Archives par mot-clé : mondialisation

La résistance mondiale des femmes au libéralisme

La mondialisation libérale n’est ni un phénomène récent ni un système innovant. Elle s’appuie sur l’architecture du patriarcat et donc la banalisation de l’oppression des femmes. Conscientes de cette situation, confrontées à une paupérisation galopante et des formes d’exclusion de plus en plus sophistiquées, des femmes, partout dans le monde, ouvrent des poches de résistance. Reste qu’une nouvelle grille de lecture du capitalisme est à transmettre et à pratiquer.

Les dégâts du libéralisme ne sont pas inconnus. Le très officiel rapport 1997 de la Cnuced (Agence Commerce et Développement de l’Onu) dévoile qu’il accroît systématiquement les écarts de richesse entre les différents pays du monde. En 1965, le revenu moyen individuel dans les pays du G7 valait 20 fois celui des 7 pays les plus pauvres. En 30 ans, ce rapport a doublé. Ces écarts se révèlent également à l’intérieur-même des pays : depuis 20 ans, 20% de la population accumulent la plus grande part des revenus des pays. Le rapport sur le développement de la Banque mondiale de 2000/2001 affirme que le pourcentage de la population qui vit avec moins de 1 dollar par jour a augmenté en Europe comme en Asie Centrale de 0,2% en 1987 et de 5,1% en 1998. En Amérique latine et dans les Caraïbes, ce chiffre est passé de 15,3% à 15,6%. La moyenne mondiale était encore de 24% en 1998. Ainsi, 15 des 37 millions d’Argentins vivent au-dessous du seuil de pauvreté dont 5 en état d’extrême pauvreté. Le chômage a dépassé 20 % de la population active. Le pouvoir d’achat a baissé de 50 % dans les dernières cinq années. 90% des banques et 40% de l’industrie appartiennent à des multinationales étrangères. Sa dette externe s’élève actuellement à 150000 millions de dollars. Les instigateurs de cette tendance générale (au Nord, de façon volontariste à la Thatcher ou à la Reagan, et au Sud, via les Plans d’Ajustements Structurels) sont la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International et l’Organisation Mondiale du Commerce. Aussi, depuis la mise en œuvre de ces réformes économiques, partout au Sud, des écoles ferment, des centres hospitaliers sont liquidés. Selon Patricia Giles, de la Commission pour la santé des femmes de l’OMS,  » les investissements pour la santé des femmes ont dramatiquement chuté dans une période de prospérité croissante « . Aussi, que ce soit en Amérique latine, en Asie ou en Afrique, des femmes meurent pendant l’accouchement ou faute de soins et des adolescentes quittent l’école pour cause de grossesse. Rien qu’en Argentine, entre 50 et 100 enfants meurent chaque jour. Les femmes et les enfants sont bien les premières victimes de la mondialisation libérale. Ils représentent 80% des pauvres et 67% des analphabètes dans le monde.

Pourquoi les premières victimes ?

Selon Maria Mies, anthropologue et sociologue allemande, les raisons de ce constat méritent réflexion. Tout d’abord, partout dans le monde, les femmes n’ont pas de pouvoir de négociation et  » ne peuvent pas faire fructifier leur « capital humain » « . La tendance est donc grande de demander aux Etats plus de droits, afin que l’égalité de genre devienne une réalité. Or cette politique de  » rattrapage  » n’est qu’un mythe. La revendication des droits est vaine car aucun Etat, au Nord comme au Sud, ne respecte ses engagements. Pour seuls exemples, la plateforme de Pékin ou le protocole additionnel Cedaw contre toutes les discriminations faites aux femmes, bien que ratifiés par des centaines de pays, sont tous les jours méprisés. Par ailleurs, étonnamment, aucun indicateur de survie n’apparaît dans les statistiques officielles, ou dans l’analyse des militants contre la mondialisation libérale. Or le renouvellement de la force de travail est en totalité assuré par les femmes. Dans toutes les théories et modèles économiques, cette activité quotidienne de survie est banalement considérée comme un  » bien gratuit « . Comme le souligne la sociologue, ce travail semble  » émaner « naturellement » des corps des femmes. Aussi, la  » « ménagérisation » des femmes est donc le complément nécessaire à la prolétarisation des hommes « . De fait, le travail domestique gratuit des femmes, les soins, l’alimentation, l’éducation, entendu comme de  » l’économie invisible « , devient le socle du libéralisme.

Quelles résistances ?

Les femmes sont donc victimes, mais nombre d’entre elles sont conscientes que la diversité de leurs revendications et leur pratique d’un pluralisme économique, établissent un contre-courant à la théorie économique dominante, libérale et patriarcale et représentent de sérieuses formes de résistance. La destruction de la nature, la course aux armements, la pauvreté, procèdent en effet des mêmes stratégies politiques et économiques, celles-là même qui sont basées sur la domination masculine et sur la négation de la femme comme « être citoyen » à part entière. Le libéralisme s’appuie en effet sur les fondements même du patriarcat : domination de la propriété privée, exploitation du corps humain, division du travail (le domestique et le non-domestique), travail non rémunéré (ignorance du « privé »), organisation pyramidale, hiérarchie, dépendance, reproduction, inégalité, violences à l’égard des femmes, dont la prostitution. Ainsi, l’écoféminisme (écologie-féminisme), créé dans les années 70, s’oppose de façon radicale à la mondialisation financière, dénonce l’instrumentalisation du vivant par les multinationales pharmaceutiques et agroalimentaires et les proxénètes, à des seules fins de profit immédiat.

Aujourd’hui par exemple, les organisations de femmes de Papouasie sont au premier plan de la lutte contre la « réforme agraire » et contre la « réforme de l’éducation » imposées par la Banque mondiale et le FMI. De même au Kenya, ce sont les femmes qui, depuis 1980, sont au premier plan de la lutte contre les entreprises mondialisées. Lorsque les prix du café a chuté et qu’elles n’ont reçu d’argent ni des propriétaires de plantations, ni de leurs maris, ni de l’Etat, elles ont abandonné les plants de café jusqu’à ce qu’ils meurent, ont planté entre les arbres des légumes qu’elles ont vendus au marché ou ont utilisé pour leurs familles. Les Freedom Corner Mothers (les Mères du Coin de Liberté) ont manifesté contre l’arrestation de leurs enfants qui s’étaient opposés au programme néo-libéral des compagnies depuis 1990. Leur opposition a déclenché la vague d’appropriation des terres, au Kenya et dans le reste de l’Afrique, par les paysans sans terre. Ces Kenyanes ont utilisé avec succès les méthodes des Nigériennes lors de leurs combats contre leurs anciens maîtres coloniaux ainsi que les nouveaux, à savoir la Shell. Elles dénudent leur poitrine face à la police, aux soldats et aussi aux administrateurs de la multinationale pétrolière, leur rappelant qu’ils sont tous les fils de leurs mères !

Dans un autre registre, les tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda, pour l’ex-Yougoslavie, ont été principalement imposés par des femmes qui refusent les génocides, les crimes contre l’humanité, les viols, l’épuration ethnique… Aux Philippines, des femmes ont fait fermer des bases militaires américaines, ce qui a libéré pour leur pays des sommes d’argent monumentales. Cette lutte pour la paix représente tout un arsenal d’actions liées à l’éducation, à la santé… vers une véritable justice sociale.
En Argentine, durant la dictature militaire, les Mères de la Place de mai ont joué un rôle de premier ordre, elles qui, les premières, ont dénoncé les atrocités, et réclamé leurs enfants emprisonnés ou  » disparus « . Aujourd’hui, dans chaque quartier, ce sont des femmes qui convoquent des assemblées populaires, une nouvelle forme de démocratie, directe, et se voient réprimées pour leur combativité. Elles sont aux avant-postes de la formulation d’alternatives, comme le système de troc. Comme le souligne l’anthropologue argentine Martina E. Chávez,  » Nous prônons une nouvelle économie basée sur la réciprocité tout en respectant la terre nourricière, tout le contraire des valeurs du FMI, de la Banque Mondiale et de l’OMC. Une économie au service des personnes et des peuples. « 

L’économie solidaire ou populaire

L’économie solidaire ou populaire n’est pas un simple secteur, réservé aux pauvres, un tiers-secteur qui s’adapte au système néo-libéral. Au contraire, cette économie se place comme une alternative au système, une véritable aide au développement. Selon Heloisa Primavera, économiste argentine,  » l’économie solidaire n’est pas un système pour souffrir un peu moins, mais pour changer le système « . Elle ajoute que les femmes composent 70% des clubs de troc partout dans le monde et qu’elles ont quasiment l’exclusivité de leur coordination (90% de femmes).

Selon Cécile Sabourin, économiste québécoise, la vision patriarcale des systèmes sociaux, politiques et économiques ont une influence sur tous les rapports et à tous les niveaux. Un des effets transparaît dans l’invisibilité de la contribution des femmes à l’économie. L’expression de la créativité des femmes doit être valorisée dans tout son potentiel de transformation sociale. Le grand écart qui existe entre droits et mentalités obère toutes les initiatives de femmes qui ne sont pas purement économiques et financières, qui produisent néanmoins des biens et services et qui favorisent la paix indispensable au développement local durable.

« L’économie solidaire a des retombées financières économiques et même sociales et permet d’équilibrer et d’harmoniser la famille », confirme Aminata Diongue Ndiaye, coordinatrice régionale des actions féminines de Dakar. Ainsi, les prêts octroyés aux femmes servent à beaucoup plus de choses qu’à l’activité économique en tant que telle. Ils permettent l’accès aux soins, à l’éducation, voire au mariage… Il s’agit en fait d’une  » économie de vie « . Tout en occupant majoritairement le secteur informel, les Africaines inventent ou expérimentent des initiatives d’économie solidaire par le simple fait que leurs activités ne visent pas un retour sur investissement d’ordre financier, mais, surtout, recherchent une plus-value sociale, en développant conjointement des services connexes comme la reconstruction d’écoles, la réhabilitation d’hôpitaux ou de maternités, voire le réaménagement du territoire par la réparation des routes, ce qui profite à l’économie globale de la région ou du pays. Au Mali, où la situation est à la fois marquée par les Programmes d’ajustement structurels et par l’islam, très prégnant, des femmes ont été amenées à créer une activité de fabrication de savons afin de financer des crèches…

Créer de nouvelles dialectiques

Une priorité : rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses. Car si tout a un coût, il n’est pas forcément monétaire. Est-il forcément légitime qu’une école ou encore une maternité, qui ont un prix, soient rentable ou rentabilisé financièrement ? La production de richesses peut se mesurer autrement : plaisir, émotion, lien social, santé, éducation, préservation du vivant…et les coûts également. Les milliers de morts sur les routes ou encore les cardiaques ou cancéreux des pays du Nord rapportent plus d’argent aux multinationales pharmaceutiques, aux bâtisseurs et aux vendeurs d’eau que la vente de journaux. Par contre, ils coûtent en humanité, en qualité de vie, en protection de l’environnement, en préservation de la nature. Il s’agirait donc de mesurer également, grâce à de nouveaux indicateurs de destruction, la casse produite par l’industrie, l’agriculture productiviste, les guerres, les violences, l’exclusion, le chômage, la pensée unique dont les grands monopoles de communication sont les vecteurs.

Rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses conduit à inverser les logiques : quand une association ou une ONG reçoit une subvention publique, ce n’est pas elle la débitrice. Elle produit des richesses sociales, relationnelles, environnementales… Elle devient l’opérateur d’un Etat désengagé qui, d’une certaine manière, sous-traite la production de services d’intérêt général. Si une association ou une ONG se plie à la discipline du marché et intègre ces critères de rentabilité, elle constitue alors l’une des pièces du gigantesque puzzle mis en ordre par le système libéral. Il faut apprendre à reconnaître nos propres compétences, nos savoir-faire et les moyens que nous mettons en œuvre, qui ne se mesureront jamais comme la spéculation boursière ou la rentabilité d’un capital investi. Il est urgent de valoriser ou de bâtir des modèles économiques différents qui s’appuient sur une autre qualification des richesses, qui identifient les facteurs de casse et militent pour une économie à forte plus-value sociale. Des modèles majoritairement portés par des femmes, partout dans le monde.

juin 2002

Idéologie et marché : rompre avec les évidences

Le marché de la communication en cache bien d’autres. D’où les stratégies de monopole et de concentration des multinationales du secteur. Seule alternative pour la société civile : identifier les réelles richesses, rendre visible les indices de destruction et contrer le libéralisme sur son terrain, l’économie. L’idéologie libérale, support émergé d’un empire financiarisé, doit se contrer sur le terrain indivisible de la démocratie, à la fois politique, économique et sociale.

Quand Jean-Marie Messier déclare en décembre 2001, afin de justifier les investissements de son groupe aux Etats-Unis, que  » l’exception culturelle française est mort  » et qu’il faut laisser place à la diversité, à première lecture, Vivendi, au même titre que Warner ou Berlusconi, semble occuper le terrain de l’idéologie. En finançant le cinéma de Luc Besson ou de Tim Burton, c’est une image bien codifiée de la société que ces mentors de la communication offrent aux jeunes générations. Le positionnement se fonde sur :  » Rien n’est gratuit. Tout se mérite, donc tout est fruit d’une lutte, par définition violente et se paie « . Jean-Marie Messier, en participant aux émissions de télévision grand public, tente de se forger une identité de brave patron qui crée des emplois, tout en affrontant la lutte impitoyable qu’impose la concurrence. De fait, il chantonne les refrains de l’idéologie libérale. A l’inverse de ce patronat, rétrograde et conservateur qui ne sert que ses propres intérêts, incarné par le baron Séllières (patron du Medef – syndicat patronal français), le  » J2M « * se positionne lui comme un fervent défenseur de l’intérêt général : en réalité son pire concurrent. Ainsi, les militants anti-mondialisation libérale les plus acharnés, Bové et consorts, s’en trouvent déstabilisés et démunis, lorsqu’ils sont directement en confrontation télévisuelle. Car enfin, le positionnement idéologique cache bien un investissement purement économique. Qu’est-ce qui prime ? l’idéologie ou le profit ? Quand Jean-Marie Messier parle de la mort de l’exception française dans le cinéma, s’agit-il avant tout d’une offensive idéologique ou d’une stratégie de captation de marchés ? Quand la Fondation Vivendi essaime ses micro-dons auprès des associations quels que soient leurs domaines d’activité, y compris ceux de la défense des droits ou du développement durable, n’est-ce pas un investissement en direction des territoires, pour mieux étendre son marché de l’eau, de traitements des déchets, de transports ? Quand Universal édite les CD des rappeurs, des chanteurs  » anti-mondialisation « , comme des stars taillées à façon, n’est-ce pas un moyen d’entrer de force dans les salles de spectacle, dans les émissions TV, sur les ondes radio, dans les caves de banlieue et de fidéliser sa clientèle actuelle et à venir, en couple ou en famille ? Quand Vivendi-Universal publie des livres scolaires, des cdrom ludo-éducatifs, voire des essais polémiques, des journaux – la multinationale possède une grande part des éditions et de la presse françaises -, n’est-ce pas une stratégie pour prendre dans ses filets plusieurs secteurs socioprofessionnels dont la corporation des enseignants et des journalistes ? Quand Cegetel fournit la téléphonie mobile ou fixe, n’est-ce pas une façon d’envahir l’espace public et de réguler toutes les technologies, du câble à la fibre optique en passant par internet, ses bandes passantes et les technologies du futur (UMTS) et par là-même s’assurer un avenir économique et un profit maximum à court terme et sur la durée ?

 

Le politique réduit au marketing

L’extension et le développement des marchés ne connaissent pas de limites. En faisant une OPA (Offre publique d’achat) sur le marché de la communication, les Vivendi et autres fans considèrent la sphère publique comme un marché comme un autre. Sur ce terrain, le principal concurrent n’est certes pas la classe politique qui n’oppose aucune résistance, mais serait les  » anti-mondialistes  » tels qu’ils sont qualifiés par les médias qui sont la propriété de ces monopoles. A l’école marketing, la meilleure façon de contrer son concurrent direct est de venir sur son terrain, d’utiliser son vocabulaire, ses concepts afin de mieux les détourner. Ainsi on a pu entendre ou lire Messier vanter les vertus de la  » diversité culturelle « , reprenant ainsi à son compte la terminologie des anti-mondialisation libérale, tout en calomniant l’exception culturelle française pour justifier une américanisation inéluctable. Car cette provocation contraint les concurrents à la défensive, les oblige à revisiter leur copie. Ainsi l’épicentre des débats est-il miraculeusement déplacé. Sylvio Berlusconi lui a choisi le pouvoir politique. Sans grâce ni élégance, il taille les lois italiennes à la serpe pour mieux servir son propre empire. Pratique et rapide –  » on n’est jamais mieux servi que par soi-même  » – cette stratégie présente l’inconvénient de structurer des foyers de résistance. En se plaçant à la tête du pouvoir d’une démocratie européenne et en optant pour des méthodes fascisantes, ce patron favorise l’émergence d’une  » opposition « , qui peut alors s’organiser, s’exprimer…Messier n’est lui pas embarrassé par ces scories : il se place bien au-dessus de cette dialectique en avançant scrupuleusement services de proximité et bourrages de crâne au plus près du citoyen. Ne sommes-nous pas en train d’assister à une démolition en règle de la démocratie ?

 

La violence, un autre marché

Selon Michel Serres, physicien et philosophe français, de nos jours, un enfant de 14 ans a déjà assisté à 14000 scènes de violence virtuelles ou réelles, ajoutons majoritairement exercées par les hommes. Et cette assertion doit valoir pour tous les enfants du monde. Comment s’étonner alors de l’augmentation de la tolérance de la délinquance dans les pays du Nord et celle du fanatisme dans les pays du Sud. Cette intoxication entraîne la tolérance du pire.  » Pourquoi j’ai violé cette fille ?, je ne sais pas. J’étais bourré « . En attendant, les adolescents, majoritairement des garçons qui reproduisent la violence, s’entassent dans les cellules des quartiers des mineurs. La spirale infernale prison/récidive les amènera à former le gros du bataillon d’une main d’œuvre très bon marché sous tutelle pénitentiaire. Qui en sont les véritables employeurs ? Le ministère de la Justice ? Ou les multinationales qui confient à ladite administration le soin de gérer le conditionnement de leurs produits divers ? Conditions de travail lamentables et insalubre, cadences de travail sous surveillance, pas d’accès au douche, salaires de misère, dont la disponibilité est suspendue à la bonne volonté des matons. De plus, la cuisine collective et le service de nettoyage des maisons d’arrêt qui sont entre les mains des entreprises privées offrent un second marché juteux, conjugué à cette main d’œuvre surexploitée.

 

Quelle offensive possible pour la société civile ?

Une priorité : rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses. Car si tout a un coût, il n’est pas forcément monétaire. Est-il forcément légitime qu’un film ou une école ou encore une maternité, qui ont un prix, soient rentable ou rentabilisé financièrement ? La production de richesses peut se mesurer autrement : plaisir, émotion, lien social, santé, éducation, préservation du vivant…et les coûts également. Les milliers de morts sur les routes ou encore les cardiaques ou cancéreux des pays du Nord rapportent plus d’argent aux multinationales pharmaceutiques, aux bâtisseurs et aux vendeurs d’eau que la vente de journaux. Par contre, ils coûtent en humanité, en qualité de vie, en protection de l’environnement, en préservation de la nature. Il s’agirait donc de mesurer également, grâce à de nouveaux indicateurs de destruction, la casse produite par l’industrie, l’agriculture productiviste, les guerres, les violences, l’exclusion, le chômage, la pensée unique dont les grands monopoles de communication sont les vecteurs.

Rompre avec les évidences et reconsidérer les richesses conduit à inverser les logiques : quand une association ou une ONG reçoit une subvention publique, ce n’est pas elle la débitrice. Elle produit des richesses sociales, relationnelles, environnementales… Elle devient l’opérateur d’un Etat désengagé qui, d’une certaine manière, sous-traite la production de services d’intérêt général. Si une association ou une ONG se plie à la discipline du marché et intègre ces critères de rentabilité, elle constitue alors l’une des pièces du gigantesque puzzle mis en ordre par le système libéral. Comme l’explique l’économiste allemande Maria Mies, il faut  » rompre avec le mythe du rattrapage « . Il faut apprendre à reconnaître nos propres compétences, nos savoir-faire et les moyens que nous mettons en œuvre, qui ne se mesureront jamais comme la spéculation boursière ou la rentabilité d’un capital investi. Il est urgent de valoriser ou de bâtir des modèles économiques différents qui s’appuient sur une autre qualification des richesses, qui identifient les facteurs de casse et militent pour une économie à forte plus-value sociale. Il est indispensable de rendre visible et de refuser le travail gratuit fourni par les femmes du monde entier qui, de façon différenciée d’un continent à l’autre, assurent tous les jours la survie quotidienne, acheminent l’eau, cherchent la nourriture familiale, tout en reproduisant l’espèce humaine. C’est certainement l’une des conditions majeures pour que le libéralisme ne puisse plus exercer son diktat.

 

Et la communication dans tout ça ?

A cause de la prolifération des moyens de communication et de la mainmise du système dominant sur ces outils, le contrôle citoyen de l’information constitue aujourd’hui un enjeu majeur de la lutte contre le libéralisme. Mettre en œuvre des initiatives économiques viables, parce qu’utiles et d’intérêt général, en rupture avec le modèle dominant, peut constituer un véritable contre-pouvoir. Développer des stratégies pour une très grande visibilité de l’économie sociale et solidaire, ou encore populaire, valoriser et promouvoir les pratiques et initiatives de ses acteurs, répond immanquablement aux attentes de la société civile. L’enjeu est majeur : diffuser les valeurs et les pratiques de cette économie utile auprès des populations de façon à démultiplier les effets leviers, promouvoir les échanges et valoriser les « expériences à succès », faire en sorte qu’elle soit plus systématiquement associée dans les lieux où se jouent les débats de société (médias, Parlement, collectivités territoriales…). Garder le contrôle de la diffusion des informations, assurer le respect des libertés individuelles, garantir le droit à l’expression et à l’information pour le plus grand nombre, est un enjeu qui va de pair avec le droit à l’initiative économique. Ils doivent être pensés conjointement sous peine d’échec, de l’une et de l’autre. Ceci n’est pas affaire de spécialistes, mais de solidarité et d’engagement citoyen.

mardi 1er janvier 2002

* diminutif autoproclamé de Jean-Marie Messier, ce terme vaut pour générique de tous les patrons des monopoles de communication.

Changements climatiques : les femmes, victimes et incontournables

A la veille de la 15e Commission pour le développement durable, organisée par l’Onu à New York du 30 avril au 11 mai 2008, toutes les attentions se portent sur la question des changements climatiques et de leurs conséquences néfastes sur le développement. Pourtant, les institutions internationales et leurs représentant-es semblent rester aveugles au genre.

 

Alors que la Convention-cadre de l’Onu sur le changement climatique reste un des rares traités qui ne fait pas mention de l’égalité des sexes, le rôle prépondérant des femmes dans cette crise n’est plus à démontrer. Le 10 mars dernier, la ministre de l’Environnement d’Islande, Mme Þórunn Sveinbjarnardóttir, confirmait, lors d’une rencontre de la FAO, que les effets des catastrophes naturelles sur « l’égalité de genre, l’autonomisation et le renforcement des capacités des femmes pourrait être profond ». En effet, partout dans le monde, les femmes, qui forment 70% des pauvres, se retrouvent particulièrement touchées, occupant de fait la position de gestionnaires des ressources, à l’échelle familiale ou communautaire.

Paradoxalement, il est avéré que les désastres naturels sont mieux gérés lorsque les femmes prennent les devants dans le système d’alerte rapide et dans la reconstruction. Durant la sécheresse en Micronésie, par exemple, les femmes, puisant dans leur expérience du travail de la terre, creusaient des puits contenant de l’eau potable fraîche. Au Kenya, les groupes de femmes membres du Greenbelt Movement (Mouvement de la Ceinture verte) plantent des milliers d’arbres, remplissant ainsi le sol, générant des revenus et absorbant le dioxyde de carbone.

 

 

Une mobilisation précipitée

Des organisations de femmes se mobilisent comme Women for Climate Justice qui lançait début avril 2008 un site web (www.gendercc.net), ayant pour ambition de représenter un apport-clé pour le Centre international de compétence sur le genre et le changement climatique.

Côté institutions, en décembre 2007 à Bali, les femmes leaders et ministres chargées de l’environnement ont interpellé l’Onu pour qu’elle donne une place prépondérante aux contributions apportées par les femmes. « Il y a omission des voix des femmes dans les discussions sur le changement climatique », déclarait Wangari Maathai, lauréate du Prix Nobel de la paix de 2004.

Ensuite, du 25 février au 7 mars 2008, lors de la 52e session de la Commission sur le statut des femmes qui se tenait à New York à l’Onu, un accent particulier était porté sur l’apport d’une perspective de genre en la matière.

Enfin, le Secrétariat interagence de la Stratégie internationale de l’Onu pour la prévention des catastrophes, en collaboration avec l’Union mondiale pour la nature et l’organisation Women’s Environment and Development Organization (WEDO), lançaient début mars 2008 un appel à contributions sur les bonnes pratiques et leçons apprises en matière de réduction des risques de catastrophes. Les deux organisations cherchent des exemples de projets et d’initiatives dans les secteurs humanitaires, environnementaux et de développement, qui intègrent une perspective de genre et qui témoignent de changements positifs dans la mobilisation des femmes et des hommes pour augmenter la résilience des collectivités face au changement climatique.

 

Autant victimes que sources d’innovations, les femmes restent indubitablement le pilier des solutions à mettre en œuvre. La mobilisation est au rendez-vous. L’essai reste à transformer.

 

23 avril 2008