Archives par mot-clé : académie

Liste de mes publications

OUVRAGES

« Douleur : pathologie et savoirs associés »(titre provisoire), à paraître en 2020

« TIC, colonialité, patriarcat: Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines », juin 2016, Yaoundé : Editions Langaa, 296 p. – ISBN 9789956763061

« Digressions », roman, juin 2015, 152 p. – https://joellepalmieri.wordpress.com/2015/06/03/digressions/

« Les Pénélopes : un féminisme politique – 1996-2004 », co-direction avec Foufelle, Dominique, novembre 2013, 108 p. – http://penelopespolitique.wordpress.com/2013/11/12/feuilleter-2/

« Excision : les jeunes changent l’Afrique avec les TIC », Co-rédaction avec Mottin-Sylla, Marie-Hélène, mars 2009, Dakar : CRDI Editions, 124 p. – http://idl-bnc.idrc.ca/dspace/bitstream/10625/39552/1/128525.pdf

« Strategic ICT for Empowerment of women – WITT Training Toolkit » – « Utilisations stratégiques des TIC pour l’autonomisation et le renforcement des capacités des femmes – manuel de formation », Co-rédaction avec Haralanova, Christina, février 2008, Amsterdam : Women Information Technology Transfer, 76 p.

« 100 ans de vie de femmes », 1997, Ouvrage collectif, Paris : Editions Atlas, 128 p.

ARTICLES DANS DES REVUES à COMITÉ DE LECTURE 

« Afrique du Sud : le traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique », Revue Africana Studia, 2019

« Le genre institutionnalisé, une machine antipolitique ? », Revue Esquisses – Regards et perspectives, novembre 2018, https://elam.hypotheses.org/149

« Le genre institutionnalisé, une machine antipolitique ? », HAL, Archive ouverte en Sciences de l’Homme et de la Société, novembre 2018, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01925469

« Joelle Palmieri, genre et sciences politiques », Revue Galaxie N°55 – Le Cahier des chercheurs, septembre 2018, pp. 114-116

o   « Para uma crítica feminista da colonialidade digital inspirada pelo contexto africano » – « Vers une critique féministe de la colonialité numérique, inspirée par le contexte africain », inMichel Cahen & Ruy Braga (dir.), Para além do pós(-)colonial, Ed. Alameda, mars 2018, 238 p. – Actes de l’Atelier international“Anticolonial, post(-)colonial, décolonial: et après?”, 18-19 septembre 2014, Sao Paolo, Brésil, en français et en portugais

« Genre en Action : radioscopie d’un réseau transnational francophone », Co-rédaction avec Claudy Vouhé et Elisabeth Hofmann,Revue Réseaux – Réseaux de femmes, femmes en réseaux (XVIe-XXIe siècles), Presses universitaires de Bordeaux, décembre 2017, p. 241-258

« Société numérique colonialitaire : les TIC analysées selon une posture féministe », Revue Labrys, « Etudes féministes », juillet/décembre 2015,http://www.labrys.net.br/labrys28/recherche/joelle.htm

« Les TIC analysées selon une posture féministe en contexte africain », Revue Communication, technologies et développement, n°2, « Tic et mobilisations », octobre 2015, p. 127-139, http://www.comtecdev.com/fr/telecharger/Palmieri.pdf

« From parity to qualitative equality: Assessing gender justice in ICT society », Revue Global Social Justice Journal(juin 2013) – http://cbu-cis.ca/author/joellepalmieri/

« Les femmes non connectées : une identité et des savoirs invisibles », in Joubert, Lucie (dir.) 2012, Les voix secrètes de l’humour des femmes,Québec : Revue Recherches féministes, numéro 25,2 (novembre 2012), pp. 173-190

« Révéler les féminismes sur le Net », inFemmes et médias-Médias de Femmes, Université des femmes de Bruxelles, éd. Pensées féministes, numéro 2, 2010 (janvier 2011), pp. 93-98

« Il est cinq heures, que dansent les tarentules ! – le rite de la tarentelle dans les Pouilles au sud de l’Italie », Petit manuel de psychothérapie des migrants N° 28, La Pensée sauvage, 1995, pp. 89-95

ARTICLES DANS DES OUVRAGES COLLECTIFS 

« Simone de Beauvoir, la mémoire des femmes, l’humanisme »,Chère Simone de Beauvoir, août 2019, https://lirecrire.hypotheses.org/1688

« Afrique du Sud : le traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie IX, « L’inexistence de l’Étaten Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices »,Paris, L’Harmattan, 2019, 912 p., 453-478

« Dépasser le “mirage néocolonial” et créer une nouvelle épistémologie de la mondialisation », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie IX, « L’inexistence de l’Étaten Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices »,Paris, L’Harmattan, 2019, 912 p., 453-478

« Genre et économie solidaire »,série d’articles (« Le libéralisme, un modèle patriarcal », « Voir l’économie autrement », « L’économie solidaire selon les femmes »), in Revue Équité, Revue pour s’informer et sensibiliser, Artisans du monde N°20 « Commerce équitable et égalité des genres », mai 2018

« Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VIII, « Philosophies africaines : études postcoloniales et mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques »,Paris, L’Harmattan, 2018, 716 p., 453-478

« Le masculinisme d’État en renfort du patriarcat», Revue Passerelle N° 17 « Féminismes ! Maillons forts du changement social », Ritimo, juin 2017, p. 155-161

« Croiser néolibéralisme et violence, ou comment interroger
la pensée féministe », Revue Passerelle N° 17 « Féminismes ! Maillons forts du changement social », Ritimo, juin 2017, p. 20-21

« Afrique du Sud : des savoirs en résistance »,in 2017, Revue Afroscopie VII « La Chine et l’Inde en Afrique », Paris : L’Harmattan, janvier 2017, p. 145-164

« La pensée critique française a-t-elle disparu ? »,in 2015, Revue Afroscopie V « Les intellectuels africains au Canada », Paris : L’Harmattan, février 2015, p. 23-38

« Les TIC, outils des subalternes ? », in Kungua Benoît Awazi Mbambi (dir), Leadership féminin et action politique
Le cas des communautés africaines du Canada, Revue Afroscopie IV, Paris, L’Harmattan, janvier 2014, p. 85-108

« Femmes du milieu rural : entrepreneuses et créatrices d’activités – Parcours de femmes », Béatrix Vérillaud (dir.), octobre 2012, rédaction de la Préface et des introductions de chapitres, WECF

« Kit’actu Genre et changement climatique – En Bref, Panorama, Boîte à outils », Bridge and Knowledge Services, Institute of Development Studies, University of Sussex décembre 2011-juin 2012, rédaction des études de cas francophones, des notes de lecture, révision de la traduction française du reste de l’ouvrage – http://www.bridge.ids.ac.uk/go/bridge-publications/cutting-edge-packs/gender-and-climate-change/genre-et-changement-climatique&id=59217&type=Document&langid=146

« Technologies : produits du pouvoir et productrices d’impuissance », juin2012, Revue Sophia, actes du colloque d’octobre 2011« From cyborgs to Facebook, technological dreams and feminist critiques », 108-127

ARTICLES DANS DES REVUES SANS COMITÉ DE LECTURE, RAPPORTS DE RECHERCHES 

« Oscar Pistorius : un procès violent dans le pays le plus violent au monde », 16 septembre 2014, 50/50 Magazine – http://www.50-50magazine.fr/2014/09/16/oscar-pistorius-un-proces-violent-dans-le-pays-le-plus-violent-au-monde/

« Crise, genre et TIC : recette pour une dés-union prononcée – l’exemple de l’Afrique du Sud », 2010, Revue Triple C, Cognition, Communication, Co-operation Vol 8, No 1, pp 285-309- http://www.triple-c.at/index.php/tripleC/announcement/view/7

« Inverser savoirs dominant et dominé : une optique féministe », Collection « Les figures de la facilitation dans la coopération avec les TIC », mars 2010, dph-info, Paris : Ritimo – http://base.d-p-h.info/fr/fiches/dph/fiche-dph-8215.html

« Fibromyalgie, rémission complète par la pratique hebdomadaire de la gymnastique holistique », Revue Gymnastique holistique, méthode du Dr Ehrenfried, Cahier n° 15, 2010, pp. 19-25

« Les femmes, victimes et incontournables », 2008, Planète libre N°3 – Supplément Planète libre Echo

« Feminist media coverage of the Social Forums »- « Couverture média féministes des forums sociaux », 2007, in Gender and development 15, No. 3, Media (Nov., 2007), ouvrage collectif, collection Media, Oxfam (Royaume-Uni), pp. 467-475 – http://www.jstor.org/discover/10.2307/20461230?uid=3738016&uid=2129&uid=2134&uid=2&uid=70&uid=4&sid=21101503778147

« Feminisme i economia social i solidaria » – « Féminisme et économie solidaire », Co-rédaction avec Foufelle, Dominique, janvier 2006, ouvrage collectif, Barcelone : Nexe

VALORISATION DE LA RECHERCHE, DIFFUSION SCIENTIFIQUE 

Prise en charge et organisation du dépôt des archives de la sociologue Andrée Michel aux Archives Nationales, janvier 2019 : rédaction bibliographie et biographie ; actualisation d’un article d’hommage « Andrée Michel, ou la passion de résister »,paru en 2013 sur le blog, https://joellepalmieri.wordpress.com/2013/11/24/andree-michel-ou-la-passion-de-resister/, et d’un article inspiré par ses travaux « Afrique du Sud, France, Turquie ou comment se banalise la militarisation de la société », faisant suite à une communication au Colloque « Militarisme, militarisation et univers militaires : l’impact croisé des/sur les rapports sociaux de sexe, de classe et de race », lors du CIRFF2018 : espaces et enjeux des savoirs féministes : réalités, luttes, utopies (27 au 31 août 2018, Nanterre, France) ; participation au sommaire de deux ouvrages à paraître, le premier aux PUR,  « Fragments de vie d’une femme rebelle » d’Andrée Michel, le 2eaux Presses de la MSH « Andrée Michel, rétrospective ».

Valorisation de l’œuvre de la théoricienne des médias, Nathalie Magnan : participation à l’organisation et au suivi de Rencontres-hommage en mars 2018 au Mucem à Marseille : éditorial, communication ;publication des actes (2019) : rédactionnel, vidéos des tables-rondes (7) et d’une soirée (https://vimeo.com/album/5745782) ; conception et traitement éditoriaux d’un site web dédié (2019).

Création, animation éditoriale et scientifique d’un groupe de travail dédié aux féminismes au sein de net, un réseau de sites qui participe à la construction d’un intellectuel collectif international des mouvements sociaux, novembre 2018.

« Recension de Tic, colonialité, patriarcat par Reine Victoire Kamyap, Université Laval », Recherches féministes, 30 (1), 2017 https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2018/03/n-comptes-rendus-reine-victoire-kamyap.pdf– Table des matières du volume : https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2018/03/30-1-table-des-matieres.pdf

Revue Passerelle N° 17 sur les luttes féministes dans le monde, participation au séminaire du 19 octobre 2017 sur le plateau du Larzac portant sur le contenu de la revue

Revue Passerelle N° 17 sur les luttes féministes dans le monde, participation au comité scientifique et éditorial, élaboration du sommaire, sélection des contributions, paru en juin 2017

« Les TIC : terrain des rapports de domination de genre et de leur transgression », lamenparle, Laboratoire les Afriques dans le monde, février 2015, http://lamenparle.hypotheses.org/tag/tic

« Quand le point de vue s’emmêle», Entre les lignes, février 2015, https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2015/02/18/quand-le-point-de-vue-semmele/

« De la genèse à l’institutionnalisation du genre », Dicolam, dictionnaire des Afriques dans le monde, avril 2014, http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/page/dicolam

ACTES DE COLLOQUES

Le Web 2.0 néfaste au genre ?, Codesria, Actes du Symposium de novembre 2011 sur le genre et les médias au Caire (Egypte) (à paraître en décembre 2012)

« Technologies : produits du pouvoir et productrices d’impuissance », juin 2012, Revue Sophia, actes du colloque d’octobre 2011 « From cyborgs to Facebook, technological dreams and feminist critiques », pp. 108-127

REVISION DES TRADUCTIONS FRANÇAISES D’OUVRAGES COLLECTIFS

« Bonne gouvernance au niveau local pour lutter contre la corruption et améliorer la prestation de services : expériences de Tunisie et d’ailleurs », octobre 2018, Paris : OCDE

« La communication publique au Maroc »,juillet 2018, Paris : OCDE

« La communication publique en Tunisie », juillet 2018, Paris : OCDE

« Le Gouvernement ouvert à Salé au Maroc », mai 2018, Paris : OCDE

« Le Gouvernement ouvert à La Marsa, Sayada et Sfax en Tunisie », mai 2018, Paris : OCDE

« Rapport d’Examen par les pairs de la coopération au développement de la Belgique », juin 2015, Paris : OCDE

« Situer les enjeux de genre et de citoyenneté dans les débats sur le développement : Pistes pour une stratégie », novembre 2008, Ottawa : CRDI –
http://idl-bnc.idrc.ca/dspace/bitstream/10625/38423/1/128116.pdf

« Egalité des genres et la mise en œuvre de l’aide – Ce qui a changé depuis 1999 dans les agences de coopération pour le développement », janvier 2008, Paris : OCDE – http://www.oecd.org/fr/cad/egalitehomme-femmeetdeveloppement/39739679.pdf

 

CIRFF2018 : entre optimisme et dépolitisation

Image 1Nanterre, banlieue autrefois très prolétaire de Paris en France, aujourd’hui envahie par des bureaux. Cinq jours de Congrès international de recherches féministes dans la Francophonie viennent de s’écouler à l’Université Paris Ouest. Selon les organisatrices, 1 400 participant.es (très majoritairement des femmes) de 47 pays/44 États (Palestine, Martinique… incluses)[1] se sont rencontré.es des 27 au 31 août 2018 derniers.

22 ans après le 1er événement à Québec en 1996, ces rencontres universitaires se sont illustrées par leur affluence – le nombre de participant.es ne cesse d’augmenter malgré les difficultés administratives rencontrées (beaucoup de problèmes de visas) –, par la diversité des thèmes abordés, leur coexistence, par l’absence de clivages entre les différents courants du féminisme. Les organisatrices, dont Anne-Marie Devreux se faisait porte-parole, voulaient cette 8e édition « très large », d’où son titre – « Espaces et enjeux des savoirs féministes : réalités, luttes, utopies» –, et son intention de « laisser interagir savoirs féministes, militants et universitaires, de déconstruire les savoirs établis, de corriger les erreurs scientifiques dues aux points de vue singulier des dominants et de s’engager sur le caractère interstatutaire » du congrès, en s’assurant la présence de jeunes chercheur.es et de personnes ayant des statuts différents.

On compte ainsi 850 contributions[2], éparpillées en 49 colloques, 45 ateliers thématiques, 21 tables rondes, 25 sections thématiques, 16 débats transversaux et autres expositions ou performances (une quinzaine)[3], qui tiennent compte des « priorités locales spécifiques ». Toutefois, la violence demeure un thème majoritaire, une « priorité absolue », liée au retour de bâton global. D’autres thèmes sont apparus comme la production artistique, le rôle des résistances, les notions d’espaces, de mondialisation, de post-colonialisme, de militarisation, d’échanges « Nord-Sud »…

 

Une vision “large”

Dès la plénière d’ouverture, le ton était donné : les enjeux des savoirs féministes s’examinent à la lumière des modalités d’oppression diversifiées, des expressions des savoirs du « Sud » et en particulier de l’Afrique, des moyens de lutte adaptés aux différents contextes, si bien qu’on parle désormais de « féminismes » au pluriel. Compte-tenu du contexte délétère, ces enjeux s’apprécient surtout, complètera Pinar Selek, à la capacité d’« inventer des miracles féministes » et de « dépasser la tragédie ». Par ailleurs, assurer une « continuité » entre les différentes éditions devient une question-clé.

Lors de sa clôture, les organisatrices ont estimé la rencontre « très réussie » notamment parce qu’elle a permis une grande mixité des âges. Son futur devrait être africain.

 

Au-delà de l’enthousiasme, quel apport ?

Cet événement est à l’image de son intention : à vision large, riches en thèmes de contribution, les activités on connu de très faibles audiences, les participant.es devant se répartir entre les innombrables programmes proposés. De plus, cette multiplicité a forcé un timing serré. Au final, peu de temps a été consacré aux débats. Hormis les rencontres informelles dans les couloirs, l’échange était peu au rendez-vous.

Le cadre globalement positif et optimiste, c’est-à-dire avec peu de regard critique, s’est illustré par la faiblesse des mises en perspective historique ou géopolitique des différentes interventions. Les contributions sont restées majoritairement académiques – retours sur travail de mémoires de maîtrise ou de thèse – avec peu de recul sur l’apport à la théorie féministe, sur les concepts mis en jeu.

Les éditions avançant, on assiste à une invisibilisation de concepts majeurs au profit d’enjeux personnels de carrière : les étudiant.es ont tendance à mettre les acquis sous le tapis pour mieux exister. Beaucoup de mots sont ainsi devenus des fourre-tout sans pour autant qu’ils soient redéfinis : genre, intersectionnalité, colonialisme, écoféminisme, Nord/Sud… Par ailleurs, même si elle a été discutée, l’institutionnalisation du genre, notamment conduite lors de ce type de rencontres, n’a pas été interrogée selon son histoire et selon les contextes où elles s’appliquent, notamment en Afrique.

Le manque de fil rouge, de synthèses ou de rapports succincts des différentes activités, a renforcé l’absence de cohérence au profit de la mise en exergue d’outils. Au final, la diversité a minoré l’expression des résistances, y compris au sein des universités, et a fait place à l’absence de vision politique.

 

Joelle Palmieri
3 septembre 2018

[1] Le budget s’est voulu solidaire si bien qu’il a permis de financer la participation de plus de 180 personnes dont la quarantaine venue d’Afrique : Maghreb, Bénin, Burkina Faso, Sénégal, Côte d’Ivoire, Cameroun, Mali, Guinée-Conakry… On déplore encore l’absence totale d’Asiatiques. 47% des participants étaient françaises, majoritairement parisiennes. On note une prédominance de la présence européenne et québécoise.

[2] J’ai moi-même présenté une contribution intitulée « Afrique du Sud, France, Turquie ou comment se banalise la militarisation de la société », qui s’est inscrite dans le Colloque « Militarisme, militarisation et univers militaires : l’impact croisé des/sur les rapports sociaux de sexe, de classe et de race ».

[3] Les participant.es se sont réparti.es selon ces différents activités, organisées comme suit :

  • quatre ou cinq panelistes par activité
  • jusqu’à vingt-cinq activités par tranche d’heure
  • quatre tranches d’1h20 par jour
  • de 15 à 100 personnes par activité dans l’auditoire
  • 1 plénière
  • 1 AG de clôture.

TIC, colonialité, patriarcat

arton454

Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines

Yaoundé : Editions Langaa, 296 p., juin 2016 – ISBN 9789956763061 – http://www.langaa-rpcig.net/TIC-colonialite-patriarcat-Societe.html#

 

TABLE DES MATIÈRES

À Rita, Mercia, Binta, Fatou et toutes les autres 7

Je m’adresse à vous 15

Les points sur les i 19

 

À l’origine, il y a… 25

D’où vient-on? Vers où va-t-on? 27

Le patriarcat à l’ère numérique africaine 27 

Des inégalités de genre à géométrie variable 30 

Des violences érigées en relations politiques 36 

Des situations économiques tendues  44 

Backlash traditionaliste, « pesanteurs socioculturelles et religieuses»: des rhétoriques réactionnaires 55

Une colonisation par héritage 67

Définir l’institutionnalisation du genre 67 

Deux types d’organisations: féminines et féministes 69 

Sénégal: de la libération paternaliste au féminisme d’État 71 

Afrique du Sud: une ambiguïté de genre et un antisémitisme fondateur 80

L’héritage de l’histoire coloniale 88

Le genre: une intrusion paradoxale 93

Des effets politiques antagonistes 93 

« ONGéïsation » et personnalisation : des contradictions à gérer 101 

Institutionnalisation : inégalités de genre versus domination 106

Les TIC: sujets de convoitise et d’aliénation 111

« Fracture numérique de genre » : un terme sans chair 112 

Des politiques de TIC sans genre .119 

« Genre et TIC » et cyberféminisme : deux approches opposées et convergentes 126 

« Genre et TIC », véhicule de l’institutionnalisation des TIC 134

 

« Colonialité numérique » : redéfinir la colonialité du pouvoir 139

Côté face  141

Des sites Web institutionnels ciblant l’Occident 141 

« Le » site Web : une évidence 145 

Le Web: de l’informatique plutôt que de l’éditorial . 148 

Publier: de faire faire à donner à penser?  151

Côté pile  159

Le néolibéralisme en fond 159 

Une domination économique puissante 161 

Les déclinaisons sud-africaine et sénégalaise 165 

Les politiques publiques impactées 167

Le côté obscur… 173

Préciser les rapports de domination 173 

Contextualiser la colonialité du pouvoir en Afrique numérique 175 

TIC: la communication et l’information éloignées de la connaissance 183 

Un mythe du rattrapage imposé par l’Occident aux États africains 186

 

Le genre facteur de subalternité  189

Au cœur du réel 191

Les femmes globalement sous-influentes dans le secteur 191 

Le développement dépolitisé  196 

Les TIC : espace d’imposition universaliste 207 

Vers une cartographie sexuée du monde 212

Toujours victimes ?  215

Des entreprises de TIC paternalistes 215 

Une vision universaliste abstraite de l’innovation par les usages des TIC  220 

Le mouvement du libre: une faille dans l’innovation par les TIC 228 

La surenchère institutionnelle de genre de la société numérique colonialitaire 237

Éloge de l’instant 241

Communiquer: de l’indifférence à la créativité  241 

Prendre la parole 245 

Libérer l’intime 250

 

Théoriser et transgresser  261

Formel/informel, fil du rasoir de la transgression 263

Une expertise invisible dans le réel et dans le virtuel  263 

En Afrique, une communication informelle facteur de transgression 264

Les savoirs du quotidien 267

Des savoirs non savants pour interroger la colonialité numérique 267 

Les Digital Storytellings : des pratiques à évaluer à long terme  269 

Des stratégies d’appropriation collective de la connaissance  272 

Une économie du savoir en opposition à une épistémologie dominante 276 

La position des subalternes inversée 280

Dissocier domination et pouvoir 283

Des représentations différenciées mais convergentes de la domination 283 

Enfreindre la situation de présence-absence 285 

Les TIC pour interroger la théorie féministe? 287 

Dé-hiérarchiser les dominations 291

 

LA REVUE DE PRESSE

CERCLECAD – 19 septembre 2016
https://joellepalmieri.wordpress.com/2016/10/01/recension-de-joelle-palmieri-par-benoit-awazi-mbambi-kungua-cerclecad/

Entre les lignes entre les mots –  13 septembre 2016
Contre l’injonction de connexion, la liberté du récit et la construction de la mémoire
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2016/09/13/contre-linjonction-de-connexion-la-liberte-du-recit-et-la-construction-de-la-memoire/

Genre en action – 6 septembre 2016
http://www.genreenaction.net/Publication-de-l-ouvrage-TIC-colonialite.html

La lettre du Lam N° 18 – juillet 2016 – p. 6
http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/sites/lam/files/la_lettre_de_lam_18.pdf

African Books Collective – Social Sciences – Gender & Women’s Studies – 3 juillet 2016
http://www.africanbookscollective.com/books/tic-colonialite-patriarcat

Genre en action – 2 juillet 2016
https://www.facebook.com/Genre-en-Action-112940998778396/?hc_ref=PAGES_TIMELINE&fref=nf

Interroger les excès du genre ou comment rafraîchir la pensée féministe

img_8460-version-2Dès la première page, l’auteure de cet essai, Geneviève Fraisse, nous invite à scruter dans les relations sociales qui traversent le quotidien, en quoi le genre fait excès. Bonne entrée en matière, d’autant que, comme la philosophe le souligne, ce concept, le genre, est enfin entré dans la société, dans l’académie, comme quelque chose qui s’étudie, fait savoir, n’est plus seulement du ressort du militantisme. Alors comment pourrait bien se circonscrire cet excès ? En tout premier lieu, le genre interroge l’organisation des connaissances, en croisant le neutre – qui nie la différence entre les sexes, crée les inégalités – et la dualité, qui réaffirme les deux sexes versus occulte leur existence respective. Aussi fait-il peur, nous dit l’auteure : « le savoir donne le vertige ». En deuxième lieu, le genre contrarie l’épistémologie dominante car, d’un point de vue méthodologique, est ambigu. Il sert autant à montrer la division sexuelle qu’à la cacher. Elle verse notamment à l’argumentation l’exemple du Care, où 97% des personnels sont féminins sans que cela soit précisé. Le genre est solution et problème. En cela, il stimule le pensant. Et là est le troisième excès. Le genre permet de distinguer et d’opposer les conservateurs – manifestants du mariage pour tous, opposants à la « théorie » du genre – et ceux qui se projettent dans un futur champ de pensée, innovant, a-traditionnel. Enfin, last but not least, un quatrième excès pointe son nez : l’importance d’historiciser la sexuation du monde demande à repenser l’Histoire des femmes, à réorganiser ce champ de connaissances, plutôt qu’à en accumuler de nouvelles, à les qualifier dans leurs contextes anthropologiques, politiques et périphériques.

On l’aura compris il faut ici comprendre le mot excès comme « dépassement », dans le champ des connaissances. Aussi, à partir de ces axes de réflexion, Geneviève Fraisse revendique de garder le terme « sexe » sans le substituer à celui de genre car il permet à la fois de se soustraire à toute tendance universaliste et surtout car il forme un « hors champ » de la pensée dominante : il fait désordre, dépasse les questions de sexualité, subvertit l’invisibilité globalement allouée. Il déjoue les stratégies idéologisantes, comme celles déployées par les détracteurs de la « théorie du genre », car il ouvre plutôt que ne ferme un champ de pensée. Ce qui fait nouveauté.

A contrario, pourrait-on dire, la lutte contre les stéréotypes, comme elle semble être priorisée aujourd’hui dans les luttes contre le sexisme, ne remet pas en cause l’ordre établi, ne propose pas d’alternative politique. Et l’auteure le souligne volontiers. Elle ajoute même que leur dénonciation les reproduit. L’image vient remplacer la lutte – au sens subversion d’un ordre social, à l’opposé de l’acquisition de droits dans le réel. À ce titre, cette priorisation illustre la re-production (le cliché) et l’impuissance, celle entre autres de remettre en cause la place respective de chaque sexe au sein de la famille. Elle éloigne tout simplement de l’égalité des sexes, car elle réduit le champ de pensée, et cela quel que soit le parti pris d’une part par ceux qui dénoncent les stéréotypes et d’autre part par ceux qui s’en servent pour continuer à asseoir la division sexuelle.

Dans le registre de ce qui est donné à voir, Geneviève Fraisse interroge la mise en scène de la nudité des corps féminins en politique : l’exemple des Femen ou des Barbues. Forme-t-elle un langage de l’émancipation, ce concept qui lui tient tant à cœur ? Peut-être nous répond l’auteure dans le sens où ces actions s’inscrivent dans une époque spécifique de la « communication humaine ». Une époque qui demande à voir, y compris la domination masculine écrite en toutes lettres sur des seins nus ou suspendue à des poils foisonnants. Tout élément du corps fort érotisé. Peut-être parce que cette mise en scène démontre la liberté de celles qui agissent ainsi dans et sur le réel, de façon souveraine et avec leurs corps. Elle fait « vérité », nous dit-elle, et là est le plus important. Ces militantes parlent avec leur corps, objet, parce qu’elles ont quelque chose à dire. Et c’est là que la subversion apparaît, parce que la vérité de l’inégalité des sexes est encore bonne à exprimer, et donc excessive, y compris en Occident.

Aussi, remercions ce courant d’air frais dans notre pensée ralentie par les incursions accélérées, excessives et surabondantes de la réaction traditonnaliste et masculiniste contemporaine.

Joelle Palmieri

12 octobre 2014

 

 

Geneviève Fraisse, Les excès du genre – Concept, image, nudité, 2014, Éditions Lignes, 96 pages – Prix : 14,00 € (disponible) – Format : 13 x 19 cm – ISBN : 978-2-35526-133-6

http://www.editions-lignes.com/GENEVIEVE-FRAISSE-LES-EXCES-DU-GENRE.html

 

Laissez-les parler!

IMG_6863Istanbul. Avril 2014. Extérieur nuit. Je vogue sur le Bosphore. Sur le ferry, nous sommes une bande, hommes, femmes, majoritaires, jeunes et moins jeunes. À égalité? Une soirée privée, celle organisée par les protagonistes d’un colloque international sur l’autobiographie. Celle exclusive des femmes. Contemporaine, plus ancienne. Indiennes, Pakistanaises, Sud-Africaines, Roumaines, Hongroises, Allemandes, beaucoup d’Européennes, beaucoup de Turc-ques, un Brésilien, une Ukrainienne et moi se sont retrouvées dans cette ville, cour des miracles, l’espace de deux jours. Un peu moins de deux cents universitaires, bibliothécaires, artistes. Histoires personnelles se sont mêlées aux analyses croisées d’œuvres littéraires plus anciennes ou aux récits de recueil ou de manifestation de mémoire de femmes. Seules, en groupe. Connues, inconnues. Reconnues, opprimées. En ordre très dispersé. Je suis venue parler de savoirs subalternes en résistance… Et me voilà sur ce bateau, à ne pas identifier l’une ou l’autre rive ou à apercevoir quelques lumières ça et là, repue par un dîner servi à bord, frigorifiée par l’air omniprésent, insoupçonné, aux côtés du mari d’une des intervenantes pakistanaises. Je l’avais remarqué car il avait ouvertement agressé une Indienne sur la question des massacres du Cachemire… J’avais été impressionnée par son pouvoir agressif. Et là, à l’instant où je m’intéressais aux couvertures en laine de mes voisines, agglutinées sur le pont, me voici interpelée par cet homme : « Etes-vous mariée ? ». Avec un sourire : « Non ». Silence. Il reprend : « Ce n’est pas trop difficile de vivre seule ? ». Aussi sec : « Mais je ne vis pas seule. Je suis avec quelqu’un depuis de nombreuses années ». Il tourne son visage à l’opposé du mien. Il revient : « vous avez des enfants ? ». Je souris décidément : « non ». Il prend un air affligé, presque triste. Silence de nouveau. Sa femme, à côté de lui, s’est éloignée de moi. Il tente un nouveau sujet de conversation : « d’où venez-vous ? ». « De France », c’est écrit sur mon badge, avec mon nom. Il démarre : « Ah ! De Gaulle ! La révolution, les têtes tranchées… ». Je ne comprends rien. Je me lasse. Je lui dis qu’il y a quelques années je suis venue à Karachi, à Peshawar, pendant la guerre du Golfe. En 1991. « Ah ? ». Visiblement, cela ne l’intéresse pas. Il coupe court : « les mères sont les personnes les plus importantes au monde ». Je suis interloquée. Je n’en reviens pas de l’étendue de son conservatisme. Je tente un « pourquoi ? ». Et il me parle de la perte récente de sa génitrice, de sa peine. Et pour finir, il assène : « quelle est votre religion ? ». Mon cul fusionne maintenant avec le coussin de la travée. « Je n’en ai pas. Mais je comprends qu’on puisse en avoir ». Il me regarde fixement : « alors là, ce n’est pas possible. Je ne vous crois pas ». Je profite d’un courant d’air plus fort pour m’éclipser.

Cette conversation aura sans doute créé une autobiographie. La mienne. Selon des codes, des normes, un cadre, qui ne sont pas miens. Que je ne partage pas. Auxquels on ne me demande pas d’adhérer. Ou d’y réfléchir. Le temps d’un instant, j’ai été contrôlée par un homme, d’un pays où les subalternes font masse. Ce contrôleur m’a ôté la parole, histoire de bien conserver la sienne. Il m’a faite subalterne. Dérida disait « ce que l’on ne peux pas dire, il faut l’écrire ». Voilà, c’est fait. A l’instant.

J’en profite pour ajouter. Pendant ces deux jours, j’aurais aimé entendre davantage d’expressions sur le type d’embrigadements et de normalisations, et par voie de conséquence, sur l’alimentation des rapports de domination, que peuvent créer les opérations mémorielles. On a beaucoup élucubré sur les narrations, leur origine, leur contenu, oui, sur les auteures parfois, quand elles étaient des personnalités, littéraires notamment, mais rarement sur les modalités de recueil des récits – par le haut, avec intermédiaires, directes –, sur les prises de parole des femmes invisibles, leurs modalités d’expression et leurs impacts sur les relations sociales. Il reste encore beaucoup de travail à fournir pour sortir de la norme, pour rompre avec les évidences, pour casser les hiérarchies, pour entrer dans la radicalité. Y compris chez celles qui se disent féministes. Plusieurs conversations, notamment avec une Sud-Africaine et avec une Indienne, me laissent croire que je ne suis pas seule au monde… ouf ! Je ne suis pas seule à penser cette hégémonie intérieure. « Mama Profesor », comme on l’a nommée, l’invisible, celle qui n’a pas la parole, va révéler son pouvoir, un peu partout, pour sûr. On s’y atèle sérieusement.

 

Joelle Palmieri, 25 avril 2014

CHRONIQUE D’UNE CHERCHEURE DE RECONNAISSANCE UNIVERSITAIRE

C’est au cours d’un entretien à l’Anpe, où je pointe de façon intermittente, et où je suis tenue de rendre une visite régulière tous les six mois afin de faire le point sur ma « réinsertion professionnelle », que j’entends pour la première fois parler de VAE. « Pourquoi n’essayez-vous pas une VAE ? », me dit ma conseillère. Nous sommes en mars 2006. J’ai 47 ans, suis inscrite comme demandeure d’emploi en tant que conseil en communication, ou plutôt « conseillère » comme peut exclusivement l’autoriser la grille professionnelle de l’agence, celle dédiée aux cadres. Je n’ai plus de CDI depuis trois ans, et exerce des missions ponctuelles, allant de 3 jours à 6 mois, pour leur grande majorité à et pour l’étranger, de conseil, d’audit, de recherche, de formatrice… en communication, information, réseau, management, genre, entreprenariat collectif… J’en ai un peu assez de garder ma valise dans le couloir. De la croiser. Les pays comme les régions se sont enchaînés depuis 28 ans et j’envisagerais bien de rentrer au bercail. J’habite la banlieue Est-parisienne depuis ma naissance. « VAE ? mais de quoi me parlez-vous ? », réponds-je. « Eh bien, de la validation des acquis de l’expérience ! », renchérit d’un ton banal mon interlocutrice. « Pardon ? », réplique-je. « Ah ? vous ne connaissez pas ? je vais vous expliquer », et dans un calme olympien ma guide me dévoile les coulisses de la loi de 1987 puis de 2002. Je suis convaincue. Au point que je sais, non pas le diplôme que je vais faire valider et l’université que je vais élire pour mener à bien ce projet, mais LA personne qui, elle, va savoir ce à quoi je peux prétendre. En effet, ma relation à l’université, ses codes et ses rituels, est aussi distendue que celle du pape au préservatif. J’appelle donc mon amie, toute jeune diplômée, Bac+5, deux fois, science-politisée, qui par ailleurs ne trouve pas de travail. En une poignée de minutes, elle me dicte niveau de diplôme, « quoi master2 ? c’est quoi ? c’est pas trop haut pour moi ? », université « Paris8, la plus cool, Censier, bien, Dauphine, la plus classieuse », et modalités rhétoriques comme administratives. Un nouveau monde s’ouvrait à moi. La faculté ! Moi qui n’y avais jamais posé mes fesses, moi qui m’étais arrêtée après une première année d’école d’ingénieur désastreuse par le peu d’intérêt que j’y portais, qui suivait elle-même deux années de classes préparatoires scientifiques, les nobles, les fastes, hypotaupe et taupe, de surcroît dans un grand lycée parisien ! Cela faisait fort longtemps et je m’étais vite engouffrée dans la drogue du travail.

Je suis donc devant. Pré-dossier, jury de validation, validation complète, partielle. Je commence à cerner les détours de la démarche. Pas de problème. Je décide de mettre toutes les chances de mon côté et postule en même temps et pour la même année à trois Master2 en communication, dans l’idée que j’en aurais bien un. Le premier à Paris8, le second à la Sorbonne nouvelle, le troisième à Paris-Dauphine. Pour chaque intronisation, qui consiste en gros à retirer LE pré-dossier, je rencontre pour chaque université une personne, toujours une femme, fort charmante, accueillante, voire complice, comme heureuse de me rencontrer. J’en suis toute coite. Voire estourbie. Je commence à comprendre que je suis dans un service « spécial », plus ou moins lié à la formation continue, mais guère plus. Toutes m’expliquent la procédure, la VAPP, la VAE, les lois et le chemin à suivre. Elles me conseillent même sur la façon de le financer. Ah ! ça je ne m’y attendais pas. Je n’avais pas imaginé une seconde que cela pouvait me coûter… dans tous les sens du terme. Pincement au cœur vite dépassé donc puisque les systèmes d’accompagnement sont là : « objectif cadre », Fongecif… A ce stade, tout semble cohérent. Seuls diffèrent lesdits pré-dossiers, dont les objectifs sont les mêmes, ceux de présenter ses motivations, son expérience professionnelle et ses projections professionnelles, mais dont les « cases à remplir ou cocher » font l’originalité. Qu’à cela ne tienne, la technique du copier/coller fera bien l’affaire… Pas tant que ça. Tout d’abord, je commence à peine à appréhender le travail à développer. Une enquête de mémoire. Une investigation analytique. Ma vie, mon œuvre. Rien n’est simple. Par date ? non. Par compétence, par obstacle, par ce que j’en ai personnellement tiré… Une nouvelle ère. La drogue a cela de pénible qu’elle vous englue au point de ne plus pouvoir ni avoir envie de sortir le bout du nez afin de sentir si dehors il fait autre. Ensuite, j’apprends, en fait je découvre, j’assimile, j’intègre, que ce dossier doit me servir comme carte de visite auprès d’universitaires, qui eux seuls auront le pouvoir non pas de valider mes acquis mais de m’autoriser à vouloir le faire. Je ne les connais pas. Pas en tant que personne, cela va de soi, mais en tant qu’institution, qu’individu social. Je ne sais pas qui ils sont.
Je n’ai pourtant pas peur. Je remplis, remplis encore ce dossier, sans contrainte ni pression. En moins de deux semaines, j’ai renseigné les trois dossiers et les ai fait parvenir à qui de droit. A partir de là, le folklore peut commencer. Pas une université ne fonctionne comme l’autre. Chez l’une, je serais convoquée pour un entretien préalable, tiens !, avant la validation du pré-dossier et donc le passage officiel en processus VAE, avec accompagnement. Une année. Urps ! Chez l’autre, le pré-dossier est tellement « bon » que je passe directement à l’étape suivante, c’est-à-dire en VAE, donc en rédaction du dossier du même nom, et sans accompagnement, le tout pour passer directement en jury VAE afin de pouvoir capter la rentrée universitaire à échéance de trois mois. On est en effet désormais en juin. Quoi ? Une rentrée ? Et chez la dernière, à ma plus grande stupéfaction, il m’est rapporté que mon pré-dossier est rejeté par le directeur de cycle, car je n’ai pas de diplômes. Hein ? pas de diplômes ? Mais n’est-ce pas là tout l’objet de la VAE ? Mon cœur bat la chamade et mon sang ne fait qu’un tour d’autant que cette dernière est celle où je croyais que tout cela allait passer comme dans du beurre, car, héritière de « la fac de Vincennes », celle qui privilégiait les « sans éducation » par vocation politique. Gamelle. J’insiste. Rien à faire. Ma charmante interlocutrice ne sait plus quoi me dire, faible qu’elle est d’arguments, d’autant qu’elle ne tient pas les ficelles de ce soudain obscurantisme.
Le temps presse. Je me concentre sur les deux autres facs. Chez la première, l’entretien préalable s’est très bien passé. Dont acte. Je dois donc repasser par la case de la formation continue afin d’emboîter le pas de la validation, dont on me dit, que dans mon cas, elle sera sans doute « complète ». Ah ? Ce qui veut dire ? Je n’aurai pas à suivre de cours, mais sans doute à rédiger un mémoire. Ouf ! Facile ! Chez la seconde, tout part dans la tourmente de l’avant-été. Je mets deux semaines à rédiger mon « vrai dossier » afin de passer devant le « vrai » jury VAE avant les vacances scolaires, début juillet, toujours en prévision de l’inscription puis de la rentrée universitaire 2006-2007. La validation sera « forcément » partielle. J’y perds mon latin. Forcément. Je dois défendre mon dossier. Il s’agit d’une soutenance devant un parterre d’universitaires, triés sur le volet dont on me confie les noms. Je prépare un oral. J’aurais huit minutes. Pas une de plus. Rédaction, exercice du miroir, lecture à voix haute dans la rue. Je n’ai pas peur du ridicule. Je me prépare à cette épreuve que je ne connais décidément plus. Ce n’est pas tant parler que j’appréhende, bardée que je suis d’interventions en conférences, colloques et séminaires sur tous les continents et dans au moins trois langues, mais être à l’épreuve. Un tout nouveau sentiment s’éveille en moi. Celui de la non-liberté. Je ne le connais pas. J’en suis désormais bien consciente. Le jour arrive. Instant sollenel. Ma bienfaitrice vient me chercher et me fait entrer. Ça fait vraiment jury ! Une espèce de table ronde enrubannée de chevalier-es dont le centre est vous. Je ne me laisse pas démonter. Je n’ai rien à perdre. Huit minutes pour raconter sa vie. Top chrono ! Je le fais. Puis d’emblée, le directeur du jury m’informe « qu’ici on ne donne pas de diplôme ». Nous sommes à Dauphine. Je comprends l’espace de quelques secondes, qu’il faut le mériter, faire ses preuves… académiques. Sur place, on m’informe de mes droits : j’aurai la moitié des UV validées, tout le côté communication et information en fait, par contre je devrai passer dix heures hebdomadaires sur les bancs de la prestigieuse faculté pour m’acquitter de la deuxième moitié, ce qui passe par l’apprentissage de la macroéconomie, de l’analyse financière, de l’histoire des mouvements sociaux… Moi qui ai commencé à travailler à la banque de France sur des modèles économiques, ai créé trois entreprises dont deux agences de presse et une agence de communication et ai couvert la majorité des événements internationaux portés par les mouvements sociaux depuis Seattle… Etonnamment, je ne suis pas déçue. J’ai comme une impression d’être acceptée, cooptée par une autre cour, pas celle des grands, celle de l’éducation nationale. Avec un grand « E ». Mes perspectives d’enseignement dans les facs françaises se concrétiseraient-elles ?
Je pars en vacances, tranquille. Tout est calé. J’alternerai missions de travail et fac pendant six mois et je continuerai mon dossier et l’accompagnement à la Sorbonne nouvelle. Je vise toujours en dessus de la mesure de la véritable charge de travail. Je suis à ce point une bonne ouvrière que ces perspectives ne m’assomment pas. D’ailleurs, c’est ce que je vais faire entre septembre 2006 et juillet 2007. Date à laquelle tout se ré-accélère. Je dois mener de front la préparation du jury VAE de la Sorbonne nouvelle et rédiger un mémoire de Master le tout avant le 13 juillet. Je passerai devant le premier jury le 2 juillet et soutiendrai mon mémoire le 12. Toujours pas effrayée. La bête de somme n’a pas encore son compte. La journée du 2 juillet sera un émerveillement, un moment de pure émotion. Comme neuf fois auparavant, je passe devant un jury VAE, mais au lieu de faire face à des seigneurs, je rencontre des personnes, humaines, d’emblée à l’écoute et sensibles, tant à mes variantes burlesques qu’à ma vie. Mes poils s’en dressent sur ma peau. On s’adresse à moi comme à une « collègue ». Serais-je flattée ? Toujours est-il que je m’en trouve fort aise et déploie mes atouts oraux comme devant une audience de militants. Mes bras battent la mesure comme d’habitude et ma bouche émet des expressions sonores dont elle s’amuse. On me laisse sortir quelques minutes le temps de la délibération. Je ne suis pas très inquiète mais tendue, d’autant que je rejoins dans le couloir mes collègues de l’accompagnement qui sont angoissés faute de ne pas être encore passés à la moulinette. La directrice des études vient elle-même me rechercher, m’accompagnant d’un grand sourire. Tous les autres membres du jury m’attendent et, en bon représentant, son président me gratifie d’une mention très bien. Alors là ! Je ne m’y attendais pas du tout. Je me perds en remerciements confus, en balbutiements enjoués, à deux doigts de tomber en larmes. J’y suis ! Enfin ?
L’exploit du 12 juillet est une tout autre histoire. Je déclame ma soutenance de mémoire, qui porte sur « en quoi la formation des femmes à la communication et à l’information via l’Internet est-elle porteur de changement social » avec un regard croisé entre des expériences en Europe de l’Est et Centrale et en Iran, devant deux professeurs, dans leur propre bureau, où peu de place physique m’est accordée, tant pour mes papiers que pour mes jambes. Mon dernier mot sera suivi de considérations élogieuses de la part de la directrice d’études sur mes capacités de réactivité, d’efficacité (j’ai rédigé ce mémoire en trois mois, sans réel soutien académique), tout de suite enrayées par des critiques méthodologiques quant à la rédaction dudit mémoire, critiques reprises amplement par son collègue, toutes insistant sur une optique sociologique que je n’aurais pas. Pour sûr ! Cela ne m’a jamais été enseignée, ce que je fais immédiatement remarquer, arguant de mes qualités de communicante plus que de sociologue… Je suis un peu déstabilisée. Aurai-je ce diplôme, ne l’aurai-je pas ? Je ne le saurai pas. Tout du moins pas avant novembre, quand tous les autres étudiants de ma promotion auront rendu leur rapport de stage (étape dont j’ai été exemptée) et quand tous les professeurs se seront mis d’accord sur une politique de « rééquilibrage » des notes. Quid ? Décidément, j’en apprends tous les jours. Je sors de ce bureau avec la ferme ambition de partager ce moment d’équivoque avec ma guide du lieu, celle qui a réussi à ma faire passer en jury VAE en aussi peu de temps. Elle m’accueille immédiatement à bras ouverts, m’écoute avec sérieux et me rassure en m’expliquant qu’en procédant ainsi mes interlocuteurs témoignaient leur sentiment d’avoir à faire à une pair. Ah bon ? Me voilà complètement rassurée. Je suis maintenant convaincue que 2007 représentera l’année de la moisson avec un Master 2 communication institutionnelle et des entreprises avec mention très bien et un Master2 Presse et communication économique et sociale, mention aujourd’hui inconnue.
Alors ? VAE ? VAPP ? Tous ces acronymes servent au moins deux intérêts conjoints. Celui des universités, qui ont des valeurs à défendre, des résultats à faire valoir, mais aussi leur propre philosophie de « l’intégration » du « professionnel » dans leurs cursus universitaires. Mais surtout celui du candidat, de la candidate en l’occurrence, qui, par ce chemin de croix, ne peut échapper à une meilleure connaissance (co-naissance) d’elle-même, par la voix de l’analyse de son travail, désormais résolument perçu davantage comme une richesse que comme un fardeau de tâcheronne pour et devant l’éternité.