Archives par mot-clé : domination

Résister plus que jamais

On approche de la semaine internationale contre les violences faites aux femmes et force est de constater que l’Histoire des dominations continue son chemin. Entre le plan migration du gouvernement du 6 novembre 2019, la sortie du film « J’accuse » le 13, la fin des travaux du Grenelle des violences conjugalesle 25,… les débats s’animent, se croisent, parfois insidieusement. Des clans se forment pour défendre les uns, dénoncer les autres. Le ton monte. Une guerre semble être déclarée entre dominants et dominés. Mais quelle est-elle exactement ? Quel est le réel point d’achoppement ? Qui attaque et qui subit ? Qui est l’agresseur et qui est réduit à l’état d’objet sans voix, passé à la trappe, ignoré et stigmatisé ? Qui joue la victime et qui se débat avec un espace de parole bien encadré ? Qui déverse son flot de mots obscènes ou rétrogrades dans la sphère publique et qui se tait ou est réduit au silence ? Qui cache ses crimes ou ne concrétise pas ses déclarations dans la sphère privée et qui se retrouve acculé à s’y réfugier ? Qui est trompé ? Bafoué ? Sont-ce les dominants – responsables de gouvernement, se plaignant d’être sans cesse critiqués bien que de bonne foi, les pédophiles du cinéma et d’ailleurs, réfutant les plaintes sans fondement qui discréditeraient leur travail, voire leur être –, ou bien les dominés – les femmes dans leur ensemble, pour leur très grand nombre objets d’agressions sexuelles, et les migrants, laissés au fond de la mer, persécutés ou juste objets de chasse au faciès ?

Dans cette guerre, la hiérarchisation des causes et des luttes telles que celles contre l’antisémitisme ou le sexisme sert de stratégie. Les dominants veulent brouiller les cartes, légitimer les délits les plus sordides, tordre le cou à l’Histoire. Rendre le mal banal, dirait Hannah Arendt. C’est grave. Ça sent « la honte […], le crime social », écrirait Zola. Ça pue le fascisme. Deux armes (au moins) sont utilisées : l’antiféminisme et la légitimation/dénonciation biaisée des actes de stigmatisation raciste – les deux se rejoignent. L’indécence est à l’orchestre. Le mépris voire l’élimination de ceux qui n’ont pas la parole – femmes en lutte ou objets de violences sexuelles et migrants ou racisés ignorés, discriminés, essentialisés comme barbares – est à l’avant-scène. La dialectique opportuniste, électoraliste, libérale, vénale entend dicter une pensée : le retour sur investissement économique reste la priorité (« les immigrés qui viennent apprendre en France et repartent dans leur pays » représenteraient une perte sèche pour le pays et les films moins historiques que profitables doivent faire du bruit), au mépris de l’humanisme. De son côté, la vulgate masculiniste organise une montée de boucliers antiféministe, en orientant la pseudo-sortie de conflit vers l’attention à apporter à de fausses victimes : des hommes, blancs, en position de pouvoir et en occultant l’histoire de femmes qui ont lutté contre toutes les formes de domination de classe, de race, de sexe sans jamais, elles, anéantir ou tuer personne (le film de Polanski en est un bon exemple).

Cette dialectique est militaire. Elle floute les responsabilités et inverse les rôles. Les assaillants seraient les protecteurs et les attaqués les fauteurs de trouble, seuls responsables d’une situation pauvre en sécurité. Logique, affirmerait Andrée Michel qui a si bien analysé le lien entre système militaro-industriel, rapports de force et inégalités, notamment entre les femmes et les hommes. Aussi est-il temps d’entrer en résistance. Non ?

Joelle Palmieri
20 novembre 2019

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

in LAMenparle,L’actualités des Afriques vues par le LAM

https://lamenparle.hypotheses.org/1027

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité, notamment la violence de genre.

 

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

in LAMenparle,L’actualités des Afriques vues par le LAM

https://lamenparle.hypotheses.org/1027

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité, notamment la violence de genre.

 

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines de ce début du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité.

La forme de désespoir « masculin », la haine et la violence auxquelles on a pu assister sont des sentiments ancrés dans le temps. À courte échéance, on peut rappeler en 2015 les pillages à Johannesburg et à Durban visant des commerces tenus par des étrangers (7 morts) et en 2008, des émeutes faisant 62 morts dans tout le pays. Avec un peu de recul, on peut situer le contexte dans lequel ces violences interviennent : post-apartheid et néolibéral. Alors, certes cette période conduit à des actes xénophobes, faisant écho aux inégalités sociales et aux élitisme et crise politiques qui structurent le pays. Mais là ne s’arrête pas l’expression de la violence. En même temps que ces dernières émeutes racistes, se tenait à l’Assemblée un débat sur les violences de genre, manifestation particulièrement monstrueuse de cette situation : une femme est violée toutes les minutes et une femme est tuée toutes les six heures (majoritairement des Noires). L’Afrique du Sud est à la fois le pays le plus riche du continent, la « Nation arc-en-ciel » et celui au 5eplus haut taux de féminicide au monde.

Que ce soit contre les femmes ou contre les non-natifs, un tel niveau de violence s’inscrit dans l’histoire d’un système inique, celui de l’apartheid. Ce régime ségrégationniste a légué au pays une institutionnalisation de la violence : emprisonnements, tortures, assassinats, viols, commis en toute impunité du côté des Afrikaners (dominants) et « réponse violente »de la part de l’ANC (résistants/dominés), qui par là-même a installé sa banalisation. La violence représente alors une forme de socialisation, le seul point de repère social, le seul mode de communication interpersonnelle et le seul moyen de résoudre des conflits.

Avec la chute de l’apartheid, la bascule vers la pacification n’a pas eu lieu. Les raisons de cet arrêt sur images sont à chercher du côté des prises de position des dirigeants politiques post-apartheid qui ont alimenté une vision masculiniste de l’exercice du pouvoir. Aujourd’hui en perte de légitimité, l’ANC cherche toujours à rassembler une « base » noire et mâle. Ses représentants opèrent sur le terrain du sexe en incitant les hommes noirs à affirmer leur virilité à tout prix afin de rompre avec leur supposé statut de victimes, « émasculées » par un système injuste, rendues incapables de remplir leur rôle social de pourvoyeurs du ménage.

Parce que les responsabilités politiques des « libérateurs » sont exclues – choix du néolibéralisme, longue ignorance du sida, corruption… –, les raisons produites et reproduites pour expliquer l’origine des conflits reflètent une fois encore un autre choix, celui de privilégier les divisions, entre sexes, entre nationaux et non nationaux, entre homosexuels et hétérosexuels, entre riches et pauvres, entre races… de quoi nourrir des décennies à venir de violences.

Joelle Palmieri
18 septembre 2019

 

Tout ce que le néogrenelle ne veut pas entendre

Ce graphiqueest librement traduit de matériels produits par la campagne états-unienne contre le viol « 11thprincipleconsent ».

Une version française, produite par le collectif « Féministes contre le cyberharcèlement », précise cette notion de culture du viol.

Au moment où se tient en France le « Grenelle contre les violences conjugales », il m’est apparu impératif de me servir de ces graphiques afin de rappeler l’épistémologie (ensemble construit de savoirs) patriarcale à l’origine des violences en débat,

  • par laquelle les femmes sont des objets et non des sujets,
  • dans laquelle la terminologie « violences conjugales » est librement confondue avec celle de « violences à l’égard des femmes », faisant des auteurs de cette confusion des dominants ignorants,
  • grâce à laquelle un système social construit produisant d’une part des victimes culpabilisées (des femmes) et des criminels impunis (des hommes) est occulté,
  • selon laquelle une violence spécifique et exacerbée contre le féminisme (notamment à travers les actions des masculinistes) se renforce,
  • et enfin à travers laquelle une nouvelle socialisation par la violence, notamment par la militarisation des sociétés, la banalisation de la culture sécuritaire et répressive, est à l’œuvre.

Pour mémoire :

Bons débats !

Joelle Palmieri
5 septembre 2019

 

« Violence et passion »

Avec la découverte du corps inerte de Steve Maia Canio dans les eaux troubles de la Loire, l’avalanche de sujets sur les violences policières fait plaisir à lire. Les quelques minutes entendues à la télévision, davantage à la radio, la profusion d’articles dans la presse écrite et de textes sur les réseaux sociaux numériques mettent en débat les méthodes du pouvoir politique français en place et ça fait du bien. En ordre dispersé, moins en tir groupé – c’est le cas de le dire –, on parle de disqualification des crimes commis par les policiers, de banalisation de l’impunité commanditée par le gouvernement, de domination de classe ou/et de race (chasse au faciès, ciblage des classes populaires), parfois de militarisation des forces de sécurité (surarmement, achat massif d’armes) et de marche forcée vers la fin de la contestation ou vers la dépolitisation des luttes. C’est phénoménal.

Si les auteurs de ces commentaires chaussaient des lunettes féministes, on comprendrait mieux que la violence qui est dénoncée – disqualification, banalisation, domination, militarisation, dépolitisation – est structurante des sociétés patriarcales dans lesquelles nous vivons. Comme le soulignait il y a plus de vingt ans Andrée Michel[1], cette orchestration de la répression enrichit le secteur marchand de l’armement tout en entretenant la division sexuelle du travail (entre hommes et femmes). L’ensemble fait système. Au-delà du sexisme dans les forces de sécurité, ce système produit des rapports sociaux inégalitaires, restructure le travail et développe la culture de guerre. Les prostitution, viols, trafic, pillage des ressources, conception du territoire en tant qu’espace de conquête, généralisation de la violence, exportation des systèmes répressifs et de torture, contrôle social brutal et « guerre contre la population civile », en sont des conséquences directes.

Ce système est ancien, ancré dans l’histoire, pour lequel la division entre collectif et individuel est centrale. Aujourd’hui, les exemples sont nombreux : on cite les cas de Steve, Zineb, Remy, Malik, Adama… alors que les cibles sont les militants indépendantistes algériens (Charonne), les manifestants contre le racisme, les gilets jaunes, les occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les étudiants de Tolbiac, les insoumis, les jeunes, les militantes féministes… Ne sont pas épargnés les inconnus morts « par accident »(chasse, règlement de compte, abus de pouvoir, trafic…) ou les femmes tuées par leurs conjoints ou ex-conjointsdans le cadre de « drames familiaux ». La même logique de division collectif/individuel est ici à l’œuvre à l’image de la dichotomie sphère privée/sphère publique qui renvoie « la femme » à sa seule culpabilité, sa responsabilité personnelle, son peu « d’estime de soi »… en cas de viol, d’agression sexuelle, de harcèlement au travail, de mutilation, de maternité précoce, de mariage forcé…

Ce système invisibilise les victimes, les culpabilise ou pire, les paternalise en les « soutenant », en les « aidant à faire le deuil », en les renvoyant à leur « introspection », parfois en les « regrettant »… plutôt que de les subjectiver et de désigner, juger et sanctionner les coupables : les bras armés (équipés d’armes de poing ou blanche, de véhicule à moteur, de corde… ou encore férus de persécution, acharnement, aliénation…), les politiques publiques de sécurité sexistes, sciemment ignorantes et autoritaires, le gouvernement militariste. Cette dialectique fait des « victimes » les seules coupables.

En contexte libéral, ce système financiarisela répression : l’achat massif de munitions et d’arsenaux militaires représente un chiffre d’affaires non négligeable pour les vendeurs d’armes du secteur privé. Il organise le flux financier entre domaines public (budget national, dépenses et recettes) et privé (entreprises, associations). Lancer des lacrymos sur des manifestants, tirer des balles sur des individus désarmés, placer en garde à vue des personnes qui tombent sous la main, fournir des informations aux coupables sur les victimes, ignorer les signalements de ces dernières, rapportent gros.

Ce système est bâti sur un mythe, le mythe du rattrapage, comme le décrivait Maria Mies[2], qui consiste à faire croire que les personnes visées par les violences sont « en dehors » (des villes, de l’Occident, des technologies, du sexe masculin dominant), « en retard » d’une « évolution » nécessaire à « l’abondance », à la « croissance », à « l’accumulation des richesses », qui vaut modèle de « bien vivre » pour tous. Par cet imaginaire passionné, le renouvellement de la force de travail (la re-production) – santé, nutrition, éducation – étant globalement assuré par les femmes de « la base » à titre gratuit, renforce « la prolétarisation des hommes » (dédiés à la production), ce qui déprécie, marginalise et dévalue les pensée et options politiques des dominés, femmes et hommes.  Les opposants au système, rebelles ou contestataires, tout comme les femmes, homosexuels, migrants, ruraux, stigmatisés en tant que groupes sociaux étanches, deviennent alors responsables de leur situation d’oppression.

La justice sociale, la valorisation du capital humain, l’égale répartition des richesses, la paix, mais aussi la négociation ou la médiation, ne sont résolument pas au rendez-vous. La bonne nouvelle c’est que ce système connaît des difficultés. Plus le pouvoir politique est chancelant ou affaibli, notamment par des pressions extérieures (nationales ou internationales), plus ses options politiques perdent en efficacité, plus il utilise la force pour asseoir sa légitimité. Le niveau élevé des violences policières représente ainsi un indicateur du danger qui le menace. Élevé non ?

Joelle Palmieri
7 août 2019

 

 

[1]Andrée Michel, « Militarisation et politique du genre », Recherches féministes, Vol. 8, 1. 1995 : 15-34, p. 18.

 

[2]Maria Mies, « Le mythe du développement par rattrapage », Silence, N° 251, 1999 : 4-11.

« Sois belle et tais-toi »

On peut discuter les idées de Greta Thunberg et de ses congénères. Pourtant, certaines réactions à l’annonce puis à la réalisation de son intervention à l’Assemblée nationale à Paris le 23 juillet 2019 excluent leurs auteurs de l’idée de débat. Qu’elles soient vulgaires, agressives, autoritaires, archaïques, rétrogrades, paternalistes, les petites phrases à son adresse de la part de députés, d’intellectuels et d’autres commentateurs, pour leur très grande majorité des hommes, renvoient à une idéologie sexiste selon laquelle les femmes sont réduites à des corps et ne doivent pas parler : « sois belle et tais-toi ».

Ce sexisme ordinaire se manifeste par un jeunisme, tout autant expression d’une discrimination des jeunes et en particulier des filles au travail, en politique, dans l’expression publique, que culte de la jeunesse. Comme un héritage du nazisme et des images de Leni Riefenstahl, ce culte entend notamment soigner la sexualité masculine (hétérosexuelle) et pour cela sexualiser le corps des femmes. Il s’agit de magnifier leur jeunesse, au cinéma, dans la publicité ou dans les médias, d’exiger la permanence de leur beauté et de déprécier ou d’exclure leur vieillissement. Cette religion se traduit dans la loi : le consentement pour une relation sexuelle est fixé à 15 ans, ce qui a pour conséquence directe de disqualifier les violences sexuelles.

Greta Thunberg, 16 ans, rebelle, informée, militante, grande gueule, n’entre pas dans le cadre, ne correspond pas à la norme qui lui est assignée. Elle aura au moins le mérite de l’avoir démontré.

Joelle Palmieri
26 juillet 2019

 

SNU : l’autoroute électoral du pouvoir politique

Lancée le dimanche 16 juin 2019, une édition « expérimentale » du Service national universel (SNU), pilotée par le secrétaire d’État en charge de la jeunesse auprès du ministre de l’Éducation nationale (EN), Gabriel Attal, a duré douze jours. Le gouvernement se défend à grands renforts de médias d’instaurer une nouvelle formule de service militaire (suspendu en 1997), préférant une « ouverture sur la chose militaire » sous une forme « civique ». Il évoque volontiers un souci de « patriotisme ».

Certains militaires quant à eux regrettent l’absence d’un véritable « service rendu à la Nation » ou « retour sur investissement » et voient davantage dans ce dispositif des « colonies de vacances » aux frais de l’État. En tout état de cause, le rapport du général Daniel Ménaouine, directeur du service national et de la jeunesse du ministère des Armées mandaté par le Président de la République pour la mise en place de cette énième formule proposée aux « jeunes », est clair : « …chaque génération doit, autour de sa majorité, prendre conscience des enjeux de la défense et de la sécurité nationale et s’approprier les moyens d’en comprendre les outils et de discerner le rôle que chacun peut y jouer ».

Il est bien question de défense et de sécurité de la Nation contre différentes catastrophes ; le terrorisme et la dégradation de l’environnement sont cités. Le premier lot s’opère de longue date par les armes au sein des corps militaires et policiers. Le deuxième s’invite désormais largement dans le débat public, s’incruste de fait et notamment par les jeunes dans la définition de « l’unité nationale » et fait entrer les partis politiques en confrontation quant aux choix opérationnels, politiques ou financiers à mobiliser.

Attal précise l’option européenne : « il s’agit d’effectuer une sensibilisation approfondie par des personnels compétents en matière de défense et de sécurité nationales et européennes : connaissance des menaces, moyens et organisations pour y remédier, présentation des différentes formes d’engagement relevant de la sphère de la sécurité ». Le projet se veut européen – ce qui est nommé « universel » versus égalitaire pour toutes et tous – voire préfigure la création d’une armée européenne à laquelle le Président tient.

Le SNU entend en effet se distinguer des expériences des autres pays européens en cela qu’il inclut une conscription obligatoire. Le service civique ou le corps européen de solidarité (CES), même s’ils restent critiquables notamment en raison de la précarisation des personnes ciblées, sont moins couteux et visent une éducation citoyenne par l’intermédiaire de missions bénévoles de deux à douze mois dans des organismes non militaires (associations, ONG, collectivités territoriales, établissements ou d’organismes publics à but non lucratif), pouvant être effectuées dans d’autres pays de l’UE ou candidats à son adhésion. Ils s’adressent respectivement à des jeunes de 16 à 25 ans et de 18 à 30 ans qui sont pris en charge et reçoivent selon les pays une « indemnité » plus ou moins conséquente, ou un « argent de poche », cumulable pour le CES avec d’autres dont l’ARE (Allocation d’aide au retour à l’emploi), le RSA, l’AAH (Allocation adulte handicapé), la bourse étudiante.

Les objectifs du SNU ne s’arrêtent alors pas à la militarisation des sociétés. Ce dispositif est également à mettre en perspective avec la joute poursuivie lors des élections européennes de cette annéecontre le Rassemblement national (ex-FN) et les écologistes. L’objectif est d’assurer la libéralisation économique d’une Europeen cours d’appropriation nationaliste et populiste ou écologiste tout en valorisant l’ordre, la discipline, la morale (judéo-chrétienne) et la hiérarchie (culture de guerre et de domination). À ces fins, il s’agit de continuer à renforcer la sécurité – stigmatisation des jeunes « isolés » ou en difficulté scolaire (banlieue, racisés, pauvres), lutte contre la radicalisation islamiste de certains d’entre eux, discrimination/mode de repérage des rebelles, des radicaux, des antisystèmes–, de consolider la défense (augmentation dissimulée du budget et croissance des ventes d’armes) et de peaufiner les stratégies d’exclusion (lutte contre la « crise migratoire »).

Les « volontaires » d’aujourd’hui et les conscrits de demain ont tous la nationalité française et beaucoup seront en âge de voter aux municipales (2020) ; ils le seront pour sûr au moment des régionales et départementales (2021), des présidentielles et législatives (2022) et des européennes (2024). L’enjeu électoral est de taille. Compte-tenu des résultats obtenus lors des précédentes éditions par le parti au pouvoir ou par ses alliés/apparentés face à ses principaux adversaires (RN, dont le score a explosé depuis le 1er tour des régionales de 2004– quinze ans –, et plus récemment les écologistes), le LREM s’engage par l’enrôlement/endoctrinement réservé à ces jeunes à captiver un électorat (qui pourrait être tenté par la mouvance écologiste ou le tout sécuritaire). Par le SNU, il continue d’instrumentaliser les rhétoriquesde ses opposants et dans la foulée celles d’un féminisme institutionnel (orienté parité plus qu’égalité). On peut alors facilement en déduire que les contribuables français paient, par ce dispositif et au travers ses collectivités territoriales et de l’Éducation nationale, les campagnes électorales de LREM et en particulier la course à la réélection du Président.

Joelle Palmieri
28 juin 2019

 

 

Pour rappel

2 036 adolescents de 15 à 16 ans (« à égalité filles et garçons ») ont rejoint le 16 juin dernier différents établissements publics – internats scolaires, logements universitaires, centres de loisirs ou de formation… –, dits « maisonnées » (dans le texte) de treize départements français. Ces jeunes « volontaires » avaient terminé leur année de 3; ce sont des lycéens en seconde générale, seconde professionnelle, en lycée agricole, en CAP, des décrocheurs, des personnes en situation de handicap, en milieux urbain et rural. Cet internat sera suivi entre juillet 2019 et juin 2020 d’une « mission d’intérêt général » de même durée auprès d’associations, de collectivités territoriales, d’institutions ou d’organismes publics, ainsi qu’auprès de « corps en uniforme ». Cette partie a, selon le gouvernement, pour but de « détecter les difficultés de certains jeunes (lecture, santé, insertion, etc.) ». Ce premier temps (internat puis mission) dit « de cohésion » deviendra obligatoire pour tous les autres jeunes n’ayant pas suivi cette « expérimentation ». On sait d’ores-et-déjà que des sanctions sont prévues pour les objecteurs : interdiction de s’inscrire au bac, aux examens diplômants, aux concours de la fonction publique mais aussi au permis de conduire.

Dans un deuxième temps, chaque jeune, alors âgé de 16 à 25 ans, sera incité à poursuivre par une période d’« engagement de trois mois [à un an], exclusivement volontaire, dans nos armées, nos forces de police, chez nos pompiers, nos gendarmes, dans des collectivités ou encore dans les associations », une forme de « service civique » non rémunéré. Cette « phase facultative d’engagement » devrait se généraliser à l’ensemble du territoire national « avant 2026 », mais aucune date n’est encore fixée. Le mécanisme, étendu à 40 000 jeunes en 2020, concernera 800 000 jeunes chaque année.

Le premier jour de leur conscription, des images montrent des jeunes en uniforme (obligatoire) – une tenue qui sera selon le secrétaire d’État, « à la fois utilisée pendant le service national, mais qui pourra aussi être portée par les jeunes pour toutes les cérémonies patriotiques qui sont organisées pour commémorer les grandes dates de l’Histoire » –, en train de chanter la Marseillaise ou de hisser des drapeaux français. L’encadrement (450 agents au moment de l’expérimentation, soit un professionnel pour quatre jeunes) est majoritairement composé de militaires en fonction ou à la retraite, de gendarmes, policiers ou pompiers – majoritairement des hommes – de personnels de l’Éducation nationale, d’élèves des écoles d’État (ENA, polytechnique…), de commerce, de jeunes réservistes (âgés de 21 à 25 ans), d’étudiants en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), de diplômés du BAFA ou BAFD ou de personnes directement formées par l’armée.

Le coût de construction, d’alimentation des participants, de leur transport, de la location des internats et de la masse salariale est estimé à 1,6 milliard d’euros par an (le travail des « volontaires » est gratuit). Il est directement imputé au ministère de tutelle à savoir l’Éducation et non celui de la Défense ou encore de l’Intérieur. De la même façon, l’hébergement en « maisonnées » est structurellement pris en charge par les collectivités territoriales (CT) qui accueillent les conscrits. Ces jeux de vases communicants financiers dissimulent de fait une nouvelle augmentation du budget militaireet de la sécurité alors qu’on assiste à des réductions des dotations accordées aux CT et aux autres ministères (notamment suppression de 1 800 postes à l’EN).

 

Santé et domination de genre

La crise du système de santé français et l’actualité de la grève des urgentistes, qui fait se déplacer plus de trois mois après son lancement la ministre de tutelle, m’offre l’occasion de rappeler ce qui ne semble pas d’intérêt pour la grande majorité des médias : ce système est inégal et perpétue en particulier les inégalités femmes/hommes. Il renforce la domination des hommes sur les femmes dans le domaine. Cette domination vaut « en interne » (entre personnels soignants, entre administration et praticien.nes) et « en externe » (entre système de santé et patient.es). Je ne m’attarderai pas ici au premier volet de cette domination et m’arrêterai plus volontiers sur le second.

Commençons par l’accès aux soins. L’histoire est ancienne. Même si la profession médicale se féminise, la majorité des médecins adoptent un imaginaire hérité des théories de l’Antiquité. La plupart d’entre eux s’opposent rarement aux « préjugés » et aux « superstitions » transmises par les croyances populaires[1] : selon ces « théories », les femmes sont facilement perçues comme ayant davantage tendance à gémir, à râler, animées par leurs « humeurs » changeantes[2] ; elles seraient plus susceptibles d’interpréter à peu près n’importe quel obstacle comme une « maladie », forcément imaginaire, plus émotives, plus nerveuses, plus irritables, se muant en « affabulatrices », s’inventant des maladies, voire devenant « folles » ou « hystériques »[3]. Selon la même logique, elles vivent des douleurs jugées normales, comme celles des règles ou de l’accouchement[4]. Aussi, comme le souligne Sylvie Mouysset, « le fait que les femmes aient été éduquées dans l’idée d’être agréables, plaisantes, de ne pas contester ouvertement l’autorité masculine, renforce l’autorité médicale auprès de certaines patientes sous la forme d’une acceptation du diagnostic, du refoulement de l’expérience propre, ou d’autocensure sur les plaintes »[5]. Leurs symptômes sont alors minimisés.

Ensuite, les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses[6] : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes[7], suivis médicaux moindres…

Poursuivons par un focus spécifique aux maladies chroniques. Au niveau national et toutes pathologies confondues (reconnues affection longue durée (ALD)), les femmes sont un peu plus touchées que les hommes (51,58% en 2017)[8]. Les pathologies relevant de l’ALD dont les taux de prévalence féminine sont élevés sont la « maladie d’Alzheimer et autres démences » (72,16%), les « vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique » (78,83%), la « polyarthrite rhumatoïde évolutive » (74,83%) et la « scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l’angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu’à maturation rachidienne » (81,66%)[9]. Aussi, du seul point de vue quantitatif, les maladies chroniques concernent majoritairement les femmes. Cette observation prend des proportions exponentielles concernant les personnes atteintes de fibromyalgie puisque, parmi environ 2,6 millions personnes diagnostiquées en France, plus de 2,34 millions sont des femmes (90%)[10]. Pourtant, la fibromyalgie ne fait pas encore partie des affections de longue durée reconnues par l’assurance maladie[11].

D’un point de vue qualitatif, il existe en France très peu d’études sur l’éventuelle prise en charge différenciée selon le sexe des personnes atteintes de maladies chroniques et encore moins sur son évaluation[12]. Les nettes différences de prévalence entre femmes et hommes sont parfois abordées et expliquées mais le plus souvent une fois encore par leur aspect physiologique et non social, historique, politique.

Concernant les seules activités physiques adaptées (APA) prescrites aux malades en ALD, l’application de la loi a largement été phagocytée par le milieu sportif qui l’a détournée pour mieux s’emparer des fonds alloués et transformer l’idée initiale de lutte contre la sédentarité des malades vers la promotion du « sport-santé ». Ce tiret qui associe sport et santé renforce la négligence quant à la prise en charge spécifique des femmes. Il formalise une conception ancienne, normée et utilitaire, des sports en tant que moyens de garantir la santé des sociétés industrielles, les hommes étant destinés à affermir leur puissance et les femmes à assurer leur « bonne santé » ainsi que celle de « leurs enfants »[13]. Dans les deux domaines, la santé[14]et le sport[15], les femmes demeurent socialement dissociées/différenciées des hommes, voulus virils, plus forts, plus actifs, plus courageux, plus engagés, plus performants, plus… Les femmes y sont discriminées, parfois illégitimes, tant du point de vue professionnel que sanitaire. Les patientes sont moins prises au sérieux.

Insistons sur l’impunité du système. Globalement, un discours dominant, véhiculé par le système de santé[16]et relayé la plupart du temps par les professionnels, consiste à asséner aux patientes l’idée que la solution est personnelle, qu’elle vient d’elles, qu’il est temps qu’elles prennent soin d’elles – logique majoritairement entretenue dans les livrets d’accueil des malades ou dans les campagnes antistress et de bien-être. Comme pour la plupart des fléaux – viol, féminicide, sida… –, il convient de « soutenir les victimes » en leur conseillant de cultiver leur « estime de soi », de « travailler le deuil »… plutôt que de désigner, juger et punir les coupables : les politiques publiques de santé ignorantes, le corps médical sexiste, la culture ambiante culpabilisante. Cette logique fait des « victimes » les seules coupables.

De fait, les apports des sciences sociales – anthropologie, philosophie, sociologie, histoire, sciences politiques… – sont encore très peu introduits dans la prise en charge de la maladie. Or, la pratique de la médecine gagnerait à être enrichie d’une contextualisation sociale, historique, culturelle, politique… Pour ne citer qu’un concept, « l’éthique du care », champ d’études philosophiques, permet d’opérer des dégagements de la sphère privée à la sphère publique, des rôles sociaux de genre à une justice commune, de l’emprise du développement personnel au vécu des biens communs, du soin personnel à une écologie humaine, de la dépendance à l’autonomie. En l’introduisant dans le soin, les praticien.nes s’engagent à transformer radicalement leurs relations aux patientes et à les considérer non plus comme des victimes mais comme des personnes vulnérables dans un environnement spécifique[17].

Arrêtons-nous un moment sur d’autres pratiques de santé. Du côté des médecines « complémentaires » ou « alternatives », bien que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en comptabilise environ quatre cents[18], l’ordre français des médecins n’en reconnaît que quatre : l’homéopathie, l’acupuncture, la mésothérapie et l’ostéopathie[19]. En 2015, l’ordre dénombrait 6 115 médecins ayant déclaré un titre ou une orientation de médecine alternative et complémentaire, dont un sur cinq exerçant à l’hôpital. Toujours selon l’ordre des médecins, 40% des Français auraient recours à ces pratiques, en particulier les personnes atteintes d’une maladie grave ou chronique[20].

Dans ce domaine, peu d’études analysent, ne serait-ce que du point de vue quantitatif, la répartition femmes/hommes tant chez les personnes qui ont recours à ces soins que chez celles qui les pratiquent. En prenant connaissance de quelques rapports publiés par des associations de praticiens, selon les corps de métiers – ostéopathie, hypnose, shiatsu, réflexologie, sophrologie, etc. – il apparaît qu’une très grande majorité des praticiens et des patients sont des femmes. L’enquête quantitative sur la pratique du shiatsu que j’ai menée en 2018 le confirme : 68,16% des praticiens sont des femmes, exerçant très majoritairement en ville (en moyenne plus du double qu’en milieu rural) et sept patients sur dix sont des patientes[21]. Ces données avalisent une vision « exotique » de la pratique de ces médecines, tant par les décideurs politiques qui les déprécient – sinon il y aurait davantage d’hommes praticiens – que par les praticiens eux-mêmes. Les praticiens-hommes recherchent majoritairement la sécurité et la reconnaissance dans l’exercice de leur métier. Les praticiennes, quant à elles, pour certaines animées par une quête de spiritualité, de mysticisme, d’harmonisation avec la nature, s’arrêtent à l’interprétation selon laquelle ces méthodes leur « correspondent », à titre individuel, en tant que femmes, « naturellement plus sensibles », « plus à l’écoute », davantage dans le « ressenti » d’autrui. Leurs revenus sont « complémentaires » et le plus souvent assumés comme tels. Ces professionnelles reproduisent ainsi un stéréotype ancien auprès de leurs patientes en les orientant vers le « bien-être », les activités « anti-stress », l’estime de soi et le travail sur soi, la nécessité de « prendre du temps pour soi », intégrant sans la contester l’idée que le rôle social alloué aux femmes l’interdirait. Elles coproduisent une idéologie biologisante et libérale visant l’individualisation des problèmes, qui seraient personnels, alors qu’ils sont communs et liés aux inégalités sociales existantes.

Ces rapports genrés entre patient.es et médecin.es ou praticien.nes complémentaires peuvent s’étendre aux rapports que les unes et les autres entretiennent avec leur environnement social plus global. Ces relations sont socialement construites et animées par un système de domination structuré. Ce système hiérarchisé a des implications directes sur la gestion du corps des femmes et plus généralement sur leur appropriation[22].

Finissons par l’individualisation de la maladie versus individuation/subjectivisation des malades. Les responsables des politiques publiques de santé, les personnels médicaux ou administratifs dédiés à l’exécution de ses politiques, les défenseurs et praticiens des médecines complémentaires, hommes et femmes, continuent majoritairement à dispenser une parole paternaliste : ils se placent en protecteurs désintéressés des patientes, ayant autorité naturelle à les guider, car ces femmes seraient en demande, en situation de mineures civiques. Elles se retrouvent placées au rang de victimes ou d’actrices immobiles, ayant besoin d’encadrement technique, d’assistance, de soutien, parce que moins attentives à elles-mêmes et plus dédiées au soin à autrui : en tant que personnels rémunérés des institutions médicales et paramédicales, mais aussi, à titre gratuit, dans la sphère familiale – dite « privée » en opposition à la « sphère publique »[23] –, en tant que « profanes » des soins[24]. Leurs savoirs propres sont ignorés. Les femmes n’ont pas droit à la parole et ainsi restent des « subalternes »[25].

Si la majorité des études sur le système de santé, tout autant que les contestations liées, adoptaient des lunettes de genre, les recherches et les revendications mettraient l’accent sur ces constructions sociales et politiques que sont les catégories les « hommes » et les « femmes » qui structurent les relations humaines au sein des institutions médicales ou des lieux de pratiques complémentaires. Du même coup, elles analyseraient les données quantitatives en remettant en cause la définition « biologisante » du genre fondée sur les caractéristiques biologiques des individus (le « sexe »), au profit d’une définition socio-politique qui souligne l’importance des processus sociaux de construction des inégalités de genre. Les résultats de ces recherches pourraient alors conclure que le message de genre des institutions et des professionnels est au mieux : « il faut éduquer, soutenir les patientes pour lutter contre la maladie ». Cela signifie qu’il est jugé nécessaire que les femmes malades acceptent sans moyen de les discuter des savoirs académiques, homogènes (indépendants des contextes historique, social, économique, politique, géographique), formulés par des cadres des institutions médicales nationales ou internationales.

Pourtant, il pourrait être démontré que ces femmes (les malades à qui il convient d’adjoindre les professionnelles de santé) sont des actrices non reconnues mais qualifiées de politiques de santé égalitaires.

Joelle Palmieri
13 juin 2019

Cet article est extrait d’un récit à paraître sur la pathologie de la douleur et les savoirs associés.

 

[1]                Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Gallimard, 1979 ; Agnès Fine, « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au XIXesiècle », Communications. Dénatalité, l’antériorité française 1880-1914, n° 44, Seuil, 1986, pp. 107-136 ; Véronique Moulinié, La chirurgie des âges : corps, sexualité et représentations du sang, Maison des Sciences de l’Homme, 1998.

[2]                Jean-Pierre Peter, « Entre femmes et médecins: Violence et singularités dans les discours du corps et sur le corps d’après les manuscrits médicaux de la fin du XVIIIesiècle », Ethnologie française nouvelle série, Vol. 6 (3/4), Langages et images du corps (1976), pp. 341-348.

[3]                Alexandra Nacu et Daniel Benamouzig, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients », op.cit.

[4]Sylvie Mouysset, « Souffrir, panser, aimer », Rives méditerranéennes, Vol. 44, 2013, pp. 17-37.

[5]                Ibid.

[6]                Danielle Bousquet, Geneviève Couraud et Gilles Lazimi, Margaux Collet, « La santé et l’accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité », Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes,Rapport n° 2017-05-29-SAN-O27 publié le 29 mai 2017, http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_la_sante_et_l_acces_aux_soins_une_urgence_pour_les_femmes_en_situation_de_precarite_2017_05_29_vf.pdf, consulté le 27 mars 2019 ; Anne-Marie Thomazeau, « Santé : inégalités importantes entre les hommes et femmes », Viva Magazine,avril 2015, https://www.vivamagazine.fr/sante-inegalites-importantes-entre-les-hommes-et-femmes-170758, consulté le 10 mai 2019.

[7]Rozenn Le Saint, « Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires », Mediapart, 29 mai 2019, https://www.mediapart.fr/journal/france/290519/les-femmes-premieres-victimes-des-recents-scandales-sanitaires?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=TRANSAC&utm_content=&utm_term=&xtor=EPR-1013-%5Barticle-offert%5D&M_BT=109679374191, consulté le 30 mai 2019.

[8]                Assurance maladie, « Données relatives à l’ensemble des bénéficiaires du dispositif des ALD une année donnée », 18 décembre 2018, https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/affection-de-longue-duree-ald/prevalence/prevalence-des-ald-en-2017.php, consulté le 6 mars 2019.

[9]                Ibid.

[10]Ces chiffres sont le résultat du rapport des pourcentages des personnes atteintes de fibromyalgie à la population globale : de 1 à 4% de la population française, plus de 90% de femmes, selon les dernières estimations. Alexandra Nacu et Daniel Benamouzig, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients »,Santé Publique,Vol. 22 (5), 2010, pp. 551-562, https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2010-5-page-551.htm#pa23, consulté le 6 mars 2019.

[11]Elle ne peut être qualifiée d’ALD que selon le seul bon vouloir du médecin conseil de la CPAM local, qui respecte des critères liés aux coûts des médications, aujourd’hui majoritairement retenues inefficaces et favorablement substituables par des activités physiques adaptées (APA). Par ailleurs, cette décentralisation de la décision génère des inégalités entre territoires.

[12]Parmi les études publiées sur la douleur chronique par exemple, citons l’article sur l’approche « psychosociale » de la douleur : Michaela Klimekova, Anne-Marie Costalat-Founeau, Patrick Ginies, « Dynamique identitaire du fibromyalgique. Approche psychosociale de la douleur », Douleur et Analgésie, mars 2002, Volume 15 (1), pp. 67–70. Une étude états-unienne plus récente aborde les biais de genre dans la prise en compte de la douleur chez les enfants : Brian D. Earp, Joshua T. Monrad Marianne Lafrance, John A Bargh, Lindsey L. Cohen, Jennifer A Richeson, “Featured Article: Gender Bias in Pediatric Pain Assessment”, Journal of Pediatric Psychology,Volume 44 (4), May 2019, pp. 403–414, https://doi.org/10.1093/jpepsy/jsy104, consulté le 6 mai 2019.

[13]               Élise Detellier, « “Bonifier le capital humain” : Le genre dans le discours médical et religieux sur les sports au Québec », 1920-1950, Revue d’histoire de l’Amérique française,Vol. 62 (3-4), hiver–printemps 2009, https://www.erudit.org/en/journals/haf/2009-v62-n3-4-haf3529/038522ar.pdf, consulté le 26 mars 2019.

[14]               Marilène Vuille et al., « La santé est politique », Nouvelles Questions Féministes, Vol. 25 (2), 2006, pp. 4-15 ; Nicole Edelman et Florence Rochefort, « Quand la médecine fait le genre », Clio Femmes, genre, Histoire, n° 37, 2013.

[15]               Christine Mennesson, Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, L’Harmattan, coll. « Sports en société », 2005, 364 p. ; Catherine Louveau, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, pp. 119-143, http://journals.openedition.org/clio/1877, consulté le 27 mars 2019 ; Jim McKay et Suzanne Laberge, « Sport et masculinités », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, pp. 239-267, http://journals.openedition.org/clio/1908, consulté le 26 mars 2019.

[16]Récemment, le 28 mars 2018, le député Cédric Villani a rendu public un rapport sur l’intelligence artificielle dans lequel il fait quelques préconisations d’emploi dans la médecine. Si ces recommandations sont mises en œuvre, le gouvernement confirmera l’option entrepreneuriale individuelle et « personnalisée » qu’il réserve aux patient.es et celle réductrice/« minimisée » allouée aux spécialistes. Cédric Villani, Donner un sens à l’intelligence artificielle – Pour une stratégie nationale et européenne, mars 2018, https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf, consulté le 11 mai 2019.

[17]               Pascale Molinier, Sandra Laugier et Patricia Paperman, « Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité », Petite bibliothèque Payot,2009, 298 p. ; Agata Zielinski, « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin », Études, Vol. 413 (12), 2010, pp. 631-641.

[18]OMS, Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023, 2013, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/95009/9789242506099_fre.pdf?sequence=1, consulté le 7 mai 2019.

[19]Les actes dispensés par les médecins conventionnés connaissent un remboursement par l’assurance maladie à géométrie variable : acupuncture, 70%, homéopathie, 30% – ce remboursement est aujourd’hui amené à disparaître –, ostéopathie et mésothérapie, 0%.

[20]               « Quelle place pour les médecines complémentaires ? », Ordre des médecins, 2015, https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/cn_webzine/2015-07/www/index.php#/intro, consulté le 27 mars 2019.

[21]               Joelle Palmieri,France : évaluation quantitative de la pratique du Shiatsu par les spécialistes – Résultat de l’enquête dite « mutuelles »,Syndicat des professionnels du shiatsu, juin 2018, https://www.syndicat-shiatsu.fr/images/pdf/doc-prives/Evaluation_quantitative_par_specialistes-en-shiatsu_040618c.pdf, consulté le 27 mars 2019.

[22]               Françoise Héritier, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris : Odile Jacob, 1996 ; Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes : des outils et des corps, Paris : L’Harmattan, 1998.

[23]               Geneviève Fraisse, Les femmes et leur histoire, Paris : Gallimard, 1998, 614 p.

[24]               Marilène Vuille et al., « La santé est politique », op.cit.

[25]               Gayatri C. Spivak, Can the Subaltern Speak?(Les Subalternes peuvent-illes parler ?, traduction française de Jérôme Vidal, Amsterdam, Paris, 2006), in‪Nelson Cary et Grossberg Lawrence (dir.),Marxism and the Interpretation of Culture,Chicago : University of Illinois Press, 1988, pp. 271-313.

Mythe contre mythes

Le 22 septembre 2015, un peu moins de quatre ans et au lendemain des élections régionales françaises, je dressais une comptabilité de la « crise migratoire ». Mon but : démystifier ce qui avait mobiliser les électeurs FN. Aujourd’hui, au lendemain des élections européennes, rien n’a changé. Le sujet est au cœur des débats faisant croire à une opposition entre Europe libérale et Europe fasciste. Un leurre. Non seulement ce sujet ne devrait pas exister mais il rassemble la majorité des partis. Il démontre une banalité du racisme. C’est tout.

Faisons le point. Selon la Banque mondiale, les phénomènes migratoires sont anciens, mondiaux et touchent de 3 à 3,5% de la population mondiale. Le pays comptant le plus de migrants est les États-Unis (un migrant sur cinq) devant l’Allemagne, la Russie et l’Arabie saoudite. Proportionnellement à leur population totale, les États arabes du Golfe persique arrivent toutefois réellement en tête (très peu de natifs). Enfin, le Haut commissariat aux réfugiés souligne en 2016 un nouveau record du nombre de réfugiés du fait de conflits et de persécutions : 65 millions dont 22,5 millions de réfugiés, 40 millions de déplacés (non comptabilisés comme migrants) et 3 millions de demandeurs d’asile en attente de l’examen de leur dossier. Les trois pays en accueillant le plus sont la Turquie, le Pakistan et le Liban. Seule l’Allemagne, européenne, figure au Top Ten des pays au monde accueillant des immigrés. Enfin, selon Eurostat 2016, sur 512 millions d’habitants, l’Union européenne compte 22 millions de citoyens non-européens, soit environ 4% de sa population…

Alors pourquoi le sujet des flux migratoires qui seraient démesurés prend-il tant d’ampleur et fait le chou gras des partis fascistes européens, sans être battu en brèche par les partis libéraux ? En 2015, j’écrivais déjà : « Qu’est-ce donc que cette « crise » ? Cherchons les réponses dans la terminologie choisie. Le mot crise vient du latin « crisis » qui signifie « assaut », et du grec « krisis (“κρισις”) » qui désigne le fait de séparer, de distinguer. On est au cœur du sujet. Ce qu’exposent les médias et dirigeants occidentaux (européens de l’Ouest et nord-américains) c’est leur volonté de distinguer d’eux-mêmes ces personnes tassées au-delà de murs érigés et recouverts de barbelés, ou cantonnées dans des gares, sur des voies de chemins de fer, perdues sur des embarcations. Désigner l’Autre comme différent, avant qu’il ne se confonde avec celui qui est déjà à l’Ouest. C’est ensuite le stigmatiser comme agresseur, initiateur d’un assaut “contre” ou “vers” des contrées qui lui sont étrangères. Un agresseur/victime de gouvernements ”barbares”, non occidentaux, au moment-même où la guerre à la ”barbarie”, au terrorisme islamique est officialisée, rendue banale ».

Combien d’élections faudra-t-il encore pour que « l’Autre », cette main d’œuvre corvéable à souhait, ces exilés des guerres, soit dé-stigmatisé ? Combien d’élections faudra-t-il pour que le mythe de l’invasion étrangère soit délégitimé dans le but de mieux mettre en lumière celui du libéralisme, bien réel, qui affirme une régulation invisible mais certaine du marché alors que les économies européennes sont délétères ? Combien d’élections faudra-t-il pour que le mythe de la militarisation, qui assoit sa nécessité sur d’hypothétiques agressions extérieures, soit révélé comme visant des objectifs d’enrichissement financier, de soumission des populations, de banalisation de la culture de guerre, d’institutionnalisation de la violence ? À quand un parti démystificateur ?

Joelle Palmieri
31 mai 2019

« Abus sexuel », antiféminisme, les recettes d’un ordre

Actualité oblige… on a beaucoup lu ou entendu la terminologie « abus sexuel ». En tête d’affiche, le « sommet exceptionnel sur les abus sexuels sur mineurs », organisé au Vatican du 21 au 24 février 2019. Que signifie cette expression ? D’un point de vue linguistique, « abus » signifie mauvais usage. Associé à « sexuel » l’expression consacre l’idée qu’il y aurait un bon usage de la sexualité chez les enfants et un mauvais. L’Église catholique a donc décidé de s’attaquer à ce mauvais usage, occultant par voie de conséquence la question de la sexualité supposée des enfants. Ensuite, le mot « abus » reste flou, ne désigne pas précisément des faits qui sont criminels. Il les minimise et les nie. Pourtant il s’agit de pédophilie et non de pratique sexuelle, un crime aussi grave que les viols des religieuses, « révélés » dans la foulée. L’emploi de ce terme cache alors un abus de pouvoir : la relation des prêtres et autres ecclésiastiques (des hommes) avec les enfants et avec les nonnes (des femmes) est basée sur une relation de confiance ou d’autorité, qui pose la question du consentement[1].

Enfin, cette expression s’affiche au sein d’un ordre caractérisé par la hiérarchie, le sexisme endémique, la culture du silence, l’imperméabilité. Comme dans les autres ordres – médical, juridique, politique… –, l’impunité des violences sexuelles règne. Elles y sont non nommées, considérées normales, faisant partie de la fonction de ses membres. La parole de la victime (femme, enfant) y est systématiquement remise en cause alors que le criminel (homme) reste majoritairement impuni, protégé par des lois nationales ou propres[2]. Ces lois sont des retranscriptions ou le terreau de la vulgate populaire, qui nie par lâcheté, par peur, par ignorance ou par volonté (initier sexuellement), les violences exercées sur mineurs et qui entérinent l’appropriation sociale du corps des femmes[3].

La différence entre l’ordre de l’Église et les autres se manifeste notamment par la contradiction qui l’habite. Chez les catholiques, les membres font vœu de chasteté, bannissent l’avortement, s’opposent à la « théorie du genre », rejettent toute sexualité contre nature – c’est-à-dire qui n’a pas vocation à « l’enfantement » –, glorifient « la femme comme mère, porteuse d’enfants », alors que le contraire se vit en son sein. Aujourd’hui, la dialectique visant à « protéger les victimes » mise en exergue par le Vatican, obère la responsabilité des auteurs des crimes. En parallèle, elle perpétue une stratégie d’inversion des concepts féministes[4].

Le fond de l’entreprise reste effectivement familialiste : à travers tout ce bruit, il est question de promouvoir le mariage entre homme et femme, de protéger l’idée de famille. De plus, il s’agit de reconduire l’idéologie antiféministe portée de longue date par l’Église. Des déclarations récentes du pape François ont été évoquées : « Inviter une femme à parler, ce n’est pas entrer dans le mode d’un féminisme ecclésiastique, car au final, tout féminisme finit par être un machisme avec une jupe ». Par ces mots, le chef de l’Église catholique s’inscrit en digne héritier de Jean-Paul II qui faisait en 1995 la « promotion d’un féminisme chrétien ». Cette appropriation opportuniste du féminisme n’est pas nouvelle. Elle a pour but de le dissoudre. Nés au début du XXe siècle, les fondements du féminisme chrétien peuvent s’expliquer ainsi : « la collaboration de la femme aux questions d’intérêt commun se présente à elle sous un aspect sévère et son activité extérieure est motivée, non par des raisons puériles ou de mesquines rivalités de sexe et des théories déclamatoires sur l’égalité de l’homme et de la femme ; mais elle est justifiée par le fait que la fonction sociale de la femme différant par certains côtés de celle de l’homme, elle seule peut savoir dans quel sens elle doit la développer, la perfectionner et introduire dans sa propre vie ce progrès que la vie publique communique à la vie privée »[5] . Cette idéologie entend mettre en lumière le rôle de « la femme »[6] dans le processus de restauration de l’image de l’Église catholique, en tant qu’individu ayant des qualités propres. François de souligner : « elle est celle qui porte, la mère de la communauté ». Cette vision reprend presque mot pour mot les termes des textes (la bible) qui célèbrent la différence entre les sexes tout en excluant l’idée qu’il y ait inégalités.

Or, il existe bien, dans la bible, une relation hiérarchisée entre les deux sexes. Dans le texte « 1 Timothée 2:1-15, verset 11 », Saint-Paul écrit : « Que la femme écoute l’instruction en silence, avec une entière soumission ». L’« homme » et « la femme » ne jouent pas les mêmes rôles « dans l’église et dans le couple », l’homme étant chargé de l’autorité, et la femme de l’enfantement et du soin de la famille. C’est ainsi par exemple que l’ordination des femmes est interdite. Dans le verset 12, il est écrit : « Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme ; mais elle doit demeurer dans le silence ». L’apôtre limite ce que « la femme » peut faire dans l’église : se taire et obéir.

L’actualité n’est pas révolutionnaire. Certes, elle met en lumière des faits jusqu’ici passés sous silence et impunis, mais elle permet également aux juges autoproclamés de ces faits (des hommes) de continuer à dispenser la parole paternaliste : ils se placent en protecteurs désintéressés de leurs membres (femmes, enfants), ayant autorité naturelle à les guider, car ces membres seraient en demande, en situation de mineurs civiques. De la même manière, les femmes se retrouvent placées au rang de victimes ou d’actrices immobiles, ayant besoin d’encadrement technique, d’assistance, de soutien, parce que plus employées à la maternité ou au devoir d’accompagnement de l’autorité. Leurs savoirs propres ne sont pas pris en compte. Les femmes n’ont pas droit à la parole et à ce titre restent des « subalternes »[7].

Tant de rigueur dans la minorisation des violences sexuelles perpétrées par des hommes, d’ignorance de la parole des enfants, d’acharnement à garder les femmes dans leur rôle social de mère, d’épouse ou d’auxiliaire de la hiérarchie religieuse, me fait mesurer, en cette Journée internationale des femmes, l’ampleur des luttes restant à mener pour renverser le patriarcat.

Joelle Palmieri
8 mars 2019

 

[1] Geneviève Fraisse, Du consentement, Paris, Le Seuil, 2007, 144 p.

[2] L’Église catholique est régie par le droit canon: ensemble de lois et de règlements adoptés ou acceptés par les autorités catholiques, des hommes, les femmes n’ayant pas le droit de vote. Le Code faisant autorité dans l’Église latine est celui de 1983. Il a été promulgué par Jean-Paul II le 25 janvier 1983.

[3] Selon l’anthropologue française Françoise Héritier, le corps féminin, ayant la puissance d’enfanter à l’identique, c’est-à-dire d’engendrer des filles, ce que le corps masculin ne peut en aucun cas faire – reproduire des garçons – est à l’origine de la domination masculine (Héritier, Françoise 1996, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris : Odile Jacob, 332 p.). Collette Guillaumin, sociologue française, de son côté parle de « sexage » qu’elle définit comme étant à la fois une « appropriation privée » où le « propriétaire » est un homme particulier (au sein du mariage) et une « appropriation collective », au sein des familles comme du secteur des « services », qui permet d’inscrire les femmes dans la prise en charge de l’entretien physique et moral des hommes, ce qu’elle nomme également le travail de production/re-production Guillaumin, Colette 1992 (1978), Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris : Côté-femmes, 239 p.). Le corps des femmes représente un enjeu majeur des actions politiques parce que conçu comme matrice (entendu comme organe féminin de reproduction humaine autant que comme structure de reproduction et de construction à tous les niveaux, technologiques, biologiques, cognitifs, sociaux, économiques…) au service de la Nation (Tabet, Paola 2004, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris : L’Harmattan, 207 p, Bibliothèque du féminisme ; Falquet, Jules 2005, Sexe, « race », classe et mobilité sur le marché du travail néolibéral : hommes en armes et femmes « de services », intervention lors du colloque Mobilités au féminin à Tanger, 15-19 novembre 2005, <http://lames.mmsh.univ-aix.fr/Papers/Falquet.pdf>, consulté le 8 mars 2019 ; Héritier, Françoise 1996, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, op. cit.).

[4] Couture, Denise. « L’antiféminisme du « nouveau féminisme » préconisé par le Saint-Siège », Cahiers du Genre, vol. 52, no. 1, 2012, pp. 23-49.

[5] Marie Gérin-Lajoie, « Entre nous », La Bonne Parole, 7,7 (octobre 1918): 1. Cité dans Karine Hébert, « Une organisation maternaliste au Québec la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste et la bataille pour le vote des femmes », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 52, n° 3, 1999, p. 21.

[6] En utilisant le singulier, l’Église essentialise le sexe féminin (vue biologique en lieu et place d’une vue socialement située) et l’homogénéise, faisant fi des différences entre femmes (classe, race).

[7] Spivak Gayatri C., Can the Subaltern Speak? (Les Subalternes peuvent-illes parler ?, traduction française de Jérôme Vidal, Amsterdam, Paris, 2006), in ‪ Nelson Cary et Grossberg Lawrence (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, University of Illinois Press, Chicago, 1988, p. 271-313.

Acheter des armes, légiférer sécuritaire pour mieux dominer

Le vote de la loi « anticasseurs » cache le surarmement de la France, concomitant au déni des inégalités femmes-hommes. Les toutes dernières initiatives du gouvernement en témoignent.

 Le 23 décembre 2018, l’État français lance un appel d’offre à échéance du 22 mars 2019 concernant le renforcement de l’arsenal des policiers et gendarmes. Le ministère de l’Intérieur entend acquérir 450 lanceurs (de balles en caoutchouc et de grenades lacrymogènes ou explosives) en rafale (4 et 6 coups), fusils du fabricant américain Combined Systems, également appelés « Riot gun Penn Arms » et couramment utilisés par les polices des États-Unis, d’Israël, de Russie ou du Brésil. Les Penn Arms coûtant entre 2 600 et 3 000 euros chacun, on peut estimer le budget alloué à 1,35 millions d’euros. Ce dernier appel concerne également l’achat, auprès d’un fabricant suisse, Brügger & Thomet, de 1 280 Lanceurs de balles de défense de 40 mm (LBD 40 ou GL06 en anglais) supplémentaires (plus spécifiquement pour la gendarmerie), pour un montant estimé à 2 millions d’euros (un LBD 40 est vendu 1 800 francs suisses pièce). Ces armes sont notamment prisées par l’Ukraine et le Kurdistan. Les munitions quant à elles sont achetées auprès de la société française Alsetex (marché obtenu en février 2016, pour 5,57 millions d’euros correspondant à la fourniture d’environ 115 000 de ces munitions par an). La note s’élève donc à 9 millions d’euros, répartis entre différents vendeurs d’armes suivant ainsi la volonté du gouvernement de « diversifier » ses achats.

Une semaine après le lancement de cet appel d’offre, on assiste à une offensive de Premier ministre français qui déclare vouloir viser parmi les Gilets Jaunes les « fauteurs de troubles », les « violents », les « brutes », ayant une « soif de chaos », et protéger les forces de l’ordre qui peineraient à faire correctement leur travail. Quelques semaines après, l’Assemblée nationale vote, le 30 janvier 2019, les articles 1 et 2 de la proposition de loi « anticasseurs ». Le premier article autorise, sur réquisition du procureur, la police judiciaire à fouiller les bagages et les voitures sur les lieux d’une manifestation et à ses abords immédiats (« entrée » et « périmètre déterminé »). Le second permet aux préfets de prononcer des interdictions individuelles de manifester, sous peine de six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende en cas d’infraction, pour une durée d’un mois et sur tout le territoire français, sans passer par le contrôle d’un juge. Cette option sécuritaire fait suite à la proposition de loi sénatoriale LR d’octobre 2018, dite « Retailleau », réunit la plupart des suffrages de la majorité, des droite et extrême-droite et rencontre l’opprobre de la gauche et de certains centristes : certains évoquent une atteinte aux « libertés publiques et individuelles », ce qui serait anticonstitutionnel.

Au regard de l’histoire de la répression française, l’initiative est peu innovante. Un texte similaire avait déjà été adopté en 1970, sous Pompidou, puis abrogé en 1981, sous Mitterrand. Par ailleurs, elle n’apporte rien, les notions de « bande organisée », de « réunion » et de « responsabilité collective civile et pénale » existant déjà dans le droit. On peut alors soupçonner, de la part du gouvernement et de ses alliés, un effet de manche – communiquer, faire de la démagogie, assurer la forme plus que le fond, comme dans la « Lettre aux Français » – doublé d’un jeu moins public, celui de la banalisation du surarmement, de la financiarisation et de la militarisation de la police française. Quelques députés ont mis en regard ce vote avec le déni des violences policières, l’usage incontrôlé des armes par des policiers non formés, non informés ou mal intentionnés, mais peu ont souligné le soutien indéfectible du gouvernement français au Complexe militaro-industriel (CMI). Rappelons que le budget 2019 de la France entérine une augmentation de 1,9 milliards d’euros pour la Défense et l’Intérieur (49,43 milliards d’euros au total). À titre comparatif, l’Éducation nationale et la Recherche voient leurs crédits renforcés de 1,3 milliards d’euros, soit 30% de moins que la sécurité. La ligne Égalité entre les femmes et les hommes quant à elle ne bouge pas depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau Président. On peut donc en déduire qu’elle régresse par rapport aux années précédentes plafonnant à 29,8 millions d’euros et représentant aujourd’hui 1 670 fois moins que les des crédits alloués à l’armée et à la police, 67 fois moins que leur augmentation et seulement trois fois plus que le tout dernier achat d’armes.

En conclusion, ce gouvernement tient autant à entraver les libertés individuelles ou à nier les conséquences létales du renforcement des moyens de répression qu’à continuer de conjuguer son déni des inégalités de sexe et son appétit de remplir les caisses des vendeurs d’armes. J’avais déjà démontré en quoi le Système militaro-industriel (SMI) s’appuie sur des fondements – ordre, obéissance, hiérarchie, morale – pour mieux transformer et renforcer les rapports de domination de classe, de race, de sexe, inscrits dans la reproduction patriarcale d’une histoire coloniale, mondialisée, occidentalisée et capitaliste. Aujourd’hui, l’État français (gouvernement, Parlement) continue d’adopter largement ces fondements. Ses actions récentes renforcent du côté des dominants la licité de l’acte de brutalité (versus violence), l’expression – à travers la surenchère de l’usage des armes – d’une virilité politique, l’utilisation de la force, l’octroi du droit de vie ou de mort sur autrui, l’utilisation d’une rhétorique de guerre (versus rébellion). Elles contribuent à la dépolitisation des luttes (de chaque côté), et en particulier des luttes de femmes, pour mieux engloutir, voire anéantir, la contestation et la capacité pour l’être humain de penser.

Joelle Palmieri

5 février 2019

Paris, fin 2018, le bureau des légendes

De la divergence des luttes au renforcement de l’ordre

Nous vivons désormais en France une légende. Le « peuple » serait en « rébellion », les « forces de maintien de l’ordre » sur les « dents », un moment « inédit » dans l’histoire du pays. Des rapprochements avec mai 68 sont tentés mais vite écartés à raison : les situations, les slogans, les revendications, les acteurs ne sont pas les mêmes. Champs-Elysées, extérieur aux lieux de vie et d’activité des manifestants, très variés, aux slogans parfois limite (racisme, antisémitisme, sexisme), en aucun cas contre les méthodes policières, à opposer à Quartier latin, fac de Nanterre, usines, précisément là ou les protagonistes vivent le mécontentement, les inégalités, les discriminations, les privations de liberté, ce dont ils se font échos avec solidarité : « Sois jeune et tais-toi », « CRS = SS », « Je ne veux pas perdre ma vie à la gagner », « Il est interdit d’interdire », « Soyez réalistes demandez l’impossible », etc.

Alors y aurait-il un bureau des légendes ? Une escadrille qui fabrique une histoire de France contemporaine, divulgue des renseignements choisis, au service d’un pouvoir politique à la fois indétrônable et secret ? Une brigade qui s’appuie sur la longue tradition des violences policières françaises pour faciliter son travail ? Regardons cela de près.

Des luttes invisibles ou antipolitiques

Aujourd’hui, en France, des luttes – grève, manifestation, occupation, actions dites « radicales » –, il y en a. Beaucoup, mais pas toutes très visibles. Des luttes pour la défense des droits, en majorité et par héritage syndical pour la défense des droits du travail (femmes de chambres du palace Park Hyad Vendôme à Paris, infirmiers, urgences hospitalières, cheminots, personnels des EHPAD ou volants…), mais aussi pour le droit à un logement décent (Marseille, Droit au logement), pour le maintien des services publics, contre les violences faites aux femmes (différents appels dont #MeToo, manifestation du 8 décembre), pour la défense de la nature et contre le réchauffement climatique, pour le soutien aux migrants, pour le droit à une scolarité égalitaire (étudiants), pour une fin de vie descente (retraités)… et, depuis peu, pour la reconnaissance du dysfonctionnement de la machine d’État (Appel des maires ruraux de France) et, à grands renforts de médiatisation et de déclarations politiques, pour l’amélioration du statut des agents du maintien de l’ordre et enfin pour « le pouvoir d’achat ». Ces trois dernières – maires ruraux, policiers, Gilets jaunes – sont-elles vraiment des luttes ? Forment-elles vraiment des espaces de rébellion, de résistance aux rapports de domination[1] ? Non, si on prend en compte leur origine et leurs fondements globalement antipolitiques : respectivement, le constat de la non-communication structurelle entre élus « de la base » et des hautes sphères, la critique de la « violence » des manifestants, le mépris de l’« élite » ou la colère de la « France d’en bas contre la France d’en haut » ou encore la défense de pouvoir consommer librement, d’avoir une vie « normale » – ; oui, si on prend en considération l’élan collectif ou, pour être plus juste, la manifestation de la défense conjointe d’intérêts plutôt individuels.

Une dispersion des luttes, miroir de la hiérarchisation des dominations

Des luttes donc. Pour la plupart invisibles et assez étanches. La convergence des luttes, historiquement promue notamment par les syndicats ouvriers, n’est pas au rendez-vous. La solidarité entre corps de métiers ou entre populations (jeunes/vieux, pauvres/classe moyenne, femmes/hommes, racisés/non racisés) si peu. À travers l’expression de cette dispersion des luttes, se confirme la désimbrication des inégalités et divisions sociales (de sexe, de classe, de race), orchestrée par une colonialité renforcée. La hiérarchisation de ces inégalités et divisions s’homologue, d’autant que peu de manifestants la contestent ou la mettent en exergue. La collection versus convergence des luttes vient alors appuyer les fondements de la domination : système hiérarchisé de relations d’obéissance[2]. En outre, cette divergence obère, par sa construction-même, tout espoir de mémoire de luttes. L’histoire se répète… et on sait mieux pourquoi.

L’opportunisme, lui, fait peau neuve. Dominants ou dominés, contrôleurs ou contrôlés, beaucoup saisissent l’occasion de se servir des revendications des uns pour mieux asseoir leur propre ordre du jour, leur propre pouvoir. Un jeu de concurrence qui renforce la divergence des luttes. Des « mouvements » font irruption, jusqu’alors terrés au fond de grottes oubliées, qui se servent d’une rébellion virale pour agir (maires ruraux), ou réagir (policiers). Récupérants et récupérés, après avoir négligé les manifestations fortement réprimées contre la loi travail, contre la réforme des retraites, du système éducatif, etc., passent ainsi à l’étape réclamation. Les représentants de l’État semblent y trouver leur compte au point de s’appuyer sur cette formation insurrectionnelle diversifiée pour, à leur tour, instrumentaliser la révolte et mieux justifier leurs mesures coercitives.

Un système répressif ancien

Dans ce contexte, les policiers saisissent la balle au bond : ils sont les seuls fonctionnaires à avoir obtenu en quelques jours une hausse de leurs salaires. Par ailleurs, à part quelques casseurs dont il faudra bien un jour qualifier l’identité, les autres corps leur font peu ombrage. Pourtant les manifestants font de longue date les frais de méthodes policières aiguisées, et encore davantage aujourd’hui, à l’ère d’un Président militariste. Par exemple, lors de son déplacement le 22 décembre dernier à N’Djamena au Tchad visant à fêter Noël auprès de neuf cents soldats de l’opération Barkhane, chargée depuis l’été 2014 de combattre le « terrorisme » au Sahel, Macron a confirmé ses choix : « C’est maintenant l’ordre, le calme et la concorde qui doivent régner ». Aussi, à part la demande de justice clamée par la famille d’Adama Traore, pour laquelle les violences policières sont au cœur du combat, voit-on, dans les cahiers de doléances (historiquement liés à la fin de la monarchie et vieux du XIV e siècle) et autres listes de revendications et slogans, une dénonciation sans détour de ce continuum de violence policière estampillé français ? Très peu sur la voie publique. Comment expliquer ce vide ? Il fait écho à une tradition, héritée de l’après-guerre et du colonialisme.

En 1916, dans les colonies africaines de France, les fonctionnaires et les colons détournaient la « corvée » pour mieux éloigner les porteurs de leur domicile et leur infliger des « mauvais traitements » et « brutalités » par armée d’occupation interposée[3], une façon de rappeler à la population occupée sa servitude. Pendant la guerre d’Algérie, de nombreux organes de police chargés de réprimer les nationalistes algériens ont été créés sous couvert de lutte contre la délinquance[4]. La répression sanglante des manifestations aux forts slogans politiques et anticolonialistes du 17 octobre 1961 et du 8 février 1962, qui ont fait respectivement au moins cent morts et huit morts à Paris, en est le résultat[5]. Papon, préfet de police depuis 1958, avait opté pour la militarisation de la police plutôt que pour l’intervention militaire en métropole[6]. Les tortures et autres atrocités pratiquées dans la colonie y ont alors été importées[7]. Il s’agissait, en plus de la répression administrative, de mener une « guerre contre-révolutionnaire » sur les deux territoires (colonie et métropole) et de démanteler les organisations politiques des « rebelles » [8].

Une contre-révolution institutionnalisée

Depuis, au fil des manifestations, cette option « contre-révolutionnaire » s’est renforcée. Des brigades ont sophistiqué leur matériel, faisant chaque année un peu plus de blessés et de morts : sept ouvriers et étudiants en 1968, Malik Oussekine en 1986, et plus récemment Zyed Benna et Bouna Traoré, Rémi Fraisse, Adama Traoré… Aujourd’hui, les forces de l’ordre françaises sont parmi les mieux armées d’Europe : Flashball, grenade de désencerclement, grenade explosive, etc. En 2017, l’usage des armes à feu par la police a augmenté de 57%[9]. Cette surenchère coïncide avec la participation active de l’État français au marché de l’armement[10]. La financiarisation de la police[11] et l’« industrialisation de la violence policière »[12] qui connaît des objectifs de rendement et de productivité[13], vont de pair avec la privatisation du militaire et la volonté des gouvernements qui se sont succédés depuis la IIe Guerre mondiale, et en particulier de celui en exercice, de renforcer conjointement les intérêts du système militaro-industriel et une politique de coercition militarisée[14].

La « révolution » est proscrite, comme la liberté de la vivre. L’État français continue à perpétuer cette « vision » démocratique étriquée. Les luttes en cours, fragmentées, ont malheureusement peu de chance de la braver.

Joelle Palmieri
25 décembre 2018

[1] DUNEZAT, Xavier ; GALERAND, Elsa. Chapitre 8. La résistance au prisme de la sociologie des rapports sociaux : les enjeux du passage au collectif In : Qu’est-ce que résister ? Usages et enjeux d’une catégorie d’analyse sociologique [en ligne]. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2014, http://books.openedition.org/septentrion/3391, consulté le 25 décembre 2018.

[2] ARENDT Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Poche, 1961, 416 p.

[3] DAUGHTON James P, « Témoignages sur la violence coloniale : la campagne internationale menée dans l’entre-deux-guerres contre le travail forcé », Revue d’Histoire de la Shoah, 2008/2 (N° 189), p. 199-212. https://www.cairn.info/revue-revue-d-histoire-de-la-shoah-2008-2.htm-page-199.htm, consultée le 25 décembre 2018.

[4] LAMBERT Léopold, « Entretien avec Mathieu Rigouste: une généalogie coloniale de la police française », Médiapart, 22 janvier 2017, https://blogs.mediapart.fr/leopold-lambert/blog/200117/entretien-avec-mathieu-rigouste-une-genealogie-coloniale-de-la-police-francaise, consultée le 25 décembre 2018.

[5] Ibid.

[6] Ibid.

[7] Ibid.

[8] Ibid.

[9] Défenseur des droits, « Relations police/population : le défenseur des droits publie une enquête sur les contrôles d’identité », janvier 2017, https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/actus/actualites/relations-policepopulation-le-defenseur-des-droits-publie-une-enquete-sur-les, consulté le 25 décembre 2018.

[10] PALMIERI Joelle, « Afrique du Sud, France, Turquie ou comment se banalise la militarisation de la société », Blog de Joelle Palmieri, 6 juillet 2018, https://joellepalmieri.wordpress.com/2018/07/06/afrique-du-sud-france-turquie-ou-comment-se-banalise-la-militarisation-de-la-societe/, consulté le 25 décembre 2018.

[11] PALMIERI Joelle, « Financiarisation de la police : à qui profite la violence ? », Blog de Joelle Palmieri, 27 septembre 2018, https://joellepalmieri.wordpress.com/2018/09/27/financiarisation-de-la-police-a-qui-profite-la-violence/, consulté le 25 décembre 2018.

[12] MAARAWI Tristan , « Mathieu Rigouste, La domination policière, une violence industrielle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, http://journals.openedition.org/lectures/10585,

[13] LAMBERT Léopold, op.cit.

[14] « Avant-propos », Vacarme, 2016/4 (N° 77), p. 4-7, https://www.cairn.info/revue-vacarme-2016-4.htm-page-4.htm, consulté le 25 décembre 2018.

Un seul chiffre, un monde décadent

12 089. C’est le nombre de kilomètres que les participants du G20, présents à Buenos Aires en Argentine du 30 novembre au 1er décembre 2018, n’ont pas empruntés pour se joindre à Katowice en Pologne aux débats de la COP24[1]. Les tenants du commerce international[2] n’ont ostensiblement pas dénié faire le lien entre néolibéralisme débridé et changement climatique négligé. Mohammed Ben Salmane (MBS) a, pour sa part, bravé à peu près la même distance[3] pour fanfaronner avec ses vingt alliés (Trump, Poutine, Macron…), le tout sur fond d’affaire Khashoggi.

12 000. C’est aussi le nombre des seules grenades lacrymogènes tirées par les 4 000 CRS et autres forces de l’ordre rassemblés lors de la mobilisation des Gilets jaunes sur les Champs Elysées à Paris. C’est ensuite le nombre officiel[4] de personnes venues rejoindre la manifestation féministe contre les violences, à l’appel de #NousToutes, le même jour, dans la même ville. C’est aussi le nombre d’emplois supprimés par Bayer[5],  géant allemand de la chimie et de la pharmacie qui vient de racheter Monsanto. C’est également le nombre de paysans indiens qui se sont suicidés depuis 2013 en raison des politiques du pays qui se sont traduites par une augmentation de la dette des agriculteurs[6]. C’est encore le nombre de migrants interpellés par la gendarmerie lors du premier semestre 2018 dans le seul département des Alpes-Maritimes en France. C’est aussi en cette fin d’année 2018 le nombre de migrants d’Amérique centrale résidant à Mexico et depuis le début de l’année celui que l’armée américaine est censée accueillir au sein de ses structures à la demande, le 28 juin dernier, du département américain de la sécurité intérieure qui met ainsi en œuvre la politique migratoire de Trump visant à étendre l’inclusion croissante des militaires dans ces dispositifs. C’est par ailleurs l’écart de salaire en livres sterling entre femmes et hommes cadres du Royaume Uni, constaté en hausse par une étude datant du dernier trimestre 2017. C’est en outre le nombre de femmes violées en l’espace d’à peine huit jours en Afrique du Sud. C’est enfin, et au hasard, le nombre d’habitants de la ville de Marly en France et la charge pondérale maximale autorisée aux poids lourds.
Libéralisation, mondialisation, dégraissage économique, destruction de l’environnement, répression, contrôle militaire et policier, discrimination, ségrégation, racisme, sexisme, déshumanisation, totalitarisme, domination se démontrent en cette seule année 2018 par ce chiffre, 12 000. Qui aurait cru à une si simple symbolisation de la décadence mondiale ?

Joelle Palmieri
6 décembre 2018


[1] Deux cents pays participent à la COP24 du 3 au 14 décembre dans le but de surmonter les divergences politiques liées à la lutte contre le réchauffement climatique par la réduction du recours aux énergies fossiles.

[2] Dix-neuf chefs de gouvernement, dont neuf d’Amérique du Nord, d’Australie, du Japon, de la Russie et de l’Union européenne et dix de pays dits émergents, et leurs invités FMI, Banque mondiale.

[3] 12 843 km séparent Riyad, capitale de l’Arabie saoudite, de Buenos Aires.

[4] 30 000 d’après les organisatrices.

[5] Annonce du 29 novembre 2018.

[6] Une manifestation réunissant à Delhi le 12 janvier 2018 plus de 50 000 paysans s’est fait écho de ce fléau.