Archives par mot-clé : pauvreté

Covid-19 : rompre avec les évidences

Ce texte est une version ajoutée d’un articlerédigé et publié le 1erjanvier 2002.

 

L’humanité a traversé de nombreuses épidémies. En quoi celle du COVID-19 est-elle différente des autres ? Pour répondre à cette question, il me semble essentiel de rompre avec les évidences pour éclaircir le flou doublé d’un brouhaha qui nous envahit au quotidien. Cette violence politique (flou, bruit) n’est pas nouvelle. Elle opacifie bien d’autres violences qui peuvent servir de grille de lecture de la crise sanitaire mondiale.

Des personnes au pouvoir politique ou non en discutent, ici ou ailleurs, à l’aide des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ces usages des TIC, produits et producteurs de mondialisation, parfois rebelles, mais aussi vecteurs d’idéologies racistes, classistes, sexistes et aujourd’hui masculinistes, représentent un premier élément de réponse pour qualifier le contexte sociopolitique spécifique actuel et l’ensemble de systèmes de pensée déployé pour l’alimenter.

Ensuite, la pandémie trouve ses origines dans les différentes violences produites par le capitalisme tout autant qu’elle les renforce ou les consolide. Beaucoup (professionnel.les de santé, universitaires, militant.es…) mettent en exergue leurs déjà connus nombre et type, le plus souvent en ordre dispersé ou sans souligner les fils qui les relient. Pourtant la coexistence et la banalisation de ces manifestations de force forment système de domination (oppression, aliénation, asservissement) et à ce titre apportent un autre élément de compréhension du contexte.

On pourrait en dresser une liste non exhaustive : violences sexuelles, racistes, classistes et leur justification ; viols des droits des migrant.es, des racisé.es, des pauvres, des SDF, des femmes ; disfonctionnements des politiques nationales accompagnées d’arbitrages budgétaires socialement inégaux ; démonstrations d’autorité par forces de l’ordre interposées ; totalitarismes des pouvoirs politiques (Hongrie, Pologne, Brésil, États-Unis, Chine, Iran…) ; négations de la liberté ; endoctrinement et déploiement d’une propagande visant l’entretien de la peur chez les « masses » ; dictée de droits et devoirs (lois) inspirée par des modèles uniquement adaptés à une frange « normée » de la population (ni pauvre, ni malade chronique, ni psychiatrisé, ni détenu (prison, centre de rétention), ni SDF, ni mineur civique, ni vieux, ni handicapé, ni racisé, ni femme, ni LGBTQI, toute combinaison étant possible) ; diminution des services publics au détriment de la démocratie et au profit d’entreprises privées (en particulier de multinationales propriétaires des TIC, de l’industrie pharmaceutique ou des armes) ; tensions entre États occidentaux et les autres (dette, conflits armés et économiques) ; plaquage de modèles hégémoniques et impérialisme occidental sur la production de connaissances et sur la construction des identités.

Cette liste étant dressée, comment faire face ? Quelles stratégies opposer ? Quelle résistance déployer ? Quelles révoltes soulever ? Quelle radicalité exprimer ? Les propositions, sur le fond comme sur la forme, sont nombreuses, alléchantes, parfois effrayantes. Je propose d’en retenir quelques-unes, ici aussi sous la forme d’une liste réunissant un ensemble d’ingrédients pour une riposte puissante : redéfinition et distribution égale des richesses, appropriation des outils de production et de services, orientation des budgets vers l’alimentation du bien commun (santé, éducation, nutrition), prise de contrôle des TIC (infrastructures, logiciels et contenus), reconnaissance systématique des divisions de sexe, de classe ou de race, condamnation de l’essentialisation des femmes et de la séparation sphère privée/sphère publique, dé-légitimation des propagandes paternalistes (par exemple protéger les soignant.es plutôt que les aider, les soutenir, les infantiliser), mise en visibilité des hors-normes, refus de tout sectarisme, articulation des rapports de domination avec la militarisation des sociétés, distinction des violences politiques et des actions visant l’autonomie, exclusion des antagonismes écologie/lutte des classes/antiracisme/féminisme/humanisme, application à comprendre ce qu’il se passe. Une utopie ? La liste reste ouverte.

Joelle Palmieri
28 avril 2020

Afrique du Sud, France, ou la banalisation du masculinisme politique

Le 11 février 2020, le monde célébrait le trentième anniversaire de la libération de Nelson Mandela, « héros » de la lutte contre l’apartheid, ce qui marquait la fin du régime ségrégationniste en Afrique du Sud. Quelques jours plus tard, alors que, au titre de la Convention internationale sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid et du Statut de Rome de 2002 de la Cour pénale internationale, l’apartheid est défini comme un crime contre l’humanité, le dernier président « blanc », Frederik de Klerk, déclarait sur une chaîne télévisée locale refuser de reconnaître ce crime. Le pays est ébranlé.

Des écarts de richesses renforcés

Là ne s’arrêtent pas les suites peu glorieuses de cette libération historique. En 2020, l’Afrique du Sud est le pays au monde où l’écart des revenus est le plus grand. Une première étude de 2016 réalisée par l’économiste Anna Orthofer faisait état des inégalités des richesses : le 1% le plus riche possède 67% de toute la richesse du pays. Les 10% les plus riches en détiennent 93%.

Un nouveau rapportsur les inégalités de revenus, présenté le 14 novembre 2019 par le Statistics South Africa (Stats SA)et l’Unité sud-africaine de recherche sur le travail et le développement (Saldru), révèle que les inégalités de revenus se sont au cours des dernières années accentuées : les 1% des salariés les plus riches rapportent près de 20% de tous les revenus du pays, et 10% d’entre eux, 65%. Autrement dit, 90% des salariés sud-africains ne perçoivent que 35% du revenu global.

S’ajoute à ce constat, le fait que les salaires des 10% les moins bien payés ont diminué d’un quart et les revenus médians de 15%. En revanche, les revenus des 2% les plus riches ont augmenté de 15% au cours de la même période, et ceux des 1% les plus riches, 48%. Cette situation est également liée à l’augmentation des rémunérations du capital qui ont pour leur part progressé de 20%.

L’ensemble de ces inégalités est différencié selon la race, le genre et de l’environnement social. Entre 2011 et 2015, les « Blancs » étaient plus susceptibles de trouver du travail et étaient rémunérés plus de trois fois plus que les « Noirs ».  Les ouvriers des campagnes gagnaient moins de la moitié de leurs homologues urbains et les femmes environ 30% de moins que les hommes, le plus bas niveau depuis la sortie de prison de Mandela. Si on est une femme noire travaillant aux champs, on gagne donc un peu moins de 12% du salaire d’un homme blanc des villes.

Des violences exacerbées

Les inégalités ne s’arrêtent pas là. Elles dessinent une société violente à grande échelle. Les émeutes xénophobes du début du mois de septembre 2019 en témoignent dont l’explication ne s’arrête pas aux seuls constats des inégalités de revenus, des forts taux de chômage et de pauvreté, mais interrogent le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité. Parmi ces violences, les violences de genre se surpassent. Les très hauts taux de viols et de féminicides du pays sont complétés par la sexualisation à outrance du pouvoir politique. Depuis Zuma, une nouvelle rhétorique, structurellement liée à la défense du statut des hommes en tant qu’êtres humains de sexe masculin, est entretenue par une classe politique en perte de légitimité. Ce masculinisme politique  traduit un fossé entre sphères publique et privée, dans lequel « les femmes sont autant considérées comme égales que subordonnées, les violences sexuelles servant de rupture entre l’égalité dans les royaumes publics et soumission dans les espaces domestiques et privés »[1]. Il assoit un système de dominations multiples et anciennes.

Un masculinisme politique enfoui

Cet exemple devrait en éclairer d’autres… Le phallo logos version françaiseauquel nous assistons aujourd’hui illustre, à moindre coût historique, cette banalisation du masculinisme politique. À défaut de débattre de la nécessaire préservation de la « vie privée » de l’homme politique, de sa situation de victime en proie aux déchaînements de propos injustes sur les réseaux sociaux numériques, les médias traditionnels et les partis politiques gagneraient à admettre la coexistence d’une division privé/public très prégnante (comme en Afrique du Sud, écart des salaires entre femmes et hommes, entre racisés et non racisés, mêmes inégalités à propos des représentations au plus haut niveau, taux de féminicidessous-estimé bien qu’élevé, tâches de soin, éducation et nutrition encore très majoritairement assignées aux femmes,…) et d’une pratique politique mâle sexualisée : l’homme politique en position de prendre des responsabilités doit avoir une sexualité « normale », qui se mesure au degré supérieur accordé à la libre expression de sa virilité, sans obstacle et par tous les moyens, très majoritairement sur le terrain hétérosexuel. Gageons que ces mièvreriesmade in Francene renforceront pas outre mesure, comme en Afrique du Sud, les pirouettes puériles mais dominantes d’un pouvoir politique en quête de portes de sortie.

Joelle Palmieri
18 février 2020

 

 

 

 

 

 

[1]Moffett, Helen (2006), The Political Economy of Sexual Violence in Post-Apartheid South Africa, contribution présentée au colloque du 10eanniversaire du Harold Wolpe Memorial Trust, “Engaging silences and unresolved issues in the political economy of South Africa”, 21-23 septembre 2006, Le Cap, Afrique du Sud.

Domination et financiarisation, une « faute » française

Le 21 décembre 2019 à Abidjan (Côté d’Ivoire),  le président français Emmanuel Macron et le président ivoirien Alassane Ouattara, ont annoncé la fin du Franc de la Communauté financière en Afrique, dit franc CFA. Ce changement ne concernera dès 2020 que les huit pays de l’Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA) : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. L’affaire n’est pas nouvelle : les débats africains autour de questions relatives à la rupture avec la France et à la création d’une monnaie alternative[1]opposent depuis la fin des années 2000 les pourfendeurs d’un « lien colonial qui se perpétue entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique de l’Ouest et du Centre »[2]et les promoteurs d’une vision pragmatique en la matière. Aussi les déclarations du président français sur le colonialisme – « Trop souvent aujourd’hui la France est perçue [comme ayant] un regard d’hégémonie et des oripeaux d’un colonialisme qui a été une erreur profonde, une faute de la République »– s’avèrent purement démagogiques. La désuétude doublée de la minimisation du terme cache des enjeux bien plus importants : les rapports de domination produits par la reproduction patriarcale de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme (ensemble de ce qui forme la colonialité) se renforcent tous les jours et en particulier à coups de financiarisation des sociétés.

Une zone pauvre

Un retour sur les contextes économique et social de la région concernée s’impose. Les pays de l’UEMOA se classent parmi les pays les plus pauvres au monde. Ils occupent le bas du tableau dans l’Indice du développement humain de 2019 du PNUD, entre la 165e(Côte d’Ivoire) et la 189eplace (Niger) sur 189[3]. En 2017, l’agriculture représente en moyenne 25% de l’économie, l’industrie (agroalimentaire et conserveries, mines de phosphate, engrais, raffinage de pétrole, matériaux de construction, construction navale) 18% et les services 52%[4]. Le PIB par habitant est estimé à 1 007 dollars US (données 2018)[5]et ne cesse de chuter. Entre 2003 et 2018, la croissance s’est graduellement dégradée et est globalement mesurée à 6,7%[6].La dette de l’Union augmente : elle est passée de 50,1 % du PIB en 2017 à 52,5 % en 2018[7]. Cette aggravation de la dette s’accompagne d’une surenchère de la pauvreté et de l’augmentation des écarts de richesse : 10% des plus riches possèdent près de 25% à 35% du revenu total, alors que 10% des plus pauvres n’en possèdent que 2% à 4%[8].

Une division sexuelle du travail établie

Qui dit pauvreté, dit également féminisation. En 2012, 49,4% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté (moins de deux dollars par jour)[9]. Sachant que les femmes représentent quatre cinquième de ces pauvres, les impacts des différents choix économiques durant les plus de cinquante ans qui ont suivi les indépendances, dont cette suppression du franc CFA, ont renforcé les inégalités entre les femmes et les hommes.

Le taux de participation des femmes et des hommes au marché du travail s’élève respectivement à 64,2% et 76,2% en 2016[10]. Ce chiffre est néanmoins à moduler selon les modes de calcul, le travail domestique des femmes n’étant pas comptabilisé. Par ailleurs les chiffres d’alphabétisation des filles s’élèvent à 7 contre 10 pour les garçons[11], ce qui explique la faible proportion de femmes aux postes de décision. Depuis le début des années 1990, la mise en place de programmes d’ajustement structurel, la dévaluation du franc CFA, la politique de libéralisation, l’ouverture à la concurrence asiatique, les politiques fiscales, les lourdeurs administratives et le clientélisme des États, maintiennent les femmes de la région dans un rôle économiquement et socialement établi : cumuler, dans la même journée, activités pour l’entreprise qu’elles gèrent et activités du foyer : chercher l’eau, le bois de chauffe, s’occuper des enfants, soigner les anciens, assurer une activité de subsistance pour toute la famille, production qui n’est pas reconnue comme productrice de valeur.

Par ailleurs, les subventions publiques baissent et, par voie de conséquence, la production, notamment du secteur agricole où les femmes représentent 60 à 80% de la force de travail[12]. Toutefois les femmes n’héritent, selon la FAO, que de 13,4% des terres cultivables, la propriété des terres étant communautaire et leur gestion confiée aux hommes, légalement chefs de famille[13]. Ce problème foncier est plus ou moins ignoré par les autorités nationales. Aussi, même si les femmes travaillent plus que leurs maris, leurs revenus sont moindres[14]. À cet égard, la Banque mondialeexplique que la pénurie d’accès des femmes aux ressources économiques, à la propriété et aux titres fonciers, augmente les facteurs de pauvreté, une grande partie des revenus des activités économiques revenant aux hommes[15].

Une financiarisation dirigée par des hommes

De plus, les femmes de la région occupent principalement deux terrains : les marchés, où elles sont quasi seules à commercer, en particulier les fruits et légumes et leur transformation, et les micro-entreprises[16]. Avec les « tontines »[17], elles s’auto-organisent pour faire fructifier leurs petits commerces, dans tous les secteurs. Ce système permet de mutualiser les ressources à un échelon local de proximité. L’objectif de la tontine est alors plus social que financier[18] : même si avec l’aggravation des crises et l’endettement des ménages, ces tontines se sont transformées en caisses d’épargne, toujours régies par des femmes, intégrant un taux d’intérêt, les retombées financières sont réinjectées et reviennent aux membres de la caisse. Les richesses sont redistribuées ou affectées à d’autres dépenses comme celles de santé ou d’éducation[19]. Les obstacles rencontrés sont majeurs : les besoins de formation sont très importants (alphabétisation en langue locale, puis en français, apprentissage de la gestion d’entreprise et de l’informatique,…) tandis que l’écoulement des produits est largement obstrué. Mévente, destruction de la production, coûts de transport prohibitifs, circuits de distribution verrouillés, projets d’exportation limités, impayés, nuisent à l’expansion du commerce de ces femmes[20].

Depuis 2000, des hommes ont commencé à investir les caisses d’épargne, les mutuelles de santé que ces femmes ont créées et en ont pris les rênes. Les taux, comme l’affectation des crédits, ou les sanctions pour les mauvaises payeuses, ne se décident plus collectivement et l’accent est mis sur la gestion de la monnaie fiduciaire au détriment du lien social. Ce changement radical s’intègre dans un mouvement plus global de mainmise d’hommes sur l’économie locale[21]. Depuis 2005, les politiques de libéralisation à outrance, l’importance des investissements notamment chinois (qui importent avec eux leur main d’œuvre) et saoudiens (qui s’occupent des infrastructures routières et aéroportuaires, voire organisent le blanchiment d’argent par l’immobilier, achètent le terrain en mode passif, c’est-à-dire en creusant, en montant les fondations et en laissant en l’état – par exemple le prix du terrain à Dakar au Sénégal a été multiplié par mille en vingt ans –), les sociétés locales, et surtout leurs très jeunes populations – en 2015, les 0-14 ans représentaient 45 % de la population[22]–, s’orientent vers une valeur unique : l’argent.

Au final, la mise en place d’une monnaie unique, indépendante de l’euro et de la France au sein de l’UEOMA, entretient, voire renforce, le rôle social dévolu aux femmes de ces pays : gardiennes non propriétaires du foyer. Cette division sexuelle continue d’alimenter, côté « féminin », une ambivalence entre exclusion (des modes de prise de décision – à titre d’exemple, sur les huit membres de la Commission de l’UEMOA un seul est une femme –) et responsabilité (de servir de palliatif à des États démissionnaires, fortement engagés dans la financiarisation de leurs sociétés).

Joelle Palmieri
25 décembre 2019

 

[1]HAÏDARA Boubacar, Le franc CFA, véritable élément d’intégration africaine ou instrument d’une dépendance perpétuelle vis-à-vis de la France ?, Lamemparle,27 juin 2016, https://lamenparle.hypotheses.org/511#footnote_0_511, consulté le 24 décembre 2019.

[2]NUBUKPOKako, « Politique monétaire et servitude volontaire. La gestion du franc CFA par la BECEAO », Politique africaine 1/2007 (N° 105), p. 70-84

[3]PNUD 2019, Rapport sur le développement humain 2019 – Au-delà̀ des revenus, des moyennes et du temps présent : les inégalités de développement humain au XXIe siècle, http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_2019_overview_-_french.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[4]Indicateurs de conjoncture, Zone UEMOA (T3 2018), https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/b9af3c9b-977a-4eff-9c4d-42178c46a842/files/a8b80c50-0962-44c8-bdd2-1db9352b80bb, consulté le 24 décembre 2019.

[5]Banque mondiale 2019, PIB par habitant, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/ny.gdp.pcap.cd, consulté le 24 décembre 2019.

[6]Ibid.

[7]Fond monétaire international, Union économique et monétaire ouest-africaine, Rapport des services du FMI sur les politiques communes des pays membres, 28 février 2019, https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=2ahUKEwj82-6bvs7mAhWJEMAKHUphClYQFjAAegQIBxAC&url=https%3A%2F%2Fwww.imf.org%2F~%2Fmedia%2FFiles%2FPublications%2FCR%2F2019%2FFrench%2F1WAUFA2019001.ashx&usg=AOvVaw1iPsVltJjbY-upSfnjU7qp, consulté le 24 décembre 2019.

[8]Ibid.

[9]ActuBénin, Situation de la pauvreté dans l’UEMOA: le Bénin crédité de bonnes statistiques, http://news.acotonou.com/h/5560.html, consulté le 24 décembre 2019.

[10]Groupe de la Banque africaine de développement, Perspectives économiques en Afrique de l’Ouest 2018, https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Publications/2018AEO/Perspectives_economiques_en_Afrique_2018_Afrique_de_l_Ouest.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[11]Union économique et monétaire ouest-africaine, Questions principales, avril 2016, https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=5&ved=2ahUKEwi52vqHm87mAhVKilwKHdekAuEQFjAEegQIAxAC&url=https%3A%2F%2Fwww.imf.org%2F~%2Fmedia%2FWebsites%2FIMF%2Fimported-publications%2Fexternal%2Ffrench%2Fpubs%2Fft%2Fscr%2F2016%2F_cr1698f.ashx&usg=AOvVaw3kvGl_S50rB8JWPNmYxHlx, consulté le 24 décembre 2019.

[12]FAO 2010-2011, La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, le rôle des femmes dans l’agriculture – Combler le fossé entre les hommes et les femmes pour soutenir le développement,p. 119, http://www.fao.org/3/a-i2050f.pdf, consulté le 24 décembre 2019.

[13]Il existe globalement deux régimes législatifs en matière d’héritage. Les femmes n’ont pratiquement pas le droit de propriété. Le plus souvent mariées par obligation sociale, si le mari meure ou divorce, elles sont considérées comme libérées de tout bien. En zone rurale, la situation se révèle critique car même si une épouse a travaillé la terre toute sa vie, y compris aux côtés de son mari, il reste le gardien des terres et, selon les lois coutumières, son épouse n’hérite que de la moitié des parts de l’homme, malgré des lois nationales qui légalisent leur accès à la terre.

[14]Fatou Sarr-Sow Fatou 2007, « Toutes les tâches non productives relèvent de la responsabilité des femmes », Le Quotidien, <http://www.sendeveloppementlocal.com/index.php?action=article&numero=634&PHPSESSID=cea6d9b34bb3d3acabc08083a1bebf8f>, consulté le 24 décembre 2019.

[15]BLACKDEN Mark, Égalité des sexes en Afrique subsaharienne, Banque mondiale, 2005.

[16]SAGNA Jacques Aimé, La femme compte-t-elle vraiment dans la société africaine?, Agence Fides, 2005.

[17]Ce nom viendrait de « Tonti », nom d’un banquier italien (Lorenzo Tonti) du XVIIesiècle. Ce banquier a innové en utilisant les lois de probabilité pour constituer des rentes.

[18]GUILLERMOU Yves, « Argent, solidarité et pouvoir », Journal des anthropologues, 90-91 | 2002, 79-104.

[19]PALMIERI Joelle, « Le PAS des Africaines », Les Pénélopes, 2000, http://veill.es/www.penelopes.org/article-1750.html, consulté le 24 décembre 2019.

[20]Ibidem.

[21]PALMIERI Joelle, « Africaines : créativité contre discriminations »,Les Pénélopes, 2003, http://veill.es/www.penelopes.org/article-2817.html,consulté le 24 décembre 2019.

[22]Actualité ouest-africaine, Population ouest-africaine, 1950-2050, http://www.actualite-ouest-africaine.org/content/fr/population-ouest-africaine-1950-2050, consulté le 24 décembre 2019.

Un Président borné

Dans sa « Lettre aux Français », le Président de la République français utilise une série de mots qu’il nous a semblé utile d’analyser et de comparer à quelques-uns de ses discours précédents ou au vocabulaire utilisé par son adversaire à la dernière élection présidentielle française. Pour se faire, nous avons procédé au décompte de la récurrence de ces mots-clés. Cette petite comptabilité met en lumière le vide structurel de sa politique et de son être.

Dans cette lettre, publiée sur le site web de l’Elysée et envoyée par la poste le 13 janvier 2019 – coût : 10 millions d’euros –, les mots dont la récurrence dépasse huit sont en ordre décroissant ; citoyen/citoyenneté, Nation, débat, impôt/fiscalité, Français/Françaises, social (système, modèle…). Puis un autre groupe de mots dont la récurrence oscille entre quatre et sept apparaît : élus, finance, démocratie, État, services publics (baisse), travail, dépenses. La majorité des mots relatifs aux responsabilités de l’État et à la république (chômage, république, droit, liberté, solidarité, éducation, santé, économie, industrie), tout autant que les fortes références idéologiques liées à ses choix politiques (effort, force, laïcité, colère, confiance, Europe, immigration, inégalité, peuple, religion/religieux) sont beaucoup moins utilisés tout en ponctuant l’exercice rédactionnel. Arrivent en queue de rhétorique des termes plutôt empruntés à la fois à la droite et à la gauche parlementaires : justice, pauvreté, famille, sécurité, tradition, violence. Enfin sont totalement absents : égalité, femme, handicap, mais aussi ordre, terrorisme, migrants.

Cette petite comptabilité (figure 1) qui n’a aucune vocation exhaustive – il manque différents mots comme écologie, environnement, développement durable, ISF (beaucoup d’observateurs auront uniquement noté l’absence de ce dernier terme), LGBT… – nous informe sur l’orientation donnée d’emblée à cette lettre et donc à la consultation nationale publique aujourd’hui entamée. Le Président s’adresse aux seul.es citoyen.nes français.es de son pays – et non à ses « compatriotes » ou habitant.es du territoire n’ayant pas la nationalité française – afin de débattre du système social qui vertèbre la « Nation » et non la « République ». Au cœur de ce débat il se focalise sur les « impôts », une notion souvent floue, qui se rapporte plus ou moins explicitement aux uniques impôts sur les revenus, comme cause de « colère » et raison pour réduire les « dépenses » publiques, dont la hauteur n’est pas précisée et les lignes non détaillées. Il affirme qu’il va alors falloir travailler davantage et revoir le système des services publics, le tout avec le soutien des « élus ». Il considère que le reste des problèmes seront résolus de soi, en tenant compte avec « force » des tensions liées à l’« immigration » et aux pratiques « religieuses ». Les écarts de richesse, la pauvreté, la violence, la justice ne sont en rien prioritaires. Une chose est sûre : il ne met pas à l’ordre du jour ce qui est nommée la « crise des migrants », qui fait un peu plus de morts au cours du temps, l’« égalité » (de sexe, de race, de classe) entre les citoyen.nes et il passe sous silence les manœuvres consistant à « sécuriser » le pays – achat et vente d’armes, participation à des conflits armés, armement de la police, maintien du budget de la Défense, fermeture des frontières, répression des manifestations, etc. – qui incarnent des invisibles du pouvoir politique dirigé par le Président.

Figure 1 – Lettre aux Français

Un État surpuissant

Ce premier décryptage demande à être mis en regard avec quelques discours précédents. Intéressons-nous tout d’abord au discours adressé aux Gilets Jaunes un peu plus d’un mois auparavant (figure 2). On isole alors des changements dans la rhétorique, certes adaptés au public – « mouvement social » versus population française – mais aussi un revirement politique. Les propos autour de la « Nation », les impôts figuraient déjà en tête. Mais, alors que le « travail », l’économie, la justice, le « peuple », la « colère », l’ordre, la violence, faisaient partie des préoccupations majeures de l’homme politique au moment de ce discours, ces mots ont presque disparu du courrier adressé à l’ensemble des Français.es. De la même manière, la percée des mots « élus » et « finance », et la montée en puissance des mots « État », « démocratie », « dépenses », « social » (rénovation du système) et « services publics » (baisse) est si importante qu’elle met en exergue un choix politique de taille. Ce choix est confirmé par la surenchère de l’utilisation des mots « chômage », « effort », « laïcité » et l’apparition de mots tels que « religion/religieux », « force », « droit », « Europe » et, dans une moindre mesure, « pauvreté », « sécurité », « tradition ». Ce changement de rhétorique confirme l’option adoptée par le Président que l’État prenne, dans le cadre du projet européen, les rennes des débats et surtout des solutions à mettre en place, notamment par l’intermédiaire de ses représentants élus, qu’il instrumentalise dans la foulée, au même titre que les Gilets jaunes qui, à trop vouloir retrouver leur « pouvoir d’achat », induisent une demande de baisse de la fiscalité individuelle tout en rétablissant l’ISF. Ces solutions sont, selon lui établies : diminuer les dépenses publiques « dans le respect » des droits, s’attaquer au chômage en tant qu’entrave à une économie régulée, veiller à la laïcité, le tout avec force. À noter que les invisibles étaient préexistants face aux Gilets jaunes.

Figure 2 – Comparaison Lettre aux Français et discours face aux Gilets jaunes

Une vision économiciste fermée

Comparons désormais les termes de cette lettre avec ceux mobilisés au lendemain du premier tour des élections présidentielles et au moment de l’investiture du Président de la République à l’Élysée (figure 3). Lors de ces deux événements, le candidat/président n’a absolument pas prononcé les mots suivants : débat, impôt/fiscalité, élus, État, services publics (baisse, coût), dépenses, chômage, immigration, inégalité, religion/religieux, pauvreté, tradition, violence. En revanche, dès le premier tour, il avait manifestement choisi l’option de s’adresser aux Français.es (et pas aux autres…), avait principalement mis l’accent sur l’Europe, puis déjà sur le peuple, les citoyens, le travail, la confiance et l’économie. Au moment de son investiture, il a continué à se focaliser sur les Français.es, l’Europe, dans une moindre mesure, sur le travail, mais surtout il avait évoqué le terrorisme, l’ordre, la liberté, l’égalité, disparus depuis. Le changement est aujourd’hui radical puisque le Président en exercice met très nettement en avant la finance, la réduction des dépenses publiques, la veille sur l’immigration et la religion et l’effort à fournir en conséquence de la part des élus et des citoyen.nes. Les invisibles (migrants, femmes, handicap, militarisation/armement) étaient d’ores-et-déjà présents lors de ces précédents discours.

Figure 3 – Comparaison Lettre aux Français, discours au lendemain du premier tour des élections présidentielles et lors de l’investiture

Instrumentaliser les rhétoriques populistes

Poussons désormais l’exercice dans la comparaison de cette lettre avec discours de Marine Le Pen au lendemain du premier tour des élections présidentielles (figure 4). Hormis la mention des Français.es, le Président en exercice et l’ancienne candidate s’expriment avec des terminologies très éloignées. Alors que l’adversaire politique avait abordé, à une reprise la « fraternité » et le « terrorisme », le futur Président ne les évoque nullement aujourd’hui. Les deux anciens candidats utilisent néanmoins des termes communs dont le « peuple », la « Nation », la « confiance » (à égalité), la « sécurité », la « République » et l’« immigration ». Le grand écart entre les deux positions s’expriment par les termes « citoyen », « impôt/fiscalité », « social », « élus », « finance », « démocratie », « État », « services publics », « travail », « dépenses », que la représentante du parti d’extrême-droite ne prononce absolument pas et que le Président met fortement en avant. La candidate se garde également de prononcer les termes « laïcité » et « religion » alors que son adversaire les utilise désormais volontiers. Les deux gardent en commun les invisibles. Cette comparaison souligne l’option économiciste entreprise aujourd’hui par le dirigeant politique, sous contrôle de l’État et comprenant une maîtrise des flux migratoires, et politicienne qui se traduit par sa volonté d’instrumentaliser en douceur les rhétoriques populistes.

Figure 4 – Comparaison Lettre aux Français et propos de Marine Le Pen au lendemain du premier tour des élections présidentielles

Un État entrepreneur

Poussons désormais l’exercice dans la comparaison des vocabulaires des deux candidats sortants au premier tour des élections présidentielles (figure 5). On observe que les deux personnages politiques se retrouvent sur des thématiques communes : les « Français », mais aussi le « peuple », la « confiance », la « sécurité », la « République » et le « terrorisme ». Le futur Président n’avait alors pas évoqué la « Nation » ou l’« immigration », qu’il a depuis adoptés. Ensemble les deux candidats avaient évité les termes économiques dans le but de se focaliser pour le futur élu sur l’« Europe » et pour la vaincue sur le « peuple ». Cette comparaison permet d’aller plus avant dans l’analyse du changement de rhétorique opéré par le Président depuis sa candidature au poste. Alors que les deux candidats s’avéraient relativement proches dans leur discours aux Français.es au lendemain de ce premier tour d’élections – nivellement politique par le bas –, le Président a depuis repris à son compte des thématiques chères à son adversaire, comme la « Nation », l’« immigration » et la « famille », a entretemps adopté puis abandonné un des termes utilisés par son parti – l’« ordre » –, a un peu reculé sur l’« Europe » pour mieux s’atteler à son objectif principal : faire de l’État français une entreprise économique qui marche, avec des « dépenses » régulées, des employés (fonctionnaires, élus) au « travail » et une clientèle (faisant appel à des « services ») maîtrisée (nationale, laïque, non violente, ayant le sens de l’« effort »).

Figure 5 – Comparaison des deux discours au lendemain du premier tour des élections présidentielles

La politique du vide

Pour finir, l’essentiel de cette « Lettre aux Français » n’apporte rien aux débats en cours, y compris ceux occultés par les médias « mainstream » et ceux portés par les invisibles. Nous en déduisons qu’elle se caractérise par le vide. Un vide, qui comme le dirait Sartre, reflète l’absence de fond et repose sur l’apparition de la forme. Les doutes, les interrogations sur les questions d’actualité et encore moins les alternatives à la crise politique en cours, sont tellement absents qu’on peut qualifier son auteur lui-même de vide (absence d’être) et le placer en oligarque borné. Comme son collègue MBS en Arabie Saoudite, il se fait VRP d’une « élite masculine mondialisée et occidentalisée, aux bases populaires éphémères ou inexistantes […] en quête de pouvoir absolu ».

Notons encore que la forme utilisée est directive – questions sur le comment plutôt que sur le pourquoi des propositions de points à débattre – ce que de multiples observateurs ont mentionné. Cette « consultation » s’inscrit davantage dans l’histoire de l’usage des « cahiers de doléances » (référence monarchique) que dans la mise en place d’une réelle démocratie participative à l’image des Conférences Nationales de politiques publiques, instaurées au Brésil lors de la mise en place de la démocratie participative dans ce pays.

Enfin, le Président ne prend pas la peine dans sa lettre d’utiliser l’écriture inclusive et encore moins épicène, alors que cette option fait partie des conseils prodigués par un des guides publiés par une des administrations qu’il dirige. Le vide s’affirme grotesque.

Joelle Palmieri
22 janvier 2019

Code du travail : à vos ordres mon général !

La commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale française a adopté le 6 juillet 2017 le projet de loi visant à réformer le code du travail. Les neuf articles de ce texte ont été examinés du mardi soir au jeudi matin, selon un chronométrage très serré – une « urgence […] dictée par notre situation économique et sociale », a argumenté la ministre Muriel Pénicaud pendant la séance. Les 120 amendements principalement déposés par les députés de La France insoumise ont été étudiés, mais tous ont été rejetés, sans qu’aucun élu de La République en marche, à l’exception de la présidente de la commission et du rapporteur du texte, ne prenne la parole. Le projet de loi sera discuté pendant une semaine dans l’hémicycle du Palais-Bourbon à partir du 10 juillet, suivi immédiatement de la discussion au Sénat.

Par cette loi, le gouvernement entend « rénover » le « modèle social » en suivant deux principes essentiels, « liberté » et « sécurité »[1]. Par ces mots, on peut lire entre les lignes de l’exposé des motifs de la loi, « libérer » les chefs d’entreprises qui souhaitent licencier plus facilement ou négocier dans leur société de nouvelles règles jusqu’alors interdites par la loi, notamment le contrat de chantier qui n’ouvre pas droit à indemnité. La ministre cible la simplification du droit du travail et argue qu’il faut « partir du principe que quelque chose de trop compliqué est un droit inaccessible, que la complexité nuit à la réalité du droit effectif ». Par « sécurité », il s’agit de comprendre « sécuriser » juridiquement les règles du licenciement, notamment plafonner les sommes que peuvent toucher les salariés aux prud’hommes en cas de licenciement abusif, ou fusionner des instances représentatives du personnel, ou réformer le compte pénibilité et simplifier « les obligations de déclaration » des employeurs.  Parmi les articles adoptés, notons en particulier le premier, qui prévoit le recours aux ordonnances qui permet au gouvernement d’inscrire dans la loi, et dès septembre 2017, un champ très large de mesures – dont l’autorisation des modifications du contrat de travail par des négociations d’entreprises ou de branches, jusqu’alors réservé au niveau de la loi – et cela sans plus de consultation.

Que nous enseigne cette démarche politique, voulu par le Président Macron, tant par sa méthodologie, son contenu  et sa rhétorique ? Prenons lecture des critiques abondantes et nécessaires sur la libéralisation à outrance du droit du travail français, sur la remise en cause de « 120 années de lutte » syndicales[2], ajoutons le constat non remis en cause par le gouvernement actuel du retard français en matière d’égalité professionnelle et de précarité des femmes[3] et attardons-nous sur le lien entre cette loi et son pendant politique implicite : la militarisation de la société française, ou plutôt demandons-nous en quoi cette loi de « rénovation » du code du travail participe de cette militarisation.

Pour nous aider, tournons-nous vers ce qu’écrivait Andrée Michel en 1995 (et antérieurement en 1985) sur les « fonctions latentes des systèmes de “défense” des grandes sociétés industrielles contemporaines, basés depuis 40 ans sur une militarisation à outrance, alors que la sécurité aurait tout aussi bien pu être basée sur la prévention, la négociation et le dialogue »[4]. Ces fonctions latentes recouvrent la reproduction et l’élargissement de la domination des pays du centre sur ceux de la périphérie[5], l’ensemble des inégalités sociales et économiques internes à chaque État et les inégalités de genre[6]. Selon la sociologue, ces systèmes ont pour objet de « préserver le statu quo dans la domination » de classe, race, genre[7]. De fait, elle établit qu’il existe des systèmes, les systèmes militaro-industriels (SMI), érigés par le complexe militaro-industriel (CMI)[8], qui produisent des politiques internationales, de classe et de genre, jamais énoncées en tant que telles par ses promoteurs, ni perçues comme telles par ceux et celles qui les subissent.

Pour se maintenir, les SMI incluent la militarisation de l’économie, qui s’accompagne du taylorisme et « repose sur la division sexuelle du travail »[9]. L’organisation du travail est transformée, « militarisée »[10], afin de satisfaire aux besoins de l’industrie militaire, et ce dans de multiples secteurs, dont ceux des télécommunications. Cette militarisation économique s’enchâsse dans un système plus général de contrôle des décisions politiques, le pouvoir exécutif disposant « d’attributions excessives »[11] et étant composé d’élites cooptées[12]. Elle cite à l’appui de ce constat les travaux de Scilla McLean : « C’est le gouvernement français qui décide de ce que le Parlement débattra et à quelle date. […] Le Parlement français n’a ni le pouvoir ni la volonté réelle d’être un véritable décideur »[13]. Enfin, Andrée Michel insiste sur la pénétration du CMI dans la société des loisirs, la recherche et les médias dans le but d’« imposer un discours monolithique, unidimensionnel, susceptible d’établir le consensus dans l’opinion publique » [14]. Elle décrit cette imposition comme une véritable opération de séduction[15].

Forts de cette grille d’analyse, nous comprenons que la façon dont la réforme du code du travail est aujourd’hui introduite (consultation expéditive des députés, mutisme ordonné de la majorité présidentielle), son contenu, à savoir les libéralisations des droits des chefs des entreprises privées accompagnées des régressions en matière de droits des salariés (primauté des ordonnances, accords de branche versus application de la loi), la rhétorique utilisée (« réalité » versus « conception bureaucratique », « partage » (entre employeurs et salariés) versus « contrat », « dialogue » versus « négociation », etc. [16]), se combinent pour occuper le haut de l’affiche des médias (tv, radio, presse) dans une grande opération de captation de l’attention de l’opinion publique, et en particulier de la contestation. Car, pendant ce temps, le Président de la République prévoit d’intégrer les lois d’exception dictées par l’état d’urgence dans la constitution, refuse de participer aux négociations onusiennes sur le traité d’interdiction des armes nucléaires alors qu’il est adopté par 122 États[17], fait pression auprès de l’OCDE pour que les dépenses en matière de sécurité et d’opérations de maintien de la paix soient prises en compte dans l’aide publique au développement alors que des eurodéputés dénoncent la militarisation de cette aide au développement[18], organise une réunion du G5 Sahel afin de mettre à contribution des États africains dans le lancement d’une « force militaire contre les terroristes islamiques »[19], donnant ainsi un coup de fouet au projet de hausse du budget militaire à hauteur de 2 % du PIB[20], se nomme chef des services secrets, et s’entoure aux DGSE, DGSI, « cellule anti-EI » d’amis de promotion[21]… La militarisation de la société française est bien au rendez-vous, avec à sa tête, un chef d’armes forgé par sa mission : faire la guerre, directe et latente, et dépolitiser les esprits. L’ordre, la hiérarchie, l’élitisme, la morale sont désormais au calendrier des Français, de leurs élus et des populations des États de la périphérie de la France. Avec ses allures de jeune premier, un brun séducteur, « intellectuel », le chef d’État français entend nous priver de nos libertés. Sa masculinité « bienveillante » va de paire et ne cache que trop son familialisme ordinaire, son mépris pour la précarisation et la paupérisation des femmes, dont il délègue la représentation à son droitiste de Premier ministre. L’heure n’est plus pour nous à la « simplification », comme le revendique le gouvernement, mais bien à la haute vigilance, à l’ouverture d’esprit, aux croisements des analyses, au débat contradictoire, à l’insurrection.

Joelle Palmieri

8 juillet 2017

 

[1] Projet de loi d’habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social, Ministère du travail, République Française, 21 juin 2017. https://assets.documentcloud.org/documents/3879615/Projet-De-Loi-D-Habilitation-Pour-Le.pdf, consulté le 7 juillet 2017.

[2] CGT, Premier rendez-vous sur la loi travail XXL, Les salariés ont de quoi se mobiliser !, 13 juin 2017, http://cgt.fr/Les-salaries-ont-de-quoi-se.html, consulté le 7 juillet 2017.

[3] Le 7 juillet 2017, Marlene Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, retweet une des données statistiques du Haut Conseil à l’égalité publiée en 2011 titrée « 73% des travailleur.se.s pauvres sont des femmes ». http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/stereotypes-et-roles-sociaux/reperes-statistiques/, consulté le 7 juillet 2017. Source : Enquête Revenus fiscaux et sociaux 2011, Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA in Chiffres Clés 2014, Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. Thème 2, p. 7  et Enquête Revenus fiscaux et sociaux 2008, Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Chiffres Clés 2010, l’égalité entre les femmes et les hommes in Chiffres Clés 2010, l’égalité entre les femmes et les hommes, tab. 75, 76 p. 83-85.

[4] MICHEL Andrée, « Militarisation et politique du genre », Recherches féministes, Vol. 8, 1. 1995 : 15-34, p. 17.

[5] Selon la théorie de la dépendance, les sociétés du Tiers-Monde (ou de la périphérie) dépendent structurellement des puissances capitalistes occidentales (le centre). Dans ses thèses du « système-monde », Immanuel Wallerstein différencie le centre de la périphérie en définissant une construction sociale et économique déséquilibrée, mobilisant des acteurs agissant à différents niveaux (nations, entreprises, familles, classes, groupes identitaires…), qui n’est pas figée dans le temps ni l’espace. Cet échange inégalitaire imposé par le centre assure l’auto-reproduction de la dépendance de la périphérie. WALLERSTEIN Immanuel, Impenser la science sociale. Pour sortir du XIXe siècle, Paris : Puf. 1995, 320 p. (« Pratiques théoriques ») [1e éd., Unthinking Social Science. The limits of Nineteenth-Century Paradigms, Polity Press, 1991].

[6] MICHEL Andrée, BERTRAND Agnès et SENE Monique, « Le complexe militaro-industriel et les violences à l’égard des femmes, Nouvelles Questions Féministes – La militarisation et les violences à l’égard des femmes, 11/12. 1985 : 9-85.

[7] Op. cit. , p. 17.

[8] Elle écrit « l’État français n’est que la pointe de l’iceberg d’un pouvoir invisible, le complexe militaro-industriel (CMI), une formation sociale, économique et politique qui s’est érigée en technostructure toute puissante au sein d’un appareil d’État qui en est arrivé à identifier les intérêts de la France avec ceux du CMI. » MICHEL Andrée, « Le complexe militaro-industriel, la guerre du Golfe et la démocratie en France », L’Homme et la société, 99-100, Femmes et sociétés. 1991 : 197-212, p. 199.

[9] Ibid., p. 18.

[10] Ibid., p. 19.

[11] MICHEL Andrée, « Le complexe militaro-industriel, la guerre du Golfe et la démocratie en France », op. cit., p. 200.

[12] Ibid., p. 199.

[13] McLEAN Scilla, How nuclear weapons decisions are made, Londres : McMillan and the Oxford Research Group. 1986.

[14] Op. cit., p. 207.

[15] Ibid., p. 209.

[16] Éléments de langage utilisés par la ministre pendant les débats de la commission parlementaire.

[17] Communiqué d’ICAN France – Les négociations viennent de s’achever aux Nations Unies ce 7 juillet 2017; un nouveau traité de désarmement multilatéral sera ouvert à la signature en septembre. http://icanfrance.org/traite-interdisant-armes-nucleaires-adopte/, consulté le 8 juillet 2017.

[18] La commission développement du Parlement européen s’est réunie le 3 juillet 2017 et a exprimé son souhait de séparer l’aide au développement des enjeux sécuritaires. http://www.euractiv.fr/section/aide-au-developpement/news/meps-denounce-attempts-to-militarise-eus-development-policy/, consulté le 8 juillet 2017.

[19] Voir « Macron promet un engagement militaire au Mali jusqu’à éradication des terroristes islamistes », France 24, 19 mai 2017. http://www.france24.com/fr/20170519-mali-emmanuel-macron-visite-ibrahim-boubacar-keita-terrorisme-barkhane, consulté le 8 juillet 2017.

[20] Rapport d’information de MM. Jean-Pierre RAFFARIN et Daniel REINER, fait au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, n° 562 (2016-2017) – 24 mai 2017. http://www.senat.fr/notice-rapport/2016/r16-562-notice.html, consulté le 8 juillet 2017.

[21] Voir notamment, VALDIGUIE Laurent, « Emmanuel Macron se nomme chef des services secrets », Journal du dimanche, 11 juin 2017. http://www.lejdd.fr/politique/emmanuel-macron-se-nomme-chef-des-services-secrets-3357200, consulté le 8 juillet 2017.

Élections, reflet d’un archaïsme français

Clips de campagne, débats et interventions télévisés, interviews, meetings, réseaux sociaux numériques… les lieux ne manquent pas aux onze candidats à la présidentielle française pour exercer leur rhétorique. Plus les moyens de développer leurs arguments et de manifester leur art de l’éloquence se multiplient, se banalisent, plus leurs contenus stagnent. Plus les contextes nationaux et internationaux se bouleversent, en version accélérée, plus le cœur de leurs dialectiques reste hexagonal, rétrograde, poussiéreux. Les imaginaires politiques puisent dans des registres anciens – l’économie, le travail, l’immigration, la sécurité, l’Europe –, à droite comme à gauche, se croisent parfois, au point qu’ils brouillent la compréhension des singularités et similitudes des différents programmes.

Dans la rue, aux comptoirs des cafés, en ville comme à la campagne, on peut débattre des heures avec un proche, une copine de jeu, un voisin, une collègue, son fournisseur de légumes bio, au choix ou a l’envi sur l’état déliquescent du marché du travail, sur le pourrissement du milieu politique, sur la difficulté pour les jeunes de s’installer et de boucler leurs fins de mois, sur l’obscénité des revenus de « ceux qui jouent avec la bourse », sur la déchéance de la prise en charge hospitalière, sur le réchauffement climatique et la dégradation de l’environnement, sur la réduction des libertés fondamentales… sans pour autant être renseigné sur les intentions de vote de son interlocuteur. Il m’arrive parfois de me sentir tout au long d’une discussion en accord avec la personne que j’ai en face de moi, puis, tout d’un coup, aux abords de questions sur la mémoire collective, sur les pauvres et les raisons de leur situation, sur les migrants et leurs droits, sur la banalisation de l’armement civil, ou à la seule évocation des homosexuels, d’avoir un doute : ne va-t-elle pas voter Front national ? ou Front de gauche ? Ce flou interroge les niveaux d’information, de conscientisation et de politisation de ce que sont censés être les potentiels votants : des citoyens. Des personnes libres, ayant des droits, dont celui de cité, de faire valoir leur voix, leur pensée propre.

Ce qui est donné à voir, à entendre, tout au long de cette campagne, ressemble à une gelée épaisse, informe et assez fade, qui renvoie les citoyens à leur sous-information, les individualise, les isole, tout en leur donnant l’illusion de faire front commun (l’effet « précipité » du gélifiant). Ce précipité structure les bases d’un archaïsme institutionnel bien français. Ici, « chez nous », on n’innove pas. Bien sûr, histoire de colorer cette gelée marécageuse, les candidats se sont, cette fois-ci, laissés séduire par la féminisation du langage – « celles et ceux », « les femmes et les hommes » – et par quelques enjeux lexicaux de taille comme l’utilisation des termes « féminisme », « égalité des droits entre hommes et femmes ». L’instrumentalisation est à la hauteur des pensées : réactionnaires et racistes (Le Pen, Dupont-Aignan, Fillon), ultralibérales (Macron), légalistes (Hamon), opéraïste – l’égalité se règle au travail (Poutou, Arthaud, Mélenchon). Étonnamment, les concepts de « genre », « division sexuelle », « domination », « aliénation », « oppression » sont absents (les deux derniers sont exclusivement réservés par les deux candidats d’extrême-gauche pour caractériser la lutte contre le capital). Celui de « racisme » est visible en pointillé (plutôt très à gauche), hormis l’imposture fascisante décomplexée du « racisme anti-blanc » de Fillon.

Après cinquante ans de théorisation, de militantisme et de luttes, à vocation humaniste, progressiste, antifasciste, anticolonialiste, notamment contre toutes les violences (sexuelles, militaires, financières,…) et pour l’égalité des droits – pour n’évoquer que l’après 68 –, les professionnels français de la politique n’ont pas évolué et cette pauvreté épistémique se traduit dans leurs clips : figurants (quand il y en a) en majorité blancs, jeunes, bien sur eux, hommes suractifs et femmes jouant massivement des rôles de secrétaires ou de spectatrices passives, idéologue (majoritairement masculin et vieux) face caméra. L’innovation visuelle et sémantique manque cruellement. L’imagination n’est décidément pas au pouvoir.

Joelle Palmieri

13 avril 2017

Guyane : quand la colonialité dépolitise la contestation

La misère guyanaise est inconnue, enfouie, balayée sous le tapis de l’histoire coloniale du département français. Selon l’Office de l’eau en Guyane[1], 46 000 personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Le taux de chômage est de 22,3 % (25% pour les femmes et 21% pour les hommes, deux fois plus élevé que celui de la métropole), et de 44 % pour les 15-24 ans. Seuls 50% de ces jeunes sont scolarisés (60 % en métropole). Le revenu annuel moyen est inférieur de plus de 44 % à celui de l’hexagone et les bénéficiaires des minima sociaux sont trois fois plus importants. Les prix à la consommation y sont supérieurs de près de 12 %[2], et cet écart augmente pour les produits alimentaires (45 %) et pour les logements (20 %). Le taux de criminalité[3] est deux fois supérieur (109,33 %)[4]. En 2008, le nombre d’homicides a atteint le chiffre de 31,1 pour 100 000 habitants (12 fois celui de la métropole), les coups et blessures volontaires 380 pour 100 000 habitants (2 fois celui de la métropole) et les vols à main armée 96,7 pour 100 000 (plus de 20 fois celui de la métropole). Ces niveaux de violence sont notamment les conséquences d’une délinquance particulière liée à la richesse du sous-sol guyanais : l’orpaillage. La Guyane abrite en effet près de 350 sites d’orpaillage illégal, employant entre 5 000 et 10 000 personnes, alors que seules 900 personnes travaillent sur des sites d’orpaillage légaux. L’orpaillage clandestin conduit, selon les estimations de la gendarmerie nationale, à l’extraction et l’exportation illégales de 10 tonnes d’or par an.

Encore moins connu, plus enterré, la Guyane détient le record national du taux de viol sur mineures (départements d’outre-mer compris)[5] : 37 cas pour 100 000 habitants, contre un cas dans l’hexagone. Ce phénomène se double d’un nombre très élevé de grossesses précoces : 80 fois supérieur à la moyenne européenne, soixante fois le taux de la métropole. En 2014, 34 jeunes filles de moins de 15 ans et 376 âgées de 15 à 18 ans ont accouché en maternité[6]. Une des raisons de ce phénomène est la prostitution occasionnelle. De très nombreuses jeunes filles en échec scolaire ou ayant des problèmes économiques y ont recours[7]. Par ailleurs, ces chiffres sont le résultat des agressions sexuelles, de la quasi-inexistence des informations concernant le planning familial et du faible nombre de personnel judiciaire et médical sur le territoire.

Afin de dénoncer et combattre cette situation désastreuse – tout du moins la partie générique, hors violences sexuelles –, plusieurs mouvements sociaux battent le pavé, érigent des barrages dans les villes, perturbent des liaisons aériennes, ferment des écoles, en vain. Ils fustigent l’impérialisme spatial français, le pillage du sol, revendiquent des emplois, de meilleures conditions de travail, des formations, des garanties pour la santé et l’avenir énergétique du pays.

De l’ensemble de cette misère spécifique à ce territoire grand comme la région Aquitaine et des luttes qui y sont liées, il en est très peu question sur les ondes et sur les manchettes des journaux hexagonaux. Même attitude au niveau institutionnel. Les informations, les négociations transitent désormais et ostensiblement par des hérauts modernes, au nom et au look marketing. Les 500 frères. Né après le meurtre d’un habitant d’un quartier populaire de Cayenne en février 2017, ce « collectif contre l’insécurité » dit s’emparer des questions économiques et sociales, le chômage, la déscolarisation, etc., et tient ses distances avec les 37 syndicats composant l’Union des travailleurs guyanais (UTG), jugée pas assez dure. Ses actions se veulent musclées et ses revendications visent davantage à renforcer les moyens policiers et judiciaires : éradication des squats, construction d’une deuxième prison, maintien d’un escadron de gendarmes mobiles affecté en renfort, renvoi dans leur pays d’origine des détenus étrangers pour y purger leur peine, soit plus de 50 % des détenus. Les 500 frères dénoncent une immigration non contrôlée[8]. Mickaël Mancée, un des porte-parole, assume la radicalité du collectif en la matière : « Un voleur mort, c’est un voleur qui ne vole plus », en sous-entendant que la majorité des voleurs sont des étrangers. Il se dit prêt à mobiliser ses « frères » s’il n’aboutit pas : « Aujourd’hui, on dialogue. On fait tout pour empêcher une guerre civile. On est tous pères de famille, on n’en a pas envie… Mais si les voyous veulent la guerre, on la fera. »

Cagoulés et vêtus de noir des pieds à la tête, ces hommes – il n’y a pas de femmes – aujourd’hui soutenus par la population, disent remettre en cause l’abandon des pouvoirs publics. Parmi eux, on compte des artisans, pêcheurs, ouvriers, chefs d’entreprise, d’anciens militaires… âgés de 25 à 55 ans[9]. Leur nom viendrait du film « 300 », un péplum américain sorti en 2007 qui sublime la vaillance et la beauté de 300 soldats spartiates face à l’armée perse, représentée comme barbare et décadente. Même si 100 serait le nombre des membres du collectif, soit un Guyanais sur 3 000, le lien entre le groupuscule et la fiction ainsi que la bande dessinée dont elle est issue, est certainement incarnée par l’idéologie véhiculée : un penchant pour l’ordre et la lutte contre la barbarie, personnifiée par l’Autre. Enfin, « Frères, parce que la Guyane est notre mère », explique Mancée.

« Pères de famille », « frères », fils de la « mère » génitrice, êtres de sexe masculin, virils assumés en somme, ces hommes en uniforme revendiquent leurs xénophobie, classisme, paternalisme et sexisme. Ils sont prêts à en découdre, à tuer, à faire la « guerre » aux étrangers, aux pauvres (les squatteurs par exemple) et à protéger « leurs » femmes, sœurs, mères. L’émergence récente de ce groupe fait écho à l’Afrique du Sud, où les manifestations xénophobes et la violence vont croissant, et, en raison des cagoules et du besoin de dissimuler les visages, aux actions des groupes fascistes et des commandos militaires ou policiers.

Car enfin, cette situation critique et la mise en exergue de ce groupuscule manifestement peu progressiste posent question. Elles révèlent un détournement des luttes anticapitalistes, anticolonialistes, anti-impérialistes, une forme d’instrumentalisation des mouvements et par là même la dépolitisation de leurs actions et revendications. On assiste à une mystification viriliste et militariste de la contestation. Ce tour de passe-passe s’inscrit dans une histoire et un contexte anciens. La Guyane connaît une violence extrême et des modes de socialisation qui y sont liés : les relations interpersonnelles ne peuvent se faire que sur le terrain de la violence et ceci relève de l’histoire coloniale post-esclavagiste du département français. L’héritage des relations sociales hiérarchisées imposées par l’esclavage, inhumain, institutionnalisé par l’État et central à l’organisation des territoires dits d’« outre-mer » pendant plus de trois siècles, se traduit aujourd’hui dans les rues de Cayenne, Kourou, Remire-Montjoly, Matoury, etc. La violence entre sexes, classes, races et « autochtones »/migrants traduit une colonialité en marche, où les rapports de domination entre État et territoire, État et populations, populations entre elles, s’imbriquent, se reproduisent, s’étendent, se renforcent, pour parachever des hégémonies profitables à l’expansion du capitalisme.

La double approche des médias classiques et responsables politiques hexagonaux qui consiste d’une part à mépriser la population guyanaise, son quotidien, ses pensées et expressions, et d’autre part à accorder une place de choix à un groupuscule aux pratiques militarisées, xénophobes, sexistes, caractérise leur volonté politique majeure d’exclure le débat, la contestation, l’exercice de la citoyenneté et la démocratie de la scène publique, à la périphérie (outre-mer) comme au centre (hexagone). Prétendre le contraire serait sinon naïf au moins contreproductif.

Joelle Palmieri
30 mars 2017

 

 

 

 

[1] http://eauguyane.fr/l-eau-en-guyane/eau-potable-et-assainissement/l-eau-potable-en-guyane

[2] Rapport de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) publié en 2015, https://www.insee.fr/fr/statistiques/1908163

[3] C’est-à-dire le rapport entre le nombre d’infractions constatées et la population.

[4] Source : Direction centrale de la police judiciaire – Délégation générale à l’outre-mer, 2008.

[5] 82 victimes déclarées pour 224 469 habitants recensés en 2011 (57 en Martinique et 64 en Guadeloupe pour le double d’habitants, et 126 à La Réunion pour quatre fois plus d’habitants). Source : Combattre toutes les violences faites aux femmes, des plus visibles aux plus insidieuses. Pascale Vion. CESE. 2014

[6] Source : Observatoire régional de la protection de l’enfance, 2015.

[7] Rapport d’activité du service de gynécologie-obstétrique du CHOG 2011.

[8] Les migrants viennent essentiellement de Haïti, du Brésil et du Surinam, voisins, et représentent 35 % de la population totale.

[9] Source : Vice, https://news.vice.com/fr/article/en-guyane-500-freres-contre-linsecurite.

PACA : des femmes pauvres invisibles

img_2580Endogène ? Endémique ? La pauvreté en région PACA manque d’épithètes pour se qualifier. On peut effectivement considérer qu’elle est le produit de la structure elle-même (la Région) en dehors de tout apport extérieur (l’État français). On peut également constater qu’elle est le résultat d’un phénomène économique ou social néfaste, qui sévit en permanence (deux définitions empruntées au Larousse).
Pourquoi ? Pourquoi cette région ? Pourquoi une aggravation plutôt qu’une baisse ou une éradication ? Quelle relation avec la couleur des élus locaux, globalement bleue, tendance bleue marine ? Quelles réalités ? Quelques données institutionnelles nous aident à répondre à ces questions. La dernière étude Insee, publiée en décembre 2016 concernant la France métropolitaine en 2013, affiche un taux de pauvreté en PACA égal à 17,3%, soit trois points supérieur au taux national. Ce taux ne fait qu’augmenter : il s’élevait à 15,7% en 2009, 17% en 2012. La région occupe désormais la 3e position sur treize derrière la Corse (20,2%) et les Hauts-de-France (18,2%). Plus d’une personne de la région sur six vit avec moins de 779 € par mois (plus de 850 000 personnes). Les départements du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône arrivent en tête avec respectivement, 20,2% et 18,4% de pauvres, soit une personne sur cinq. Cinq arrondissements de Marseille figurent parmi les quinze communes les plus pauvres de France métropolitaine et sept pour la région.

Dans le Vaucluse, 37% des familles monoparentales (83% de femmes) sont pauvres. Les Bouches-du-Rhône suivent (35,2%), puis les Alpes-de-Haute-Provence (33,8%), le Var (32,1%), alors qu’à l’échelle nationale ce pourcentage atteint 30,8%. On peut ainsi dire qu’environ une femme sur trois vivant dans la région et élevant seule ses enfants vit en dessous du seuil de pauvreté. Par ailleurs, les personnes âgées de moins de 30 ans sont les plus touchées : Vaucluse (28%), Bouches-du-Rhône (27,1%), Alpes-de-Haute-Provence (26,3%), Var (23,8%), soit plus d’un jeune sur quatre, contre un sur cinq dans toute la France.

D’après une étude de la CAF de 2007, ce ne sont pas tant les nombreux chômeurs de la région[1] qui sont touchés par la pauvreté que les travailleurs pauvres (temps partiels, salaires faibles, intermittence du travail), à 65% des femmes, et allocataires des aides sociales (à hauteur de 43% de leurs revenus) pour boucler leurs fins de mois.

Enfin, la disparité des revenus[2] bat des records nationaux dans les Bouches-du-Rhône (3,88) et les Alpes-de-Haute-Provence (3,82), ces départements prenant ainsi les places de 7e et 8e leaders nationaux de l’inégalité sociale, juste derrière ceux de l’Ile-de-France. Le Vaucluse et le Var ne se placent guère loin en 15e (3,57) et 17e (3,53) position.

Alors, que disent tous ces chiffres ? Les élus à la tête de la Région se succèdent et prennent cette situation d’inégalité sociale de genre clé-en-main sans pour autant faire obstacle à l’endémie. Les budgets votés mettent l’accent sur le développement économique, le tourisme, l’attractivité du territoire, la culture, et aujourd’hui, sous Estrosi, sur le déploiement du numérique et les économies drastiques de fonctionnement. La troisième région économique nationale, productrice de 7% de la richesse française, 20e région ayant le PIB le plus élevé en Europe, reste la 3e région la plus inégalitaire de la métropole. Aucune politique sociale ne vient contrarier ce gouffre. Bien au contraire. La répartition égale des richesses n’est toujours pas à l’ordre du jour, d’autant qu’il s’agirait de réduire les revenus des vieux mâles blancs riches de la côte pour les transférer aux jeunes femmes racisées pauvres, mères de familles, seules gestionnaires du foyer, des banlieues ou des quartiers.

L’heure est davantage aux calculs monétaires, aux discours économicistes sur l’endettement, et surtout, ou par voie de conséquence, aux croisades sexistes et racistes, sans oublier homophobes, implicitement familialistes. Car la soupe est servie : les fonctionnaires de la Région coûtent trop cher et creusent la dette, tout comme les services publics, transports, habitats sociaux, lycées, formation professionnelle, cantine, activités périscolaires, planning familial, centres sociaux et culturels, etc. autant de prestations auxquelles les pauvres/femmes sont massivement et le plus abonnées. Aussi, le FN, dont cette soupe fait le lit, « perce » aux législatives, aux municipales, aux départementales, aux régionales… Et ce ne sont pas forcément les pauvres qui votent FN, plusieurs études le démontrent tout comme les discussions qu’on peut avoir ça et là dans le coin. Peut-être sont-ce plutôt ceux qui souhaitent préserver ces inégalités flagrantes ou au mieux les ignorent ? Cherchez l’erreur, il est peut-être encore temps…

Joelle Palmieri

4 janvier 2017

 

[1] Le nombre de chômeurs en PACA est structurellement plus élevé qu’au niveau national pour des rasions de fortes migrations démographiques propres à la géographie du territoire.

[2] Elle se mesure par le rapport inter-décile : rapport de revenus entre les 10 % d’habitants les plus pauvres et les 10 % les plus riches.