Archives par mot-clé : média

Jeune, blanche, femme et blonde…

IMG_1041… et fasciste. En PACA, autrement dit, en Région Provence-Alpes-Côtes-d’Azur, la beauté des paysages, sa spécificité, rivalisent constamment et depuis la fin de la colonisation avec le sexisme et le racisme ordinaires de la majorité de ses habitants. À la veille des élections régionales (décembre 2015), cette équation – beauté/sexisme-racisme – se révèle sur le terrain sournois du discours politique, local et national, au point que les sondeurs nous promettent tout azimuts et pour les années à venir une présidente du Conseil, jeune, blonde et d’extrême droite.

Le mercredi 21 octobre, le premier débat radiotélévisé entre les quatre principaux candidats du coin, Marion Maréchal Le Pen (FN), Christian Estrosi (Les Républicains), Christophe Castaner (PS) et Sophie Camard (EELV- Front de Gauche) a bien planté le décor. Le Niçois a voulu fustiger sa rivale, en lui lançant que son programme était « celui de sa tata ». Par discussions sur la sécurité dans les trains régionaux, les mosquées, les repas de substitution dans les lycées et bien d’autres sujets de stigmatisation de la population régionale dite « non française », on a assisté à la fois à une joute paternaliste et sexiste interne à une famille politique raciste et à la maladroite mise en scène d’une parodie de la saga familiale la plus populaire de France.

Les poncifs vont bon train ici et ailleurs. Dans les médias, dans les couloirs de l’Assemblée nationale, ça jase. La « jeune blonde » passe par tous les qualificatifs. Côté Républicains et proches de Sarkozy, on a pu entendre : « Elle est jeune, elle apparaît encore plus policée. Il est difficile de lui taper dessus ». Les vieux mâles blancs de droite ne peuvent plus pratiquer comme à l’accoutumée. C’est ballot. Leur force virile est schintée au point que la petite-fille, fille, nièce Le Pen se voit créditer de 37% devant Estrosi, 36%, laissant Castaner avec ses ridicules 27%, alors que la région est tenue par le PS depuis dix-sept ans.

On pourrait croire que l’affaire est simple. Cousue de fil blanc. Mais non. Car côté droite de la droite, c’est la guerre. Il aura fallu attendre vendredi dernier, le 16 octobre, pour que le patriarche du clan donne sa bénédiction à la gamine, et avec elle, un signe de ralliement des plus durs de la région, notamment ceux de l’« Algérie française », de l’intégrisme catholique le plus pointu, réunis sur les listes « Union des droites » du député-maire d’Orange Jacques Bompard, président de la très fasciste Ligue du Sud et promoteur d’une ligne moins « gauchisante » que celle portée par la blondasse. Le discours du grand-père est clair : « aime-moi ! ». En manifestant son soutien public à la jeunette, le vieux entend regagner les faveurs de sa propre fille, la « rebelle », la tante/« père spirituel » de l’intéressée. Vous suivez ? À peine quelques semaines plus tôt, il affirmait que sa bien aimée petite-fille n’avait pas la « carrure » du poste à pourvoir. Vous suivez toujours ? Peut-être se méfie-t-il. Elle n’est qu’une fille après tout. Jeune de surcroit. Sans compter qu’elle est aussi la petite-fille Auque. Eh oui ! Un père biologique, bien caché jusqu’à l’année dernière, barbouze de droite, proche de Sarkozy, et des grands-parents paternels, du Nord, gaulliste de gauche côté grand-père, et communiste côté grand-mère… L’héritage de la femme de 26 ans est pour le moins radical pour ne pas dire schizophrène.

Les déclarations bien racistes et fidèles de Marion depuis son investiture en 2012 ne suffisent donc pas : « Nous ne voulons pas de la Paca black-blanc-beur, mais de la Paca bleu-blanc-rouge », « Il est hors de question que notre région passe de la Riviera à la favela », « La Provence est une terre d’identité et de résistance. Résistance des princes provençaux face à l’invasion sarrasine! ». Pour gagner, il faudra qu’elle continue à se battre contre son propre clan, contre le sexisme structurel du clan de son ennemi électoral, contre la mémoire locale – ses conseillers déforment l’histoire provençale : la résistance y est rouge, les plus âgés ne s’y trompent pas – et surtout contre elle-même et son héritage.

Joelle Palmieri
24 octobre 2015

Les Pénélopes de nouveau en ligne !

Grâce à l’idée d’archiver des sites militants, le site web de l’Agence féministe internationale de presse, Les Pénélopes, renait de ses cendres. L’émotion est grande d’autant que désormais je sais que toutes les ressources mises en ligne entre 1996 et 2004, voire plus, sont désormais disponibles au plus grand nombre. J’attendais ce moment avec impatience… Je le partage volontiers avec vous. Et j’en profite pour remercier la poignée de nostalgiques des médias indépendants et des logiciels libres, et Ritimo, qui ont permis que ce rêve se réalise. Il fait directement suite à l’aventure de l’année dernière, concrétisée sous forme de livre, et d’échanges, publiés ici-même. Alors, bonne lecture!

Joelle Palmieri, 8 octobre 2015

http://veill.es/www.penelopes.org/

Archiver des sites militants : lutter encore

JPEG - 76.3 koPourquoi archiver des sites militants ? Pourquoi celui des Pénélopes (Agence féministe internationale d’informations 1996-2004) en particulier ? Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Donner à lire, entendre, voir, maintenant et sur le Web, ce qui a été produit il y a quelques années par des collectifs actifs dans les mouvements sociaux, dont celui des femmes ou encore des logiciels libres. Ou les deux. Redonner vie à une expérience éditoriale, à une connaissance, des savoirs, à une dynamique de changement, vivante, en la livrant à la critique contemporaine. Transmettre, échanger, partager, une expérience collective, avec ses succès et ses déboires. Tirer des fils entre les analyses des faits, des discours ou des écrits dans des espace-temps éloignés à rassembler. Établir des parallèles, créer du lien, entre hier et aujourd’hui. Témoigner et donner à penser. Réfléchir ensemble. Faire acte de mémoire. Rester autonome. Continuer à lutter tout simplement.

L’exemple des Pénélopes

De février 1996 à avril 2004, l’Agence de presse internationale féministe Les Pénélopes a relayé tous les mois sur le Web (anciennement penelopes.org) des informations émanant de réseaux de femmes en lutte ou en mouvement dans le monde entier. A travers brèves d’actualité, agenda des actions, critiques de livres, reportages, portraits, articles de fond, dossiers thématiques et chroniques, l’agence ouvrait ses colonnes à des femmes, partout dans le monde, sur des sujets tels que les conflits armés, les violences sexuelles, la prostitution, la pornographie, les droits, l’immigration, le travail, l’économie, le politique, la santé, l’éducation, la communication, l’art, les féminismes, l’histoire des femmes… Chaque édition mensuelle du magazine électronique confrontait faits et analyses. Elle s’ouvrait sur une Humeur, « coup de gueule » sur l’actualité en marche.

L’expérience ne s’est pas cloisonnée aux murs du seul site Web (les réseaux sociaux numériques n’existaient pas encore) puisque les Pénélopes – des journalistes mais aussi des étudiantes dans de nombreux domaines et des géologues, astrophysiciennes, secrétaires, infirmières, informaticiennes, vidéastes, en activité ou au chômage, etc. – ont créé en 2000 la première télévision féministe interactive, Cyberfemmes – 52 émissions en direct ont été produites chaque semaine pendant un an, incluant une quotidienne pendant le Sommet onusien Pékin+5 –, et une radio en ligne, Voix de femmes, qui avait pour objet de croiser les regards féministes entre Europe de l’Est et de l’Ouest.

Pour chaque initiative média, il s’agissait pour le moins de transmettre et d’échanger des informations de et par les femmes partout dans le monde mais surtout de faire des différents médias créés des bases de lancement des paroles de femmes, qu’on considérait porteuses d’alternatives, de luttes, de paroles transgressives aux rapports de domination de « race », de classe et de genre qui vertèbrent les relations sociales. 
En cette période – 1996/2004 – où Internet était très peu utilisé par les femmes et les féministes plus précisément, Les Pénélopes permettaient à celles, ici et ailleurs, qui n’ont pas « socialement » la parole, celles dont la pensée n’est pas représentée et qui en viennent à gérer au pied levé ou par choix ce qui est globalement et socialement considéré comme périphérique, à savoir le quotidien, de prendre la parole. Nous rendions visibles et libres des savoirs, globalement méprisés par l’Histoire, la géopolitique. Ceux, intimes, de femmes de la « base » en milieu urbain ou rural en Afrique du Sud. Ou ceux, plus volubiles, de jeunes femmes dont les contenus portaient sur l’usage des TIC comme outils d’appropriation de la citoyenneté pour lutter, en Afrique de l’Ouest, dans les Balkans, en Amérique Latine… En mettant les auteures de ces savoirs non savants au cœur du processus d’élaboration de pensée, les Pénélopes ont placé les récits de leurs interlocutrices au centre de la transformation des rapports entre dominés et dominants. D’objets, elles sont devenues sujets. Ces récits, transformés en articles publiés, ou ces écrits directs ont introduit une nouvelle logique d’expertise, qui repose moins sur la connaissance académique ou institutionnelle, là où se sacralise le savant, que sur le vécu de la vie quotidienne. Les auteures, confrontées et pour beaucoup actrices de la survie quotidienne dans leur pays, sont alors devenues les réelles « expertes » du développement, de la crise économique mondiale, de la paix sociale, du politique…

Elles ont proposé l’exercice d’une démocratie qui valorise de fait la libre expression et l’égalité des expressions, comme deux composantes vertébrantes d’une société en mouvement. Une pratique que l’on pourrait qualifier de morale de l’invisible de la construction démocratique. En éliminant des angles morts, des zones d’ombre, de l’histoire en marche, du quotidien local, de la mémoire collective, cette démarche a ouvert des espaces embués, a créé le doute, levé le voile sur des oublis. L’invisibilité sociale dévolue aux auteures de ces articles a ainsi pu faire voler en éclats des clichés, idées reçues, encadrements, cloisons, parois et frontières, socialement construits ou politiquement créés.

De manière générale, ces histoires orales ou écrites de femmes « à la marge » ont créé leur carte d’identité, une cartographie du monde, qui a permis de les identifier, selon de multiples critères, générationnels, linguistiques, ethniques, culturels, parfois religieux, géographiques, mais aussi emblématiques, parmi leur entourage. Chaque identité qui s’est dite ou écrite a marqué un point dans la lutte contre la recherche d’un identitarisme, d’un particularisme, d’un traditionalisme, … À partir de cette identité, s’est développée une représentation du sujet, par lui-même ou par un autre, qui fait empreinte. L’ensemble de ces représentations ainsi générées a pu créer les bases d’une connaissance qui se partage, se discute, se multiplie, se nomadise, voyage. Fait mémoire.

À la différence de l’usage de Facebook, LinkedIn, MySpace… qui permettent de partager individuellement des photos, souvenirs, idées, avec ce qu’il est convenu de nommer des « amis », le tout dans des espaces propriétaires, cette démarche de valorisation de savoirs a créé dynamique, de réseau, parfois de contenus, de création de savoirs, en commun et en toute liberté. Cette expérience a partagé une mémoire collective, majoritairement féminine, qui plus est féministe dans le sens où elle s’est de fait opposée à la « blanche mâle occidentale ». Dans un ouvrage dédié à l’expérience de l’agence et intitulé « Les Pénélopes : un féminisme politique », le message est resté clair : « ne nous laissons surtout pas abuser par l’illusion de l’universalité : les luttes se vivent toujours au quotidien, là où le vécu les inspire, là où l’imagination stimulée par l’urgence reprend le pouvoir. Dans le réel. Aussi, continuons à nous détacher des modèles et des normes, et à nous emparer des TIC (technologies de l’information et de la communication) comme outil critique et véhicule de nos mémoires, de nos savoirs. »

S’inscrire dans l’histoire

L’expérience des Pénélopes comme les autres alternatives sont néanmoins construites sur du sable. Les mouvements sociaux n’ont pas la puissance de frappe financière pour disposer de centaines de serveurs dans des data-centers ; leurs opérations sont faites de bouts de ficelle et de pots de yaourt. Alors, quand meurt l’animateur d’un site anarchiste, quand l’équipe qui a fondé un site féministe passe à un autre projet, quand l’hébergeur Web d’un collectif de banlieue met la clé sous la porte sans prévenir, quand un serveur maison est volé lors d’un cambriolage ou tombe en panne de manière définitive, les données s’envolent. Quelques traces subsistent parfois ; si quelqu’un prend le temps de creuser, d’exploiter des « caches », en espérant qu’un robot quelconque soit venu indexer quelques pages. Au mieux, une rémanence, une évocation fugace…

Bien sûr, la disparition de ce fragment de l’histoire inquiète au-delà des cercles militants. L’irruption d’Internet comme tournant culturel majeur intrigue déjà les historiens ; des services publics lancent ça et là des initiatives (à la Bibliothèque nationale de France, à la BDIC de Nanterre). Des acteurs privés engrangent de gigantesques brassées de bits. Archive.org, initiative remarquable par son ambition, ses moyens, et son (semble-t-il) réel souci du bien public, entrepose dans ses disques durs tout ce qui lui tombe sous la main : livres, CD-ROM, jeux vidéos, sites web. Google de son côté a absorbé l’historique du réseau Usenet (mais semble moins désireux de le partager). Et — à notre corps défendant —, Facebook tend à aspirer l’essentiel des communications, même dans le monde militant.
Faut-il se reposer sur ces entreprises ? Les instigateurs de ces archives militantes ne le pensent pas. Les mouvements sociaux se doivent de rester autonomes, y compris dans la constitution de leurs archives et de leur histoire.

L’urgence de l’autonomie

Il est temps désormais de lancer une initiative afin de répertorier et de collecter nos propres informations, de manière à leur donner une petite chance de survivre à la prochaine saute de courant.

Le défi de cet archivage militant serait de créer des archives historiques ; proposer des sauvegardes ; produire des miroirs contre la censure (économique et policière) ; et se doter d’une documentation indépendante. La tâche est complexe, et pas seulement sur un plan technique, car ces archives concernent des personnes encore actives dans les mouvements, des ex-sans-papiers qui cherchent du travail, des militants récemment disparus, des bouts d’histoire joyeux et d’autres qui font encore mal.

Aujourd’hui, avec ces archives, il s’agit enfin de contredire l’immédiateté et l’abondance de discours faciles, sur mesure, sans fondement, le plus souvent populistes, détachés du contexte historique où ils se déploient. La constance de ces articles publiés il y a quelques années font en effet alternative de pensée, au moins pour leur objet, le plus souvent ancré dans l’intime, le vécu, le non superficiel, la non force, la non concurrence, le respect d’autrui, l’humanisme. On voit aujourd’hui à quel point les portraits, entretiens, textes d’analyse d’autrefois se détachent encore aujourd’hui naturellement des poncifs désincarnés, spéculatifs, dogmatiques, sexistes, le plus souvent sectaires, lus sur des tracts, véhiculés par les médias ou diffusés sur les marchés ou autres lieux publics actuels. Grâce à leur lecture, on ne pourra plus dire « on ne savait pas ».

Voir en ligne : Découvrez le site Veilles et Sauvergades : archives militants

Fil et Joelle Palmieri, 29 septembre 2015

=> Si vous désirez participer, de quelque manière que ce soit, à cette initiative, Ritimo vous invite à rejoindre la mailing-liste archivage-militantATrezo.net.

Parlons chiffres…

IMG_0484… Une fois n’est pas coutume. Le 14 septembre dernier, une agence européenne « chargée des frontières extérieures de l’espace Schengen », dénombre « 500 000 hommes, femmes et enfants aux frontières de l’UE au cours des huit premiers mois » de l’année en cours. Ils étaient 280 000 pour les douze mois de 2014. D’où « la crise ». Les Syriens arrivent en tête : 27,9% des entrées en 2014, devant les Erythréens (12,2%), les Afghans et les Kosovars (ex-aequo à 7,8%). Ainsi, près de la moitié des personnes ciblées par les caméras proviennent des seuls Syrie, Erythrée, Afghanistan et Kosovo, tous pays en guerre, en post-conflit ou en régime dictatorial, devant le Mali, l’Albanie, la Gambie, le Nigeria. Plusieurs séries de questions se posent. Tout d’abord, ces personnes sont-elles des réfugiés ? des migrants ? Ensuite, viennent-ils pour fuir la répression ou pour survivre économiquement ? Et, tout cela est-il neuf ? Et enfin, sont-ils des hommes ? des femmes ? des enfants ?

La première série fait polémique à elle seule. En droit international, le « réfugié » est le statut officiel d’une personne qui a obtenu l’asile d’un État tiers. Il est défini par une des conventions de Genève, signée en 1951 et ratifiée par 145 États membres de l’Onu. Ce statut peut être « perdu » si la situation dans le pays d’origine a changé, si la personne y est retournée volontairement ou encore si elle a changé de nationalité. Le « migrant » lui est une personne qui effectue une migration, c’est-à-dire, selon le Larousse, qui se déplace volontairement dans un autre pays ou une autre région « pour des raisons économiques, politiques ou culturelles ». C’est bien le cas de toutes ces personnes aux frontières européennes. La bascule sémantique ou juridique régulière du statut de migrant à celui de réfugié devient alors politique. Elle met en opposition des personnes, qui viennent toutes de l’extérieur du territoire national. Elle divise. Elle les met en danger. Toujours sur le qui-vive.

Pour répondre à la deuxième série de questions, il faut remonter au XVIIIe siècle… et ne prenons que la France. À partir de 1851, l’administration recense 380 000 étrangers, dont 63 000 Italiens. Et le chiffre ne va cesser d’augmenter : plus de 100 000 Italiens à la fin du Second Empire, 163 000 en 1876, 240 000 en 1881 et 330 000 à la fin du siècle. En 1914, La France compte 420 000 Italiens, 287 000 Belges, 105 000 Espagnols, 102 000 Allemands et 72 000 Suisses. C’est ce qu’on nommera la « première vague d’immigration ». Entre les deux guerres, l’État prend en charge une nouvelle vague d’immigration – la « deuxième » : Polonais, Tchécoslovaques, Russes, Arméniens, Allemands, Italiens, Espagnols, pour la plupart des réfugiés politiques. En 1931, on dénombre 2 890 000 étrangers en France, soit 5,9 % de la population totale. Parmi eux, la minorité est composée d’environ 100 000 Maghrébins, 5 000 Indochinois, 5 000 Africains subsahariens et 10 000 Antillais de nationalité française. Ces étrangers, majoritairement des hommes, viennent principalement combler les pertes humaines dues à la guerre et travaillent dans les entreprises françaises, en particulier du bâtiment. La « troisième vague d’immigration » commence à partir de la seconde guerre mondiale et est caractérisée par une immigration « de regroupement familial ». On compte alors essentiellement tout d’abord des Espagnols (600 000 fin 1960) et des Portugais (700 000 en 1970) puis des travailleurs des anciennes colonies : Maghreb (800 000 Algériens en 1982) et Afrique subsaharienne. On note également la présence de réfugiés politiques (Hongrois, passant de 12 000 à 20 000 entre 1955 et 1959 et 2 500 Tchèques en 1968). Fin des années 2000, le chiffre des entrées permanentes avoisine 104 000 alors que 145 000 personnes acquièrent la nationalité française et environ 22 000 partent. Le nombre n’est donc pas la nouveauté, ni son inflation, ou si peu.

La réponse à la troisième série de questions est donnée par l’Onu. Concernant la situation actuelle, le haut-commissariat des Nations-unies pour les réfugiés est formel : les hommes forment 72% du total des entrants, les femmes 13% et les enfants 15%. La crise est donc majoritairement masculine bien que les images diffusées ou les slogans utilisés tentent de faire croire le contraire. La psychologisation de la situation demanderait-elle de féminiser ou d’infantiliser le contexte ?

Qu’est-ce donc que cette « crise » ? Cherchons les réponses dans la terminologie choisie. Le mot crise vient du latin « crisis » qui signifie « assaut », et du grec « krisis (“κρισις”) » qui désigne le fait de séparer, de distinguer. On est au cœur du sujet. Ce qu’exposent les médias et dirigeants occidentaux (européens de l’Ouest et nord-américains) c’est leur volonté de distinguer d’eux-mêmes ces personnes tassées au-delà de murs érigés et recouverts de barbelés, ou cantonnées dans des gares, sur des voies de chemins de fer, perdues sur des embarcations. Désigner l’Autre comme différent, avant qu’il ne se confonde avec celui qui est déjà à l’Ouest. C’est ensuite le stigmatiser comme agresseur, initiateur d’un assaut « contre » ou « vers » des contrées qui lui sont étrangères. Un agresseur/victime de gouvernements « barbares » – la Syrie en tête d’affiche –, non occidentaux, au moment-même où la guerre à la « barbarie », au terrorisme islamique est officialisée, rendue banale. Alors, la militarisation du sujet passe à la trappe tandis que les vendeurs d’armes occidentaux continuent à faire fructifier leur business dans les pays que l’Autre fuit. Et, un agresseur/victime vient remplir les trous de main d’œuvre d’une économie occidentale défaillante, à bout de course. L’Autre continue ainsi à jouer son rôle de « contrôleur », celui qui dirige l’assaut, et de « contrôlé », celui qui fuit la guerre ou cherche à survivre. Ce contrôleur/contrôlé n’a toujours pas la parole, au point qu’on ne lui donne pas de sexe – il est désigné comme « homme, femme, enfant » alors qu’il est homme –, et qu’on l’infantilise – les émois se polarisent sur ces enfants, voire « un » enfant, qui meurent lors des traversées. L’Autre est subalterne : de la périphérie (non occidental), sans voix (il fuit la persécution ou la misère/est en quête de travail, de subsides) et aujourd’hui masculin. Reste à savoir ce qu’il advient des subalternes féminines des pays d’origine de leurs congénères masculins. En prison ? violées ? cloitrées ? à la rue ? en manifestation ? en résistance ? en attente d’une filière pour rejoindre un époux, un frère, un père ? pour venir seules ? J’aimerais tant le savoir.

Joelle Palmieri
22 septembre 2015

Les Pénélopes, huit ans d’Histoire féministe

penelopes_politiquesDans cet article, je suis obligée d’assumer ma double posture : celle de journaliste et de politiste. Cette assomption me permet à la fois de témoigner et de donner à penser. Je pars en effet dans ce texte de l’observation d’une expérience éditoriale féministe internationale, volontairement construite en tant que média comme mode d’expression et mode d’action politique, pour ré-ouvrir un débat féministe contemporain. L’idée est de croiser les regards sur les questions qui ont animé l’agence de presse qui a porté ce média il y a plus de dix ans, et de rendre compte d’une dynamique toujours existante de réseaux de résistances et d’alternatives aux rapports de domination en contexte de mondialisation. Il s’agit en outre d’analyser en quoi la création éditoriale, en particulier sur Internet, peut être politique alors que les usages des TIC (technologies de l’information et de la communication) peuvent rester institutionnels, voire purement techniques, technicistes. De la même manière, il est question de réfléchir à la dynamique transgressive de l’activité éditoriale en tant que valorisation de savoirs, en particulier de femmes « à la marge », dont les rôles alloués les confinent à la périphérie ou à des rôles de subalternes.

Les Pénélopes : une agence de presse féministe

De février 1996 à avril 2004, l’Agence de presse internationale féministe Les Pénélopes a relayé tous les mois sur le web (anciennement penelopes.org) des informations émanant de réseaux de femmes en lutte ou en mouvement dans le monde entier. A travers brèves d’actualité, agenda des actions, critiques de livres, reportages, portraits, articles de fond, dossiers thématiques et chroniques, l’agence ouvrait ses colonnes à des femmes, partout dans le monde, sur des sujets tels que les conflits armés, les violences sexuelles, la prostitution, la pornographie, les droits, l’immigration, le travail, l’économie, le politique, la santé, l’éducation, la communication, l’art, les féminismes, l’histoire des femmes… Chaque édition mensuelle du magazine électronique confrontait faits et analyses. Elle s’ouvrait sur une Humeur, « coup de gueule » sur l’actualité en marche.

L’expérience ne s’est pas cloisonnée aux murs du seul site Web (les réseaux sociaux numériques n’existaient pas encore) puisque les Pénélopes – des journalistes mais aussi des étudiantes dans de nombreux domaines et des géologues, astrophysiciennes, secrétaires, infirmières, informaticiennes, vidéastes, en activité ou au chômage, etc. – ont créé en 2000 la première télévision féministe interactive, Cyberfemmes – 52 émissions en direct ont été produites chaque semaine pendant un an, incluant une quotidienne pendant le Sommet onusien Pékin+5 –, et une radio en ligne, Voix de femmes, qui avait pour objet de croiser les regards féministes entre Europe de l’Est et de l’Ouest.

L’agence a également fait partie ou créé de multiples réseaux média ou non, féministes ou non, dont l’Observatoire mondial des médias, le Réseau international Genre et médias issu de la Conférence de Pékin, le Réseau international femmes et économie solidaire et son antenne française, pour laquelle elle a produit quatre sites web et quatre documentaires vidéo, dédiés à quatre expériences portées par des femmes migrantes dans différentes villes de France (St-Denis, Nantes, Lodève, Marseille).

Traquer les paroles des subalternes

Pour chaque initiative média, il s’agissait pour le moins de transmettre et d’échanger des informations de et par les femmes partout dans le monde – objet de l’association porteuse de l’agence – mais surtout de faire des différents médias créés des bases de lancement des paroles de femmes, qu’on considérait porteuses d’alternatives, de luttes, de paroles transgressives aux rapports de domination de « race », de classe et de genre.

En cette période – 1996/2004 – où Internet était très peu utilisé par les femmes et les féministes plus précisément, nous – je dis « nous » car j’étais présidente de l’agence – nous étions déjà et, sans le savoir du point de vue théorique, en train de donner corps à la subalternité des femmes de la « base », ici et ailleurs, c’est-à-dire, comme le définit Gayatri Chakravorty Spivak, celles qui n’ont pas « socialement » la parole, celles dont la pensée n’est pas représentée et qui en viennent à gérer au pied levé ou par choix ce qui est globalement et socialement considéré comme périphérique, à savoir le quotidien… Parce que nous nous intéressions à qui parle, et donc à qui fait l’information, plutôt qu’à l’information à proprement parler, nous entrions par la porte des médias, le plus souvent bannie par les universitaires, dans l’antre des études subalternes. Nous alimentions sans retenue, le débat sur ce qu’on ne nommait pas alors comme tel, mais qu’aujourd’hui je qualifie de colonialité numérique. Explication. En partant de la théorie développée par Anibal Quijano, complétée par celle de Michel Cahen, je peux définir cette colonialité ainsi : l’ensemble des rapports de domination produits par la reproduction patriarcale de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme. Cette colonialité crée un déracinement épistémique – c’est-à-dire hiérarchisé des savoirs faisant ignorance. Elle va à l’encontre de la visibilisation des savoirs, méprise leur historicisisation, contextualisation, genrisation. En cela, elle fait violence épistémique, comme la décrit encore une fois si bien Gayatri Spivak, entre États, et en particulier entre États occidentaux et de la périphérie, tels que définie par Achille Mmembé, entre États et populations, entre élites et populations de la « base », etc. À ce titre, elle interroge les usages des médias, en particulier les médias numériques, en tant que supports d’information et de savoirs, pouvant créer et faire évoluer la pensée, en particulier la pensée féministe.

Usages des TIC : entre institutionnalisation et transgression

Cette colonialité est en effet à la fois productrice de relations sociales hiérarchisées faisant obéissance et donc domination – selon la définition qu’en donne Hannah Arendt –, et est contreproductive, dans le sens où elle permet de libérer un pouvoir transgressif. Nous allons voir comment et en quoi.

Pour ne se limiter qu’à Internet, par les activités de l’agence, et ensuite par mes travaux de recherche, j’ai en effet pu démontrer qu’il existe à la fois des usages institutionnels des TIC alimentant les rapports de domination existants et des usages transgressifs, en particulier de genre.

 

Commençons par les usages institutionnels.

Depuis les années 1990, beaucoup de militantes des droits des femmes ou des féministes ont construit avec les TIC une relation individuelle relevant de la dépendance voire de l’addiction – j’en suis –, qui leur permet d’être en connexion partout dans le monde, ou de faire de ces outils, et en particulier de l’Internet, un objet de création numérique. Pas nécessairement un média. La plupart de ces militantes de la première heure ont toujours considéré les TIC comme un prolongement de leur engagement, et en particulier celui pour la liberté, la démocratie, l’indispensable égalité hommes/femmes, ou encore le féminisme.

Elles ont estimé que l’informatique, le téléphone mobile ou l’Internet allaient leur permettre d’aller plus loin sur le chemin de la transformation sociale. Aussi, très vite, elles ont interrogé d’un point de vue politique et social ce nouvel environnement. Elles ont posé les questions de savoir si, comme dans la vie réelle, ce nouvel espace allait renforcer les discriminations, creuser les écarts, créer des frontières, multiplier les formes de domination ou au contraire étendre les approches stratégiques d’obtention de davantage de droits pour les femmes, de lutte contre les discriminations, d’abandon du patriarcat, de luttes contre les dominations coloniales, sous toutes leurs manifestations. Elles se sont demandées si cet espace allait permettre de valoriser des alternatives féministes.

Ces questions ont engendré deux courants : celui de l’appropriation institutionnelle des TIC par des femmes, telle qu’elle est globalement pratiquée par le mouvement « Genre et TIC », voire majoritairement par les organisations féministes, et celui qui a été nommé le « cyberféminisme ».

L’analyse de ces deux courants m’a amenée au constat suivant. Pour les deux courants, les TIC restent systématiquement un but à atteindre pour les femmes, ce qui reste, pour moi, une interrogation.

Je vais vous expliquer en quoi. J’ai établi qu’il existe une institutionnalisation des TIC, héritée de la naissance de la « société de l’information ». Je peux en effet affirmer que l’institutionnalisation des TIC a pour caractéristique d’être prescrite par les décideurs des politiques de TIC (États et entreprises privées du secteur) et surtout de ne pas consulter les personnes pour lesquelles ces politiques sont écrites : en particulier des femmes, sans différenciation de classe ou de « race ». J’ai pu démontrer, quantitativement et qualitativement, qu’en souhaitant répondre aux besoins des femmes, en voulant les aider, leur venir en soutien, ces politiques entérinent le pouvoir de ceux qui les dictent (hommes et femmes) et avalisent les processus verticaux tant de génération de contenus, de contrôle des infrastructures ou de décisions. En n’étant structurellement pas égalitaire, en renforçant des rapports de dépendance, cette institutionnalisation, quoiqu’empruntant largement le terme genre, l’exclut de ses pratiques. Aussi, en n’interrogeant pas cette institutionnalisation, en prescrivant l’usage massif des TIC, sans regard critique sur la société qui les porte, on s’éloigne du féminisme.

Continuons maintenant par les usages transgressifs.

Ils sont peu nombreux, dispersés dans le temps et l’espace, parfois éphémères, peu fédérés. Ils passent par exemple par la libération de savoirs intimes de femmes de la « base » en milieu urbain ou rural en Afrique du Sud. Ou encore par la création de blogs par des jeunes des deux sexes dont les contenus portent sur l’usage des TIC comme outils d’appropriation de la citoyenneté pour lutter contre l’excision en Afrique de l’Ouest. Ces savoirs sont rendus visibles sur des médias numériques par des intermédiaires, le plus souvent des féministes, que je qualifie de « passeures de savoirs ». Ces intermédiaires sont moins des journalistes que des militantes qui scrutent chez les subalternes, ce qui fait information, c’est-à-dire ce qui donne forme – « informare » – au quotidien. La nuance qui consiste à considérer son interlocuteur – en l’occurrence son interlocutrice – ici, celle qui vit le quotidien du terrain, comme on a coutume de le qualifier, comme son égale, ayant en quelque sorte autant de qualification que soi – journaliste, rédactrice, etc. – autant de savoir, pour créer une information est ici fondamentale. Elle transforme l’idée de média.

 

En cela, ce qui caractérise les alternatives que je viens de citer est qu’elles donnent des pistes de réflexion à la théorie féministe. 1°) Elles repartent du vécu quotidien, 2°) elles requalifient le genre à sa juste valeur par l’analyse des inégalités liées aux multiples identités dans un contexte mondialisé qui renforce la hiérarchisation des pouvoirs, et 3°) elles fouillent des stratégies de contournement de l’expression publique des rapports de domination via les savoirs du privé, de l’intime, de l’invisibilité.

Conclusion

Pour finir, dans un ouvrage dédié à l’expérience de l’agence et intitulé « Les Pénélopes : un féminisme politique », nous interrogeons les lecteurs sur la pertinence contemporaine des usages des TIC en tant que média. Et résolument, nous répondons : « ne nous laissons surtout pas abuser par l’illusion de l’universalité : les luttes se vivent toujours au quotidien, là où le vécu les inspire, là où l’imagination stimulée par l’urgence reprend le pouvoir. Dans le réel. Aussi, continuons à nous détacher des modèles et des normes, et à nous emparer des TIC comme outil critique et véhicule de nos mémoires, de nos savoirs. »

Joelle Palmieri
12 janvier 2015

 

 


Eléments bibliographiques

Cahen, Michel, Africando, Bilan 1988-2009 et projets 2010-2018 dans le cadre d’un Rapport pour l’habilitation à diriger des recherches, 2011, p. 68, <http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/55/66/56/PDF/HRD_Michel_Cahen.pdf>, consulté le 16 décembre 2014.

Dorlin, Elsa (dir.), avec la collaboration d’Annie Bidet-Mordrel 2009, Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris : PUF, coll. Actuel Marx/Confrontations, 320 p.

Haralanova, Christina & Palmieri, Joelle 2008, Strategic ICT for empowerment of women, WITT Training Toolkit – Women’s Information Technology Transfer (WITT), Internet Rights Bulgaria, février 2008

Hawthorne, Susan & Klein, Renate (dir.), CyberFeminism: Connectivity, Critique and Creativity, North Melbourne, Spinifex Press, 1999, 288 p.

Leon, Irene, Género en la revolución comunicacional, Quito, ALAI, América Latina en Movimiento, 2005, <http://alainet.org/active/19633&lang=es>, consulté le 8 juin 2010.

Mbembe, Achille 2000, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris : Karthala, 293 p., p. 139-140.

Palmieri, Joelle 2012, « Les femmes non connectées, une identité et des savoirs invisibles », in Recherches féministes, vol. 25, n°2, 2012, pp. 173-190

Palmieri, Joelle 2012, « Technologies : produits du pouvoir et productrices d’impuissance », in Revue Sophia, actes du colloque d’octobre 2011 « From cyborgs to Facebook, technological dreams and feminist critiques », juin 2012, pp. 108-127

Palmieri, Joelle 2010, « Révéler les féminismes sur le net », in Femmes et médias-Médias de Femmes, Université des femmes de Bruxelles, éd. Pensées féministes, numéro 2, 2010 (janvier 2011), pp. 93-98

Plant, Sadie, « Feminisations: Reflections on Women and Virtual Reality », in Hershman Leeson, Lynn (dir.), Clicking In: Hot Links To A Digital Culture, Bay Press, 1996, 372 p., p. 37.

Spivak, Gayatri Chakravorty 1988, Can the Subaltern Speak? (Les Subalternes peuvent-illes parler ?, traduction française de Jérôme Vidal, Paris : Amsterdam, 2006), in Nelson, Cary & Grossberg, Lawrence (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago : University of Illinois Press, 738 p., p. 271-313.