Archives par mot-clé : fascisme

Turquie : d’où vient la terreur ?

IMG_6953Erdogan a gagné et avec lui la droite islamo-conservatrice la plus traditionaliste et masculiniste. Le 1er novembre dernier, un peu plus de 49% des électeurs turcs ont choisi le parti de ce que les commentateurs appellent la « stabilité ». Cinq jours plus tôt une jeune femme de 25 ans était tuée par balles par des policiers parce qu’elle leur avait demandé de se déchausser avant de franchir la porte de ses parents. Légitime défense contre acte terroriste, ont-ils plaidé. Là est bien la logique de la stabilité turque : terreur contre savoir-vivre. Le cas n’est pas rare.  La terreur ne se loge pas où on croit. Manifeste, du côté du pouvoir politique, elle est légitime. La Turquie talonne à cet égard l’Afrique du sud. S’applique. Copie. Un jeu de concurrence entre deux États sur les terrains de deux unions nationales qui s’enlisent. De deux autoritarismes bénéficiaires de la complicité occidentalo-européenne pour cause de fermeture de frontières. Les expressions d’une force virile, d’une supériorité sexuelle masculine assumée comme naturelle, autorisées et soutenues par la majorité des populations, prises de peur, déballonnées. Des surpuissances par héritage, basées sur l’élimination des corps des femmes. Ces femmes, symboles à leur insu d’une résistance à un archaïsme revendiqué au plus haut niveau, incarnent le mal. La déviance. Le changement. Trop. Trop pour ces dirigeants, Erdogan et Zuma, tribuns parmi les humbles, dignitaires parmi les simples, corrompus parmi les pauvres. Zuma, le violeur, et Erdogan, l’unique, le supérieur, le « sultan », ont leurs épouvantails et le montrent… à qui veut le voir.

Joelle Palmieri
6 novembre 2015

Jeune, blanche, femme et blonde…

IMG_1041… et fasciste. En PACA, autrement dit, en Région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur, la beauté des paysages, sa spécificité, rivalisent constamment et depuis la fin de la colonisation avec le sexisme et le racisme ordinaires de la majorité de ses habitants. À la veille des élections régionales (décembre 2015), cette équation – beauté/sexisme-racisme – se révèle sur le terrain sournois du discours politique, local et national, au point que les sondeurs nous promettent tout azimuts et pour les années à venir une présidente du Conseil, jeune, blonde et d’extrême droite.

Le mercredi 21 octobre, le premier débat radiotélévisé entre les quatre principaux candidats du coin, Marion Maréchal Le Pen (FN), Christian Estrosi (Les Républicains), Christophe Castaner (PS) et Sophie Camard (EELV- Front de Gauche) a bien planté le décor. Le Niçois a voulu fustiger sa rivale, en lui lançant que son programme était « celui de sa tata ». Par discussions sur la sécurité dans les trains régionaux, les mosquées, les repas de substitution dans les lycées et bien d’autres sujets de stigmatisation de la population régionale dite « non française », on a assisté à la fois à une joute paternaliste et sexiste interne à une famille politique raciste et à la maladroite mise en scène d’une parodie de la saga familiale la plus populaire de France.

Les poncifs vont bon train ici et ailleurs. Dans les médias, dans les couloirs de l’Assemblée nationale, ça jase. La « jeune blonde » passe par tous les qualificatifs. Côté Républicains et proches de Sarkozy, on a pu entendre : « Elle est jeune, elle apparaît encore plus policée. Il est difficile de lui taper dessus ». Les vieux mâles blancs de droite ne peuvent plus pratiquer comme à l’accoutumée. C’est ballot. Leur force virile est schintée au point que la petite-fille, fille, nièce Le Pen se voit créditer de 37% devant Estrosi, 36%, laissant Castaner avec ses ridicules 27%, alors que la région est tenue par le PS depuis dix-sept ans.

On pourrait croire que l’affaire est simple. Cousue de fil blanc. Mais non. Car côté droite de la droite, c’est la guerre. Il aura fallu attendre vendredi dernier, le 16 octobre, pour que le patriarche du clan donne sa bénédiction à la gamine, et avec elle, un signe de ralliement des plus durs de la région, notamment ceux de l’« Algérie française », de l’intégrisme catholique le plus pointu, réunis sur les listes « Union des droites » du député-maire d’Orange Jacques Bompard, président de la très fasciste Ligue du Sud et promoteur d’une ligne moins « gauchisante » que celle portée par la blondasse. Le discours du grand-père est clair : « aime-moi ! ». En manifestant son soutien public à la jeunette, le vieux entend regagner les faveurs de sa propre fille, la « rebelle », la tante/« père spirituel » de l’intéressée. Vous suivez ? À peine quelques semaines plus tôt, il affirmait que sa bien aimée petite-fille n’avait pas la « carrure » du poste à pourvoir. Vous suivez toujours ? Peut-être se méfie-t-il. Elle n’est qu’une fille après tout. Jeune de surcroit. Sans compter qu’elle est aussi la petite-fille Auque. Eh oui ! Un père biologique, bien caché jusqu’à l’année dernière, barbouze de droite, proche de Sarkozy, et des grands-parents paternels, du Nord, gaulliste de gauche côté grand-père, et communiste côté grand-mère… L’héritage de la femme de 26 ans est pour le moins radical pour ne pas dire schizophrène.

Les déclarations bien racistes et fidèles de Marion depuis son investiture en 2012 ne suffisent donc pas : « Nous ne voulons pas de la Paca black-blanc-beur, mais de la Paca bleu-blanc-rouge », « Il est hors de question que notre région passe de la Riviera à la favela », « La Provence est une terre d’identité et de résistance. Résistance des princes provençaux face à l’invasion sarrasine! ». Pour gagner, il faudra qu’elle continue à se battre contre son propre clan, contre le sexisme structurel du clan de son ennemi électoral, contre la mémoire locale – ses conseillers déforment l’histoire provençale : la résistance y est rouge, les plus âgés ne s’y trompent pas – et surtout contre elle-même et son héritage.

Joelle Palmieri
24 octobre 2015

De Zoe Konstantopoulou à Bujumbura : le potentiel au pouvoir !

IMG_9172Oui. D’accord, en appelant Antigone à l’aide l’autre fois, j’ai omis de citer Zoe Konstantopoulou. Sa présence au sein du pouvoir grec depuis le 6 février 2015, en tant que présidente du Parlement, n’enlève rien à la spécificité très masculine de ce gouvernement révolutionnaire mais mérite en effet qu’on s’intéresse au personnage. Isolée. « Solitaire », c’est le terme (je m’inspire du commentaire laissé au pied de ma dernière humeur). Cette jeune femme politique est une frondeuse, solitaire. À l’initiative de la création de la « commission pour la vérité sur la dette grecque », en opposition au vote de « l’accord européen » du 12 juillet ramené par son Alexis Tsipras de Premier Ministre et collègue, elle tient le pavé à coup de déclarations, d’articles, hauts en couleur, étayés, et assume sa place d’opposante. De militante. De gauche. Elle entend réhabiliter les termes souveraineté, démocratie, justice, droits fondamentaux, combat… (discours au Parlement grec du 22 juillet 2015). Elle parle également de chantage, menace, agression, ingérence, nuisance, humiliation, destruction, choc, poison, perversité, anéantissement. Autant de mots puissants qu’elle associe vertement à la troïka et à ses manœuvres financières à l’égard de l’État grec et de sa population. Toutes injustes, selon la magistrate, avocate de profession. Elle nie d’ailleurs le mot « accord », car il est antonyme de soumission. Les esclaves ne peuvent approuver leurs maîtres. Ils les subissent. Ils obéissent. Elle le rappelle simplement. Y compris à ses collègues de Syriza. Appelle à résistance. Cette ancienne stagiaire du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie à La Haye, veut en découdre avec les patrons des banques européennes, en tant que criminels.

Alors, chapeau bas.

Toutefois, hormis les milliers de personnes anonymes qui descendent dans la rue pour crier leur peur du cataclysme, par qui Zoe Konstantopoulou est-elle entendue ? Soutenue ? Épaulée ? Accompagnée ? Rattrapée ? Par quel mouvement ? À 9 300 kilomètres de là, au Burundi, des centaines de femmes ont peut-être donné l’exemple. Elles ont réussi à braver l’interdit de manifestation pour empêcher le Président Nkurunziza de briguer un anticonstitutionnel troisième mandat. En vain certes. Mais à Bujumbura, bien qu’ayant reçu des menaces de mort, malgré la répression quotidienne, la guerre larvée et la pression de l’exil, elles ont marché et ont organisé un sitting pour « la paix, l’unité et la démocratie ». Les autres, des hommes, avaient échoué. Elles ont joué sur le paternalisme indélébile du pouvoir et de ses forces armées qui n’ont pas osé les molester, leur tirer dessus, les tuer. Parce que femmes, ayant besoin de protection.

Là est le paradoxe. La démocratie est malmenée ça et là, ici et ailleurs, par les autocrates de tout bord, financiers, militaires, religieux, habités par une soif inconsidérée de domination. Masculine pour le moins, qu’ils soient hommes ou femmes. Cette soif les aveugle, les guide, les structure, au point qu’aucune négociation n’est possible. Le possible déstabiliserait ces dominants. Le potentiel détruirait la domination, en tant que telle. Le pouvoir de chacun et de chacune annihilerait les piliers de l’hégémonie et de ses soubassements, l’oppression et l’aliénation. En s’exhibant, en s’illustrant, en se rendant visible, ce pouvoir « commun » et quotidien couperait les fils des pantins qui interprètent la pièce mondiale du système dominant. Ces résistantes burundaises l’ont bien compris.

Joelle Palmieri
28 juillet 2015

Tragédie celtique

IMG_9001« Un despote a décidé de partager son royaume entre ses trois filles en fonction de l’amour qu’elles lui exprimeront. La réponse de sa cadette, qui est aussi sa préférée, ne répond pas à son attente. Il la déshérite alors au profit de ses sœurs, bannit son fidèle ami qui prenait sa défense, et ne conserve de son pouvoir que le titre de monarque ainsi qu’une escorte avec laquelle il séjournera alternativement chez ses gendres. L’aveuglement du vieux souverain devant la sincérité́ de sa fille bien-aimée, déchaînant autour de lui la cupidité́, la sauvagerie, la cruauté́ la plus sinistre, le voue à l’errance et à une déchéance inouïe. Abandonné de presque tous, sans abri et privé de raison, le vieux monarque devient le sujet d’une effroyable expérience : comme si le souverain médiéval, qui trônait au sommet d’un cosmos ordonné, était précipité́ dans le chaos, mais aussi, hors de tout sens, à la rencontre d’une condition mortelle à laquelle rien n’aura jamais été́ promis. Le despote est pressé dans ses maux par un acte libre dicté par son orgueil. Son châtiment, sa folie, sa découverte progressive de faits et de vérités qu’il méconnaissait autrefois semblent une suite d’événements d’autant plus tragique et touchante. Trahi par ses filles ainées et leurs époux, contraint de quitter son royaume, ce père, accompagné de son bouffon et de son fidèle ami, erre dans la lande. Le vieux roi perd la raison. Il sera poursuivi puis exécuté en essayant de sauver sa cadette, elle-même pendue. »

Cette histoire se situe 1 500 ans avant l’ère chrétienne, et a été écrite par William Shakespeare entre 1603 et 1606. Elle relate les aventures du Roi Lear et de ses trois filles, Goneril, Régane et Cordélia. Elle évoque la figure légendaire de Leir, roi mythique de l’île de Bretagne à l’époque celtique précédant la conquête romaine et de sa fille Cordélia. 3 515 ans plus tard, dans une résidence de la Trinité-sur-mer dans le Morbihan, se joue la même tragédie. Un père, entouré de ses trois filles, se voit vieillir. Après avoir érigé un potentat, dicté ses infamies, agi cruellement, inspiré maintes trahisons, surmonté et bravé les épreuves, accumulé fortune, le despote, fervent croyant, a misé sans hésitation sur sa fille préférée, la cadette. En enfant aimante mais éclairée, elle a fait mine de ne pas répondre aux injonctions de son père, tout en répliquant le dogme. Elle l’a dédaigné. Seule fille non mariée, il a souhaité la répudier comme s’il en avait le pouvoir, celui du mari, dans la majorité des religions. Il n’a plus supporté qu’elle porte son patronyme. Il s’en trouvait sali, bafoué. La propriété du nom, celle du pater est sacréeEt l’autorité qui va avec également. Les membres de la famille de sexe féminin – fille, mère, épouse – en sont exclus, par tradition. Par application stricte et rigide du patriarcat. Le temps va passer. Les deux personnages vont-ils finalement se rejoindre jusque dans la mort ?

Joelle Palmieri
7 mai 2015

Scruter la bête noire

Ils étaient là. 5 pour trois bureaux. Trois bureaux pour un village de 2500 habitants. A peine 2100 votants. Balourds, mal à l’aise, isolés. La mine patibulaire. Stricte. Austère. Chagrine. Hébétée parfois. Inquisitrice. Méfiante. Peu affable. Scrutatrice. Les scrutateurs, hommes et femmes, du Front National de Néoules, dans le canton de Garéoult dans le Var. Des caricatures. On aurait eu à les inventer on aurait pas mieux fait. Ils n’ont adressé la parole à presque personne, sauf peut-être aux élus locaux dans le but de leur rappeler la stricte loi. Ils ont été bien formés. Informés. Parmi eux, deux femmes. Une d’entre elles a adhéré au parti une semaine avant les élections. Ils sont arrivés avant l’ouverture à 8h et sont restés bien après les résultats des départementales du village à 19h – 62% pour le PS, 38 % pour le FN – dans l’attente de ceux du canton. 20h30. Verdict final : le parti d’extrême-droite l’emporte avec à peu près 650 voix d’avance. 52% contre 48%. Dans la salle, la déprime se lit sur tous les visages. Sauf sur les leurs. Cinq visages ravis contre soixante faciès déconfis, au moins. Qui sont ces militants venus de nulle part ? Personne ne les connaît au village. Et eux, ne connaissent personne. Pourtant ils sont là et fiers de l’être. Les autres, ceux qui ont voté pour le parti de ces militants venus d’ailleurs, pavanent désormais. Se sentent légitimes. Ouvrent leur gueule. Sur les marchés, au tabac, à la sortie des écoles, dans la rue… Y compris dans cet îlot écolo-progressiste-humaniste du marécage droitiste, conservateur et raciste, de cette Provence verte tant appréciée par les touristes[1]. Les langues homophobes, racistes, sexistes, négationnistes, se délient. Elles avaient déjà cours. Dans des cercles réduits. Des entre-sois. Où la lutte contre la couardise n’a pas lieu d’être. Où l’estime de soi se mesure à l’argus de ses véhicules, valeurs mobilières ou immobilières ou encore à celui de sa haine. Contre l’autre. Contre le « système ». Aujourd’hui, ces langues pendent. Comme des condamnés à des potences. Et le public regarde le spectacle. Hébété. Lui aussi.

Joelle Palmieri
8 avril 2015

[1] Dans seules quatre communes sur douze de ce canton, la liste portée par le PS est arrivée en tête.

Des États violents

img_8902Je dois bien l’avouer, je ne suis pas extrêmement informée sur les affaires successives de Ferguson, New York et aujourd’hui Phoenix aux États-Unis d’Amérique, celle de Peshawar au Pakistan, ou encore celle de Sydney en Australie. Dans ces événements, je ne suis mue que par mes sentiments. Et ma colère, tout autant que mon effroi, provoqués par les images ou les écrits qu’on me donne en pâture, me révèlent la légitimité de ma crainte profonde. La préséance des amalgame, négligence des nuances, quête des évidences, comme d’habitude. Et pour moi, leur combat incessant. Car analysons rapidement les faits. Les actes sont violents, tous. Certains commentateurs, comme on a usage de dire, s’accordent pour dire qu’ils sont racistes ou l’œuvre de « terroristes » ou de « forcenés ». Ce qu’on néglige de souligner c’est que les auteurs des meurtres, sont systématiquement des hommes, qu’ils soient policiers, talibans, ou voyou – pour ce qu’on en sait. Ensuite, dans les deux premiers cas, l’intégralité des victimes sont également des hommes ou des garçons. Et dans le troisième cas, comment connaître la composition du commando qui a mis fin à la prise d’otages et a finalement abattu le « forcené » et sans doute deux personnes au passage ? N’étaient-ils pas des hommes ? Ou si cette unité d’intervention est mixte n’a-t-elle pas des modalités d’intervention calquées sur un modèle masculin : la force, l’obéissance, la hiérarchie ? Enfin, pour chaque acte, les armes à feu sont de rigueur. Elles occupent le terrain de façon manifeste. Souligne-t-on pour autant de quel côté on les trouve – assassin et/ou victime – et avec quelle facilité elles circulent ? Un peu. Du point de vue du business disons. Peu du point de vue des rapports sociaux que cette libre circulation engendre. Et pour finir, la tendance généralisée à l’individualisation me sidère. Elle est arrogante. Tous les récits des faits renvoient aux auteurs des crimes violents en tant qu’individus. À enfermer, à juger, à punir. Or, est-il encore besoin de le rappeler, c’est le système, policier, judiciaire, guerrier, social qui est violent, raciste, sans compter qu’il est sexiste et homophobe. C’est l’État lui-même qui est violent. Alors je pose la question : comment juger, éventuellement punir, les crimes de ces États racistes, sexistes, homophobes et j’ajoute militaristes ? Je laisse la réponse à votre réflexion.
Joelle Palmieri
18 décembre 2014

Ah ! la barbarie !

img_7991Lors de la commémoration du 70e anniversaire du Débarquement en Provence, et en présence de 13 chefs d’Etat, dont douze africains, le président de la République française a parlé de la nation qu’il dirige en précisant, sans gêne, qu’elle s’était « libérer par elle-même », c’est-à-dire, grâce à l’« armée d’Afrique » qui a été « décisive », « celle des Français d’Algérie qu’on appellera plus tard les pieds-noirs et de tous ces hommes africains, ceux qu’on appelait les indigènes ». Rien moins que ça. Se libérer en tant que colonisateur par ses colonisés. Dont acte. Et de poursuivre sur le rôle du pays pour « assurer la sécurité dans le monde » et de faire le lien immédiat avec la nécessité de « terrasser : le fanatisme, l’intolérance, le racisme et la barbarie », comme juste retour des choses, un devoir de « solidarité » de « l’Europe » envers ces pays du « Sud » face à « l’ennemi ». Trop généreux ! Le paternalisme occidental et la colonialité du pouvoir ont de beaux jours devant eux. De plus, la barbarie à laquelle il fait allusion est celle de l’État islamique, ce qu’il précise lors de la rencontre annuelle des ambassadeurs de France à l’étranger ou à propos de l’assassinat du journaliste américain James Foley. À ce titre, il est à l’unisson avec bien d’autres, dont ses adversaires politiques, et parmi eux, le parti fasciste français. Voici l’amalgame bien pris : la barbarie n’est plus celle qu’on pourrait associer au nazisme, mais bien celle des islamistes/djihadistes, d’Irak certes, mais aussi de Syrie, de Lybie, etc. On note donc un glissement de définition du terme barbarie, réservé en 1944, à un État fasciste européen, occidental, impérialiste, ségrégationniste, génocidaire, tortionnaire, exterminateur, aujourd’hui lié à des islamistes, irrémédiablement associés à des djihadistes – autrement dit, implicitement, le politicien associe tous les islamistes à des djihadistes – situés au Moyen-Orient, anti-occidentaux, miliciens, meurtriers, sexistes et racistes certainement. Plusieurs questions se posent. Elles me font chanceler : ceux qui proclament l’État islamique sont-ils fascistes ? Représentent-ils vraiment un État ? Tout le monde semble s’accorder pour évoquer un « groupe »… L’ampleur de leurs crimes est-elle comparable à celle des Nazis ? Ont-ils l’ambition d’envahir le Moyen-Orient ? D’autres pays ? D’exterminer des populations ? Au nom de quoi ? Pourquoi cette comparaison ? Que vise-t-elle ? Si comparaison il y a, pourquoi alors systématiquement oblitérer d’autres crimes exterminateurs comme les féminicides par exemple, perpétrés avec la complicité de nombre d’États (Turquie, Afrique du Sud, Mexique,…) ? Les bras m’en tombent. Ou plutôt j’ai mal à la bouche. Je ressens le goût amer des croisades, de ces guerres de religion ou l’« autre », l’« étranger », origine du mot barbare, est à exterminer car primitif, inculte, arriéré et brutal, c’est-à-dire non civilisé, non éclairé, non raffiné, en particulier dans les mœurs et les coutumes, et aujourd’hui non « moderne ». Le fiel de la folie raciste et dominante me reste en travers de la gorge. Je leur crache à la gueule. Souhaite qu’il vitriole leurs visages, à ces rhétoriciens de bas étages, ces représentants de « puissances du monde », ces militaristes, ces répétiteurs d’Histoire triste. Qu’ils révisent leur copie et se montrent un peu plus raffinés, délicats, sophistiqués. Peut-être pourra-t-on éclairer ensemble le sens du mot barbarie.

Joelle Palmieri, 30 août 2014

Les tunnels du masculinisme d’État

img_7482D’un côté un scientifique proche du parti au pouvoir recommande vertement les viols des mères et sœurs des Palestiniens en tant que « seul moyen efficace » pour empêcher définitivement l’ennemi de nuire.

De l’autre des dirigeants qui, à l’article 17 de leur charte, entendent conférer à « leurs » femmes le rôle d’« usines à hommes ».

Partout des discours de victimisation sur les femmes, les enfants et les vieillards, mis sur le même plan des impacts de l’abjection criminelle.

Netanyahu, ses partisans, ses ennemis du Hamas et les organisations internationales s’entendent au moins sur une chose : les femmes sont des objets dont il faut se servir pour avancer politiquement. Il s’agit ici aussi – comme en Afrique du Sud ou en Turquie – de faire la course au nationalisme par subalternisation des femmes interposée et par la démonstration d’une force, masculine, prête à utiliser l’ensemble des cellules humaines dédiées à la virilité pour rivaliser.

Quel que soit le bord des auteurs des actes, le viol ou la fertilisation des femmes représentent autant de vecteurs de l’instrumentalisation du corps des Palestiniennes. Le but est d’affirmer un masculinisme en pleine forme, qui plus est d’État. Car, de chaque côté, les protagonistes sont à la tête de gouvernements qui font autorité sur les populations depuis 2006. Qui plus est, élus. Ce masculinisme est institutionnalisé, toléré et intégré dans les tunnels discursifs des belligérants, aux plus hautes fonctions du pouvoir politique.

Le crime est bien là mais dépasse celui qui est dénoncé – le non respect des droits humains par Israël. En somme, il est disqualifié. Il s’agit moins d’une atteinte aux droits des Palestiniennes – quoique cette assertion soit juste – que d’une attaque meurtrière contre des êtres humains d’identité féminine et à travers elle la justification de la domination, c’est-à-dire la hiérarchisation des relations sociales et des sociétés régies par des rapports d’obéissance.

Ce masculinisme invasif et arrogant ne trouve pas de résistance. Et c’est bien le plus grave dans cette dernière version du conflit israélo-palestinien. Les tunnels et les murs de la ségrégation se transforment inéluctablement en autoroutes blindées du totalitarisme, de l’obscurantisme et de la négation.

Alors, sortons de chez nous et cassons les remparts de la domination… Créons des chemins vicinaux de la liberté, du possible, de la paix, partout !

 

Joelle Palmieri

31 juillet 2014

Abusons du politiquement incorrect !

img_3313Une fois de plus, je ne vais pas être politiquement correcte. Et je vous invite à faire de même. Nous avons à faire à des fachos. Intégristes, extrémistes, populistes… Sont des mots bien faibles pour qualifier des personnes qui n’aiment pas l’autre, sa différence, sa probable ou supposée prochaine immoralité. Sa non-norme. En Espagne, on en a parlé ici, en Suisse, en France, rien de neuf sous le soleil. Ça continue. « Voilà, voilà que ça recommence… », fredonnerait Rachid Taha. C’est latent tout simplement comme le cœur d’une plante apparemment asséchée qui en fait ne meurt jamais. Et de temps à autres, elle fait des pousses. Certains s’en réjouissent, certains voient leurs désintérêts – comme les patrons suisses qui semblent regarder éberlués leur main d’œuvre fondre sous la neige –, d’autres serrent les fesses : les immigrés, les homos, les femmes avec l’autonomie de leurs corps de nouveau mise aux enchères.

Il y a aussi des femmes immigrées qui sortent leurs enfants, filles et garçons, de l’école de crainte qu’ils y apprennent à se masturber. Elles ne sont pas seules. On les a toutes prévenues d’un danger imminent. Elles sont ciblées. Elles obéissent. Pourtant, ces mères ne regardent-elles pas ce que leur progéniture fait dans leur chambre, le couloir de leur appartement, dans les caves ou sur les parkings des immeubles ou encore sur les aires de jeu, dans les vestiaires des gymnases ? C’est sur ce paradoxe (par exemple, femme, immigrée pro-morale et pro-oppression pour la maintenir) que joue systématiquement la domination : par devoir d’obéissance, en tant qu’objet d’oppression, le ou la subalterne prend le relai du dominant, contrôle à son tour, et domine. Là c’est sur ses enfants que la subalterne exerce sa domination, ce dont elle a socialement la responsabilité au quotidien sans qu’on lui ait demandé son avis. Elle répond sans mot dire à son devoir de re-production pour la Nation. Rien de moins.

Si on essaie de trouver un intérêt chez les familialistes c’est qu’ils se montrent incultes, incapables de savoirs propres, juste répétiteurs de morale. Et les médias de masse les soutiennent bien dans cette démarche. Ça peut aider à comprendre la fragilité de leurs arguments, leur enracinement dans un négationnisme de base, de principe même et le relai qu’ils reçoivent dans la sphère publique. L’anti-démocratie.

Parce qu’enfin tous ces fachos, j’y reviens, sont anti-démocrates, tout sauf humanistes, ils n’aiment personne y compris chez leurs militants. Ils ont la haine. Ils ont peur. Ils n’ont pas d’idée. Qu’on se le dise ! Qu’on en abuse ! Sans modération.

Joelle Palmieri – février 2014

L’antiféminisme : une dialectique ?

Le 17 avril prochain Louiza Hanoune, 60 ans, sera la seule femme à se présenter aux élections présidentielles algériennes. Elle se dit « nationaliste et communiste » et surtout ayant « les mains propres ». Trotskiste, féministe, elle m’interroge sur la place du féminisme dans l’actualité. Le 8 mars dernier, plusieurs personnes ont été attaquées au centre de Malmö en Suède par les membres du Parti fasciste Svenskarnas alors qu’elles manifestaient contre les violences faites aux femmes. Le 27 mars suivant, un candidat de la CAQ (Coalition avenir Québec), parti libéral, a déclaré ouvertement sa flamme antiféministe sur les réseaux sociaux an affirmant que les « avancées féministes des dernières années ont nui aux hommes québécois ». Le 8 avril encore, 18 féministes étaient arrêtées manu militari au Tribunal de Grande Instance à Paris pour avoir contesté le verdict de son président. Le 30 avril prochain, aura lieu le nième procès de la sociologue féministe turque Pinar Selek à Ankara, pour un crime qu’elle n’a pas commis il y a 16 ans… Et j’en oublie… Bien que j’ai eu du mal à trouver toutes ces informations.

Alors, quoi penser ? Les féministes ne sont-elles pas assez présentes sur la scène publique, ou en ordre dispersé ? Le sont-elles trop ? Font-elles peur ? Peut-être n’est-ce pas si simple. Les actions sont éparses, peu connues, ignorées du grand public, incomprises… sauf les actus de Beyoncé et de Scarlett Johansson qui soignent leur marketing et attirent les journalistes, peu enclins à chercher moins glamour. Rien de neuf en somme. Si, peut-être un peu plus d’acharnement côté fasciste ou appareil juridique à affirmer un antiféminisme de rigueur. Signe d’une victoire féministe ? A craindre…

Joelle Palmieri, 10 avril 2014

Abusons du politiquement incorrect !

Une fois de plus, je ne vais pas être politiquement correcte. Et je vous invite à faire de même. Nous avons à faire à des fachos. Intégristes, extrémistes, populistes… Sont des mots bien faibles pour qualifier des personnes qui n’aiment pas l’autre, sa différence, sa probable ou supposée prochaine immoralité. Sa non-norme. En Espagne, on en a parlé ici, en Suisse, en France, rien de neuf sous le soleil. Ça continue. « Voilà, voilà que ça recommence… », fredonnerait Rachid Taha. C’est latent tout simplement comme le cœur d’une plante apparemment asséchée qui en fait ne meurt jamais. Et de temps à autres, elle fait des pousses. Certains s’en réjouissent, certains voient leurs désintérêts – comme les patrons suisses qui semblent regarder éberlués leur main d’œuvre fondre sous la neige –, d’autres serrent les fesses : les immigrés, les homos, les femmes avec l’autonomie de leurs corps de nouveau mise aux enchères.

IMG_3313Il y a aussi des femmes immigrées qui sortent leurs enfants, filles et garçons, de l’école de crainte qu’ils y apprennent à se masturber. Elles ne sont pas seules. On les a toutes prévenues d’un danger imminent. Elles sont ciblées. Elles obéissent. Pourtant, ces mères ne regardent-elles pas ce que leur progéniture fait dans leur chambre, le couloir de leur appartement, dans les caves ou sur les parkings des immeubles ou encore sur les aires de jeu, dans les vestiaires des gymnases ? C’est sur ce paradoxe (par exemple, femme, immigrée pro-morale et pro-oppression pour la maintenir) que joue systématiquement la domination : par devoir d’obéissance, en tant qu’objet d’oppression, le ou la subalterne prend le relai du dominant, contrôle à son tour, et domine. Là c’est sur ses enfants que la subalterne exerce sa domination, ce dont elle a socialement la responsabilité au quotidien sans qu’on lui ait demandé son avis. Elle répond sans mot dire à son devoir de re-production pour la Nation. Rien de moins.

Si on essaie de trouver un intérêt chez les familialistes c’est qu’ils se montrent incultes, incapables de savoirs propres, juste répétiteurs de morale. Et les médias de masse les soutiennent bien dans cette démarche. Ça peut aider à comprendre la fragilité de leurs arguments, leur enracinement dans un négationnisme de base, de principe même et le relai qu’ils reçoivent dans la sphère publique. L’anti-démocratie.

Parce qu’enfin tous ces fachos, j’y reviens, sont anti-démocrates, tout sauf humanistes, ils n’aiment personne y compris chez leurs militants. Ils ont la haine. Ils ont peur. Ils n’ont pas d’idée. Qu’on se le dise ! Qu’on en abuse ! Sans modération.

Joelle Palmieri – février 2014

Le singe est une femme, noire, âgée

Le destinataire de la banane d’Angers n’est pas n’importe qui. Il est tout d’abord, dans la compréhension commune,  la femelle du singe. Une guenon. L’étymologie du mot guenon, « kona », est la même que celle des substantifs « quenouille », qui symbolise le sexe féminin, ou « gouine », qui signifiait prostituée, et est aujourd’hui utilisé pour qualifier les lesbiennes. Il me plait de le rappeler.

J’ai lu. J’avais envie de creuser. D’après un écrit de 1775 d’un certain Antoine Court de Gébelin, intitulé « Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne considéré dans son génie allégorique et dans les allégories auxquelles conduisit ce génie », j’apprends que du grec « gaô » – naître, exister – sont nés « geneo » – mettre au monde –, « genos » – famille, race, genre – tiens, tiens…, « guna » – femme. Et en latin, « genus » – genre –, « genero & gigno » – produire –, « gens » – nation, famille. Nous y sommes. Dans les dialectes du Nord (Suédois, Danois, Teutons, Irlandais…), on a créé le mot « kona » qui signifie femme et sexe féminin. Nos promoteurs de bananes ne s’y trompent guère.

Dans un second ouvrage de 1860, intitulé « Études de théologie, de philosophie et d’histoire/Études religieuses, historiques et littéraires : ‪1857-1869 » publiés par les pères Charles Daniel et Jean Gagarin, je lis que « Chez les Francs, « quena » signifiait femme. Tandis que les Anglais ont, tiré de ce primitif le nom de leur reine, queen, nos pères y ont trouvé celui d’une prostituée, gouine ; nous lui empruntons celui de la femelle d’un singe, guenon, qu’on applique aussi familièrement à une femme de mauvaise vie ou très-laide ». L’affaire se confirme.

Dans un troisième ouvrage de 2000, écrit par ‪Jennifer Yee et intitulé  « Clichés de la femme exotique : ‪Un regard sur la littérature coloniale française entre 1871 et 1914 », j’apprends que dans la littérature coloniale, la guenon symbolise des personnages féminins qui « cumulent […] deux tares : elles sont non seulement noires, mais âgées ». De plus, si la référence au singe signifie la laideur, celle aux « vieilles guenons » fait surenchère. L’auteure précise : «  l’odeur […] rappelle l’étrangeté : “une fétidité de fauve” ». Par ailleurs, en tant que femelle du singe, par définition elle singe, « c’est-à-dire qu’elle imite l’humain ». En comparant une personne à une guenon, non seulement on l’éloigne de l’espèce humaine mais on réduit son savoir au savoir imiter.

Le 25 octobre 2013 à Angers, les manifestants catholiques anti-mariage homosexuel savaient bien à qui ils parlaient quand ils on scandé : « Taubira dégage, Taubira tu sens mauvais, tes jours sont comptés ». La ministre de la Justice est une femme, noire, de l’âge de la laideur qu’ils associent à ses actes. Elle n’est pas simplement un singe. Et c’est là où leurs détracteurs se trompent encore. Je m’accorde bien évidemment avec les humeurs de Harry Roselmack du 4 novembre et de Christine Angot du 7 novembre. Mais malheureusement, je dis bien malheureusement, le racisme n’est pas la seule vertèbre nationale française à faire sauter. Le sexisme, l’homophobie se font, eux aussi, la part belle et au même niveau. Car ces emportements ostentatoires, nommons-les comme ça, font système. Celui de la domination. Entendue comme rapport de commandement et obéissance, basée sur la violence, comme le soulignait Hannah Arendt en 1972.

Les « médiocres » dont Christine Angot parle ont peur. Sont en concurrence. Entre eux, avec les autres. Ici et ailleurs. Le phénomène n’est pas national. Hexagonal. Il est global. La concurrence est épistémique. Elle se produit au niveau des savoirs. La crainte de la refonte des savoirs, de la critique des apparences comme des idées reçues, est grande. Elle augmente, elle s’accélère. Aussi, les concurrents manifestent… avec l’ambition de transformer l’autre, tous les autres, les noirs, les arabes, les roms, les pauvres, les pédés, les lesbos, les bonnes femmes, en objets et en marchandises. Tout sauf des sujets. Comme l’esclavage en son temps. Achille Mmembe l’écrit dans son livre paru cette année, « Critique de la raison nègre » : « En bien des pays désormais, sévit un racisme sans race ». L’important est de diviser. De dissoudre. D’éparpiller. De disloquer. Le racisme est une invention des Blancs pour créer des catégories. Ne l’oublions pas. Alors n’alimentons pas cet effet d’optique. Gardons le sens de la nuance, de la clairvoyance. Ne marchons pas dans la combine des amalgames. Situons notre point de vue. De femme ou d’homme, de riche ou de pauvre, de noir ou de blanc, de jeune ou de vieux, d’hétéro ou d’homo, … Sinon nous allons perdre notre humanisme.

Joelle Palmieri, 12 novembre 2013

Qui est pornographe ?

IMG_4435« C’est vraiment pornographique. Vraiment dégoutant. Vraiment… Pourtant je ne suis pas contre. C’est pas ça. Mais là vraiment… ». « Ah ! Tu parles du film de l’autre arabe là ? Ah ben tu penses… ». « De toutes façons, depuis l’histoire du mariage gay, on voit que ça. Ils sont partout. Vraiment. Même dans les émissions de divertissement. Vraiment, c’est dégoutant. » J’ai intercepté cette conversation entre femmes à mon cours de modelage. Je suis restée bouche bée. J’ai tout de suite compris. On était le soir de la sortie, le 9 octobre 2013, de « La vie d’Adèle », le film de Abdellatif Kechiche. « De toutes façons, les Palmes d’or, c’est que des navets », dit celle qui parle « arabe ». J’avais envie de demander à la critique d’art : « mais, on ne parle pas d’amour, de passion dans ce film ? ». Je me suis tue. Assaillie par l’avalanche des propos racistes, sexistes, homophobes. Tétanisée. J’ai regardé le plafond, histoire de me donner de la force. J’ai pensé : « je ne vois que ça des hétéros, au point que j’en ai la gerbe ; j’en entends tout le temps des blagues sexistes, racontés par des mecs lourds, auxquelles il est de bon temps de rire, y compris dans ce cours ; les violences faites aux femmes de plus en plus nombreuses appartiennent depuis belle lurette au registre de la pornographie sans compter que l’inverse est vrai ». J’ai dit à celle qui n’est pas contre : « T’as vraiment peur pour ton IRM du cerveau ? Faut pas tu sais… ». Et elles se sont toutes tues.

Et puis, la veille au soir, un incident à l’Assemblée nationale. Un ensemble de députées ont quitté l’hémicycle après qu’un parlementaire mâle est jugé bon de caqueter sur les propos d’une de ses collègues. C’était pas une première. La goutte a fait déborder le vase. De quoi se demander si ce comportement ne serait pas un peu pornographique. Caqueter. Imiter la poule. Une poule. Une put’ quoi. Et couvrir sa voix. Lui enlever. Lui arracher. Lui supprimer. Tout simplement. Vous avez dit dégoutant ? Je dis encore, dégueulasse. Au Rwanda, il a fallu un génocide, pour que les femmes soient considérées comme légitimes à l’Assemblée, avec 64% des sièges (résultats des dernières élections du 19 septembre), un record mondial. Certains émettent l’hypothèse que c’est le résultat de la diminution du nombre d’hommes, beaucoup ayant été tués pendant le massacre (10% de la population). D’autres celle que ce record représente le miroir des luttes des mouvements de femmes locaux. Faut croire qu’en France, on est encore très loin du compte… des comptes ? De la passion pour sûr.

Joelle Palmieri, 17 octobre 2013

Des ados marchandises à la guerre civile

image033Le 5 août 2013, c’est-à-dire il y a quinze jours, sortait une étude commanditée par le Conseil national pour l’enfance et la maternité selon laquelle chaque année des milliers d’adolescentes égyptiennes, âgées de 11 à 18 ans, sont vendues par leurs parents à des hommes riches des pays du Golfe beaucoup plus âgés, sous prétexte de mariage. Ces noces fictives sont négociées entre 800 livres égyptiennes (86 euros) pour une journée, à 20 000 livres (2 085 euros) et 70 000 livres  (7450 euros) pour un été. Rappelons simplement que dans ce pays, un quart de la population subsiste avec moins de deux dollars par jour… Ce marché permet aux riches touristes masculins des Emirats arabes unis, d’Arabie saoudite et du Koweït, d’avoir des relations sexuelles avec des mineures, alors que cela est strictement interdit par la religion musulmane. Quelle n’a pas été ma stupéfaction de constater à quel point cette information est passée entre les mailles du filet alors que l’Égypte est sous les feux des projecteurs. Ces filles sont des marchandises sexuelles et tout le monde s’en fout.

En revanche, une information s’est glissée concernant l’initiative de monter un Tribunal pénal international de la République démocratique du Congo, notamment pour demander réparation des viols, et plus généralement des violences sexuelles, comme armes de guerre. Le lien temporel entre viols et guerre fait son chemin. Mais combien de temps faudra-t-il encore attendre pour qu’on ait la clairvoyance de faire le lien structurel entre la situation de violence ordinaire à l’égard des femmes et le contexte global violent et ses menaces guerrières permanentes ? Là encore l’actualité égyptienne nous éclaire. En février 2013, les journalistes du monde entier nous alertaient à propos des agressions sexuelles dont étaient victimes les militantes venues manifester place Tahir contre le président Mohamed Morsi. Début juillet, de nombreuses organisations humanitaires signalaient des cas de viols le jour de l’annonce de la destitution du président, « sous les yeux de centaines de témoins, et auxquelles ont parfois pris part des dizaines d’hommes ». Ces grandes manifestations de désaveu n’analysaient pas pour autant la qualité des auteurs des agressions ni vraiment le contexte de leurs expressions.

Aujourd’hui, à l’heure où le pays semble glisser vers la guerre civile, où les morts se comptent par dizaines chaque jour, la mention de ces violences a disparu. N’y aurait-il plus de viols, d’agressions sexuelles ? Certainement pas. Alors pourquoi ? Faudra-t-il attendre encore dix ans pour qu’une enquête révèle que pendant les événements que les Égyptiens sont en train de vivre, des centaines, voire des milliers de femmes, se sont faites humilier, terrasser, embrocher, tringler, à coup de bâtons, de pioches, de queues, par dix, vingt, trente hommes, une armée ? Faudra-t-il espérer l’œil attentif d’une historienne égarée pour lire que cette actualité qui déchire pro et anti-islamistes est le résultat d’un système violent, basé sur des rapports de domination construits et solides ? Décidément, le système de domination entre les genres assoie tous les autres, y compris celui entre les races et les classes. Les pro-Morsi et les anti-Morsi le démontrent chaque jour. Comme les commentateurs de leurs agissements. Malheureusement.

Joelle Palmieri – 20 août 2013

Que les bêtes meurent

IMG_3049Ils ont tué Clément. Ils ont fermé la télé publique grecque. Ils ont réprimé les manifestations de colère des jeunes turcs. Ils ont surveillé nos échanges mail et autres échanges numériques. Ils manifestent leur haine de l’autre. Avec violence. Sans vergogne. C’est leur ligne de conduite. Leur slogan. La terreur. La menace permanente. Ils se sentent légitimes. Ils sont devenus légitimes. Nous les avons rendus légitimes. En achetant les mêmes polos de bourgeois ? Non. En nous rendant à des ventes privées de grande marque de fringue ? Un peu plus. En dédaignant la télé parce que c’est de la merde ? C’est sûr. En méprisant toujours et encore ces jeunes, qui sont toujours plus jeunes que nous ? C’est certain. En faisant fi d’une colonialité en marche, c’est-à-dire un ensemble de systèmes de dominations produites par l’expansion du capitalisme à l’ère numérique ? C’est définitivement frappant. Alors où sont vraiment les bêtes ?

Certes, eux, les faschos sont capables de rétorquer que ce « ragout [la société capitaliste] est tout simplement dégueulasse » ou encore, comme dirait ma mère, que les homosexuels sont vraiment gentils mais vraiment que ce qui n’est pas normal est qu’ils aient des enfants, idée trop éloignée de la morale judéo-chrétienne. Ou encore qu’on est « envahis par les gays ! »,  que « ça va saigner » et qu’« on va leur taper sur la gueule » aux antifas, aux arabes, aux pédés, aux gauchistes… Si ça c’est pas du ragout, je jette mon tablier !

Mais depuis une semaine j’essaie d’éplucher les images qu’on me donne à voir sur ces antifas, ces arabes (les turcs en l’occurrence), ces pédés, ces gauchistes… et ce qui me frappe c’est que je ne vois que des mecs. Est-ce la presse (télé, écrite, internet) décidément « trop » néolibérale qui m’injecte du pré-pensé sexiste, ce qui en ajoute au fascisme ambiant ? Sans doute, mais pas seulement. La domination est aussi du côté des bien-pensants, du « voir juste », des antiracistes, des anti-impérialistes, des antilibéraux… Rien de neuf à l’horizon donc. Le steak haché de cheval du militant serait-il toujours cuit par une militante ? Dans ma naïveté je continue à scruter ces images pour y débusquer un visage féminin, une parole féministe. Je croise six seins nus, la « paire de couilles » d’Elise Lucet, les journalistes grévistes des Echos… c’est tout. Alors je me dis, je vous dis, où sont les bêtes ?