Archives par mot-clé : féminisme

Testicules sans limites !

Cheikhs, kamikazes, religieux, présidents, premiers ministres, experts, directeurs de l’information… Tous se conjuguent au masculin. Image d’une telle évidence qu’on ne peut s’empêcher de voir Bush avec ses colts, ses missiles et son bouton-poussoir atomique, Ben Laden avec ses lance-roquettes, ses kalachnikovs, et ses biffetons dans les poches, les Taliban avec leurs machines à tuer constitutionnelles, Blair, Perez et Chirac avec leurs cravates et dossiers secrets. Dans tous les cas, on nous jette en pâture la représentation du culte de la personnalité. Ce virilisme, poussé à outrance à tel point qu’on ne peut le qualifier ou le nommer, nous isole par construction. En effet, en quoi cela nous concerne-t-il ? Comment pouvons-nous nous identifier ? Qui nous ? Cette partie de l’humanité qu’« on » n’identifie pas, qu’« on » camoufle sous un universalisme neutre : les femmes. Remarquez bien que tous les protagonistes de la guerre et des appels à la haine ont des noms et des fonctions, alors que les promoteurs de la paix sont des groupes, majoritairement de femmes, qui n’ont pas besoin d’étendard. D’où qu’ils viennent, des Etats-Unis, de Croatie, du Kosovo, d’Israël, de Palestine, des Philippines, de Turquie,… les appels à la paix sont collectifs…
Alors, quelles sont les limites de la justice masculine ? Le mépris du meurtre organisé et la tolérance de la violence institutionnalisée. Quoiqu’en disent nos dirigeants, élus ou occultes, ces limites sont constitutives de leur place : le pouvoir politique et économique, construit sur le modèle de la domination masculine. Tant que la « communauté internationale », comme elle est nommée, tolèrera le sort réservé aux Afghanes, aux Algériennes, aux Chinoises, aux Indiennes, aux Mexicaines, aux Moldaves, aux Biélorusses… le terrorisme, sur lequel tous les yeux se portent aujourd’hui, a de beaux jours devant lui. Bush et ses complices ne sont pas crédibles dans leurs rôles de sauveurs suprêmes. Nous ne les prenons pas au sérieux. Nous nous en méfions. : ils constituent des menaces objectives de guerre contre les plus déshérités de la planète : les pauvres donc les femmes.

samedi 1er septembre 2001

LE MAL TRIBUT DES TRIBUS MÂLES

On pourrait croire que la tribu des « jeunes mâles gris » a déclaré la guerre à celle des « vieux mâles blancs ». Mais les apparences sont trompeuses. D’un côté, un système colonial raciste doté autant d’un pouvoir fascisant, discriminatoire et répressif, enracinés sur ses pilotis médiatiques et dopé aux statistiques, que d’une contestation social-démocrate, culpabilisée, amnésique, raciste par omission, piquée aux anabolisants. Ce système se démarque par son immense aptitude à ne traiter que le court terme, pour mieux ré-agir ou re-qualifier, ré-habiliter, ré-nover, ré-former, braquant leur vocabulaire aux petits commerçants. Il ne nomme plus – les jeunes victimes de Clichy-sous-bois ont perdu leur identité avec leur cœur carbonisé -, il ne badine avec l’Histoire que pour mieux l’enterrer – l’ordonnance utilisée pour instaurer le couvre-feu date des événements liés à la guerre d’Algérie, date à partir de laquelle une politique d’immigration massive a été mise en place par l’Etat français pour nourrir les usines françaises, en même temps que la mise en couveuse de cités-dortoirs -, il ne sexe pas – les émeutiers seraient de jeunes eunuques ou hermaphrodites. De l’autre côté, des individus, qui avancent masqués, non identifiés, n’opèrent pas au grand jour et se placent en vandales occasionnels sans aucune ambition de changer, culbuter, estourbir, radicaliser, bref politiser la situation. Ils n’aspirent qu’à se faire autant de pognon que les autres. Ils réagissent à la violence par la violence, sans en changer les donnes. Ils se protègent derrière des populations condamnées en conséquence sans appel à la victimisation et à l’exclusion, le tout sous la haute protection de Grands Frères, les seuls à posséder un nom, au titre de la religion qu’ils auraient miraculeusement adoptée. Ils ne contestent en rien l’oligarchie qui régit le système répressif, ni ses règles, basées sur la division de sexe, de classe, de race. Ils sont eux aussi libéraux, racistes, homophobes et sexistes. Ils re-produisent. Match nul.
Novembre 2005

Libre : la loi du genre

Dans un contexte de communication libérale, comment donner les moyens aux groupes de femmes porteuses d’alternatives économiques, sociales, culturelles et politiques de rendre visibles leurs pratiques, expériences, savoir-faire ? Comment rompre avec les inégalités hommes/femmes ? En quoi les Tics peuvent-elles armer les résistances ? Comment articuler les concepts et philosophies genre et logiciels libres ? En quoi le libre répond-il aux besoins du genre ? En quoi le genre répond-il aux besoins du libre ? C’est simple…

 

Nous vivons une époque sous l’emprise du développement impressionnant des techniques et technologies de communication dont les répercussions s’étendent aux sphères sociale, économique, politique et culturelle, avec des implications sérieuses sur l’avenir même de la vie démocratique. On constate une hyper-concentration des ressources qui renforce la tendance à la formation de monopoles et oligopoles privés dans le secteur de la communication. Ce constat n’est pas très éloigné du fait que le développement technologique est mis en oeuvre essentiellement comme partie intégrante du processus de mondialisation.

Aussi, l’information et la communication constituent un secteur économique en tant que tel (à haut taux de profit), dont les produits doivent être valorisés comme des marchandises, ayant tendance à annuler toute notion de service public, avec lequel la communication a toujours été associée.

Le rôle des médias

A l’heure des concentrations démesurées, des canaux sans contenus et de la sous-information, il est opportun de constater que les médias sont plutôt à l’état d’essai, de tentative, de concept non abouti, de début. Afin d’y voir plus clair, commençons par prendre le terme média au singulier. Un média est censé être au centre, un moyen de communication, un lien entre émetteur et récepteur. Il semblerait aujourd’hui que c’est un fil vertical, tendu, à sens unique, du haut vers le bas et privatisé… Et ces fils, ou tuyaux, sont à remplir, et le plus rapidement possible ! Où donc est passé l’espace temps, celui qui permet d’élaborer sa pensée, d’affiner sa réflexion, de s’exprimer librement… Où la loi du marché place-t-elle le lecteur, l’auditeur, le téléspectateur, nommés comme tels, c’est-à-dire au masculin par les détenteurs du pouvoir informationnel? Plus de place désormais à l’imaginaire, à l’innovation, à l’expression et à l’échange. Toutes choses qui méritent qu’on prenne le temps. En l’état actuel du secteur, difficile d’envisager une presse où le “consommateur” ne soit pas passif. On se retrouve ainsi avec des informations sur mesure – chez certains diffuseurs, les chaînes ou émissions sont créées à partir de la mise de départ, à savoir, si Reebook investit, alors on crée une émission de basket -. Dans les pays du Sud, la situation est bien plus grave. En Afrique ou dans les pays émergents comme le Brésil, le pire de la télévision est déversé dans les canaux des chaînes publiques ou privées : des modèles et références du Nord, qui ont encore moins à voir avec les réalités vécues par les femmes et les hommes du crû. Pire encore, concernant les journaux d’actualités, on est confrontés à des informations qui n’en sont pas, parce que tronquées, choisies et saucissonnées.

Pour de nouveaux modèles

Ce sont principalement des hommes, qui font des choix, ou plutôt les imposent à leur cible, des individu-es qu’ils considèrent consommant-es et non pensant-es. Les chiffres témoignent. Dans son rapport sur la question des femmes et des médias publié en 1995 pour l’Unesco, Margaret Gallaguer est formelle : les femmes sont “visibles, mais vulnérables”. Que ce soit en tant qu’actrice (journaliste), ou en tant que sujet, les femmes sont quasiment inexistantes. Il faut dire que le casting dans les rédactions en chef est sévère. Des hommes décident des sujets à traiter, des femmes font les reportages et pas pour n’importe quelle rubrique. Elles sont pratiquement exclues des domaines concernant l’économie, le sport et la politique. De nombreuses études sur le sujet, et notamment les travaux de l’Association des femmes journalistes sur la presse généraliste, en attestent. Depuis leur formation jusqu’à leur exercice sur le marché du travail, les femmes journalistes sont confrontées à de réelles barrières éditoriales et de travail, édictées par leurs rédactions en chef. Phénomène peu connu, ce sont massivement des femmes qui se retrouvent reporters de guerre ou de terrain, situation précaire au possible, qui rend extrêmement difficile toute promotion « interne ». Par ailleurs, les sujets proposés, quels qu’ils soient, ne doivent en aucun cas présenter une dimension de genre. Par contre, les sujets sur les femmes, en tant que victimes ou stars du sport ou du show business sont les bienvenus.

Aussi, « les revues féminines restent un fief d’images dévalorisantes ». Toute tentative de traitement de l’actualité avec une perspective de genre est sujette à caution, voire soumise à des pressions universalistes, quand ce n’est pas justement rejetée au rang de presse spécialisée. Par exemple, il est désormais courant que le sujet-même du féminisme fasse l’objet d’un magazine ou d’une émission-débat à part entière. Mais, c’est le plus souvent pour mieux se gausser de ce « mouvement d’arrière-garde ». Ou alors, on s’entretient avec une féministe-alibi sur des sujets comme la cosmétique, l’amour… en cherchant un « contrepoint » comme si, d’emblée c’était antinomique. Ou bien encore, les émissions ou dossiers « sérieux » sur la guerre, les enjeux géopolitiques de telle ou telle partie du monde, se retrouvent bondées de signatures masculines et quand bien même il y en aurait une féminine, elle doit emprunter les codes de dialogue masculins, c’est-à-dire universalistes et surtout pas différenciés selon les sexes.

Les logiques d’exclusion sont donc doubles: au niveau de la place faite aux femmes dans la profession à proprement parlé et au niveau de l’information traitée, où la vision « masculine » est prédominante,

Or, la prolifération et la diversité des sources, entre autres des réseaux sur Internet et plus seulement des agences qui pré-mâchent et trient (AFP, Reuters, BBC…) – devraient permettre l’apparition de nouveaux modèles de traitement de l’information. Un élargissement du champ d’investigation, la mise en place d’un media enfin transversal et interactif où le “push”, ce qu’on connaît aujourd’hui, laisserait la place au “pull”, c’est-à-dire les contenus endogènes portés par la société civile. Une nouvelle voie, pour éventuellement faire émerger des contenus, qui prennent en compte les rapports sociaux de sexe et le contexte planétaire de domination masculine.

Pour le droit à communiquer

Il a été établi comme un constat universel que la vitalité de la démocratie dépend de la participation citoyenne, ce qui suppose que les différents groupes qui composent la société soient dûment informés et capables d’exprimer leurs points de vue particuliers afin de contribuer à la formation des consensus sociaux. Cette aspiration a été à plusieurs reprises niée entre autres raisons à cause de l’absence de démocratie dans les systèmes de communication. Par exemple, de nombreuses études ont montré que l’apparition du public sur les plateaux de télévision, bien loin de lui donner la parole, le place dans le rôle du complice de ce qui se produit sous ses yeux sans son agrément. Autre exemple, l’apparition des Sms ou textos sur les téléphones mobiles, servent certes à se communiquer de petits messages entre ami-es, mais répond surtout à deux objectifs : diffuser de la publicité sans le consentement du récepteur et alimenter/faire payer les les tuyaux (10 fois le prix de ce qu’ils coûtent), en y faisant circuler des 0 et 1, ce qui les rentabilise financièrement mais aussi en termes de marché, par la captation des données individuelles pour utilisation marketing ultérieure.

Cette situation exige que la société civile intègre, dans son ordre du jour, le Droit à la Communication et, en même temps, se pose le défi de promouvoir des initiatives dont le but est de s’approprier les outils de communication et de développer des médias citoyens, libres et gratuits. En particulier, les organisations de femmes et/ou mixtes qui abordent le genre, doivent saisir l’opportunité offerte par les Technologies de l’information et de la communication (Tics) pour faire émerger des analyses et pratiques spécifiques.

Une information autrement

A partir de l’analyse de ces tendances de la communication « dominante », et en portant une attention particulière à la place et au rôle  des femmes, victimes d’une double marginalisation (en tant qu’actrice et également sujet de la vie sociale, économique, culturelle et politique), et à celui des initiatives alternatives, presque totalement invisibles, il semble opportun de mettre en place des outils media totalement indépendants où l’information serait non seulement au service des citoyen-nes mais surtout émanant d’eux. Une information qui revendique diversité, solidarité, égalité, horizontalité et transversalité.

Il est aujourd’hui indispensable de concevoir l’information autrement en portant une attention particulière aux contenus endogènes. Cela signifie concrètement que tous les acteurs de la société civile, femmes et hommes, doivent non seulement être en mesure de diffuser leurs propres contenus mais également que la forme qu’ils utilisent pour communiquer soit considérée comme un modèle à part entière, complémentaire des traitements professionnels (journalistiques) classiques. Cette stratégie permet ainsi d’aborder des sujets non traités dans les médias traditionnels, de donner une dimension sans frontières à la circulation de l’information, de porter des contenus spécifiques suivant les régions du monde, de créer un réseau d’échanges et de savoir-faire. Et parmi eux – voire avant tout – mettre en exergue le genre, et notamment, les rapports sociaux entre les femmes et les hommes, l’entrave que les inégalités de genre représentent pour le développement des personnes et des sociétés, les alternatives portées par les femmes, autant de prismes qui permettent d’évacuer le sensationalisme ou le fait divers pour rendre une place de choix à une véritable analyse sociale, politique et économique des sujets comme les violences, le nationalisme, l’intégrisme, le militarisme, la paix…

Des contenus d’utilité générale

De plus, dans le cadre de la valorisation de contenus au service du public, il est impératif de rester vigilant en matière de contrôle de la diffusion en créant ou maintenant des réseaux de diffusion propres mais aussi en investissant les centres de décision où se contrôle la diffusion, qu’elle soit TV, radio ou presse écrite.

Il s’agit de concevoir l’information autrement, selon les principes suivants :

–       l’accès à l’information est un droit fondamental,

–       l’information n’est pas une marchandise, elle doit être gratuite,

–       le lecteur, auditeur, téléspectateur n’est pas un consommateur,

–       les contenus doivent être endogènes.

Dans ce cadre, il semble justifié de prêter attention à un nouveau mode de traitement éditorial en quatre axes :

–       aborder des sujets non traités dans les médias traditionnels,

–       proposer un traitement multimédia (radio, presse papier, presse électronique, TV) transversal, horizontal,

–       concevoir des outils média nomades, sans frontières, déplaçables,

–       mettre ces outils entre les mains des porteurs de contenu, en rompant avec le corporatisme professionnel

–       mettre en œuvre des relais, d’un support à l’autre.

Ces nouveaux modes de traitements permettent d’envisager une information en étoile, où chaque acteur-trice de la société civile est en connexion directe avec les autres. Ainsi, chaque interlocuteur peut apporter ses contenus, et faire échos à ceux des autres en les complétant et en les mettant en valeur. Cette structure permet la mise en lumière au niveau international d’une richesse collective. Et l’échange de savoir-faire et d’expériences, la mutualisation des moyens au service d’un contenu, la confrontation des situations individuelles, collectives ou régionales, et surtout leur publication et leur diffusion, font disparaître les cloisons géographiques, économiques et politiques.

Pour réaliser concrètement ces outils média, il s’agit de créer un réseau de modèles et de bâtir ces outils sur un modèle économique différent, qui en assure la pérennité, en :

–       s’appuyant sur les concepts de l’économie solidaire (co-financement en amont par l’Etat et les acteurs-trices de la société civile),

–       en impliquant les territoires (élus locaux, responsables régionaux…),

–       en gardant le contrôle de la diffusion,

–       en utilisant les TIC, comme une technologie peu chère,

–       en impulsant des politiques d’accès au réseau internet,

–       en utilisant la philosophie des logiciels libres.

Le genre, un catalyseur

Ces outils de service public doivent correspondre, et non pas seulement répondre, au bien commun. Ils doivent partir des besoins des populations, au risque sinon de rester sans intérêts, et créer des espaces publics de discussion où le récepteur-trice, l’émetteur-trice, prescripteur-trice se rencontrent ou se confondent afin de  mettre en lumière ces besoins. Ici, le genre retrouve toute sa pertinence puisque femmes et hommes, selon leurs origines sociales, religieuses, ethniques, générationnelles, leur orientation sexuelle, etc., vont pouvoir enfin exprimer des besoins et intérêts  différents. Dans un premier temps, il s’agit de faire émerger des besoins pratiques pour les femmes comme pour les hommes, tout en gardant le statu quo de la division sexuelle du travail, puis de leur faire opérer une transformation en faisant naître des besoins/intérêts stratégiques qui vont fondamentalement changer ce rapport de genre vers plus d’équité.

Le libre, avenir du genre

Les femmes représentent globalement 80% des pauvres et 67% des analphabètes. Elles sont aussi pour la plupart victimes d’une triple discrimination : elles sont femmes, elles travaillent pour leur grande majorité dans des secteurs de l’économie non comptabilisés au niveau national (solidaire ou informelle) et sont, dans leur très grande majorité, marginalisées dans leur environnement social, géographique ou politique. Elles sont aussi très souvent porteuses de modèles économiques, sociaux et politiques radicalement différents du système le plus visible : inégalitaire, discriminant, à haute plus-value financière. Pourtant, ce paradoxe reste invisible. Pourquoi  ? Que ce soit concernant les femmes immigrées dans les cités dites difficiles en France, les femmes noires dont le diplôme n’est pas reconnu au Québec ou les pêcheuses sénégalaises de la périphérie de Dakar, qui pour la plupart sont analphabètes, rendre publiques les pratiques qu’elles mettent en œuvre et les analyses des disparités et inégalités hommes/femmes, corrompt les usages universalistes, remet en cause les rapports sociaux de genre comme les rapports de domination hérités du patriarcat mais aussi du colonialisme et de l’impérialisme, brave un interdit de taille – l’accès des femmes à la place publique – et devient ainsi un enjeu majeur.

L’utilisation des logiciels libres s’impose alors comme une évidence.  En effet, le terme « libre » ici fait référence à la liberté, et non au prix (d’où une source de confusion chez les Anglosaxon-nes). Il y a plus de vingt ans maintenant, Richard M. Stallman, reconnu « père » du concept, crée la Free Software Foundation afin de lancer le dit « Projet GNU ». Son ambition: permettre à tou-tes d’utiliser des logiciels de toutes les façons qui sont utiles socialement, rendre possibles la copie et la modification, le plus simplement possible. Il définit précisément quatre types de liberté pour l’utilisateur-trice du logiciel :

« – la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages (liberté 0).

– la liberté d’étudier le fonctionnement du programme, et de l’adapter à vos besoins (liberté 1). Pour ceci l’accès au code source (open source) est une condition requise.

– la liberté de redistribuer des copies, donc d’aider votre voisin, (liberté 2).

– la liberté d’améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté (liberté 3). Pour ceci l’accès au code source est une condition requise. »

Bien sûr, ces préceptes semblent très informatiques, mais ils se sont depuis transformés en outils utilisés par le plus grand nombre pour rompre avec toutes les formes de fractures : sociales, ethniques, de sexe… Par ailleurs, le GNU est devenu une base légale intitulée GNU/GPL, General Public Licence, ce qui autorise une appropriation sans entrave (pour en savoir plus : http://www.gnu.org/philosophy/philosophy.fr.html).

Un bien commun

Aussi, cette philosophie permet de développer des projets transcontinentaux de création de médias endogènes, basé sur les Tics, afin de valoriser les alternatives économiques, sociales, politiques et culturelles portées par les femmes dans le monde et d’analyser les disparités de genre à l’échelle mondiale. En effet, les logiciels libres sont, la plupart du temps, gratuits. Aucune dépense n’est nécessaire, aucun “vol” n’est possible, aucune infraction à la loi sur la propriété intellectuelle ne peut  exister parce qu’aucun système de brevetabilité ne peut fonctionner. Leur création est un bien commun. Ils permettent des adaptations locales, en particulier dans le domaine de la langue. Il suffit qu’il y ait une demande – qui peut être soutenue financièrement ou pas par un organisme – pour que les logiciels soient traduits en une langue, un langage, un dialecte. La possibilité de permettre à des groupes très restreints, très retirés ou isolés, et en particulier les femmes, l’accès à l’information et à la publication est alors unique.

De plus, il existe une autre manière de voir les relations chez les développeurs de logiciels libres. Certains sont donc collaboratifs, participatifs, simples, en constante évolution afin de répondre à ces critères et satisfaire la demande, en progression nette. Ce qu’aucun logiciel propriétaire n’est en mesure de faire, de par la philosophie de profit sous-jacente qui les meut. Il existe des logiciels libres qui permettent de publier tout contenu sans aucune connaissance ou contrainte informatique ou technique.

Ainsi, il existe des logiciels de traitement de texte, de présentation assistée par ordinateur, des tableurs, de traitement image, son… et de publication sur le Web, de lecture/écriture de mails, de navigation sur le Web. Ils ne demandent aucun investissement financier. Pour les utiliser, il suffit d’avoir ou d’installer sur son ordinateur un système d’exploitation qui les supporte, ce qui est évidemment le cas de Linux, lui-même libre, mais de bien d’autres. Ensuite, il suffit de les télécharger sur le Web, pour en avoir la disponbilité hors ligne. La dépendance technique à Microsoft se retrouve alors réduite à quelques faibles expressions : le milieu de l’entreprise, le milieu des Ongs ou tout autre organisme de la société civile qui « sous-traite » sa gestion informatique et… les serveurs internet, qui selon leur propriétaire, ne permettent pas d’installer par exemple des logiciels de publication Web en libre. Mais que ce soit pour les acteurs de la société civile ou les serveurs internet, des solutions non propriétaires existent déjà et sont disponibles pour le grand public. Ensuite, comme les quatre lois édictées par Stallman, l’accès aux manuels d’utilisation desdits logiciels fait partie intégrante de la liberté que ces logiciels autorisent. Tout comme la documentation, la formation peut être permanente. Il existe des listes électroniques d’utilisateur-trices, ou de développeur-ses, selon les niveaux, qui permettent non seulement d’être informé-e des nouveautés, des améliorations mais d’y participer ! Et même si la connexion internet n’est pas indispensable mais nécessaire, des passerelles entre utilisateur-trices sont prévues pour tou-tes ceux et celles qui n’ont pas accès au réseau. Très concrètement, si quelqu’un-e télécharge un traitement de texte via la Web, il/elle peut le recopier sur support électronique pour le transmettre à un-e voisin-e, qui va à son tour s’en servir pour publier un document, qu’il/elle va imprimer ou qu’il/elle va retranscrire par voie orale… Tout est donc prévu, dans cette « communauté » pour accompagner le changement.

Décupler les effets colatéraux vers l’égalité

Ces logiciels libres présentent donc le double avantage de démystifier les outils et de développer les accès, et donc la prolifération de contenus, sans restriction et sans entrave, à faible coût, en toute sécurité, dans toutes les langues, ce qui rompt les barrières géographiques mais aussi culturelles, sociales et d’éducation. La mise en commun des savoirs, des innovations, des trouvailles, des réussites, des bonnes pratiques, devient ainsi un parti pris, un moyen de « se comprendre » sans imposer de modèle. En particulier, les contenus sur les rapports et problématiques de genre trouvent toute leur place. Participative, cette philosophie permet aux personnes concernées d’échanger expériences, savoir-faire mais aussi obstacles rencontrés et freins structurels afin d’élaborer des solutions et stratégies communes. Collaborative, elle décuple les effets levier, crée des dynamiques nouvelles, encourage la multiplication, la diversité, la complémentarité et la réplicabilité. Interactive, elle permet une réactivité sans limite et accélère les processus d’élaboration et de changement. Conçue en totale complémentarité avec le Net, elle assure une visibilité internationale. On a vu ainsi, depuis moins de cinq ans, se développer des sites web, se créer des modes de communication oraux (par exemple, pour les diasporas et en particulier les Iraniennes) – espèce de « chambre » virtuelle où les internautes convergent à heure fixe et à périodicité régulière pour discuter -, se croiser des points de vue par des opérations de syndication de contenus (mise en liens de façon automatisée), se décupler des savoir-faire comme la recherche et le traitement iconographique, se diffuser des entretiens sous forme sonore…

Par ailleurs, tous les contenus ainsi créés et réunis permettent un reconditionnement ou repackaging sous des formes plus classiques : support papier, radio, télévision, voire mises en scène, ce qui décuple les moyens de diffusion et autorise des stratégies de dépassement des médias traditionnels. Alors, quelles raisons reste-t-il pour se réfugier dans la confidentialité ? Qu’attendent les groupes de femmes, ceux travaillant sur le genre et les féministes pour s’approprier ces outils ? La convergence des intentions et des stratégies d’expression entre le « libre » et les différents mouvements pour l’égalité homme/femme n’est plus à démontrer. Reste à passer à l’acte.

mai 2004

Tics, genre : même combat !

La bataille à mener pour faire entrer les politiques « Genre et Tics » dans les forums sociaux et autres lieux alternatifs n’est pas simple. Ces espaces s’avèrent ignorants ou méprisants du genre. Quant aux lieux et places où se discutent les stratégies de démocratisation des Tics, elles sont totalement masculines. Sans compter que les mouvements de femmes ne s’intéressent guère dans leur globalité, aux Tics, comme outils de renforcement stratégique de leurs luttes. Cette sectorisation conduit à penser leur articulation, leur mise en perspective et leur lien, comme des enjeux majeurs. Cette stratégie passe par la mise en œuvre d’une véritable communication populaire.

Quand on s’amuse à rechercher sur le moteur Google d’internet « genre, tic, mouvements » les résultats obtenus parlent d’eux-mêmes : on ne trouve que des réponses sur les mouvements de femmes ! Et encore, les réponses sont rares et très orientées « genre et tics » (vague impression de se mordre la queue)… Car il faut bien le dire : ces trois concepts mis en relation ne sont décidément pas à l’ordre du jour de bien des composantes des mouvements. Rien d’étonnant donc de ne rien trouver émanant des mouvements sociaux, environnementalistes, altermondialistes, pour les droits humains…

De fait, les trois concepts sont pour l’heure dissociés, et cela, de façon systématique. On peut trouver des groupes qui se préoccupent de politiques « genre et tics », d’autres « genre et mouvements », quant à « mouvements et tics », elles constituent une partition symphonique en elles-mêmes (depuis plusieurs éditions de forums sociaux, les tenants d’une communication au service des citoyen-nes, de médias libres, de Tics comme outils alternatifs… font « chambre à part » des Forums sociaux, dits officiels)! Sans compter, que pour chacune de ces « sections », on assiste chaque fois, à une véritable foire d’empoigne. Quelques exemples…

 

Fenêtre sur le genre

Il est écrit dans l’Appel de l’Assemblée des mouvements sociaux, mis à jour à Bombay en Inde en janvier 2004, lors de la 4e édition du Forum social mondial : « En tant que mouvements sociaux, nous réaffirmons notre engagement à lutter contre la globalisation néolibérale, l’impérialisme, la guerre, le racisme, les castes, l’impérialisme culturel, la pauvreté, le patriarcat et toutes les formes de discrimination et d’exclusion économique, sociale, politique, ethnique, de genre ou sexuelle, ainsi que notre volonté de voir respecter les orientations sexuelles et l’identité de genre de chacun(e). » Mais voilà, comme l’indique Annick Coupé, syndicaliste, porte-parole du G10 (France), intervenue lors de la plénière du 2e Forum social européen à Paris en novembre 2003 intitulée « Apport du féminisme aux mouvements sociaux » : « Au lendemain du 1er Forum social européen de Florence, au moment du bilan, nous avions fait un constat quelque peu amer : on comptait une minorité de femmes parmi les intervenants des séances plénières et des séminaires, et parfois même aucune ! […] Cette faiblesse dans la visibilité renvoie sur le fond à la difficulté de faire émerger la question du genre comme une question politique à part entière dans les débats du mouvement altermondialiste. » Et d’ajouter : « En fait, si ces inégalités de genre ne sont pas mises en avant, c’est qu’elles sont considérées comme secondaires au vu des inégalités sociales en général. […] Le mouvement social reste sur un schéma traditionnel qui veut qu’une femme est avant tout la femme, la fille ou la compagne d’un homme ».

 

Fenêtre sur les Tics

Lors du 1er Sommet mondial de la société de l’information (Smsi) qui a eu lieu à Genève en décembre 2003, quelle ne fut pas la surprise des militantes des politiques Genre et Tics quand elles ont vu que, dans la déclaration de principe du Smsi, le paragraphe qui devait être dédié au genre avait été remplacé par un texte évasif pour le moins (A12), qui insistait surtout sur le ‘gendermainstreaming’ et sur les ‘chances énormes que les TIC ont à offrir aux femmes’. Pourtant, explique Lize de Clercq (Indymedia Belgique) en mai 2004,  « lors de la phase préparatoire au sommet des Nations Unies, plusieurs organisations de femmes avaient lancé une campagne sur tee-shirt, avec pour slogan “il manque un paragraphe au Smsi”. Le paragraphe proposé comprenait une indication explicite concernant l’impact négatif de la révolution digitale sur les femmes et demandait une politique qui prenne en compte les différences de genre et en trace la carte. Malheureusement, le paragraphe du tee-shirt n’a pas passé la ligne d’arrivée. » De fait, la déclaration de principe des Nations Unies et son plan d’action établissent les lignes de base pour la « construction d’une politique coordonnée et globale dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, et pour l’élimination de la fracture digitale ». Point. Par contre, comme le souligne Lize de Clercq, « ce qui frappe, c’est l’attention accordée au genre dans le Plan d’action du Smsi dans les paragraphes consacrés à l’e-employment (emploi dans le secteur des Tics) et au télétravail (emploi via les Tics) ». Il est effectivement demandé aux gouvernements d’avoir une « politique en matière de Tics qui encourage l’entreprise, l’innovation et l’investissement, et qui accorde une attention particulière à la participation et la promotion des femmes » (paragraphe C6 13.1). Par ailleurs, le « développement de “bonnes pratiques” pour les e-employés et e-employeurs doivent être encouragées au niveau national, en se basant sur des principes honnêtes et sur l’égalité des genres, et doivent respecter toutes les normes internationales pertinentes » (paragraphe C7 19a). Et encore, « il faut faire la promotion du télétravail, afin d’augmenter les opportunités d’emploi pour les femmes » (paragraphe C7 19c). Etonnant non ? Comme quoi, les institutions ont bien saisi tout l’avantage que représentent les technologies de l’information et de la communication dans la mise en œuvre de leur politique, pour le moins libérale, sans grand conteste côté militant-es d’une société de l’information au service de l’humain.

 

Des espaces cloisonnés

Alors, quels sont les principaux défis pour que les politiques « Genre et Tics » intègrent les agendas des mouvements ? Il existe au moins trois espaces où ces stratégies devraient être discutées :

–       l’Assemblée des Femmes (qui précède quasi rituellement des Forums sociaux) et les mouvements de femmes plus généralement où les Tics ne sont pas pour la plupart à l’ordre du jour, excluant toute formulation de discriminations grimpantes (via le e-commerce par exemple) et encore moins d’alternatives,

–       les Forums sociaux (mondiaux, continentaux, locaux) où, comme on vient de le voir, le genre et les Tics ne sont pas des priorités de lutte,

–       le mouvement des Tics et logiciels libres, qui est fondamentalement et intrinsèquement dominé par des hommes, ses composantes étant majoritairement techniques et donc masculines.

Ces espaces ici définis s’ajoutent aux plus classiques : autorités publiques (Etats, territoires, municipalités), institutions (Onu et ses agences) mais aussi Banque mondiale, Fonds monétaire international, Organisation mondiale du commerce…

La tâche est rude mais pas désespérée… Parmi les pistes, Annick Coupé préconise: « Les femmes doivent prendre toute leur place dans ces débats ; c’est un espace politique [le Forum] à conquérir et à occuper car “naturellement”, cet espace est surtout largement occupé par les hommes actuellement. Le mouvement altermondialiste se développe partout dans le monde, au plan international avec le Fsm et les forums sociaux continentaux, mais aussi avec les forums sociaux locaux, il ne peut le faire sans intégrer pleinement la lutte contre les inégalités vécues par les femmes, sinon, il sera amputé d’une partie de la réalité sociale et ne pourra prétendre aux convergences de toutes les résistances ; il ne pourra surtout prétendre à construire véritablement et durablement un autre monde ! ». Hélène Ryckmans, du Monde selon les femmes, plate-forme belge de Wide (réseau Women in Development Europe), assise aux côtés de Annick Coupé à la même plénière, insiste sur le fait qu’il faut « sortir systématiquement les femmes de l’invisibilité, chausser des lunettes de genre et les mettre sur le nez des décideurs […] mais également sous celui des responsables des mouvements sociaux. Nous entendons encore très souvent dire “les inégalités entre les femmes et les hommes sont des inégalités parmi d’autres, pourquoi y être attentif de manière spécifique ?” ou bien “Oui, c’est sous-entendu, bien sûr que c’est là”… » Elle insiste : « en parler est un levier de changement dans les pratiques internes des organisations et dans les contenus. » Puis elle ajoute : « Il s’agit d’intégrer les mouvements existants, ne pas rester dans l’entre soi des femmes, mais se renforcer au sein de réseaux comme celui de la Marche mondiale ET être présents dans d’autres espaces comme le mouvement altermondialiste. Il ne faut pas s’y diluer mais y apporter et y intégrer de manière visible la dimension de genre. Il faut que les perspectives féministes irriguent les mouvements sociaux ! […] Il est important de travailler en réseaux et de forger des alliances, qui articulent les intérêts communs et qui articulent le global au local, en identifiant les points de convergences entre les divers mouvements sociaux sans homogénéiser, car la diversité est notre force… ».

Pour une stratégie de communication offensive

On l’aura compris, pas un mot sur les Tics… Toutefois, ces orientations sont essentielles. En effet, elles esquissent les bases d’une stratégie à mettre en œuvre qui inclurait une mise en perspective des activités et décisions de ces différents espaces de pouvoir et de décision. Tout d’abord, il faut sans relâche tenir compte de ces espaces et les investir d’une façon transversale, en continu et dans la durée. En tous ces lieux, il n’est pas trop difficile d’entendre quelque préoccupation (avec certaines nuances) sur les « exclus », définis simplement en trois catégories : les minorités, les « sans » (terre, abris, électricité, travail, couverture sociale…), les populations du Sud et de l’Est de l’Europe (c’est en tout cas ce qui était écrit noir sur blanc lors de la préparation du 2e Forum social européen dans le cadre de sa  commission « élargissement », ce qui pourrait être écrit, certes un peu autrement, dans les rapports du Pnud (Undp), par exemple). Or, les femmes sont présentes dans chacune de ces catégories, sans qu’il en soit fait mention.

Il faut donc, de façon offensive, prioriser la visibilité des femmes comme à la fois premières victimes du néo-libéralisme mais aussi protagonistes du changement, porteuses d’alternatives. Il faut continuer à genrer tous les sujets, sans exception ; après dix ans, après Pékin+5, ce n’est toujours pas le cas. Ensuite, il faut valoriser le féminisme, comme un moyen de penser cet « autre monde » dont il est tant question. Il faut imposer le projet de changement social du féminisme, comme grille d’analyse du libéralisme, le patriarcat demeurant le ferment du capitalisme, en assurant outre la division du travail, la division sexuelle et la dichotomie public/privé. Aussi, concernant l’information et la communication, il faut en utiliser les outils pour rompre avec des systèmes d’exclusion, mettre en lumière des sujets cachés ou omis telles que les violences, les inégalités de genre,… lutter contre l’accès différencié des femmes et des hommes aux Tics, aux logiciels libres, et donc aux moyens de réseautage.

Il devient impératif de créer des ponts, de jeter des passerelles, de tisser des liens entre ces différents espaces et organisations, d’en faire de même pour les différents événements : forums, sommets… D’y produire des contenus (écrits, audios, vidéos), en interne comme en externe, pour en laisser la trace, à diffuser très largement. Enfin, il faut créer les moyens de démocratiser ce processus afin de l’élargir – c’est ici que les Tics, et en particulier le « libre », amènent une plus-value et s’avèrent stratégiques -, développer des dynamiques d’échange et de mutualisation, en fait, mettre en œuvre une réelle communication populaire, indépendante et alternative.

Juillet 2004