Archives par mot-clé : fascisme

La guerre des ombres

La tactique des fascistes et de leurs alliés consistant à dire et redire que les antiracistes, antimilitaristes, homosexuels, féministes – englobés dans un tout nommé « extrême-gauche » ou « alt-left » aux États-Unis – sont au moins sinon plus violents qu’eux, est vieille comme mes robes. L’« ennemi » est, selon ces militants tout à la fois racistes, homophobes et sexistes, à l’origine de la haine. Il est également multiple : les « juifs », les « nègres », les « arabes », les « impurs », les « pédés », les « salopes ». Son nombre et sa diversité justifient alors les crimes, de plus en plus nombreux[1]. La déshumanisation dont les fascistes sont les auteurs, soit en humiliant leurs différentes cibles, soit en les éliminant, une à une ou massivement, s’intègre alors dans une stratégie qui se veut « légitimement » défensive. Le règlement de compte, façon western, le « terrorisme », devient le seul moyen de se faire justice, de faire régner l’ordre, l’« intelligentsia » ayant trahi « le peuple ». La logique de guerre est ainsi à l’œuvre : la réaction armée à ce qui jugé agressif est nécessaire, la négociation inique, la paix traîtresse. La « banalité du mal », telle que la décrit Hannah Arendt[2], se traduit non plus par une non-pensée, mais davantage par une pensée animale, nostalgique, construite, de l’esclavage, des traditions, de la normalité.

Par métaphore avec la « Guerre des étoiles » de Georges Lucas, qui avait moins pour préoccupation de valoriser la pensée de ses différents personnages – robots inclus – que de bonifier « la force » et les liens cuisants entretenus par ses deux côtés, lumineux et obscur, je me demande si la précipitation de l’actualité, aux États-Unis, au Burkina Faso, en France, au Mali, en Espagne, en Turquie, en Syrie, etc., n’est pas la représentation du spectacle, toujours en cours d’élaboration et de peaufinage, de la guerre des ombres. Les secrets, les non-dits, les amalgames, comme les relations perverses ou incestueuses entre les protagonistes, sont légion, et structurent cette guerre donnée en pâture à un public, plus touché et ému, que révolté et politisé. Comme dans la saga, l’hégémonie masculine manifeste des Jedi modernes occulte à la fois l’invisibilité des luttes existantes des femmes sur le terrain contre les violences de tout bord, et le sexisme qui vertèbre leurs racisme, xénophobie, homophobie. Le côté obscur de la force, au-delà d’incarner le mal, de rendre compte de l’exacerbation de la déshumanisation, d’extérioriser la misogynie[3], s’exprime à travers la systématisation de stratégies antiféministes sur tous les fronts : défalquer les progressistes/humanistes de l’histoire ou la transformer (à l’image du fait qu’une très grande majorité de femmes pionnières, aventurières, résistantes, scientifiques, penseuses, etc. sont absentes des livres d’histoire, des plaques de rue, ou encore des musées et autres bibliothèques), disqualifier les luttes pour le changement social et les violences exercées à l’égard des populations opprimées, ignorer les mouvements d’émancipation, désinformer les populations.

De plus, la déshumanisation, conséquence de cette hégémonie barbare, est toujours allée de pair avec la mise à l’ombre, voire la disparition ordonnée, de l’objet de haine, celui qui n’est pas blanc ou pur. Ne tombons pas dans le piège de croire qu’elle ne résulte pas du mépris intrinsèque de l’être humain de sexe féminin – réduit à l’état de bête en tant que machine de reproduction, défouloir sexuel, objet, corps de l’humiliation symbolique, support d’expérimentation eugénique ou de torture –, sa négation, et les crimes qui l’accompagnent. Ne nous contentons pas de nommer les criminels. Comptons parmi eux, tout autant que parmi les victimes et les porte-paroles oraux et écrits des uns et des autres, la part d’hommes et de femmes. Analysons de façon différenciée leurs comportements et réactions. Des pistes de contrepoint antifasciste ?

Joelle Palmieri
18 aout 2017

[1] Aux États-Unis, le nombre d’actes terroristes perpétrés par les groupes fascistes américains a augmenté pendant la présidence Obama. United States Government Accountability Office, Report to Congressional Requesters, “Countering Violent Extremism – Actions Needed to Define Strategy and Assess Progress of Federal Efforts”, GAO-17-300: Published: Apr 6, 2017.

[2] Hannah Arendt, « Eichmann à Jérusalem, Rapport sur la banalité du mal », trad. A. Guérin, Folio histoire, Gallimard, 1991.

[3] Pour ne prendre que les États-Unis pour exemple, Julie Alderman, dans un article paru le 19 janvier 2017 sur Mediamatters, démontre que les militants de l’« alt-right » promeuvent le viol, s’assument en tant que harceleurs misogynes, et utilisent le sexisme comme tremplin vers l’adhésion au mouvement d’extrême-droite qui a soutenu le président Trump. Julie Alderman, « The Rape-Promoting, Misogynist Harassers Who Are A Key Part Of Trump’s « Alt-Right » Alliance”, Mediamatters, janvier 2017 – https://www.mediamatters.org/research/2017/01/19/rape-denying-misogynist-harassers-who-are-key-part-trumps-alt-right-alliance/215055. Un autre article affirme que bien que ce mouvement soit surtout connu pour l’identité nationaliste blanche de son idéologie raciste, il est de plus en plus reconnu que les politiques patriarcales y sont centrales. Plusieurs observateurs ont fait remarquer que l’« alt-right » préconise plus précisément la suprématie « masculine » blanche. N. Lyons Matthew, “The alt-right hates women as much as it hates people of colour”, The Guardian, 2 mai 2017 – https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/may/02/alt-right-hates-women-non-white-trump-christian-right-abortion.

Grande mélancolie

Depuis 2002, est-ce personnel ? je ne le crois pas, une grande tristesse politique m’habite. Cette tristesse, devenue mélancolie, trouve son apogée avec le résultat de ce premier tour des élections présidentielles françaises. Pas de surprise, juste une immense mélancolie. Celle qui vient des tripes, remonte à la gorge, lors du dépouillement des bulletins au bureau de vote de mon village du Var, quand j’entends puis écoute le nom « Le Pen » répété sans fin. Les votants ? mes voisins. Un sur trois. J’ai eu beau me jeter à corps perdu sur Twitter à la recherche d’un apaisement national, ma détresse n’en a été qu’accrue.

Alors, comme en 2002, puis lors des échéances qui ont suivi, j’ai de nouveau essayé d’isoler les responsabilités. La droite, le PS, l’intelligentsia politique… et depuis longtemps le mépris, celui réservé à ceux considérés sans savoirs, sans mérite, sans intelligence, sans intérêt. La logique qui consiste à croire que tous ces gens sont consultés « de fait », car ont besoin qu’on les guide, qu’on parle en leur nom, incapables qu’ils sont d’avoir des idées, de penser par eux-mêmes (« les » femmes sont en première ligne). Une dialectique de l’invisibilité. Et depuis lors, je me demande toujours quel changement impulser pour rompre avec ce système qui crée la peur, le fatalisme et les évidences, dont les illusions de sortie du bipartisme « à la française » (sous-entendu dépassé) et de disparition de l’extrême-droite.

Ce premier tour est notre héritage collectif. Il incarne notre perte de valeurs : l’humanisme, le partage des richesses, la justice, l’égalité, la liberté. Avec Marine Le Pen et ses électeurs, les valeurs qui courent en toute banalité sont le racisme, la xénophobie, le populisme, le souverainisme, le familialisme. Avec Emmanuel Macron et les siens, les valeurs mises en avant sont l’élitisme, le classisme, le libéralisme. Alors, au deuxième tour de ces élections, « on » nous parle de choix ou de non-choix, de « faire barrage » à celle qui ouvre le plus ostensiblement le chemin du pathos, de la peur de l’horreur. On nous présente la situation comme une opposition binaire, et on fait référence à la tragédie 2002. Mais, en regardant de plus près, n’assiste-t-on pas, depuis ces quinze dernières années, à une combinaison gagnante libéralisme/fascisme, ce qui historiquement a déjà fait ses preuves ?

Cherchons les convergences. Le Pen veut expulser les « immigrés », pauvres, et réduire, voire supprimer, les aides sociales des familles immigrées. Macron veut faire travailler davantage ou réduire les aides sociales (AS) des pauvres. Les uns sont ouvertement désignés comme immigrés, les autres sont par défaut « français ». Les deux sont asexués, mais hormis les « clandestins » fustigés par la première comme potentiellement terroristes et donc des hommes, la plupart d’entre eux sont des femmes, mères de famille, et en particulier racisées, car majoritairement bénéficiaires des AS, touchées par la précarité et le chômage. En outre, les deux candidats ont une vision centralisatrice, hiérarchique et exclusive de l’exercice du pouvoir : pas de participation, pas de consultation, ce qui contredit l’idée d’égalité. Tous deux valorisent la compétition, le mérite, la concurrence, aux niveaux individuel et collectif.

Avec ces deux personnages et leur électorat, on assiste à la banalisation des institutionnalisations croisées du racisme et du classisme, et en sous-main du sexisme, même si les candidats s’en défendent : Macron se proclame « candidat de la parité » et Le Pen déclare être favorable à la « lutte contre l’islamisme qui fait reculer [les] libertés fondamentales » des femmes. Dans la foulée, on entérine l’amalgame ordonné entre pouvoir et domination. Pourtant la domination inclut l’aliénation et l’oppression, ce vers quoi on tend dans les deux cas, alors que le pouvoir peut être entre les mains de tou.te.s. Résultat : plus de marges, plus de liberté.

Ma mélancolie est à son comble.

Joelle Palmieri
27 avril 2017

Élections, reflet d’un archaïsme français

Clips de campagne, débats et interventions télévisés, interviews, meetings, réseaux sociaux numériques… les lieux ne manquent pas aux onze candidats à la présidentielle française pour exercer leur rhétorique. Plus les moyens de développer leurs arguments et de manifester leur art de l’éloquence se multiplient, se banalisent, plus leurs contenus stagnent. Plus les contextes nationaux et internationaux se bouleversent, en version accélérée, plus le cœur de leurs dialectiques reste hexagonal, rétrograde, poussiéreux. Les imaginaires politiques puisent dans des registres anciens – l’économie, le travail, l’immigration, la sécurité, l’Europe –, à droite comme à gauche, se croisent parfois, au point qu’ils brouillent la compréhension des singularités et similitudes des différents programmes.

Dans la rue, aux comptoirs des cafés, en ville comme à la campagne, on peut débattre des heures avec un proche, une copine de jeu, un voisin, une collègue, son fournisseur de légumes bio, au choix ou a l’envi sur l’état déliquescent du marché du travail, sur le pourrissement du milieu politique, sur la difficulté pour les jeunes de s’installer et de boucler leurs fins de mois, sur l’obscénité des revenus de « ceux qui jouent avec la bourse », sur la déchéance de la prise en charge hospitalière, sur le réchauffement climatique et la dégradation de l’environnement, sur la réduction des libertés fondamentales… sans pour autant être renseigné sur les intentions de vote de son interlocuteur. Il m’arrive parfois de me sentir tout au long d’une discussion en accord avec la personne que j’ai en face de moi, puis, tout d’un coup, aux abords de questions sur la mémoire collective, sur les pauvres et les raisons de leur situation, sur les migrants et leurs droits, sur la banalisation de l’armement civil, ou à la seule évocation des homosexuels, d’avoir un doute : ne va-t-elle pas voter Front national ? ou Front de gauche ? Ce flou interroge les niveaux d’information, de conscientisation et de politisation de ce que sont censés être les potentiels votants : des citoyens. Des personnes libres, ayant des droits, dont celui de cité, de faire valoir leur voix, leur pensée propre.

Ce qui est donné à voir, à entendre, tout au long de cette campagne, ressemble à une gelée épaisse, informe et assez fade, qui renvoie les citoyens à leur sous-information, les individualise, les isole, tout en leur donnant l’illusion de faire front commun (l’effet « précipité » du gélifiant). Ce précipité structure les bases d’un archaïsme institutionnel bien français. Ici, « chez nous », on n’innove pas. Bien sûr, histoire de colorer cette gelée marécageuse, les candidats se sont, cette fois-ci, laissés séduire par la féminisation du langage – « celles et ceux », « les femmes et les hommes » – et par quelques enjeux lexicaux de taille comme l’utilisation des termes « féminisme », « égalité des droits entre hommes et femmes ». L’instrumentalisation est à la hauteur des pensées : réactionnaires et racistes (Le Pen, Dupont-Aignan, Fillon), ultralibérales (Macron), légalistes (Hamon), opéraïste – l’égalité se règle au travail (Poutou, Arthaud, Mélenchon). Étonnamment, les concepts de « genre », « division sexuelle », « domination », « aliénation », « oppression » sont absents (les deux derniers sont exclusivement réservés par les deux candidats d’extrême-gauche pour caractériser la lutte contre le capital). Celui de « racisme » est visible en pointillé (plutôt très à gauche), hormis l’imposture fascisante décomplexée du « racisme anti-blanc » de Fillon.

Après cinquante ans de théorisation, de militantisme et de luttes, à vocation humaniste, progressiste, antifasciste, anticolonialiste, notamment contre toutes les violences (sexuelles, militaires, financières,…) et pour l’égalité des droits – pour n’évoquer que l’après 68 –, les professionnels français de la politique n’ont pas évolué et cette pauvreté épistémique se traduit dans leurs clips : figurants (quand il y en a) en majorité blancs, jeunes, bien sur eux, hommes suractifs et femmes jouant massivement des rôles de secrétaires ou de spectatrices passives, idéologue (majoritairement masculin et vieux) face caméra. L’innovation visuelle et sémantique manque cruellement. L’imagination n’est décidément pas au pouvoir.

Joelle Palmieri

13 avril 2017

Guyane : quand la colonialité dépolitise la contestation

La misère guyanaise est inconnue, enfouie, balayée sous le tapis de l’histoire coloniale du département français. Selon l’Office de l’eau en Guyane[1], 46 000 personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Le taux de chômage est de 22,3 % (25% pour les femmes et 21% pour les hommes, deux fois plus élevé que celui de la métropole), et de 44 % pour les 15-24 ans. Seuls 50% de ces jeunes sont scolarisés (60 % en métropole). Le revenu annuel moyen est inférieur de plus de 44 % à celui de l’hexagone et les bénéficiaires des minima sociaux sont trois fois plus importants. Les prix à la consommation y sont supérieurs de près de 12 %[2], et cet écart augmente pour les produits alimentaires (45 %) et pour les logements (20 %). Le taux de criminalité[3] est deux fois supérieur (109,33 %)[4]. En 2008, le nombre d’homicides a atteint le chiffre de 31,1 pour 100 000 habitants (12 fois celui de la métropole), les coups et blessures volontaires 380 pour 100 000 habitants (2 fois celui de la métropole) et les vols à main armée 96,7 pour 100 000 (plus de 20 fois celui de la métropole). Ces niveaux de violence sont notamment les conséquences d’une délinquance particulière liée à la richesse du sous-sol guyanais : l’orpaillage. La Guyane abrite en effet près de 350 sites d’orpaillage illégal, employant entre 5 000 et 10 000 personnes, alors que seules 900 personnes travaillent sur des sites d’orpaillage légaux. L’orpaillage clandestin conduit, selon les estimations de la gendarmerie nationale, à l’extraction et l’exportation illégales de 10 tonnes d’or par an.

Encore moins connu, plus enterré, la Guyane détient le record national du taux de viol sur mineures (départements d’outre-mer compris)[5] : 37 cas pour 100 000 habitants, contre un cas dans l’hexagone. Ce phénomène se double d’un nombre très élevé de grossesses précoces : 80 fois supérieur à la moyenne européenne, soixante fois le taux de la métropole. En 2014, 34 jeunes filles de moins de 15 ans et 376 âgées de 15 à 18 ans ont accouché en maternité[6]. Une des raisons de ce phénomène est la prostitution occasionnelle. De très nombreuses jeunes filles en échec scolaire ou ayant des problèmes économiques y ont recours[7]. Par ailleurs, ces chiffres sont le résultat des agressions sexuelles, de la quasi-inexistence des informations concernant le planning familial et du faible nombre de personnel judiciaire et médical sur le territoire.

Afin de dénoncer et combattre cette situation désastreuse – tout du moins la partie générique, hors violences sexuelles –, plusieurs mouvements sociaux battent le pavé, érigent des barrages dans les villes, perturbent des liaisons aériennes, ferment des écoles, en vain. Ils fustigent l’impérialisme spatial français, le pillage du sol, revendiquent des emplois, de meilleures conditions de travail, des formations, des garanties pour la santé et l’avenir énergétique du pays.

De l’ensemble de cette misère spécifique à ce territoire grand comme la région Aquitaine et des luttes qui y sont liées, il en est très peu question sur les ondes et sur les manchettes des journaux hexagonaux. Même attitude au niveau institutionnel. Les informations, les négociations transitent désormais et ostensiblement par des hérauts modernes, au nom et au look marketing. Les 500 frères. Né après le meurtre d’un habitant d’un quartier populaire de Cayenne en février 2017, ce « collectif contre l’insécurité » dit s’emparer des questions économiques et sociales, le chômage, la déscolarisation, etc., et tient ses distances avec les 37 syndicats composant l’Union des travailleurs guyanais (UTG), jugée pas assez dure. Ses actions se veulent musclées et ses revendications visent davantage à renforcer les moyens policiers et judiciaires : éradication des squats, construction d’une deuxième prison, maintien d’un escadron de gendarmes mobiles affecté en renfort, renvoi dans leur pays d’origine des détenus étrangers pour y purger leur peine, soit plus de 50 % des détenus. Les 500 frères dénoncent une immigration non contrôlée[8]. Mickaël Mancée, un des porte-parole, assume la radicalité du collectif en la matière : « Un voleur mort, c’est un voleur qui ne vole plus », en sous-entendant que la majorité des voleurs sont des étrangers. Il se dit prêt à mobiliser ses « frères » s’il n’aboutit pas : « Aujourd’hui, on dialogue. On fait tout pour empêcher une guerre civile. On est tous pères de famille, on n’en a pas envie… Mais si les voyous veulent la guerre, on la fera. »

Cagoulés et vêtus de noir des pieds à la tête, ces hommes – il n’y a pas de femmes – aujourd’hui soutenus par la population, disent remettre en cause l’abandon des pouvoirs publics. Parmi eux, on compte des artisans, pêcheurs, ouvriers, chefs d’entreprise, d’anciens militaires… âgés de 25 à 55 ans[9]. Leur nom viendrait du film « 300 », un péplum américain sorti en 2007 qui sublime la vaillance et la beauté de 300 soldats spartiates face à l’armée perse, représentée comme barbare et décadente. Même si 100 serait le nombre des membres du collectif, soit un Guyanais sur 3 000, le lien entre le groupuscule et la fiction ainsi que la bande dessinée dont elle est issue, est certainement incarnée par l’idéologie véhiculée : un penchant pour l’ordre et la lutte contre la barbarie, personnifiée par l’Autre. Enfin, « Frères, parce que la Guyane est notre mère », explique Mancée.

« Pères de famille », « frères », fils de la « mère » génitrice, êtres de sexe masculin, virils assumés en somme, ces hommes en uniforme revendiquent leurs xénophobie, classisme, paternalisme et sexisme. Ils sont prêts à en découdre, à tuer, à faire la « guerre » aux étrangers, aux pauvres (les squatteurs par exemple) et à protéger « leurs » femmes, sœurs, mères. L’émergence récente de ce groupe fait écho à l’Afrique du Sud, où les manifestations xénophobes et la violence vont croissant, et, en raison des cagoules et du besoin de dissimuler les visages, aux actions des groupes fascistes et des commandos militaires ou policiers.

Car enfin, cette situation critique et la mise en exergue de ce groupuscule manifestement peu progressiste posent question. Elles révèlent un détournement des luttes anticapitalistes, anticolonialistes, anti-impérialistes, une forme d’instrumentalisation des mouvements et par là même la dépolitisation de leurs actions et revendications. On assiste à une mystification viriliste et militariste de la contestation. Ce tour de passe-passe s’inscrit dans une histoire et un contexte anciens. La Guyane connaît une violence extrême et des modes de socialisation qui y sont liés : les relations interpersonnelles ne peuvent se faire que sur le terrain de la violence et ceci relève de l’histoire coloniale post-esclavagiste du département français. L’héritage des relations sociales hiérarchisées imposées par l’esclavage, inhumain, institutionnalisé par l’État et central à l’organisation des territoires dits d’« outre-mer » pendant plus de trois siècles, se traduit aujourd’hui dans les rues de Cayenne, Kourou, Remire-Montjoly, Matoury, etc. La violence entre sexes, classes, races et « autochtones »/migrants traduit une colonialité en marche, où les rapports de domination entre État et territoire, État et populations, populations entre elles, s’imbriquent, se reproduisent, s’étendent, se renforcent, pour parachever des hégémonies profitables à l’expansion du capitalisme.

La double approche des médias classiques et responsables politiques hexagonaux qui consiste d’une part à mépriser la population guyanaise, son quotidien, ses pensées et expressions, et d’autre part à accorder une place de choix à un groupuscule aux pratiques militarisées, xénophobes, sexistes, caractérise leur volonté politique majeure d’exclure le débat, la contestation, l’exercice de la citoyenneté et la démocratie de la scène publique, à la périphérie (outre-mer) comme au centre (hexagone). Prétendre le contraire serait sinon naïf au moins contreproductif.

Joelle Palmieri
30 mars 2017

 

 

 

 

[1] http://eauguyane.fr/l-eau-en-guyane/eau-potable-et-assainissement/l-eau-potable-en-guyane

[2] Rapport de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publié en 2015, https://www.insee.fr/fr/statistiques/1908163

[3] C’est-à-dire le rapport entre le nombre d’infractions constatées et la population.

[4] Source : Direction centrale de la police judiciaire – Délégation générale à l’outre-mer, 2008.

[5] 82 victimes déclarées pour 224 469 habitants recensés en 2011 (57 en Martinique et 64 en Guadeloupe pour le double d’habitants, et 126 à La Réunion pour quatre fois plus d’habitants). Source : Combattre toutes les violences faites aux femmes, des plus visibles aux plus insidieuses. Pascale Vion. CESE. 2014

[6] Source : Observatoire régional de la protection de l’enfance, 2015.

[7] Rapport d’activité du service de gynécologie-obstétrique du CHOG 2011.

[8] Les migrants viennent essentiellement de Haïti, du Brésil et du Surinam, voisins, et représentent 35 % de la population totale.

[9] Source : Vice, https://news.vice.com/fr/article/en-guyane-500-freres-contre-linsecurite.

La honte

Corée du Sud, Allemagne, Brésil, Guatemala… nombreux sont les pays où la corruption a un prix. Tou-te-s ont été soupçonné-e-s de malversation : Park Geun-hye, Christian Wulff, Dilma Rousseff, Otto Pérez, respectivement président-e de la République de Corée du Sud, d’Allemagne, du Brésil, du Guatemala, démissionnent après quelques années d’exercice du pouvoir. En Roumanie, la guerre des citoyens contre la corruption est déclarée et est devenue une ligne de conduite dans les affaires politiques. Au Nigeria, des tentatives du même type voient le jour. Il y a bien évidemment des réfractaires : Jacob Zuma en Afrique du Sud, Teodoro Obiang en Guinée Équatoriale, Alpha Condé en Guinée, Omar Al Bashir au Soudan, Robert Mugabe au Zimbabwe, Paul Biya au Cameroun, et ceux qui les ont précédés, qui restent impunis.

En France, l’impunité prend ses marques avant les élections présidentielles, et pendant la campagne, au point qu’elle se revendique. On décèle de la part des candidats poursuivis par la justice un mépris doublé d’un cynisme, qui révèlent la vulgarité de ces personnages. Les citoyens au dessus de tout soupçon qu’ils sont narguent les justiciers dans un jeu schizophrène pour mieux valoriser leur personne. Plus ils vont nier l’appareil judicaire, plus ils vont en faire la Une des journaux, plus leur conquête du pouvoir sera jouissive. Aboutie. Plus ils vont braquer les caméras sur eux, plus leur mégalomanie va s’enrichir et nourrir leur soif d’une oligarchie où les dominés, eux, n’ont aucun droit. Leur but : démontrer leur impunité, leur virginité, et fustiger les « élites », le « système », les « apparatchiks », les « pourris ». Cette obscénité à l’égard de la justice se reflète dans leurs programmes. La France qu’ils imaginent est de droite, bien droite, non humaniste, non progressiste, inégalitaire, nationaliste, xénophobe, raciste, classiste, sexiste. Pas de place pour l’égalité, la justice, ni même pour l’entre-deux.

D’ailleurs, ces élections de 2017 sont exemplaires. Depuis 1965, première élection présidentielle au suffrage universel, on n’aura jamais compté autant de candidats de droite ou d’extrême-droite et si peu de gauche. Autant dire que les cartes sont jouées. La droitisation de la société française et avec elle la dépolitisation des principaux sujets de lutte – le travail, l’éducation, la santé, la fiscalité, le racisme versus insécurité, le respect des droits, en particulier pour les femmes, sans compter la solidarité internationale –, se confirment. La maîtrise de son outil de travail, la répartition égale des richesses, l’accès égal aux soins pour tous, la paix, le démantèlement des complexes militaro-industriels, la traque aux théories et pratiques fascistes, l’abandon du patriarcat –, sont désormais des fossiles qu’on ira peut-être observer, plus tard, dans des réserves déclarées protégées.

J’ai honte.

Joelle Palmieri
16 mars 2017

 

Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon

Vous n’avez pas vu ce film italien du début des années 1970 ? Vous n’en gardez qu’un souvenir très lointain ? Il annonçait pourtant les années de plomb dans un pays gangrené par la corruption et l’obscénité du pouvoir des élites. Le personnage principal, interprété par Gian Maria Volonte, chef de la section criminelle de la police, se sentant humilié par sa maîtresse, l’assassine, et oriente alors l’enquête sur lui. Promu à la tête de la division politique de la Sûreté de l’État, mégalomane, schizophrène, il tient à faire la démonstration de son impunité absolue. Il joue de sa perversité au point de contaminer une oligarchie, construite pour asseoir l’autorité des dominants sur les dominés, le tout au mépris de toutes les lois. La situation, rythmée par la musique d’Ennio Morricone, se veut cruelle, absurde tout autant qu’outrageusement injuste.

Cela ne vous rappelle rien de plus contemporain ? Certes, jusqu’à preuve du contraire, François Fillon n’a tué personne mais, dans le rôle de l’homme politique, tout à la fois servile et au dessus des lois, méprisant tout ce qui n’est pas de ses classe, caste, religion, sexe, race, un tantinet vicieux, il pourrait prétendre à la palme (le film a reçu prix spécial du Jury au Festival de Cannes 1970). Juste à côté de lui, Marine Le Pen, différente par son sexe biologique, digne héritière d’une dynastie aux ambitions suprêmes et aux psychés tumultueux, baisse par un tour de magie la barre du soupçon au niveau de la justice et des fonctionnaires, un ensemble homogène à combattre. Son but : sauter plus vite au-dessus, comme notre héros. Un peu plus loin, mais dans un style beaucoup plus décomplexé – est-ce possible ? –, Donald Trump, auquel on pourrait attribuer tous les traits de caractère du flic du film, a réussi en moins de quatre mois de pouvoir souverain, à refaire l’histoire en inventant de toutes pièces des actes terroristes, à ériger des murs réels et douaniers, dans le but d’éloigner les Autres – étrangers, fauteurs de trouble – de « l’Amérique », à promettre l’augmentation des dépenses militaires déjà les plus élevées du monde, à interdire le choix des toilettes pour les transgenres. Conséquence : les croix gammées refleurissent sur les murs des villes, les chants xénophobes s’entonnent sur les campus, les crimes racistes augmentent – de 6500% dans le Michigan –, les profanations des tombes juives refont surface, les actes homophobes se multiplient et Trump est blanchi de ses crimes sexuels. L’heure est à la suprématie blanche, hétérosexuelle, masculine.

Pour mémoire, peu après la sortie du film, il y a donc 47 ans, les citoyens descendaient dans les rues pour dénoncer les dérives autoritaires des États sans scrupules, en Italie, en Allemagne, en France, aux États-Unis, et des groupes radicaux décidaient d’entrer dans la clandestinité, afin de dénoncer les injustices sociales et la corruption des élites, de révéler les restes fascisants des sociétés occidentales post-Guerre mondiale et passer à l’action directe. Ce fut leur choix, dans ce contexte donné, vingt-cinq ans après la IIe Guerre Mondiale, et très peu de temps après les guerres d’indépendance. Ce type d’action a depuis été bien débattu. Alors nous, maintenant, ici, ailleurs, on fait quoi ? On va déposer un bulletin de vote dans une urne ? Suffisant pour dénoncer le populisme ambiant et inscrire cette triste époque dans les mémoires ? Allons…

Joelle Palmieri

2 mars 2017

Démocratie versus autonomie

img_1783Autodestruction, effritement, honte, mort, liquidation, en danger, à sauver, corrompue, attaquée, malade… les qualificatifs ne manquent pas pour qualifier le présent de la « démocratie française ». Une rupture de situation soudaine, une chute inattendue, un mauvais virus, en quelque sorte. Il y aurait eu un « avant » ces jours-ci, ceux qui précèdent la présidentielle à venir, où ce mot, « démocratie », avait du sens, où « on » se sentait propre, digne, loyal, juste, équitable… Le ver n’aurait donc jamais été dans le fruit, la maladie non auto-immune ni génétique.
Il est vrai que cette démocratie aujourd’hui livrée en pâture est un direct héritage de la Révolution. Celle des citoyens contre les nobles. De la République contre la monarchie. Elle n’a pas moins gardé depuis lors les traits de l’aristocratie : masculine, hiérarchisée, hégémonique. Sa religiosité se manifeste par ses dogmes et institutions – dont les partis – auxquels il est demandé respect et fidélité, voire dévotion. Son bon fonctionnement est assuré par une élite, une « classe de chefs », une caste, plébiscitée par le « peuple » pour le « bien commun », incarnée par la bourgeoisie. En son sein, on compte ceux qui se défendent bien d’en être mais cautionnent le système en tant que techniciens patentés de « la politique ». Cette caste, convaincue de son bon droit, déléguée par une masse peu encline à diriger une nation, un État, se permet de façon totalement décomplexée et depuis des lustres, au choix, de taper dans la caisse, de détrôner des élus, de truquer des élections ou de les détourner, etc.

Car il y a bien une chose qui n’a pas changé depuis presque deux siècles et demi : une carte blanche a été donnée, à travers le mode de suffrage choisi, à une assemblée parlementaire et à un président de la république, et ce système est tellement ancré, que même chez les rebelles, il est à peine remis en cause. Il s’agit davantage d’élire son porte-parole, de désigner son leader, de prendre parti, parfois de faire le choix du moins pire, ou encore de choisir le pire par esprit de contestation, mais en aucun cas, de contredire l’oligarchie, de déconstruire le système représentatif, de prendre la parole, de la faire valoir. L’inhibition est si forte qu’elle pose question.

Les enseignements laissés par l’Histoire, ceux des collectivités anarchistes espagnoles, des conseils ouvriers russes, de la démocratie participative brésilienne, etc., sont délibérément occultés, oubliés. Pourtant ces possibles et les imaginaires qu’ils ont développés, ont démontré, dans leurs contextes respectifs, leur radicalité. Ils ont priorisé l’autonomie et le libre arbitre de chacun des individus au sein de collectifs. Ils ont privilégié la spontanéité, l’expression des singularités et la transparence. C’est sans doute ce « possible », cette puissance, ce pouvoir, qui rend les garants du système, et donc du capitalisme, hargneux et prêts à tout pour faire valoir, y compris dans la décadence, leurs prérogatives. Ils entendent ainsi exercer leur domination de classe, de race, de sexe, en contrepoint de ce pouvoir qui leur manque, leur fait défaut.

Les fascistes, autoritaires, fanatiques de tout bord, ont toujours manifesté cette déficience au grand jour, en brisant l’idée de liberté, en réclamant obéissance dans la violence, en réprimant, torturant, tuant, exterminant des populations entières. Ils ne représentent que le paravent de cette caste encore empêtrée dans ses bonnes manières.

Osons le dire. Les paravents et les murs qui se montent un peu partout, et ce qu’ils cachent, sont démontables. Il suffit de commencer le bricolage.

Joelle Palmieri

1er février 2017

 

PACA : des femmes pauvres invisibles

img_2580Endogène ? Endémique ? La pauvreté en région PACA manque d’épithètes pour se qualifier. On peut effectivement considérer qu’elle est le produit de la structure elle-même (la Région) en dehors de tout apport extérieur (l’État français). On peut également constater qu’elle est le résultat d’un phénomène économique ou social néfaste, qui sévit en permanence (deux définitions empruntées au Larousse).
Pourquoi ? Pourquoi cette région ? Pourquoi une aggravation plutôt qu’une baisse ou une éradication ? Quelle relation avec la couleur des élus locaux, globalement bleue, tendance bleue marine ? Quelles réalités ? Quelques données institutionnelles nous aident à répondre à ces questions. La dernière étude Insee, publiée en décembre 2016 concernant la France métropolitaine en 2013, affiche un taux de pauvreté en PACA égal à 17,3%, soit trois points supérieur au taux national. Ce taux ne fait qu’augmenter : il s’élevait à 15,7% en 2009, 17% en 2012. La région occupe désormais la 3e position sur treize derrière la Corse (20,2%) et les Hauts-de-France (18,2%). Plus d’une personne de la région sur six vit avec moins de 779 € par mois (plus de 850 000 personnes). Les départements du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône arrivent en tête avec respectivement, 20,2% et 18,4% de pauvres, soit une personne sur cinq. Cinq arrondissements de Marseille figurent parmi les quinze communes les plus pauvres de France métropolitaine et sept pour la région.

Dans le Vaucluse, 37% des familles monoparentales (83% de femmes) sont pauvres. Les Bouches-du-Rhône suivent (35,2%), puis les Alpes-de-Haute-Provence (33,8%), le Var (32,1%), alors qu’à l’échelle nationale ce pourcentage atteint 30,8%. On peut ainsi dire qu’environ une femme sur trois vivant dans la région et élevant seule ses enfants vit en dessous du seuil de pauvreté. Par ailleurs, les personnes âgées de moins de 30 ans sont les plus touchées : Vaucluse (28%), Bouches-du-Rhône (27,1%), Alpes-de-Haute-Provence (26,3%), Var (23,8%), soit plus d’un jeune sur quatre, contre un sur cinq dans toute la France.

D’après une étude de la CAF de 2007, ce ne sont pas tant les nombreux chômeurs de la région[1] qui sont touchés par la pauvreté que les travailleurs pauvres (temps partiels, salaires faibles, intermittence du travail), à 65% des femmes, et allocataires des aides sociales (à hauteur de 43% de leurs revenus) pour boucler leurs fins de mois.

Enfin, la disparité des revenus[2] bat des records nationaux dans les Bouches-du-Rhône (3,88) et les Alpes-de-Haute-Provence (3,82), ces départements prenant ainsi les places de 7e et 8e leaders nationaux de l’inégalité sociale, juste derrière ceux de l’Ile-de-France. Le Vaucluse et le Var ne se placent guère loin en 15e (3,57) et 17e (3,53) position.

Alors, que disent tous ces chiffres ? Les élus à la tête de la Région se succèdent et prennent cette situation d’inégalité sociale de genre clé-en-main sans pour autant faire obstacle à l’endémie. Les budgets votés mettent l’accent sur le développement économique, le tourisme, l’attractivité du territoire, la culture, et aujourd’hui, sous Estrosi, sur le déploiement du numérique et les économies drastiques de fonctionnement. La troisième région économique nationale, productrice de 7% de la richesse française, 20e région ayant le PIB le plus élevé en Europe, reste la 3e région la plus inégalitaire de la métropole. Aucune politique sociale ne vient contrarier ce gouffre. Bien au contraire. La répartition égale des richesses n’est toujours pas à l’ordre du jour, d’autant qu’il s’agirait de réduire les revenus des vieux mâles blancs riches de la côte pour les transférer aux jeunes femmes racisées pauvres, mères de familles, seules gestionnaires du foyer, des banlieues ou des quartiers.

L’heure est davantage aux calculs monétaires, aux discours économicistes sur l’endettement, et surtout, ou par voie de conséquence, aux croisades sexistes et racistes, sans oublier homophobes, implicitement familialistes. Car la soupe est servie : les fonctionnaires de la Région coûtent trop cher et creusent la dette, tout comme les services publics, transports, habitats sociaux, lycées, formation professionnelle, cantine, activités périscolaires, planning familial, centres sociaux et culturels, etc. autant de prestations auxquelles les pauvres/femmes sont massivement et le plus abonnées. Aussi, le FN, dont cette soupe fait le lit, « perce » aux législatives, aux municipales, aux départementales, aux régionales… Et ce ne sont pas forcément les pauvres qui votent FN, plusieurs études le démontrent tout comme les discussions qu’on peut avoir ça et là dans le coin. Peut-être sont-ce plutôt ceux qui souhaitent préserver ces inégalités flagrantes ou au mieux les ignorent ? Cherchez l’erreur, il est peut-être encore temps…

Joelle Palmieri

4 janvier 2017

 

[1] Le nombre de chômeurs en PACA est structurellement plus élevé qu’au niveau national pour des rasions de fortes migrations démographiques propres à la géographie du territoire.

[2] Elle se mesure par le rapport inter-décile : rapport de revenus entre les 10 % d’habitants les plus pauvres et les 10 % les plus riches.

Qui est fou ?

IMG_1069 - Version 2Des difficultés d’intégration sociale. Une personnalité tourmentée. Des fascinations morbides. Des troubles du comportement. Une altération de la réalité, du discernement. N’ayant pas toute sa tête. Dérangé. Déséquilibré. Dépressif. Colérique. Taciturne. Brutal. Violent. Instable. Confus. Névrotique. Psychotique. Schizophrène. Pas fiché. Brillant. Amoureux de son corps. Décidément, l’État français et l’ensemble de ses membres – Parlement, gouvernement, population – présente les traits d’un malade à traiter en urgence.

Depuis le 14 juillet, on assiste en direct au travail d’un laboratoire : celui de la folie étatique. Depuis le vrai-faux avocat commis d’office, suicidaire, en passant par l’existence d’un arrêté préfectoral et municipal permanent de Nice interdisant toute circulation en centre ville et en particulier celle des véhicules de plus de 7,5 tonnes, la permanence de 70 fonctionnaires municipaux derrière les 1 250 caméras de la ville – une pour 283 habitants, à la charge de la collectivité locale, bénéficiant d’aides de l’État, du département ou de la région –, une demande parlementaire, au moment de l’Euro 2016, du maire en exercice visant la connexion non légale du fichier des personnes fichées S, à savoir les présumés djihadistes, et de fichiers générés par un système de reconnaissance faciale installé sur le réseau municipal de caméras, la démission violente, la veille de la fête nationale, de la directrice de cabinet adjointe de la ville – et compagne du président du Département – pour raison de tensions répétées avec le désormais ex-maire de la ville et président de Région – corrompu, idéologue de la sécurité, raciste, « bébé Médecin », du nom du personnage anti-avortement, contre l’abolition de la peine de mort, maffieux et proche du FN, qui l’a introduit en politique –, l’appel de ses collègues adressé au gouvernement visant l’« enfermement préventif de tous les suspects fichés S », la déclaration d’un Premier ministre priorisant la « bataille culturelle et […] identitaire » devant le changement social et économique,… le diagnostic de schizophrénie démocratique d’ampleur se précise. Cela fait-il de cette démocratie un « soldat du califat » ?

Gilles Deleuze et Felix Guattari, en leur temps, vantaient le potentiel politique du schizophrène, en tant que « prophète » dans un capitalisme paradoxal, mondialisé et dysfonctionnel. Un « créateur », capable de faire surgir le futur dans le présent. Je crois, comme certaines féministes théoriciennes de la postcolonie, qu’ils ont tort. Leur vision occidentale de la « différence » les a éloignés d’une analyse critique de ce potentiel créateur qui ne vaut que pour l’Occident et pour ceux qui y sont acceptés : les vieux mâles blancs hétérosexuels.

Je crois plutôt qu’il existe un opportunisme conjoint et paradoxal entre États occidentaux et ce groupuscule qui se fait appeler EI, qui recrute une partie de ses soldats au sein des premiers. En témoigne la surenchère de la terreur : état d’urgence, augmentation des mesures sécuritaires, des contrôles aux frontières, des demandes d’enfermement, réduction des libertés publiques, surmilitarisation de l’espace, neutralisation de la contestation sociale… Pendant qu’en Occident cette folie joue en faveur de l’extrême droite, ailleurs, dans la périphérie, elle n’arrête pas de faire des morts en masse. Partout, elle attise la haine. Elle nourrit la mélancolie subalterne, l’inhibition, la paranoïa, les troubles d’identité sexuelle. En focalisant les discours de rejet, elle dépolitise les relations sociales. C’est d’ailleurs son seul trait marquant.

Joelle Palmieri
23 juillet 2016

Frontières, limites, cadres… liberté où es-tu ?

IMG_2490Les frontières. Physiques, virtuelles. Malgré la mondialisation et l’illusion de leur transcendance, elles n’ont jamais été aussi nombreuses. D’après Michel Foucher, à l’échelle de la planète, elles se mesurent en kilomètres : 250 000 dont 90 000 bâties depuis 1991. Elles sont censées symboliser l’existence d’États et garantir leur souveraineté. Aujourd’hui, elles isolent les uns des autres. Les civilisés des barbares. Les convaincus des sceptiques. Les alliés des ennemis. Les dominants des opprimés. Barbelés rivalisent avec murs, caméras ou capteurs de surveillance, drones d’observation, bras de mer sécurisés, données numériques contrôlées, pour mieux concrétiser ces territoires séparés et bien séparés. L’ordre du jour se veut sécuritaire, violent, délétère, dans le réel comme dans le virtuel, et l’effet ricochet se traduit par une collusion générale vers la perte de libertés. On rentre chez soi, car on s’y sent mieux. Toute intrusion est devenue menaçante. Seule compensation face à ce danger, à la peur : le repli identitaire. Son identité : la seule valeur à laquelle on peut vraiment se raccrocher. Et quand on nous donne la possibilité de l’exhiber, de la manifester, se rendre complice des idées toutes faites. Sinon se taire. En voulant contrôler sa vie, on en devient contrôlé. Le racisme ? Le sexisme ? L’homophobie ? Le fascisme ? Des mots, ceux des autres, épargnés qu’on est par ses nouvelles certitudes, si réconfortantes. Le bien commun ? La solidarité ? La paix ? La liberté ? Trop intellectuel, attachés qu’on est à la différence.

À propos du Brexit, Geneviève Fraisse évoque un « Dedans/dehors » ou inversement. Une sorte de balancier perpétuel qui isole les détenteurs de droits et les sans droits. Ce tangage est intériorisé, accepté, révélant une déchirure structurelle. L’humanité est fragmentée et avec elle la liberté. Les limites au pouvoir de chacun, les cadres, souvent déplacés mais persistants, les normes sociales, laissent des traces sur les murs. Ils circonscrivent des territoires visibles ou invisibles qui isolent ceux qui sont dedans et ceux qui sont dehors. Ils disciplinent l’espace et c’est reposant. Rassurant. Seul espoir de reconstituer du commun : ébaucher des lignes de fuite, ouvrir des perspectives, construire des parallèles.

Joelle Palmieri
6 juillet 2016

Les « 22 mars » : où êtes-vous ?

Image 19 - Version 2Je suis d’accord avec le roi de Belgique : le 22 mars « ne sera plus jamais une journée comme les autres ». Il y a un peu moins de cinquante ans, le 22 mars 1968, à Nanterre, plus de 300 étudiants organisent une Assemblée générale dans les locaux de l’université, décident d’occuper les lieux et de former un mouvement du nom du jour. Leur volonté : demander la libération de camarades mis en garde à vue. Leur crime ? La lutte contre la guerre au Viêtnam. Ce mouvement du 22 mars connaitra ses prémices une année plus tôt lorsque 60 étudiants décident d’abattre les cloisons entre les cités universitaires des filles et des garçons. L’heure est résolument à la conjugaison du quotidien et du politique (sexualité/guerre), à l’anti-autorité, à la liberté, à la révolution d’une « France [qui] s’ennuie », au bouleversement de la monarchie étatique, alors gaullienne. Le début de Mai 68.

Le 22 mars 2016, trois jeunes hommes ont volontairement mis fin à la vie de 34 personnes à Bruxelles, au nom de Daesh, un groupe islamiste autoritaire. Loin de toute idéologie libertaire, ce groupe mène une croisade au nom d’un Dieu tout puissant, guidant les bras armés de ses soldats. Point de mouvement collectif. Point de révolution pour le changement social. Une ligne de conduite : la terreur, basée sur la violence, qui ôte tout « potentiel », tout pouvoir, à son interlocuteur. Les bases du fascisme. En face, des gouvernements à la tête d’États, en urgence, qui multiplient les situations d’immobilité. On a recours à la force, militaire et policière, au contrôle, pour réprimer, pour asseoir son autorité, pour obtenir obéissance. Preuve en est que la démocratie, la persuasion, le débat, ont échoué.

Autorité contre terreur : phase cathartique de l’ordre ? de la domination? Notre quotidien présent, assurément.

Joelle Palmieri
23 mars 2016

Et si c’était la guerre ?

IMG_8253Les Nouvel An en Allemagne et les suites qui en sont données présentent des indices sérieux. Presque un mois après les agressions sexuelles de Cologne, voilà ce qu’on nous donne à savoir : ces violences ont touché plus de 1 000 femmes ; elles ont été préparées, préméditées, via les réseaux sociaux numériques ; leurs auteurs forment une poignée d’individus, jeunes, masculins, « presque exclusivement d’origine immigrée […] originaires d’Afrique du Nord et du monde arabe », pour la plupart ivres au moment des faits ; le terrain de ces crimes ne s’est pas circonscrit à la capitale de Rhénanie et à Hambourg et s’est étendu à tout le pays : seize Länder (régions) allemands ont été touchés ; des violences xénophobes et racistes, organisées en amont par des groupes d’extrême-droite sur les mêmes réseaux sociaux, ont immédiatement suivi ; de nombreux faits ont été dissimulés par les autorités et la presse.

Voyage dans le temps. En juillet 1936, au début de la Guerre civile espagnole, Franco ordonne des viols massifs pour mettre les Républicains à terre. Il confie la tâche aux Moros (armée d’Afrique espagnole composée de Marocains) et aux tercios (Légion étrangère) – qui vont semer la terreur en Andalousie et à Badajoz – et aux phalangistes. Sur la radio de Séville, le général Queipo de Llano incitera publiquement les milices franquistes au viol « pour la procréation des républicaines et des femmes soupçonnées de soutenir les communistes ». On pourra lire sur les murs des villages que fuient les Républicains : « Le village sera perdu mais vos femmes accoucheront de petits fascistes ».

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938, sur tout le territoire du Reich, les SA (Sections d’assaut – Sturmabteilung), organisation paramilitaire du parti nazi uniquement composée de jeunes hommes « aryens », violent massivement des femmes juives. C’est la Nuit de Cristal (Kristallnacht) et le début des pogroms antisémites, ordonnés par le chancelier Adolf Hitler et organisés par Joseph Goebbels. Objectif : accélérer l’émigration des Juifs. La mention de ces viols apparaît rarement dans l’historiographie de cette nuit noire et, lors du procès de Nuremberg, ces faits précis n’ont pas été mentionnés.

À partir du 21 octobre 1944, les soldats russes de l’Armée rouge violent environ deux millions de femmes allemandes de 8 à 80 ans, principalement dans la zone occupée par l’Union soviétique. Des témoignages concordent : ces femmes ont été victimes de viols répétés, entre 60 et 70 fois. 240 000 en seraient mortes. Les troupes soviétiques ont également violé des filles et des femmes soviétiques et polonaises libérées des camps de concentration nazis ainsi que celles forcées de travailler dans les fermes et les usines. Staline justifiera : « essayez de comprendre pourquoi un soldat, qui a traversé des milliers de kilomètres à travers sang, feu et mort, ait envie de s’amuser avec une femme ou d’avoir accès à quelque bagatelle ». Il sera également dit que ces viols représentent une façon d’écrire l’histoire de la victoire « contre un ennemi encore plus cruel ».

Les autres « libérateurs » ne sont pas en reste. On estime à environ 11 000 les viols commis par les soldats américains en Allemagne en 1945. Par ailleurs, à titre d’exemple, en une seule journée à la mi-avril 1945, trois femmes allemandes ont été violées à Neustadt par des soldats britanniques. L’armée française a commis quant à elle 385 viols dans la région de Constance, 600 à Bruchsal et 500 à Freudenstadt. Des soldats français se sont livrés à une « orgie de viols » dans le district de Höfingen près de Leonberg. Mais là ne s’arrête pas l’horreur. Entre octobre 1943 et mai 1944, le Corps d’Expédition Français, commandé par le général Juin, livre bataille à l’armée allemande à Cassino, sur la ligne Gustav, entre Naples et Rome. Majoritairement composé de goumiers marocains, cette armée a violé massivement des femmes et petites filles, peut-être 6 000. Leur nombre est peu connu faute d’archives et en raison de la faiblesse des témoignages et plaintes des victimes, terrorisées par la honte. Certains des auteurs de ces crimes ont été condamnés mais l’État-major français n’a jamais reconnu sa responsabilité des faits. La diplomatie italienne quant à elle a choisi de taire ces violences en échange de l’oubli des crimes de guerre perpétrés par les troupes italiennes dans les Balkans.

Il ne s’agit ici malheureusement que d’exemples, volontairement choisis en Europe de l’Ouest, et dans l’histoire contemporaine. La guerre – je ne cite volontairement pas ici les cas de la RDC, du Rwanda ou de l’ex-Yougoslavie –, a drainé son lot de viols massifs, en toute impunité ou presque, et dans le mépris quasi général des historiens, et bien évidemment des autorités. Un fil conducteur explique ces atrocités : le corps des femmes sert de défouloir au soldat masculin anobli par sa tache de libérateur ou de purificateur et incarne l’objet par lequel l’humiliation de l’ennemi s’opère. Le crime est d’autant plus dangereux ou violent si le viol s’effectue sur des femmes considérées « racialement supérieures » par des soldats « racialement inférieurs » – les cas des Moros et tercios, des troupes soviétiques, ou des soldats marocains sous ordre français sont à ce sujet particulièrement explicites. Le crime est « normal », banalisé par les autorités qui l’ordonnent. Il sert de marqueur de domination sexuelle et raciale.

Alors, qu’est-ce que cela a à voir avec les événements de janvier en Allemagne, me direz-vous ? On pourrait imaginer que les individus violeurs « d’origine immigrée » aient passablement été manipulés par quelques groupes fascistes. Ces groupes pourraient au choix être européens – leur but : attiser la haine raciale et en particulier l’islamophobie dans leurs contrées – ou arabo-orientaux (Moyen-Orient, Maghreb) – leur ambition : prôner une idéologie anti-occidentale, basée sur les valeurs « pures » d’un islam traditionnaliste, intégriste et ségrégationniste. Dans les deux cas, la volonté de nuire à l’Autre, de le réduire à la terreur, voire de le détruire, par corps des femmes interposé, est évidente. L’idée n’est pas nouvelle, quoiqu’il en soit dit. Elle instaure, avec l’assentiment de l’État, le mépris, en tant que mode de relation sociale. On se doit de combattre au plus vite cette dérive avant que nous n’en ayons plus les moyens.

Joelle Palmieri
29 janvier 2016

Nous sommes tous des enfants de ceux-là…

3_3_2 - copieJe suis née en France de nationalité française. Je dois cette identité nationale à mon grand-père paternel né en Algérie, d’« origine indéterminée », comme mentionné sur le « certificat de nationalité française » de mon père, né, lui, en Tunisie. La preuve a été faite en 1900 que mon grand-père résidant sur le « sol français » – algérien – a acquis cette nationalité en respect de l’application du Code civil et ne l’a pas « décliné » à sa majorité. Le droit du sol colonial français. Ma mère quant à elle, née maltaise en Tunisie a acquis la nationalité française par le mariage. Le droit familial. Le code Napoléon. Elle était jusqu’alors, en 1945, « sujet britannique », indique son passeport.

Ma famille, tout en ayant pour une de ses branches, des origines inconnues, a donc, il n’y a pas si longtemps, obtenu le bénéfice d’avoir le droit d’avoir des droits, comme dirait Hannah Arendt. Ses membres sont devenus des citoyens à part entière, à égalité avec ceux aux origines plus nettes, c’est-à-dire dont la généalogie peut se lire entre les fils des monarchies et empires français et est enracinée dans la « terre des ancêtres » : la patrie. L’identité nationale de mes parents et sœurs a certes connu des épisodes administratifs un peu folkloriques – nés en Tunisie, arrivés en France au début des années 1950, ils ont toujours dû prouver leur nationalité, en toutes situations alors que, née en métropole, j’ai toujours eu la paix –, mais elle leur a permis de travailler, de bénéficier de l’assurance-santé, d’aller à l’école publique, bref de ne pas être des mineurs civiques car apatrides.

Aujourd’hui, la loi ne permet pas de rendre quelqu’un apatride. Le Code civil permet déjà et depuis 1998 de déchoir de la nationalité française une personne binationale, née hors du territoire[1]. Demain, selon la volonté du gouvernement français, ce sera le tour des binationaux, nés en France. Même si tout le monde a compris que les effets du changement constitutionnel visé impacteront une poignée d’individus – majoritairement masculins, jeunes, pauvres, hétérosexuels, de parents d’origine immigrée, animés par la haine –, le choc souhaité et annoncé bruyamment ajoute au jeu d’exclusion globale d’une part de citoyens, toute classe, race et sexe confondus, qui ne mériteraient plus, même s’ils sont nés sur la « terre des ancêtres », de bénéficier de la noble identité de Français. La définition du citoyen français se veut résolument originelle : ancienne, européenne, propre, rassurante, claire de peau, de pilosité, de convictions. Supérieure. Celui qui est d’origine indéterminée, double, en plus d’être déjà subalterne, devient d’emblée suspect. Le mythe du rattrapage entre « vrais » Français et Français de seconde zone se creuse. L’« indéterminé » va devoir encore davantage faire ses preuves, montrer qu’il n’est pas « barbare » par essence, qu’il est en mesure de penser droit, autant que d’acheter, de consommer.

La domination, et ses composantes oppression et aliénation – policière, épistémique pour le moins –, se dissout sans laisser de trace visible dans les discours toujours plus sécuritaires, fortement universalistes. L’assurance sur la « sécurité nationale pour tous » s’amalgame progressivement avec l’appartenance hiérarchisée de race, de classe et de sexe. Sa recherche perpétuelle dépolitise plus que jamais les relations humaines et les rapports de domination qui les structurent, en les nivelant par la peur. Ce jeu d’exclusion/dépolitisation/mystification de la vie démocratique s’accélère. Le Patriot Game se prolonge. Le fascisme quotidien s’enracine. La démocratie française continue de s’étioler. Bientôt la déchéance ?

Joelle Palmieri
31 décembre 2015

[1] La procédure de déchéance de nationalité nait avec le décret d’abolition de l’esclavage en 1848. Elle sanctionne tout Français qui continue de pratiquer l’esclavage. Cette mesure exceptionnelle est ensuite élargie en période de conflits : durant la Première Guerre mondiale, une législation spéciale permet de déchoir des Français originaires des pays avec laquelle la France est en guerre, ou sous le régime de Vichy, la dénaturalisation massive est pratiquée notamment à l’égard des Juifs et des Tziganes (15000 cas).

The Patriot Game

IMG_4325Je déteste l’arbitraire. Celui qui dépend uniquement d’une décision individuelle, hors de soi, hors d’une raison commune. Celui qui réduit l’essentiel au caprice. Celui qui transforme le réel en mensonge. Celui qui détourne de la liberté. Celui qui nourrit au creux du ventre le sentiment d’une injustice infinie. Celui qui terrasse. Celui qui fait violence. Celui qui anime la chasse au faciès, le rejet de l’Autre, les simplifications et détournements discursifs. Celui de Marine Le Pen qui s’approprie le mot « patriote » en lieu et place de « nationaliste ». Moins connoté. Moins hégémonique. Moins autoritaire. Moins fascisant. Plus populaire. Plus proche de la loi du pater-père-patrie. La terre des ancêtres. Rassurant. Protecteur. Celui de Christian Estrosi qui, dix-sept ans après son alliance avec les faschos de sa région, se découvre « résistant ». Le mot-clé. Le sauve-conduit. L’antidote de la collaboration raciste française. Le déni. Celui de Manuel Vals qui clame avoir vaincu le Front National alors que ce parti a progressé de 10% sur tout le territoire. La peur du réalisme politique. Le voile de l’échec. L’aveuglement mensonger. Celui de l’ensemble de ces chevaliers modernes de l’art politique qui progressent concomitamment vers la négation définitive des divisions de classe, de race, de sexe et des modes de pensée qui les construisent. Celui de la « société sans classes » de Hannah Arendt. Celui du système totalitaire. Ce système qui organise les relations entre État et population et qui, selon la philosophe allemande, se caractérise par la manifestation de « mouvements totalitaires [qui] visent et réussissent à organiser des masses – non pas des classes, comme les vieux partis d’intérêts des États-nations européens ; non pas des citoyens ayant des opinions sur, et des intérêts dans le maniement des affaires publiques […] »[1]. Celui qui entend instaurer un nouvel ordre mondial. Celui qui instaure, pour un temps, le lien entre élite et populace[2]. Bien éloignées et distinctes l’une de l’autre. Celui avec qui la réécriture de l’histoire va de pair. Joue un rôle majeur. Celui qui vertèbre l’imposture. Celui qui entérine la fin de la démocratie. Qui alimente les guerres. Celui qui garantit la capture des mots, paroles et savoirs de celles et ceux qui n’ont pas de tribune.

Joelle Palmieri
17 décembre 2015

[1] Les origines du totalitarisme, trad. P. Lévy, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2002, p. 613.

[2] Ibid., p. 637-638.

Bagdad-Paris : une génération de contrôlés-controleurs

IMG_8131Peshawar. 16 janvier 1991. 2h du matin. Les premières bombes américaines drainées par la Tempête du désert tombent sur ma tête. Le son de ces engins meurtriers me tétanise. Pas de téléphone mobile. Pas d’Internet. Téléphone fixe réservé aux communications avec le consulat français, censé assurer ma protection. Coupée du monde. Je tournerai en rond dans cet appartement à la frontière pakistano-afghane à en devenir folle. Neuf jours. Un infini. Chaque détonation est un enfer, synonyme d’enfermement, d’impuissance. Les portes s’ouvrent enfin pour moi. Française. Je file sur Karachi vérifier les contours de ma liberté.

Paris. 20 septembre 2001. Une heure. La justice mondiale se veut sans limite. La mienne s’arrêtera aux marges de l’éditorial que je publierai sur le web pour dénoncer la coalition militaro-industrielle occidentale. Convocation d’urgence au Conseil régional Île-de-France sur la demande des élus Front national. Fustigée, diffamée, je perds l’espace d’une heure la subvention que j’avais obtenue pour l’agence de presse féministe dans laquelle je milite. J’ai été trop loin dira l’ensemble des conseillers réunis (FN, UMP, PS) à l’exception des Verts.

Néoules. 13 novembre 2015. 23h. Les dépêches tombent sur mon smartphone et je les lis médusée. Le lendemain, à 10h deux avions de chasse Rafales passent au dessus de ma cour. Ligne aérienne Istres/Moyen-Orient. J’imagine. Mon mutisme se transforme en terreur. Ce bruit assourdissant et si fulgurant ruine mon système de pensée. J’ai peur. Peur de la surenchère, guerrière, meurtrière. À coups de SMS, je me défoule en demandant à tout va des nouvelles à mes pot’s parisiens. Ils vont bien. Je m’apaise. Et alors je me remets à penser.

24 ans ont passé depuis la 1re guerre d’Irak. De quoi créer une génération de kamikazes animés par la haine, fruit du mépris, de la peur, du néant quotidiens. Une génération qui s’engouffre dans les TIC et les armes de guerre pour mieux exprimer leur non-existence. Le bruit des rafales de mitrailleurs, des bombes, des insultes policières et racistes, des injonctions des matons, du silence occidental sur le réel périphérique (hors Occident) est remplacé par celui des images animées et des non-phrases des réseaux sociaux numériques. Des contrôlés d’ici entendent devenir les contrôleurs de l’Occident. Au nom d’une religion que leurs parents ne connaissent pas ou ne montent pas en épingle. Les cerveaux mutent. Se creusent. Se vident. Au point de ne plus donner consistance au mot liberté. Pour soi, pour l’autre. Le fascisme quotidien continue sa progression.

Ma peine est profonde. Je décide de continuer à voir loin, à lire et écrire, à rêver, à croire en l’autre, à apprécier sa saveur, seul moyen de me battre pour la liberté que ces jeunes neuroleptisés n’ont pas et leurs victimes n’ont plus.

Joelle Palmieri
19 novembre 2015