Archives par mot-clé : masculinisme

Phallo logos version française

IMG_1968 - Version 2« Flamby », « Bâton de Berger »,… les métaphores publicitaires rappellent l’identité phallique des personnages politiques français. Le sexe masculin et la fonction politique ne font qu’un et doivent exprimer une force incarnée, démonstrative, auprès de tous ceux que les individus qui détiennent ce sexe/fonction représentent ou dirigent. Il s’agit de donner l’exemple – puissant, stable, « qui en a » –, de viser l’auto-identification du Français, victime de la crise, en perte de repères, etc. En opposition aux « histoires de bonnes femmes », sous-entendues futiles, insignifiantes, sans poids, cette force incarne le pouvoir politique et plus elle est sexuelle, plus elle est haut placée. Ou inversement. L’homme politique en position de prendre des responsabilités d’État doit avoir une sexualité « normale » et les deux – responsabilité et sexualité – font la paire. La normalité de cette sexualité se mesure à sa virilité. Cette virilité se doit de s’exprimer librement, sans obstacle et par tous les moyens, très majoritairement sur le terrain hétérosexuel. Plus l’appropriation du corps des femmes est aguerrie, plus la formule est aboutie. Violer, agresser sexuellement, harceler, faire des blagues salaces à longueur de journée et publiquement, font partie de l’arsenal quotidien, sans qu’aucune hiérarchie criminelle n’interfère. L’homme politique se sent dans son bon droit, tout simplement.

Empêcher l’expression de cette sexualité masculine revient à nuire à la raison d’État. L’omerta est alors de mise, bon fonctionnement de la maison oblige. Si, à l’occasion, sans nul doute politique, les engrenages de la machine se rouillent, deux attitudes se révèlent : masculiniste et antisexiste. D’un côté, on ignore les faits – la majorité des parlementaires – ou plus grotesque, on s’effarouche de l’agression faite à l’homme politique dans la libre expression de sa sexualité, on le plaint, on souhaite qu’il soit rétabli dans son bon droit, victime qu’il peut être d’un système législatif oppressif – Boutin et ses acolytes. De l’autre, on manifeste soudainement un ras-le-bol – de la honte aussi –, au coude à coude, par media interposés, ouvrant la porte à des amalgames entre viol, harcèlement sexuel et blagues « un peu lourdes » – la tribune des dix-sept anciennes ministres, les témoignages des élues EELV.

Dans les deux cas, on assiste publiquement à ce qui s’organise au quotidien et depuis longtemps dans les tribunaux, à savoir à un glissement des termes – viol/agression/harcèlement – et à une disqualification des crimes liés aux violences faites aux femmes. Heureusement l’AVFT est là pour nous rappeler cette aberration démocratique, mais qui lit les conclusions de ce travail exemplaire ? Par ailleurs, l’ex-vice-président de l’Assemblée nationale siège toujours, les élus EELV changent de parti mais ne demandent pas une application de la loi au sein-même de l’hémicycle ou en leur sein – les partis politiques n’ont pas l’obligation légale de sanctionner leurs élus ou leurs militants –, les hommes restent majoritaires au Parlement, etc., si bien que l’impunité des criminels, tant décriée ces derniers jours, risque de durer.

Avec l’affaire Baupin, on aura gagné une bataille, celle de voir enfin remplacer les terminologies misogynie, machisme,… ou déviance sexuelle, par le mot sexisme, dans les colonnes des journaux, sur les tweets, dans les bouches des présentateurs TV. Ça fait du bien. Mais le soufflé peut vite retomber si on n’ajoute pas le mot masculiniste pour caractériser ce système politique sclérosé et si on n’oppose pas une vision féministe des faits : les identités de genre, les hiérarchies sexuelles, les rapports de domination, en n’étant pas remis en cause, demeurent et se renforcent. Le défi politique pour bousculer cette institution reste énorme.

Joelle Palmieri
20 mai 2016

Populisme, militarisme, sexisme : recettes pour une rivalité de pouvoir

Capture d’écran 2014-03-21 à 17.32.32L’Afrique du Sud se rend aux urnes municipales dans trois mois. Le 3 août exactement. L’équation violente du pays se traduit cette semaine par un commissariat, le bureau d’un chef traditionnel, un bureau de poste et dix-sept écoles incendiés, cinq autres vandalisées, dans la province dont est originaire Julius Malema, leader des Combattants pour la liberté économique (EFF, Economic Freedom Fighters, créé en 2013) et principal opposant du président en exercice, Jacob Zuma. Des représailles ? Sans doute. La veille, les 25 députés de l’EFF avaient été expulsés du Parlement après s’être battus avec les agents de sécurité et avoir tenté d’empêcher le président de s’exprimer, jugé trop illicite. Jacob Zuma est en effet de nouveau poursuivi depuis le 29 avril dernier pour 783 charges de corruption, de fraude fiscale et de racket, dans un contrat d’armement de 4,8 milliards de dollars conclu en 1999 avec la société française Thalès, et reconnu coupable depuis mars de violation de la Constitution pour n’avoir pas remboursé une partie des 20 millions d’euros d’argent public utilisés pour rénover sa résidence privée. Sa démission est fortement sollicitée. L’EFF s’y attelle avec la campagne « Zuma must fal l » lancée à Soweto en début de semaine en grandes pompes et en habits révolutionnaires rouge – bérets et salopettes pour les hommes, robes de chambre pour les femmes.

La joute entre les deux anciens amis proches se veut guerrière. Dans le stade de Soweto, Malema a lancé «  je n’ai pas peur » de Zuma et a menacé le Président de voir « l’armée se retourner » contre lui. Explicitement, il a ajouté « Nous n’avons pas peur de la guerre ». Après les incidents de l’hémicycle, le cadet a déclaré à l’adresse de son ainé qu’il allait « faire partir ce gouvernement à la pointe du fusil ». Quant au principal visé il méprise ses opposants, les traitant à cet effet d’« anarchistes », se gardant bien de ne pas respecter les règles démocratiques de son pays.

La joute est également ouvertement populiste. De part et d’autre. Malema, en porte-parole auto-proclamé des déshérités, promet la fin des privilèges de la minorité blanche, la confiscation des terres sans compensation et la nationalisation des banques. Et ajoute, sans retenue, que s’il accède au pouvoir, l’EFF s’attaquera à la corruption, créera des emplois et offrira à chacun un lopin de terre et un accès à l’eau et l’électricité. Rien de moins. C’est évidemment sans rappeler que le nouveau « leader maximo » avait été exclu de l’ANC, alors qu’il était président de sa Ligue de la jeunesse, notamment parce qu’il avait été lui-même soupçonné de corruption…

Mais là ne s’arrêtent pas les liens ténus entre le père spirituel et son fils. En dehors du racisme, le sexisme intrinsèque des deux personnages continue son ouvrage et les dérapages misogynes ne manquent pas. Inutile de rappeler les propos désinhibés et les affaires du Président, accusé et relaxé pour viol… En novembre dernier, lors d’une échauffourée au siège de l’EFF, Malema a traité la ministre Développement des petites entreprises, Lindiwe Zulu, une politicienne au franc parler, de « street meid », un argot qui signifie femme de la rue, prostituée, fruste et sauvage. Plus tôt, il ne s’était pas abstenu de lui demander haut et fort et en public de se taire.

De surcroît, Malema se présente comme le défenseur des causes féministes. Il donne des leçons de courage aux victimes de viol, et les invite à venir témoigner sans réserve au parti. Là aussi, il oublie qu’il avait soutenu son tuteur lors de son procès en 2006 en promouvant la campagne « 100% Zulu Boy » et en proclamant que la victime de la figure paternelle, une « provocatrice », avait pris du « bon temps ». Il oblitère également sa déclaration à propos du mot « intersexué » : il n’existe pas dans sa langue et est donc non africain. Et il dérape encore, son paternalisme prenant le dessus. Au moment de la semaine contre les violences faites aux femmes en novembre dernier et devant un public en extase, il clamera : « Toutes les femmes doivent être protégées et aimées. Vous [en tant qu’homme] êtes le fournisseur, vous êtes le protecteur, c’est ainsi que votre femme et vos enfants doivent vous voir. Ils doivent se sentir en sécurité avec vous ». Les femmes sont donc des êtres à aider, à soutenir, en incapacité d’agir et de penser par elles-mêmes, des mineures civiques comme leurs enfants, et les hommes des êtres humains dont il faut absolument revaloriser le rôle, affaibli qu’il a été par le colonialisme et l’apartheid. Malema continue à renforcer le sentiment d’émasculation des hommes noirs de la « base », à leur donner des leçons de bien-vivre. Il n’a rien perdu des leçons du maître.

Malema, Zuma, même combat. Le pouvoir suprême avec la panoplie du Ken, ses appartements, et ses billets de banque. Pas d’illusion possible.

Joelle Palmieri
6 mai 2016

Sans grâce

IMG_2559Le 31 janvier 2016, François Hollande accorde la « grâce » à Jacqueline Sauvage, auteure le 10 septembre 2012, au lendemain du suicide de son fils, du meurtre par balles de son mari violent, incestueux et pervers. 47 ans pour murir une riposte, une défense, que la cour d’assises du Loir-et-Cher n’a pas retenue et qui a condamné le 28 octobre 2014 cette femme alors âgée de 67 ans à dix ans de réclusion criminelle. Cette peine sera confirmée le 3 décembre 2015 par le tribunal de Blois. D’où le tollé féministe général, les pétitions, etc.

Cette « grâce », qui n’est que partielle, a permis à l’intéressée de présenter une demande de libération conditionnelle. Cette procédure juridique se traduit par un transfert ce lundi 8 février 2016 de la prison de Saran (Loiret) à celle de Réau (Seine-et-Marne), qui abrite l’un des trois Centre National d’Évaluation. Qu’est-ce donc ? Un lieu, où vont se succéder à ses côtés, psychologues, médecins et autres experts pendant au moins six semaines durant lesquelles sa « dangerosité » et les risques qu’elle récidive vont être évalués. Quelles que soient leurs conclusions et si elle obtient la libération conditionnelle – possiblement en avril –, elle portera un bracelet électronique ou restera en semi-liberté.

En quelque sorte, Jacqueline Sauvage n’aura jamais rien connu d’autre. La semi-liberté. Une liberté bradée. Une liberté de seconde main. Un assujettissement. Une captivité. Une dépendance. Une domination. Cette femme aurait-elle troqué la domination de son mâle de mari contre celle de l’État ? Sans aucun doute. La « grâce » dont elle a bénéficié, de tradition monarchique, en atteste. Elle confirme la hiérarchie des personnages et de leurs rôles assignés : un président de la République, d’un côté, une condamnée, de l’autre, non reconnue comme victime de violences et auteure de justice.

Le premier fait œuvre de gratia – en latin –« bienveillance, faveur ». Sa place est suffisamment haute, pour qu’il se montre complaisant. Il se fait briller, se réjouit de son acte, démontre son désir de plaire, organise sa récompense, celle du peuple, qui reconnaît, en sa personne, le roi ou la divinité (épistémologie grecque charis (χ́αρις)).

La deuxième connaîtra-t-elle la grâce d’état, celle qui permet au comédien de sublimer le texte ? D’exprimer sa passion ? Ou l’état de grâce ? À savoir la paix intérieure, le bonheur, le bien-être ? Va-t-elle conquérir les bonnes grâces d’inconnu-es ? Leurs faveurs, leurs bonnes dispositions ? Va-t-elle être en grâce auprès d’une nouvelle rencontre ? Jouir de sa considération ? Va-t-elle rentrer en grâce ? Regagner la bienveillance d’autrui ? Trouver grâce aux yeux de ses nouveaux interlocuteurs ? Obtenir leur indulgence, leur plaire ? Ou au contraire va-t-elle recevoir le coup de grâce ?

Pour l’instant, beaucoup, dont je suis, rendent grâce au président, éprouvent de la reconnaissance pour le bienfaiteur de la condamnée, lui témoignent leur gratitude, le remercient. Pourtant aucun excès de grâce n’a traversé ce personnage. Aucun charme, élégance ou volupté. Uniquement des artifices. D’ailleurs quand on constate la mauvaise grâce avec laquelle l’État français et plus généralement la société française mettent à faire connaître la situation de violences faites aux femmes, on peut exprimer quelque inquiétude. Grâce aux antiféministes, on sait également que la lutte continue. Alors, faites-moi grâce de vos états d’âme et admettez que le patriarcat structure la pièce, la domination en étant le personnage principal.

Joelle Palmieri
11 février 2016

Turquie : d’où vient la terreur ?

IMG_6953Erdogan a gagné et avec lui la droite islamo-conservatrice la plus traditionaliste et masculiniste. Le 1er novembre dernier, un peu plus de 49% des électeurs turcs ont choisi le parti de ce que les commentateurs appellent la « stabilité ». Cinq jours plus tôt une jeune femme de 25 ans était tuée par balles par des policiers parce qu’elle leur avait demandé de se déchausser avant de franchir la porte de ses parents. Légitime défense contre acte terroriste, ont-ils plaidé. Là est bien la logique de la stabilité turque : terreur contre savoir-vivre. Le cas n’est pas rare.  La terreur ne se loge pas où on croit. Manifeste, du côté du pouvoir politique, elle est légitime. La Turquie talonne à cet égard l’Afrique du sud. S’applique. Copie. Un jeu de concurrence entre deux États sur les terrains de deux unions nationales qui s’enlisent. De deux autoritarismes bénéficiaires de la complicité occidentalo-européenne pour cause de fermeture de frontières. Les expressions d’une force virile, d’une supériorité sexuelle masculine assumée comme naturelle, autorisées et soutenues par la majorité des populations, prises de peur, déballonnées. Des surpuissances par héritage, basées sur l’élimination des corps des femmes. Ces femmes, symboles à leur insu d’une résistance à un archaïsme revendiqué au plus haut niveau, incarnent le mal. La déviance. Le changement. Trop. Trop pour ces dirigeants, Erdogan et Zuma, tribuns parmi les humbles, dignitaires parmi les simples, corrompus parmi les pauvres. Zuma, le violeur, et Erdogan, l’unique, le supérieur, le « sultan », ont leurs épouvantails et le montrent… à qui veut le voir.

Joelle Palmieri
6 novembre 2015

Jeune, blanche, femme et blonde…

IMG_1041… et fasciste. En PACA, autrement dit, en Région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur, la beauté des paysages, sa spécificité, rivalisent constamment et depuis la fin de la colonisation avec le sexisme et le racisme ordinaires de la majorité de ses habitants. À la veille des élections régionales (décembre 2015), cette équation – beauté/sexisme-racisme – se révèle sur le terrain sournois du discours politique, local et national, au point que les sondeurs nous promettent tout azimuts et pour les années à venir une présidente du Conseil, jeune, blonde et d’extrême droite.

Le mercredi 21 octobre, le premier débat radiotélévisé entre les quatre principaux candidats du coin, Marion Maréchal Le Pen (FN), Christian Estrosi (Les Républicains), Christophe Castaner (PS) et Sophie Camard (EELV- Front de Gauche) a bien planté le décor. Le Niçois a voulu fustiger sa rivale, en lui lançant que son programme était « celui de sa tata ». Par discussions sur la sécurité dans les trains régionaux, les mosquées, les repas de substitution dans les lycées et bien d’autres sujets de stigmatisation de la population régionale dite « non française », on a assisté à la fois à une joute paternaliste et sexiste interne à une famille politique raciste et à la maladroite mise en scène d’une parodie de la saga familiale la plus populaire de France.

Les poncifs vont bon train ici et ailleurs. Dans les médias, dans les couloirs de l’Assemblée nationale, ça jase. La « jeune blonde » passe par tous les qualificatifs. Côté Républicains et proches de Sarkozy, on a pu entendre : « Elle est jeune, elle apparaît encore plus policée. Il est difficile de lui taper dessus ». Les vieux mâles blancs de droite ne peuvent plus pratiquer comme à l’accoutumée. C’est ballot. Leur force virile est schintée au point que la petite-fille, fille, nièce Le Pen se voit créditer de 37% devant Estrosi, 36%, laissant Castaner avec ses ridicules 27%, alors que la région est tenue par le PS depuis dix-sept ans.

On pourrait croire que l’affaire est simple. Cousue de fil blanc. Mais non. Car côté droite de la droite, c’est la guerre. Il aura fallu attendre vendredi dernier, le 16 octobre, pour que le patriarche du clan donne sa bénédiction à la gamine, et avec elle, un signe de ralliement des plus durs de la région, notamment ceux de l’« Algérie française », de l’intégrisme catholique le plus pointu, réunis sur les listes « Union des droites » du député-maire d’Orange Jacques Bompard, président de la très fasciste Ligue du Sud et promoteur d’une ligne moins « gauchisante » que celle portée par la blondasse. Le discours du grand-père est clair : « aime-moi ! ». En manifestant son soutien public à la jeunette, le vieux entend regagner les faveurs de sa propre fille, la « rebelle », la tante/« père spirituel » de l’intéressée. Vous suivez ? À peine quelques semaines plus tôt, il affirmait que sa bien aimée petite-fille n’avait pas la « carrure » du poste à pourvoir. Vous suivez toujours ? Peut-être se méfie-t-il. Elle n’est qu’une fille après tout. Jeune de surcroit. Sans compter qu’elle est aussi la petite-fille Auque. Eh oui ! Un père biologique, bien caché jusqu’à l’année dernière, barbouze de droite, proche de Sarkozy, et des grands-parents paternels, du Nord, gaulliste de gauche côté grand-père, et communiste côté grand-mère… L’héritage de la femme de 26 ans est pour le moins radical pour ne pas dire schizophrène.

Les déclarations bien racistes et fidèles de Marion depuis son investiture en 2012 ne suffisent donc pas : « Nous ne voulons pas de la Paca black-blanc-beur, mais de la Paca bleu-blanc-rouge », « Il est hors de question que notre région passe de la Riviera à la favela », « La Provence est une terre d’identité et de résistance. Résistance des princes provençaux face à l’invasion sarrasine! ». Pour gagner, il faudra qu’elle continue à se battre contre son propre clan, contre le sexisme structurel du clan de son ennemi électoral, contre la mémoire locale – ses conseillers déforment l’histoire provençale : la résistance y est rouge, les plus âgés ne s’y trompent pas – et surtout contre elle-même et son héritage.

Joelle Palmieri
24 octobre 2015

Antigone, reviens ! La marge n’est plus ce qu’elle était…

IMG_9381À l’heure où les langues se délient sur la « crise » grecque et les leçons de « démocratie » de son peuple, les doigts de mes mains me démangent. Fourmillent. Aurais-je l’esprit mal placé ? À toujours fureter dans l’info ou dans les commentaires, la trace d’une opinion, d’un point de vue, d’une analyse, d’une statistique même, sur qui est ce peuple et ceux qui les gouvernent, ce qui les anime, je ne trouve trace de femmes. Je cours après Antigone, symbole, s’il en faut de l’opposition au pouvoir dominant, quel qu’il soit : aujourd’hui le FMI, l’UE mais aussi le Syriza. Antigone, égérie de la périphérie, écartée du centre : blanc, mâle, hétérosexuel. Antigone, figure de l’opposition à l’autoritarisme, inspiratrice de la dramaturgie espagnole pendant la dictature franquiste. Antigone, incarnation de la marge, parce que dans l’opposition, hors norme, menaçante pour ces congénères. Et je désespère…

Comme en Espagne, même si deux femmes – indignées – ont récemment été élues maires des deux plus grandes villes, Madrid et Barcelone, les têtes des partis au pouvoir demeurent curieusement masculines. Sur les images d’Athènes, les figures féminines qui sont données à voir sont celles des épouses au bras de leurs révolutionnaires de maris : le premier ministre, Alexis Tsipras, ou encore le ministre des finances démissionnaire, Yanis Varoufakis. Au gouvernement, on compte seulement six femmes parmi la quarantaine de ministres, ministres adjoints et secrétaires d’Etat. Et aucune n’occupe de poste-clé. Un progrès certes par rapport aux prédécesseurs : un seul membre féminin. Alors, on se demande pourquoi. Cette démocratie – dêmos (« peuple »), kratos (« pouvoir ») : pouvoir au peuple – serait-elle, depuis longtemps et sans l’ombre d’un changement ou d’une volonté de changement, une patercratie – pater (« père »), kratos (« pouvoir ») : pouvoir au mâle ? Je le crains.

Force est de constater, sans que cela soit clairement précisé, ni par les commentateurs, ni par les « résistants » au joug libéral de la Troïka, qu’il existe en Grèce deux catégories de pauvres, d’exclus, d’opprimés. Les hommes… et les femmes. Quelques études ont montré qu’avec un chômage record, des salaires réduits et des services publics anéantis, ce pays est un endroit impossible à vivre pour quiconque. Une personne sur trois y vit en-dessous du seuil de pauvreté. Mais, la situation est encore plus grave pour les femmes, car dans cette société fortement patriarcale, elles portent un « double fardeau » : elles sont non seulement particulièrement atteintes par la fameuse crise – par exemple, selon les autorités statistiques nationales, plus d’un quart des femmes (26%) étaient sans emploi en mars 2012, comparativement à 19% des hommes, elles sont plus touchées par les compressions de personnel car majoritairement employées dans le secteur public, et, pour celles qui travaillent, l’écart de salaire entre hommes et femmes s’élève à 20% dans le secteur privé et à 7% dans le secteur public –, mais assurent la part du lion du travail de soin, nutrition, éducation des familles. De plus la violence domestique a augmenté, le nombre de femmes seules avec enfants, et/ou sans logement, aussi, et les lois visant l’égalité hommes/femmes ont été mises au rencard. Jugées non prioritaires. En parallèle et depuis 2008, date où cette crise financière est apparue, le nombre de femmes qui se prostituent a été multiplié par 1,5. De plus en plus de femmes proposent des rapports sexuels pour de l’argent – ce qui signifie que des hommes les consomment –, illégalement dans la plupart des cas, dans le but de mettre de l’huile d’olive sur le pain de leurs enfants ou d’elles-mêmes. S’ajoutent alors des problèmes sanitaires, policiers, judiciaires, de violence…

Alors, « Oxi ». « Oxi » au rouleau compresseur libéral européen, aux diktats des puissants, mais aussi à cette démocratie en demi-ton. De pacotille. On va droit dans le mur.

Joelle Palmieri
7 juillet 2015

Interroger les excès du genre ou comment rafraîchir la pensée féministe

img_8460-version-2Dès la première page, l’auteure de cet essai, Geneviève Fraisse, nous invite à scruter dans les relations sociales qui traversent le quotidien, en quoi le genre fait excès. Bonne entrée en matière, d’autant que, comme la philosophe le souligne, ce concept, le genre, est enfin entré dans la société, dans l’académie, comme quelque chose qui s’étudie, fait savoir, n’est plus seulement du ressort du militantisme. Alors comment pourrait bien se circonscrire cet excès ? En tout premier lieu, le genre interroge l’organisation des connaissances, en croisant le neutre – qui nie la différence entre les sexes, crée les inégalités – et la dualité, qui réaffirme les deux sexes versus occulte leur existence respective. Aussi fait-il peur, nous dit l’auteure : « le savoir donne le vertige ». En deuxième lieu, le genre contrarie l’épistémologie dominante car, d’un point de vue méthodologique, est ambigu. Il sert autant à montrer la division sexuelle qu’à la cacher. Elle verse notamment à l’argumentation l’exemple du Care, où 97% des personnels sont féminins sans que cela soit précisé. Le genre est solution et problème. En cela, il stimule le pensant. Et là est le troisième excès. Le genre permet de distinguer et d’opposer les conservateurs – manifestants du mariage pour tous, opposants à la « théorie » du genre – et ceux qui se projettent dans un futur champ de pensée, innovant, a-traditionnel. Enfin, last but not least, un quatrième excès pointe son nez : l’importance d’historiciser la sexuation du monde demande à repenser l’Histoire des femmes, à réorganiser ce champ de connaissances, plutôt qu’à en accumuler de nouvelles, à les qualifier dans leurs contextes anthropologiques, politiques et périphériques.

On l’aura compris il faut ici comprendre le mot excès comme « dépassement », dans le champ des connaissances. Aussi, à partir de ces axes de réflexion, Geneviève Fraisse revendique de garder le terme « sexe » sans le substituer à celui de genre car il permet à la fois de se soustraire à toute tendance universaliste et surtout car il forme un « hors champ » de la pensée dominante : il fait désordre, dépasse les questions de sexualité, subvertit l’invisibilité globalement allouée. Il déjoue les stratégies idéologisantes, comme celles déployées par les détracteurs de la « théorie du genre », car il ouvre plutôt que ne ferme un champ de pensée. Ce qui fait nouveauté.

A contrario, pourrait-on dire, la lutte contre les stéréotypes, comme elle semble être priorisée aujourd’hui dans les luttes contre le sexisme, ne remet pas en cause l’ordre établi, ne propose pas d’alternative politique. Et l’auteure le souligne volontiers. Elle ajoute même que leur dénonciation les reproduit. L’image vient remplacer la lutte – au sens subversion d’un ordre social, à l’opposé de l’acquisition de droits dans le réel. À ce titre, cette priorisation illustre la re-production (le cliché) et l’impuissance, celle entre autres de remettre en cause la place respective de chaque sexe au sein de la famille. Elle éloigne tout simplement de l’égalité des sexes, car elle réduit le champ de pensée, et cela quel que soit le parti pris d’une part par ceux qui dénoncent les stéréotypes et d’autre part par ceux qui s’en servent pour continuer à asseoir la division sexuelle.

Dans le registre de ce qui est donné à voir, Geneviève Fraisse interroge la mise en scène de la nudité des corps féminins en politique : l’exemple des Femen ou des Barbues. Forme-t-elle un langage de l’émancipation, ce concept qui lui tient tant à cœur ? Peut-être nous répond l’auteure dans le sens où ces actions s’inscrivent dans une époque spécifique de la « communication humaine ». Une époque qui demande à voir, y compris la domination masculine écrite en toutes lettres sur des seins nus ou suspendue à des poils foisonnants. Tout élément du corps fort érotisé. Peut-être parce que cette mise en scène démontre la liberté de celles qui agissent ainsi dans et sur le réel, de façon souveraine et avec leurs corps. Elle fait « vérité », nous dit-elle, et là est le plus important. Ces militantes parlent avec leur corps, objet, parce qu’elles ont quelque chose à dire. Et c’est là que la subversion apparaît, parce que la vérité de l’inégalité des sexes est encore bonne à exprimer, et donc excessive, y compris en Occident.

Aussi, remercions ce courant d’air frais dans notre pensée ralentie par les incursions accélérées, excessives et surabondantes de la réaction traditonnaliste et masculiniste contemporaine.

Joelle Palmieri

12 octobre 2014

 

 

Geneviève Fraisse, Les excès du genre – Concept, image, nudité, 2014, Éditions Lignes, 96 pages – Prix : 14,00 € (disponible) – Format : 13 x 19 cm – ISBN : 978-2-35526-133-6

http://www.editions-lignes.com/GENEVIEVE-FRAISSE-LES-EXCES-DU-GENRE.html

 

Les tunnels du masculinisme d’État

img_7482D’un côté un scientifique proche du parti au pouvoir recommande vertement les viols des mères et sœurs des Palestiniens en tant que « seul moyen efficace » pour empêcher définitivement l’ennemi de nuire.

De l’autre des dirigeants qui, à l’article 17 de leur charte, entendent conférer à « leurs » femmes le rôle d’« usines à hommes ».

Partout des discours de victimisation sur les femmes, les enfants et les vieillards, mis sur le même plan des impacts de l’abjection criminelle.

Netanyahu, ses partisans, ses ennemis du Hamas et les organisations internationales s’entendent au moins sur une chose : les femmes sont des objets dont il faut se servir pour avancer politiquement. Il s’agit ici aussi – comme en Afrique du Sud ou en Turquie – de faire la course au nationalisme par subalternisation des femmes interposée et par la démonstration d’une force, masculine, prête à utiliser l’ensemble des cellules humaines dédiées à la virilité pour rivaliser.

Quel que soit le bord des auteurs des actes, le viol ou la fertilisation des femmes représentent autant de vecteurs de l’instrumentalisation du corps des Palestiniennes. Le but est d’affirmer un masculinisme en pleine forme, qui plus est d’État. Car, de chaque côté, les protagonistes sont à la tête de gouvernements qui font autorité sur les populations depuis 2006. Qui plus est, élus. Ce masculinisme est institutionnalisé, toléré et intégré dans les tunnels discursifs des belligérants, aux plus hautes fonctions du pouvoir politique.

Le crime est bien là mais dépasse celui qui est dénoncé – le non respect des droits humains par Israël. En somme, il est disqualifié. Il s’agit moins d’une atteinte aux droits des Palestiniennes – quoique cette assertion soit juste – que d’une attaque meurtrière contre des êtres humains d’identité féminine et à travers elle la justification de la domination, c’est-à-dire la hiérarchisation des relations sociales et des sociétés régies par des rapports d’obéissance.

Ce masculinisme invasif et arrogant ne trouve pas de résistance. Et c’est bien le plus grave dans cette dernière version du conflit israélo-palestinien. Les tunnels et les murs de la ségrégation se transforment inéluctablement en autoroutes blindées du totalitarisme, de l’obscurantisme et de la négation.

Alors, sortons de chez nous et cassons les remparts de la domination… Créons des chemins vicinaux de la liberté, du possible, de la paix, partout !

 

Joelle Palmieri

31 juillet 2014

Voilà, Voilà que ça continue

img_0368« Voilà, Voilà que ça recommence. Partout, partout, ils avancent… La leçon n’a pas suffit. Faut dire qu’à la mémoire on a choisi l’oubli. Partout, partout, les discours sont les mêmes. […] Moi je croyais qu’c’était fini. Mais non, mais non, ce n’était qu’un répit ». Rachid Taha, 1993. 21 ans plus tard, ces paroles résonnent dans ma tête. En boucle. Gaza. Damas. Srebrenica. Rethel (Ardennes, France). En mode synchrone. Un hasard ?

Par où commencer ? La Palestine ? Sur la bande de Gaza, 210 morts, dont une grande majorité de civils, et plus de 1 500 blessés en dix jours, selon les dernières estimations onusiennes, nous fait-on savoir. Uniquement des Palestinien-nes. 21 par jour. Version un peu plus rapide du blocus, vieux de sept ans, qui a pour impact direct un taux de chômage de 65%, une crise sanitaire sans précédent et une paupérisation croissante : 45% de la population de Gaza vit en dessous de seuil de pauvreté depuis mai 2007. Mais de quelle population parlons-nous ? Quand on s’intéresse au fait que cette bande, « sablonneuse » comme elle est nommée, est dirigée par le Hamas, parti extrémiste religieux pour le moins, prônant un État islamique palestinien, on sait que les femmes, entendues comme re-productrices d’enfants de la Nation en construction, « naturellement » en charge des soins, de la nutrition et de l’éducation des familles, sont les principales victimes du blocus imposé par Israël. Non seulement elles courent alternativement après l’électricité, l’eau, l’alimentation et de quoi couvrir les dettes cumulées par le ménage, voient leur agenda exploser, mais se font taper dessus une fois tous ces problèmes résolus. Comme un peu partout, la peine est triple. Assenée par l’envahisseur, commuée par le sauveur, appliquée par le père, frère, mari. Or, le silence est absolu. « Moi je croyais qu’c’était fini. Mais non, mais non, ce n’était qu’un répit ». L’omerta règne dans les médias, comme chez les organisations internationales ou les États mais plus encore chez les partis palestiniens ou progressistes européens et d’ailleurs, où se discute la « cause » palestinienne. La cause se débat entre hommes. La cause est masculine, la misère féminine.

Hier, le 16 juillet, Bachar Al-Assad, est officiellement reparti pour un tour de sept ans. Il a prêté serment devant l’assemblée, dans son palais présidentiel, alors que la guerre civile qu’il dirige d’une main de maître a déjà fait 170 000 morts. Le tout en plein boum israélo-palestinien. Sans état d’âme. Il tient à confirmer son mépris intrinsèque et en particulier celui qu’il entretient avec son ennemi de classe pour ainsi dire, le Hamas. Il laisse passer le rouleau compresseur israélien sans mot dire. Alliance singulière mais opportuniste. Toujours en sous-main, dans l’implicite. Là aussi les adversaires sont des hommes et les guerres masculines, si bien que l’adversité en devient féminine. « Voilà, Voilà que ça recommence. Partout, partout, ils avancent… ».

Au même moment, le 8 juillet 2014, des membres serbes des Femmes en noir se faisaient agresser lors de la 19e commémoration du génocide de Srebrenica. À Valjevo, en Serbie, des pro-Mlavic, militaire poursuivi pour génocide, persécution, extermination, meurtre, déportations et actes inhumains dans de nombreuses municipalités en Bosnie-Herzégovine – ses troupes y ont tué, violé, torturé, détenu et chassé des milliers de Musulmans et Croates – n’ont pas apprécié que des femmes clament haut et fort leur opposition à toute forme de guerre, de violence, de racisme et de haine. « La leçon n’a pas suffit. Faut dire qu’à la mémoire on a choisi l’oubli ». Ces hommes faisaient suite à un appel lancé le 25 mars dernier par le porte-parole de l’unité antiterroriste du ministère serbe de l’Intérieur, Radomir Počuča, encourageant les hooligans de football à « s’occuper » des Women in Black. Étonnant ? Non. La démonstration de force se fait à mains nues d’hommes alors que la paix se dit par voix de femmes interposées. La destruction est masculine, la mémoire féminine.

Le 15 juillet, Anne-Sophie Leclere, ex-tête de liste Front National aux municipales à Rethel (Ardennes), a été condamnée par le tribunal de Cayenne à neuf mois de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité assortis d’une amende de 50 000 €. Le FN devra quant à lui verser 30 000 € d’amende. La militante d’extrême-droite avait publié en octobre 2013 une caricature de Christiane Taubira la comparant explicitement à une guenon. Les magistrats ont retenu le caractère raciste de l’affaire, rappelant que le racisme n’est pas une opinion mais bien un crime. Dont acte. Mais force est de constater qu’ils n’ont retenu que le comparatif à un « singe ». « Partout, partout, les discours sont les mêmes ». Or, c’est bien en femelle de l’animal que la ministre française de la Justice avait été grimée. Le sexisme n’est toujours pas un crime. Le racisme, mêlé au sexisme, encore moins. Comme si il y avait une hiérarchisation dans les crimes ou pire, une négligence volontaire des crimes associés au genre féminin. Comme si la libre prise de position de Taubira, en tant que femme noire, était transparente. La justice est masculine, la liberté, féminine.

Voilà, voilà… les identités sexuelles transpirent un peu partout. Les masculinismes s’exhibent. Les féminismes trinquent. Alors, une fois de plus, la guerre et la haine c’est eux, la liberté c’est nous.

 

Joelle Palmieri

17 juillet 2014