institutionnelle, rationnelle, dispensée par la rhétorique étatique.

Cette accumulation de savoirs va aussi à contresens d’un savoir mondialisé, qui entend uniformiser la pensée. En emboîtant le pas des ethnosciences, elle distord une unité superficielle, créée par la communion post-apartheid. Elle met l’accent sur les singularités plutôt que sur les ressemblances, entendues comme nécessaires à la fabrication et à la pérennité (y compris économique) de l’unité nationale. Elle ne cherche d’ailleurs pas à adapter le savoir dominant à ses modes d’expression, mais travaille plutôt à créer ses propres objets. Elle propose une autre grille de lecture de la mondialisation, qui dépasse les discours néo-libéraux et altermondialistes, qui s’arrêtent quant à eux aux portes des stigmates exemplaires ou victimaires. Par exemple, il ne s’agit pas de réécrire la lutte contre l’apartheid au travers d’un regard de femmes, mais plutôt de libérer un regard de femmes, ayant vécu l’apartheid, sur une société en transition.

Une morale de l’invisible de la démocratie

De surcroît, plutôt que de créer un espace de connaissances cadré, cette démarche constitue le terreau de savoirs à venir. Leur création autorise, intègre d’emblée, souplesse, fluctuation, doute, tout le contraire d’une tentative d’homogénéisation. Elle génère le débat, parfois la polémique. Aussi, elle repousse toute tentative d’instrumentalisation et ne prête le flan à aucun dogmatisme ou sectarisme, ce qui la ferait davantage ressembler à une approche libertaire, non-propriétaire.

Elle pousse ainsi l’exercice de la démocratie dans ses derniers retranchements en valorisant la libre et égale expression, comme composante vertébrante d’une société à créer, pratique que l’on peut qualifier de morale de l’invisible de la construction démocratique. En éliminant tous les angles morts, les zones d’ombre, elle ouvre des espaces embués, crée le doute. L’invisibilité des témoins, symbole de la faculté d’aveuglement de genre de cette société en transition, devient alors force créatrice, force de résistance. Elle fait voler en éclats les encadrements, toutes les cloisons, parois et frontières, socialement construits. Elle expurge le contrôle (qui barricade, légifère), et donc le pouvoir (qui s’en sert pour se maintenir). Parce qu’elle rend explicite ce qui est enfoui, latent, elle transforme le statut de victime en celui d’être agissant. D’objet, elle crée le sujet.

Déconstruire l’intime

Sur le seul plan des violences dont les femmes sont cibles, l’Afrique du Sud est reconnue pour ses très hauts taux et ses formes les plus abjectes. En révélant leur viol, leurs agressions, les témoins-femmes passent outre toutes les institutions sociales et autres traditions locales, aujourd’hui revalorisées, qui conçoivent la sexualité comme un actif masculin, la sexualité féminine, inexistante, n’étant qu’au service du mâle. En coupant court à l’interdit, cette parole autorise une pensée du devenir, une mise en chantier d’un futur, libéré de ses murs sidéens, ségrégationnistes et/ou néo-libéraux. Elle crée son propre langage, un intime révélateur. Cette langue autorise de tout nouveaux modes de communication et déroge à toute loi sociale et culturelle, et transgresse la frontière implicite entre sphère privée et sphère publique.

Rompre avec les évidences

En somme, cette revalorisation de la mémoire des femmes ne s’arrête pas aux frontières de l’unique et nécessaire expression culturelle, qui en soi ouvre un rare espace d’expression aux Africaines, ou de l’indispensable défouloir psychologique. Elle rompt avec beaucoup d’évidences. Politiques (libérales, occidentales, marxistes, …), culturelles – trans-ethnique et pas multi-ethnique, elle ne se veut pas une compilation systématisée de témoignages de différentes ethnie –, méthodologiques – elle ne revendique aucune démarche d’académisation et ouvre plutôt des champs d’expérimentation peu empruntés aux outils occidentaux –, sociales – elle ne fait pas parler les pauvres, par exemple, c’est la pauvreté qui crée le besoin de prise de parole – et patriarcales – il n’y a pas de volonté de prise de pouvoir ou de création de rapport de forces ou de division ou de domination, mais plutôt une multiplicité, une mise en commun, horizontale, des expériences personnelles de femmes, prises en tant que telles comme un savoir.

avril 2009


[1] La position de Thabo Mbeki, président en exercice depuis 1999, qui a longtemps nié le lien entre VIH et sida, a été un frein majeur à la lutte contre la maladie ; il a notamment refusé la prise en charge de traitements antirétroviraux. Il a déclaré devant l’Assemblée nationale en novembre 2001 que les « traitements anti-rétroviraux étaient aussi dangereux que le sida », source Agence France-Presse – 24 octobre 2001.

Feminist Media Coverage of the Social Forums

Christina Haralanova and Joëlle Palmieri

In their discussion of globalisation and social change, ‘alternative’ globalisation events such as the European and World Social Forums, and the World Summits on the Information Society generally ignore issues related to women’s rights. This article describes the experience of a team of women, some professional journalists, but others who had never written for publication, who created their own media in order to provide a feminist perspective on several of these events.  In so doing, they aimed to influence the discussion and debate at these events, as well as providing women’s and feminist organisations with a source of information about the global issues under discussion. 

The late 1990s saw widespread demonstrations against the particular form of neo-liberal globalisation promoted by the large international financial institutions, such as the International Monetary Fund, the World Bank, the World Trade Organisation, and the G8. These demonstrations, which culminated in protests against the WTO ministerial meeting held in Seattle, USA, in 1999, represented the emergence of an international movement of so called ‘alter-globalists’, which means people against globalisation.It also prompted the decision to hold an alternative event, the World Social Forum (WSF), in 2001 in Porto Alegre, Brazil, a town renowned for its promotion and use of participatory democracy, launching the Social Forum movement.  Many feminists and alternative journalists attended this first social forum, some because they wished to participate in the event with its message that “another world is possible”, and others to report on the event to as big an audience as possible. Feminist journalists, such as those affiliated with the international feminist media agency Les Pénélopes [1], seized the opportunity to participate in the “media dance” (“farandole de medias”, known as the Ciranda). This unique Brazilian initiative allows and commits any volunteer, professional or not, to publish as much information covering an event as they wish, in their own language. In this way, feminists were able to provide media coverage of debates and initiatives at the event that included a feminist analysis.

Needless to say, providing this ‘instant’ media coverage on a daily basis proved to be a struggle.   However, the women who had taken part were inspired to go on to organise feminist media coverage at subsequent Social Forums, including the European Social Forums (ESF) in Paris and London, two World Summits on the Information Society (WSIS), and two World Social Forums.  This culminated in the production of three issues of the feminist magazine Digitall Future, to cover the third ESF in London in 2004, the Fifth WSF in Porto Alegre in 2005, and the WSIS in Tunis in 2005.  Each issue was published in French and English, and was produced by a diverse team of women from different geographical and political backgrounds, many of whom had not written for publication before.  Many of the women involved spoke positively about their experiences of working on the magazine, and the opportunity that it gave them to share their experiences and impressions of these events.  The publication also received some coverage itself in the “traditional” media such as Le Monde diplomatique and France Culture in France. However, lack of funding, as well as fatigue brought on by the lack of attention and support that the project received from the more established feminist networks, and from the social movements as a whole, mean that the project has been discontinued, marking the end of this rich experience.

 

Feminists for another globalisation

Why is it important that feminists attend the Social Forums? Why is globalisation relevant to women? Representing about 70% of the world’s poor, and 67% of those who are illiterate [2], women bear a disproportionate burden of the world’s poverty. In some cases, globalisation has widened the gap, with women losing jobs, social benefits and labour rights. From tax systems to trade regimes, economic policies and institutions often fail to take gender disparities into account. With too few seats at the tables where economic decisions are made, women themselves have little chance of rectifying the inequalities. [3] This is why women’s involvement in discussions related to militarism, war and conflict, poverty, international trade or privatisation of public goods, is essential to ensure their rights are respected. Globalisation is relevant to women because they are part of this globalisation, and often, the disadvantaged part. Therefore they have the right to ask for “another globalisation”, in which there is greater equality, and where the social and environmental aspects of trade are considered, rather than just economic benefits.

But even in supposedly democratic events such as the social forums, men take the podium more often than women. Dominique Foufelle, one of the French journalists who worked on Digitall Future commented that the increasing number of women attending social forums already represents progress. “all that could be said about international exchanges is valid also for gender: lack of equality, exploitation, power abuse… And since our male comrades, still living with an everyday patriarchal understanding, have not well understood how this system limits their political thinking, there should come women to explain.” [4] Ready to fight for women’s rights, feminists should come and take their place in the “male” discussions on globalisation.  In fact, they have a duty to bring their perspective to the debate.

 

Providing information in a different way

One way to participate in discussions and to express a point of view is through the media. But here women face another obstacle: the difficulties of gaining access to the mainstream media and getting our information published or broadcast. According to Cabrera-Balleza (2007), “women are underrepresented in media. A lot in the mainstream media and a bit less in the alternative. But they are still underrepresented.”. One response to this is for feminists to create our own media, one which pays particular attention to the double marginalisation that women face in mainstream media, in their invisibility as actors and as subjects of social, economic, and political life.  This media would not only serve to inform ordinary people, but would also convey information provided by them.  This would be a means of information provision that reflects diversity, solidarity, equality, a non-hierarchical approach to power relations, and streamlining.

It is important to take an alternative view of the way information is produced and presented, and to support the right of all civil society actors, men and women, to produce their own media content.  Alternative media and the approaches used by alternative media practitioners can be seen as complementary to mainstream media, allowing the opportunity for those participating to cover issues that receive little coverage in traditional media.  This ensures that information is circulated more openly,and allows for the presentation of specific content relevant to different regions of the world, helping to create a network for the exchange of knowledge and information.  For feminist alternative media practitioners, it also gives a particular opportunity to focus on gender, and notably the social relations between women and men, the barriers that gender inequalities represent for the development of peoples and societies, and the alternativescarried out by women.

In this example, the development of an alternative media outlet to report on the social forums presented the opportunity to provide a feminist viewpoint on issues with which women are necessarily involved, representing as they do more than half the world’s population. Malgorzata Tarasiewicz, a Polish reporter for the magazine stated that: “Digitall Future should be an inspiration for discussion and a motivation for action. Women need fresh food for thought to initiate debates on issues such as peace, ICTs, debt, trade, ecology, poverty, homelessness, unemployment, sexuality and fundamentalism”. [5] Daphne Plou, one of the journalists from the WSF 2005 and originally from Argentina, adds: “Digitall Future continues to integrate a feminist perspective in major events where women have decided to sustain their efforts in reminding the world that the struggle for universal rights should not [make]the struggle for women’s rights [invisible]” [6].

 

The rise of Digitall Future

The second European Social Forum (12-16 November 2003) brought more than 60,000 participants from all over Europe to Paris. Women from East and West came to participate in the Assembly for Women’s Rights, and the ESF itself. The European and North American Women Action (ENAWA) [7] and Les Pénélopes invited more than 20 women from about 15 countries to provide feminist written, audio, and video media coverage of the event. All material produced was published on the website of Les Pénélopes in English and French, in order to reach a large audience.  Many of the women came from Central and Eastern Europe, and also spoke at workshops on gender and discrimination, violence against women, trafficking, and information and communication technologies (ICTs).

Participants’ impressions were varied, and some of the women said it was their first experience of feeling “useful” while attending such a big event, and of being active in disseminating information, rather than just receiving it. Sharing feelings and experiences, and reading or listening to other women’s reports was fascinating. Jivka Marinova, a Bulgarian feminist, explained that she felt the ESF was her “first real European meeting”, where feminist organisations from Eastern Europe were able to participate on an equal level with organisations from other parts of Europe. [8] At the end of the ESF, there was a feeling that the event represented a new beginning, a new world order where women were more powerful, and able to express their opinions freely in political debates.

A month later, in Geneva, a group of feminists took part in the first World Summit of the Information Society (WSIS). They realised they were a minority in the discussions about freedom of expression and access to information, and government plans for bridging the digital divide and helping developing nations to connect to the Internet. Moreover, they realised that they were very fortunate to be able to participate in such an event, unlike other female colleagues and compatriots. Realising this, they decided to provide their own media coverage of the event.  Each participant would write down her impressions of the talks and workshops that she attended, and her own  personal reflections; she would describe case studies and experiences related to gender and ICTs, and share them with the world. But how would this be undertaken?

With a little technical help and training, these 14 women were able to write and publish more than forty articles over the three days of the event.  The articles were uploaded onto the web site of Social Rights Bulgaria, which was used as a portal to publish the feminist coverage of WSIS [9], and every evening, a news bulletin was sent to a large number of mailing lists, news lists and feminist networks, in order to reach more readers. In this way, participants could share their valuable experience with the rest of the world openly.

Based on the experience from these two events, the International Information Centre and Archives for the Women’s Movement (IIAV), based in the Netherlands, and Les Pénélopes, based in France, decided to repeat this process of generating feminist media coverage at subsequent large events. These included the WSF at Mumbai in 2004, the ESF in London in 2004, the WSF at Porto Alegre in 2005, and the second WSIS in Tunis, in November 2005.  At each event, reports and articles were disseminated via the Internet; in addition, three printed issues of Digitall Forum were produced following the ESF in London, the WSF in Porto Alegre, and the WSIS in Tunis.

Much of what is discussed at United Nations Summits and the big international financial institution meetings remains hidden from the public; this is also the case with the social forums.  Digitall Future aimed to provide analysis of some of the many topics covered, including poverty, environmental degradation, HIV and AIDS, conflict, communication rights, the free software movement and many others. Furthermore, the objective of Digitall Future was to present two geopolitical visions of this world in movementby publishing different articles written in English and in French. The magazine aimed to shed some light on public opinion regarding where alliances could be built, from one country to another, and across economic, political, social or cultural fields.

 

An extraordinary team: from diversity to a common aim

The project faced two challenges.  The first was convincing funders and other mainstream media, as well as feminist organizations in a position to promote the magazine, to accept the legitimacy of the publication.  Second was the decision to assemble a mixed team of people of different ages, and from different geographical areas and professional backgrounds to write and produce each issue of the magazine, and to edit it on their return to their own countries.  This would ensure diversity both in terms of the people writing for the magazine, and in the themes covered.

This decision to bring together feminists from different continents, all with different visions, opinions, and strategies to work together was one of the biggest challenges, but also an exceptional feature, of the feminist media coverage.  For each edition of Digitall Future there were thirteen team members:  six journalists of different nationalities, one chief editor, one photographer and two editors (one for each language), as well as two designers and one superviser. The team members were selected each time with respect to their adecuationwith the event, which made the task even more difficult. However, despite these potential difficulties, it seemed to work. Mavic Cabrera-Balleza, editor for the English version of the DF2 reflected that: “The most inspiring experience was working with a dedicated team amidst an event that brought together various actors in the global movement for social transformation”[10].

It was a different way of working, based not on hierarchies, but on collaboration and mutual support. Each contributor was working for the common good, and was free to express her views through her writing. Maria Velichkova, who contributed to the coverage of the ESF in London said: “It was a very good school for online journalism. Everybody was friendly and respected others’ work. We were helping each other even when we did not understand each other’s languages”[11].

Moreover, the topics of the articles to be written were selected by the authors themselves. As a result, debates took place within the pages of Digitall Future that were not part of the discussions at the events, based on topics such as solidarity economyand Free Software for women’s organisations. In addition to that, the Digitall Future journalists met with people living in the cities where the events were taking place.  In Porto Alegre, the team met with local people, many of whom were homeless and living in abandoned buildings. In Tunis, Digitall Future contributors met with representatives from the local women’s movement, whose members were not allowed to participate in WSIS, and who relayed stories on human rights abuses in their country to the journalists.

 

Amateur journalism – professional media

But what were the challenges faced by this colourful team of women, travelling to different events and running from plenary to workshop, from workshop to interview, and from there back to the hotel or the media centre in order to write their articles as soon as the day’s events were finished?  Were they all professional journalists? Were they used to this type of work? How long did it take for them to train for such specific work?

Is it possible to write an article for publication when you have never written for the media before? Can you publish contents on the Internet, when you are not familiar with the technologies? The answer to both these questions is yes. And it requires just a couple of hours of preparation.

The team organised training just before the beginning of each event. This training focused on how to write a good article and how to publish it on the Internet. One or two members of the team would share their knowledge and train the other contributors by explaining Digitall Future’s publication policy, including what type of articles were needed, how the information should be structured, and which style to use. The women would then receive user names and passwords for the website where they could upload their reports.  The simple rules of publishing through a contents management system called SPIP [12] would be explained, and the women were then ready for their new role as journalists.

However, what was more important than the training itself was good coordination within the team. Contributors had to meet each morning for an hour and plan who would cover which events. These daily meetings provided a forum for exchanging information, as the women would share what they had heard and what they had found out, and exchange leaflets and brochures for events which they could not attend, but which might be of interest to others. Regarding this, Malgorzata Tarasiewicz from Poland, who joined the team for the first edition of Digitall Future, commented: “It was interesting to observe different styles of journalistic work from different countries. The atmosphere of friendship and openness was special about the team” [13]. Coordination with the photographer was also important: she often had to join two or three journalists at different points throughout the day to take portraits, or to photograph abandoned houses or street demonstrations.

At the end of each forum, the collection of articles – some very detailed and others no longer than brief remarks – were collated into a sixteen page newspaper, written half in English and half in French, with a common double page spread in the middle with a thematic photo report. In this way, the women who contributed became authors, even though some of them had never written before.

 

What lessons for the women’s movement?

“Digitall Future was a good effort in terms of feminist coverage but I don’t think it was sufficient to effect necessary change on the women’s movement. Initiatives like this should be done on a sustained basis and not just in a few events. It must be also conducted alongside other efforts such as educating audiences and media monitoring.” These were comments made by Mavic Cabrera Balleza after the WSF in Porto Alegre [14]. Other team members mentioned that there was insufficient funding to support alternative media such as Digitall Future, and that this was one of the main reasons why the project was not continued.

According to Dominique Foufelle, the initiative did not last long enough to bring about any real change in the women’s movement. She was also very disappointed by the failure of existing feminist networks to support the newspaper, and its distribution. “I thought the big feminist networks were connected and would be involved more actively in distributing Digitall Future worldwide. That did not work at all. I had the unpleasant feeling of a lack of solidarity, and a distance between “grass root activists” and “professional activists” [15].

 

Conclusion

If these were the feelings of women involved in the Digitall Futures feminist coverage, was it useful to have undertaken the project at all? What have we learned from these initiatives?

First and foremost, we learned that producing feminist media coverage was possible, with very little funding and with a few technological tools. The women who participated in these initiatives were able to unite despite their different political views and ethnic origins, and were able to bring their opinions and perspectives into a terrain where they have been in the minority. And they were able to multiply the effect of their participation in the forums, by informing thousands of other women about their progress.

In addition, this feminist media coverage contributed towards creating a public space for discussion at these events, one where women and men, according to their social, religious, ethnic, generational, and sexual identities, would potentially have the opportunity to express their different needs and interests. In her final reflections on Digitall Future, Mavic Balleza concludes: “In an inter-movement international event like the WSF, it is important to have a medium that reports about the different issues from a feminist perspective. Year after year, the feminist agenda or even women’s perspectives in general, have not been fully integrated in the conduct of the WSF. Digitall Future helped [bring] feminist issues and analysis [to] the surface – although this is far from enough, I should say. Feminist voices are still a minority, after all.”

 

Notes:

[1] Les Pénélopes, http://www.penelopes.org] (last accessed June 2007)

[2] Source: UNDP, http://www.undp.org (last accessed June 2007)

[3] Source: Unifem UK website, http://unifemuk.org (last accessed June 2007)

[4] Source: DF2, Spring 2005, Feministes pour une autre mondialisation, p.1 (French version)

[5] Source: DF1, Winter 2004, International Feminism on Paper, p.1, Malgorzata Tarasiewicz (English version)

[6] Source: DF2, Spring 2005, Forging links with other social movements, p.1, Daphne Sabanes Plou (English version)

[7] European and North American Women’s Action, ENAWA, http://www.enawa.org (last accessed June 2007)

[8] ESF Evaluation meeting, Sunday, November the 16, 2003. Report of ENAWA of the Effective E-feminism Programme 2003.

[9] Social Rights Bulgaria, http://www.socialrights.org (last accessed June 2007)

[10] Interview with Mavic Cabrera-Balleza, 17 April, 2007.

[11] Interview with Maria Velichkova, 10 May, 2007.

[12] SPIP, http://www.spip.net (last accessed June 2007)

[13] Interview with Malgorzata Tarasiewicz 19 April, 2007.

[14] Interview with Mavic Cabrera-Balleza 17 April, 2007.

[15] Interview with Dominique Foufelle, 10 April, 2007.

 

References

Cabrera-Balleza, M. (2007) ‘Community Media by and for Women – a Challenge to Fulfill the promise’, paper presented at the Our Media 6th International Conference, Sidney, Australia, April 9-13, 2007.

 

Françoise d’Eaubonne, la rebelle

Entretien avec Marina Galimberti et Joëlle Palmieri, juin 1999

Françoise d’Eaubonne, écrivaine, libertaire et féministe de la première heure, est de toutes les luttes. La résistance, la guerre d’Algérie, la lutte pour la contraception et l’avortement, puis contre les intégrismes, cette femme n’a de cesse de dénoncer les expressions de la phallocratie (mot qu’elle a créé). Agée aujourd’hui de 79 ans, elle entre en guerre pour dénoncer le sexocide des sorcières et demande amende honorable au Pape.
Votre travail d’écriture est-il lié à l’Histoire collective ?

Je suis féministe depuis l’âge de 11 ans. À 11 ans, j’ai en effet reçu des réprimandes du couvent des Dominicaines où j’étais élevée, en écrivant, avec le bout de mon soulier trempé dans l’eau, “Vive le Féminisme !” sur le pavé du cloître du couvent des dames. C’est dire que ça remonte à loin.
Si l’histoire collective a toujours été plus au moins étroitement imbriquée à la mienne, il faut en accuser évidemment le fait de ma génération, puisque je serai octogénaire au XXIe siècle, le fait que ma génération a connu la tornade de l’occupation, de la résistance, de la révélation totalement atroce et imprévisible de l’univers concentrationnaire… Quand on appartient à cet univers-là, c’est difficile de distinguer son histoire personnelle, sa trajectoire, son choix de vie, de l’histoire collective.
C’est à 12 ans et demi que j’ai reçu un prix au concours des enfants écrivains de moins de 13 ans, lancé à cette époque par Denoël. Il était une nouvelle fois difficile de se séparer de l’histoire collective du monde pour une autre raison, dans la mesure où j’étais d’une famille très engagée depuis toujours. Mon père était un militant du Sillon. Ma mère, d’origine espagnole, partageait les options de mon père et son père était non pas un révolutionnaire, mais un militant d’extrême droite, un militant carliste dont la tête avait été mise à prix. De sorte qu’il dut se réfugier en France, où il a épousé ma grand-mère. Tout ce petit tableau familial, pour vous expliquer que je ne pouvais qu’être particulièrement sensibilisée à cette étroite connivence entre mon histoire personnelle et l’histoire de la collectivité, à l’étape historique où je me suis trouvée par le plus grand des hasards.

 

Vous dites que vous êtes féministe depuis l’âge de 11 ans. Pourquoi si tôt ?

J’étais féministe d’abord par ma mère, car ma mère était une des toutes premières étudiantes scientifiques à un moment où c’était pratiquement impossible pour une femme de suivre une carrière scientifique, d’être une madame Curie, ou quelque chose d’approchant. Elle a dû d’ailleurs être l’élève de Mme Curie. Elle nous a souvent raconté, ce qui m’avait beaucoup impressionnée, la difficulté qu’il y avait pour des femmes à cette époque, de faire des études supérieures. Certaines de ses amies, qui étaient, comme elle, étudiantes en science, logeaient à l’hôtel et avaient reçu des coups de revolver à la porte. C’étaient des étudiants qui cherchaient à les dissuader de continuer. Elle-même, qui était pourtant une femme petite et frêle, très résolue, avait dû taper du poing pour pouvoir s’asseoir dans l’amphithéâtre à écouter les professeurs de l’époque qui étaient les grands noms : le grand physicien Henri Pointcarré et Mme Curie. Le paradoxe voulait qu’en effet, on essayait d’empêcher des femmes de suivre les cours de la Sorbonne. Marie Curie l’a du reste payé cher, à l’époque de la gloire de la science française.
Voilà comment, étant enfant, j’avais déjà entendu parler de ces questions par ma mère et des difficultés qu’avaient les femmes à pouvoir s’imposer dans le monde. Elle en était un exemple frappant puisque, elle-même étant mariée et ayant mis cinq enfants au monde, n’a pas pu continuer cette carrière qui s’annonçait pourtant exceptionnelle.

 

Vous aviez 20 ans à l’aube de la grande guerre, puis vous vous êtes engagée au Parti Communiste, que vous avez quitté au moment de la guerre d’Algérie…

Forcément après la guerre, il était impossible de ne pas s’engager. Alors comme beaucoup d’autres intellectuels, et pas seulement en France, je me suis engagée en tant qu’écrivain et donc en tant que responsable d’un certain message à transmettre au public. J’étais évidemment au Parti Communiste, que j’ai quitté au moment de la guerre d’Algérie. J’étais à fond pour l’indépendance de l’Algérie et j’étais indignée de la tartufferie du PC qui, à l’époque, se conduisait exactement comme ce qu’il avait reproché à Pétain. Il a voté la confiance à Guy Mollet, qui était l’envoyé, le va-t-en-guerre de la guerre d’Algérie, alors que des tas de jeunes gens, pénétrés de l’idéologie communiste, tiraient la sonnette d’alarme des trains, refusaient de partir… Jamais le PC n’a voulu les soutenir, bien au contraire… Il disait, allez-y, comme ça vous surveillerez (comme si une guerre pouvait être surveillée !) ce qui se passe là-bas. Ce qui était exactement l’attitude du pétainisme : “c’est pas du tout qu’on soit pour les Allemands, mais au contraire, il faut faire avec ce qu’on nous donne, la France est partagée en deux, il y aura au moins une zone libre, vous ne souhaitez pas la Pologne, ici nous surveillons ce qui se passe”… Et on a vu, à partir de 42, ce qu’il en a été.
J’étais tellement indignée par cette façon de faire, “faites ce que je vous dis et ne faites pas ce que je fais”, qu’en effet, j’ai déchiré ma carte au moment de la guerre d’Algérie. Depuis, j’ai fait l’analyse de ces questions, pour savoir pourquoi les choses s’étaient passées ainsi. Je comprends davantage la trajectoire historique de l’époque, mais je ne me repends pas du tout d’avoir quitté un parti que ne pouvait absolument pas correspondre à ce que j’attendais d’un parti politique. Outre que sur le plan des femmes, précisément, c’était assez déplaisant de voir à quel point il y avait du mépris pour toutes les questions qui concernaient les femmes. Dans le PC, et surtout de la part des femmes du Comité Central, tout cela était considéré comme une déviance petite bourgeoise. Au tout premier chef, la question de la maîtrise de la procréation et de la contraception. Je n’oublierai jamais les méthodes et les campagnes anti-féministes de la femme de Thorez, comme quoi la maternité devait être une joie et ce qu’il fallait faire, c’était lutter pour changer la société qui, elle, empêchait que cette maternité soit une joie. Eh bien ce genre d’air de flûte, ça faisait long feu avec moi !

 

À la même époque, vous avez fréquenté Simone de Beauvoir. Pouvez-vous nous dire ce qu’a représentée cette rencontre ?

J’ai été très proche de Simone de Beauvoir, à partir du ” Deuxième sexe “. Quand ce livre est paru, j’étais folle de joie. Je lui ai écrit : “Nous sommes toutes vengées”. Je disais : “Enfin une femme qui a compris”. Et je peux dire qu’à l’époque ce n’était pas une réaction très répandue, y compris chez les femmes. Ce qu’elle a apporté comme analyse a mis un certain temps à pénétrer l’esprit du public. J’ai eu des contacts très agréables avec elle, mais nous ne sommes devenues vraiment amies qu’au moment du referendum de De Gaulle. Nous nous sommes retrouvées dans la campagne anti-referendum. On aurait pu l’appeler la campagne anti-publiciste, c’était pratiquement la même chose. Et à partir de là, nous sommes restées amies jusqu’à la fin de ses jours. J’ai toujours eu une grande admiration pour elle, tout en ayant des réserves sur certaines de ses analyses historiques. Cela concerne par exemple les femmes devant le patriarcat, qu’elle nie complètement au nom d’une certaine croyance au matriarcat. Ce n’est pas du tout ma conception. J’ai écrit dans “Les femmes avant le patriarcat” en 75, qui est peut-être le livre que j’ai vendu le plus longtemps, plus de 15 ans, mon point de vue très nuancé sur cette affaire : l’existence d’une culture occidentale clanique agricole qui a existé avant la fondation même du patriarcat et qui n’était pas pour autant le matriarcat. Les femmes n’étaient pas au sommet, mais au centre. Il n’y a pas eu une espèce de patriarcat inversé où les femmes tenaient un rôle de pouvoir, … Non, ça n’a jamais existé. Je dois dire que je suis heureuse d’être confortée dans cette conception, par des livres aussi importants que celui d’Ariane Esler, qui a écrit “Le Calice et l’épée”, le livre tout à fait essentiel d’un professeur allemand qui s’appelle Bormann, qui a écrit ” Le patriarcat “, et aussi, beaucoup plus récemment, le gros livre de Françoise Grange, qui est paru chez Côté Femmes, “Le dieu menteur”, où elle explique comment un patriarcat guerrier, militaire, oppresseur s’est instauré à Sumer, après la défaite de ce qu’elle appelle le divin féminin.

 

Dans les années 68, puis 70, vous vous engagez dans la lutte pour la contraception et l’avortement. Vous rejoignez le MLAC. À la même époque, vous reprenez le flambeau de la lutte contre toutes les formes d’oppression.

J’ai toujours été contre toutes les formes d’oppression, et pas seulement l’oppression des femmes. Il va de soit que, pour moi, elle a été la première puisque je suis femme. Néanmoins, toutes les oppressions, toutes les formes d’injustice m’ont toujours motivée. Un exemple : la démographie. Elle était une des premières grandes questions de l’écologie actuelle. La menace de l’inflation démographique planétaire n’est pas une simple question du Tiers Monde, comme le racontent volontiers les gens d’extrême droite. Cette question de démographie est tellement étroitement liée à la condition des femmes, à cause de la ré-appropriation ou du dépouillement de leur propre corps. Il est absolument indispensable que la liberté de contraception et procréation soient données aux femmes de la planète, si on ne veut pas que cette planète déborde. Par ailleurs, toutes les questions de l’ordre des richesses, fertilité ou fécondité, correspondent aussi à une évolution de l’espèce humaine. Autrefois, au moment où la terre était peu peuplée, les femmes étaient non seulement propriétaires de leur propre corps, mais aussi des richesses agricoles, qui étaient les premières richesses de l’antiquité. C’est ce que j’ai démontré dans “Les femmes avant le patriarcat” et dans “Ecologie, féminisme, révolution, mutation”. Le patriarcat a commencé avec l’appropriation des deux sources de richesse : la fécondité et la fertilité. À partir du moment où les hommes ont découvert, à une date relativement tardive, qu’ils étaient les pères de leur propres enfants, alors qu’ils croyaient la femme en rapport avec une espèce de divinité qui les fécondait d’une manière ou d’une autre, les hommes, au lieu de chasser et de consommer, ont pu prendre le temps d’élever les bestiaux qu’ils avaient capturés. L’homme a compris qu’il était le propriétaire de cette fertilité et il a décrété qu’il était tout. À ce propos, Simone de Beauvoir, dans le Deuxième Sexe, relate l’histoire d’Oreste, qui tue sa mère comme une étrangère, parce que sa mère n’est que le terreau, l’humus où le père a déposé la graine, et c’est Apollon de Delphes, qui récite ses vérités neuves qui vont transformer la face du monde…
Donc fertilité et fécondité, autrefois propriétés des femmes, sont accaparés par les hommes. C’est le début du patriarcat, qui a abouti à notre désastre écologique actuel, avec l’inflation démographique d’une part et l’épuisement de sols nourriciers de l’autre.
Comme je l’ai dit dans “Ecologie et Féminisme”, les hommes commencent à s’inquiéter de l’augmentation de la démographie, quant cela arrive au niveau de la planète. Les femmes s’en inquiètent quand cela arrive au niveau du petit territoire ou du logement qu’elles occupent. L’une voit la chambre, l’autre voit le monde. Ceci posé, quand on arrive à l’époque où ils sont obligés de s’occuper de cette question, tant mieux si les femmes peuvent en profiter en arrêtant cette inflation, quel que soit l’outil qui est mis entre leurs mains et quel que soit le fait que ce sont des outils d’homme. Elles ne sont pas pour autant dépendantes d’une autre manière de la dictature patriarcale, dictature très nuancée évidement dans la mesure où il s’agit maintenant de forces d’argent et non plus de forces de pouvoir matériel et temporel. L’économie est une véritable théocratie. Le fait que ce nouveau pouvoir masculin met dans les mains des femmes, même pour son propre intérêt, des possibilités de limiter la procréation, c’est déjà une grande étape vers la libération. Les femmes sont alors en route pour s’emparer des différents leviers du pouvoir. Les techniques qui limitent la procréation donnent aux femmes un moyen de ruer dans les brancards ! Tant qu’il n’est pas encore possible de mettre en l’air, de pulvériser lesdits brancards, et bien il faut faire avec ce qu’on a et utiliser ce qui est donné, y compris même par le pouvoir.

 

Le manifeste des 343, vous en étiez ?

On était en réalité 360 ! Il y a eu le manifeste de 343 en 71. Je suis allée à une réunion chez Simone de Beauvoir où ce texte extrêmement concis, qui n’avait rien de déclamatoire, qui était jusqu’un constat, avait été mis sur pied par quelques féministes de choc. Je me souviens avec quelle jubilation j’ai joint ma signature à ce manifeste ! Les 343 salopes étaient les premières femmes ayant un certain nom, une certaine notoriété, qui ont signé cela, un peu comme pour le manifeste de 121 contre la guerre d’Algérie.

 

Vous avez co-fondé le FHAR, le front homosexuel d’action révolutionnaire. Pensez-vous que la lutte des homosexuels et la lutte des femmes sont conciliables et qu’il n’y a pas contradiction entre domination sexuelle et domination masculine ?

En 71, il y a eu ce que j’ai appelé le rejaillissement des sources de Mai 68. En Mai 68, toute sorte d’amorces de mouvements nouveaux, absolument ignorés jusque-là venaient de s’enfoncer sous terre. J’ai appelé cela les mouvements du désirant et du refus. Il s’agissait aussi bien des objecteurs de consciences, des maoïstes, les écologistes qui commençaient à peine, les homosexuels, les féministes… Toutes sortes de thèmes mis entre parenthèses par les partis officiels révolutionnaires qui disaient : ” ce qu’il faut, c’est changer. La société et le reste suivra “. Tout cela avait éclaté en mai 68 et lui avait donné sa dynamique parfaitement originale. Cela ne s’est pas uniquement passé à Paris. Dans le monde entier, de l’Allemagne jusqu’en Chine, il y a eu ces mouvements de jeunesse récupérant et reprenant à leur compte ces mouvements mis entre parenthèses par les partis politiques oppositionnels ou subversifs.
C’est en fait en Amérique, qu’a commencé la dynamique de cette question du MLF et du FHAR. Là-bas, ça s’appelait le Women’s Lib et le mouvement Gay. Une émeute a duré trois jours à la stupeur à la fois des pouvoirs publics et des émeutiers eux-mêmes. Une alliance militante entre les gays et le Women’s Lib a alors été créée. C’est le début du féminisme révolutionnaire. À l’époque, Deleuze avait parlé de cette unité qui existait entre les mouvements révolutionnaires subversifs, surgis brusquement en 71, et d’un lien absolument incontournable, et pourtant difficile à analyser, entre la revendication des homosexuels et l’écologie.
Les gays, on ne les appelait pas encore ainsi, et les femmes en révolte, avaient le même ennemi, qui était précisément le patriarcat oppresseur, qui persécute le féminin, pas uniquement chez les femmes, mais aussi chez les hommes. En 71, j’ai vu que les forces de subversion, les forces libertaires, les forces d’opposition, pouvaient se rejoindre et former, je ne dis pas une unité, ça c’est un mot de l’époque des grands partis officiellement oppositionnels, mais un fer de lance, un front de bataille uni contre un ennemi commun.
Pendant au moins deux ans, je me donne à fond et je fais la passerelle entre le FHAR et le MLF. Le résultat a été des manifestations, des colloques et des prises de parole à l’étranger, la fondation d’autres mouvements en Belgique, en Italie…

 

Il me semble que même à l’émergence de ces mouvements, il y a toujours eu une certaine domination entre gays et lesbiennes…

Domination, non. Quels que soient les tiraillements qu’il y a eu entre les gays du FHAR et les lesbiennes du MLF, la question ne s’est jamais très sérieusement posée quand il s’agissait d’analyses ou d’alliances au coup par coup contre des oppressions communes. J’ai moi-même noué des liens très chaleureux envers les uns et les autres et cela a toujours été une joie pour moi d’assister à ce type de contacts. Cela a d’ailleurs même abouti à me faire poser un paradoxe : “il y aura peut-être un jour, la réconciliation des sexes grâce à l’homosexualité”.

 

1999 est l’année du PACS et de la parité. Quelles ont été vos positions respectives ?

J’ai beaucoup applaudi le PACS. J’ai participé à la campagne pour le PACS. Il était temps de mettre ça en activité. Lorsque deux personnes du même sexe vivent ensemble et que, à la mort de l’un d’eux, tout le travail qu’ils ont fait ensemble et qui a porté tel ou tel fruit revient à la famille du défunt, que l’autre n’a aucun droit et peut se faire mettre à la porte comme un malpropre, … Quelles que soient les petites astuces juridiques qui peuvent être tentées, comme par exemple la fameuse tontine, suggérée par les arcadiens, tout cela n’a rien d’aussi fort que la reconnaissance officielle du couple unisexe, qui, d’une part, résout cette injustice et d’autre part, établit une reconnaissance officielle à un état de fait qui existe en milliers et milliers d’exemplaires. Quel que soit l’éclat qui existe dans la culture, dans les médias, quelle que soit cette reconnaissance du phénomène gay, tout cela continue d’être occulté. Rien que de voir les slogans que braillaient ou affichaient les ennemis du PACS, je me suis régalée d’observer ce qu’il y a de plus bas et dangereux dans l’obscurantisme qui règne encore dans ce monde.
Pour ce qui concerne la parité, je n’ai jamais voulu faire campagne pour. Elle est admise aujourd’hui. Très bien, je n’ai rien à dire. Puisque c’est considéré comme une nouvelle victoire des femmes, ce n’est pas moi qui vais brailler contre. Mais, je n’ai jamais voulu participer à cette entreprise parce que j’estime qu’il y a un danger dans le fait que, précisément dans cette société d’inégalité, c’est une concession de proclamer qu’on peut se reconnaître comme égales, au lieu de démolir un système. En quelque mots, je dirais que le fait, pour les femmes, d’être à tel ou tel levier du pouvoir, à tel ou tel siège selon un pourcentage ou un autre dans les partis, c’est diviser les femmes plutôt que de les unir. En fait, chacune s’unit avec le parti qui lui donne un siège ou un levier de commande. Elle se reconnaît dans une parcellisation du pouvoir patriarcal, au lieu de s’unir avec les autres contre ce même pouvoir patriarcal.

 

Le mouvement féministe français ne souffre-t-il pas d’une forme de ghettoïsation ?

La ghettoïsation était une question qui pouvait se poser dans les années 80. À l’heure actuelle, il s’agit d’autre chose. La ghettoïsation ne concerne que les types de luttes qui ont été enfermées dans un cercle trop étroit pour pouvoir s’élargir avec l’évolution historique. Or, l’évolution historique apporte d’autres perspectives, d’autres formes de lutte qui n’ont plus rien avoir avec le ghetto. Bien avant 70, à l’époque des premières vagues du féminisme, tout ce qui a été autrefois apporté par la lutte des femmes, dans un contexte tout à fait différent et dont les éléments peuvent paraître aujourd’hui dépassés ou faire sourire, comme le Modern-style ou les bijoux de Sarah Bernard, continue à exister et nourrir les luttes dans lesquelles nous sommes engagées. Je ne peux pas prévoir exactement les modalités, mais je sens très bien ce qui se passera. De toutes manières, on sera toujours confronté à la question primordiale : savoir si cette société d’inégalité pourra se maintenir sous un pouvoir d’argent, comme elle se maintenait autrefois sous un pouvoir dictatorial ou impérialiste. La conquête, l’expansion des territoire, etc., ont été remplacés non seulement par l’argent, mais par un mode particulier de l’argent qui est la spéculation, remplaçant la production. Voilà les grandes questions qui vont se poser dans le prochain siècle, et pour lesquelles les femmes devraient organiser de nouveaux combats et ouvrir de nouveaux champs de bataille.

 

Que pensez-vous des mouvements des jeunes féministes ? N’y a-t-il pas eu des problèmes de transmission entre les générations ?

D’autres formes de luttes apparaissent à partir du moment où d’autres ont disparu. C’est incroyable le nombre de choses qui existaient et qui semblaient aller de soi dans ma jeunesse et qui maintenant sont complètement passées et démodées ! Il n’est plus questions d’élever les filles pour un certain type de métiers féminins, ou de penser que le mariage est la seule carrière qui leur est ouverte. Ces choses-là sont complètement et fort heureusement disparues.
Je pense que les luttes des femmes qui vont être prioritaires dans le siècle à venir, seront pour maintenir le facteur d’humanisation, d’humanité. À l’âge cybernétique et numérique, il faudra lutter pour ne pas remplacer les animaux par des créatures transgéniques et les humains par des robots. Je crois que si les femmes ont une priorité à envisager dans le monde qui vient, c’est précisément celle de la solidarité qui est l’autre nom de la convivialité. C’est précisément cette option que le foudroyant développement de la technologie risque de remettre en cause, en déshumanisant l’espèce à laquelle nous appartenons.
Quant à la transmission, il faut considérer qu’elle se fait de manière subtile. Aujourd’hui, je pourrais déterminer non pas des résurgences, mais des résultats, des conséquences concrètes du féminisme socialiste idéaliste du XIXe siècle. Ils ont l’air d’être complètement dépassés, mais peuvent dicter certaines formes de réaction et de luttes de l’époque moderne. Nous sommes beaucoup plus dépendants de ce que nous croyons du passé. Je pense, par exemple, à Louise Michel qui n’est pas une désuétude, ni un bibelot sur une étagère. Au moment de la lutte pour l’indépendance en Nouvelle Calédonie, j’étais heureuse de pouvoir écrire un livre sur elle, tellement ce qu’elle avait dit et examiné, réapparaissait sous une lumière neuve, d’une actualité sensationnelle. Cela me faisait dire , “elle a inventé et écrit un livre d’une science qui n’existait pas encore : l’anthropologie.” Son ouvrage sur la culture kanak a complètement été ignoré. Voilà un exemple parmi beaucoup d’autres.

 

Vous avez écrit, en début d’année, un manifeste sur le sexocide des sorcières. Existe-t-il un lien entre ce que vous venez de dire et le livre que vous venez de publier ?

Un lien certain existe entre ces considérations historiques et mon dernier livre qui s’appelle “Le sexocide des sorcières”. Je veux souligner comment ce qu’on a appelé la chasse aux sorcières, qui a duré deux siècles, les siècles de Renaissance et d’âge classique, et non de Moyen Age comme le croit le public, représente un lien direct avec un très ancien complexe du patriarcat : le rêve du monde sans femmes. De ceci est né un plan institutionnel, qui évidement n’a jamais pu s’instaurer mais qui s’enracine déjà en Grèce où certains poètes se lamentent de penser qu’il faut passer par une femme pour avoir des fils… Il existe un vieux phantasme de l’absence de l’autre, d’un univers qui serait le même, la culture du ” logos “, ce que j’appelle la culture du ” phallo logos “. L’autre, c’est la femme, et l’autre a quelque chose de tellement insupportable qu’on rêve de le voir disparaître, bien qu’on soit bien obligé d’accepter qu’il soit là. C’est ce vieux phantasme qui est à l’origine de ces deux siècles de massacres absolument insensés, plus que délirants, qui ont d’abord consisté en une extermination des sorcières et ensuite, plus simplement des femmes elles-mêmes. Les deux grands inquisiteurs ont publié “les sorciers sont peu de chose”. Ça signifie quoi ? Nous seuls (les hommes) sommes les véritables croyants. Toute femme est, à l’origine, une sorcière et tout le féminin doit être éliminé. Dans l’archevêché de Trèves, les femmes étaient mises à mort à partir de l’âge de sept ans, et sur cette rive, la rive droite du Rhin, les hommes se plaignaient d’avoir à traverser des pays et des pays pour arriver à trouver une épouse…
Il s’agit là d’un véritable désir de mort qui se concrétise non pas pour une chasse à, mais par une extermination de, c’est-à-dire un génocide, un génocide de quoi ? Un génocide du sexe. On voit d’ailleurs réapparaître ce phénomène, à l’heure actuelle dans les pays intégristes, et en particulier chez les Islamistes. Dans ces pays, il ne s’agit même plus de parler des femmes comme de sorcières, mais de pécheresses, de tentatrices, d’organes de Satan. Le mot Satan est tout à fait utilisé par les Talibans et les Mollahs : toute femme est susceptible d’être une tentation de péché, donc le féminin doit être complètement éradiqué. J’ai volontairement fait publier en appendice de mon livre, les quinze commandements des Talibans.
J’ai introduit en 71 le mot ” phallocrate ” dans la langue française, je voudrais bien qu’aujourd’hui celui de ” sexocide ” y soit également reconnu.

lundi 1er janvier 2001

La résistance mondiale des femmes au libéralisme

La mondialisation libérale n’est ni un phénomène récent ni un système innovant. Elle s’appuie sur l’architecture du patriarcat et donc la banalisation de l’oppression des femmes. Conscientes de cette situation, confrontées à une paupérisation galopante et des formes d’exclusion de plus en plus sophistiquées, des femmes, partout dans le monde, ouvrent des poches de résistance. Reste qu’une nouvelle grille de lecture du capitalisme est à transmettre et à pratiquer.

Les dégâts du libéralisme ne sont pas inconnus. Le très officiel rapport 1997 de la Cnuced (Agence Commerce et Développement de l’Onu) dévoile qu’il accroît systématiquement les écarts de richesse entre les différents pays du monde. En 1965, le revenu moyen individuel dans les pays du G7 valait 20 fois celui des 7 pays les plus pauvres. En 30 ans, ce rapport a doublé. Ces écarts se révèlent également à l’intérieur-même des pays : depuis 20 ans, 20% de la population accumulent la plus grande part des revenus des pays. Le rapport sur le développement de la Banque mondiale de 2000/2001 affirme que le pourcentage de la population qui vit avec moins de 1 dollar par jour a augmenté en Europe comme en Asie Centrale de 0,2% en 1987 et de 5,1% en 1998. En Amérique latine et dans les Caraïbes, ce chiffre est passé de 15,3% à 15,6%. La moyenne mondiale était encore de 24% en 1998. Ainsi, 15 des 37 millions d’Argentins vivent au-dessous du seuil de pauvreté dont 5 en état d’extrême pauvreté. Le chômage a dépassé 20 % de la population active. Le pouvoir d’achat a baissé de 50 % dans les dernières cinq années. 90% des banques et 40% de l’industrie appartiennent à des multinationales étrangères. Sa dette externe s’élève actuellement à 150000 millions de dollars. Les instigateurs de cette tendance générale (au Nord, de façon volontariste à la Thatcher ou à la Reagan, et au Sud, via les Plans d’Ajustements Structurels) sont la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International et l’Organisation Mondiale du Commerce. Aussi, depuis la mise en œuvre de ces réformes économiques, partout au Sud, des écoles ferment, des centres hospitaliers sont liquidés. Selon Patricia Giles, de la Commission pour la santé des femmes de l’OMS, ” les investissements pour la santé des femmes ont dramatiquement chuté dans une période de prospérité croissante “. Aussi, que ce soit en Amérique latine, en Asie ou en Afrique, des femmes meurent pendant l’accouchement ou faute de soins et des adolescentes quittent l’école pour cause de grossesse. Rien qu’en Argentine, entre 50 et 100 enfants meurent chaque jour. Les femmes et les enfants sont bien les premières victimes de la mondialisation libérale. Ils représentent 80% des pauvres et 67% des analphabètes dans le monde.

Pourquoi les premières victimes ?

Selon Maria Mies, anthropologue et sociologue allemande, les raisons de ce constat méritent réflexion. Tout d’abord, partout dans le monde, les femmes n’ont pas de pouvoir de négociation et ” ne peuvent pas faire fructifier leur “capital humain” “. La tendance est donc grande de demander aux Etats plus de droits, afin que l’égalité de genre devienne une réalité. Or cette politique de ” rattrapage ” n’est qu’un mythe. La revendication des droits est vaine car aucun Etat, au Nord comme au Sud, ne respecte ses engagements. Pour seuls exemples, la plateforme de Pékin ou le protocole additionnel Cedaw contre toutes les discriminations faites aux femmes, bien que ratifiés par des centaines de pays, sont tous les jours méprisés. Par ailleurs, étonnamment, aucun indicateur de survie n’apparaît dans les statistiques officielles, ou dans l’analyse des militants contre la mondialisation libérale. Or le renouvellement de la force de travail est en totalité assuré par les femmes. Dans toutes les théories et modèles économiques, cette activité quotidienne de survie est banalement considérée comme un ” bien gratuit “. Comme le souligne la sociologue, ce travail semble ” émaner “naturellement” des corps des femmes. Aussi, la ” “ménagérisation” des femmes est donc le complément nécessaire à la prolétarisation des hommes “. De fait, le travail domestique gratuit des femmes, les soins, l’alimentation, l’éducation, entendu comme de ” l’économie invisible “, devient le socle du libéralisme.

Quelles résistances ?

Les femmes sont donc victimes, mais nombre d’entre elles sont conscientes que la diversité de leurs revendications et leur pratique d’un pluralisme économique, établissent un contre-courant à la théorie économique dominante, libérale et patriarcale et représentent de sérieuses formes de résistance. La destruction de la nature, la course aux armements, la pauvreté, procèdent en effet des mêmes stratégies politiques et économiques, celles-là même qui sont basées sur la domination masculine et sur la négation de la femme comme “être citoyen” à part entière. Le libéralisme s’appuie en effet sur les fondements même du patriarcat : domination de la propriété privée, exploitation du corps humain, division du travail (le domestique et le non-domestique), travail non rémunéré (ignorance du “privé”), organisation pyramidale, hiérarchie, dépendance, reproduction, inégalité, violences à l’égard des femmes, dont la prostitution. Ainsi, l’écoféminisme (écologie-féminisme), créé dans les années 70, s’oppose de façon radicale à la mondialisation financière, dénonce l’instrumentalisation du vivant par les multinationales pharmaceutiques et agroalimentaires et les proxénètes, à des seules fins de profit immédiat.

Aujourd’hui par exemple, les organisations de femmes de Papouasie sont au premier plan de la lutte contre la “réforme agraire” et contre la “réforme de l’éducation” imposées par la Banque mondiale et le FMI. De même au Kenya, ce sont les femmes qui, depuis 1980, sont au premier plan de la lutte contre les entreprises mondialisées. Lorsque les prix du café a chuté et qu’elles n’ont reçu d’argent ni des propriétaires de plantations, ni de leurs maris, ni de l’Etat, elles ont abandonné les plants de café jusqu’à ce qu’ils meurent, ont planté entre les arbres des légumes qu’elles ont vendus au marché ou ont utilisé pour leurs familles. Les Freedom Corner Mothers (les Mères du Coin de Liberté) ont manifesté contre l’arrestation de leurs enfants qui s’étaient opposés au programme néo-libéral des compagnies depuis 1990. Leur opposition a déclenché la vague d’appropriation des terres, au Kenya et dans le reste de l’Afrique, par les paysans sans terre. Ces Kenyanes ont utilisé avec succès les méthodes des Nigériennes lors de leurs combats contre leurs anciens maîtres coloniaux ainsi que les nouveaux, à savoir la Shell. Elles dénudent leur poitrine face à la police, aux soldats et aussi aux administrateurs de la multinationale pétrolière, leur rappelant qu’ils sont tous les fils de leurs mères !

Dans un autre registre, les tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda, pour l’ex-Yougoslavie, ont été principalement imposés par des femmes qui refusent les génocides, les crimes contre l’humanité, les viols, l’épuration ethnique… Aux Philippines, des femmes ont fait fermer des bases militaires américaines, ce qui a libéré pour leur pays des sommes d’argent monumentales. Cette lutte pour la paix représente tout un arsenal d’actions liées à l’éducation, à la santé… vers une véritable justice sociale.
En Argentine, durant la dictature militaire, les Mères de la Place de mai ont joué un rôle de premier ordre, elles qui, les premières, ont dénoncé les atrocités, et réclamé leurs enfants emprisonnés ou ” disparus “. Aujourd’hui, dans chaque quartier, ce sont des femmes qui convoquent des assemblées populaires, une nouvelle forme de démocratie, directe, et se voient réprimées pour leur combativité. Elles sont aux avant-postes de la formulation d’alternatives, comme le système de troc. Comme le souligne l’anthropologue argentine Martina E. Chávez, ” Nous prônons une nouvelle économie basée sur la réciprocité tout en respectant la terre nourricière, tout le contraire des valeurs du FMI, de la Banque Mondiale et de l’OMC. Une économie au service des personnes et des peuples. “

L’économie solidaire ou populaire

L’économie solidaire ou populaire n’est pas un simple secteur, réservé aux pauvres, un tiers-secteur qui s’adapte au système néo-libéral. Au contraire, cette économie se place comme une alternative au système, une véritable aide au développement. Selon Heloisa Primavera, économiste argentine, ” l’économie solidaire n’est pas un système pour souffrir un peu moins, mais pour changer le système “. Elle ajoute que les femmes composent 70% des clubs de troc partout dans le monde et qu’elles ont quasiment l’exclusivité de leur coordination (90% de femmes).

Selon Cécile Sabourin, économiste québécoise, la vision patriarcale des systèmes sociaux, politiques et économiques ont une influence sur tous les rapports et à tous les niveaux. Un des effets transparaît dans l’invisibilité de la contribution des femmes à l’économie. L’expression de la créativité des femmes doit être valorisée dans tout son potentiel de transformation sociale. Le grand écart qui existe entre droits et mentalités obère toutes les initiatives de femmes qui ne sont pas purement économiques et financières, qui produisent néanmoins des biens et services et qui favorisent la paix indispensable au développement local durable.

“L’économie solidaire a des retombées financières économiques et même sociales et permet d’équilibrer et d’harmoniser la famille”, confirme Aminata Diongue Ndiaye, coordinatrice régionale des actions féminines de Dakar. Ainsi, les prêts octroyés aux femmes servent à beaucoup plus de choses qu’à l’activité économique en tant que telle. Ils permettent l’accès aux soins, à l’éducation, voire au mariage… Il s’agit en fait d’une ” économie de vie “. Tout en occupant majoritairement le secteur informel, les Africaines inventent ou expérimentent des initiatives d’économie solidaire par le simple fait que leurs activités ne visent pas un retour sur investissement d’ordre financier, mais, surtout, recherchent une plus-value sociale, en développant conjointement des services connexes comme la reconstruction d’écoles, la réhabilitation d’hôpitaux ou de maternités, voire le réaménagement du territoire par la réparation des routes, ce qui profite à l’économie globale de la région ou du pays. Au Mali, où la situation est à la fois marquée par les Programmes d’ajustement structurels et par l’islam, très prégnant, des femmes ont été amenées à créer une activité de fabrication de savons afin de financer des crèches…

Créer de nouvelles dialectiques

Une priorité : rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses. Car si tout a un coût, il n’est pas forcément monétaire. Est-il forcément légitime qu’une école ou encore une maternité, qui ont un prix, soient rentable ou rentabilisé financièrement ? La production de richesses peut se mesurer autrement : plaisir, émotion, lien social, santé, éducation, préservation du vivant…et les coûts également. Les milliers de morts sur les routes ou encore les cardiaques ou cancéreux des pays du Nord rapportent plus d’argent aux multinationales pharmaceutiques, aux bâtisseurs et aux vendeurs d’eau que la vente de journaux. Par contre, ils coûtent en humanité, en qualité de vie, en protection de l’environnement, en préservation de la nature. Il s’agirait donc de mesurer également, grâce à de nouveaux indicateurs de destruction, la casse produite par l’industrie, l’agriculture productiviste, les guerres, les violences, l’exclusion, le chômage, la pensée unique dont les grands monopoles de communication sont les vecteurs.

Rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses conduit à inverser les logiques : quand une association ou une ONG reçoit une subvention publique, ce n’est pas elle la débitrice. Elle produit des richesses sociales, relationnelles, environnementales… Elle devient l’opérateur d’un Etat désengagé qui, d’une certaine manière, sous-traite la production de services d’intérêt général. Si une association ou une ONG se plie à la discipline du marché et intègre ces critères de rentabilité, elle constitue alors l’une des pièces du gigantesque puzzle mis en ordre par le système libéral. Il faut apprendre à reconnaître nos propres compétences, nos savoir-faire et les moyens que nous mettons en œuvre, qui ne se mesureront jamais comme la spéculation boursière ou la rentabilité d’un capital investi. Il est urgent de valoriser ou de bâtir des modèles économiques différents qui s’appuient sur une autre qualification des richesses, qui identifient les facteurs de casse et militent pour une économie à forte plus-value sociale. Des modèles majoritairement portés par des femmes, partout dans le monde.

juin 2002

Idéologie et marché : rompre avec les évidences

Le marché de la communication en cache bien d’autres. D’où les stratégies de monopole et de concentration des multinationales du secteur. Seule alternative pour la société civile : identifier les réelles richesses, rendre visible les indices de destruction et contrer le libéralisme sur son terrain, l’économie. L’idéologie libérale, support émergé d’un empire financiarisé, doit se contrer sur le terrain indivisible de la démocratie, à la fois politique, économique et sociale.

Quand Jean-Marie Messier déclare en décembre 2001, afin de justifier les investissements de son groupe aux Etats-Unis, que ” l’exception culturelle française est mort ” et qu’il faut laisser place à la diversité, à première lecture, Vivendi, au même titre que Warner ou Berlusconi, semble occuper le terrain de l’idéologie. En finançant le cinéma de Luc Besson ou de Tim Burton, c’est une image bien codifiée de la société que ces mentors de la communication offrent aux jeunes générations. Le positionnement se fonde sur : ” Rien n’est gratuit. Tout se mérite, donc tout est fruit d’une lutte, par définition violente et se paie “. Jean-Marie Messier, en participant aux émissions de télévision grand public, tente de se forger une identité de brave patron qui crée des emplois, tout en affrontant la lutte impitoyable qu’impose la concurrence. De fait, il chantonne les refrains de l’idéologie libérale. A l’inverse de ce patronat, rétrograde et conservateur qui ne sert que ses propres intérêts, incarné par le baron Séllières (patron du Medef – syndicat patronal français), le ” J2M “* se positionne lui comme un fervent défenseur de l’intérêt général : en réalité son pire concurrent. Ainsi, les militants anti-mondialisation libérale les plus acharnés, Bové et consorts, s’en trouvent déstabilisés et démunis, lorsqu’ils sont directement en confrontation télévisuelle. Car enfin, le positionnement idéologique cache bien un investissement purement économique. Qu’est-ce qui prime ? l’idéologie ou le profit ? Quand Jean-Marie Messier parle de la mort de l’exception française dans le cinéma, s’agit-il avant tout d’une offensive idéologique ou d’une stratégie de captation de marchés ? Quand la Fondation Vivendi essaime ses micro-dons auprès des associations quels que soient leurs domaines d’activité, y compris ceux de la défense des droits ou du développement durable, n’est-ce pas un investissement en direction des territoires, pour mieux étendre son marché de l’eau, de traitements des déchets, de transports ? Quand Universal édite les CD des rappeurs, des chanteurs ” anti-mondialisation “, comme des stars taillées à façon, n’est-ce pas un moyen d’entrer de force dans les salles de spectacle, dans les émissions TV, sur les ondes radio, dans les caves de banlieue et de fidéliser sa clientèle actuelle et à venir, en couple ou en famille ? Quand Vivendi-Universal publie des livres scolaires, des cdrom ludo-éducatifs, voire des essais polémiques, des journaux – la multinationale possède une grande part des éditions et de la presse françaises -, n’est-ce pas une stratégie pour prendre dans ses filets plusieurs secteurs socioprofessionnels dont la corporation des enseignants et des journalistes ? Quand Cegetel fournit la téléphonie mobile ou fixe, n’est-ce pas une façon d’envahir l’espace public et de réguler toutes les technologies, du câble à la fibre optique en passant par internet, ses bandes passantes et les technologies du futur (UMTS) et par là-même s’assurer un avenir économique et un profit maximum à court terme et sur la durée ?

 

Le politique réduit au marketing

L’extension et le développement des marchés ne connaissent pas de limites. En faisant une OPA (Offre publique d’achat) sur le marché de la communication, les Vivendi et autres fans considèrent la sphère publique comme un marché comme un autre. Sur ce terrain, le principal concurrent n’est certes pas la classe politique qui n’oppose aucune résistance, mais serait les ” anti-mondialistes ” tels qu’ils sont qualifiés par les médias qui sont la propriété de ces monopoles. A l’école marketing, la meilleure façon de contrer son concurrent direct est de venir sur son terrain, d’utiliser son vocabulaire, ses concepts afin de mieux les détourner. Ainsi on a pu entendre ou lire Messier vanter les vertus de la ” diversité culturelle “, reprenant ainsi à son compte la terminologie des anti-mondialisation libérale, tout en calomniant l’exception culturelle française pour justifier une américanisation inéluctable. Car cette provocation contraint les concurrents à la défensive, les oblige à revisiter leur copie. Ainsi l’épicentre des débats est-il miraculeusement déplacé. Sylvio Berlusconi lui a choisi le pouvoir politique. Sans grâce ni élégance, il taille les lois italiennes à la serpe pour mieux servir son propre empire. Pratique et rapide – ” on n’est jamais mieux servi que par soi-même ” – cette stratégie présente l’inconvénient de structurer des foyers de résistance. En se plaçant à la tête du pouvoir d’une démocratie européenne et en optant pour des méthodes fascisantes, ce patron favorise l’émergence d’une ” opposition “, qui peut alors s’organiser, s’exprimer…Messier n’est lui pas embarrassé par ces scories : il se place bien au-dessus de cette dialectique en avançant scrupuleusement services de proximité et bourrages de crâne au plus près du citoyen. Ne sommes-nous pas en train d’assister à une démolition en règle de la démocratie ?

 

La violence, un autre marché

Selon Michel Serres, physicien et philosophe français, de nos jours, un enfant de 14 ans a déjà assisté à 14000 scènes de violence virtuelles ou réelles, ajoutons majoritairement exercées par les hommes. Et cette assertion doit valoir pour tous les enfants du monde. Comment s’étonner alors de l’augmentation de la tolérance de la délinquance dans les pays du Nord et celle du fanatisme dans les pays du Sud. Cette intoxication entraîne la tolérance du pire. ” Pourquoi j’ai violé cette fille ?, je ne sais pas. J’étais bourré “. En attendant, les adolescents, majoritairement des garçons qui reproduisent la violence, s’entassent dans les cellules des quartiers des mineurs. La spirale infernale prison/récidive les amènera à former le gros du bataillon d’une main d’œuvre très bon marché sous tutelle pénitentiaire. Qui en sont les véritables employeurs ? Le ministère de la Justice ? Ou les multinationales qui confient à ladite administration le soin de gérer le conditionnement de leurs produits divers ? Conditions de travail lamentables et insalubre, cadences de travail sous surveillance, pas d’accès au douche, salaires de misère, dont la disponibilité est suspendue à la bonne volonté des matons. De plus, la cuisine collective et le service de nettoyage des maisons d’arrêt qui sont entre les mains des entreprises privées offrent un second marché juteux, conjugué à cette main d’œuvre surexploitée.

 

Quelle offensive possible pour la société civile ?

Une priorité : rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses. Car si tout a un coût, il n’est pas forcément monétaire. Est-il forcément légitime qu’un film ou une école ou encore une maternité, qui ont un prix, soient rentable ou rentabilisé financièrement ? La production de richesses peut se mesurer autrement : plaisir, émotion, lien social, santé, éducation, préservation du vivant…et les coûts également. Les milliers de morts sur les routes ou encore les cardiaques ou cancéreux des pays du Nord rapportent plus d’argent aux multinationales pharmaceutiques, aux bâtisseurs et aux vendeurs d’eau que la vente de journaux. Par contre, ils coûtent en humanité, en qualité de vie, en protection de l’environnement, en préservation de la nature. Il s’agirait donc de mesurer également, grâce à de nouveaux indicateurs de destruction, la casse produite par l’industrie, l’agriculture productiviste, les guerres, les violences, l’exclusion, le chômage, la pensée unique dont les grands monopoles de communication sont les vecteurs.

Rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses conduit à inverser les logiques : quand une association ou une ONG reçoit une subvention publique, ce n’est pas elle la débitrice. Elle produit des richesses sociales, relationnelles, environnementales… Elle devient l’opérateur d’un Etat désengagé qui, d’une certaine manière, sous-traite la production de services d’intérêt général. Si une association ou une ONG se plie à la discipline du marché et intègre ces critères de rentabilité, elle constitue alors l’une des pièces du gigantesque puzzle mis en ordre par le système libéral. Comme l’explique l’économiste allemande Maria Mies, il faut ” rompre avec le mythe du rattrapage “. Il faut apprendre à reconnaître nos propres compétences, nos savoir-faire et les moyens que nous mettons en œuvre, qui ne se mesureront jamais comme la spéculation boursière ou la rentabilité d’un capital investi. Il est urgent de valoriser ou de bâtir des modèles économiques différents qui s’appuient sur une autre qualification des richesses, qui identifient les facteurs de casse et militent pour une économie à forte plus-value sociale. Il est indispensable de rendre visible et de refuser le travail gratuit fourni par les femmes du monde entier qui, de façon différenciée d’un continent à l’autre, assurent tous les jours la survie quotidienne, acheminent l’eau, cherchent la nourriture familiale, tout en reproduisant l’espèce humaine. C’est certainement l’une des conditions majeures pour que le libéralisme ne puisse plus exercer son diktat.

 

Et la communication dans tout ça ?

A cause de la prolifération des moyens de communication et de la mainmise du système dominant sur ces outils, le contrôle citoyen de l’information constitue aujourd’hui un enjeu majeur de la lutte contre le libéralisme. Mettre en œuvre des initiatives économiques viables, parce qu’utiles et d’intérêt général, en rupture avec le modèle dominant, peut constituer un véritable contre-pouvoir. Développer des stratégies pour une très grande visibilité de l’économie sociale et solidaire, ou encore populaire, valoriser et promouvoir les pratiques et initiatives de ses acteurs, répond immanquablement aux attentes de la société civile. L’enjeu est majeur : diffuser les valeurs et les pratiques de cette économie utile auprès des populations de façon à démultiplier les effets leviers, promouvoir les échanges et valoriser les “expériences à succès”, faire en sorte qu’elle soit plus systématiquement associée dans les lieux où se jouent les débats de société (médias, Parlement, collectivités territoriales…). Garder le contrôle de la diffusion des informations, assurer le respect des libertés individuelles, garantir le droit à l’expression et à l’information pour le plus grand nombre, est un enjeu qui va de pair avec le droit à l’initiative économique. Ils doivent être pensés conjointement sous peine d’échec, de l’une et de l’autre. Ceci n’est pas affaire de spécialistes, mais de solidarité et d’engagement citoyen.

mardi 1er janvier 2002

* diminutif autoproclamé de Jean-Marie Messier, ce terme vaut pour générique de tous les patrons des monopoles de communication.

Faut-il troquer le genre contre la dette ?

Image

Le 24 mars 2005, la Banque mondiale, le ministère des Affaires étrangères français et l’Ong Equilibres et population organisaient une conférence à Paris intitulée « Développement : 10 ans après Pékin, relever le défi de l’égalité Homme Femme ». Institutionnels et Ongs étaient ainsi conviés pour échanger sur les défis à relever pour intégrer le genre dans les programmes de développement. La langue de bois était de mise et on aurait bien cru, pendant un moment, que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Heureusement, la « société civile » du Sud comme du Nord a avancé quelques éléments de contradiction.
Intervention à La Banque mondiale le 24 mars 2005

Les Pénélopes est une association loi 1901, créée il y a 9 ans, au lendemain de la Conférence de Pékin. Notre principale activité : animer une agence féministe d’information. Ce qui signifie que nous réalisons mensuellement un magazine d’actualités électronique en trois langues, Français, Anglais, Espagnol, dans lequel nous traitons des informations internationales avec une perspective féministe. Nous réalisons également des couvertures quotidiennes d’événements comme Pékin+5 et Pékin+10. Nous nous sommes donc créées pour combler une lacune sans nom des médias traditionnels : ils ne traitent pas d’informations de et par les femmes et éventuellement et très mal sur. La conférence de Pékin et ses suites en sont un bon exemple. Des statistiques existent concernant ce non-traitement.
Aussi, nous défendons l’idée d’une communication citoyenne, c’est-à-dire au service des personnes.

En tant que « communicantes », voilà ce dont nous pouvons témoigner sur Pékin, 10 ans après…
1 – Nous assistons à des backlashs, à l’augmentation de la pauvreté, des violences, du nationalisme, des intégrismes et de la militarisation…
– Au niveau des lois
- après ces 10 années, il reste 32 pays qui ont encore des lois discriminantes vis-à-vis des femmes, et durant Pékin +10, il a été rappelé qu’ils étaient 45 à Pékin, ce qui signifie que seuls 13 pays ont revu leurs lois ;
- aujourd’hui encore, en Ethiopie, au Guatemala, en Uruguay et au Liban, la responsabilité criminelle d’un accusé est lavée par le mariage légitime de la victime avec le contrevenant. Il n’y a aucune loi contre le viol matrimonial en Inde ou en Malaisie. Les femmes ne peuvent pas voter au Kuweit, ne peuvent pas conduire en Arabie Saoudite, ne peuvent pas travailler la nuit en Bolivie ou à Madagascar ; les femmes ne peuvent pas posséder la terre au Lesotho. Les hommes peuvent tuer leurs épouses ou leurs sœurs en cas d’adultère en Syrie. Etc.

– Au niveau des faits
- En décembre 2004, 25 ans après l’adoption du protocole CEDAW, 12 Etats, y compris les Etats-Unis, ne l’ont pas ratifié. Si bien que par exemple, même si tout le monde s’accorde à dire que le Sida augmente et surtout du côté des femmes, certaines mesures ne sont pas prises au nom du « respect de la tradition ou de la culture ».
- Lors de cette dernière session de la CSW, le gouvernement des Etats-Unis, avec le soutien du Vatican et de plusieurs groupes prolife, ont exercé en vain une pression sur les pays du Sud afin qu’ils soutiennent un amendement à la Déclaration politique, stipulant, littéralement, « tout en réaffirmant qu’ils ne créent pas de nouveaux droits internationaux de l’homme, et qu’ils ne comprennent pas le droit à l’avortement. »
- etc.

2 – Comme par hasard, dans le même laps de temps, ces dix dernières années, les multinationales de communication n’ont jamais autant fusionné pour mieux réguler l’information, au service des pouvoirs, ceux du commerce et du politique. Le Sommet mondial sur la Société de l’information en atteste.

3 – Or l’information et la communication – et pas seulement l’éducation – sont au coeur de la lutte contre les discriminations faites aux femmes et en particulier contre les violences et la pauvreté ; ici, je considère tous les outils : presse écrite, radio, télévision, internet, Tics, téléphone…
Voici quelques exemples :
-  Si une information basique était à la disposition des femmes qui pratiquent les mutilations sexuelles dans leur pays, dans tous les lieux administratifs (Scac, consulat…) où se négocie leur départ vers les pays du Nord, elles ne se retrouveraient pas confrontées à des lois – comme, par exemple, la loi française – qu’elles ne peuvent pas comprendre et donc qu’elles rejettent sans remettre en cause leurs pratiques.
-  Il existe des pratiques éprouvées concernant la lutte contre les violences faites aux femmes : viols, violences conjugales, prostitution… pratiques indépendantes des lois. Par exemple, au Brésil, mais aussi au Pakistan, au Mexique, et en France, en Espagne… quand des femmes sortent de chez elles, et en particulier des bidonvilles ou des cités dites « sensibles », pour entreprendre collectivement, au sens pratiquer une activité économique quotidienne, les violences baissent, les trafics tendent à disparaître car de fait, elles franchissent la frontière du privé pour aller vers le public, ce qui leur donne immédiatement une légitimité, qu’elles n’ont pas quand elles restent isolées. Cette légitimité est duale : de la part des hommes qui se mettent à les respecter et de leur propre point de vue car elles intègrent le fait qu’elles ne sont pas des sous-humains. Si ces témoignages étaient à l’affiche, il y a des chances que les solutions se généraliseraient à l’échelle mondiale.
-  De même, les femmes sont les protagonistes de l’économie solidaire partout dans le monde. Cette économie d’utilité générale, parce qu’au service de l’environnement proche et non du profit, endigue la pauvreté en créant des nouvelles pratiques d’organisation, d’épargne, d’apprentissage… Nous sommes témoins que dans des milieux d’extrême pauvreté, des richesses se créent, portées par des femmes, et non comptabilisées dans le Pib. Il s’agit ici de créer des indicateurs de richesse non monétaire. Si cette économie était visible, elle permettrait une identification, une volonté d’échange pour anéantir les obstacles rencontrés et donc une dynamique de changement.
-  Aussi, une communication citoyenne, réappropriée par la société civile, et en particulier les femmes, servirait à les rendre plus visibles et à être plus efficace, transformant les victimes en actrices, porteuses de solutions.

4 – Mais, en fait, nous sommes confrontées à des politiques de genre, mises en place par les institutions, qui posent les bases d’une mauvaise équation, celle relative à la répartition des richesses. Autrement dit, les moyens sont mal affectés puisque, très souvent, directement alloués aux grosses Osi, qui ne comprennent pas que le genre est au coeur des politiques de développement et encore moins de l’information citoyenne. Par ailleurs, tandis que d’autres agences de l’Onu obtiennent des budgets de plus de 90 millions de dollars tous les ans pour leurs programmes, l’Unifem reçoit seulement environ 36 millions de dollars, qui vont « naturellement » vers les grosses Ongs. Pour être membre du Crid et de Coordination Sud, les Pénélopes peuvent témoigner, en France, de la montagne d’obstacles à surmonter pour que les politiques de genre soient intégrées dans les programmes de solidarité internationale. Et, toutes ces Ongs sont engagées dans le processus des Objectifs du millénaire pour le développement… dont nous savons, qu’en matière d’égalité de genre, ils sont bien en-deçà de la plateforme de Pékin. La balle est donc dans les deux camps.

22 mars 2005

Photo : Malala Fontan

Libre : la loi du genre

Dans un contexte de communication libérale, comment donner les moyens aux groupes de femmes porteuses d’alternatives économiques, sociales, culturelles et politiques de rendre visibles leurs pratiques, expériences, savoir-faire ? Comment rompre avec les inégalités hommes/femmes ? En quoi les Tics peuvent-elles armer les résistances ? Comment articuler les concepts et philosophies genre et logiciels libres ? En quoi le libre répond-il aux besoins du genre ? En quoi le genre répond-il aux besoins du libre ? C’est simple…

 

Nous vivons une époque sous l’emprise du développement impressionnant des techniques et technologies de communication dont les répercussions s’étendent aux sphères sociale, économique, politique et culturelle, avec des implications sérieuses sur l’avenir même de la vie démocratique. On constate une hyper-concentration des ressources qui renforce la tendance à la formation de monopoles et oligopoles privés dans le secteur de la communication. Ce constat n’est pas très éloigné du fait que le développement technologique est mis en oeuvre essentiellement comme partie intégrante du processus de mondialisation.

Aussi, l’information et la communication constituent un secteur économique en tant que tel (à haut taux de profit), dont les produits doivent être valorisés comme des marchandises, ayant tendance à annuler toute notion de service public, avec lequel la communication a toujours été associée.

Le rôle des médias

A l’heure des concentrations démesurées, des canaux sans contenus et de la sous-information, il est opportun de constater que les médias sont plutôt à l’état d’essai, de tentative, de concept non abouti, de début. Afin d’y voir plus clair, commençons par prendre le terme média au singulier. Un média est censé être au centre, un moyen de communication, un lien entre émetteur et récepteur. Il semblerait aujourd’hui que c’est un fil vertical, tendu, à sens unique, du haut vers le bas et privatisé… Et ces fils, ou tuyaux, sont à remplir, et le plus rapidement possible ! Où donc est passé l’espace temps, celui qui permet d’élaborer sa pensée, d’affiner sa réflexion, de s’exprimer librement… Où la loi du marché place-t-elle le lecteur, l’auditeur, le téléspectateur, nommés comme tels, c’est-à-dire au masculin par les détenteurs du pouvoir informationnel? Plus de place désormais à l’imaginaire, à l’innovation, à l’expression et à l’échange. Toutes choses qui méritent qu’on prenne le temps. En l’état actuel du secteur, difficile d’envisager une presse où le “consommateur” ne soit pas passif. On se retrouve ainsi avec des informations sur mesure – chez certains diffuseurs, les chaînes ou émissions sont créées à partir de la mise de départ, à savoir, si Reebook investit, alors on crée une émission de basket -. Dans les pays du Sud, la situation est bien plus grave. En Afrique ou dans les pays émergents comme le Brésil, le pire de la télévision est déversé dans les canaux des chaînes publiques ou privées : des modèles et références du Nord, qui ont encore moins à voir avec les réalités vécues par les femmes et les hommes du crû. Pire encore, concernant les journaux d’actualités, on est confrontés à des informations qui n’en sont pas, parce que tronquées, choisies et saucissonnées.

Pour de nouveaux modèles

Ce sont principalement des hommes, qui font des choix, ou plutôt les imposent à leur cible, des individu-es qu’ils considèrent consommant-es et non pensant-es. Les chiffres témoignent. Dans son rapport sur la question des femmes et des médias publié en 1995 pour l’Unesco, Margaret Gallaguer est formelle : les femmes sont “visibles, mais vulnérables”. Que ce soit en tant qu’actrice (journaliste), ou en tant que sujet, les femmes sont quasiment inexistantes. Il faut dire que le casting dans les rédactions en chef est sévère. Des hommes décident des sujets à traiter, des femmes font les reportages et pas pour n’importe quelle rubrique. Elles sont pratiquement exclues des domaines concernant l’économie, le sport et la politique. De nombreuses études sur le sujet, et notamment les travaux de l’Association des femmes journalistes sur la presse généraliste, en attestent. Depuis leur formation jusqu’à leur exercice sur le marché du travail, les femmes journalistes sont confrontées à de réelles barrières éditoriales et de travail, édictées par leurs rédactions en chef. Phénomène peu connu, ce sont massivement des femmes qui se retrouvent reporters de guerre ou de terrain, situation précaire au possible, qui rend extrêmement difficile toute promotion « interne ». Par ailleurs, les sujets proposés, quels qu’ils soient, ne doivent en aucun cas présenter une dimension de genre. Par contre, les sujets sur les femmes, en tant que victimes ou stars du sport ou du show business sont les bienvenus.

Aussi, « les revues féminines restent un fief d’images dévalorisantes ». Toute tentative de traitement de l’actualité avec une perspective de genre est sujette à caution, voire soumise à des pressions universalistes, quand ce n’est pas justement rejetée au rang de presse spécialisée. Par exemple, il est désormais courant que le sujet-même du féminisme fasse l’objet d’un magazine ou d’une émission-débat à part entière. Mais, c’est le plus souvent pour mieux se gausser de ce « mouvement d’arrière-garde ». Ou alors, on s’entretient avec une féministe-alibi sur des sujets comme la cosmétique, l’amour… en cherchant un « contrepoint » comme si, d’emblée c’était antinomique. Ou bien encore, les émissions ou dossiers « sérieux » sur la guerre, les enjeux géopolitiques de telle ou telle partie du monde, se retrouvent bondées de signatures masculines et quand bien même il y en aurait une féminine, elle doit emprunter les codes de dialogue masculins, c’est-à-dire universalistes et surtout pas différenciés selon les sexes.

Les logiques d’exclusion sont donc doubles: au niveau de la place faite aux femmes dans la profession à proprement parlé et au niveau de l’information traitée, où la vision « masculine » est prédominante,

Or, la prolifération et la diversité des sources, entre autres des réseaux sur Internet et plus seulement des agences qui pré-mâchent et trient (AFP, Reuters, BBC…) – devraient permettre l’apparition de nouveaux modèles de traitement de l’information. Un élargissement du champ d’investigation, la mise en place d’un media enfin transversal et interactif où le “push”, ce qu’on connaît aujourd’hui, laisserait la place au “pull”, c’est-à-dire les contenus endogènes portés par la société civile. Une nouvelle voie, pour éventuellement faire émerger des contenus, qui prennent en compte les rapports sociaux de sexe et le contexte planétaire de domination masculine.

Pour le droit à communiquer

Il a été établi comme un constat universel que la vitalité de la démocratie dépend de la participation citoyenne, ce qui suppose que les différents groupes qui composent la société soient dûment informés et capables d’exprimer leurs points de vue particuliers afin de contribuer à la formation des consensus sociaux. Cette aspiration a été à plusieurs reprises niée entre autres raisons à cause de l’absence de démocratie dans les systèmes de communication. Par exemple, de nombreuses études ont montré que l’apparition du public sur les plateaux de télévision, bien loin de lui donner la parole, le place dans le rôle du complice de ce qui se produit sous ses yeux sans son agrément. Autre exemple, l’apparition des Sms ou textos sur les téléphones mobiles, servent certes à se communiquer de petits messages entre ami-es, mais répond surtout à deux objectifs : diffuser de la publicité sans le consentement du récepteur et alimenter/faire payer les les tuyaux (10 fois le prix de ce qu’ils coûtent), en y faisant circuler des 0 et 1, ce qui les rentabilise financièrement mais aussi en termes de marché, par la captation des données individuelles pour utilisation marketing ultérieure.

Cette situation exige que la société civile intègre, dans son ordre du jour, le Droit à la Communication et, en même temps, se pose le défi de promouvoir des initiatives dont le but est de s’approprier les outils de communication et de développer des médias citoyens, libres et gratuits. En particulier, les organisations de femmes et/ou mixtes qui abordent le genre, doivent saisir l’opportunité offerte par les Technologies de l’information et de la communication (Tics) pour faire émerger des analyses et pratiques spécifiques.

Une information autrement

A partir de l’analyse de ces tendances de la communication « dominante », et en portant une attention particulière à la place et au rôle  des femmes, victimes d’une double marginalisation (en tant qu’actrice et également sujet de la vie sociale, économique, culturelle et politique), et à celui des initiatives alternatives, presque totalement invisibles, il semble opportun de mettre en place des outils media totalement indépendants où l’information serait non seulement au service des citoyen-nes mais surtout émanant d’eux. Une information qui revendique diversité, solidarité, égalité, horizontalité et transversalité.

Il est aujourd’hui indispensable de concevoir l’information autrement en portant une attention particulière aux contenus endogènes. Cela signifie concrètement que tous les acteurs de la société civile, femmes et hommes, doivent non seulement être en mesure de diffuser leurs propres contenus mais également que la forme qu’ils utilisent pour communiquer soit considérée comme un modèle à part entière, complémentaire des traitements professionnels (journalistiques) classiques. Cette stratégie permet ainsi d’aborder des sujets non traités dans les médias traditionnels, de donner une dimension sans frontières à la circulation de l’information, de porter des contenus spécifiques suivant les régions du monde, de créer un réseau d’échanges et de savoir-faire. Et parmi eux – voire avant tout – mettre en exergue le genre, et notamment, les rapports sociaux entre les femmes et les hommes, l’entrave que les inégalités de genre représentent pour le développement des personnes et des sociétés, les alternatives portées par les femmes, autant de prismes qui permettent d’évacuer le sensationalisme ou le fait divers pour rendre une place de choix à une véritable analyse sociale, politique et économique des sujets comme les violences, le nationalisme, l’intégrisme, le militarisme, la paix…

Des contenus d’utilité générale

De plus, dans le cadre de la valorisation de contenus au service du public, il est impératif de rester vigilant en matière de contrôle de la diffusion en créant ou maintenant des réseaux de diffusion propres mais aussi en investissant les centres de décision où se contrôle la diffusion, qu’elle soit TV, radio ou presse écrite.

Il s’agit de concevoir l’information autrement, selon les principes suivants :

–       l’accès à l’information est un droit fondamental,

–       l’information n’est pas une marchandise, elle doit être gratuite,

–       le lecteur, auditeur, téléspectateur n’est pas un consommateur,

–       les contenus doivent être endogènes.

Dans ce cadre, il semble justifié de prêter attention à un nouveau mode de traitement éditorial en quatre axes :

–       aborder des sujets non traités dans les médias traditionnels,

–       proposer un traitement multimédia (radio, presse papier, presse électronique, TV) transversal, horizontal,

–       concevoir des outils média nomades, sans frontières, déplaçables,

–       mettre ces outils entre les mains des porteurs de contenu, en rompant avec le corporatisme professionnel

–       mettre en œuvre des relais, d’un support à l’autre.

Ces nouveaux modes de traitements permettent d’envisager une information en étoile, où chaque acteur-trice de la société civile est en connexion directe avec les autres. Ainsi, chaque interlocuteur peut apporter ses contenus, et faire échos à ceux des autres en les complétant et en les mettant en valeur. Cette structure permet la mise en lumière au niveau international d’une richesse collective. Et l’échange de savoir-faire et d’expériences, la mutualisation des moyens au service d’un contenu, la confrontation des situations individuelles, collectives ou régionales, et surtout leur publication et leur diffusion, font disparaître les cloisons géographiques, économiques et politiques.

Pour réaliser concrètement ces outils média, il s’agit de créer un réseau de modèles et de bâtir ces outils sur un modèle économique différent, qui en assure la pérennité, en :

–       s’appuyant sur les concepts de l’économie solidaire (co-financement en amont par l’Etat et les acteurs-trices de la société civile),

–       en impliquant les territoires (élus locaux, responsables régionaux…),

–       en gardant le contrôle de la diffusion,

–       en utilisant les TIC, comme une technologie peu chère,

–       en impulsant des politiques d’accès au réseau internet,

–       en utilisant la philosophie des logiciels libres.

Le genre, un catalyseur

Ces outils de service public doivent correspondre, et non pas seulement répondre, au bien commun. Ils doivent partir des besoins des populations, au risque sinon de rester sans intérêts, et créer des espaces publics de discussion où le récepteur-trice, l’émetteur-trice, prescripteur-trice se rencontrent ou se confondent afin de  mettre en lumière ces besoins. Ici, le genre retrouve toute sa pertinence puisque femmes et hommes, selon leurs origines sociales, religieuses, ethniques, générationnelles, leur orientation sexuelle, etc., vont pouvoir enfin exprimer des besoins et intérêts  différents. Dans un premier temps, il s’agit de faire émerger des besoins pratiques pour les femmes comme pour les hommes, tout en gardant le statu quo de la division sexuelle du travail, puis de leur faire opérer une transformation en faisant naître des besoins/intérêts stratégiques qui vont fondamentalement changer ce rapport de genre vers plus d’équité.

Le libre, avenir du genre

Les femmes représentent globalement 80% des pauvres et 67% des analphabètes. Elles sont aussi pour la plupart victimes d’une triple discrimination : elles sont femmes, elles travaillent pour leur grande majorité dans des secteurs de l’économie non comptabilisés au niveau national (solidaire ou informelle) et sont, dans leur très grande majorité, marginalisées dans leur environnement social, géographique ou politique. Elles sont aussi très souvent porteuses de modèles économiques, sociaux et politiques radicalement différents du système le plus visible : inégalitaire, discriminant, à haute plus-value financière. Pourtant, ce paradoxe reste invisible. Pourquoi  ? Que ce soit concernant les femmes immigrées dans les cités dites difficiles en France, les femmes noires dont le diplôme n’est pas reconnu au Québec ou les pêcheuses sénégalaises de la périphérie de Dakar, qui pour la plupart sont analphabètes, rendre publiques les pratiques qu’elles mettent en œuvre et les analyses des disparités et inégalités hommes/femmes, corrompt les usages universalistes, remet en cause les rapports sociaux de genre comme les rapports de domination hérités du patriarcat mais aussi du colonialisme et de l’impérialisme, brave un interdit de taille – l’accès des femmes à la place publique – et devient ainsi un enjeu majeur.

L’utilisation des logiciels libres s’impose alors comme une évidence.  En effet, le terme « libre » ici fait référence à la liberté, et non au prix (d’où une source de confusion chez les Anglosaxon-nes). Il y a plus de vingt ans maintenant, Richard M. Stallman, reconnu « père » du concept, crée la Free Software Foundation afin de lancer le dit « Projet GNU ». Son ambition: permettre à tou-tes d’utiliser des logiciels de toutes les façons qui sont utiles socialement, rendre possibles la copie et la modification, le plus simplement possible. Il définit précisément quatre types de liberté pour l’utilisateur-trice du logiciel :

« – la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).

– la liberté d’étudier le fonctionnement du programme, et de l’adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci l’accès au code source (open source) est une condition requise.

– la liberté de redistribuer des copies, donc d’aider votre voisin, (liberté 2).

– la liberté d’améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3). Pour ceci l’accès au code source est une condition requise. »

Bien sûr, ces préceptes semblent très informatiques, mais ils se sont depuis transformés en outils utilisés par le plus grand nombre pour rompre avec toutes les formes de fractures : sociales, ethniques, de sexe… Par ailleurs, le GNU est devenu une base légale intitulée GNU/GPL, General Public Licence, ce qui autorise une appropriation sans entrave (pour en savoir plus : http://www.gnu.org/philosophy/philosophy.fr.html).

Un bien commun

Aussi, cette philosophie permet de développer des projets transcontinentaux de création de médias endogènes, basé sur les Tics, afin de valoriser les alternatives économiques, sociales, politiques et culturelles portées par les femmes dans le monde et d’analyser les disparités de genre à l’échelle mondiale. En effet, les logiciels libres sont, la plupart du temps, gratuits. Aucune dépense n’est nécessaire, aucun “vol” n’est possible, aucune infraction à la loi sur la propriété intellectuelle ne peut  exister parce qu’aucun système de brevetabilité ne peut fonctionner. Leur création est un bien commun. Ils permettent des adaptations locales, en particulier dans le domaine de la langue. Il suffit qu’il y ait une demande – qui peut être soutenue financièrement ou pas par un organisme – pour que les logiciels soient traduits en une langue, un langage, un dialecte. La possibilité de permettre à des groupes très restreints, très retirés ou isolés, et en particulier les femmes, l’accès à l’information et à la publication est alors unique.

De plus, il existe une autre manière de voir les relations chez les développeurs de logiciels libres. Certains sont donc collaboratifs, participatifs, simples, en constante évolution afin de répondre à ces critères et satisfaire la demande, en progression nette. Ce qu’aucun logiciel propriétaire n’est en mesure de faire, de par la philosophie de profit sous-jacente qui les meut. Il existe des logiciels libres qui permettent de publier tout contenu sans aucune connaissance ou contrainte informatique ou technique.

Ainsi, il existe des logiciels de traitement de texte, de présentation assistée par ordinateur, des tableurs, de traitement image, son… et de publication sur le Web, de lecture/écriture de mails, de navigation sur le Web. Ils ne demandent aucun investissement financier. Pour les utiliser, il suffit d’avoir ou d’installer sur son ordinateur un système d’exploitation qui les supporte, ce qui est évidemment le cas de Linux, lui-même libre, mais de bien d’autres. Ensuite, il suffit de les télécharger sur le Web, pour en avoir la disponbilité hors ligne. La dépendance technique à Microsoft se retrouve alors réduite à quelques faibles expressions : le milieu de l’entreprise, le milieu des Ongs ou tout autre organisme de la société civile qui « sous-traite » sa gestion informatique et… les serveurs internet, qui selon leur propriétaire, ne permettent pas d’installer par exemple des logiciels de publication Web en libre. Mais que ce soit pour les acteurs de la société civile ou les serveurs internet, des solutions non propriétaires existent déjà et sont disponibles pour le grand public. Ensuite, comme les quatre lois édictées par Stallman, l’accès aux manuels d’utilisation desdits logiciels fait partie intégrante de la liberté que ces logiciels autorisent. Tout comme la documentation, la formation peut être permanente. Il existe des listes électroniques d’utilisateur-trices, ou de développeur-ses, selon les niveaux, qui permettent non seulement d’être informé-e des nouveautés, des améliorations mais d’y participer ! Et même si la connexion internet n’est pas indispensable mais nécessaire, des passerelles entre utilisateur-trices sont prévues pour tou-tes ceux et celles qui n’ont pas accès au réseau. Très concrètement, si quelqu’un-e télécharge un traitement de texte via la Web, il/elle peut le recopier sur support électronique pour le transmettre à un-e voisin-e, qui va à son tour s’en servir pour publier un document, qu’il/elle va imprimer ou qu’il/elle va retranscrire par voie orale… Tout est donc prévu, dans cette « communauté » pour accompagner le changement.

Décupler les effets colatéraux vers l’égalité

Ces logiciels libres présentent donc le double avantage de démystifier les outils et de développer les accès, et donc la prolifération de contenus, sans restriction et sans entrave, à faible coût, en toute sécurité, dans toutes les langues, ce qui rompt les barrières géographiques mais aussi culturelles, sociales et d’éducation. La mise en commun des savoirs, des innovations, des trouvailles, des réussites, des bonnes pratiques, devient ainsi un parti pris, un moyen de « se comprendre » sans imposer de modèle. En particulier, les contenus sur les rapports et problématiques de genre trouvent toute leur place. Participative, cette philosophie permet aux personnes concernées d’échanger expériences, savoir-faire mais aussi obstacles rencontrés et freins structurels afin d’élaborer des solutions et stratégies communes. Collaborative, elle décuple les effets levier, crée des dynamiques nouvelles, encourage la multiplication, la diversité, la complémentarité et la réplicabilité. Interactive, elle permet une réactivité sans limite et accélère les processus d’élaboration et de changement. Conçue en totale complémentarité avec le Net, elle assure une visibilité internationale. On a vu ainsi, depuis moins de cinq ans, se développer des sites web, se créer des modes de communication oraux (par exemple, pour les diasporas et en particulier les Iraniennes) – espèce de « chambre » virtuelle où les internautes convergent à heure fixe et à périodicité régulière pour discuter -, se croiser des points de vue par des opérations de syndication de contenus (mise en liens de façon automatisée), se décupler des savoir-faire comme la recherche et le traitement iconographique, se diffuser des entretiens sous forme sonore…

Par ailleurs, tous les contenus ainsi créés et réunis permettent un reconditionnement ou repackaging sous des formes plus classiques : support papier, radio, télévision, voire mises en scène, ce qui décuple les moyens de diffusion et autorise des stratégies de dépassement des médias traditionnels. Alors, quelles raisons reste-t-il pour se réfugier dans la confidentialité ? Qu’attendent les groupes de femmes, ceux travaillant sur le genre et les féministes pour s’approprier ces outils ? La convergence des intentions et des stratégies d’expression entre le « libre » et les différents mouvements pour l’égalité homme/femme n’est plus à démontrer. Reste à passer à l’acte.

mai 2004

Tics, genre : même combat !

La bataille à mener pour faire entrer les politiques « Genre et Tics » dans les forums sociaux et autres lieux alternatifs n’est pas simple. Ces espaces s’avèrent ignorants ou méprisants du genre. Quant aux lieux et places où se discutent les stratégies de démocratisation des Tics, elles sont totalement masculines. Sans compter que les mouvements de femmes ne s’intéressent guère dans leur globalité, aux Tics, comme outils de renforcement stratégique de leurs luttes. Cette sectorisation conduit à penser leur articulation, leur mise en perspective et leur lien, comme des enjeux majeurs. Cette stratégie passe par la mise en œuvre d’une véritable communication populaire.

Quand on s’amuse à rechercher sur le moteur Google d’internet « genre, tic, mouvements » les résultats obtenus parlent d’eux-mêmes : on ne trouve que des réponses sur les mouvements de femmes ! Et encore, les réponses sont rares et très orientées « genre et tics » (vague impression de se mordre la queue)… Car il faut bien le dire : ces trois concepts mis en relation ne sont décidément pas à l’ordre du jour de bien des composantes des mouvements. Rien d’étonnant donc de ne rien trouver émanant des mouvements sociaux, environnementalistes, altermondialistes, pour les droits humains…

De fait, les trois concepts sont pour l’heure dissociés, et cela, de façon systématique. On peut trouver des groupes qui se préoccupent de politiques « genre et tics », d’autres « genre et mouvements », quant à « mouvements et tics », elles constituent une partition symphonique en elles-mêmes (depuis plusieurs éditions de forums sociaux, les tenants d’une communication au service des citoyen-nes, de médias libres, de Tics comme outils alternatifs… font « chambre à part » des Forums sociaux, dits officiels)! Sans compter, que pour chacune de ces « sections », on assiste chaque fois, à une véritable foire d’empoigne. Quelques exemples…

 

Fenêtre sur le genre

Il est écrit dans l’Appel de l’Assemblée des mouvements sociaux, mis à jour à Bombay en Inde en janvier 2004, lors de la 4e édition du Forum social mondial : « En tant que mouvements sociaux, nous réaffirmons notre engagement à lutter contre la globalisation néolibérale, l’impérialisme, la guerre, le racisme, les castes, l’impérialisme culturel, la pauvreté, le patriarcat et toutes les formes de discrimination et d’exclusion économique, sociale, politique, ethnique, de genre ou sexuelle, ainsi que notre volonté de voir respecter les orientations sexuelles et l’identité de genre de chacun(e). » Mais voilà, comme l’indique Annick Coupé, syndicaliste, porte-parole du G10 (France), intervenue lors de la plénière du 2e Forum social européen à Paris en novembre 2003 intitulée « Apport du féminisme aux mouvements sociaux » : « Au lendemain du 1er Forum social européen de Florence, au moment du bilan, nous avions fait un constat quelque peu amer : on comptait une minorité de femmes parmi les intervenants des séances plénières et des séminaires, et parfois même aucune ! […] Cette faiblesse dans la visibilité renvoie sur le fond à la difficulté de faire émerger la question du genre comme une question politique à part entière dans les débats du mouvement altermondialiste. » Et d’ajouter : « En fait, si ces inégalités de genre ne sont pas mises en avant, c’est qu’elles sont considérées comme secondaires au vu des inégalités sociales en général. […] Le mouvement social reste sur un schéma traditionnel qui veut qu’une femme est avant tout la femme, la fille ou la compagne d’un homme ».

 

Fenêtre sur les Tics

Lors du 1er Sommet mondial de la société de l’information (Smsi) qui a eu lieu à Genève en décembre 2003, quelle ne fut pas la surprise des militantes des politiques Genre et Tics quand elles ont vu que, dans la déclaration de principe du Smsi, le paragraphe qui devait être dédié au genre avait été remplacé par un texte évasif pour le moins (A12), qui insistait surtout sur le ‘gendermainstreaming’ et sur les ‘chances énormes que les TIC ont à offrir aux femmes’. Pourtant, explique Lize de Clercq (Indymedia Belgique) en mai 2004,  « lors de la phase préparatoire au sommet des Nations Unies, plusieurs organisations de femmes avaient lancé une campagne sur tee-shirt, avec pour slogan “il manque un paragraphe au Smsi”. Le paragraphe proposé comprenait une indication explicite concernant l’impact négatif de la révolution digitale sur les femmes et demandait une politique qui prenne en compte les différences de genre et en trace la carte. Malheureusement, le paragraphe du tee-shirt n’a pas passé la ligne d’arrivée. » De fait, la déclaration de principe des Nations Unies et son plan d’action établissent les lignes de base pour la « construction d’une politique coordonnée et globale dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, et pour l’élimination de la fracture digitale ». Point. Par contre, comme le souligne Lize de Clercq, « ce qui frappe, c’est l’attention accordée au genre dans le Plan d’action du Smsi dans les paragraphes consacrés à l’e-employment (emploi dans le secteur des Tics) et au télétravail (emploi via les Tics) ». Il est effectivement demandé aux gouvernements d’avoir une « politique en matière de Tics qui encourage l’entreprise, l’innovation et l’investissement, et qui accorde une attention particulière à la participation et la promotion des femmes » (paragraphe C6 13.1). Par ailleurs, le « développement de “bonnes pratiques” pour les e-employés et e-employeurs doivent être encouragées au niveau national, en se basant sur des principes honnêtes et sur l’égalité des genres, et doivent respecter toutes les normes internationales pertinentes » (paragraphe C7 19a). Et encore, « il faut faire la promotion du télétravail, afin d’augmenter les opportunités d’emploi pour les femmes » (paragraphe C7 19c). Etonnant non ? Comme quoi, les institutions ont bien saisi tout l’avantage que représentent les technologies de l’information et de la communication dans la mise en œuvre de leur politique, pour le moins libérale, sans grand conteste côté militant-es d’une société de l’information au service de l’humain.

 

Des espaces cloisonnés

Alors, quels sont les principaux défis pour que les politiques « Genre et Tics » intègrent les agendas des mouvements ? Il existe au moins trois espaces où ces stratégies devraient être discutées :

–       l’Assemblée des Femmes (qui précède quasi rituellement des Forums sociaux) et les mouvements de femmes plus généralement où les Tics ne sont pas pour la plupart à l’ordre du jour, excluant toute formulation de discriminations grimpantes (via le e-commerce par exemple) et encore moins d’alternatives,

–       les Forums sociaux (mondiaux, continentaux, locaux) où, comme on vient de le voir, le genre et les Tics ne sont pas des priorités de lutte,

–       le mouvement des Tics et logiciels libres, qui est fondamentalement et intrinsèquement dominé par des hommes, ses composantes étant majoritairement techniques et donc masculines.

Ces espaces ici définis s’ajoutent aux plus classiques : autorités publiques (Etats, territoires, municipalités), institutions (Onu et ses agences) mais aussi Banque mondiale, Fonds monétaire international, Organisation mondiale du commerce…

La tâche est rude mais pas désespérée… Parmi les pistes, Annick Coupé préconise: « Les femmes doivent prendre toute leur place dans ces débats ; c’est un espace politique [le Forum] à conquérir et à occuper car “naturellement”, cet espace est surtout largement occupé par les hommes actuellement. Le mouvement altermondialiste se développe partout dans le monde, au plan international avec le Fsm et les forums sociaux continentaux, mais aussi avec les forums sociaux locaux, il ne peut le faire sans intégrer pleinement la lutte contre les inégalités vécues par les femmes, sinon, il sera amputé d’une partie de la réalité sociale et ne pourra prétendre aux convergences de toutes les résistances ; il ne pourra surtout prétendre à construire véritablement et durablement un autre monde ! ». Hélène Ryckmans, du Monde selon les femmes, plate-forme belge de Wide (réseau Women in Development Europe), assise aux côtés de Annick Coupé à la même plénière, insiste sur le fait qu’il faut « sortir systématiquement les femmes de l’invisibilité, chausser des lunettes de genre et les mettre sur le nez des décideurs […] mais également sous celui des responsables des mouvements sociaux. Nous entendons encore très souvent dire “les inégalités entre les femmes et les hommes sont des inégalités parmi d’autres, pourquoi y être attentif de manière spécifique ?” ou bien “Oui, c’est sous-entendu, bien sûr que c’est là”… » Elle insiste : « en parler est un levier de changement dans les pratiques internes des organisations et dans les contenus. » Puis elle ajoute : « Il s’agit d’intégrer les mouvements existants, ne pas rester dans l’entre soi des femmes, mais se renforcer au sein de réseaux comme celui de la Marche mondiale ET être présents dans d’autres espaces comme le mouvement altermondialiste. Il ne faut pas s’y diluer mais y apporter et y intégrer de manière visible la dimension de genre. Il faut que les perspectives féministes irriguent les mouvements sociaux ! […] Il est important de travailler en réseaux et de forger des alliances, qui articulent les intérêts communs et qui articulent le global au local, en identifiant les points de convergences entre les divers mouvements sociaux sans homogénéiser, car la diversité est notre force… ».

Pour une stratégie de communication offensive

On l’aura compris, pas un mot sur les Tics… Toutefois, ces orientations sont essentielles. En effet, elles esquissent les bases d’une stratégie à mettre en œuvre qui inclurait une mise en perspective des activités et décisions de ces différents espaces de pouvoir et de décision. Tout d’abord, il faut sans relâche tenir compte de ces espaces et les investir d’une façon transversale, en continu et dans la durée. En tous ces lieux, il n’est pas trop difficile d’entendre quelque préoccupation (avec certaines nuances) sur les « exclus », définis simplement en trois catégories : les minorités, les « sans » (terre, abris, électricité, travail, couverture sociale…), les populations du Sud et de l’Est de l’Europe (c’est en tout cas ce qui était écrit noir sur blanc lors de la préparation du 2e Forum social européen dans le cadre de sa  commission « élargissement », ce qui pourrait être écrit, certes un peu autrement, dans les rapports du Pnud (Undp), par exemple). Or, les femmes sont présentes dans chacune de ces catégories, sans qu’il en soit fait mention.

Il faut donc, de façon offensive, prioriser la visibilité des femmes comme à la fois premières victimes du néo-libéralisme mais aussi protagonistes du changement, porteuses d’alternatives. Il faut continuer à genrer tous les sujets, sans exception ; après dix ans, après Pékin+5, ce n’est toujours pas le cas. Ensuite, il faut valoriser le féminisme, comme un moyen de penser cet « autre monde » dont il est tant question. Il faut imposer le projet de changement social du féminisme, comme grille d’analyse du libéralisme, le patriarcat demeurant le ferment du capitalisme, en assurant outre la division du travail, la division sexuelle et la dichotomie public/privé. Aussi, concernant l’information et la communication, il faut en utiliser les outils pour rompre avec des systèmes d’exclusion, mettre en lumière des sujets cachés ou omis telles que les violences, les inégalités de genre,… lutter contre l’accès différencié des femmes et des hommes aux Tics, aux logiciels libres, et donc aux moyens de réseautage.

Il devient impératif de créer des ponts, de jeter des passerelles, de tisser des liens entre ces différents espaces et organisations, d’en faire de même pour les différents événements : forums, sommets… D’y produire des contenus (écrits, audios, vidéos), en interne comme en externe, pour en laisser la trace, à diffuser très largement. Enfin, il faut créer les moyens de démocratiser ce processus afin de l’élargir – c’est ici que les Tics, et en particulier le « libre », amènent une plus-value et s’avèrent stratégiques -, développer des dynamiques d’échange et de mutualisation, en fait, mettre en œuvre une réelle communication populaire, indépendante et alternative.

Juillet 2004

Changements climatiques : les femmes, victimes et incontournables

A la veille de la 15e Commission pour le développement durable, organisée par l’Onu à New York du 30 avril au 11 mai 2008, toutes les attentions se portent sur la question des changements climatiques et de leurs conséquences néfastes sur le développement. Pourtant, les institutions internationales et leurs représentant-es semblent rester aveugles au genre.

 

Alors que la Convention-cadre de l’Onu sur le changement climatique reste un des rares traités qui ne fait pas mention de l’égalité des sexes, le rôle prépondérant des femmes dans cette crise n’est plus à démontrer. Le 10 mars dernier, la ministre de l’Environnement d’Islande, Mme Þórunn Sveinbjarnardóttir, confirmait, lors d’une rencontre de la FAO, que les effets des catastrophes naturelles sur « l’égalité de genre, l’autonomisation et le renforcement des capacités des femmes pourrait être profond ». En effet, partout dans le monde, les femmes, qui forment 70% des pauvres, se retrouvent particulièrement touchées, occupant de fait la position de gestionnaires des ressources, à l’échelle familiale ou communautaire.

Paradoxalement, il est avéré que les désastres naturels sont mieux gérés lorsque les femmes prennent les devants dans le système d’alerte rapide et dans la reconstruction. Durant la sécheresse en Micronésie, par exemple, les femmes, puisant dans leur expérience du travail de la terre, creusaient des puits contenant de l’eau potable fraîche. Au Kenya, les groupes de femmes membres du Greenbelt Movement (Mouvement de la Ceinture verte) plantent des milliers d’arbres, remplissant ainsi le sol, générant des revenus et absorbant le dioxyde de carbone.

 

 

Une mobilisation précipitée

Des organisations de femmes se mobilisent comme Women for Climate Justice qui lançait début avril 2008 un site web (www.gendercc.net), ayant pour ambition de représenter un apport-clé pour le Centre international de compétence sur le genre et le changement climatique.

Côté institutions, en décembre 2007 à Bali, les femmes leaders et ministres chargées de l’environnement ont interpellé l’Onu pour qu’elle donne une place prépondérante aux contributions apportées par les femmes. « Il y a omission des voix des femmes dans les discussions sur le changement climatique », déclarait Wangari Maathai, lauréate du Prix Nobel de la paix de 2004.

Ensuite, du 25 février au 7 mars 2008, lors de la 52e session de la Commission sur le statut des femmes qui se tenait à New York à l’Onu, un accent particulier était porté sur l’apport d’une perspective de genre en la matière.

Enfin, le Secrétariat interagence de la Stratégie internationale de l’Onu pour la prévention des catastrophes, en collaboration avec l’Union mondiale pour la nature et l’organisation Women’s Environment and Development Organization (WEDO), lançaient début mars 2008 un appel à contributions sur les bonnes pratiques et leçons apprises en matière de réduction des risques de catastrophes. Les deux organisations cherchent des exemples de projets et d’initiatives dans les secteurs humanitaires, environnementaux et de développement, qui intègrent une perspective de genre et qui témoignent de changements positifs dans la mobilisation des femmes et des hommes pour augmenter la résilience des collectivités face au changement climatique.

 

Autant victimes que sources d’innovations, les femmes restent indubitablement le pilier des solutions à mettre en œuvre. La mobilisation est au rendez-vous. L’essai reste à transformer.

 

23 avril 2008