Archives par mot-clé : pensée

Zoom : « un empire invisible »

Covid-19, meurtre de Samuel Paty, campagnes électorales, complot… les exemples ne manquent pas où les usages internet font recette. Les échanges, les dénonciations, les calomnies, les appels au meurtre, les droits de circulation, les achats, le travail, se passent désormais « en ligne ». Les cours de l’Éducation nationale ou de l’enseignement supérieur, mais aussi les cours de yoga ou de danse, la diffusion d’un rapport ou la prise de contacts, les réunions professionnelles et militantes, les messes, les consultations médicales, les ventes, le visionnage de films, se font prioritairement « en ligne ». Cet engouement par défaut (tout n’est pas choisi – on préférerait « se voir » – d’autres intervenants optent pour l’anonymat) pose la question des paradoxes des réseaux sociaux numériques[1]et du P2P (peer-to-peer : salles virtuelles). D’un côté, ces systèmes permettent de « rester en contact », de poursuivre ses activités sociales ou politiques, et de l’autre ils accélèrent et remplacent progressivement le politique (gestion de la cité) par la propriété privée et ses épistémès (sciences des connaissances).

L’affaire n’est pas nouvelle mais la tendance affiche déjà une banalisation de la financiarisation/sous-traitance étendue des services publics au privé. Le ver était dans le fruit, notamment avec Facebook[2], ou Twitter[3], mais aussi Amazon[4],Microsoft[5],Apple, Google[6]… le Gafam, qui avait déjà fait son entrée dans les classes, dans les campagnes politiques ou d’influence, dans les enquêtes, dans les échanges d’idées. Un nouveau venu fait des ravages : Zoom[7]. Il se distingue des autres par le niveau de la barre qu’il a placée au-dessus de sa tête. Le propriétaire de l’application double ses concurrents en permettant d’appeler jusqu’à cent personnes en simultané pendant quarante minutes[8]gratuitement. Les abonnements payants qui donnent accès à plus de fonctionnalités sont prisés par les professeurs, mais aussi les ecclésiastes ou les Premiers ministres. Pour autant, les entorses à la sécurité – diffusion d’images pornographiques ou de menaces – perturbent les échanges, la possibilité pour les employeurs de surveiller leurs employés à distance tend les usages, la vente des données personnelles (traçage des utilisateurs, historiques de leur navigation, progrès scolaires, données biométriques…), ou l’utilisation de ces données à des fins de ciblage marketing règnent et la censure fait loi.

Alors que dans les secteurs de l’Éducation nationale, de la recherche, de la santé, de la gouvernance, de la citoyenneté, des groupes d’individus utilisentZoom pour lever des fonds (par demande orale de soutien) ou passent par le crowdfunding, dans le but d’échapper à la mort (individuelle ou des organisations), la société éponyme grimpe en bourse. Le paradoxe est saisissant. Bâtie sur le modèle des autres entreprises qui exploitent internet, Zoom, en plus d’être privée, appartient à son créateur, Eric Yuan, un homme californien d’origine chinoise, génère d’énormes bénéfices qui vont droit dans les poches de ses actionnaires, bafoue les lois et en particulier celles liées à la protection des données privées… tout en investissant massivement le secteur public. Par transition, on pourrait statuer que le secteur public (mais pas seulement) est complice de l’ensemble de ses malversations impunies.

Yuan s’inscrit dans l’héritage de ses prédécesseurs tout en accélérant le mouvement et en forçant le trait. Depuis leur apparition entre les années 1980 et 2000, les sociétés internet, sont caractérisées par le fait qu’elles sont privées, créées puis dirigées par des jeunes hommes blancs hétérosexuels riches diplômés majoritairement états-uniens et depuis peu chinois (Yuan se situant entre deux) et qu’elles sont d’envergure internationale. Le choix des outils, les algorithmes, leurs développements, le transport et le stockage des données, la distribution des richesses produites, les décisions de collaborer avec les autorités et de vendre les données personnelles, l’organisation de la chasse aux sorcières, la diffusion de fake newsou de contenus fascistes, racistes, sexistes, homophobes, leur appartiennent comme celui de payer ou non des impôts. Ce secteur ne connaît pas de démocratie : aucun de ces dirigeants n’est élu par la population pour décider des mesures adaptées à internet et les entreprises échappent aux lois nationales.

Ce système a été établi avec l’accord des États qui dès 1995 (lors du premier Sommet mondial de la société de l’information) ont décidé de confier la « société de l’information » à des entreprises privées. Depuis la naissance d’internet, et après avoir été lancée par l’armée, cette industrie a été entièrement sous-traitée par le politique (institutionnel, partidaire, contestataire) au privé tant au niveau de la production d’outils que de leur régulation, des répartitions des richesses produites – le Gafam se situe dans le top 10 des fortunes personnelles et des entreprises dans le monde[9] – et des savoirs transmis.

De fait on assiste à une apologie de la propriété privée des moyens de communication virtuelle (sous terre, en mer, dans le ciel) comme en son temps celle de la terre, avec son lot d’inégalités sociales et de répression. L’Europe a connu les propriétés foncières avec leurs seigneurs et la servitude, les conquêtes, la vente d’esclaves, l’appropriation du corps des femmes comme outil de re-production, l’empire et la colonisation, l’Amérique du Nord, l’appropriation des terres et les plantations, avec à leur tête des « maîtres » esclavagistes, racistes, antisémites, paternalistes, le tout accompagné de guerres, de meurtres, de massacres à grande échelle et de discriminations instituées. Aujourd’hui si la forme paraît moins cruelle, le fond ressemble à s’y méprendre à ces périodes sordides. À lire les missions du Gafam[10], on trouve des perles héritées de ces bourreaux d’un autre temps et, si toutefois on l’a connu, on repère la perte du contrôle citoyen sur les modes de communication, autant dire sur le quotidien de milliards de personnes. Les entreprises décident ce qui est bien ou le plus important pour les populations, quel que soit le pays ou le continent de rattachement.

Avec « l’ami », les « articles préférés », le « groupe », la « salle »…, les pensées et comportements ont été transformés : ils se sont occidentalisés, libéralisés, sexualisés. Par exemple, si on veut échanger avec d’autres ou se faire connaître, partager des photos, souvenirs, idées, la question d’avoir un compte Facebook ne se pose plus. Utiliser Google pour trouver ce qu’on cherche non plus. WhatsApp[11]est « pratique » et Zoom« facile ». Les langages, logiques et autres algorithmes empruntés dans ces applications, ont non seulement en commun une langue unique, l’anglais, mais un sexe, masculin (majoritaire chez les développeurs informatiques) accompagné d’un mode de pensée structuré, normé, codé, dicté par une culture nord-américaine, judéo-chrétienne, cartésienne et libérale. Cet ensemble de produits n’est pas neutre. Il s’inscrit dans une histoire, un contexte géographique, social et politique.

Tous ces propriétaires manifestent une intention bienveillante à apporter appui, soutien, depuis une personne qui « sait » internet – eux-mêmes – à celles qui ne savent pas internet – et en particulier « les femmes » –, et ce partout dans le monde. Loin de chercher à identifier les individus à qui ses plateformes collaboratives s’adressent, ils les assimilent. Mus par une connaissance technologique, conçue comme faisant partie intégrante du processus de mondialisation, ils ignorent les hiérarchies sociales, qu’elles soient de genre, de classe, de race ou d’âge. Hormis un « avis » ou des « logs », rien n’est attendu de l’utilisateur, de l’Autre (ce qui n’est pas semblable à soi), si bien que les rapports de domination qui régissent les relations sociales sont distillées par leur intermédiaire dans une vision du monde qui aplanit les différences et inégalités, voire les occulte. Leur croyance en un rôle messianique trahit une vision occidentalocentrée[12]et masculine des relations sociales et des règles qui les gouvernent. La « liberté d’expression » en est transformée.

De surcroît, cette vision rend l’utilisateur acteur de sa propre aliénation. Contrôlé, il devient contrôleur des cadres et normes virtuels dictés par un individu (occidental, masculin, blanc, jeune, aisé), et ainsi promoteur de violence épistémique (inhibitrice et hiérarchisée de savoirs). Ainsi, l’ensemble des rapports de domination produits par le capitalisme en dehors de ses sphères d’action se renforce : la colonialité numérique se déploie.

Zoomest le produit de cette colonialité numérique de même qu’il la produit : en ouvrant ses salles virtuelles à quatre cents personnes sans voix et distantes en même temps, tout en diffusant leurs données sans consentement ou en laissant passer des messages racistes ou sexistes plus ou moins subliminaux, il alimente un empire invisible et banalisé qui renforce les dominations.

Des contretemps existent, rares, isolés, dispersés, motivés par une appropriation collective des moyens d’une communication populaire. En vingt-cinq ans, ils n’ont pas réussi à déstabiliser ou à ralentir la progression de cet empire. Dernière piste de sortie possible : l’implosion pour cause d’overdose ?

Joelle Palmieri
18 novembre 2020

[1]Nous ne discuterons pas ici l’usage de cette terminologie.

[2]Facebooka été inventée par un étudiant américain de l’université de Harvard à Cambridge au Massachusetts, Mark Zuckerberg, en février 2004. FaceBookconnaît une croissance géométrique du nombre de ses usagers qui est passé de 1 million en 2004 (essentiellement des étudiants américains) à 2,89 milliards par mois en 2019 pour atteindre un chiffre d’affaires de  17,74 milliards de dollars et une valorisation boursière de plus de 270 milliards de dollars.

[3]Twittera été créé à San Francisco en 2006 par Jack Dorsey, aujourd’hui âgé de 43 ans, au sein d’une société proposant des logiciels permettant de publier des fichiers audio sur un blog au moyen d’un téléphone. En 2015, Jack Dorsey est le 307ehomme le plus riche au monde avec une fortune de 2,3 milliards de dollars. La valorisation boursière de l’entreprise s’élève à 43 milliards de dollars.

[4]Amazon, entreprise de commerce électronique basée à Seattle, a été créée par Jeff Bezos en juillet 1994. Elle a été introduite en bourse en mai 1997. En 2020, la société emploie un million de personnes dans le monde, génère 280 milliards de dollars et dépasse les 3 000 milliards de dollars de valorisation en bourse (2019).

[5]Microsoft Corporationa été fondée par Paul Allen et Bill Gates en avril 1975 dans le Nouveau-Mexique aux États-Unis, pour répondre à leurs propres besoins d’étudiants américains. En 2018, Microsoft connaît un revenu annuel estimé à 110,36 milliards de dollars et valorisation boursière de plus de 210 milliards de dollars. En 2020, l’entreprise emploie 148 000 personnes dans 120 pays.

[6]Googleest née le 27 septembre 1998 dans la Silicon Valley,en Californie, à l’initiative de Larry Page et de Sergey Brin. Début 2008, Googlevalait 210 milliards de dollars à la Bourse de Wall Street à New York. Depuis 2011, l’entreprise possède 1,8 million de serveurs (parc le plus important à l’échelle internationale) répartis sur 32 sites. En 2019, l’entreprise a généré près de 162 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour une valorisation en bourse de plus de mille milliards de dollars.

[7]Zooma été créée dans la Silicon Valley en 2011 par Eric Yuan, un ingénieur anciennement employé chez Cisco System. Cotée en Bourse depuis avril 2019, sa capitalisation boursière a atteint 92 milliards au 31 août 2020 et la plateforme aurait dépassé en mars 2020 les 200 millions de participants quotidiens contre 10 millions en décembre 2019. Entre février et avril 2020, Zoom a gagné 328 millions de dollars.

[8]En mars 2020, Zooma retiré la limite des quarante minutes pour les profs dans une vingtaine de pays.

[9]Selon Forbes, en avril 2020, les sept premiers milliardaires au monde sont dans l’ordre : Jeff Bezos ($113 Mds, États-Unis, Amazon), Bill Gates ($98 Mds, États-Unis, Microsoft), Bernard Arnault et sa famille ($76 Mds, France, LVMH), Warren Buffett ($67, 5 Mds, États-Unis, Berkshire Hathaway), Larry Ellisson ($59 Mds, États-Unis, Oracle Software), Amancio Ortega ($55, 1 Mds, Espagne, Zara/Inditex), Mark Zuckerberg ($54, 7 Mds, États-Unis, Facebook).

Selon FXSSI, le 6 septembre 2020, les huit entreprises les plus riches (note basée sur la capitalisation boursière) sont dans l’ordre : Saudi Aramco (1 685 $ milliards, extraction et raffinage du pétrole et du gaz, Arabie saoudite), Microsoft(1 359 $ milliards, États-Unis), Apple inc.(1 286 $ milliards, États-Unis), Amazon Inc. (1 233 $ milliards, États-Unis), Alphabet Inc.(ex-Google, 919 $ milliards, États-Unis), Facebook(584 $ milliards, États-Unis), Alibaba Group (545 $ milliards, internet, Chine), Tencent(510 $ milliards, internet, Chine).

[10]Zoom : “Delivering happiness“: « apporter du bonheur » ; Twitter :“We want to instantly connect people everywhere to what’s most important to them”: « Nous voulons instantanément connecter les populations du monde entier à ce qui est le plus important pour elles ». Facebook :“Giving people the power to share and make the world more open and connected”: « Donner au peuple le pouvoir d’échanger et de rendre le monde plus ouvert et connecté ».

[11]WhatsAppest un système de messagerie utilisant la téléphonie mobile et Internet. L’application a été créée en 2009 par Jan Koum et Brian Acton, deux anciens employés de Yahoo!. Elle est utilisée par plus de deux milliards de personnes en 2020. En février 2014, la société WhatsAppest acquise par Facebook.

[12]Nous incluons la Chine qui suit le même modèle libéral.

Covid-19 : les seigneurs revisitent la basse-cour

Résumons-nous. En France, après l’instauration le 14 octobre 2020 d’un couvre-feupour gérer la crise sanitaire, le gouvernement décide, le 30 courant sans consultation du Parlement, le retour à un confinement national, ouvrant cette fois l’accès au travail, à l’école, aux maisons de retraite et aux supermarchés, mais toujours pas aux commerces de proximité, aux lieux culturels, de loisirs ou sportifs (hors professionnels et chasseurs[1])… et interdisant tout déplacement d’une région à l’autre. En même temps, des projets de loi sont examinés. Arrêtons-nous sur trois d’entre eux. Le premier, le 4ePlan de loi de finances rectifié (PLFR)[2], adopté le 4 novembre par le Conseil des ministres, répond à « l’urgence économique ». Le deuxième, présenté le 22 juillet en Conseil des ministres, adopté par l’Assemblée nationale le 23 septembre, en partie amendé par le Sénat le 28 octobre, concerne l’enseignement supérieur et la recherche[3]et le troisième, présenté à l’Assemblée nationale le 20 octobre, puis examiné le 4 novembre, porte sur la « sécurité globale »[4].

Le 4ePLFR prévoit le déblocage d’une enveloppe de 20 milliards d’euros essentiellement prélevée dans les caisses de l’aide publique au développement, de la santé, de l’éducation, de la justice, de l’enseignement supérieur – la ligne budgétaire de la Défense est inchangée.

La loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) envisage des « contrats de mission » en lieu et place du statut de fonctionnaire, des postes de professeurs assistants temporaires, la suppression de la qualification CNU, bref un arsenal de mesures visant l’économicisation du secteur. Ce choix est accompagné d’une chasse aux sorcières dont l’État doit, selon le ministre de l’Éducation fort inspiré par les thèses de l’extrême-droite, se méfier pour cause de « complicité » avec les entrepreneurs terroristes (islamistes) et de distance avec les « valeurs de la République » (l’« islamogauchisme »).

La loi « sécurité globale » préconise la dérégulation de l’utilisation des caméras mobiles portées par les forces de l’ordre, la surveillance par drone, l’interdiction de diffuser l’image de policiers… Cette approche d’une « sécurité sans contact » à la Chinoise a pour triple logique d’augmenter les profits des entreprises d’armement, de restreindre les libertés et de banaliser le renforcement de l’État policier.

Cette avalanche de mesures gouvernementales et de votes de lois rappelle étrangement la féodalité. Au XIIIe siècle, les seigneurs construisaient des châteaux forts à double enceinte, la haute et la basse-cour. Cette deuxième zone « protégeait » leurs « sujets » et leurs animaux des guerres, en échange d’une interdiction de sortie, du paiement du « cens » et des « banalités » (des impôts ouvrant à des « services publics ») et de la « corvée seigneuriale », un travail non rémunéré visant l’enrichissement de la propriété. La domination souverain/serfs était instituée et peu contestée sous peine d’enfermement, d’expulsion ou de mise à mort. Cette forme de gouvernement, autrement appelée « oligarchie », pour laquelle une classe dominante resserrée bénéficie de privilèges étendus – dont celui de rendre la justice – et décide du sort des populations, s’est illustrée à de nombreuses reprises et en divers lieux au cours de l’Histoire. Ne devrions-nous pas rappeler que cette gestion du pouvoir, pour le moins inégale, très éloignée de l’idée de bien commun, est clientéliste, instable, peu démocratique ?

Aujourd’hui, sur le territoire français, seules les personnes qui travaillent ou qui accompagnent les enfants et les personnes âgées (très majoritairement des femmes) ont le droit de circuler à l’intérieur de la basse-cour nationale. Seuls les seigneurs, motivés par une conquête exclusive du pouvoir (débarrassé de ses idéologues extrêmes) décident, parfois sans l’aval de la haute-cour et jamais avec l’avis de la basse-cour et des exclus (chômeurs, retraités, SDFs, handicapés, malades chroniques, détenus, immigrés, réfugiés, clandestins, femmes au foyer), des mesures de « protection » sanitaire ou sécuritaire des populations, de leurs droits à penser et des moyens financiers pour y parvenir.

L’Histoire nous apprend que des révoltes ou révolutions ont fait tomber ces systèmes politiques féodaux. Aussi les serfs d’aujourd’hui et leurs forces de contestation (contre les lois notamment) vont-ils réussir à déconstruire les dominations croisées (race, classe, genre) et édifier des alternatives collectives aux crises sanitaire et guerrière ? Vont-ils convaincre de l’iniquité des théories sur les guerres de religion et opposer une analyse historicisée et contextualisée des relations entre Occident et autres pays du monde (périphérie) ? Vont-ils inquiéter les poujadistes et complotistes, contreproductifs voire transportés par les mêmes jeux de soumission ? Vont-ils informer des stratégies d’enrichissement financier des instigateurs de ces politiques ? Seuls les occupants de seconde zone et du no man’s land peuvent répondre.

 

Joelle Palmieri
5 novembre 2020

 

 

[1]https://www.ecologie.gouv.fr/berangere-abba-precise-conditions-dexercice-chasse-pendant-confinement.

[2]http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3522_projet-loi.

[3]http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3234_projet-loi.

[4]http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3452_proposition-loi.

Covid-19 : boulevard des indifférents

En ces temps de pandémie, certains messages politiques, scientifiques, médiatiques, populaires poussent à se demander « où trouver la vérité ? », « quelle est-elle ? », « comment faire la différence entre le vrai et le faux, la vérité et le mensonge ? », « comment faire la part des choses ? », « comment savoir ? ». Grâce au fabuleux texte de Jean Cocteau sur la poésie, on pourrait s’amuser à imaginer que chacun d’entre nous est « un mensonge qui dit toujours la vérité »[1]. Pourtant certains se détachent de cette allégorie et pensent « qu’on ment à la population pour restreindre ses libertés ». On assisterait donc à un looping entre vérité et liberté au détriment d’une valse entre vérité et mensonge.

La gestion politique et la couverture média de la pandémie du Covid-19 donnent en effet lieu à des interprétations personnelles, empruntes d’émotions et de pathos, éloignées de l’élaboration de pensée. Chaque individu crée « sa réalité », des groupes d’individus alimentent des croyances ou évangiles, les réseaux sociaux numériques, structurés par des algorithmes développés par des entreprises privées, mystifient les échanges – la rencontre entre humains n’a pas lieu –, si bien que de « vrai », il ne reste que l’individuel. L’émotion détrône la vérité, le « moi » s’érige en norme, la subjectivité fait loi et l’opinion personnelle toute puissance néglige le partage ou encore l’humour. De langage commun il ne resterait que les Likes sur Facebook, les « réunions » par visio sur Zoom ou les posts sur Instagram… L’indifférence à une vérité reliée aux biens communs est flagrante. La colonialité numérique, « reproduction patriarcale de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme, [qui …] ignore, hiérarchise, invisibilise les savoirs, méprise leur historicisation, leur contextualisation, leur genrisation »[2], méprise les réalités complexes et connaissances associées[3] et crée de l’ignorance[4].

En Occident, on utilise le terme « post-vérité »[5], pour qualifier l’interaction contemporaine entre politique et montée en puissance des usages d’internet. À défaut d’être basées sur le mensonge qui reconnaît la vérité, comme le souligne si bien Cocteau, les « vérités » qui circulent sont indifférentes à la distinction entre mensonge et vérité. En cela, selon Hannah Arendt, elles constituent un danger : « le résultat d’une substitution cohérente et totale de mensonges à la vérité de fait n’est pas que les mensonges seront maintenant acceptés comme vérité, ni que la vérité sera diffamée comme mensonge, mais que le sens par lequel nous nous orientons dans le monde réel – et la catégorie de la vérité relativement à la fausseté compte parmi les moyens mentaux de cette fin – se trouve détruit. »[6]Cette « post-vérité », idéologique, marque du totalitarisme, inhibe l’élaboration d’une pensée commune. Le négationnismeen use à loisirs.

Certains scientifiques tentent de proposer une autre vérité, dite « scientifique », en vérifiant leur expérience et en recoupant leurs sources, en explicitant leurs méthodologies d’observation et d’analyse, en justifiant et en validant leur interprétation des faits, en rationnalisant leur raisonnement. L’incidence de leurs travaux sur l’individuel et sur les impacts de la post-vérité est variable pour deux raisons : d’une part en tant qu’observants ils nient, pour leur majorité, la nécessité d’être observé pour mieux « situer leur vérité »[7], d’autre part, ils se complaisent dans un universalisme abstrait qui noie les inégalités sociales dans une vérité « universelle »[8]. Ce biais scientifique prête le flan à toutes sortes de manipulations visant à transformer la représentation des réalités. « La vérité de fait » comme la nomme Hannah Arendt est remplacée par la « manipulation des faits » : « Elle est toujours en danger d’être mise hors du monde, par des manœuvres, non seulement pour un temps, mais, virtuellement, pour toujours. »[9]. Elle ajoute : « qu’est-ce qui empêche ces histoires, images et non-faits nouveaux de devenir un substitut adéquat de la réalité et de la factualité ? »[10]. Le leurre idéologique remplace, y compris par recherche scientifique interposée, les réalités multiples.

On pourrait penser que Trump, Bolsonaro ou Macron sont des menteurs ou encore que les « complotistes, zélateurs de la chloroquine, négationnistes du Covid »[11], autant de scientifiques « détenant la vérité », sont des prédicateurs. La situation est plus critique : indifférents au mensonge et à la vérité, ils détruisent toute tentative de construction d’un sens aux réalités (humaines et scientifiques). Là réside l’atteinte à notre liberté.

Joelle Palmieri
9 septembre 2020

 

 

 

[1]Jean Cocteau, Le menteur, 1957.

[2]Joelle Palmieri, TIC, colonialité, patriarcat: Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines, Yaoundé, Editions Langaa, 2016, 296 p.

[3]Edgar Morin, La méthode 4. Les idées, Paris, Le Seuil, coll. Essais, 1991.

[4]Mathias Girel, Science et territoire de l’ignorance, Paris, Librairie Quae, Collection : Sciences en questions, 2017, 160 p.

[5]La « post-vérité » est élue « mot de l’année 2016 » par le dictionnaire d’Oxford, qui la définit ainsi : « ce qui fait référence à des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles. »

[6]Hannah Arendt, « Vérité et politique », La crise de la culture, Paris, Gallimard, Collection Folio Essais numéro 113, 1964, p. 327-328.

[7]La notion de « savoir situé », développée dans la théorie du point de vue (StandPoint Theory) renvoie à l’identification du lieu d’où parle celui qui prétend parler et à la reconnaissance de différences de points de vue possibles, parmi lesquelles la différence de genre. Donna Haraway, Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature. Trad. Oristelle Bonis, préf. M.-H. Bourcier, Jacqueline Chambon, 2009 ; Harding Sandra (dir.), The Feminist Standpoint Theory Reader,New York et Londres,Routledge, 2004.

[8]L’universalisme abstrait est un mode de pensée qui considère l’univers comme une entité englobant tous les êtres humains, sans différenciation de genre, de classe ou de race. Mondher Kilani, « Ethnocentrisme », inSylvie Mesure & Patrick Savidan (dir.),Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, pp. 414-415.

[9]Hannah Arendt, op.cit., p. 294.

[10]Ibid., p. 323.

[11]Christian Lehmann, « Covid : complotistes tarés et menteurs patentés », Libération, 2 août 2020.

 

Covid-19 : 4B versus 4H

Vous souvenez-vous des 4H pendant les années sida ? 4H pour « Homosexuels, Hémophiles, Héroïnomanes, Haïtiens », car il était estimé que la maladie se transmettait par les gays ou les seringues et que les immigrés haïtiens aux États-Unis étaient les plus touchés, Haïti étant l’épicentre du virus. À partir des années 1980 et pendant quinze ans, on craint de serrer la main des malades, de partager un verre avec eux, y compris de la part des professionnels de santé. Les conservateurs américains considèrent que « la maladie a été créée par Dieu afin de punir les populations décadentes : homosexuels, drogués mais aussi populations noires »[1]. Partout dans le monde, des négationnistes – militants, journalistes, scientifiques, responsables politiques – soutiennent qu’il n’existe pas de lien de cause à effet entre le VIH et le sida. Leurs discours et actions, fortement emprunts d’homophobie ou de racisme, détournent les méthodes scientifiques, provoquent des diagnostics inexacts, une peur collective, des traitements toxiques et un gaspillage des fonds publics. On sait depuis que leurs déclarations, pratiques et croyances étaient erronées et que leurs peurs étaient infondées : en 40 ans, le sida a fait 32,7 millions de morts, dont plus des deux-tiers en Afrique ; en 2019, 38 millions de personnes vivaient avec le VIH/Sida dans le monde, dont la moitié de femmes[2].

La prise en charge et la reconnaissance politique du sida sera très lente, le déni de la maladie lié au rejet du virus persistant, le mépris des malades résistant. Il faudra l’arrivée de la trithérapie et une très longue campagne de prévention auprès du grand public pour chasser les stigmatisations, mettre à jours certaines cultures – le recours à des préservatifs est perçu comme une pratique peu « virile » car l’éjaculation à l’intérieur du vagin est essentielle dans la relation sexuelle ; il ouvre une porte vers l’infidélité ; il doit être décidé par les hommes et non par les femmes ; il amoindrit la sensibilité (des hommes) ce qui provoque un inconfort lors des rapports sexuels… – et pour ancrer des habitudes préventives : usage des préservatifs pour tous et port de gants dans le milieu médical, mise en place de lieux de distribution gratuite de seringues et de préservatifs.

Aujourd’hui, en raison du COVID-19, la rentrée associative et individuelle, qu’elle touche la culture, le sport, l’éducation, le bien-être ou le travail, semble difficile pour une majorité de la population européenne. On observe un trouble existentiel chez de nombreuses personnes, perdues, dépassées par les « protocoles » étatiques très éloignés de la réalité quotidienne (contradiction entre limitation du nombre de personnes admises à se regrouper à l’intérieur d’une salle et autorisation de grands rassemblements publics, délimitation de zones dans les villes ou dans certains départements avec port du masque obligatoire alors que les mouvements de population notamment entre familles continuent, tergiversations gouvernementales concernant ce port du masque et répression associée…), ignorantes de la maladie et des malades, en attente d’explications et de décisions politiques simples et cohérentes, incapables d’action, hormis se rallier aux thèses dites « complotistes ».

Qui de ces derniers rebelles a déjà manifesté contre les violences policières ou conjugales par exemple, ou contre l’atteinte aux droits du travail (moins lieu d’aliénation que potentiel lieu d’émancipation notamment pour les femmes ou les pauvres ou les racisés ou les trois à la fois), ou pour l’avortement, ou pour le droit d’asile, autant de luttes en faveur des libertés ? Qui d’entre eux se réclament des thèses et actions des libertaires pour étayer leurs refus du port du masque en tant « qu’atteinte à la liberté » ? Ne sont-ils pas simplement hostiles à toute transformation sociale ?

Le flou est général car un changement de comportement est requis. Le sida nous aura montré que cette étape est la plus difficile et risque à tout moment d’être remise en cause (exemple des jeunes générations qui négligent aujourd’hui le port du préservatif). Les négationnistes contemporains, études scientifiques et statistiques à l’appui, comparent les taux de mortalité (cancers, maladies cardio-vasculaires, accidents de la route, meurtres… et pour les fascistes avortements alors que le fœtus n’est pas un être humain), sans différencier les méthodes de calcul ou les dates des chiffres et sans prendre en compte les morts collatéraux du virus(liés au ralentissement de la prise en charge des maladies chroniques, à l’augmentation des troubles psychiatriques et des violences domestiques, à la recrudescence du nombre de SDF…), dans le but de minimiser les impacts de l’épidémie, de justifier leur refus de porter un masque ou de se faire dépister et pour certains de vendre leur propagande ou leur camelote. En fait, cette manœuvre s’inscrit dans un imaginaire historique solide, lié à des identités culturelles et sexuelles précises.

Moins que la privation de libertés ou la gêne et les peurs liés à son port (insupportable, néfaste car « fait avaler son propre CO2 »), le masque (en tissu ou synthétique) cache un masque plus réel : le visage qu’on donne à voir aux autres. Il cache la face (le nez est un organe phallique, la bouche une zone sexualisée, d’où la crainte d’être « dévirilisé »), révèle la personnalité privée et dissimule la façade sociale[3], met à nu, détrône les interprétations et dévoile ce qui n’est plus donné à voir mais l’authenticité et la profondeur[4], sans faux-semblant, sans rejet de la réalité[5], avec ses croyances et ses peurs, dont la peur de mourir, avec son mal-être social et politique. Le rejet du port du masque et le déni de ses conséquences sur les autres représente alors bel et bien une fuite, emprunte de codes et de normes dictés par des hiérarchies sociales produites en Occident entre les genres.

Au final et par goût du plagiat, on pourrait utiliser l’acronyme 4B pour qualifier les pourfendeurs tout autant que les décideurs des politiques sanitaires liées au Covid : bavards, brouillons, brutaux, bravaches.

Joelle Palmieri
31 août 2020

 

[1]Fabien Randrianarisoa, « La maladie des 4H ? », maze,6 septembre 2014, https://maze.fr/2014/09/le-cancer-des-gays/.

[2]OnuSida, « Fiche d’information 2020 — Dernières statistiques sur l’état de l’épidémie de sida », https://www.unaids.org/fr/resources/fact-sheet.

[3]Carl Gustav Jung, « The Archetypes and the Collective Unconscious », Vol. 9. Part 1, ed. Princeton University Press, 1968.

[4]Frederick Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, Hachette Livre, 2004.

[5]Gaston Bachelard, Le droit de rêver, PUF, 2007.

Liban : des armes, des armes, encore des armes

serge d’Ignazio

Au risque d’être taxée de rabat-joie (Mali, Chine, Covid-19…), la précipitation du président français au Liban, deux jours après l’explosion de 2 750 tonnes de nitrate d’ammoniumdans le port de Beyrouth, me laisse penser qu’il y a marchés d’armement dans l’air. Certes Macron place les entreprises françaises du BTP – il va falloir reconstruire le port (Bolloré), des logements (Bouygues) et d’autres installations (Vinci) –, mais surtout il assure la continuité des ventes d’armes dans la région. Révolution populaire ou pas, renouvellement du gouvernement libanais ou pas, l’État français, voire le président en personne, est gagnant sur tous les fronts.

Il vend des armes aux forces de police libanaises qui répriment les manifestants : avant octobre 2019, les entreprises françaises Arquus, Alsetex et SAPL ont fourni des milliers de lanceurs de balles de défense (LBD40 Cougar et Land cougar), de grenades lacrymogènes, de balles en caoutchouc, et un blindé pour un montant total supérieur à 2 millions d’euros.

Il en vend également directement à l’armée du pays ou par l’intermédiaire de l’Arabie Saoudite (contrat Donas signé en 2014 négocié par l’entreprise Odas, qui profite à Arquus et Thalès) sous forme d’une part de cessions de troupes d’élite, d’équipements, de formations militaires, et d’autre part de ventes de navires patrouilleurs, de véhicules blindés, d’hélicoptères, de drones tactiques et d’équipements terrestres, pour un montant total supérieur à 3 milliards d’euros (un peu plus d’un tiers des exportations d’armement françaises égales à 8,33 milliards d’euros en 2019). L’objectif avancé est de contrôler la zone et de veiller au conflit entre l’Iran et Israël. Il s’agit aussi de protéger les explorations pétrolières et gazières au large des côtes libanaises (Total).

Pour finir, il fait fonctionner sa propre armée : envoi d’un porte-hélicoptères avec à son bord « des capacités de reconnaissance des accès maritimes et de soutien hydrographie du Service hydrographique et océanographique de la marine (SHOM) » et des denrées pour « aider » la population libanaise : 18 tonnes d’aide médicale et 700 tonnes de denrées alimentaires pour 300 000 sans-abris, soit 60 grammes de médicaments et deux kilos de nourriture par personne pour une durée indéterminée. Peut-être Macron souhaite-t-il renforcer la surveillance de la côte méditerranéenne ?

En outre, la proportion de l’aide financière totale accordée au Liban pour cette catastrophe (30 millions d’euros de la part de la France sur les 250 millions annoncés le 9 août lors de la « Conférence internationale de soutien et d’appui à Beyrouth et au peuple libanais ») est ridicule par rapport aux dégâts matériels estimés à 15 milliards de dollars (12,7 milliards d’euros) et aux contrats d’armement : 30 millions sur plus de 3 milliards d’euros, soit moins de 1%.

Dans l’esprit du président français, l’investissement militaire tout autant que l’esprit militaire prime sur l’élan de solidarité. Pour preuve, un rapport parlementaire français est paru le 8 août qui déplore le « manque de culture militaire » au sein des administrations civiles françaises[1]. Beurk.

Joelle Palmieri
10 août 2020

 

[1]Assemblée nationale, « Mission d’information « flash » sur les relations civilo-militaires à la lumière de la crise de la covid-19 »,http://www2.assemblee-nationale.fr/content/download/313003/3040640/version/2/file/Rapport+relations+civilg-militaires.pdf.

La banalité du mâle

serge d’Ignazio

La nomination du dernier gouvernement français suscite bien des commentaires et des réactions véhémentes du côté des féministes. Certaines demandent sa démission. Ont-elles raison ? Cette option est-elle la bonne ? Une chose est sûre : cette nomination et le verbiage médiatique qui l’accompagne sont cruellement soit stupides soit stratégiques.

Dans le premier cas – stupidité –, on assiste, comme Hannah Arendt nous l’a appris (dans « La banalité du mal »), à un « manque de pensée ». Elle précise : « Clichés, phrases toute faites, codes d’expression standardisés et conventionnels ont pour fonction reconnue, socialement, de protéger de la réalité, c’est-à-dire des sollicitations que faits et événements imposent à l’attention, de par leur existence même »[1]. On y est. Le Président de la République et les ministres qu’il désigne ou approuve (non élus) sont « [incapables] d’être affectés par ce qu[’ils font], [refusent] de juger, de prendre un parti à [leurs] risques, à [leurs] frais »[2]. Alors que les manifestations antiracistes, antisexistes (notamment le mouvement #MeToo), contre le démantèlement des services publics, vont bon train, que l’écologie prend une part du pouvoir (élections municipales), Macron trace. Il poursuit sa mission. La bureaucratisation de son action lui donne le sentiment de n’être responsable d’aucune vilénie. La machine politique française est historiquement bien huilée : le racisme, la hiérarchie sociale, le judéo-christianisme, la primauté de la « culture catholique », l’impunité (notamment des auteurs de viol ou agression sexuelle), le sexisme, y sont totalement banalisés, comme dans le secteur privé des entreprises. La « raison d’État » domine ce qui inclut que les hommes politiques aient une sexualité « normale », c’est-à-dire masculine hétérosexuelle, au-dessus des lois. DSK, Tron, Baupin… sont autant de « citoyens au-dessus de tout soupçon », comme l’était déjà Darmanin quand il était au budget. Le fait qu’il soit désormais « à l’intérieur » n’est objectivement pas plus grave, sa gestion du budget national traduisant parfaitement cette raison. Il est symboliquement plus inadmissible.

Dans le deuxième cas – stratégie –, on peut imaginer que Macron met tout en œuvre pour stigmatiser et diviser les luttes : féminisme « blanc », antiracisme « communautariste », syndicalisme « has been » (contre le démantèlement des services publics, dont soin, éducation,… mais aussi justice, police). Après avoir démoli la gauche parlementaire, il cherche également à diviser ses derniers adversaires politiques : la « droite sociale » – la majorité des ministres entrants à des postes régaliens sont gaullistes –, les Verts – Pompili ne représente plus les grands gagnants des municipales, mais l’amalgame reste possible –, l’extrême-droite – les thèmes du RN, ordre, racisme, antiféminisme, homophobie, sont repris entre les lignes, notamment par Darmanin mais aussi par la nouvelle Secrétaire d’État aux droits des femmes qui parlent de « complémentarité » entre les sexes. Si ce gouvernement était dissous, le Président ferait la peau de ces adversaires, s’assurant d’être populaire, en particulier auprès de ses opposants féministes ou antiracistes… Cqfd. Au passage, on entérine que les ressortissants qui n’ont pas le droit de vote, c’est-à-dire n’ont pas la nationalité française, ne l’intéressent pas plus que ses prédécesseurs. Ils ne sont pas des électeurs potentiels.

De fait, Macron poursuit sa mission : suppression du service public, financiarisation et armement des FO, construction d’une cyberdéfense, autant d’ouvrages qui rapportent beaucoup d’argent et ont pour effet Kiss Cool de maintenir les populations sous contrôle.

Ce soft-totalitarisme, qu’il soit le résultat d’une non pensée ou d’une croisade militaro-financière, mériterait, si ce n’est déjà le cas, d’être dénoncé par les écologistes, les antiracistes et par les féministes. Il est temps d’y opposer de la nuance et surtout du lien, une convergence, entre les luttes.

Joelle Palmieri
13 juillet 2020

[1]Hannah Arendt, La Vie de l’esprit, Paris : Presses Universitaires de France, Collection : Quadrige Grands textes, 2005, 571 p., p. 20-21.

[2]Catherine Vallée, Hannah Arendt. Socrate et la question du totalitarisme, Editions Ellipses, 1999, 144 p.

Covid-19 : pensée positive, complot, versus collectif

IMG_0667« Mieux vaut être mâle riche blanc occidental et bien portant que femme pauvre battue racisée/subalterne et malade ». Cette formule librement inspirée de Francis Blanche, pourrait résumer l’ambiance « post-Covid ». En France, parce que la période est difficile, beaucoup essaie de « positiver » leur expérience de confinement et de déconfinement. Même si « on » considère qu’« on a de la chance, on est privilégié »., on découvre qu’on peut ne rien faire, travailler à distance, enfin faire ce qu’on a mis de côté, semer des graines dans des pots, se confirmer qu’on s’aime… Ces comportements sont légitimes. Ils sont individuels et procèdent de la survie. Mais qui est vraiment concerné ? Sans doute pas l’infirmière, l’aide-soignante ou la caissière à qui l’employeur n’a pas proposé de travailler à distance. Sans doute pas non plus la mère de famille qui se retrouve à faire les courses, à préparer trois repas par jour pour au moins cinq personnes en plus d’assurer les devoirs scolaires des enfants. Sans doute pas la personne atteinte d’une maladie chronique (cancer, diabète, sclérose en plaques, polyarthrite…) pour qui les traitements ont été suspendus et modifiés et qui souffre davantage. Sans doute pas la personne qui a perdu toutes sources de revenus car son activité a été interrompue de fait par les autorités. Sans doute pas la femme qui se fait davantage battre par son conjoint et ne peut fuir.

Quand « positiver » fait mouvement sur les réseaux sociaux numériques, cet enchantement devient viral tout en restant individuel. Des individualités se rassurent en partageant leurs trouvailles pour dépasser les interdits. Elles ne créent pas pour autant d’espaces de liberté ou du changement. Cet empilement de solutions individuelles exclut la réalité globale, dans et hors Occident, chasse les idées de pauvreté et de risque sanitaire à l’échelle collective, et plus généralement du rapport entre privé et public. Il répond à l’injonction psychologisante d’« atteindre le bonheur » même quand la situation est dramatique. Cette hégémonie de la « pensée positive » (associée au « développement personnel », d’origine protestante nord-américaine, non étayée scientifiquement) ou du positivisme (ne pas chercher de causes aux phénomènes scientifiquement constatés) a pour effet direct de  dépolitiser les impacts sociopolitiques de l’épidémie et de renforcer les hiérarchisations de classe, de race et de genre.

L’exemple de la surmortalité exponentielle du département de Seine-Saint-Denis[1]devrait convaincre. Ses causes ne sont pas uniquement biologiques (plus de diabète, d’obésité…). Elles sont à chercher du côté de la densité et de l’hétérogénéité de la population, de la pauvreté, du type d’emplois occupés par ses habitant.es (majoritairement « essentiels »[2]), de l’usage intensif des transports en commun pour aller travailler, du manque d’infrastructures sanitaires, administratives, commerçantes, d’emploi, locales.

Un autre mouvement sur les réseaux sociaux numériques mérite qu’on l’associe au premier car, de la même façon, il ne mobilise pas le collectif. Il développe pourtant une théorie qui paraît contraire au premier : le complot. Le virus aurait été inventé ou mal géré à escient par des « élites » pour « nous » asservir davantage, nous imposer des lois économiques plus strictes, nous cacher « la » vérité, renforcer le pouvoir des laboratoires pharmaceutiques, nous subordonner à de nouvelles contraintes, nous imposer davantage d’interdits. Cette croyance est aussi virale et repose sur des déclarations de prédicateurs venus de nulle part, inconnus (sans que quiconque s’en offusque) ou connus mais mégalomanes ou menteurs sur leurs cursus scientifiques. Dans ces discours, devenus populaires, la croyance remplace la réflexion et la morale le politique.

Les deux mouvements n’ont pas vocation au changement social. Ils misent sur l’individualisation des problèmes et leur résolution soit personnelle soit par sauveur éclairé interposé. Le risque de voir se développer des formes de populisme et d’autoritarisme en devient grand.

Fort heureusement, d’autres mouvements voient le jour ici et ailleurs qui ne sont pas tous visibles. Ils proposent de changer de point de vue (paradigme) sur la crise sanitaire. En tant qu’êtres humains soumis aux mesures de confinement et de déconfinement, nous avons les ressources pour transformer la pandémie en tremplin pour le changement social. Plutôt que de se résigner aux interdits, de renoncer à démontrer leur solidarité, certain.es ont enrichi et partagé leur apprentissage d’une gestion du temps déliée du travail (en opposition aux crédos « boulot-métro-dodo » ou « travailler plus pour gagner plus »), ont élargi leur compréhension du « care » (soin), aujourd’hui majoritairement gratuit et assuré par des femmes partout dans le monde, ont confirmé le lien entre égalité sociale et préservation de la planète, dénonciation des dominations et créativité politique. Elle.ils ont lié penser et agir. Des banque du temps (échange d’une heure de garagiste contre une heure d’écrivain.e public.que par exemple), des caisses de solidarité (pour les personnes ayant perdu leurs revenus), des banque alimentaires pour les pauvres, des groupes associatifs de praticien.nes émergent. Des pistes à suivre ?

Joelle Palmieri
25 mai 2020

 

[1]Louise Couvelaire, Mathilde Costil, Delphine Papin, Sylvie Gittus, Eugénie Dumas et Eric Dedier, « Coronavirus : une surmortalité très élevée en Seine-Saint-Denis », Le Monde, 18 mai 2020, https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/05/17/coronavirus-une-surmortalite-tres-elevee-en-seine-saint-denis_6039910_3224.html#xtor=AL-32280270.

[2]Dominique Méda, « Les plus forts taux de surmortalité concernent les “travailleurs essentiels” », Le Monde, 23 mai 2020, https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/23/dominique-meda-les-plus-forts-taux-de-surmortalite-concernent-les-travailleurs-essentiels_6040511_3232.html#xtor=AL-32280270.

Covid-19 : rompre avec les évidences

Ce texte est une version ajoutée d’un articlerédigé et publié le 1erjanvier 2002.

 

L’humanité a traversé de nombreuses épidémies. En quoi celle du COVID-19 est-elle différente des autres ? Pour répondre à cette question, il me semble essentiel de rompre avec les évidences pour éclaircir le flou doublé d’un brouhaha qui nous envahit au quotidien. Cette violence politique (flou, bruit) n’est pas nouvelle. Elle opacifie bien d’autres violences qui peuvent servir de grille de lecture de la crise sanitaire mondiale.

Des personnes au pouvoir politique ou non en discutent, ici ou ailleurs, à l’aide des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ces usages des TIC, produits et producteurs de mondialisation, parfois rebelles, mais aussi vecteurs d’idéologies racistes, classistes, sexistes et aujourd’hui masculinistes, représentent un premier élément de réponse pour qualifier le contexte sociopolitique spécifique actuel et l’ensemble de systèmes de pensée déployé pour l’alimenter.

Ensuite, la pandémie trouve ses origines dans les différentes violences produites par le capitalisme tout autant qu’elle les renforce ou les consolide. Beaucoup (professionnel.les de santé, universitaires, militant.es…) mettent en exergue leurs déjà connus nombre et type, le plus souvent en ordre dispersé ou sans souligner les fils qui les relient. Pourtant la coexistence et la banalisation de ces manifestations de force forment système de domination (oppression, aliénation, asservissement) et à ce titre apportent un autre élément de compréhension du contexte.

On pourrait en dresser une liste non exhaustive : violences sexuelles, racistes, classistes et leur justification ; viols des droits des migrant.es, des racisé.es, des pauvres, des SDF, des femmes ; disfonctionnements des politiques nationales accompagnées d’arbitrages budgétaires socialement inégaux ; démonstrations d’autorité par forces de l’ordre interposées ; totalitarismes des pouvoirs politiques (Hongrie, Pologne, Brésil, États-Unis, Chine, Iran…) ; négations de la liberté ; endoctrinement et déploiement d’une propagande visant l’entretien de la peur chez les « masses » ; dictée de droits et devoirs (lois) inspirée par des modèles uniquement adaptés à une frange « normée » de la population (ni pauvre, ni malade chronique, ni psychiatrisé, ni détenu (prison, centre de rétention), ni SDF, ni mineur civique, ni vieux, ni handicapé, ni racisé, ni femme, ni LGBTQI, toute combinaison étant possible) ; diminution des services publics au détriment de la démocratie et au profit d’entreprises privées (en particulier de multinationales propriétaires des TIC, de l’industrie pharmaceutique ou des armes) ; tensions entre États occidentaux et les autres (dette, conflits armés et économiques) ; plaquage de modèles hégémoniques et impérialisme occidental sur la production de connaissances et sur la construction des identités.

Cette liste étant dressée, comment faire face ? Quelles stratégies opposer ? Quelle résistance déployer ? Quelles révoltes soulever ? Quelle radicalité exprimer ? Les propositions, sur le fond comme sur la forme, sont nombreuses, alléchantes, parfois effrayantes. Je propose d’en retenir quelques-unes, ici aussi sous la forme d’une liste réunissant un ensemble d’ingrédients pour une riposte puissante : redéfinition et distribution égale des richesses, appropriation des outils de production et de services, orientation des budgets vers l’alimentation du bien commun (santé, éducation, nutrition), prise de contrôle des TIC (infrastructures, logiciels et contenus), reconnaissance systématique des divisions de sexe, de classe ou de race, condamnation de l’essentialisation des femmes et de la séparation sphère privée/sphère publique, dé-légitimation des propagandes paternalistes (par exemple protéger les soignant.es plutôt que les aider, les soutenir, les infantiliser), mise en visibilité des hors-normes, refus de tout sectarisme, articulation des rapports de domination avec la militarisation des sociétés, distinction des violences politiques et des actions visant l’autonomie, exclusion des antagonismes écologie/lutte des classes/antiracisme/féminisme/humanisme, application à comprendre ce qu’il se passe. Une utopie ? La liste reste ouverte.

Joelle Palmieri
28 avril 2020

Covid-19 et les paradoxes des TIC

Cours en visioconférence pour les écoliers/lycéens/étudiants, consultation médicale à distance, télétravail, géolocalisation des malades, activités sportives ou de bien-être en ligne (danse, yoga, méditation, qi qonq…), culture/information numérique (journaux, livres, émissions radio ou TV…), achat en ligne de produits « essentiels » ou non (alimentation, livres, vêtements…)… En ces temps de pandémie la liste des usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) est longue et multiple. Toutes ces « nouvelles » activités, résultats de décisions politiques de confinement et de réduction des activités sociales, sont montrées, diffusées et perçues comme des innovations, sources potentielles de transformation. Possible. Il existe toutefois des biais sociaux et colonialitaires (en rapport avec l’ensemble des rapports de domination) à la prolifération de ces usages.

Certes, l’existence des TIC (matériel – dont smartphone, tablette et ordinateur –, infrastructures de télécommunication et logiciels – dont réseaux sociaux numériques, jeux, sites de vente en ligne) permet de rester informé et de communiquer tout autant que se distraire, faire œuvre de solidarité, voire de résistance : mise en ligne de vidéos parodiques ou d’articles théoriques, lancement d’appels ou de pétitions contestataires, montage de réseaux d’entraide, de groupes de paroles ou d’expression artistique… Toutes ces initiatives témoignent l’envie et le besoin de changements sociaux, voire alimentent l’utopie d’alternatives transgressives au système dans lequel nous vivons.

Pour tous les usagers des TIC, le temps se distord, les espaces se rétrécissent : on peut facilement communiquer par Skypedepuis un village français vers une grande ville sud-américaine, par exemple, et ce malgré le décalage horaire. Les emplois du temps se densifient : la vie quotidienne s’accélère, des heures entières sont vampirisées par l’addiction aux jeux, aux réseaux sociaux numériques, au tout connecté. Les champs d’action se réduisent : l’utilisation des groupes Facebook, d’Instagram, de WhatApp… remplace les réunions ou les rencontres physiques. Autant d’« offres » qui sont désormais intégrées au quotidien.

Pour ces raisons et paradoxalement, les TIC, et les opérateurs privés qui les régissent, ont, au-delà des effets négatifs sur la nature (serveurs de données, matières premières toxiques ou non recyclables), des impacts sur la hiérarchie sociale. En premier lieu, des personnes n’y ont pas accès pour des raisons financières, techniques, géographiques ou d’an-alphabétisation numérique. Elles s’en trouvent isolées, exclues ou discriminées : l’exemple en France des ouvriers du BTP qui ne peuvent pas travailler à distance est éclairante. Ensuite, les personnes qui se prêtent aux usages forcés des TIC, le plus souvent pour des raisons économiques, sont précarisées : distorsion du droit du travail, isolement social, a-capacitation à envisager des solutions collectives aux contraintes liées à la production à distance de biens intellectuels ou de services.

La banalisation des usages des TIC est telle que, pour tout le monde, il existe une injonction à être connecté, si on souhaite « participer » du monde contemporain « moderne ». Cette injonction est dictée par des acteurs de la mondialisation de l’économie qui nous sollicitent en permanence par leurs requêtes multiples. Dominants, ces acteurs s’appuient depuis plus de vingt ans sur les outils numériques (propriétaires) pour accélérer autant les échanges que les savoirs, la vente de matières premières, de titres financiers (marché de la Bourse), d’encarts publicitaires ou de corps humains. L’ensemble des outils utilisés sont d’une part créés et fournis par des entreprises privées (multinationales de télécommunication ou d’informatique, très majoritairement nées aux États-Unis) dont l’objectif est de générer du profit financier. D’autre part, ils sont développés par une minorité, très majoritairement des jeunes hommes blancs occidentaux de classe moyenne hétérosexuels (les informaticiens et ceux qui leur définissent les cahiers des charges). Cette situation a pour effet que les populations, et en particulier les femmes, sont dépossédées des décisions relatives à la société numérique car elles ne sont pas consultées. Leur apport aux décisions politiques générales en est amoindri.

Par ailleurs, la mainmise du privé sur le secteur a des impacts sur les comportements et la pensée de ceux et surtout de celles qui utilisent ces outils. Par exemple, si on veut échanger avec d’autres ou se faire connaître, partager des photos, souvenirs, idées, on ne se pose plus la question d’avoir un compte Facebook. On n’hésite pas à utiliser Google pour trouver ce qu’on cherche. On utilise WhatsApp parce que c’est pratique. Toutes ces applications sont régies par des algorithmes inspirés par une culture et des choix économiques pour le moins occidentaux, sinon masculins, voire paternalistes. Ils sont le produit d’un mode de pensée structuré, normé, codé, dicté par une culture nord-américaine, judéo-chrétienne, cartésienne et libérale.

Aussi, depuis la création des TIC, on assiste à une privatisation des moyens et des modes de communication et d’information, ce qui va à l’encontre de toute idée de bien commun. On observe également une occidentalisation et une masculinisation de la pensée, ce qui réduit les libertés individuelles, le libre arbitre, les libres exercices de la citoyenneté et de la démocratie, la contestation.

Que ce soit à des fins de travail ou de consommation, l’obligation d’être connecté transpose le lieu d’action des individus de la « sphère réelle » à la « sphère virtuelle ». Cette transposition déplace les rôles et responsabilités politiques. Par exemple, la faible visibilité du rôle social quotidien des femmes en matière de santé, éducation et nutrition des ménages – renforcé en période d’épidémie–, est accentué car on passe, implicitement, du « collectif politique » (division entre sphères privée et publique) à l’« individuel symbolique » (le peer to peer, l’« ami » Facebook, l’« abonné » Twitter, les blogs…).

En outre, l’émergence de la « société de l’information » coïncide avec la Conférence mondiale des femmes de Pékin de 1995. On observe alors une double institutionnalisation, celle des TIC et celle du genre. Peu à peu, les politiques de TIC sont venues biaiser les politiques d’égalité femmes/hommes. Au-delà de relayer les stéréotypes de genre généralement véhiculés par les médias, elles ont orienté les actions des institutions vers l’accès des femmes aux infrastructures technologiques au détriment de leur contribution à la diffusion de contenus. Les expressions d’une majorité de femmes, en particulier dans les pays dits pauvres, leurs savoirs, n’ont pu être mis en lumière. L’émancipation a été plus technique qu’éditoriale, plus fonctionnelle que politique. Ces deux institutionnalisations conjointes ont participé de l’invisibilité et de la dépolitisation des luttes des femmes et par là même de leur subalternité : les femmes ne sont pas considérées comme des actrices du politique, porteuses de savoirs propres.

Plus généralement, les TIC génèrent des inégalités et renforce les hiérarchies sociales (de classe, de race, de genre), entre anciens territoires colonisés et nouveaux États expansionnistes, entre États et populations, entre savants et non savants… Parce que, au cœur de la société numérique, un registre universaliste abstrait est emprunté – les missions des multinationales comme Microsoft, Google, Facebook, Twitter… prétendent « ouvrir » le monde, favoriser l’échange entre les individus du monde entier, d’où qu’ils soient, comprendre ce qui est « le plus important » pour ces individus –, les savoirs des « invisibles » (femmes, racisés, pauvres) sont capturés et ignorés. L’historicisation, la contextualisation, la genrisation de ces savoirs sont méprisés. On assiste ainsi à un déracinement épistémique (hiérarchie de pensée) qui fait violence. Cette violence est désormais partie intégrante de la colonialité numérique qu’on peut définir comme étant la reproduction patriarcale, accélérée, excessive, en surenchère, de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme.

Fort heureusement, la colonialité numérique est paradoxale. Elle permet de libérer des « contretemps ». Comme pendant les « printemps arabes », ou aujourd’hui en Iran, en Algérie, au Chili… on attend de voir comment, pendant et après cette crise sanitaire, les paroles vont se libérer, les rébellions se concrétiser, les collectifs se créer, les alternatives émerger et les TIC se penser.

Joelle Palmieri
23 mars 2020

 

Pour aller plus loin :

 

 

 

 

Soleil vert

Ce film de science fiction des années 1970 en disait déjà long sur notre actualité. Sorti il y a 46 ans, « Soleil vert » mettait en scène une catastrophe planétaire, incluant des océans moribonds et une canicule permanente, résultat de l’émission des gaz à effet de serre, de l’épuisement des ressources naturelles, de la pollution, de la pauvreté, de la surpopulation et de « l’euthanasie volontaire »[1].

Après la Russie et le Brésil, l’Ukraine et l’Australie vivent à leur tour ce scenario prémonitoire. Les émois sont grands, provoquant des déclarations rebelles ou affligeantes. Des commentateurs s’enflamment, c’est de saison, et évoquent pour les uns la destruction massive des animaux ou pour d’autres, au choix, la situation désespérée des populations touchées, la destruction des lieux d’habitation, la responsabilité de « l’Homme », l’indifférence des dirigeants des pays… On parle également volontiers d’échéance pour agir contre la fin du monde : trop tard, encore possible.

J’ai la chance d’avoir une vieille amie australienne émigrée de longue date en Europe. Il y a quelques jours j’ai souhaité m’enquérir de son état et connaître son sentiment sur la situation. Sa réponse est une révélation. Ann (appelons-là comme cela) me répond d’emblée qu’elle est inquiète. Elle regarde jusqu’à très tard la TV pour prendre des nouvelles des incendies, va alors se coucher, s’endort angoissée, se lève au milieu de la nuit et regarde si la pluie est tombée. « Ça me rend folle ! », écrit-elle. Sa famille sur place (frères et sœurs) vit « l’horreur ». À Melbourne (sur la photo), à 300 km des incendies, la fumée envahit le ciel. À Darwin, un cyclone menace. « Alors oui, ça va mal ! ». Elle pense tendrement à une amie commune de chez qui la photo en illustration a été prise et enchaîne par un énorme questionnement : que vont devenir les personnes ayant des difficultés respiratoires ? Doivent-elles rester ? Partir ? Où vont aller les deux millions de personnes déplacées ?

Ann est consultante internationale, experte en genre. La réflexion est son métier alors elle ajoute spontanément : « Je dois réfléchir à arrêter de m’inquiéter [ça ne sert à rien] et trouver une façon différente de faire avec ce qu’il se passe ». Et elle s’interroge : « dois-je rejoindre les campagnes contre le changement climatique? J’ai déjà décidé de manger vegan, de n’utiliser que les trains pour me déplacer – elle voyage énormément –, de consommer moins et de recycler plus ». Pour finir elle confie qu’elle sait que « ce n’est pas suffisant » et m’interpelle.

Je vais fouiller loin dans mon cerveau un avis que je souhaite sérieux. Eviter le grotesque, la psychologisation, le mélodrame, l’individualisation des problèmes, me guide. Je commence par affirmer qu’évidemment je partage ses soucis et ses questions. Je lui confirme qu’opter pour un comportement individuel, même juste, ne me semble pas suffisant. J’insiste sur le fait que bien que, depuis plus de 40 ans, les scientifiques aient alarmé les populations, les dirigeants ou les partis politiques sur la planète en feu, les priorités s’établissent ailleurs : armement, guerre, profit financier… L’actualité là encore me donne raison. Toutes les politiques institutionnelles adoptent une vision à court terme : la marque de fabrique du capitalisme et de sa version moderne, le néolibéralisme. L’occidentalisation et la mondialisation accompagnent le mouvement.

J’incite alors Ann à agir localement, selon moi une approche cruciale. Je l’encourage par exemple à demander au maire de sa commune s’il est prêt à accueillir des réfugiés climatiques et s’il se sent concerné, à scruter son plan d’action et à savoir comment il compte interpeller son gouvernement (en Europe) et le gouvernement australien. Je la pousse à faire de même avec toutes les associations locales, y compris celles qui ne sont pas spécialisées dans l’écologie, l’environnement ou le développement durable et agissent plutôt sur l’éducation, la santé, le sport, la culture, la jeunesse, le divertissement… Je lui propose bien sûr, d’écrire et de publier largement son opinion, ses questionnements, ses résolutions, ses choix.

Je finis par lui confier que notre devoir est d’élargir notre pensée… La catastrophe étant mondiale et la crise humanitaire qui l’accompagne n’étant pas de bonnes nouvelles, je cherche quand et qui fera le lien entre tout ce qu’il se passe : la dégradation climatique, les violences faites aux femmes, la guerre, la course à l’armement, la xénophobie…

En vous confiant cet échange, je m’applique à réaliser ce que je recommande à cette amie. Je vous expose mon propre plan. La discussion est ouverte, les échanges permis. À bon entendeur !

Joelle Palmieri
7 janvier 2020

  1. John Shirley, « Locus Online: John Shirley on Soylent Green », Locus Online, 23 septembre 2007, http://www.locusmag.com/2007/Shirley_SoylentGreen.html, consulté le 7 janvier 2020.

Bon chic, bon genre

J’intervenais hier, le vendredi 13 décembre 2019 à 19h, sur le genre dans le cadre du Cercle des savoirs de l’université du temps disponible de la commune de la Roquebrussanne dans le Var.

L’ambiance était chaleureuse, les échanges fournis, les interventions nombreuses.

 

Lien vers le site de la médiathèque de la Roquebrussanne

 

 

 

 

Pour ceux qui n’ont pas pu partager ce moment, retrouvez:

    • Egalité femmes-hommes

    • Mixité

    • Parité

    • Discriminations

    • Sexe

    • Genre

 

 

Simone de Beauvoir, la mémoire des femmes, l’humanisme

« Simone de Beauvoir, la mémoire des femmes, l’humanisme », carnets Chère Simone de Beauvoir, 10 août 2019
— À lire sur lirecrire.hypotheses.org/1688

 

de Joëlle Palmieri

Introduction par Tiphaine Martin, 

Joëlle Palmieri a vécu, beaucoup. Elle a voyagé, énormément. Les deux se rejoignent dans son existence grâce à Simone de Beauvoir, découverte fondamentale et fondatrice, qui canalise et augmente la puissance d’exister de la jeune fille qu’elle est. Á vous d’entrer dans son monde.

« Violence et passion »

Avec la découverte du corps inerte de Steve Maia Canio dans les eaux troubles de la Loire, l’avalanche de sujets sur les violences policières fait plaisir à lire. Les quelques minutes entendues à la télévision, davantage à la radio, la profusion d’articles dans la presse écrite et de textes sur les réseaux sociaux numériques mettent en débat les méthodes du pouvoir politique français en place et ça fait du bien. En ordre dispersé, moins en tir groupé – c’est le cas de le dire –, on parle de disqualification des crimes commis par les policiers, de banalisation de l’impunité commanditée par le gouvernement, de domination de classe ou/et de race (chasse au faciès, ciblage des classes populaires), parfois de militarisation des forces de sécurité (surarmement, achat massif d’armes) et de marche forcée vers la fin de la contestation ou vers la dépolitisation des luttes. C’est phénoménal.

Si les auteurs de ces commentaires chaussaient des lunettes féministes, on comprendrait mieux que la violence qui est dénoncée – disqualification, banalisation, domination, militarisation, dépolitisation – est structurante des sociétés patriarcales dans lesquelles nous vivons. Comme le soulignait il y a plus de vingt ans Andrée Michel[1], cette orchestration de la répression enrichit le secteur marchand de l’armement tout en entretenant la division sexuelle du travail (entre hommes et femmes). L’ensemble fait système. Au-delà du sexisme dans les forces de sécurité, ce système produit des rapports sociaux inégalitaires, restructure le travail et développe la culture de guerre. Les prostitution, viols, trafic, pillage des ressources, conception du territoire en tant qu’espace de conquête, généralisation de la violence, exportation des systèmes répressifs et de torture, contrôle social brutal et « guerre contre la population civile », en sont des conséquences directes.

Ce système est ancien, ancré dans l’histoire, pour lequel la division entre collectif et individuel est centrale. Aujourd’hui, les exemples sont nombreux : on cite les cas de Steve, Zineb, Remy, Malik, Adama… alors que les cibles sont les militants indépendantistes algériens (Charonne), les manifestants contre le racisme, les gilets jaunes, les occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les étudiants de Tolbiac, les insoumis, les jeunes, les militantes féministes… Ne sont pas épargnés les inconnus morts « par accident »(chasse, règlement de compte, abus de pouvoir, trafic…) ou les femmes tuées par leurs conjoints ou ex-conjointsdans le cadre de « drames familiaux ». La même logique de division collectif/individuel est ici à l’œuvre à l’image de la dichotomie sphère privée/sphère publique qui renvoie « la femme » à sa seule culpabilité, sa responsabilité personnelle, son peu « d’estime de soi »… en cas de viol, d’agression sexuelle, de harcèlement au travail, de mutilation, de maternité précoce, de mariage forcé…

Ce système invisibilise les victimes, les culpabilise ou pire, les paternalise en les « soutenant », en les « aidant à faire le deuil », en les renvoyant à leur « introspection », parfois en les « regrettant »… plutôt que de les subjectiver et de désigner, juger et sanctionner les coupables : les bras armés (équipés d’armes de poing ou blanche, de véhicule à moteur, de corde… ou encore férus de persécution, acharnement, aliénation…), les politiques publiques de sécurité sexistes, sciemment ignorantes et autoritaires, le gouvernement militariste. Cette dialectique fait des « victimes » les seules coupables.

En contexte libéral, ce système financiarisela répression : l’achat massif de munitions et d’arsenaux militaires représente un chiffre d’affaires non négligeable pour les vendeurs d’armes du secteur privé. Il organise le flux financier entre domaines public (budget national, dépenses et recettes) et privé (entreprises, associations). Lancer des lacrymos sur des manifestants, tirer des balles sur des individus désarmés, placer en garde à vue des personnes qui tombent sous la main, fournir des informations aux coupables sur les victimes, ignorer les signalements de ces dernières, rapportent gros.

Ce système est bâti sur un mythe, le mythe du rattrapage, comme le décrivait Maria Mies[2], qui consiste à faire croire que les personnes visées par les violences sont « en dehors » (des villes, de l’Occident, des technologies, du sexe masculin dominant), « en retard » d’une « évolution » nécessaire à « l’abondance », à la « croissance », à « l’accumulation des richesses », qui vaut modèle de « bien vivre » pour tous. Par cet imaginaire passionné, le renouvellement de la force de travail (la re-production) – santé, nutrition, éducation – étant globalement assuré par les femmes de « la base » à titre gratuit, renforce « la prolétarisation des hommes » (dédiés à la production), ce qui déprécie, marginalise et dévalue les pensée et options politiques des dominés, femmes et hommes.  Les opposants au système, rebelles ou contestataires, tout comme les femmes, homosexuels, migrants, ruraux, stigmatisés en tant que groupes sociaux étanches, deviennent alors responsables de leur situation d’oppression.

La justice sociale, la valorisation du capital humain, l’égale répartition des richesses, la paix, mais aussi la négociation ou la médiation, ne sont résolument pas au rendez-vous. La bonne nouvelle c’est que ce système connaît des difficultés. Plus le pouvoir politique est chancelant ou affaibli, notamment par des pressions extérieures (nationales ou internationales), plus ses options politiques perdent en efficacité, plus il utilise la force pour asseoir sa légitimité. Le niveau élevé des violences policières représente ainsi un indicateur du danger qui le menace. Élevé non ?

Joelle Palmieri
7 août 2019

 

 

[1]Andrée Michel, « Militarisation et politique du genre », Recherches féministes, Vol. 8, 1. 1995 : 15-34, p. 18.

 

[2]Maria Mies, « Le mythe du développement par rattrapage », Silence, N° 251, 1999 : 4-11.

« Sois belle et tais-toi »

On peut discuter les idées de Greta Thunberg et de ses congénères. Pourtant, certaines réactions à l’annonce puis à la réalisation de son intervention à l’Assemblée nationale à Paris le 23 juillet 2019 excluent leurs auteurs de l’idée de débat. Qu’elles soient vulgaires, agressives, autoritaires, archaïques, rétrogrades, paternalistes, les petites phrases à son adresse de la part de députés, d’intellectuels et d’autres commentateurs, pour leur très grande majorité des hommes, renvoient à une idéologie sexiste selon laquelle les femmes sont réduites à des corps et ne doivent pas parler : « sois belle et tais-toi ».

Ce sexisme ordinaire se manifeste par un jeunisme, tout autant expression d’une discrimination des jeunes et en particulier des filles au travail, en politique, dans l’expression publique, que culte de la jeunesse. Comme un héritage du nazisme et des images de Leni Riefenstahl, ce culte entend notamment soigner la sexualité masculine (hétérosexuelle) et pour cela sexualiser le corps des femmes. Il s’agit de magnifier leur jeunesse, au cinéma, dans la publicité ou dans les médias, d’exiger la permanence de leur beauté et de déprécier ou d’exclure leur vieillissement. Cette religion se traduit dans la loi : le consentement pour une relation sexuelle est fixé à 15 ans, ce qui a pour conséquence directe de disqualifier les violences sexuelles.

Greta Thunberg, 16 ans, rebelle, informée, militante, grande gueule, n’entre pas dans le cadre, ne correspond pas à la norme qui lui est assignée. Elle aura au moins le mérite de l’avoir démontré.

Joelle Palmieri
26 juillet 2019

 

Acheter des armes, légiférer sécuritaire pour mieux dominer

Le vote de la loi « anticasseurs » cache le surarmement de la France, concomitant au déni des inégalités femmes-hommes. Les toutes dernières initiatives du gouvernement en témoignent.

 Le 23 décembre 2018, l’État français lance un appel d’offre à échéance du 22 mars 2019 concernant le renforcement de l’arsenal des policiers et gendarmes. Le ministère de l’Intérieur entend acquérir 450 lanceurs (de balles en caoutchouc et de grenades lacrymogènes ou explosives) en rafale (4 et 6 coups), fusils du fabricant américain Combined Systems, également appelés « Riot gun Penn Arms » et couramment utilisés par les polices des États-Unis, d’Israël, de Russie ou du Brésil. Les Penn Arms coûtant entre 2 600 et 3 000 euros chacun, on peut estimer le budget alloué à 1,35 millions d’euros. Ce dernier appel concerne également l’achat, auprès d’un fabricant suisse, Brügger & Thomet, de 1 280 Lanceurs de balles de défense de 40 mm (LBD 40 ou GL06 en anglais) supplémentaires (plus spécifiquement pour la gendarmerie), pour un montant estimé à 2 millions d’euros (un LBD 40 est vendu 1 800 francs suisses pièce). Ces armes sont notamment prisées par l’Ukraine et le Kurdistan. Les munitions quant à elles sont achetées auprès de la société française Alsetex (marché obtenu en février 2016, pour 5,57 millions d’euros correspondant à la fourniture d’environ 115 000 de ces munitions par an). La note s’élève donc à 9 millions d’euros, répartis entre différents vendeurs d’armes suivant ainsi la volonté du gouvernement de « diversifier » ses achats.

Une semaine après le lancement de cet appel d’offre, on assiste à une offensive de Premier ministre français qui déclare vouloir viser parmi les Gilets Jaunes les « fauteurs de troubles », les « violents », les « brutes », ayant une « soif de chaos », et protéger les forces de l’ordre qui peineraient à faire correctement leur travail. Quelques semaines après, l’Assemblée nationale vote, le 30 janvier 2019, les articles 1 et 2 de la proposition de loi « anticasseurs ». Le premier article autorise, sur réquisition du procureur, la police judiciaire à fouiller les bagages et les voitures sur les lieux d’une manifestation et à ses abords immédiats (« entrée » et « périmètre déterminé »). Le second permet aux préfets de prononcer des interdictions individuelles de manifester, sous peine de six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende en cas d’infraction, pour une durée d’un mois et sur tout le territoire français, sans passer par le contrôle d’un juge. Cette option sécuritaire fait suite à la proposition de loi sénatoriale LR d’octobre 2018, dite « Retailleau », réunit la plupart des suffrages de la majorité, des droite et extrême-droite et rencontre l’opprobre de la gauche et de certains centristes : certains évoquent une atteinte aux « libertés publiques et individuelles », ce qui serait anticonstitutionnel.

Au regard de l’histoire de la répression française, l’initiative est peu innovante. Un texte similaire avait déjà été adopté en 1970, sous Pompidou, puis abrogé en 1981, sous Mitterrand. Par ailleurs, elle n’apporte rien, les notions de « bande organisée », de « réunion » et de « responsabilité collective civile et pénale » existant déjà dans le droit. On peut alors soupçonner, de la part du gouvernement et de ses alliés, un effet de manche – communiquer, faire de la démagogie, assurer la forme plus que le fond, comme dans la « Lettre aux Français » – doublé d’un jeu moins public, celui de la banalisation du surarmement, de la financiarisation et de la militarisation de la police française. Quelques députés ont mis en regard ce vote avec le déni des violences policières, l’usage incontrôlé des armes par des policiers non formés, non informés ou mal intentionnés, mais peu ont souligné le soutien indéfectible du gouvernement français au Complexe militaro-industriel (CMI). Rappelons que le budget 2019 de la France entérine une augmentation de 1,9 milliards d’euros pour la Défense et l’Intérieur (49,43 milliards d’euros au total). À titre comparatif, l’Éducation nationale et la Recherche voient leurs crédits renforcés de 1,3 milliards d’euros, soit 30% de moins que la sécurité. La ligne Égalité entre les femmes et les hommes quant à elle ne bouge pas depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau Président. On peut donc en déduire qu’elle régresse par rapport aux années précédentes plafonnant à 29,8 millions d’euros et représentant aujourd’hui 1 670 fois moins que les des crédits alloués à l’armée et à la police, 67 fois moins que leur augmentation et seulement trois fois plus que le tout dernier achat d’armes.

En conclusion, ce gouvernement tient autant à entraver les libertés individuelles ou à nier les conséquences létales du renforcement des moyens de répression qu’à continuer de conjuguer son déni des inégalités de sexe et son appétit de remplir les caisses des vendeurs d’armes. J’avais déjà démontré en quoi le Système militaro-industriel (SMI) s’appuie sur des fondements – ordre, obéissance, hiérarchie, morale – pour mieux transformer et renforcer les rapports de domination de classe, de race, de sexe, inscrits dans la reproduction patriarcale d’une histoire coloniale, mondialisée, occidentalisée et capitaliste. Aujourd’hui, l’État français (gouvernement, Parlement) continue d’adopter largement ces fondements. Ses actions récentes renforcent du côté des dominants la licité de l’acte de brutalité (versus violence), l’expression – à travers la surenchère de l’usage des armes – d’une virilité politique, l’utilisation de la force, l’octroi du droit de vie ou de mort sur autrui, l’utilisation d’une rhétorique de guerre (versus rébellion). Elles contribuent à la dépolitisation des luttes (de chaque côté), et en particulier des luttes de femmes, pour mieux engloutir, voire anéantir, la contestation et la capacité pour l’être humain de penser.

Joelle Palmieri

5 février 2019