Archives par mot-clé : colonialité du pouvoir

Idéologie et marché : rompre avec les évidences

Le marché de la communication en cache bien d’autres. D’où les stratégies de monopole et de concentration des multinationales du secteur. Seule alternative pour la société civile : identifier les réelles richesses, rendre visible les indices de destruction et contrer le libéralisme sur son terrain, l’économie. L’idéologie libérale, support émergé d’un empire financiarisé, doit se contrer sur le terrain indivisible de la démocratie, à la fois politique, économique et sociale.

Quand Jean-Marie Messier déclare en décembre 2001, afin de justifier les investissements de son groupe aux Etats-Unis, que ” l’exception culturelle française est mort ” et qu’il faut laisser place à la diversité, à première lecture, Vivendi, au même titre que Warner ou Berlusconi, semble occuper le terrain de l’idéologie. En finançant le cinéma de Luc Besson ou de Tim Burton, c’est une image bien codifiée de la société que ces mentors de la communication offrent aux jeunes générations. Le positionnement se fonde sur : ” Rien n’est gratuit. Tout se mérite, donc tout est fruit d’une lutte, par définition violente et se paie “. Jean-Marie Messier, en participant aux émissions de télévision grand public, tente de se forger une identité de brave patron qui crée des emplois, tout en affrontant la lutte impitoyable qu’impose la concurrence. De fait, il chantonne les refrains de l’idéologie libérale. A l’inverse de ce patronat, rétrograde et conservateur qui ne sert que ses propres intérêts, incarné par le baron Séllières (patron du Medef – syndicat patronal français), le ” J2M “* se positionne lui comme un fervent défenseur de l’intérêt général : en réalité son pire concurrent. Ainsi, les militants anti-mondialisation libérale les plus acharnés, Bové et consorts, s’en trouvent déstabilisés et démunis, lorsqu’ils sont directement en confrontation télévisuelle. Car enfin, le positionnement idéologique cache bien un investissement purement économique. Qu’est-ce qui prime ? l’idéologie ou le profit ? Quand Jean-Marie Messier parle de la mort de l’exception française dans le cinéma, s’agit-il avant tout d’une offensive idéologique ou d’une stratégie de captation de marchés ? Quand la Fondation Vivendi essaime ses micro-dons auprès des associations quels que soient leurs domaines d’activité, y compris ceux de la défense des droits ou du développement durable, n’est-ce pas un investissement en direction des territoires, pour mieux étendre son marché de l’eau, de traitements des déchets, de transports ? Quand Universal édite les CD des rappeurs, des chanteurs ” anti-mondialisation “, comme des stars taillées à façon, n’est-ce pas un moyen d’entrer de force dans les salles de spectacle, dans les émissions TV, sur les ondes radio, dans les caves de banlieue et de fidéliser sa clientèle actuelle et à venir, en couple ou en famille ? Quand Vivendi-Universal publie des livres scolaires, des cdrom ludo-éducatifs, voire des essais polémiques, des journaux – la multinationale possède une grande part des éditions et de la presse françaises -, n’est-ce pas une stratégie pour prendre dans ses filets plusieurs secteurs socioprofessionnels dont la corporation des enseignants et des journalistes ? Quand Cegetel fournit la téléphonie mobile ou fixe, n’est-ce pas une façon d’envahir l’espace public et de réguler toutes les technologies, du câble à la fibre optique en passant par internet, ses bandes passantes et les technologies du futur (UMTS) et par là-même s’assurer un avenir économique et un profit maximum à court terme et sur la durée ?

 

Le politique réduit au marketing

L’extension et le développement des marchés ne connaissent pas de limites. En faisant une OPA (Offre publique d’achat) sur le marché de la communication, les Vivendi et autres fans considèrent la sphère publique comme un marché comme un autre. Sur ce terrain, le principal concurrent n’est certes pas la classe politique qui n’oppose aucune résistance, mais serait les ” anti-mondialistes ” tels qu’ils sont qualifiés par les médias qui sont la propriété de ces monopoles. A l’école marketing, la meilleure façon de contrer son concurrent direct est de venir sur son terrain, d’utiliser son vocabulaire, ses concepts afin de mieux les détourner. Ainsi on a pu entendre ou lire Messier vanter les vertus de la ” diversité culturelle “, reprenant ainsi à son compte la terminologie des anti-mondialisation libérale, tout en calomniant l’exception culturelle française pour justifier une américanisation inéluctable. Car cette provocation contraint les concurrents à la défensive, les oblige à revisiter leur copie. Ainsi l’épicentre des débats est-il miraculeusement déplacé. Sylvio Berlusconi lui a choisi le pouvoir politique. Sans grâce ni élégance, il taille les lois italiennes à la serpe pour mieux servir son propre empire. Pratique et rapide – ” on n’est jamais mieux servi que par soi-même ” – cette stratégie présente l’inconvénient de structurer des foyers de résistance. En se plaçant à la tête du pouvoir d’une démocratie européenne et en optant pour des méthodes fascisantes, ce patron favorise l’émergence d’une ” opposition “, qui peut alors s’organiser, s’exprimer…Messier n’est lui pas embarrassé par ces scories : il se place bien au-dessus de cette dialectique en avançant scrupuleusement services de proximité et bourrages de crâne au plus près du citoyen. Ne sommes-nous pas en train d’assister à une démolition en règle de la démocratie ?

 

La violence, un autre marché

Selon Michel Serres, physicien et philosophe français, de nos jours, un enfant de 14 ans a déjà assisté à 14000 scènes de violence virtuelles ou réelles, ajoutons majoritairement exercées par les hommes. Et cette assertion doit valoir pour tous les enfants du monde. Comment s’étonner alors de l’augmentation de la tolérance de la délinquance dans les pays du Nord et celle du fanatisme dans les pays du Sud. Cette intoxication entraîne la tolérance du pire. ” Pourquoi j’ai violé cette fille ?, je ne sais pas. J’étais bourré “. En attendant, les adolescents, majoritairement des garçons qui reproduisent la violence, s’entassent dans les cellules des quartiers des mineurs. La spirale infernale prison/récidive les amènera à former le gros du bataillon d’une main d’œuvre très bon marché sous tutelle pénitentiaire. Qui en sont les véritables employeurs ? Le ministère de la Justice ? Ou les multinationales qui confient à ladite administration le soin de gérer le conditionnement de leurs produits divers ? Conditions de travail lamentables et insalubre, cadences de travail sous surveillance, pas d’accès au douche, salaires de misère, dont la disponibilité est suspendue à la bonne volonté des matons. De plus, la cuisine collective et le service de nettoyage des maisons d’arrêt qui sont entre les mains des entreprises privées offrent un second marché juteux, conjugué à cette main d’œuvre surexploitée.

 

Quelle offensive possible pour la société civile ?

Une priorité : rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses. Car si tout a un coût, il n’est pas forcément monétaire. Est-il forcément légitime qu’un film ou une école ou encore une maternité, qui ont un prix, soient rentable ou rentabilisé financièrement ? La production de richesses peut se mesurer autrement : plaisir, émotion, lien social, santé, éducation, préservation du vivant…et les coûts également. Les milliers de morts sur les routes ou encore les cardiaques ou cancéreux des pays du Nord rapportent plus d’argent aux multinationales pharmaceutiques, aux bâtisseurs et aux vendeurs d’eau que la vente de journaux. Par contre, ils coûtent en humanité, en qualité de vie, en protection de l’environnement, en préservation de la nature. Il s’agirait donc de mesurer également, grâce à de nouveaux indicateurs de destruction, la casse produite par l’industrie, l’agriculture productiviste, les guerres, les violences, l’exclusion, le chômage, la pensée unique dont les grands monopoles de communication sont les vecteurs.

Rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses conduit à inverser les logiques : quand une association ou une ONG reçoit une subvention publique, ce n’est pas elle la débitrice. Elle produit des richesses sociales, relationnelles, environnementales… Elle devient l’opérateur d’un Etat désengagé qui, d’une certaine manière, sous-traite la production de services d’intérêt général. Si une association ou une ONG se plie à la discipline du marché et intègre ces critères de rentabilité, elle constitue alors l’une des pièces du gigantesque puzzle mis en ordre par le système libéral. Comme l’explique l’économiste allemande Maria Mies, il faut ” rompre avec le mythe du rattrapage “. Il faut apprendre à reconnaître nos propres compétences, nos savoir-faire et les moyens que nous mettons en œuvre, qui ne se mesureront jamais comme la spéculation boursière ou la rentabilité d’un capital investi. Il est urgent de valoriser ou de bâtir des modèles économiques différents qui s’appuient sur une autre qualification des richesses, qui identifient les facteurs de casse et militent pour une économie à forte plus-value sociale. Il est indispensable de rendre visible et de refuser le travail gratuit fourni par les femmes du monde entier qui, de façon différenciée d’un continent à l’autre, assurent tous les jours la survie quotidienne, acheminent l’eau, cherchent la nourriture familiale, tout en reproduisant l’espèce humaine. C’est certainement l’une des conditions majeures pour que le libéralisme ne puisse plus exercer son diktat.

 

Et la communication dans tout ça ?

A cause de la prolifération des moyens de communication et de la mainmise du système dominant sur ces outils, le contrôle citoyen de l’information constitue aujourd’hui un enjeu majeur de la lutte contre le libéralisme. Mettre en œuvre des initiatives économiques viables, parce qu’utiles et d’intérêt général, en rupture avec le modèle dominant, peut constituer un véritable contre-pouvoir. Développer des stratégies pour une très grande visibilité de l’économie sociale et solidaire, ou encore populaire, valoriser et promouvoir les pratiques et initiatives de ses acteurs, répond immanquablement aux attentes de la société civile. L’enjeu est majeur : diffuser les valeurs et les pratiques de cette économie utile auprès des populations de façon à démultiplier les effets leviers, promouvoir les échanges et valoriser les “expériences à succès”, faire en sorte qu’elle soit plus systématiquement associée dans les lieux où se jouent les débats de société (médias, Parlement, collectivités territoriales…). Garder le contrôle de la diffusion des informations, assurer le respect des libertés individuelles, garantir le droit à l’expression et à l’information pour le plus grand nombre, est un enjeu qui va de pair avec le droit à l’initiative économique. Ils doivent être pensés conjointement sous peine d’échec, de l’une et de l’autre. Ceci n’est pas affaire de spécialistes, mais de solidarité et d’engagement citoyen.

mardi 1er janvier 2002

* diminutif autoproclamé de Jean-Marie Messier, ce terme vaut pour générique de tous les patrons des monopoles de communication.

DÉCONTAMINER LES ESPRITS

En prélude, je souhaiterais exercer ma prose sur le mot “accélération”. Nous vivons une période sous accélération. Pas seulement sous le signe de la vitesse. Sous accélération. L’accélération des transactions financières, des concentrations, mais aussi des échanges, des tendances en communication. En Europe et en Amérique du Nord, nous ne pouvons plus supporter d’attendre une réponse. Une soi-disant information. Nous vivons un acharnement agressif à augmenter la vitesse sans cesse. Pourquoi? Pour être en contact ? Pour communiquer largement ? Pour apprendre ? Pour en savoir plus ? Pour échanger des compétences? Illusion. Non, la raison cachée est de créer de plus en plus de bénéfices. Quand nous prenons une photo avec notre téléphone portable, nous prenons un plaisir non caché à l’envoyer à un-e ami-e, lui offrant ainsi un cadeau, une vue d’ensemble instantanée de nous-mêmes ou de là où nous sommes. Instantané. En fait, nous augmentons la rentabilité des pipelines de la communication, dont le propriétaire est privé et “simplement” inconnu, non-public, et nous offrons gratuitement nos données personnelles, données qui pourront être utilisées pour d’autres opérations de vente. Nous sommes de plus en plus habitué-es à ne pas prendre le temps de penser, ni de lire. Nous manquons de temps, non ? “Notre” opinion est de plus en plus fournie par… un fournisseur. Nous n’avons pas à en prendre soin. Nous nous sentons assisté-es. En fait, nous nous sentons bien informé-es ou suffisamment. Dans certains cas, nous estimons que nous n’avons pas besoin de penser. Nous savons, tout simplement. Nous pouvons identifier un “terroriste” juste par son visage ! Nous justifions la politique de sécurité, parce qu’elle est présentée comme un bénéficie direct pour nous. Nous avons intégré l’idée de plus de contrôle, partout où il est, dans la rue, à l’école, à l’hôpital, à la maison. Nous ne nous inquiétons pas que des migrant-es puissent maintenant être suivi-es par satellite. Nous ne le savons pas, tout simplement. Pourtant, nous sommes envahi-es de portails, bulletins d’information, galeries d’images, programmes audiovisuels… Pourquoi demanderions-nous plus quand nous ne savons plus ce qui manque? Quand nous n’avons plus de temps à consacrer à la curiosité? Nous pensons individuellement… pour gagner du temps. Ouaohhhh ! Il y a ici un système wifi, de sorte que je peux être connectée-e où et quand je veux ! Mais que savez-vous des personnes vivant ici, en particulier des femmes, et des routes, des accès à l’école, au travail, et même au téléphone ou à la presse indépendante? Nous acceptons, plus que nous ne tolérons, la disparition du service public, ou la notion de biens communs et d’intérêt général, comme une fatalité. Nous avons déjà oublié ce que cela signifie. Dans beaucoup de pays d’Europe de l’Est, il est beaucoup plus facile d’accéder à un téléphone portable qu’à une ligne téléphonique à domicile. Beaucoup d’études démontrent que le problème n’est pas tant la connectivité. Le plus grand problème demeure le contenu. En fait, la communication à laquelle nous avons accès est à sens unique. De l’émetteur au récepteur. Sans aucune ambition concernant l’interactivité, excepté pour l’achat. Pas d’objectif, ni même de conscience, de la nécessité de s’exprimer librement. Si j’insiste sur le fait que tout ce secteur de la communication est dominé par des hommes, toutes ces affirmations ne vous inspirent-elles pas quelque chose de très connu ? A sens unique, aucun besoin d’interactivité, ni d’expression, simplement l’accélération dans les tuyaux… Continuons. Regardons donc du côté de nos Sms. Nous avons facilement accepté cette nouvelle langue, avec ses nouveaux codes. Ne savons-nous pas que la sémantique est au coeur de toute civilisation ? Voici l’ironie de cette accélération.
Acceptons donc cet axiome : nos esprits sont contaminés. Et le virus peut nous tuer. Mais nous pouvons également apprendre à vivre avec lui. Le connaître, employer notre propre grille de lecture des événements, des situations, analyser chaque nouvel élément à l’ordre du jour global, en déconstruisant chaque nouvelle symbolique, chaque nouvelle manière de penser ou tentative dans ce sens, en inventant notre propre langue. Commençons par un exemple. Pour les Objectifs du millénaire pour le développement, l’ONU recommande instamment la société civile de combattre la pauvreté et en particulier de prêter, pas spécifiquement une perspective de genre, mais une intention spéciale envers les femmes. Qu’est-ce que ça veut dire? Pourquoi ? Cette formule inclut déjà l’idée que des femmes sont discriminées, mais sans plus le dire. C’est enfoui. Dans le même registre, la Banque mondiale encourage plus d’éducation en direction des jeunes filles. Quelle éducation ? Pour quoi faire? De quelle manière ? En payant les cours ? Je voudrais introduire ici un seul exemple : en Chine, en raison du libéralisme et également de la politique de l’enfant unique, les filles sont de moins en moins instruites. S’il y a un choix à faire pour des raisons économiques et sociales, les parents misent sur le garçon. Qui peut nous rappeler toutes ces causalités ? Je ne m’arrêterai pas ici. Pourquoi les femmes seraient-elle plus instruites si elles continuent à ne pas être informées de leurs droits, de leur situation commune avec d’autres femmes dans d’autres pays, de leurs moyens, de leur force ? La force est-elle définitivement synonyme de guerre ? En un mot, l’éducation ne peut pas évacuer l’information et la visibilité. Nous arrivons ici finalement au sujet: les technologies. Vous aurez compris que mon but est d’expliquer que les Tics sont essentielles à ce processus d’accélération. Mais naturellement, je ne suis pas ici pour dire “débarrassez-vous des Tics!”. Le problème n’est pas les technologies en tant que telles, mais la manière dont elles sont utilisées.

Pour aller plus avant, je voudrais insister sur une question de vocabulaire très importante: je suis en désaccord avec l’association des termes “open source” et “logiciel libre”. C’est vraiment une approche anglo-saxonne. Je suppose en raison du sens du simple mot “free”. “Free” ne signifie pas « gratuit », “aucun coût”, “aucune valeur”. C’est un mot, « libre », directement lié à la notion de liberté. La liberté de s’exprimer, d’être informé, d’informer, d’échanger, de partager, d’être créatif-ve… une réelle richesse! Et, comme nous venons juste de le voir, cette accélération, qui est proposée par le système dominant, est totalement opposée à tout type de liberté ou d’autonomie ; elle enferme, individualise, inhibe le champ des possibles ; ceci va à l’encontre d’une quelconque démarche de démocratie, de paix, d’équilibre écologique, d’égalité, et en particulier d’égalité de genre. Ainsi, laissez-moi revenir à ceci : les logiciels libres sont notre futur. L’Open source est uniquement une méthodologie de développement, une ressource technique, qui est également employée par les multinationales pour augmenter leur bénéfice ; le logiciel libre est un mouvement social, une philosophie, et une vision du monde. Ceux qui emploient, mais collaborent également, à la production du libre s’occupent d’un autre monde, sans aucune domination, de sexe, de genre, de race et de classe. Et c’est possible ! Cela fonctionne !

En conclusion, j’ai été invitée à répondre à cette question : “quels changements devons-nous implémenter dans la politique aujourd’hui en œuvre en Europe concernant les médias et les Tics, afin de développer un terrain riche et commun qui satisferait tout le monde?”. Question très difficile. Je suis désolée, je ne pense pas que nous puissions “implémenter” un quelconque changement dans le processus dominant global actuel. Je crains que nous n’ayons aucun endroit de faire une quelconque proposition. Principalement,
en raison de ce modèle d’accélération. Il représente une politique opposée à ce que je pourrais bien vous conseiller. Mais, et voici la dialectique du libre, nous pouvons proposer d’autres modèle, au pluriel.
Voici quelques idées pratiques, principalement reliées à la démarche de visibilité des politiques de genre :
– mettez en lumière vos actions, vos façons de penser, votre opinion, mettez-les sous le projecteur, sentez-vous libre d’informer le public en réseautant mais aussi en développant un processus de partage, une dynamique d’échange ; utilisez les rss !
– publiez sans aucune restriction ; créez vos propres outils de publication en utilisant des logiciels libres ; arrêtez de vous sentir incompétentes ! Partagez vos problèmes en tant que solutions !
– utilisez le texte mais également les images, l’audio, la vidéo de sorte que ces contenus puissent être reconditionnés vers d’autres medias/canaux : internet/web mais également journaux, Cdroms, bandes magnétiques en direction des radios, télés, mp4 pour les machines portables, etc. ;
– encouragez l’interactivité avec l’audience, employer des chatrooms, forum… ;
– créez vos contenus “copyleft” de sorte qu’ils puissent être reproduits, copiés, traduits, sans aucune limite ;
– proposez vos contenus ou outils en tant que “creative common” et faites-en la promotion, de sorte que vous participiez à un processus commun d’élaboration qui sera sans fin et dont vous et tou-tes bénéficierez ;
– créez l’économie de votre communication ; ne cessez jamais d’impulser l’idée que les fournisseurs de contenu, vous, sont égaux aux bailleurs de fonds ou aux utilisateurs ; il n’y a pas relation de dette ;
– revenez systématiquement à ce dont vous avez besoin, pas plus.

Pour récapituler ma position, je dirais que dans un monde et une civilisation où tout connaît une accélération considérable, des concentrations, des transactions, des échanges financiers, pour toujours plus de profit, utiliser et pratiquer le libre représentent un enjeu afin d’assurer l’égalité de genre, la biodiversité et la paix. Cet engagement devient une philosophie : créer ensemble, prendre le temps et penser, afin d’assurer la protection des biens communs et de faire la promotion des droits à communiquer. De cette façon, elle s’imbrique, dans son intégralité, avec le combat global pour la justice de genre.

19/09/05

LE MAL TRIBUT DES TRIBUS MÂLES

On pourrait croire que la tribu des « jeunes mâles gris » a déclaré la guerre à celle des « vieux mâles blancs ». Mais les apparences sont trompeuses. D’un côté, un système colonial raciste doté autant d’un pouvoir fascisant, discriminatoire et répressif, enracinés sur ses pilotis médiatiques et dopé aux statistiques, que d’une contestation social-démocrate, culpabilisée, amnésique, raciste par omission, piquée aux anabolisants. Ce système se démarque par son immense aptitude à ne traiter que le court terme, pour mieux ré-agir ou re-qualifier, ré-habiliter, ré-nover, ré-former, braquant leur vocabulaire aux petits commerçants. Il ne nomme plus – les jeunes victimes de Clichy-sous-bois ont perdu leur identité avec leur cœur carbonisé -, il ne badine avec l’Histoire que pour mieux l’enterrer – l’ordonnance utilisée pour instaurer le couvre-feu date des événements liés à la guerre d’Algérie, date à partir de laquelle une politique d’immigration massive a été mise en place par l’Etat français pour nourrir les usines françaises, en même temps que la mise en couveuse de cités-dortoirs -, il ne sexe pas – les émeutiers seraient de jeunes eunuques ou hermaphrodites. De l’autre côté, des individus, qui avancent masqués, non identifiés, n’opèrent pas au grand jour et se placent en vandales occasionnels sans aucune ambition de changer, culbuter, estourbir, radicaliser, bref politiser la situation. Ils n’aspirent qu’à se faire autant de pognon que les autres. Ils réagissent à la violence par la violence, sans en changer les donnes. Ils se protègent derrière des populations condamnées en conséquence sans appel à la victimisation et à l’exclusion, le tout sous la haute protection de Grands Frères, les seuls à posséder un nom, au titre de la religion qu’ils auraient miraculeusement adoptée. Ils ne contestent en rien l’oligarchie qui régit le système répressif, ni ses règles, basées sur la division de sexe, de classe, de race. Ils sont eux aussi libéraux, racistes, homophobes et sexistes. Ils re-produisent. Match nul.
Novembre 2005