Archives par mot-clé : afrique

Afrique du Sud : les violences de genre en chiffres

IMG_1067L’Afrique du Sud se caractérise par un niveau de violence hors du commun. Les chiffres en attestent et parmi eux, plus particulièrement ceux des viols et plus récemment des féminicides. La banalité quotidienne de ces violences de genre témoigne d’une société où les relations entre hommes et femmes se négocient dans le conflit.

Selon de multiples sources (Centre for the Study of Violence and Reconciliation (CSVR), Human Rights Watch Report, People Opposing Women Abuse, Sexual Violence Research Initiative, Unicef…), l’Afrique du Sud est connue pour ses hauts taux de violence. Le taux d’homicide y est cinq fois supérieur au taux mondial, atteignant 64,8 pour 100 000 habitants en 2000, ce qui explique que ce pays est le plus violent au monde. Cette situation serait directement héritée du régime d’apartheid, caractérisé par un niveau de violence inédit : emprisonnements, tortures, assassinats, viols… commis en tout impunité. Si bien que, comme le précise l’historien Gary Kynoch, la résistance qu’a engendrée ce système a induit une tolérance de la violence en tant que telle, reconnue comme seul point de repère social. Aussi, malgré la création et le travail de la Truth and Reconciliation Commission Bill (Commission pour la vérité et la réconciliation), cette violence continue de constituer le seul moyen de résoudre des conflits entre les personnes.

Le plus haut niveau de viols au monde

Au sein de cette violence, des taux très importants de violences de genre peuvent se distinguer, avec le plus haut niveau de viols dans le monde. Selon l’étude de 2009 du Medical Research Council (MRC), intitulée Understanding Men’s Health and the Use of Violence: Interface of Rape and HIV in South Africa, un jeune Sud-Africain sur quatre reconnaît avoir violé au moins une fois dans sa vie. La moitié des hommes sondés au cours de l’étude du MRC avaient moins de 25 ans et 70% moins de 30 ans. Selon le rapport, sur les 27,6% d’hommes ayant commis un viol, « 23,2% ont déclaré avoir violé deux ou trois femmes, 8,4% quatre à cinq femmes, 7,1% six à dix, et 7,7% plus de 10 femmes ou filles ».

Selon les organisations sud-africaines de défense des droits des femmes, une Africaine du Sud sur trois vit une relation violente, une femme est tuée par son partenaire tous les six jours et une femme est violée toutes les 26 secondes, soit 2,3 par minute, 138 par heure, 3 312 par jour, 99 360 par mois et donc 1 192 320 par an. Dans les statistiques nationales, en 2006, 55 000 viols étaient officiellement enregistrés par la police. Le National Institute for Crime Prevention and Reintegration Programme estime pour sa part que seul un viol sur vingt est rapporté, ce qui pourrait ramener le chiffre à un million par an. De plus, le National Working Group on Sexual Offences, un consortium de vingt-cinq organisations, estime que 42,7% des viols concernent des mineures. En effet, une légende est répandue laissant croire que les rapports sexuels avec des vierges guérissent du sida. Si bien que les hommes multiplient les rapports sexuels avec des jeunes femmes vierges, voire impubères. Une recherche menée par le Medical Research Council en 2001 auprès de 11 735 femmes interrogées en 1998 montre que 153 d’entre elles témoignent avoir été violées avant l’âge de 15 ans. Pour ces 1,3% d’adolescentes, 85% des viols ont été commis entre l’âge de 10 et 14 ans et 15% entre cinq et neuf. Aujourd’hui, le viol atteint les nourrissons féminins de cinq mois.

Le viol considéré comme un rite de passage

Selon une recherche menée en 2002 sur le viol des jeunes filles pour le journal The Lancet, 21% des violeurs sont des proches, 21 autres des étrangers ou des connaissances récentes et 10% des petits amis. Selon une enquête menée par le groupe de recherche Community Information Empowerment and Transparency auprès de 300 000 enfants et adolescents de 10 à 19 ans, dans 1 418 écoles et lycées du pays, violer « quelqu’un qu’on connaît » n’est pas considéré comme une violence sexuelle, pas plus que les « attouchements non consentis ». De plus, plus d’un quart des jeunes interrogés affirment que « les filles aiment être violées ». Le viol, les violences, procèdent d’une « adaptation à la survie dans une société violente ».

La plupart des viols sont perpétrés par des Noirs sur des Noires, et à une moindre échelle par des Noirs sur des Blanches (un sur dix), celles-ci ayant les moyens financiers d’assurer leur sécurité personnelle.

À titre de comparaison, d’autres pays africains connaissent bien le viol en tant que système, c’est-à-dire qui regroupe un ensemble de principes et de règles sociaux, traditionnels, religieux, juridiques, économiques, politiques, qui interagissent. C’est le cas notamment des pays qui ont vécu ou vivent des conflits armés, comme le Rwanda, la République démocratique du Congo (RDC), ou le Darfour – pour ne citer que quelques exemples africains –, où le viol sert d’arme génocidaire. Néanmoins, les taux relatifs au viol restent largement moins élevés qu’en Afrique du Sud : 1 100 par mois en RDC (Jeune Afrique 2008), 250 000 viols pendant toute la durée du conflit au Rwanda (Commission des droits humains des Nations Unies 1996), 500 viols estimés entre 2003 et 2005 au Darfour (Médecins sans frontières 2005).

Le féminicide, une forme banale de violence

Au nombre de viols s’ajoute l’alimentation de la propagation du VIH. Ce constat est particulièrement avéré  parmi les femmes, et plus spécifiquement celles âgées de 18 à 24 ans qui connaissent trois fois plus de chances de contracter le virus que leurs homologues masculins. Ces dégâts collatéraux des agressions sexuelles envers les jeunes femmes forment à leur tour violences.

Ce tableau est ensuite complété par celui des féminicides. En effet, l’Afrique du Sud connaît le plus haut taux de féminicide intime au monde. Malgré l’absence de données nationales dans le domaine, une étude nationale a montré qu’une femme est tuée toutes les six heures par son partenaire sexuel. Cette étude vient compléter des données selon lesquelles entre 40 et 70 pour cent des femmes victimes de meurtres sont tuées par leur mari, compagnon, concubin. L’étude conclut que le taux des victimes noires (18,3/100 000) atteint six fois celui des femmes blanches. Les auteurs des crimes sont très majoritairement des hommes et des concubins en union libre (52,10%), devant les petits amis (27,90%) et les maris (18,50%).

Les femmes tuées par leurs partenaires sont plus jeunes que celles qui le sont par des étrangers. L’âge moyen est respectivement de 30,4 ans contre 41,2 ans ce qui tend à indiquer que les féminicides intimes ne représentent pas une extension des homicides « traditionnels ». Globalement, les victimes sont tuées par balle. L’étude a montré que 66,30% des auteurs des crimes possédaient légalement une arme à feu au moment du meurtre et que 58% d’entre eux étaient employés dans le secteur de la sécurité. Ce constat s’ajoute à celui selon lequel 64,90% des féminicides intimes auraient pu être évités si l’auteur n’avait pas légalement possédé une arme mortelle.

Les féminicides et leur fréquence représentent un nouveau stade dans l’escalade de la violence en Afrique du Sud. Ajoutés aux viols, ils rendent la vie quotidienne des femmes de ce pays, et en particulier les jeunes femmes noires pauvres, de plus en plus difficile, voire en danger.

Joelle Palmieri

Décembre 2011

Je suis malheureuse

IMG_1057 - Version 2Je suis malheureuse de la mort de Mandela. Est-ce bien de cet événement dont je suis malheureuse ? De la perte du personnage ? Pas sûre. La confusion me gagne. D’autant qu’en France, les éloges ont coulé à flot pour qualifier cet homme, seul contre tous les autres. Hommes. Blancs. Hétérosexuels. Impérialistes. Racistes. Je suis sûre d’une chose. Celle d’être malheureuse de constater cet art du raccourci si bien déployé par les journalistes et personnalités françaises qui se sont prononcées sur cette disparition. Car j’ai cherché les invisibles. Et le premier qui m’a sauté à la figure, c’est l’impasse sur les femmes sud-africaines. Moi qui ai appris la mort du leader de l’ANC au moment même où j’intervenais sur les savoirs non normés des femmes sud-africaines, pauvres, noires, sidéennes, jeunes et moins jeunes… en tant que résistance aux dominations, lors de rencontres internationales sur la définition des féminismes, je reste effarée par la négligence généralisée réservée à l’héritage de Mandela. Rappelons simplement que à Madiba ont succédé Thabo Mbeki et Jacob Zuma, deux produits de l’ANC. Le résultat de cette descendance fait peur. Création d’une élite noire, riche, mâle, masculiniste, traditionaliste, libérale, corrompue qui nie les chiffres de la violence endémique du pays, héritage comme cette élite de l’apartheid. Ecart des richesses de plus grands dans le monde, plus haut taux de féminicides (meurtres  ciblant sciemment des femmes) et de viols dans le monde. Alors je suis malheureuse car je crains le pire. Là-bas, ici, où on continue à cultiver cet art du raccourci donc qui sert à creuser les divisions, de classe, de race, de genre, à les nourrir, pour mieux faire l’impasse sur les luttes malgré les différences. Ça y est je pleure.

Joelle Palmieri, 21 décembre 2013

From institutionalisation to direct democracy: women’s movements in Senegal and South Africa

Introduction

Between the institutionalisation of gender issues, feminist political radicalism, and even exercising direct democracy, feminism exists in many forms, particularly in Africa. In order to analyse the different forms of mobilisation taken by African women’s organisations, it is first necessary to explore the relationships that exist between the movements created by these organisations, and the states in which they operate. The examples given here will be limited to South Africa and Senegal.

IMG_186_2Firstly, it appears that African women’s movements maintain “ambiguous” relationships with states; that they oscillate between focussing their efforts at the local and global levels. On the one hand, women’s movements have expectations and make demands on states, to the extent that they depend on them (and in doing so, come to belong to them). On the other hand, the state and its representatives, the bodies who are entrusted with power, maintain either demagogic or political relationships with women’s organisations, and use them to bolster their own power. Governments use women’s movements as a means of understanding and controlling the debates which permeate civil society. These two approaches exist in a highly globalised context, permeable to external forces, particularly those based in the North, and inscribed in a fundamental social transformation based on economic liberalism and the spread of information communication technologies (ICTs) which has accompanied it.

A distinction should be made between women’s movements and feminist movements in Africa (Sow 2007); the former refers to groups connected with implementing the results achieved through the activism of the latter, who are concerned with the struggle; who fight for equality at the political level. Further to this distinction, the very marked generational gaps that exist in Africa are isolating and weakening some movements; particularly through the different use of ICT, and apprehension about the information society which is now integral to the fight for women’s rights.

In order to deconstruct these dichotomies, this paper will go back to the source: the recent birth of the states of Senegal and South Africa. Since these states became independent, since the end of apartheid and the advent of parliamentary democracy, law, political discourse and party activity all seem to have remained masculine domains. In these states, whose heritage is colonisation, the ability to actively exercise citizenship remains a privilege reserved for the male half of the population. In order have political influence, African women activists have to create specific spaces – forever on the fringe of the official parties themselves, while systematically supporting them.

In Senegal, the work of women’s organisations covers forms of discrimination as diverse as access to land, credit, health, education or technology, the right to contraception, parental authority, access to power, parity in politics, polygamy, violence and sexuality – yet these subjects are not considered in government, not even by the progressive political parties (Sow 2007). In South Africa, the African National Congress (ANC) has always deployed gender-balanced discourse, as part of a wider ethical rhetoric which also takes into account the racial and class divisions that permeate society. Ironically, this rhetoric slows down any real efforts to abolish this nation’s patriarchal system of government; a situation which has daily consequences for the citizens of these states.

In light of this situation, the political efforts of women’s organisations have never been rewarded or recognized; neither during nor after these countries’ fights for national independence. Furthermore, women’s organisations do not seem to truly recognize nor understand, from personal experience, the issues that are posed by the global information society; this is pushing them away from politics, and instead towards the everyday issues confronting women in these societies. Inversely, this situation has led some women activists to return to radical and innovative forms of activism, and to politicising concepts including citizenship (McFadden 2005), justice (Maitrayee & Singh 2009), equality, and governance (Taylor 2002). This article will examine the possibility that these new forms of engagement will lead to new forms democracy, free of inequalities of class, race and gender which continue to feature in current dominant political discourse. Is it possible, as Spivak (2009) has noted, that gender (and geopolitical) relations of domination and subordination are in the process of being overthrown?

The consequences of post-colonisation: states exploiting women’s movements

The collateral damage of ‘politics’ in Senegal

While some Senegalese women’s groups have always supported political parties, others have come in support of them in their quest for political action. In 1960, when Senegal gained independence, the single-party ruling Union Progressiste Sénégalaise (Progressive Senegalese Union) (UPS), led by Léopold Sédar Senghor, integrated the Union nationale des Femmes du Sénégal (National Union of Senegalese Women) (UFS). Senghor considered very carefully the role women would play in his plans for an African take on socialism. As ‘father of the nation’, Senghor did not envision building a nation without women’s support, and intended to modernise their role in Senegalese society.

Senghor established “Foyers Féminins” (‘Women’s Centre’s) across the country. These were led by UPS female activists of the party, who recruited Senegalese women from rural areas, with the aim of educating women – as wives, mothers, workers and citizens. Such discourse unambiguously viewed women as child bearers and minors in need of education (Cisse 2002). Senghor’s paternalist approach was underlined when he eventually put the UPS’s National Council of Women under the supervision of one man and two male deputies who were nominated by his government.

In the 1970s, new women’s movements emerged, declaring themselves feminist and apolitical. In doing so, these movements removed themselves from the sphere of power. In 1977, the Fédération des associations féminines du Sénégal (Federation of Senegalese women’s associations) (FAFS) put forward several new demands, yet remained linked to the state. From 1981 onwards, however, under the presidency of the former Prime Minister, Abdou Diouf, approaches to feminism within the Senegalese state began to change. The new president wanted to make his mark and turn away from the focus on black identity (Negritude) championed by his predecessor. Like Senghor before him, Diouf, was involved in the actions of women’s movements, operating them remotely. He officially supported the empowerment of women, and created la Fédération nationale des groupements de promotion féminine (National federation of associations empowering women).

These organisations would become the cornerstones of the president’s new approach to development, and the basis for feminism in 1990s Senegal. After the Fourth World Conference on Women (Beijing, 1995), these groups began receiving financial and political support from international organisations, including the International Labour Organisation (ILO), United Nations Development Programme (UNDP), and United Nations Population Fund (UNFPA).

During this period, other, more radical, but marginal, movements were demanding equal rights for men and women, with a core focus on rejecting the laws on marriage and inheritance set out in Senegal’s Code de la famille (Family Code). At the same time, the Conseil sénégalais des femmes (Senegalese Council of Women) (COSEF) were politically active, and ensured the creation of a law forbidding female genital mutilation (FGM) in 1999, and reform to tax law in 2001, while issues of polygamy and the right to joint custody continued to be problematic. During this period, feminists faced attack from Islamic groups – notably the Collectif islamique pour la réforme du Code de la famille du Sénégal (Islamic collective for the reform of the Family Code) (CIRCOFS) – but became caught up in theory, defending the rights they had already won, rather than fighting to acquire new ones.

More recently, in 2007, Senegal began allowing the recruitment of women to the armed forces, with the formation of new contingents of fifty female recruits each in the military police (APS: 2007). This “feminisation” of the army, as then president Abdoulaye Wade described it, was extended with the recruitment of 300 “ranked servicewomen” in 2008. Then

the president clearly wanted this to be seen as “an meaningful symbol” of progress towards gender integration, adding the slogan: “les femmes ont leur place dans tous les secteurs d’activités de la nation” (“women have a place in all sectors of the nation”). Despite this, in Senegal, women make up only 13% of government and 22% of parliament (Sarr 2007). During the municipal elections of 2009, parity was a source of debate in all parties, including that of then president Wade, the PDS (Senegalese Democratic Party).

The obstacles encountered in these debates on parity reflect how women’s rights activists are viewed: they are recognised as animators rather than enactors of change, and their struggles are not reflected in the hierarchy of power. This phenomenon can in part be explained by the role bestowed on the wives of heads of state, as spokeswomen on women’s rights. This process, in fact, obstructs the work of both women’s and feminist organisations.

Within political parties, women activists are “tolerated” while they lead discussions, but remain marginal characters within political office, and are rejected, or excluded, when they question the party line. In fact, while figures may show an improvement in women’s representation in politics, this is largely a consequence of the 1995 Fourth World Conference on Women, for which the government produced an official “National report on women, the fight for equality, development and peace”, in which it recognized that the ‘marginalisation of women, within political parties, validates the argument that these women are simply used, in most cases, to win votes’. Through the Beijing conference, funding bodies of international organisations seemed to become aware of the issues important to women, and have used these concerns in order to better put pressure on indebted countries (Sarr 2007).

Paradoxically, women activists in Senegal do not seem to be subverting or reshaping the male-dominated political channels of communication in order to establish new rules which could ensure more democratic governance.

South Africa: Feminism stifled by rhetoric

In 1992, feminist activists created the Women’s National Coalition of South Africa. The aim of this institution, which brought together 54 South African women’s groups, was to ensure the creation of equal opportunities and equal rights before the law. In the constitution of South Africa, Act 108 of 1996 was promulgated and included in the Bill of Rights. Chapter 2, section 9 (3) of this Act states that ‘the State may not unfairly discriminate, directly or indirectly, against anyone on one or more grounds, including race, gender, sex, pregnancy, marital status, ethnic or social origin, colour, sexual orientation, age, disability, religion, conscience, belief, culture, language or birth’ (Morrison 2004: 2).

Since 1993, the introduction of new equality and anti-discrimination laws, and affirmative action policies, have benefited women and, to a certain extent, helped to improve the slow process of integrating women into professions which have previously been hugely male-dominated (Nel & Bezuidenhout 1995).

Nevertheless, throughout South Africa’s fight for independence, women were considered only “peripheral” members of the nation, as the bearers of children for the revolution, and did not enter equal at the top of the anti-apartheid power. In this context, speaking of gender inequality led to accusations of divisionism. However, between 1981 and 1984, black women became engaged at the local level with the African National Congress (ANC), and created the United Women’s Organisation, the Federation of Transvaal Women, and the Natal Organisation of Women (Hassim 2006: 47). These women spent a large amount of time in debate with trade unions, in which, far from ignoring criticism of capitalist systems and apartheid, they added the discussion of sex division, when speaking about the inferior status they had been dealt in their social circles, and in their daily lives (facing a double workload, being forbidden by husbands to participate in meetings, inferior salaries, and so on).

Centred, as it was, on the actions of elites, the role of women’s movements was eclipsed during South Africa’s transition to liberal democracy (Waylen 2004), to the extent that women were not able to contribute greatly to the multipartite discussions which preceded the 1992 apartheid referendum. In 1994, feminist movements nevertheless succeeded in persuading the ANC to adopt a Women’s Charter in the name of genuine equality. These groups continued striving to put gender equality on the agenda throughout the transfer to democracy in 1994, and during the 1995 World Conference on Women, in Beijing. This convergence of dates with major events prompted what seemed to be a global rush towards progress in matters of gender equality, backed by international organisations, such as the UN, and equally by international financial institutions, such as the World Bank and International Monetary Fund; in this way, gender became institutionalised.

Despite a new international focus on gender issues, which consequently became a constant feature of political discourse, in reality real action was rarely taken. From this point, gender mainstreaming was pushed into the realm of rhetoric. Movements for gender equality were pushed into demanding rights, more than they were allowed to be the actors and thinkers of why these rights should exist. Here, gender had the latent role of validating the importance of women’s rights discourse – to the detriment of the political fight to make these rights effective.

Furthermore, for the government, superficial concerns with gender issues have become a useful way of concealing true intentions – indeed, South African policymakers are the same group of people who support African neo-traditionalism. This contradiction in aims would indicate that a stated determination to “mainstream gender” – in the legislative discourse – is in fact merely a popular rhetoric; patriarchy postponed under democracy. Ironically, with gender institutionalisation, gender issues are in fact depoliticised.

 

Between institutionalisation and radical actions: some contradictions

Governance at the local level

In South Africa and in Senegal, the gradual institutionalisation of gender issues over the past twenty years has had positive and negative consequences for those working to establish gender equality. On the one hand, it allows essential theoretical advances to be made, but on the other, reasserts counterproductive social boundaries. The development of gender studies in South Africa is a good example, as it combines conceptual innovation with subordination to economic and/or western institutions. Moreover, women’s organisations are hugely confronted by a normative, bureaucratic approach which encourages stasis and acts against social change. Furthermore, while the development of women’s associations as a movement has already been illustrated, the celebrity status attained by certain key figures in feminism diverts debate, as a focus on individuals undermines the role of collective movements. This tendency, underlined by the NGO-isation of these organisations and their emphasis on the Marxist heritage of the fight for independence, has led to the appearance of new feminisms. Islamic feminism, for example, does not in any way challenge the patriarchy, focusing instead on denouncing the westernization of the feminist fight.

These numerous and repetitive waves lead African feminism to reconsider its identity and methods of intervention. In Senegal, the more women create autonomous groups, in parallel with, yet removed from power systems, the more they distance themselves from decision making forums (Cisse 2008). Women’s organisations become autonomous based on the belief that this will allow them to be more effective, when paradoxically, this is not the case; their work feeds political rhetoric, but no action is taken; they support the government and receive nothing in return.

For its part, the feminist movement in South Africa is held back by the legacy of apartheid, the fight against segregation, which continues to shape thoughts about class and race, to the detriment of equality. The feminist movement thus aims to reinvent itself, picking holes in a very obviously patriarchal system, perfectly represented by the current president, Jacob Zuma. Also, while studies ‘dealing with the ambiguities and complexities of gender in South African culture’ (Frenkel 2008), may not be very visible – very little information is available online and research is often ongoing – these studies integrate issues of race, class, and gender relations in contemporary South African culture, as well as in representations of women and gender relations in South African literature, the reconstruction of feminist theory in the post-apartheid context, issues including gender, health and the role of the state. Still further topics which are brought in include representations of gender in the media, women and structural violence, gender in popular culture, historical forms of discrimination and their current manifestations, the interpretation of silences or lacunae in discourse about women, and also in the relationship between nationalism and gender politics. The amount of reworking being done reveals how much insight is needed in order to move beyond the paradoxes that exist in post-apartheid South Africa.

ICTs for gender, or gender in ICTs?

Today, in the age of the information society, it seems that the potential of ICTs to advance women’s movements dynamics is not yet being fully harnessed, to the point that these organisations are resistant to them (or display a surprising amount of conformism), as if technology existed outside current social, political and economic issues. The experiences of several women’s groups have raised questions and highlighted grey areas, which should be investigated, particularly in Senegal and South Africa. It seems that ICTs convey inequalities, depoliticise gender issues, and reduce women to the status of consumers. Women’s movements and feminist movements have very limited political awareness of the global and local impact of the information society, including as to how it relates to the work of their organisations. There is a dichotomy between the work of grassroots groups and research organisations working on gender issues and campaigns, and how they choose to communicate their work: to a national, rather than local, audience. The control that funders exercise within these organisations leads to women’s organisations being viewed as passive beneficiaries, which is not necessarily true. Finally, current ways of viewing and using ICTs are yet to be developed in order that ICTs be considered, not merely as tools, but as potential forms of resistance and subversion.

The stakes of gender inequality in ICTs

Numerous researchers have explored the Gender and ICTs movement, but the potential of ICTs to advance women at the political level has not yet been fully explored (Bayart & Toulabor 1991: 148-256). With the exception of the Régentic network in Senegal, groups working on gender and ICTs in Africa are more interested in their practical applications than their political potential. Indeed, while numerous studies and training programmed have been launched in the name of advocacy, these have focussed more on increasing women’s access to ICTs, and ICT skills, than on employing the Internet as a strategic tool. This approach bypasses the consideration of gender issues that exist within ICTs, and the strategies that should be used to fight inequalities brought about by the information society.

Banal sexist divides exist in the cyberspace just as in traditional media. Above all, though, the internet embodies a perfect model of the division between public and private spheres (Reagan 2002). Women’s movements seem to automatically exclude themselves from online discourse, citing a lack of time and financial resources, lack of experience, or, at worst, resignation. According to Fatimata Si, president of the Centre de Lutte contre les Violences faites aux Femmes, an organisation in Dakar that works to combat violence against women:

The internet is elitist, open only to intellectual women, women who already have a certain level of knowledge, and women who belong to associations which already have a degree of vision… […] Today, we, supporters of another fairer, more radical world, which is possible, we must have our own strategies and utilise ICTs in the fight we are leading. […] We are not using new information technologies as a strategic tool.

In today’s society, women could not afford to dismiss ICTs, as to do so feeds the patriarchal argument that, due to differences in biology, women are more suited to domestic life than the pursuit of science.

The internet as a marketing tool

When asked about visitors to their websites (if they have one), women’s organisations do not display an interest in what on the site is most read, nor, therefore, in their audience. They are not concerned about who reads the content they put online – if it is read at all, nor do they take an interest in categorising content according to their areas of interest. They are not aware of their sites’ peak visiting hours, how surfers use their sites, or how to increase traffic to their websites. These observations indicate that these organisations are not using their websites to represent their organisations for an exterior readership; rather, they are publishing for themselves.

Certain organisations, which understand the relationship between having a website and searching for funding, use their websites primarily to market the organisation. This, however, creates a bizarre gulf between the target audiences of these websites and the people who these organisations aim to help. These inconsistent communication strategies counteract transparency and good practice in these organisations.

Furthermore, these organisations have one-way relationships with the media; rather than distributing information themselves, communication almost always takes place through private media. At best, the internet is viewed as a form of media like any other; new, certainly, but nothing more. The responsibility for distributing news passes automatically into the hands of an intermediary. The new need for information management that ICTs have engendered is not viewed as contributing to gender inequality when, in fact, it is freely reproducing it.

In most cases, women’s organisations and movements are using ICTs as digital shop windows: distributing updates on their activities, some using mailing lists or text messages in order to communicate more widely, but never with any real strategy attached. In any case, the internet is not viewed as a form of communication for public use, a shared property that belongs to the population. In Africa, there is currently no concept of community, or citizen-led, communication, working to achieve social change and social justice. In terms of gender issues, the question that must be asked is less “what can ICTs do?”, and more “what is new about ICTs, what can they change and what can they politicise?” (Mottin & Palmieri 2009).

The funding paradox

It seems appropriate, at this point, to examine how and why women’s rights organisations have attempted to respond to the expectations of institutional and private funding providers (which are very often located in the Global North). For certain projects, it can be argued that funding from private and international organisations constitutes a cost-effective form of interventionism; a means through which these organisations can gain information about important local socio-political issues.

Paradoxically, however, without this financing, these projects could not exist. This paper thus ventures that, in order to maintain a political vision of the application of ICTs in the fight for gender equality, it is necessary to locate a pivotal point: between supply and demand; between autonomy and dependency; between the needs of the Global South and the needs of the Global North. In this line of investigation, we should ask whether the interests of local organisations – organisations, which, in the vast majority, express a need for visibility, and to a lesser extent, express a need to communicate with their counterpart organisations – collide with the interests of donors who try to weigh in with their own vision of development. If this is the case, we should examine where these conflicts of interest occur, and to what extent they are profitable, or counterproductive, for all parties concerned.

In addition to these questions, it is important to examine whether these organisations are faced with an ideological front; whether the organisations funding these initiatives view themselves as “civilising” the recipients, who are thought of as modern-day “savages”, as victims to be protected, saved or educated, and in no circumstances considered to be conscious, engaged members of local communities. This rhetoric of overprotection and victimisation highlights well-established divides, not just between the Global North, where funders are largely located, and the Global South, but also between the different actors working in specific environments or areas of intervention: the organisations, the funders and the recipients. This ‘hierarchy’ of actors consequently cannot work together transparently, and this is detrimental to democracy. This hierarchy also leads, as so often occurs in the Gender and ICT movement, to an universalist vision of the information society, as if cultural, generational and social issues were all global, independent from their environment, and able to be addressed by a single, top-down strategy. 

Direct action, autonomy and knowledge in resistance

South Africa seems to be divided in how different organisations approach gender issues. Three main dichotomies exist: the first between government and civil society, and the second, as is often the case, between theory and practice. The third dichotomy, perhaps more extreme here than in many other countries, is a clear line between gender studies and feminism. Recent movements towards intersectionality, and practices based on knowledge in resistance – inside women’s memory – do not necessarily represent innovation.

In Senegal, women’s movements and feminists are clashing over subjects such as parity law and the Family Code, which will henceforth be addressed by the government. These groups are all grappling with mounting social, cultural and religious pressure, to which it becomes difficult to respond, given that these issues are so complex. Furthermore these groups are facing the gradual merging of the male-dominate sphere of politics with the sphere of social issues. Senegalese people continue to take to the streets over big issues such as violence and debt, which for women may stir up a kind of women’s memory. Some forms of activism remain to be explored, particularly regarding the modes of expression used by younger generations, including rap, but also blogging on gender. The examples given here primarily concern direct action at the grassroots level, they are in no way exhaustive, but are given here in order to illustrate some current trends.

Homophobic violence: evidence of a war-hungry masculine democracy

In South Africa, considering the confrontation between feminist and antifeminist mindsets, black lesbians occupy a particularly difficult space, trapped between two paradoxes: institutional recognition of their rights, and popular rejection of their existence. With the legal right to define their sexuality – unlike the majority of African women – and as a result of fights for rights which began as the democratic State was being created, black lesbians and their organisations force together the public and private spheres. As such, they denounce violence in all forms – not only sexual violence, but also racial, social, and generational. They are negotiating between two taboos: their sexuality, and the respect of the older generation who, in Africa, are widely viewed as responsible for defining the norms of social relations, and who are now confronted by modernity, which is democracy. In fact, this confrontation represents only one symptom of male resistance to feminist, or at the very least female, force for change.

Feminist resistance through free expression

In South Africa, during the past decade or so, a centre of resistance has formed in women’s memory. This has taken place less through recording the stories of individual women who lived through apartheid, as has been the case in commemorating the Rwandan Genocide, but rather, through advocating the non-academic knowledge of women in both urban and rural communities, with a focus on their private thoughts. While a more thorough analysis remains to be undertaken, from the observed cases it seems that initiatives that promote women’s speak – whether through audiovisual, written or online means – are focussing on questioning forms of domination, including knowledge-based power relations, with the aim of inverting relationships based on domination and subordination, and establishing a new approach to subject-object relations. 

Considering a more established, literary space of free expression in Senegal, the journal Awa, first published in 1963, has shown that African literature continues to be a male-dominated sphere, and as a journal its very existence represents a real feminist struggle – it being a space for women to express, through literary means, their own opinions on their social role in society. The testimonies gathered in Awa are intended to be as personal as possible – particularly regarding feelings of guilt linked to breaking with tradition and family life.

Feminist rap: a new phenomenon

Hip hop is at the centre of culture for Senegal’s young population. NGOs and women’s organisations can see signs of a feminist revival in the lyrics of female hip hop artists. Female rappers are declaring themselves feminists and fighting for equal gender rights, for democracy and freedom in their country. They are denouncing injustice and fighting, loud and clear, against any who wish to hold them back. More generally, they want to create a distinctly feminist, African form of rap. Since the beginning of the 1990s, one group in particular, ALIF (Attaque libératoire de l’infantrie féministe) has consistently shown the difficulties experienced by female rappers when trying to gain acceptance from their more numerous male counterparts, and from producers, the majority of whom are also men (Goudet). Rather than stopping them, these obstacles have radicalised them. Their lyrics feature completely taboo subjects, such as the suicidal thoughts of a pregnant young girl who was raped by her father; jealous quarrels between wives in polygamous households; even death – witnessed up-close by a victim of FGM. Topics that are not discussed at home, or in newspapers, are now broadcast on the radio, or online.

Using the internet to explore gender issues

Between 2007 and 2009, the NGO ENDA Third World led a research project in Mali, Burkina Faso, and Senegal, with the core aim of creating channels of communication which would make gender issues more visible. Observing the use of ICTs by young people, who worked in local associations to combat FGM, the project showed that direct citizen action is possible, if it is inclusive, participatory and able to cross gender and generational divides. Through the project, the young people involved were introduced in a variety of ways to scholarly concepts including gender, citizenship, ICT, youth issues and FGM, and were encouraged to discuss these freely during regional and local meetings, in which fun, debate and active participation were central. Furthermore, the young people involved in the study were involved at the same level as the researchers in the evaluation of the research. This led the research team to creating self-teaching, self-evaluation, and teacher training tools, including teaching through drama, creating multimedia for the web (how to film using static and moving cameras, sound recording, writing and uploading content), interactive discussion (several mailing lists were set up so that everyone could communicate freely throughout different phases of the research), role-playing exercises and blogs. These approaches have had a cumulative effect: once each research project is complete, young people, still organised in their various communities, have continued to be active in their area – whether by, for example, participating in Burkina Faso’s “Internet Day”, which was at its core about gender inequality, or creating a blog about crosscutting approach in Mali.

Conclusion

Whether in South Africa or in Senegal, in the face of every form of domination (colonial then nationalist, against a backdrop of patriarchy, growing Islamic or traditionalist pressure, all in a liberalised market context) this article has shown how African women activists have learnt to adapt and create “multifaceted” forms of resistance (Coquery-Vidrovitch 1994). In South Africa, black lesbian movements have been radicalised in a context of patriarchal, white, heterosexual and Western symbols. As the targets of the most grievous crimes, these women risk paying a high price for showing that power structures can be challenged. If these radical feminist ideas are taking hold in South Africa, they can do so anywhere; their fight is our fight. Beyond radicalism, forms of gender activism continue to be diverse: some groups offer passive support to those in power; some demand rights without engaging in real political action, and allow themselves to be victimised; finally, others search for alternatives which invest in personal expression and memory. Whatever forms their work takes, African women are moving towards a definition of feminist citizenship, and using ICTs to make their work visible.

Joelle Palmieri, 2009 – Traduction, Alison Salt, septembre 2013

Voir la version en français

Qui est pornographe ?

IMG_4435« C’est vraiment pornographique. Vraiment dégoutant. Vraiment… Pourtant je ne suis pas contre. C’est pas ça. Mais là vraiment… ». « Ah ! Tu parles du film de l’autre arabe là ? Ah ben tu penses… ». « De toutes façons, depuis l’histoire du mariage gay, on voit que ça. Ils sont partout. Vraiment. Même dans les émissions de divertissement. Vraiment, c’est dégoutant. » J’ai intercepté cette conversation entre femmes à mon cours de modelage. Je suis restée bouche bée. J’ai tout de suite compris. On était le soir de la sortie, le 9 octobre 2013, de « La vie d’Adèle », le film de Abdellatif Kechiche. « De toutes façons, les Palmes d’or, c’est que des navets », dit celle qui parle « arabe ». J’avais envie de demander à la critique d’art : « mais, on ne parle pas d’amour, de passion dans ce film ? ». Je me suis tue. Assaillie par l’avalanche des propos racistes, sexistes, homophobes. Tétanisée. J’ai regardé le plafond, histoire de me donner de la force. J’ai pensé : « je ne vois que ça des hétéros, au point que j’en ai la gerbe ; j’en entends tout le temps des blagues sexistes, racontés par des mecs lourds, auxquelles il est de bon temps de rire, y compris dans ce cours ; les violences faites aux femmes de plus en plus nombreuses appartiennent depuis belle lurette au registre de la pornographie sans compter que l’inverse est vrai ». J’ai dit à celle qui n’est pas contre : « T’as vraiment peur pour ton IRM du cerveau ? Faut pas tu sais… ». Et elles se sont toutes tues.

Et puis, la veille au soir, un incident à l’Assemblée nationale. Un ensemble de députées ont quitté l’hémicycle après qu’un parlementaire mâle est jugé bon de caqueter sur les propos d’une de ses collègues. C’était pas une première. La goutte a fait déborder le vase. De quoi se demander si ce comportement ne serait pas un peu pornographique. Caqueter. Imiter la poule. Une poule. Une put’ quoi. Et couvrir sa voix. Lui enlever. Lui arracher. Lui supprimer. Tout simplement. Vous avez dit dégoutant ? Je dis encore, dégueulasse. Au Rwanda, il a fallu un génocide, pour que les femmes soient considérées comme légitimes à l’Assemblée, avec 64% des sièges (résultats des dernières élections du 19 septembre), un record mondial. Certains émettent l’hypothèse que c’est le résultat de la diminution du nombre d’hommes, beaucoup ayant été tués pendant le massacre (10% de la population). D’autres celle que ce record représente le miroir des luttes des mouvements de femmes locaux. Faut croire qu’en France, on est encore très loin du compte… des comptes ? De la passion pour sûr.

Joelle Palmieri, 17 octobre 2013

Mouvements de femmes en Afrique : de l’institutionnalisation à la démocratie directe – les exemples du Sénégal et de l’Afrique du Sud


IMG_0300
De l’institutionnalisat
ion du genre à la radicalité politique féministe, ou encore à l’exercice d’une démocratie directe, le chemin est long, partout dans le monde et en particulier en Afrique. Analyser les différentes strates qui séparent les expressions de ces deux modèles de mobilisation des organisations de femmes africaines, demande une investigation des relations que les mouvements, générés par ces organisations, entretiennent avec leurs Etats. Nous nous limiterons ici aux exemples de l’Afrique du Sud et du Sénégal.

En première observation, il semblerait que ces mouvements alimentent des relations « ambiguës » avec leurs Etats et naviguent dans une logique qui oscille entre environnements local et global. D’un côté, nous constatons des attentes, des dépendances (voire appartenance) et des exigences ou des revendications des mouvements de femmes vis-à-vis de l’Etat. De l’autre, l’État et ses représentants, auxquels le pouvoir est confié, entretiennent avec les organisations de femmes, des relations d’ordre démagogique ou électoral et politique, afin d’asseoir leur popularité. Ils ont besoin de connaître et contrôler les débats qui traversent la société civile, ses dispositifs, concepts, formes d’organisation et activités. Ces deux approches se situent dans un contexte fortement mondialisé, perméable aux environnements extérieurs, notamment du Nord, et inscrit dans une transformation sociétale de fond, basée sur le libéralisme économique et la généralisation des usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui l’accompagne.

Deux types de mouvements demandent à être différenciés dans le contexte africain. Les « féminins » et les « féministes » (Sow : 2007). Les premiers englobent tout ce qui a trait à la mise en application de l’aboutissement de l’agitation des deuxièmes, qui se placent dans la sphère des luttes, se battent pour l’égalité, par l’acte politique. De plus, les écarts générationnels très marqués sur le continent, renversent certains équilibres archaïques, isolent certains mouvements, les engagent vers un affaiblissement, notamment à cause des usages différenciés des TIC et de l’appréhension de la société de l’information qu’elles ont modelée.

Afin de déconstruire ces dichotomies, nous allons remonter aux sources, celles de la naissance récente des Etats. Depuis les indépendances, la chute de l’apartheid et l’avènement des démocraties parlementaires, les lois, les discours politiques et l’activité de partis semblent être restés dans le domaine masculin. Dans ces Etats, hérités de la colonisation, l’exercice de la citoyenneté demeure un privilège réservé à une moitié de la population : les hommes. Pour agir sur le politique, les militantes africaines doivent donc se créer des espaces spécifiques, toujours en marge de l’officiel, c’est-à-dire les partis, mais systématiquement en soutien.

Au Sénégal, les sujets de discrimination, aussi variés que l’accès à la terre, au crédit, à la santé, à l’éducation ou aux technologies, le droit à la contraception, l’autorité parentale, ou l’accès au pouvoir, la parité en politique, la polygamie, les violences et la sexualité, sont discutés et élaborés au sein d’associations de femmes et non des partis politiques, y compris progressistes (ibid.). En Afrique du Sud, l’African National Congress (ANC) a toujours su déployer un discours égalitaire en matière de genre, intégré dans une rhétorique éthique plus large qui inclut la prise en compte des divisions de classe et de race. Cette position a pour conséquence directe de refouler un véritable engagement pour l’abolition du patriarcat[1], ce qui se traduit chaque jour dans les faits.

L’effort politique des organisations de femmes n’est donc jamais récompensé ni reconnu, y compris pendant et après les luttes de libération nationale. Par ailleurs, les organisations de femmes ne semblent pas savoir, au sens de « connaître », les enjeux dune société de l’information qui accélère leur repli vers la gestion de l’urgence quotidienne. Cette situation renvoie alors quelques militantes à des formes d’activisme radicales ou innovantes et à la politisation de concepts tels que la citoyenneté (McFadden), la justice (Maitrayee & Singh), l’égalité[2] ou la gouvernance (Taylor). Ces nouveaux engagements vont-ils « libérer » une créativité politique[3] au service d’une démocratie débarrassée des inégalités du discours politique dominant, tant de classe que de race, mais aussi de genre, encore dans le registre des dominés ? Les rapports de domination et de subordination entre les genres, mais aussi géopolitiques, sont-ils en voie de transformation et de renversement (Spivak) ?

Après la colonisation, l’instrumentalisation des mouvements par les États

Au Sénégal, les dégâts collatéraux du « politique »

Les associations de femmes sénégalaises ont toujours existé et sont systématiquement venues en soutien aux partis dans leur conquête de l’exercice politique. A l’indépendance, en 1960, l’Union Progressiste Sénégalaise (UPS), parti unique mené par Léopold Sédar Senghor, intègre l’Union nationale des Femmes du Sénégal (UFS). Senghor considère avec beaucoup de sérieux la prévalence du rôle des femmes dans un socialisme à l’Africaine. En père de la Nation, il ne compte pas achever la construction nationale sans le soutien des femmes et entend les amener à la modernité.

Il fait implanter sur tout le territoire des Foyers Féminins, gérés par les militantes du parti, qui recrutent les Sénégalaises en milieu rural et ont pour mission d’éduquer les femmes, en tant qu’épouses, mères, productrices et citoyennes. Sans aucune ambiguïté, son discours vise les femmes en tant que reproductrices et que mineures à éduquer (Cisse : 2002). Le paternalisme du libérateur[4] le pousse à mettre le Conseil national des femmes de l’UPS sous tutelle d’un homme et de deux adjoints, nommés par le Congrès.

Dans les années 70, de nouveaux mouvements, se disant féministes, émergent qui se déclarent d’emblée apolitiques, c’est-à-dire se soustraient de la sphère du pouvoir. En 1977, la Fédération des associations féminines du Sénégal (FAFS), tout en restant liée à l’État, avance quelques nouvelles revendications. Mais c’est à partir de 1981, sous la présidence d’Abdou Diouf, ancien Premier ministre, que le mouvement féministe sénégalais d’Etat connaît un changement. Le nouveau président entend poser ses marques et se différencier de la course à la négritude (Senghor) de son prédécesseur. Il s’appuiera lui aussi sur des mouvements de femmes, qu’il téléguidera. Il soutient officiellement la promotion des femmes et crée la Fédération nationale des groupements de promotion féminine.

Ces organisations vont devenir les piliers de la nouvelle politique de développement du président et le terreau du féminisme des années 90, soutenu politiquement et financièrement par les organisations internationales (BIT, PNUD, Fonds des Nations Unies pour la Population, etc.) dans la foulée de la Conférence de Pékin.

A la même époque, des mouvements plus radicaux mais marginaux revendiquent l’égalité de droit entre hommes et femmes. Leur terrain de prédilection s’appuie sur le Code de la famille, duquel elles rejettent les lois sur le mariage et héritage. En parallèle, le Conseil sénégalais des femmes (Cosef) se réapproprie la scène politique, et obtient la loi d’interdiction de l’excision (1999) et la réforme de la loi fiscale (2001). Les questions de la polygamie et de la parenté conjointe restent entières. Confrontées au même moment à l’offensive d’islamistes, et notamment du Collectif islamique pour la réforme du Code de la famille du Sénégal (Circofs), les féministes se noient dans la théorie et se retranchent dans la défense des acquis, au détriment de la revendication de nouveaux droits.

Plus récemment, le Sénégal ouvre les portes de ses forces armées en 2007 avec la formation de contingents de 50 filles dans la gendarmerie (APS : 2007). Cette « féminisation » de l’armée, comme la qualifie Abdoulaye Wade, va se prolonger en 2008 par le recrutement de 300 « militaires du rang » de sexe féminin. En effet, le président en exercice entend montrer « un symbole important » des progrès vers l’intégration genrée en y ajoutant une formule: «les femmes ont leur place dans tous les secteurs d’activités de la nation »[5]. Quoi qu’il en soit, au Sénégal, seules 13% de femmes siègent au gouvernement et 22% au Parlement (Sarr). La question de la parité en vue des élections municipales de 2009 a animé tous les partis, y compris celui du Président Wade, le PDS.

Les obstacles rencontrés reflètent la position allouée aux militantes, plus reconnues comme animatrices que comme actrices, et dont les luttes ne sont pas reflétées par la hiérarchie du pouvoir[6]. Ce phénomène peut en partie être expliqué par le rôle conféré aux épouses des chefs d’Etat, qui s’arrogent la place de porte-parole en matière de droits des femmes et, de fait, étouffent les luttes des organisations de femmes ou féministes.

Par ailleurs, au sein des partis, les militantes sont tolérées tant qu’elles animent, mais restent très minoritaires au sein des bureaux politiques et sont rejetées, voire exclues, quand elles remettent en cause la ligne du parti. De fait, si évolution il y a dans les chiffres de la représentation genrée en politique, elle est fortement due au effets de la conférence mondiale des femmes de Pékin de 1995, pour laquelle le gouvernement avait officiellement produit un « Rapport national sur les femmes, lutte pour l’égalité, le développement et la paix », dans lequel il reconnaissait que la « marginalisation des femmes, au sein des partis politiques, accrédite la thèse selon laquelle ces dernières sont utilisées, avant tout, comme masse de manœuvre électorale ». Depuis, les organisations internationales, dont les bailleurs, semblent sensibles aux alertes exprimées par les femmes, et les utilisent pour mieux faire pression sur les pays endettés (ibid.).

Paradoxalement, les militantes politiques ne semblent pas subvertir les canaux de communication politique, à forte domination masculine, pour mieux les infléchir et instaurer de nouvelles règles de gouvernance plus démocratiques.

En Afrique du Sud, le genre, cache-sexe du féminisme

En 1992, des militantes féministes créent la Coalition nationale des femmes d’Afrique du Sud. Cette institution, composée de 54 groupes de Sud-Africaines, a pour but l’égalité des droits devant la loi et des opportunités. Dans la nouvelle constitution du pays, l’article de loi 108 de 1996 est promulgué et est inclus dans la « Déclaration de droits » (Bill of Rights). Le chapitre 2, section 9 (3) de cet acte déclare que « l’Etat ne peut injustement discriminer quiconque, directement ou indirectement, pour aucune raison, y compris la race, le genre, le sexe, la grossesse, le statut marital, l’origine ethnique ou sociale, la couleur, l’orientation sexuelle, l’âge, le handicap, la religion, la conscience, la croyance, la culture, la langue ou la naissance » (Morrison).

Le vote des différentes lois sur l’égalité, des lois anti-discrimination et de la politique de discrimination positive (affirmative action) depuis 1993 a bénéficié aux femmes et, dans une certaine mesure, a aidé à améliorer le lent processus d’intégration des femmes dans des professions précédemment occupées massivement par des hommes (Nel & Bezuidenhout).

Néanmoins, pendant la lutte de libération nationale, les femmes, considérées comme « membres auxiliaires » de la nation, reproductrices d’enfants – pour la révolution –, n’entrèrent pas à égalité dans le pouvoir anti-apartheid. Parler d’inégalité de genre était taxé de divisionnisme. Pourtant, entre 1981 et 1984, les femmes noires se sont engagées au niveau local dans l’African National Congress (ANC) et ont créé la United Women’s Organisation, la Federation of Transvaal Women et la Natal Organisation of Women (Hassim 47). Elles ont massivement investi les syndicats, où, loin d’ignorer la critique des systèmes capitalistes et d’apartheid, elles ont ajouté la composante de division de sexe, en parlant de la réalité de leur vie quotidienne (double journée, interdiction par le mari de participer à une réunion, salaires plus faibles, etc.) et du statut inférieur qui leur était conféré, y compris parmi les camarades.

La transition vers une démocratie libérale a occulté le rôle des mouvements de femmes, concentrée qu’elle a été sur les actions des élites (Waylen), si bien que les femmes ont peu participé à la table de négociation multipartite de 1992 sur le projet de constitution. En 1994, les mouvements féministes réussissent néanmoins à faire adopter à l’Anc une Charte des femmes pour une réelle égalité. Ils continuent à batailler pour inscrire l’égalité de genre et ses mécanismes d’intégration à l’ordre du jour de la construction de la nouvelle démocratie en 1994, et lors de la Conférence mondiale des femmes de Pékin en 1995. Cette conjonction de dates et d’événements majeurs a provoqué un précipité global de bonnes intentions nationales en matière d’égalité hommes-femmes, appuyées tant par des organismes comme l’ONU que par des institutions financières internationales comme la Banque Mondiale, le Fonds monétaire international, etc., ce qui eut pour effet direct l’institutionnalisation du genre.

Ces intentions se heurtent de plein fouet à la réalité. Elles restent dans le domaine du discours, hautement politisé, mais ne rejoignent que rarement la réalité. L’intégration transversale du genre s’installe désormais dans une rhétorique, une logique de représentation. Les mouvements pour l’égalité de genre sont acculés aux demandes de droits, plutôt qu’ils ne sont acteurs et penseurs du pourquoi de ces droits. Le genre trouve ici une fonction latente qui consiste à valoriser le discours sur les droits des femmes au détriment de la lutte pour rendre ces droits effectifs.

De plus, l’institution se crée son propre cache-sexe politique. En effet, ceux qui font les lois sont les mêmes que ceux qui réhabilitent un néo-traditionalisme africain. Cette contradiction reflète une volonté affirmée de transversaliser le genre – discours législatif – pour mieux enfouir le patriarcat sous le tapis de la démocratie – discours populaire. Cette institutionnalisation du genre dépolitise de fait tous les enjeux de rapports sociaux de sexe.

Entre institutionnalisation et radicalité : des contradictions

Les gouvernances des mouvements locaux

En Afrique du Sud ou au Sénégal, les acteurs de l’égalité de genre sont depuis une vingtaine d’années confrontés aux montagnes russes d’une institutionnalisation du genre qui, d’un côté, permet des avancées théoriques essentielles, mais de l’autre entérine des frontières sociales contreproductives. Le développement des études de genre en Afrique du Sud en est un bon exemple, qui mixe innovation conceptuelle et subordination occidentale et économique. Par ailleurs, les organisations de femmes sont massivement confrontées à une approche bureaucratique et normative, qui privilégie l’immobilisme au détriment du changement social. De plus, bien que le développement du mouvement associatif féminin ne soit plus à démontrer, la peoplisation de quelques figures de proue du féminisme détourne le fond du débat en l’individualisant, et donc œuvre pour la délégitimation des mouvements collectifs. Cette tendance, appuyée par l’ONGéïsation des organisations et la mise en exergue de héritage marxiste des luttes de libération nationale, fait émerger de nouveaux féminismes, parmi lesquels le féminisme islamique, qui ne remet aucunement en cause les fondements du patriarcat, mais préfère dénoncer l’occidentalisation des luttes.

Ces vagues répétitives et multiples amènent le féminisme africain à revisiter son identité et ses stratégies d’intervention. Au Sénégal, plus les femmes créent de structures autonomes, en parallèle des systèmes de pouvoir, plus elles s’éloignent des lieux de décision (Cisse : 2008). En visant l’efficacité, les mouvements de femmes perdent paradoxalement en stratégie. Leurs luttes viennent alimenter la rhétorique politique sans qu’elles en soient remerciées. Par contre, elles servent volontiers d’alibi.

De son côté, le mouvement féministe sud-africain souffre des séquelles de histoire des luttes contre les ségrégations qui continuent à mettre l’accent sur les notions de classe et de race, au détriment de celle d’égalité. Il cherche donc à se renouveler, traquant les brèches dans un patriarcat extrêmement présent et représenté, notamment par le nouveau président Zuma. Aussi, les travaux traitant des ambiguïtés et des complexités du genre dans la culture sud-africaine (Frenkel), même s’ils restent peu visibles― très peu sont en ligne, ils sont souvent en cours― portent sur les relations entre race, classe et genre dans la culture sud-africaine contemporaine, les représentations des relations de femmes ou de genre dans la littérature sud-africaine, la reconstruction de la théorie féministe dans le contexte postapartheid, les questions de genre et de santé et le rôle de l’État ; ils visent également les représentations média et genre, les femmes et la violence structurelle, les dynamiques de genre et la culture populaire, les contradictions historiques et leurs manifestations actuelles, l’interprétation des silences ou des fossés dans les discours sur les femmes, ou encore la relation entre le nationalisme et les politiques de genre. Cette refondation reflète assez clairement la lucidité nécessaire au dépassement des paradoxes existants de la société sud-africaine postapartheid.

Les TIC pour le genre ou le genre dans les TIC ?

Mais à l’ère de la Société de l’information, il semble que les TIC ne jouent pas encore le rôle qu’elles pourraient dans la dynamisation des mouvements de femmes, au point que les organisations elles-mêmes y sont réfractaires ou se montrent d’un conformisme surprenant, comme si les technologies se situaient à l’écart de la définition des rôles sociaux et des enjeux économiques et politiques. Plusieurs expériences observées[7] ont fait émerger des questions et mis en évidence des zones de flou à interroger, notamment au Sénégal et en Afrique du Sud. Ainsi il semble que les TIC véhiculent des inégalités, dépolitisent les enjeux de genre et réduisent les femmes à l’état de consommatrices. Les mouvements de femmes et féministes ont une très faible conscience politique des impacts de la société de l’information, en général, et sur leurs propres actions ; les organisations de terrain et de recherche sur le genre et sur les luttes des femmes ou féministes opèrent une dichotomie politique entre leurs actions et la stratégie de communication de leurs résultats (objectifs, ciblage, usages, messages, supports, diffusion), en se limitant à une vision et à un rayonnement nationaux. Les financements et le contrôle qu’ils induisent jouent un rôle intrusif sur ceux qui pourraient être considérés a priori par les bailleurs de fonds comme des « bénéficiaires en demande », ce qu’ils ne sont pas uniquement. Enfin, des cadres existants de pratique et de réflexion restent à capitaliser afin d’envisager les TIC comme d’éventuels moyens de résistance et de subversion et pas seulement comme des outils et techniques.

Des enjeux de communication et d’information mal connus

Le mouvement Genre et TIC est conceptualisé par de nombreux chercheurs[8], mais il reste à approfondir du point de vue de sa politisation (Bayart & Toulabor 148-256). En Afrique, il est mis en œuvre par des praticiens qui, hormis le réseau sénégalais Régentic[9], s’intéressent davantage à l’entrée « outil » de ces technologies qu’à leurs aspects politiques. En effet, de nombreuses études ont vu le jour, des formations ont été mises en œuvre et des plaidoyers étayés, davantage pour renforcer les portes d’entrée « accès et capacités » des réelle analyse de genre de la société de l’information et des stratégies à déployer pour en contrer les inégalités.

En fait, dans le cyberspace, nous retrouvons les «banals» stéréotypes sexistes, à l’identique des médias traditionnels. Mais il incarne surtout une parfaite réplique du modèle de division entre sphères privée et publique (Reagan). Et les mouvements de femmes semblent s’en auto-exclure presque « instinctivement », en reconnaissant, de fait, au mieux leur manque de temps, de ressources financières, sinon leur inaptitude, au pire leur résignation. Selon Fatimata Si, présidente du Centre de Lutte contre les Violences faites aux Femmes (CLVF) à Dakar,

Internet est une question délite: les femmes intellectuelles, les femmes qui ont un certain un niveau de compréhension, des femmes membres d’associations qui ont déjà une certaine vision… […] Et aujourd’hui, nous, partisanes d’un autre monde qui soit possible, qui soit plus juste, qui soit plus radical, nous avons aussi à avoir nos propres stratégies, pour que ce combat que nous menons puisse être mené à travers l’information. […] Nous ne sommes pas au fait des NTIC, comme outil stratégique.

Aussi, ce monde ne serait pas fait pour elles, « trop informatique », ce qui alimente l’argumentation patriarcale selon laquelle il existerait une différence biologique entre féminin et masculin, les femmes n’étant pas très portées sur les sciences mais plutôt sur la gestion de la vie quotidienne…

Des usages marketing de l’Internet

Les organisations de femmes interrogées sur l’audience de leur site Web (quand elles en ont un) ne s’intéressent pas à ce qui est le plus lu, et donc pas à leur lectorat ou audience. Elles ne se soucient pas de qui lit ou ne lit pas les contenus qu’elles mettent en ligne. Quant à leur catégorisation ou leurs prismes d’intérêt, elles ne s’en préoccupent pas. Ce constat rejoint l’idée que le site Web ne répond pas aux besoins de supposés lecteurs, mais plutôt à ceux de l’organisation elle-même: les organisations publient pour elles-mêmes. Par ailleurs, en ne connaissant pas les pics de fréquentation du site, elles confirment qu’elles n’ont pas plus de notion de l’usage des internautes et de la création de ces usages.

Les organisations qui voient concrètement la relation entre l’existence du site Web et la recherche de sources de financement naviguent dans le registre du marketing. Le site sert majoritairement à vendre l’organisation. De fait, nous observons une dichotomie occulte entre bénéficiaires des actions des organisations et bénéficiaires des informations qu’elles veulent diffuser. Ces formes d’imperméabilité nuisent à la transparence des actions des organisations dans leur ensemble et à leur bonne conduite au quotidien.

Par ailleurs, ces organisations ont une relation presque univoque aux médias. Les médias privés semblent représenter les seuls canaux de diffusion d’informations[10]. Si bien qu’il n’y a pas d’imaginaire de création de son propre canal de diffusion. Au mieux, l’Internet est considéré comme un média comme un autre, certes nouveau, mais sans plus. La diffusion d’informations passe de facto par intermédiaire interposé. Elle est sous-traitée. La nouvelle gestion de l’information que les TIC imposent n’est donc pas considérée comme un facteur d’aggravation des inégalités de genre. Elle ne fait que les reproduire sans entraves.

Au final, les organisations et les mouvements de femmes utilisent les TIC comme des vitrines, rendant compte de leurs activités, éventuellement des listes de diffusion ou des SMS pour communiquer plus largement, mais sans réelle stratégie affichée[11]. En aucun cas, il n’existe pas d’approche, voire de connaissance, d’une communication d’utilité publique, vue comme un bien commun, appartenant aux populations. Il n’y a pas encore en Afrique de notion de communication populaire ou de communication citoyenne, au service des changements sociaux et de la justice sociale[12]. En fait, la question qui devrait se poser est moins « à quoi les TIC pourraient servir » que « qu’est-ce que les TIC apportent de nouveau, changent, et politisent » en termes de genre (Mottin & Palmieri).

Le paradoxe des financements

A ce stade, il paraît légitime de s’interroger sur comment et pourquoi des projets allant dans le sens de l’autonomisation de femmes ont essayé de répondre au mieux aux attentes transparaissant dans les appels à projets des bailleurs de fonds institutionnels ou privés, très majoritairement implantés au Nord. Pour certains projets, nous pouvons nous demander en quoi ces financements ne représentent pas, à faible coût, un moyen d’ingérence et de renseignement sur les principaux enjeux sociopolitiques locaux.

Paradoxalement, sans eux, les projets ne pourraient voir le jour. Nous émettons donc hypothèse que pour garder une vision politique de l’usage des TIC dans la lutte contre les inégalités hommes-femmes, il est nécessaire de fouiller un point d’équilibre entre offre et demande budgétaire, entre autonomie et dépendance, entre besoins du Sud et besoins du Nord. Ainsi on peut se demander si les organisations locales, qui, pour leur grande majorité, expriment un besoin de visibilité, et dans une moindre mesure la nécessité d’échanger avec des homologues, ne rencontrent pas les intérêts des bailleurs qui essaient d’ancrer leur propre vision du développement. Si oui, où se posent les points d’intersection ? Sont-ils profitables ou contre-productifs, pour les uns comme pour les autres, et à quelle hauteur ?

Dans le prolongement de ces questions, il est important d’examiner si ces initiatives font face ou non à un front idéologique, qui consisterait à considérer les bénéficiaires comme des personnes à civiliser, des espèces de barbares modernes, des victimes à protéger, à sauver ou à éduquer, et en aucun cas des acteurs pensants de leur temps et de leur environnement. Cette surprotection et cette victimisation aiguiserait donc des cloisonnements bien établis, entre le Nord, là où se concentrent les bailleurs, et le Sud, mais aussi entre les différents acteurs d’un même lieu ou domaine d’intervention, protagonistes, bailleurs de fonds et bénéficiaires. Cette hiérarchisation des acteurs ne peut alors se conjuguer avec transparence, ce qui nuit à toute vision démocratique. Elle instaure également, comme le plus souvent dans le mouvement Genre et TIC, une vision universaliste de la société de l’information, comme si les questions culturelles, générationnelles et sociales étaient universelles et non spécifiques, et donc adressées de façon uniforme, par le haut.

Actions directes, autonomie et savoirs en résistance

L’Afrique du Sud semble écartelée par trois types de pratiques en matière d’égalité des sexes. Une première dichotomie s’opère entre gouvernement et société civile. La deuxième s’exerce assez classiquement entre les domaines de la lutte et de la théorie. Une troisième, à la limite plus novatrice que dans bien d’autres pays, divise assez clairement la lutte féministe des études de genre. Aussi, les luttes récentes réfléchissant intersectionnalité[13] et les pratiques axées sur la mémoire des femmes comme savoirs en résistance, ne font-elles pas fondamentalement preuve d’innovation.

Au Sénégal, les mouvements de femmes et les féministes se déchirent, notamment autour des points désormais à l’ordre du jour du pouvoir en place : la parité et le code de la famille. Tous sont aux prises avec des pressions sociales, culturelles et religieuses montantes, auxquelles il devient difficile de répondre tant elles sont complexes. En outre, ils sont marqués par un glissement progressif mais acquis du politique, domaine masculin réservé, au social. De grands axes de lutte continuent à battre le pavé, comme les violences ou la dette, ce qui passe également par la conscientisation d’une certaine mémoire des femmes. Des pistes restent à creuser, notamment du côté des jeunes générations et de leurs moyens d’expression, dont le rap, mais aussi les débats sur le genre lancés sur des blogs. Les exemples qui ont été choisis ici concernent davantage des actions directes, produites par la base, et n’ont aucun caractère exhaustif, mais tentent seulement de signifier quelques tendances.

Les violences homophobes, symptômes d’une démocratie masculine guerrière

En Afrique du Sud, dans le contexte de la confrontation féministes / antiféministes, les lesbiennes noires se retrouvent particulièrement ballottées entre deux paradoxes : la reconnaissance institutionnelle de leurs droits et le rejet populaire de leur existence. Ayant pu légalement choisir leur sexualité, contrairement à la très grande majorité des Africaines, et à force de luttes concertées au moment de la création de l’État démocratique, les lesbiennes et leurs organisations font directement basculer la sphère privée dans le domaine du public. A ce titre, elles stigmatisent toutes les formes de violences, non seulement sexuelles, mais aussi raciales, sociales et générationnelles. Elles négocient un tabou, celui de la sexualité, contre un autre, celui du respect des anciens, communément répandu en Afrique comme loi de relation sociale, eux-mêmes confrontés à une modernité – celle de la démocratie. De fait, cette confrontation ne représente que le symptôme d’une résistance masculine à une offensive, sinon féministe, au moins féminine.

La résistance féministe par la libre expression

La mémoire des femmes est devenue, depuis une dizaine d’années en Afrique du Sud, le lieu où s’organise la résistance. Il s’agit en effet moins d’inventorier des récits individuels de femmes ayant vécu l’apartheid, comme l’exemple de l’entreprise mémorielle du Rwanda contre le génocide, que de faire émerger des savoirs non savants portés par des femmes de la base, en milieu urbain ou rural, qui révèlent leur intimité. Même si une analyse plus approfondie reste à mener, il semble que les initiatives observées allant dans le sens de la valorisation des paroles de femmes, en audio ou vidéo, par écrit, ou sur l’Internet, procèdent surtout d’une interrogation des formes de domination, y compris dans le domaine des connaissances. Elles tendent à inverser les rapports de subordination et instaurent une nouvelle approche des relations entre sujets et objets.

Dans une option plus littéraire et de longue date, le Sénégal connaît des espaces d’expression libres pour les femmes. La revue Awa, créée en 1963, démontre que la littérature africaine reste très masculine et reflète une réelle lutte féministe, pour qu’enfin des femmes puissent elles-mêmes rendre compte, y compris de façon romanesque, de leur point de vue sur leur rôle social. Les témoignages recueillis se veulent les plus intimes possible, au plus près du sentiment de culpabilité lié à la rupture avec les traditions et le milieu familial.

Le Rap féministe : un phénomène nouveau

Le Sénégal connaît une population jeune, et avec elle, la culture qui s’impose. Aujourd’hui, le hip-hop. ONGs et organisations de femmes voient dans l’expression de filles au sein de ce mouvement musical un signe de renouveau. En effet, les rappeuses se revendiquent féministes. Elles se battent pour l’égalité des droits entre les hommes et les femmes, la démocratie et la liberté dans leur pays. Elles affirment se battre contre les carcans et « dénoncer les injustices ». Plus largement, elles ambitionnent de construire un rap féministe africain. Dès le début des années 90, un groupe s’est imposé, Alif, Attaque libératoire de l’infanterie féministe, qui a toujours témoigné des difficultés que les chanteuses rencontrent pour se faire accepter par leurs très nombreux homologues masculins, et bien évidemment par les professionnels de la production musicale, eux aussi des hommes (Goudet). Ces obstacles ne les ont pas arrêtées, voire les ont radicalisées. En attestent des paroles de chansons qui abordent des sujets totalement tabous comme le viol par son père d’une jeune fille, qui, enceinte, pense au suicide, ou encore les disputes jalouses de coépouses, ou encore la mort vue de près par une excisée. Ce qui ne se discute pas aux tribunes ou dans les foyers, s’écoute désormais à la radio ou sur l’Internet.

Utiliser l’Internet pour interroger le genre

Créer des canaux et des modes d’expression qui font émerger les rapports sociaux de sexe a été au cœur du projet de recherche mené par l’unité « genre » de l’ONG Enda Tiers-Monde, de 2007 à 2009, au Mali, au Burkina Faso et au Sénégal. En tablant sur l’opportunité de l’utilisation citoyenne des TIC par les jeunes (filles et garçons), organisés en associations locales pour abandonner la pratique de l’excision, il a montré que les pratiques citoyennes directes sont possibles si elles sont proposées comme transversales et participatives, décloisonnant la société, que ce soit selon les genres ou entre les générations. Ces jeunes ont abordé des concepts savants dont ils n’avaient pas les clés au départ – genre, citoyenneté, TIC, jeunesse, MGF –, selon différents moyens, dont l’expression libre lors de rencontres régionales et locales, pour lesquelles le ludique, le débat, la participation active étaient centraux. Par ailleurs, tous les jeunes, au même niveau que les chercheurs, ont participé à l’évaluation de la recherche, ce qui a amené l’équipe de recherche à mettre en œuvre, voire à créer des modalités d’auto-apprentissage, d’auto-évaluation, et de formation de formateurs. Les formats mis en œuvre sont alors passés par l’expression théâtrale, les usages multimédia (prise de vue fixe et animée, prise de son, écriture et mise en ligne), l’interactivité – plusieurs listes de discussion ont été ouvertes pour que chacun puisse s’exprimer librement tout au cours des différentes phases de la recherche –, des jeux de rôles, la création de blogs…

Ces approches ont depuis généré à leur tour d’autres initiatives, puisqu’une fois le projet de recherche clos, les jeunes, restés organisés dans les différentes communautés, ont continué à intervenir dans leur cité, soit en participant par exemple à la Journée Internet au Burkina Faso, avec au cœur des débats les inégalités de genre, soit encore en créant un blog sur la transversalité au Mali.

Conclusion

Que ce soit en Afrique du Sud ou au Sénégal, à chaque forme de domination, coloniale puis nationaliste, sur fond paternaliste, puis sous influence islamiste ou traditionaliste montante, le tout dans un contexte libéralisé, nous avons pu observer que les militantes africaines ont su s’adapter et créer des formes de « résistances multiformes » (Coquery-Vidrovitch). En Afrique du Sud, les mouvements des lesbiennes noires symbolisent une radicalisation portée par la concentration des symboles patriarcaux, blancs, hétérosexuels, occidentaux. En étant les cibles de la majorité des pires crimes, elles prennent le risque de payer le prix fort pour démontrer que les dominations sont transposables. Si domestication il y a, elle peut s’appliquer partout. La contester, c’est tout contester. En dehors de cette radicalité, les pistes d’activisme restent très diversifiées : du soutien passif au pouvoir, en passant par la revendication sur le seul terrain des droits, occultant l’action politique à proprement parler et prêtant le flanc à la victimisation, jusqu’à la recherche d’alternatives qui investit l’intime et la mémoire, elles s’engagent vers la définition d’une citoyenneté féministe et se servent des TIC pour les rendre visibles.

Joelle Palmieri, 2009 – Actes du colloque international Genre et gouvernance (Île Maurice) 17-19 novembre 2009

 

Bibliographie

APS, « La féminisation des forces armées se fera sans “heurter” les considérations religieuses » (2007)

BALLMER-CAO, T.-H., MOTTIER V. & SGIER L. (dir.), Genre et politique – Débats et perspectives (coll.), Coll. « Folio-Essais », Paris : Gallimard, numéro 370, 2000, 542 p.

BAYART, J.F.& TOULABOR C., Le politique par le bas: Contribution à une problématique de la démocratie en Afrique noire, Paris: Karthala, 1991.

BAYART, Jean-François, « L’énonciation du politique », Revue française de science politique, Volume 35, n° 3, pp. 343-73.

CHAKRAVORTY Spivak, Gayatri, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris : Editions Amsterdam, 2009.

CISSE Katy, « La revendication politique et citoyenne comme réponse à la marginalisation des femmes dans le développement : le cas du Sénégal », CODESRIA (2008).

CISSE, Wone Katy, « Idéologie socialiste et Féminisme d’État au Sénégal : de Senghor à Abdou Diouf», 10e Assemblée Générale du CODESRIA, Kampala / Ouganda (2002).

COQUERY-VIDROVITCH, Catherine, Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du XIXe au XXe siècle, Éditions Desjonquères, 1994, 395 p.

DELPHY, Christine, L’ennemi principal 1, l’économie politique du patriarcat, coll. « Nouvelles Questions Féministes », Paris : Éditions Syllepse, 1998.

—————————–, L’ennemi principal 2, penser le genre, coll. « Nouvelles Questions Féministes », Paris : Éditions Syllepse, 2001.

ENDA-SYNFEV, « Fracture numérique de genre en Afrique francophone : une inquiétante réalité » – Réseau genre et TIC – Etudes et Recherches, n° 244 – Dakar : Enda Editions, 2005.

FRENKEL, Ronit, “Feminism and Contemporary Culture in South Africa”, African Studies, Volume 67, Issue 1, 2008.

GOUDET, Laurent, Les luttes féministes du rap africain, Staycalm, 2008. GURUMURTHY, Anita, “Gender in the Information Society: Emerging Issues”, UNDP (2006)


—————————–, “Gender and ICTs: Overview Report”, BRIDGE, 2004.
HAFKIN, Nancy & TAGGART, Nancy, “Gender, Information Technology and Developing Countries”, AED LearnLink, 2001.
HAFKIN, Nancy J. & HUYER, Sophie (eds.). Cinderella or Cyberella?: Empowering Women in the Knowledge Society. Bloomfield, CT: Kumarian Press, 2006.
HASSIM, S., Women’s Organizations and Democracy in South Africa, University of Wisconsin Press, 2006, 355 p.

McFADDEN, Patricia, “Becoming Postcolonial: African Women Changing the Meaning of Citizenship”, Meridians: Feminism, Race, Transnationalism – Volume 6, Number 1, 2005, 1-18.

MORRISON Cherita J., Towards Gender Equality in South African Policing, South Africa: Vaal University of Technology, 2004.

MOTTIN, Marie-Hélène & PALMIERI, Joelle, Excision : les jeunes changent l’Afrique par les TIC, ENDA Editions, 2009.

MUKHOPADHYAY, Maitrayee & SINGH, Navsharan (dir.), Justice de genre, citoyenneté et développement, Presses de l’Université de Laval / l’Harmattan / CRDI, 2009, 336 p.

NEL, F. & BEZUIDENHOUT, J., Human Rights for the Police, South Africa: Juta, 1995.

REAGAN, Shade Leslie, Gender & Community in the Social Construction of the Internet, New York: Peter Lang, 2002.

SARR, Fatou, « Toutes les tâches non productives relèvent de la responsabilité des femmes », Décentralisation et Développement local au Sénégal (2007).

SENGHOR, Léopold Sedar, Liberté 1 : Négritude et humanisme, Paris : Editions du Seuil, 1964.

SOW, Fatou, Politiques néolibérales et alternatives féministes : l’apport des mouvements de femmes en Afrique, Laboratoire SEDET – CNRS – Paris : Université Diderot, 2007.

—————, « Les femmes, le sexe de l’État et les enjeux du politique : l’exemple de la régionalisation au Sénégal », Clio, numéro 6/1997, « Femmes d’Afrique », 2006.

TAGGART, Nancy, “Gender, Information Technology and Developing Countries, AED LearnLink”, 2001.

TAYLOR, Viviene, La marchandisation de la gouvernance – Perspectives féministes critiques du Sud, Edité de l’anglais par Fatou Sow, Coll. « Développement, Tiers-Monde », Paris : L’Harmattan, 2002, 226 p.

WAYLEN, Georgina, What Can the South African Transition Tell us about Gender and Democratization?, Centre for Advancement of Women in Politics School of Politics, Belfast: Queens University, 2004.


[1] Le patriarcat est entendu ici comme un système de division des sexes, qui vertèbre l’ensemble des sociétés et entérine la « supériorité » sociale des hommes sur les femmes, reconnues comme « subordonnées ». Pour ne citer qu’une référence, voir Christine Delphy : 1998 & 2001.

[2] Ces concepts sont largement analysés dans Ballmer-Cao, Mottier & Sgier.

[3] Au sens exprimé par Jean-François Bayart dans « L’énonciation du politique » (1985).

[4] Le paternalisme est ici pris dans le sens d’une attitude condescendante, incluant une relation hiérarchique de pouvoir, notamment des hommes sur les femmes. Voir, entre autres, Christine Delphy (1998).

[5] Discours prononcé en novembre 2007 par le président lors de la quatrième édition de la journée des forces armées.

[6] Pour en savoir plus sur le rôle historique des Sénégalaises dans la révolution nationale, voir Sow : 2006.

[7] Ces résultats émergent d’une recherche que nous menons sur les impacts politiques des usages de l’Internet des organisations de femmes au Sénégal et en Afrique du Sud, pour lesquels 27 entretiens ont été menés.

[8] Voir notamment à ce propos les recherches d’Enda-Synfev sur la fracture numérique et le genre en Afrique francophone (2005) et de Marie-Hélène Mottin & Joëlle Palmieri sur l’excision (2009) ; les travaux d’Anita Gurumurthy sur le genre et la société de l’information (2004 et 2006), ceux de Nancy Hafkin & Nancy Taggard (2001) et de Nancy Hafkin & Sophia Huyer (2006).

[9] Le réseau Régentic mérite une étude à part entière de ses pratiques et stratégies.

[10] Au Sénégal, après l’alternance, de nombreux medias, radios, télévisions et journaux ont vu le jour.

[11] A nuancer selon les expériences.

[12] Voir à ce propos les expériences menées depuis plus de vingt ans en Amérique latine (http://www.movimientos.org/).

[13] L’intersectionnalité est un paradigme récent, essentiellement développé dans les pays anglophones, qui qualifie un renouveau des approches théoriques et méthodologiques des « identités », de la « subjectivité » et de « l’expérience », des « possibilités d’action » et des « structures » d’inégalité sociale, qu’elles soient de race, de classe ou de sexe.