Archives par mot-clé : racisme

Un seul chiffre, un monde décadent

12 089. C’est le nombre de kilomètres que les participants du G20, présents à Buenos Aires en Argentine du 30 novembre au 1er décembre 2018, n’ont pas empruntés pour se joindre à Katowice en Pologne aux débats de la COP24[1]. Les tenants du commerce international[2] n’ont ostensiblement pas dénié faire le lien entre néolibéralisme débridé et changement climatique négligé. Mohammed Ben Salmane (MBS) a, pour sa part, bravé à peu près la même distance[3] pour fanfaronner avec ses vingt alliés (Trump, Poutine, Macron…), le tout sur fond d’affaire Khashoggi.

12 000. C’est aussi le nombre des seules grenades lacrymogènes tirées par les 4 000 CRS et autres forces de l’ordre rassemblés lors de la mobilisation des Gilets jaunes sur les Champs Elysées à Paris. C’est ensuite le nombre officiel[4] de personnes venues rejoindre la manifestation féministe contre les violences, à l’appel de #NousToutes, le même jour, dans la même ville. C’est aussi le nombre d’emplois supprimés par Bayer[5],  géant allemand de la chimie et de la pharmacie qui vient de racheter Monsanto. C’est également le nombre de paysans indiens qui se sont suicidés depuis 2013 en raison des politiques du pays qui se sont traduites par une augmentation de la dette des agriculteurs[6]. C’est encore le nombre de migrants interpellés par la gendarmerie lors du premier semestre 2018 dans le seul département des Alpes-Maritimes en France. C’est aussi en cette fin d’année 2018 le nombre de migrants d’Amérique centrale résidant à Mexico et depuis le début de l’année celui que l’armée américaine est censée accueillir au sein de ses structures à la demande, le 28 juin dernier, du département américain de la sécurité intérieure qui met ainsi en œuvre la politique migratoire de Trump visant à étendre l’inclusion croissante des militaires dans ces dispositifs. C’est par ailleurs l’écart de salaire en livres sterling entre femmes et hommes cadres du Royaume Uni, constaté en hausse par une étude datant du dernier trimestre 2017. C’est en outre le nombre de femmes violées en l’espace d’à peine huit jours en Afrique du Sud. C’est enfin, et au hasard, le nombre d’habitants de la ville de Marly en France et la charge pondérale maximale autorisée aux poids lourds.
Libéralisation, mondialisation, dégraissage économique, destruction de l’environnement, répression, contrôle militaire et policier, discrimination, ségrégation, racisme, sexisme, déshumanisation, totalitarisme, domination se démontrent en cette seule année 2018 par ce chiffre, 12 000. Qui aurait cru à une si simple symbolisation de la décadence mondiale ?

Joelle Palmieri
6 décembre 2018


[1] Deux cents pays participent à la COP24 du 3 au 14 décembre dans le but de surmonter les divergences politiques liées à la lutte contre le réchauffement climatique par la réduction du recours aux énergies fossiles.

[2] Dix-neuf chefs de gouvernement, dont neuf d’Amérique du Nord, d’Australie, du Japon, de la Russie et de l’Union européenne et dix de pays dits émergents, et leurs invités FMI, Banque mondiale.

[3] 12 843 km séparent Riyad, capitale de l’Arabie saoudite, de Buenos Aires.

[4] 30 000 d’après les organisatrices.

[5] Annonce du 29 novembre 2018.

[6] Une manifestation réunissant à Delhi le 12 janvier 2018 plus de 50 000 paysans s’est fait écho de ce fléau.

La giletjaunologie ou science de l’a-contestation

Le « mouvement » des Gilets Jaunes représenterait-il un paradoxe politique ? Une nouvelle science de la contestation ? Pour le savoir, intéressons-nous à sa composition, ses revendications (même confuses), ses méthodes, ses alliés, ses résultats.

Sa composition : plutôt mixte (femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, racisés et non racisés), disparate, un mélange de fans d’automobiles et de conduite sur route, de faschos (racistes, homophobes, sexistes), de mères de famille qui assurent leur rôle de chauffeurs des enfants en tous lieux (établissement scolaire, sport, loisirs…) les services de transport publics ayant été dissous ou presque, d’habitants de no man’s lands sociaux (pas de travail, de moyens de transport, de centres de santé, de facilités de vie quotidienne), d’auto-entrepreneurs à la recherche constante d’opportunités d’économie de dépenses, de pauvres pris à la gorge en raison de la baisse du niveau de vie, de frondeurs fiscaux (contre les impôts en général avec l’impression de « se faire baiser par le gouvernement »), d’antisystème politique (contre tous les partis), de populistes, d’apolitiques.

Ses revendications : contre la hausse du prix du carburant, l’abandon par « la classe moyenne »…, pour la suppression de la limitation de vitesse à 80 km/h, la réduction des contraventions à 10€ maximum, la diminution des revenus des élus, le rétablissement de l’ISF… le tout sur le territoire national.

Ses méthodes : parfois brutales, souvent violentes, organisées sans chef ou porte-parole officiel, basées sur l’usage intensif et courant des réseaux sociaux numériques, peu collectives – pas de référence aux formes de mobilisations sociales habituelles ni aux luttes sociales – mais rassembleuses, spontanées et aléatoires – suivant les lieux, poursuite de l’appel à mobilisation du 17 novembre ou pas –, plus logistiques que politiques – occupation des péages, ronds-points, carrefours… –, peu citoyennes – blocage de ceux qui ne sont pas « avec eux » et rarement débat –, peu éthique – pas d’arrêt des mobilisations après le décès d’une manifestante –, parfois solidaires – occupation des routes aux côtés des infirmières –, parfois non – mise en concurrence avec la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre, considérée comme une « mise en scène des médias » –, humanistes ou pas.

Ses alliés : aucun au regard de la démission des syndicats, de sa stigmatisation par les écologistes, du mépris du gouvernement et de la couverture média qui l’accompagne (caricaturale et exclusive – d’autres mouvements sociaux manifestent dont on n’entend peu parler), nombreux au vu du soutien démagogique des eurosceptiques, du Rassemblement National et de la France insoumise.

Ses résultats : un signal d’alarme, la manifestation d’un ras-le bol général qui se traduisent par le besoin d’empêcher [tous] les autres d’avancer, d’arrêter tout et tout le monde.

Une copine évoque la similitude avec Les Shadoks qui pompent sans s’arrêter pour vivre et inversement, suivant la devise « Il vaut mieux pomper d’arrache-pied même s’il ne se passe rien que de risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas », débattent uniquement des sujets qu’ils connaissent, naviguent à vue – « quand on ne sait pas où on va il faut y aller…. et le plus vite possible » –, ne construisent rien par choix – « plus ça rate, plus il y a de chance que ça marche », sont bêtes – « Il vaut mieux  mobiliser son intelligence sur des conneries, que sa connerie sur des choses intelligentes » – et méchants en comparaison des Gibis, leurs ennemis,« qui tirent leur intelligence de leur chapeau », ont un langage réduit (4 mots monosyllabiques, « Ga, Bu, Zo, Meu ») et se reproduisent en comptant jusqu’à 4.

Pourquoi manquer cette comparaison ? La situation serait alors comique, reflet d’un monde improbable et absurde. Cette comédie masquerait peut-être aussi l’inéluctabilité de la dépolitisation de la contestation : binaire (Paris et périphérie, gouvernement et les autres…), mise en concurrence avec d’autres contestations, univoque, autoritaire, surfant sur les amalgames, hors contextualisation mondialisée, hiérarchisée, militarisée. La suite des événements le précisera.

Joelle Palmieri
20 novembre 2018

Quand l’école cache la forêt

Les bras m’en tombent. Depuis plus de vingt ans, des enseignants, leurs représentants (certains syndicats) et des chercheurs en sciences sociales font conjointement état d’une augmentation de la violence dans les établissements scolaires, notamment liée aux usages des technologies de l’information et de la communication (les TIC). Toutefois, peu a changé. Très peu. Alors, après que le 18 octobre 2018, quelqu’un (on ne sait pas qui) ait filmé puis diffusé sur les réseaux sociaux numériques des images d’un mineur de 16 ans en train de braquer un pistolet (cette fois-ci factice) sur la tempe d’une enseignante parce qu’il était arrivé en retard et qu’il ne souhaitait pas en faire les frais, encouragé en cela par quelques camarades de classe, les réactions au plus haut niveau comme dans le corps enseignant sont tombées dans le grotesque. « Interdire le portable » représente une mesure d’urgence, vocifère le gouvernement français qui se dit « choqué ». C’est déjà fait, sauf que la sanction est laissée à la discrétion du chef d’établissement. « Libérer la parole » des enseignants commentent plusieurs d’entre eux (#PasDeVague). Navrant non ? Décalé pour le moins.

Quid des relations hiérarchisées entre professionnels de l’éducation, entre ces professionnels et les parents d’élèves, entre ces professionnels et les jeunes, entre les parents et les jeunes, entre les jeunes, entre filles et garçons, entre… ? Quid des instruments de la violence et de l’entretien de sa culture ? Quid de sa banalisation ? Dans cette affaire, qui parle des jeunes en question ? L’extrême-droite en premier lieu qui stigmatise d’emblée les jeunes racisés des banlieues dites difficiles. Qui parle de la circulation des armes à feu ? Personne ou quasi. Qui parle de ces jeunes et de leur relation aux armes à l’extérieur des établissements et corps enseignants ? Les médias parfois et seulement pour faire état de délinquance (trafic de drogue, rivalité entre gangs, etc.). Pourtant, ce qu’on a pu voir sur ces images révèle de multiples dégradations des services de l’État et conjointement des relations sociales.

L’OCDE publiait en juin dernier une étude qui pointe du doigt le fonctionnement inégalitaire du système éducatif français. Dans ce rapport, il est donc constaté des inégalités (tout sexe confondu) entre jeunes de classes sociales différentes. Cette porte d’entrée évoque uniquement les inégalités de classe dans l’éducation. Dont acte. Toujours ça de pris. Rien sur l’omerta structurelle qui existe à propos de ces inégalités et des violences qu’elles engendrent au sein dudit système : le système est très hiérarchisé, les marges de manœuvre des enseignants très étroites, les décisions prises par les chefs d’établissement, les inspecteurs d’académie et autres DASEN souvent arbitraires, guidées par un droit de réserve rétrograde ou archaïque, les relations entre les parents d’élèves et le corps enseignant encadrées par un code aux effets pervers – les parents d’agresseurs peuvent porter plainte contre un prof’ ce qui crée une tension constante et génère un réflexe de mutisme de la part de l’ensemble de la hiérarchie enseignante –, les classes surchargées, les formations des enseignants inadaptées, etc.

En outre, le ver est plus vorace et ne s’arrête ni aux frontières de l’enseignement, ni à celles des écarts de richesse. La présence des armes dans les écoles, collèges, lycées, démontrent une défection de l’État : éducation nationale mais aussi justice, sécurité. L’impunité liée à l’usage et à la circulation des armes (chasseurs, clubs de tir mais aussi hors la loi) et l’absence de conscience de ce que représente la disponibilité de ces armes ou de leurs artefacts pour les jeunes (toutes classes sociales confondues) impactent tout le monde. Elles sont construites et représentent autant de révélateurs d’une société militarisée (rappelons que la France, 3e exportateur d’armes au monde, refuse les embargos sur l’Arabie saoudite et toute discussion sur le sujet). On assiste à la banalisation du geste (port d’arme, braquage) vu par les mineurs comme un moyen de « rigoler », de « jouer ». La socialisation des jeunes et en particulier des jeunes garçons par la violence est en marche depuis quelques décennies – l’exemple sud-africain est à ce titre très éclairant –, accompagnée en cela par la culture numérique.

De plus, le sexisme, l’homophobie et plus généralement les relations dominants/dominés font désormais partie du quotidien des jeunes mecs. Les intimidations et insultes – « sale pute », « enculé », « je vais te piner », « tu suces ma bite »… – foisonnent ce qui manifeste la forte sexualisation, souvent par armes interposées, des relations adolescents-enfants/adultes. Les rapports de force entre les différentes catégories – classe, sexe, race, âge – sont tellement élevés que le seul mode de communication interpersonnelle est devenu la violence, par voie d’armes, d’agressions sexuelles, de trafic…

Alors, non seulement le système éducatif est perverti, déliquescent, mais cette situation connaît des conséquences délétères à long terme sur les mineurs, et en particulier les jeunes garçons, au quotidien, dans leurs relations avec les autres.

La France n’est pas le seul pays touché, bien évidemment. Les exemples états-uniens font peur d’autant que les mesures prises pour enrayer la machine l’alimentent. À quand un grand coup de fouet dans la fourmilière ? À quand les luttes contre la prolifération des armes ou tout du moins une sensibilisation aux impacts de leurs usages et circulation au sein des établissements scolaires ? À quand l’intégration systématique (obligatoire et légale) des cours sur l’égalité femmes/hommes dans les classes ? À quand des cours sur les impacts négatifs des TIC sur les relations sociales ? À quand l’apprentissage des modération/négociation/pacification en lieu et place des sanctions/mesures sécuritaires/punitions ? Tiens, je me demande si je ne vais pas créer un hashtag…

Joelle Palmieri
26 octobre 2018

L’Occident, un bon agent conservateur

1993. Rachid Taha chante « Voilà, Voilà » et dénonce la montée du FN en France : « ca recommence ». 2014. J’emprunte ces mots au chanteur pour dire mon effroi : partout dans le monde « ça continue ». Fin 2018. Je cherche à lui rendre hommage pour sa grande liberté et je me dis que la meilleure façon de le faire est d’affirmer que nous avions tord : « ça n’a jamais cessé ».

En France, et plus largement en Europe[1], en Amérique du Nord[2], mais aussi en Nouvelle-Zélande[3] et en Australie[4], c’est-à-dire en Occident, les conservateurs ont toujours veillé ou presque. La montée de l’extrême-droite – Suède, États-Unis, Allemagne… –, révèle un terrain fertile. Les dirigeants de droite, toujours plus nombreux dans cette zone géographique, en passant régulièrement des alliances avec les partis populistes et nationalistes en ont fait le lit et ont participé de cette déferlante. Les élans des électeurs en direction de ces mouvements, les actes racistes, homophobes, anti-IVG, sont moins à mettre au crédit de ces groupuscules ou partis politiques fascisants, qu’à celui d’une droite conservatrice et d’une gauche délétère. En Occident, la guerre se veut à droite, entre eux. Ce n’est pas nouveau.

Aujourd’hui, on assiste tant à une banalisation de la droitisation de cette partie du monde qu’à la scénographie du miroir aux alouettes qu’on nous tend. Les politiques pro-natalistes – durcissements des lois sur l’avortement, campagnes anti-mariage homosexuel – ou anti-immigration, les déclarations islamophobes des groupuscules d’extrême-droite ou des dirigeants de l’ex-bloc soviétique, incarneraient les épouvantails d’un Occident tolérant, antiautoritaire, progressiste, éclairé… Le danger viendrait de l’opposition aux valeurs « démocratiques de l’Ouest », comme le revendiquent les dirigeants de Hongrie, Pologne, Slovaquie, République tchèque – les quatre pays du « Groupe de Visegrad » –, fidèles à une stratégie made in Poutine. Loin s’en faut. Prenons le seul exemple de l’avortement. Entendu comme acquis, ce droit est maltraité un peu partout : fermeture des centres IVG, allongement des délais d’attente, faibles moyens alloués à l’information… Les offensives des prolife fonctionnent et en particulier celles des Églises (catholique, orthodoxe, protestante évangélique) qui parlent sans pudeur de « culture de mort »[5]. Le leurre est énorme.

À la veille des élections européennes en 2019, l’ouverture de la procédure européenne contre la Hongrie le 12 septembre dernier, toute symbolique qu’elle soit, témoigne de ce piège. La gauche, bien qu’à l’initiative de cette demande, brille par son absence des débats sur les réels enjeux politiques : opposer les idéologies libérale et populiste dans le but de mieux faire progresser la première. Imposer à tout prix le capitalisme comme une norme et avec lui, désormais, la mondialisation, l’occidentalisation. Produire des cadres patriarcaux en masse et alimenter les idéologies adaptées. Oui, en Occident, les inégalités sociales augmentent et sont invisibilisées. La violence continue de s’exporter à la périphérie, à l’image de la période coloniale. La militarisation des sociétés progresse. Les dominations de classe, de race, de sexe s’aiguisent. La peur s’instrumentalise. Voilà, voilà…

Joelle Palmieri
13 septembre 2018

[1] Les partis d’extrême-droite sont au pouvoir en Autriche, Italie, Hongrie et Suède (au sein de coalitions de droite) – seuls deux pays européens ne connaissent pas de mouvement d’extrême droite : le Luxembourg et l’Irlande. Leurs obsessions : nationaliste, sécuritaire (fermeture des frontières, contrôle des étrangers, renforcement des forces armées…), homophobe, anti-avortement, chrétienne.

[2] Chacun dans son style, Trudeau au Canada et Trump aux États-Unis, accompagnent le libéralisme d’un clivage politique classique, qui laisse la part belle aux suprématistes, racistes et prolife.

[3] À l’issue des élections législatives du 23 septembre 2017, le leader du parti populiste et anti-immigration, Nouvelle-Zélande d’abord (NZF), a récupéré son titre de Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères.

[4] Suite aux élections fédérales du 2 juillet 2016, le chef du parti libéral, anti-mariage homosexuel, anti-immigration, est reconduit dans ses fonctions de Premier ministre.

[5] En Europe, cet été, un état des lieux du droit à l’avortement a été dressé : https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2018/08/avortement-en-europe-2018.pdf.

Au feu !

Les campagnes et les villes brûlent, ici et ailleurs, les températures montent, le changement climatique fait son œuvre. Au même moment, en France, une affaire entre toutes occupe toutes les ondes. Ou presque. Avec elle, ses commentaires, ses polémiques, ses non-dits… Le mois de juillet 2018 est fébrile et cache une pathologie sournoise et délétère.

Les incendies sont criminels. Ils seraient dus au changement climatique dont il faudrait désormais prendre toute la mesure. Le milicien de l’Elysée serait une victime… de son enfance, de ses impulsions, de ses intentions citoyennes. L’État français le serait aussi du coup. Les pieds pris dans les beaux tapis de son administration, ses représentants seraient tour à tour, surpris, de bonne foi, légalistes, conséquents. Aussi l’affaire ne serait pas d’État… Car comment pourrait-on être à la fois bourreau et victime ?

Reculons d’un pas. Pendant la période où on nous assène des informations sur la météo, ses dégâts, sur les malversations d’un mercenaire payé aux frais de la princesse et sur les déboires politico-judiciaires d’un cercle présidentiel peu respectable, des députés, très peu nombreux, votent le 25 juillet dernier la loi dite « asile immigration » qui renforce la fermeture des frontières, la criminalisation des migrants et de leurs soutiens et établit leur stigmatisation spécifique. Dans la foulée, le 1er août, une autre poignée de parlementaires adoptent un projet de loi sur les violences sexuelles et sexistes, dite « grande cause du quinquennat », qui, en entérinant l’absence de fixation d’une présomption de non consentement, tend à laisser les violeurs d’enfants impunis et méprise de fait les victimes et les associations de femmes et féministes. Un peu plus d’un mois plus tôt, à l’Eurosatory, salon international dédié à la défense et à la sécurité, un homme d’affaire proche du Président français, présente un projet qui s’inscrit en concurrence au monopole américain et prend la forme d’une entreprise privée de R&D militaire (essentiellement basée sur l’intelligence artificielle) du nom de Flaminem, un emblème bien chrétien et centré sur les « Lumières » européennes[1]. Et puis, pendant ce temps, des cheminots se font réprimer, des étudiants refouler des facs de leur choix, des médecins exclure des services d’urgences, des malades tuer faute de soins adaptés, des enseignants non remplacer ou transformer en sélectionneurs de main d’œuvre (projet Cap 2022), des femmes assassiner par leurs conjoints…

Que nous disent ces entrefilets dans le flot d’information univoque qu’on nous donne en pâture ?

L’histoire ne se renouvelle pas. Elle devient critique, s’accélère, surenchérit. En France, comme ailleurs, on continue à assister à la montée en charge du libéralisme et de ses fondations, le racisme et le sexisme. On persiste à dissimuler les paroles des véritables « victimes », davantage expertes de la domination que personnes à soutenir, à plaindre, à aider. On observe la banalisation concomitante de la militarisation et en son sein la privatisation de la violence, un système plutôt anglo-saxon visant les rentabilités politique et financière et aujourd’hui adopté à l’échelle internationale, à l’image de l’Afrique du Sud, de la Turquie, des États-Unis[2], de la Chine[3], de la Centrafrique[4], désormais du Mali[5], etc. On mesure l’héritage d’un culte des Croisades, sur fond religieux et expansionniste. Idée moins entendue, on constate la pratique d’un masculinisme politique, pour ne pas dire d’État, qui transforme les dominants (oppresseurs, discriminateurs, aliénateurs, répresseurs, violeurs, etc.) en victimes principales. La meilleure attaque est la défense, dit-on. Les dirigeants des pays en tête de peloton du libéralisme et de la culture de guerre (xénophobe, sexiste, classiste), avides de profit financier personnel rapide, l’ont bien compris. Au feu !

Joelle Palmieri

2 août 2018

[1] Ce nom vient de « flamines », des prêtres de la Rome antique attachés au culte d’un même dieu et à l’origine d’une idéologie impérialiste, européocentrée.

[2] Les États-Unis comptent trois fois plus d’agents privés que de policiers ayant des pouvoirs répressifs identiques. En 2012, ce marché de la sécurité privée était l’un des plus importants au monde, avec 64 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel.

[3] En début d’année, la Chine a investi dans la sécurité privée dans le but de réprimer les populations des provinces du Sud-Est et ainsi obtenir un accès sans frontière vers la mer. L’État chinois a pris à cet effet des parts dans une des nombreuses entreprises du créateur du modèle américain, Blackwater, une armée privée très puissante, ayant notamment organisé des massacres en Irak.

[4] Moins d’un an après le retrait officiel de l’opération militaire française « Sangaris », plus de 80% du territoire de la République centrafricaine est sous le contrôle de quatorze factions armées, milices locales, mercenaires venus des pays limitrophes, qui ensemble forment une armée informelle.

[5] On compte aujourd’hui au Mali dix-sept groupes politico-militaires, en plus des milices djihadistes, quatre armées dont trois étrangères.

Coupe mondiale de football et…

Liesse populaire, hystérie collective, profits financiers, récupération politique, racisme, résistance, répression, virilité, solidarité, fraternité, violences sexuelles, prostitution… La liste des sujets, valeurs et enjeux liés à cette compétition sportive internationale est non négligeable. Par où commencer ou plutôt quel lien existe-t-il entre tous ces enjeux ? À n’en pas douter la colonialité du pouvoir qui cumule l’ensemble des rapports de domination entre populations occidentales et non occidentales, produits par le capitalisme, l’occidentalisation, la mondialisation et en fond le patriarcat.

Où vais-je chercher tout cela ? Dans les faits, les commentaires, des uns (dirigeants politiques et sportifs, médias), des autres (« les gens »…). À cet égard, cette édition 2018 est particulièrement riche. On parle de « victoire de l’Afrique », « fête de la République », « France solidaire, rassemblée et gagnante ». On célèbre moins la diversité culturelle et le jeu de l’équipe que la compétence et l’excellence de ses joueurs, unis pour « la victoire » et ce qu’ils donnent « en partage ».

Les valeurs mises en jeu paraissent non discutables. Pourtant, par exemple, la « fraternité » – très liée à la République française –, montée en épingle, est un « outil politique, masculin, et armé », qui organise la « partition entre sphère politique et sphère domestique » et de fait « exclut les femmes »[1]. L’idée n’est pas neuve. La République a toujours divisé les sexes. Eliane Viennot écrit : « En décrétant la liberté, l’égalité, la fraternité des égaux, et en accordant aux hommes le statut d’“égal”, les régimes révolutionnaires ont recréé d’une main ce qu’ils avaient supprimé de l’autre : abolissant les ordres et les privilèges qui divisaient la société « horizontalement » ils ont fabriqué de nouveaux ordres et de nouveaux privilèges divisant la société cette fois “verticalement” (on naît homme ou femme comme on naissait noble ou roturier) »[2]. Françoise Gaspard prend les débats rétrogrades autour de la parité à témoin et constate : « Partout, le fratriarcat se porte bien »[3].

D’autre part, le « partage » ne serait plus lié à « l’émancipation », dixit le Président français, mais plutôt à la « communion ». Cette définition, très idéologique, est inspirée par un multiculturalisme qui enferme les joueurs dans la couleur de leur peau et leur origine ethnique. Elle sous-entend une opposition entre libre arbitre et endoctrinement. Au moins en France, un nivellement des pensées par le bas est opéré pour faire de cette compétition, et du football en général, l’exutoire d’un pays, « en paix malgré la menace du terrorisme, du chômage, de la pauvreté », bref en phase avec l’ensemble des politiques libérales menées par le nouveau locataire de l’Elysée.

On peut entendre que ce sport est un « business »[4]. Il est plus rarement analysé par exemple comme « le reflet d’une société violente, […] un système politique et idéologique de haine […] qui accentue la domination capitaliste »[5]. Ou encore, cet « opium du peuple », ce « paradis artificiel », rive les spectateurs « dans le divertissement » et à cet égard « dilue la conscience critique et la lucidité politique dans les gratifications narcissiques généreusement distillées dans les jouissances viriles du football »[6]. Le football rime avec dépolitisation des luttes et invisibilité des pensées propres (subalternisation). En outre, il place la sexualité masculine au centre des matchs. Chaque rencontre incarne une relation sexuelle permanente, le pied du footballeur, symbole phallique, cherchant à bousculer le ballon parfaitement sphérique, sexe féminin, pour atteindre l’orgasme, c’est-à-dire le but[7].

Pas étonnant que ces « non dits » banalisent les agressions sexuelles ou de genre et les rapports de domination entre sexes. On assiste par exemple, le jour de la finale, à une demande publique en mariage de la part d’un supporter français qui, essuyant un refus de la part de sa compagne, ouvre les portes d’un lynchage en règle sur Twitter : « grosse pute », « salope »… On constate également une longue série de mains aux fesses, baisers forcés, attouchements sexuels… filmés ou non, publiés ou non sur les réseaux sociaux numériques et évidemment leurs flots d’insultes sexistes ou d’affirmations masculinistes. De façon plus courante, on observe autour de la Coupe une série de manifestations sexistes. Des pubs, et notamment en Russie, celle de Burger King qui s’engageait à offrir un Whopper à vie aux femmes russes qui tomberaient enceintes de joueurs participant à la Coupe du monde. Des viols verbaux : sur une vidéo tournée en Russie, encore, des supporters brésiliens encouragent une jeune femme russe à scander « boceta rosa ! », « chatte rose » en portugais, alors qu’elle ne comprend pas ce qu’elle dit. Des conseils en matière de comportement sexuel : l’Association argentine de football (AFA) a publié un manuel à destination des dirigeants, des footballeurs et des techniciens, où on peut lire « Les femmes russes aiment que les hommes prennent les devants ». Et j’en passe…

Ajoutons à ce tableau sexiste les parts raciste et classiste des rapports de domination que le football renforce et leurs expressions répressives et délétères. Depuis la création de cette compétition sportive, les États organisateurs ont eu tout à gagner : légitimité politique, reconnaissance internationale, argent, brouillage des tensions internes par nationalisme interposé. Par exemple, 2018 connaît le Mondial le plus cher de l’histoire du football (10,5 milliards d’euros)[8]. Le retour sur investissement est anticipé : hôtellerie, restauration, tourisme, dont le tourisme sexuel[9], développement des infrastructures mais aussi propagande par le sport et légitimitation des actes du pouvoir en place. Les annexion de la Crimée, invasion de l’Ukraine, alliance avec le pouvoir syrien, ingérence électorale étrangère, emprisonnement d’opposants politiques, dont des féministes (Pussy Riot), et des homosexuels, par le pouvoir russe passent quasi à l’as ainsi que le boycott lancé par des eurodéputés en mars. Plus tôt, en 1978, alors que la Coupe a lieu en Argentine, dictature meurtrière depuis 1973, un mouvement international de boycott échoue. À l’inverse, la junte rassemble « son peuple », « transforme son image internationale, légitime sa terreur d’État »[10] et continue ses massacres (plus de 30 000 morts et encore plus de disparitions). En 1998, la France « Blacks, blancs, beurs » connaît une augmentation de sa croissance économique et le début d’une longue stratégie de récupération politique à visée électoraliste.

En 2022, la Coupe aura lieu au Qatar… Sans jouer les Cassandre, je peux d’ores-et-déjà prédire que la confiance de la FIFA (qui désigne les pays organisateurs) continuera d’alimenter une manne financière, l’exploitation et la maltraitance des personnes affectées à son organisation (ouvriers de construction, employées des hôtels… majoritairement étrangers et constitutionnellement sans droits), la surenchère militaire du pays – armée détenant le record mondial des armements par habitant (27 500 soldats, 25 000 mercenaires contractuels étrangers, essentiellement pakistanais et turcs), équipement extrêmement sophistiqué provenant de France, des États-Unis, d’Allemagne et de Chine, siège du Commandement central de l’armée américaine pour la région arabe – et la tolérance internationale de ce régime autoritaire, proche de l’EI et de la dictature égyptienne, régi par la charia (interdiction de relation sexuelle hors mariage, homosexualité punie de mort, a minima inégalité entre femmes et hommes, etc.). Quels extrêmes va alors atteindre la colonialité du pouvoir ?

Joelle Palmieri
21 juillet 2018

[1] Bérengère Kolly, « Frères et sœurs politiques. La fraternité à l’épreuve des femmes, 1789 – 1793 », Genre & Histoire [En ligne], 3 | Automne 2008, mis en ligne le 14 décembre 2008, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/363.

[2] Viennot Éliane, « L’exception française : une très vieille histoire ». Après-demain, n° 381-382, 1996 ou de la même auteure, La France, les femmes et le pouvoir. Tome 1. L’invention de la loi salique (ve-xvie siècle). Tome 2. Les résistances de la société (xviie – xviiie siècle), Paris : Perrin, 2006 et 2008.

[3] Françoise Gaspard, « Du patriarcat au fratriarcat. La parité comme nouvel horizon du féminisme », Cahiers du Genre, 2011/3 (HS n° 2), Paris : L’Harmattan, 2011, 254 p.

[4] Alexandra Patard, Le football business et ses dérives, Kindle, 2014.

[5] Camille Dal et Ronan David (dir.), FOOTBALL, Sociologie de la haine, Paris : L’Harmattan, 2006, 206 p.

[6] Jean-Marie Brohm, Les Meutes sportives, Paris : L’Harmattan, 2000.

[7] Beatriz Velez, Football et érotisme au masculin. Une anthropologue au stade, Broché, 2015.

[8] La hausse des dépenses est colossale. Elle représente 31% de plus que la coupe organisée en 2014 au Brésil et 200% de plus que celle de 2010 en Afrique du Sud. Source : https://www.sportbusinessetmoi.com/coupe-du-monde-2018-economie-colossale-11426#B3f5hBKWKpmUCBh9.99.

[9] En 2006, lors de la Coupe en Allemagne, des bordels géants et des cabines du sexe ont été construites à Berlin ; en 2010, 40 000 prostituées sont venues rejoindre l’Afrique du sud, chiffre à ajouter aux 30 000 à 50 000 « permanentes ».

[10] Vladimir Jankélévitch, L’Esprit de résistance: Textes inédits, 1943-1983, Paris : Albin Michel, 2015.

Le silence tue

Mourmelon-le-Grand, dans la Marne, région Grand Est, 2 juin 2018. Kevin, fils d’un officier militaire du 501e Régiment de chars de combat, est tué d’une « vingtaine de coups de couteau dont deux coups mortels aux poumons avec une lame de 18 cm ». Son assassin, passé aux aveux quatre jours après les faits lors de sa garde à vue, ne cache pas sa passion pour les armes à feu et son rêve de rejoindre les rangs de l’armée. Ses pages Facebook ou Instagram donnent à voir beaucoup d’images d’armes de poing ou de fusils d’assaut, et des photos de lui, costumé en militaire, arme à la main, lors de reconstitutions d’épisodes guerriers militaires. Ces sites affichent également une longue liste de jeux de guerre. « C’est un amateur de gaming. Sur sa page Instagram il n’a qu’une seule devise : Faites la guerre pas l’amour », détaillera une camarade de collège. Passionné d’airsoft et de reconstitutions historiques de la Seconde Guerre mondiale, l’adolescent s’était fait offrir par ses parents « un couteau des années 40, qui était utilisé par les militaires de l’armée américaine », a précisé le parquet. Ce cadeau a servi d’arme du crime.

Pour sa défense, ce war gamer a chargé le seul témoin connu de la scène, c’est-à-dire la petite amie de la victime. Selon lui, elle aurait été l’organisatrice de l’homicide, lui aurait fait croire que Kevin l’avait violée et qu’elle avait besoin de protection. Lui, en « ancien copain », n’aurait fait qu’exécuter ses ordres. Les magistrats ont confondu l’adolescente qui aurait été jusqu’à fomenter une histoire de regard mal placé, de vol à l’arrachée, entre personnes inconnues. Elle a également établi un portrait robot, imaginé à l’avance, stigmatisant un « un homme d’origine maghrébine, de grande taille ». Elle a estimé l’âge de l’agresseur désigné, « entre 25 et 30 ans », sa taille « mesure entre 1,80m et 1,90m » et son type « à la peau mate », toutes caractéristiques éloignées de la physionomie de son ex. En fait, tous les protagonistes, mineurs, âgés de 17 ans, se connaissaient.

Rocbaron, Var, région PACA, 10 avril 2016. Matteo est tué par balle, à bout touchant dans la nuque, au domicile d’un de ces « copains » et en compagnie de deux autres. Le tueur, roux, alors maigrelet, est passionné d’armes à feu, champion de France de tir, membre du club de tir local. Il reconnaît les faits et invoque l’accident. Il est, à cette époque, en possession d’un Glock 9 mm et de munitions, que son père, un ancien sniper de l’armée française, lui a acheté. Les gendarmes retiennent la thèse de l’accident et l’affaire est confiée à un juge qui n’a à ce jour, soit plus de deux ans après l’homicide, pas bouclé l’instruction. Les deux témoins n’ont pas souhaité parler, malgré les reconstitution, enquête, avis d’experts et autres interrogatoires. L’assassin et son père ont été mis en examen et éloignés mais laissés en liberté. L’ensemble des protagonistes connus est composé de garçons mineurs, âgés de moins de 17 ans au moment des faits, qui se connaissent bien.

Que nous enseignent ces deux faits divers ? Tout d’abord qu’il existe une justice à deux vitesses, celle soucieuse des intérêts ou sous menace des ordres – militaire, policier, étatique – et celle empressée d’emprisonner les frères Traoré par exemple ou de placer en garde à vue les jeunes manifestants du lycée Arago. Car enfin, étonnamment, les deux affaires judiciaires ont en commun une trame militaire.

Rappelons que Rocbaron, ville d’environ 5 000 habitants, en forte progression démographique, est située à 35 kilomètres de Toulon, le plus grand port militaire français. Elle compte parmi ses habitants, comme ses communes voisines, de nombreux professionnels de l’armée en exercice ou à la retraite. Mourmelon, ville de 5 000 habitants, abrite pour sa part l’un des plus importants camps militaires de France, non loin de Châlons-en-Champagne. Ce lieu fait également référence à une affaire criminelle française qui s’est illustrée par sa lenteur (instruction qui a duré vingt ans, entre 1982 et 2003) et par les carences de l’enquête. Huit jeunes hommes – appelés du contingent – avaient disparu depuis 1980 à proximité du camp militaire et retrouvés morts. L’auteur des crimes qui ont été retenus s’est avéré être un militaire gradé, très estimé de sa hiérarchie. Dans cette affaire, l’État français a été condamné en janvier 2005 pour faute lourde : le jugement a noté « l’inaptitude du service public de la justice à remplir sa mission » car une « série de fautes » commises par les juges d’instruction et les enquêteurs « ont ralenti l’instruction des différentes affaires de disparitions inquiétantes » et ont conduit « à ce que demeurent inconnues les circonstances de l’enlèvement et du décès de plusieurs victimes. » Gageons que les deux enquêtes en cours (homicides de Kevin et de Matteo) ne suivront pas la même direction.

Ensuite, ces deux meurtres, ces « drames » diraient les médias qui couvrent ce type d’événement, nous informent, une fois de plus sur le niveau de violence des adolescents. De façon plus pragmatique, ils révèlent ce qui est devenu pour une majorité d’entre eux une routine, une façon de vivre, celle d’avoir droit de vie ou de mort sur l’autre. Ils expriment l’accélération d’une délinquance qui se généralise en se banalisant. Les relations violentes ne sont pas nouvelles, elles s’expriment en général, en en particulier dans les banlieues, dans les no man’s lands, sous forme d’une rébellion à un système oppressif, discriminant, excluant, y compris de façon implicite. Aujourd’hui, la donne a changé. Ladite délinquance s’est précipitée. Les violences du côté des garçons servent à démontrer une position viriliste ou masculiniste – manifester sa force, se battre, se défendre d’être victime, surtout des filles –, fortement hiérarchisée selon les sexes. Chez les filles, elle servent à manifester leur assimilation d’une répartition bien cadrée des rôles sexués – grands frères protecteurs, filles ayant besoin de défendre leur honneur, d’entrer en rivalité, y compris en portant des coups – et la grande faculté, pour certaines, à instrumentaliser la vague de dénonciation des violences sexuelles à des fins toutes personnelles, pour ne pas dire individualistes. L’heure est décidément aux violences, en excès, en surenchère, chez des jeunes en régression sociale et politique, ayant pris pour acquis la division sexuelle. On peut parler d’une socialisation de la violence par la violence, celle d’État – Éducation nationale démissionnaire, police répressive, militarisation des relations sociales, politiques sociales ségrégationnistes, augmentation des écarts de richesse, sexisme endogène… D’ailleurs, le 25 mai dernier, Fionnuala Ní Aoláin, Rapporteuse spéciale des Nations unies sur la protection des droits de l’homme dans le contexte de la lutte antiterroriste, n’a-t-elle pas épinglé l’État français dont les lois antiterroristes impactent « l’exercice des droits humains fondamentaux tels que le droit à la liberté, au respect de la vie privée et à la liberté d’association, de mouvement et de religion » ?

Le cadre violent étant institutionnalisé, le racisme et la banalisation de la vague sécuritaire gagnent une place de choix au point de dérouler le tapis rouge à l’extrême-droite. Autant dire que, à travers cette normalisation de la violence par division sexuelle interposée, les relations sociales produisent, par effet miroir, de la xénophobie, du racisme et du fascisme, et non l’inverse. L’affabulation de la principale témoin du premier crime et le silence des deux témoins du deuxième en attestent. Le mensonge, comme le silence, tue. Ça continue. C’est bien triste.

Joelle Palmieri

7 juin 2018

 

Plus jamais ! 

L’actualité française du seul mois d’avril est marquée par de nombreux événements militaro-policiers : offensives militaires, vente d’armements, banalisation du port d’armes à feu, répression policière, fermeture des frontières, mépris du droit de grève… La culture de guerre voulue par le Président Macron s’intensifie. Petit almanach.

2 avril, début de la grève des cheminots contre le projet de réforme du gouvernement visant la transformation radicale de la SNCF et le statut de ses employés. Ce mouvement est toujours en cours.

9 avril, expulsion des 200 à 300 occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes par 25 compagnies de gendarmerie mobile. Plus de 3 000 forces de l’ordre (militaires et policiers), soit un peu moins de quinze fois plus que les militants, en comptant les sept compagnies de CRS déployées à Rennes et à Nantes, ont été mobilisées. Coût : 300 000 euros par jour d’intervention (indemnités, hébergement, soins des personnels et matériel). Résultat : opération de maintien de l’ordre en France métropolitaine la plus importante depuis mai 1968.

10 avril, réception à l’Elysée du prince héritier saoudien Mohammed ben Salman (MBS). À l’issue de ses trois jours de visite, des accords commerciaux entre entreprises françaises et saoudiennes ont été signés pour environ 14,8 milliards d’euros. Hormis Total, les industriels de l’armement Dassault et Nexter se sont faits la part belle : vente de patrouilleurs, fourniture de canons Caesar, pour ce qu’on en sait. Rappelons que, depuis les dix dernières années, l’Arabie saoudite est le deuxième plus gros client de l’industrie française de l’armement, juste derrière l’Inde, avec près de 12 milliards d’euros de contrats signés entre 2007 et 2016. Par exemple, en août 2013, les industriels ont signé avec ce pays et dans le cadre du programme Life Expansion Sawari 1 (LEX) des contrats à hauteur d’un milliard d’euros comprenant la rénovation de quatre frégates et de deux pétroliers-ravitailleurs.

Nuit du 13 au 14 avril, intervention militaire en Syrie, aux côtés des États-Unis et du Royaume-Uni. 12 missiles français ont été tirés depuis des Rafale et une frégate : 9 Scalp et 3 Missiles de Croisière Navale (MdCN), utilisés pour la première fois. Coût global de l’opération : 33,6 millions d’euros (2,8 par unité). Ces MdCN devraient équiper les sous-marins nucléaires d’attaque Barracuda qui seront mis en service à partir de 2020.

20 avril, évacuation par au moins une centaine de CRS de cent étudiants occupant Tolbiac (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) dans le but de s’opposer à la loi ORE. Au même moment, des forces de l’ordre intervenaient à Sciences Po Lille et la même opération avait eu lieu la veille à la fac de Strasbourg.

21 avril, blocage du col de l’Echelle (Hautes-Alpes), point de passage de migrants entre l’Italie et la France, par une centaine de militants du mouvement d’extrême droite Génération identitaire (GI). Aucune intervention policière n’a été constatée alors que le lendemain des gendarmes et CRS ont été mobilisés et ont mis en garde à vue six hommes participant à une contre-manifestation franco-italienne.

22 avril, adoption par l’Assemblée nationale du projet de loi « Asile-Immigration » qui s’inscrit dans une politique de dissuasion migratoire, de réduction du droit d’asile et de renforcement du contrôle des frontières.

23 avril, annonce par le gouvernement de l’allongement d’un mois, sur dérogation, de la chasse à l’oie cendrée, de l’autorisation faite aux chasseurs à utiliser un « silencieux » sur leur fusil (pratique interdite depuis plus de 30 ans) et de l’abaissement du permis national de chasse de 400 euros à 200 euros par an (mesures à venir dans la loi de finance de l’automne 2018). Manque à gagner pour les caisses de l’État : 18 millions d’euros. À titre de comparaison, le budget alloué à l’Égalité entre les femmes (51% de la population) et les hommes en juillet 2017 s’élève pour l’année à 7,5 millions d’euros. En outre, le pays compte un million de chasseurs réguliers (1,7% de la population), réunis en 80 000 fédérations, et, depuis 2000, plus de 350 personnes tuées au cours d’« accident de chasse » dont 10 à 20% de non-chasseurs.

Le mois n’est pas fini…

Ce planning impressionnant est l’expression de jeux de va-et-vient budgétaires en matière de dépenses et recettes liées au commerce des armes et de répression policière – à deux vitesses, lourde et brutale pour les opposants au gouvernement et inexistante pour ses alliés. Cette démonstration magistrale, accélérée et en surenchère, obéit aux lois d’une course historique à la militarisation de la société française. Elle se caractérise par un renforcement des inégalités des rapports sociaux et le développement de la culture de guerre. S’accompagnant de l’augmentation de la restructuration du travail, ce processus s’exprime entre autres par la généralisation de la violence, l’extension pour les personnes armées (militaires ou civiles) du droit de vie et de mort sur autrui, l’exportation de systèmes répressifs, le contrôle social brutal de la population civile, la course aux conflits militaires et la valorisation d’une morale virile, respectueuse de l’ordre, hiérarchisée et hégémonique. Ce processus dépend d’un système qui vise la banalisation des opérations militaires et policières (sécuritaires), la tolérance de l’idée de « menace à l’intégrité nationale », l’invisibilité/impunité des crimes xénophobes, sexistes et homophobes, l’instauration de la peur comme mode de pensée. Il recherche l’éradication de la contestation en instituant la force, comme seule relation sociale possible.

On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas… En France, la banalité du mal est aujourd’hui telle que je m’associe à tous les résistants à ce système pour lancer un « Plus jamais !» #plusjamais à ce gouvernement élitiste, raciste et sexiste. N’attendons pas de le qualifier de totalitaire. Désobéissons !

Joelle Palmieri

27 avril 2018

 

De Trump à Deneuve, la liberté à l’épreuve

Au moment où, en France et suite à l’affaire Weinstein, les femmes devraient tolérer la « liberté d’importuner » des hommes, les Mexicains, Haïtiens et Africains dans leur ensemble, devraient accepter celle de Trump. En effet, le Président des États-Unis, en parfait accord avec ses soutiens –les suprématistes blancs et les néo-nazis –, nie le racisme exprimé lors de ses dernières déclarations – Haïti, le Salvador et les pays d’Afrique sont des « pays de merde » –, et de ce fait continue à ancrer ses interventions publiques dans un arsenal rhétorique conservateur, rétrograde, voire fasciste. Celui-ci consiste à inverser les rôles, les agresseurs (racistes) devenant les victimes, démunis de leurs droits à vivre pleinement leurs convictions – tout comme « les hommes » dans la tribune dite « Deneuve » signée par cent femmes en France. D’un côté, les étrangers seraient inférieurs, sales, pauvres, violeurs, corrompus, incarneraient une menace pour le territoire, viendraient polluer la « santé mentale » chrétienne américaine, de l’autre, les féministes nieraient la difficulté des hommes à assouvir leurs pulsions sexuelles, s’inscriraient dans un mouvement de censure ou de délation, selon une démarche totalitaire. Les étrangers comme les féministes représenteraient ainsi des entraves à la « liberté ».

L’intérêt de ces deux mouvements réactionnaires, en empruntant une forme défensive, réside paradoxalement dans la reconnaissance implicite de l’existence de l’offensive : racisme et levée de boucliers contre la prise de parole des femmes sur les violences sexuelles (#MeToo, #BalanceTonPorc). On assiste, par libéralisme débridé interposé, à une véritable dialectique de violence, mettant en scène dans les deux cas un masculinisme politique en pleine expansion : en contexte néolibéral et postcolonial occidentalisé, les dirigeants ou porte-paroles (institués ou autoproclamés) des États négocient en effet les rapports sociaux de sexe, de classe et de race en permanence et beaucoup choisissent le terrain ostensible de la sexualité pour ce faire. Au cœur de leurs discours, le sexisme et le racisme ordinaires se doublent du recours régulier au registre du masculinisme, c’est-à-dire la victimisation des hommes et sa banalisation, à des échelles nationales et non individuelles. Les enjeux sont de taille : augmentation et légitimation des violences, aggravation de l’écart entre droits et réalité quotidienne, appauvrissement épistémique par amalgames interposés. Les « incidents » étatsuniens et français récents en sont de très bons exemples.

Joelle Palmieri
19 janvier 2018

 

Brutalité, violence, où est l’erreur ?

Nième « drame familial » en France, « marave challenge » à Metz, « passage à tabac des forces de police » à Champigny-sur-Marne,… les manifestations de « violence » du mois de décembre 2017 ont confirmé la tendance nationale. On constate le renforcement de la brutalité humaine, la banalisation de la violence, en particulier celle liée au sexisme et au racisme. Mais ne sommes-nous pas témoins d’une confusion entre violence et brutalité ?

Revenons un moment sur les faits. Le « marave challenge » consiste à attaquer physiquement en bandes (de garçons) un individu (mineur) choisi au hasard dans l’enceinte de son lycée dans le but d’obtenir une récompense de 10 euros si la victime est un garçon et de 30 euros si la victime est une fille, le tout en filmant la scène. Sexiste par essence (gain augmenté si la cible est un être humain de sexe féminin), raciste parfois, le jeu a fait trois victimes à Metz mi-décembre. Il s’est organisé sur Facebook à l’image du Knockgout game directement importé des États-Unis.

Dimanche 31 décembre, dans un hangar de Champigny-sur-Marne dans le Val-de-Marne, des « jeunes » rejoignent une soirée FaceBlack organisée sur Facebook par un particulier. La promotion de la soirée est également assurée sur Snapchat, le tout avec « galanterie » : les filles doivent s’acquitter de la somme de cinq euros alors que pour les garçons, le ticket d’entrée est trois fois plus cher : quinze euros. Après minuit, le tarif est encore plus cher : vingt euros. Injuste, selon les participants. Certains essaient de frauder, les vigiles répriment, le propriétaire appelle la police. Deux agents interviennent dont une femme « passée à tabac ». La scène est filmée. L’État et de nombreux personnages de droite réagissent en demandant davantage de répression dans les « quartiers ». Le sexisme joue ici dans trois cours : l’État en situation d’« urgence », les organisateurs pro-répression et les participants revanchards.

Lundi 25 décembre à Toulon dans le Var, lors du repas de Noël, une femme âgée de 41 ans est poignardée à l’abdomen par son mari, âgé de 43 ans et ancien militaire, en présence de leurs enfants âgés de 9, 14 et 15 ans. Ils sont blessés et leur mère meurt durant son transport à l’hôpital. 128e cas de meurtre ciblé de femme par son compagnon en France, dixième dans le Var, depuis le début de l’année. Dans la nuit de vendredi à samedi 30 décembre à Montreuil-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, une autre femme âgée de 32 ans meurt après une chute du 4e étage poussée dans le vide par son mari âgé de 50 ans, ce qui amène le chiffre annuel des féminicides en France à 130, soit plus d’une femme tous les trois jours. Le sexisme est ici central. Une circonstance aggravante.

Dans tous les cas, sauf celui des féminicides, l’instrumentalisation des événements par le gouvernement ou par différents politiciens est à l’œuvre dans le but de légitimer davantage de répression et de militarisation : mise en place de polices municipales, augmentation des forces de sécurité… Les avancées réactionnaires se confirment. L’impunité des féminicides, de plus en plus nombreux, leur ignorance institutionnelle (pas de reconnaissance pénale), y contribue également, les femmes victimes n’étant pas considérées comme délibérément ciblées, c’est-à-dire toujours pas sujets, versus objets, de nos sociétés. L’épisode Ménard, et ses affiches pro-assassinats de femmes diffusées dans tout Béziers, le traduit aisément et témoigne des racines fascistes de cette réaction organisée.

Une fois encore – l’histoire se répète –, on assiste à la mise en scène d’une manipulation d’importance : celle qui consiste à confondre brutalité et violence. Le système qui régit nos relations sociales est brutal. Loin des « bavures » et autres « incidents de parcours », « drames familiaux », « faits divers » ou « cas particuliers », la brutalité s’exprime dans la financiarisation des sociétés, l’accélération de la misère, l’excès des injustices et inégalités, la surenchère de l’individuel sur le collectif, le renforcement de la colonialité, et structure les interventions policières ou militaires pour mieux restreindre les libertés et dissoudre la rébellion et ses propres formes de violence. Or, c’est ce mot « violence » qui est systématiquement accolé aux actes de ces garçons, des cités entre autres, qui disent vouloir exprimer leur liberté, alors que ce mot, violence, est omis lorsqu’il s’agit d’hommes qui assassinent des femmes qui les rejettent.

En raison de ce silence et de cette confusion épistémique (hiérarchisée de pensée) entre brutalité et violence, on assiste à une disqualification/mystification de la violence. Si bien que ces jeunes hommes expriment à leur tour de la réaction : élitisme, virilisme, sexisme, racisme, xénophobie. La brutalité devient en effet le seul mode de socialisation des jeunes générations dans les quartiers ou zones excentrées, à défaut d’une violence rebelle et collective, comme celle des Blacks Panthers par exemple. De par leur rôle social alloué, ces jeunes, et en particulier les jeunes garçons, reproduisent ainsi à l’identique les modes d’oppression et d’aliénation de leurs oppresseurs et utilisent leurs vecteurs de communication (Facebook, Snapchat, jeux vidéo…), car ils ne connaissent rien d’autre, qu’ils en héritent et qu’aucun imaginaire alternatif n’existe publiquement.

Au final, la brutalité épistémique qui se manifeste aujourd’hui rend compte de la juxtaposition de la guerre et du libéralisme, telle qu’elle est exhortée et exportée par les dirigeants des États-Unis (notamment par les réseaux sociaux numériques, les jeux vidéo et par les médias). L’humanité, comme l’humanisme, en prend un sacré coup. Alors rétablissons au moins notre liberté d’usage des mots, de leurs nuances, et des imaginaires qu’ils peuvent produire.

Joelle Palmieri
4 janvier 2018

Racisme ou sexisme, faut-il choisir ?

D’un côté, un syndicat de travailleurs de l’éducation de Seine-Saint-Denis, une journaliste-écrivaine-réalisatrice jeune noire… et de l’autre, un gouvernement, représenté par un ministre régalien et un Secrétaire d’État. Derrière lui, des partis, de droite, des groupuscules, d’extrême-droite, des mouvements, laïcards. La situation ? Une levée de boucliers et une répression univoque : action en justice, éviction. L’enjeu ? Le « racisme d’État ». Les manifestations de soutien pour les uns, pour les autres, n’ont cessé de se bousculer en l’espace d’une semaine. Les amalgames aussi. Tout comme les faux-fuyants ou les trompes l’œil.

Rembobinons. L’époque est, en France, à la publicité, au sens « rendre public », des violences sexuelles. Un cheveu qui tombe dans la soupe de la citoyenne et du citoyen lambda, par le biais d’un féminisme d’État, qui se cache bien de porter son nom, pour mieux balayer sous le tapis les luttes des organisations et mouvements féministes. Patatra… sort du chapeau du gouvernement, l’affaire du racisme d’État… Une mise en concurrence ? Une stratégie de contournement ? Un piège ?

L’histoire nous le rappelle. En Europe (lois sur le statut des Juifs pendant la IIe Guerre mondiale), aux États-Unis (ségrégation raciale), en Afrique du Sud (apartheid), ailleurs. Les instigateurs des « ismes » d’État (racisme, sexisme, masculinisme…) demandent qu’on en fasse la preuve et brouillent les pistes. Depuis toujours. Dans le contexte qui nous intéresse, il est requis d’établir en urgence qu’en lieu et place du sexisme, le racisme organise les politiques étatiques, structure le travail de l’ensemble des personnes œuvrant pour l’appareil d’État, induit l’augmentation de la production législative de l’État dans le domaine de la défense systématique des « Blancs » en tant que dominants et fait de sorte que l’appareil d’État intègre formellement en son sein des militants d’organisations racistes dans le but de soutenir l’ensemble de ces politiques. Plusieurs médias et scientifiques s’y sont attelés. Certains se sont lancés dans des démonstrations à visée pédagogique. Différencier racisme institutionnel, racisme systémique, racisme d’État. Or emprunter ces chemins revient à disqualifier l’état de violences en cours alimenté par l’État, ou encore à dissocier État de droit et inégalités structurelles, à hiérarchiser les dominations (classe, race, sexe) en prenant le risque de les renforcer.

Car vilipender le racisme d’État est-il suffisant ? Non. Le racisme n’est pas le seul virus national français à éradiquer. Le sexisme, l’homophobie se font, eux aussi, la part belle et au même niveau. Ils font système. Celui de la domination, entendue comme rapport de commandement et obéissance, basée sur la violence, comme le soulignait Hannah Arendt en 1972[1]. L’affaire Taubira nous l’avait déjà montré. Cela n’a apparemment pas suffi puisque nos syndicat et vedette des médias cités supra, loin d’adosser leurs dénonciations dudit racisme à celles de l’antiféminisme ambiant, au sexisme politique et à la politique ultralibérale qui ensemble protègent les vieux mâles blancs, convoquent presse et porte-paroles dans leurs tours d’ivoire.

Pourtant, en 1976 déjà, Angela Davis écrivait : « Nous étions beaucoup à ressentir qu’on nous demandait de choisir entre race ou genre, et nous voulions traiter les deux conjointement. Nous nous sentions marginalisées dans nos mouvements pour l’égalité raciale de même que nous le ressentions dans les mouvements l’égalité des sexes. Si les féministes blanches de classe moyennes avaient tendance à être racistes, beaucoup de stratégies antiracistes avaient tendance à être masculinistes ». Et elle ajoutait un « authentique mouvement de libération doit lutter contre toutes les formes de domination : l’homme noir ne peut se libérer s’il continue d’asservir sa femme et sa mère »[2]. Plus récemment, en 1982, dans un recueil intitulé « Toutes les femmes sont blanches, tous les Noirs sont hommes, mais nous sommes quelques unes à être courageuses », des militantes afro-américaines se sont évertuées à dénoncer et à lutter contre l’invisibilisation des 
femmes noires dans les mouvements antiracistes états-uniens. Elles ont souligné à quel point le « nous les femmes » du féminisme ne les englobe pas, de la même façon que le « nous les Noirs » les laisse de côté. En cela, elles ont renouvelé la théorie de la domination. Encore plus près, dans le milieu des années 2000, des Sud-Africaines, et là cela devient intéressant car les modèles nord ou sud-américains ne se plaquent plus spontanément sur les analyses qu’on peut faire de la situation française, écrivaient en prélude du Forum Social Mondial : « Les débats sur les priorité du féminisme africain en 2004 et 2005 ont porté sur l’approfondissement de l’analyse de la mondialisation, des fondamentalismes et du militarisme ».

Allons-nous encore longtemps nous suffire de la mélasse qui nous est balancée en guise de nourriture politique ? Ou allons-nous enfin créer notre propre agenda politique, antifasciste, antiraciste, antisexiste, antimilitariste, etc. ?

Joelle Palmieri
21 décembre 2017

[1] Arendt Hannah, « Sur la violence », in Du mensonge à la violence. Essais de politique contemporaine, traduction française, Calman-Lévy, Paris, 1972, p. 105-208 [on violence, édition originale en anglais 1970].

[2] Angela Davis, Autobiographie, Albin Michel, Paris, 1975.

Et si Trump était payé ?

L’annonce a été faite le 6 décembre 2017. Le président des États-Unis en exercice transfère son ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. Les réactions n’ont pas tardé et ce qu’on en sait en France par l’intermédiaire des médias reste très sélectif : on parle de fin du processus de paix en cours au Moyen-Orient, de deuxième intifada déclarée par le Hamas, de commentaires négatifs du président Macron ou encore de la Chancelière allemande. Peu retiennent les promesses du candidat conservateur à ses alliés : les suprématistes blancs, les évangélistes – chrétiens pro-sionistes (inconditionnels de la droite dure israélienne)[1] –, les magnats des lobbys israéliens sur le territoire américain – dont son plus gros donateur, « le roi des casinos », Sheldon Adelson, soutien très proche de Benyamin Netanyahu et de sa politique de colonisation en Cisjordanie, et son épouse, Miriam Ochsorn. Ce choix de capitale israélienne est en effet ancien – années Reagan – et répond aux attentes d’un socle électoral qui a payé pour avoir un VRP obéissant à la tête de leur pays – le couple Adelson a versé a lui seul 83 millions de dollars pour la campagne présidentielle du Républicain. Trump, le « mâle aux multiples cultes », fait bien l’affaire. En opportuniste arrogant, il entend honorer ses dettes et plus encore remplir les caisses de sa prochaine campagne, voire directement les siennes.

En outre, en raciste et masculiniste sincère, il poursuit sa mission biblique d’épuration tout en se renflouant un maximum. Ce qui le motive le plus : l’argent, qui va, selon lui, de pair avec le pouvoir et le sexe. Plus il est riche, plus il se sent fort, à la tête du pays ou du monde, comme dans sa relation avec les femmes, l’homosexualité représentant pour cet individu une erreur biologique. Plus il se sent fort, moins il a d’état d’âmes et plus il signe de contrats faramineux avec les « bons » musulmans comme les princes d’Arabie Saoudite, du Qatar… où lui et sa famille font prospérer quelques affaires juteuses. Par ailleurs, il diversifie ses sources potentielles de profit. Trois jours avant sa déclaration fracassante sur Jérusalem, le 3 décembre, le Sénat américain a voté une refonte majeure de la fiscalité en réduisant le taux d’imposition des sociétés de 35% à 20%. Cette initiative a aussitôt été saluée par le Premier ministre israélien comme pouvant inciter les entreprises et start-ups de son pays à délocaliser leurs activités Outre-Atlantique[2]. De plus, cette mesure renforce des réglementations fiscales antérieures. D’une part, les entreprises étrangères basées en Israël, dont les américaines, payent déjà et seulement 16% d’impôt sur les sociétés si elles sont basées en dehors de la « zone A » en Cisjordanie[3], et 7,5% si elles sont situées à l’intérieur de la zone. D’autre part, les sociétés multinationales, comme Intel par exemple, classées comme entreprises stratégiques, peuvent obtenir des allégements fiscaux qui réduisent leur facture à 5%. D’autres entreprises de haute technologie sont admissibles à des déductions fiscales supplémentaires si elles enregistrent leur propriété intellectuelle en Israël. De plus, avec la proposition « Innovation Box » d’Israël (vote à venir du 15 décembre du Parlement), le taux d’imposition chutera à 6% pour les entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse 2,5 milliards de dollars et le taux de retenue sur les dividendes passera à 5%.

On commence à mieux comprendre le déménagement de Tel-Aviv à Jérusalem. Où se situent les investissements de la famille Trump ? De ses alliés ? Vers quoi s’orientent-ils ? La chose reste assez opaque. Après l’opération « Elite Tower » en 2007 en périphérie de Tel-Aviv dans laquelle l’homme d’affaires, accompagné de sa fille Ivanka[4] a doublé la mise (achat d’un espace 44 millions de dollars pour en faire une tour de luxe – la plus haute d’Israël, humblement appelée « Trump Plaza Tower » – et revente dix-huit mois plus tard 80 millions de dollars), Trump envisage peut-être des investissements encore plus lucratifs dans les territoires occupés ? Rien n’est impossible.

Joelle Palmieri

9 décembre 2017

[1] Selon des chercheurs américains, il n’y a pas moins de 50 millions d’évangélistes aux États-Unis convaincus de la vérité littérale de la prophétie biblique. Une enquête récente a révélé que 82% des évangélistes blancs croient que Dieu a donné Israël au peuple juif, une conviction partagée par seulement 40% des Juifs américains. Parmi ces évangélistes, il y a ceux qui croient en la prophétie de la « fin des temps » prédisant le contrôle juif de tout Jérusalem, une guerre des civilisations, et le choix de Juifs pour embrasser le christianisme ou mourir dans la colère de Dieu.

[2] L’impôt sur les entreprises israéliennes étant aujourd’hui fixé à 24%, ces dernières peuvent être tentées à s’installer sur le sol américain.

[3] La zone A inclut huit villes et leurs banlieues, sous autorité palestinienne : Naplouse, Jénine, Tulkarem, Qalqilya, Ramallah, Bethlehem, Jéricho et 80% d’Hébron, toutes villes très proches de Jérusalem.

[4] Pour rappel, Ivanka Trump est mariée depuis 2009 à Jared Kushner, de famille juive orthodoxe, nommé par Donald Trump Haut conseiller au président des États-Unis en janvier 2017.

Critique de la raison empathique

Capture d_écran 2017-11-19 à 12.30.02En ces temps curieux où la violence tient le haut du pavé, soit par sa manifestation soit par sa dénonciation, des déclarations des plus étonnantes osent s’énoncer, pour le moins réactionnaires. La violence, comme terrain d’action ou simple constat, peut servir de support au racisme – « l’un des objectifs de la campagne #BalanceTonPorc était de noyer le poisson de l’islam », Alain Finkielkraut 20.11.17et au sexisme/invisibilisation des crimes sexistes – « Après le drame de Sarcelles, les policiers “resteront armés” hors service », Franceinfo 19.11.17.

Dans les bars, la rue, les salles d’attente, la toile ou les cafés-philos, tout le monde s’essaie à l’exercice des solutions pour endiguer le phénomène. À la rédaction du livre de recettes. Certains opposent à cette actualité l’idée de « non-violence ». Bien intentionnés, progressistes, ses adeptes les plus chevronnés, et parmi eux ses théoriciens contemporains, sillonnent le monde dans le but de prêcher une parole prévenante, partisane du dialogue, de l’éducation des personnes, de l’écoute de leurs émotions, besoins, sentiments. Une ligne de conduite : utiliser la violence pour l’éradiquer sert à la cautionner. Alors, agir avec violence est banni. L’empathie vient ainsi prendre la place centrale des capacités humaines à développer, une raison à opposer à l’agressivité, à l’autorité, autant de « comportements » qui seraient « naturels » chez l’être humain.

On pourrait croire que cette mouvance part d’un bon sentiment. Mais quelles sont les limites de ce parti pris, pour ne pas dire idéologie ?

Le plus souvent, les promoteurs de la non-violence restent évasifs sur la violence elle-même, ne la définissent pas vraiment. Elle représente un tout homogène à refouler. Or, il existe des violences, au pluriel. De classe, de race, de genre, des violences d’État, des violences entre États… des violences dans la sphère publique, dans la sphère privée. Néanmoins, il n’existe pas chez ces pronostiqueurs de bonheur de dénonciation spécifique des violences de genre par exemple. Les discours sont à ce propos teintés d’un paternalisme bienveillant, visant à soutenir les mères, sœurs, filles… et non à considérer les femmes comme actrices et penseuses potentielles d’initiatives luttant contre la violence dont elles sont l’objet.

Dans la même dialectique, les parents, éducateurs, enseignants, jeunes, etc. sont vus comme étant à protéger, soutenir, éduquer, car « ignorants, accoutumés » à leur environnement violent, ou en incapacité d’avoir du recul sur leur quotidien. Les individus représentent donc un tout homogène, mineur, qui n’a pas de savoir propre, n’a pas de vision spécifique de la violence qui mérite qu’on s’y intéresse, ou n’a pas de connaissance/appréhension à partager de la vie en société. En outre, cette dialectique véhicule une vision familialiste et hétéronormée de la famille, et n’ouvre pas la possibilité à des non parents de s’exprimer sur l’éducation par exemple.

Cette dialectique crée un nouveau dogme, libéral, assumant l’utilisation de notions comme celles de « gagnant/gagnant », de « positivisme ». L’objectif ? Récuser le « militantisme », rangé sans équivoque dans la case violence, ignorer toute vision collective du combat contre la violence, rendre les formes de résistance aux violences sociopolitiques invisibles.

Cette rhétorique produit alors à son tour une forme de violence, épistémique, qui hiérarchise les pensées, le plus souvent importée – même si les personnes qui ont inspiré cette théorie sont Gandhi, Martin Luther King ou Mandela, ses instigateurs sont majoritairement originaires d’Amérique du Nord (Marshall B. Rosenberg, Thomas Gordon, Haïm Ginott, Elaine Faber et Adele Mazlish). Elle impose des modes de pensée univoques, non contestables, et des modes de conduite à suivre au pied de la lettre sous peine d’être jugé inapte ou mauvais pour le service.

Parce que ce courant prend racine chez ces auteurs nord-américains (caution libérale) ou qu’il dit s’appuyer sur les résultats récents des neurosciences (caution scientifique) ou encore sur le développement de la « pédagogie positive », il s’extrait des contextes sociopolitiques, de l’histoire des individus et des rapports de force existants qu’ils connaissent au travail, en politique, dans la rue, au sein de la famille, et plus généralement entre État et population. Il nie les rapports de domination existants. En prônant la force, « à chercher en soi », il absout l’utilisation de la force en tant que moyen d’oppression des dominants sur les dominés et nourrit la hiérarchisation des relations sociales, entre dominants et dominés.

L’empathie, la moelle épinière des discours sur la non-violence, sert ainsi à réduire la violence à un problème individuel qui peut se surmonter si la volonté est de mise. Pourtant, la violence peut se définir comme une volonté politique d’atteinte à l’intégrité des personnes en tant que groupe social (femme, race, classe). Par ailleurs, comme disait Françoise Héritier, « La violence n’est pas innée chez l’homme. Elle s’acquiert par l’éducation et la pratique sociale ». Gandhi, Martin Luther King ou Mandela l’avaient bien compris et prônaient la non-violence comme un outil de luttes parmi d’autres contre respectivement l’impérialisme, la ségrégation, l’apartheid. Ils en ont même reconnu les écueils. Mandela a constaté : «  La non-violence est un échec car elle n’a rien fait pour endiguer la violence de l’État, ou pour changer le cœur de nos oppresseurs ».

Aujourd’hui, on assiste à la dépolitisation de ce concept de non-violence. En opposant mécaniquement violence et non-violence, les apôtres contemporains de la non-violence limitent le champ des possibles, promeuvent une vision manichéenne des relations sociales (bons/méchants), imposent une vérité à adopter cash – l’empathie, l’estime de soi, le dialogue sont les seuls moyens de résoudre les conflits –, excluent tout autre mode d’actions ou de pensée, brident l’imaginaire, se mettent en concurrence avec des groupes qui ne se reconnaissent pas dans leur dogme tout en dénonçant l’usage fait de la violence par l’autorité. En ne nommant pas les puissants, ils s’inscrivent dans une institutionnalisation de la violence et de ce fait institutionnalisent la résolution des conflits et surtout leur origine. Ils en deviennent à leur tour autoritaires.

Ce constat d’échec oblige à garder les yeux bien ouverts et à rappeler sans relâche que plus la violence et ses différentes composantes se manifestent, plus sa construction est en mouvement et demande résistance active.

Joelle Palmieri
24 novembre 2017

Armés, racistes, antiféministes

La cible des masculinistes et autres antiféministes du Forum 18-25 est une femme, jeune, racisée (d’origine immigrée), précaire (pigiste dans la presse audiovisuelle), athée. Le niveau des agressions qu’elle subit – messages de haines, menaces de mort et de viol, insultes, injures pornographiques, etc. – va de pair. Convaincus qu’ils sont les victimes d’un féminisme bourgeois offensif et pervers, incarné par des « féminazi » et porté dernièrement par les protagonistes de la campagne « anti-relous », ces chevaliers contemporains reprennent le flambeau d’une longue dynastie de militants « antisystème ». Un système « devenu égalitaire » où ils ne retrouveraient plus leurs repères. Les « kheys » – les frères – se sentent floués, agressés, à la marge d’une société qui les ignore, ne les comprend pas, car en demande constante de performance, de compétition, de normes, y compris au sein de cette égalité femme-homme qu’ils nient. Ils aiment à se glisser dans la peau du Célestin, le pauvre mec « qui ne chope pas [les nanas] ». Alors ils s’échangent de bons conseils et approchent les salles de muscu, histoire de devenir de « vrais hommes », qui assurent, virils.

Ils interprètent en fait les héros d’un jeu, non vidéo, qui structure nos relations sociales contemporaines : inégalitaires Blanc/non Blanc, homme/femme, hétéro/non hétéro, chrétien/non chrétien, etc. Et sans complexe, ils s’arment. En parlent. Étalent leur culte de l’armée et leur goût pour les armes à feu. Ça va avec. Par exemple, à la question « Faut-il légaliser les armes à feu ou pas ? », postée le 6 novembre dernier sur le forum, on peut lire les réponses suivantes :

  • « Je suis tenté d’enfoncer une porte et de dire que si on avait le droit d’avoir des armes, on éviterait la soumission à des tyrans. Mais aux states, le fait que certains états facilitent le port d’arme n’a pas empêché ce peuple d’être soumis comme des chiens au dogme soi-disant libéral.

A titre personnel je suis pour, mais ça doit aller de pair avec des peines dissuasives en cas d’utilisation abusive (ex : peine de mort pour meurtre etc..)

  • Est-ce qu’en France, on est plus en sécurité qu’aux E-U du coup ?
  • Quand tu sais qu’une arme de catégorie D achetée avant 2011 et qui n’est pas revendue entre temps n’a pas besoin d’être enregistrée….

Ensuite concernant le « faut il légaliser »: cela sous entend que ça ne l’ai pas alors que ça l’ai très bien (et encore heureux, tout le monde n’a pas envie d’être un sous-homme)

  • Là encore j’enfonce une porte ouverte mais faut voir la réalité en face : en France, pour peu que t’ai le flouze et la patience, tu vas dans n’importe quelle cité, en cherchant bien tu repars avec une kalash. On sait que des armes circulent très facilement, et c’est pas du pistolet à bille. Au final, on est pas en sécurité puisque les honnêtes gens ne peuvent pas être armés, tandis que les méchants sont pas très regardant sur les règlementations… Classique français : celui qui respecte la loi est plus en danger que celui qui ne la respecte pas, ce raisonnement se vérifie aussi avec la légitime défense. »

Tyran, sous-homme, peine de mort, légitime-défense, sécurité… le vocabulaire est choisi. Emprunté à l’extrême-droite, militariste, nationaliste, raciste, antiféministe, homophobe. Une extrême-droite nostalgique des colonies, farouchement opposée aux indépendances et en manque d’actions musclées démontrant la puissance mâle, blanche, chrétienne. Une extrême-droite convaincue de l’existence d’une guerre raciale doublée d’une guerre des sexes qui réclament des ripostes armées. Une extrême-droite paranoïaque, armée, dangereuse.

Ne nions pas ces liens entre misogynie et sexisme d’une part, racisme ensuite et militarisme d’autre part. Ce serait hiérarchiser ces « ismes », c’est-à-dire des idéologies au service des dominations de classe, race, sexe, et donc y prendre part, les nourrir. Ce serait donner raison à ceux qui alimentent la « poubelle à déchets non recyclables » et prêchent le crime.

Joelle Palmieri
10 novembre 2017

Qu’est-ce qu’Irma a rasé ?

Saint-Martin. Une île de 93 km², soit à peu près la superficie de Béziers, dont la particularité est d’être politiquement divisée en deux parties : française, Saint-Martin, et hollandaise, Sint Maarten. Ces deux territoires dépendent de deux États européens distincts depuis le Traité du Monts des Accords en 1648, statuant leur partition. Suite au référendum du 7 décembre 2003, Saint-Martin est une collectivité d’outre-mer, classée Régions Ultra Périphériques (RUP). Autonome, ce territoire reste sous administration française avec la présence d’un préfet. Les 1er et 8 juillet 2007, il a élu son propre conseil territorial, ce qui lui permet de voter des lois dans des domaines de compétence définis et restreints, puisque l’État français reste souverain dans les principaux domaines régaliens comme la défense ou les affaires étrangères. Saint-Martin diffère en cela de Sint-Maarten, qui dépend des Antilles néerlandaises, et à ce titre fait partie des Pays et Territoires d’outre-mer (PTOM), ce qui lui donne droit de vote à l’Union européenne.

La population totale de l’île s’élève aujourd’hui à près de 77 000 habitants (35 941 en 2014 côté français – en diminution depuis 2010 – et 40 608 côté hollandais en 2017) soit environ 828 habitants/km (une des plus grandes densités de France)[1], issus de plus de 115 nationalités différentes[2]. Cette situation est liée aux fortes migrations intra-caribéennes (Haïti, République dominicaine, Dominique, Jamaïque, autres Antilles néerlandaises), mais aussi d’Europe, d’Amérique latine, de Chine ou d’Inde, bien plus diversifiées qu’en Guadeloupe[3]. Compte-tenu du contexte fortement illégal, clandestin et informel de l’activité économique de l’île et de sa situation démographique et sociale, la production de chiffres exacts est difficile. Néanmoins, d’après la préfecture de la Guadeloupe, en 2003, le nombre d’étrangers titulaires d’un titre de séjour était d’environ 27 000 pour l’ensemble de l’archipel, soit 6 % de la population de la Guadeloupe, et 8 à 9 000 personnes en situation irrégulière[4]. L’INSEE compte 44 % d’immigrés installés dans le département, qui constituaient plus de la moitié de la population en 1990 contre seulement 32 % en 1999 et 34 % en 2005[5]. Cette population est majoritairement féminine avec près de 60 % de femmes[6]. Les Haïtiens arrivent en tête (environ 9 000 dont les 2/3 enregistrés), suivis par les Dominicains (3 500) et les Dominiquais (2 500 originaires). Parmi les autres nationalités les plus représentées, on trouve les citoyens de Saint-Kitts (294 dont 148 sans titre de séjour en 2005), de Sainte-Lucie (311 dont 223 sans titre de séjour), d’Inde (220 dont 103 sans titre de séjour) ou du Guyana (215 dont 154 sans titre de séjour)[7].

Le tourisme représente une quasi-monoactivité sur l’île[8], connaissant côté français son apogée depuis la Loi Pons de défiscalisation de juillet 1986[9]. Avec cette loi, en dix ans, le nombre de chambres a été multiplié par huit côté français et par deux seulement côté hollandais, ce qui a rééquilibré l’activité des deux parties de l’île[10]. Le secteur primaire (pêche et agriculture) représente moins d’1 % des entreprises enregistrées des deux côtés de la frontière et l’industrie ne dépasse pas les 5 % alors que l’économie de l’île a longtemps été dominée par l’exploitation des marais salants, par les cultures du tabac, du coton et de la canne à sucre, avec une main d’œuvre fortement puisée dans l’esclavage, puis par l’installation de raffineries au début du XXe siècle entraînant l’arrivée massive de femmes employées dans la domesticité[11]. Aujourd’hui, selon leur nationalité, les immigrés se spécialisent dans des activités économiques spécifiques[12]. Par exemple, les Haïtiens travaillent surtout dans la construction et dans divers services aux particuliers alors que les Dominicains sont très présents dans les services (mécanique, restauration, salons de coiffure, employés de casinos, prostitution). La partie hollandaise de l’île concentre l’essentiel de l’afflux de touristes, son PIB est deux fois supérieur à celui de la partie française, et le taux de chômage y est trois fois moins élevé[13]. D’après un rapport de l’INSEE de 2016[14], le taux de chômage à Saint-Martin a augmenté de 9 points en 5 ans. Il atteint 33 % en 2012 (dont 59% de femmes), contre 29 % en Guadeloupe (trois fois plus qu’en métropole). En 2012, six habitants sur dix (87% de femmes) sont couverts par une prestation de la Caisse d’Allocations Familiales (CAF). Aline Hanson, présidente de la Collectivité de Saint-Martin, soulignait en 2016 : « Le RSA constitue le deuxième poste de dépenses de la collectivité, avec 18 millions d’euros par an ». Par ailleurs, les conditions d’emploi sur l’île sont globalement désastreuses. Le travail au noir sévit au point que le procureur de Basse-Terre (Guadeloupe) a jugé la situation de l’île d’« esclavagiste »[15]. D’autres observateurs évoquent une « panoplie des infractions à la législation du travail observable à Saint-Martin » : travail clandestin, « job », emploi d’étrangers sans titre, la pratique de fausses sous-traitances[16]. La frontière engendre et facilite divers trafics, dont la contrefaçon, la drogue et les clandestins[17]. La prostitution est légale à Sint-Maarten, ce qui crée un marché à part entière des deux côtés de l’île. De plus, la mafia règne. Quatre familles, bien connues de la répression du grand banditisme international, se partagent les 14 casinos  du territoire[18] et organisent l’économie parallèle à Sint-Maarten, en toute perméabilité avec Saint-Martin. D’après la gendarmerie du département, 3 400 crimes et délits, 114 vols à main armée – principalement de commerces –, 8 meurtres, 26 tentatives d’homicide ont été enregistrés en 2015 côté français[19]. En outre, la différence des législations sur le travail de part et d’autre de la frontière entraîne des fraudes en tout genre. D’après Marie Redon, « sur les 6 000 entreprises inscrites à la CCI [Chambre de Commerce et de l’Industrie] côté français, 30 % sont hollandaises ; de même, plus de 40 % des personnes enregistrées à la Chambre des Métiers sont de nationalité étrangère. Il y a ceux qui travaillent en zone hollandaise, non déclarés, et qui touchent le chômage ou le RMI [RSA] côté français, ceux qui vont faire immatriculer leur voiture et passer le contrôle technique là où c’est le moins cher, ceux qui vont faire leurs courses hebdomadaires du côté hollandais, le dollar étant actuellement moins fort que l’euro, il y a ceux qui travaillent le jour côté français et la nuit côté hollandais, ceux qui essaient de travailler avec la main-d’œuvre hollandaise (charges bien moins importantes et SMIC à 600 dollars), etc. La plupart des résidents de Saint-Martin ont un compte bancaire à Sint-Maarten »[20].

Cette situation économique connaît des impacts inégalitaires sérieux dans le domaine de l’éducation. Selon l’Académie de Guadeloupe, les effectifs dans l’enseignement public à Saint-Martin sont passés de 9 232 à 8 642 élèves entre 2011 et 2016 soit une baisse de 6.4%[21]. Il n’existe que quatre collèges et deux lycées publics. Les capacités d’accueil ne sont pas suffisantes[22] si bien que l’enseignement privé connaît un succès croissant, pour les habitants les plus riches. On retrouve les mêmes inégalités dans le système de santé : l’hôpital de Saint-Martin souffre d’un déficit chronique. Parmi les patients traités contre le VIH SIDA, la moitié sont des étrangers dont, 56 % de femmes[23]. 25 % des patients n’ont aucune couverture sociale pour cause de clandestinité. Près de 40 % des femmes accouchées à l’hôpital de Saint-Martin sont dans la même situation[24]. Par ailleurs, le taux de mortalité périnatale s’élevait à 29 pour mille, soit environ le double de la moyenne observée en Guadeloupe, 60 % des décès concernant les enfants des femmes dont la grossesse n’a pas été suivie[25].

Alors que nous rappelle l’ouragan ? Que cette île caribéenne incarne, comme la Guyane, l’héritage de la colonisation française et son lot de misères cachées. Racisme, sexisme, classisme, esclavagisme, ségrégation rivalisent pour cimenter une société où la loi du plus fort règne, où l’histoire se falsifie au point que les victimes d’Irma qu’on nous donne à voir sont des jeunes hommes blancs pour la plupart chefs d’entreprise, conquérants « qui ont tout perdu ». Les bidonvilles ne représentent que l’iceberg d’une colonialité en œuvre, où les divisions de classe, de race et de sexe opèrent en toute invisibilité et avec la complicité tenace d’une élite politique agrippée à sa vision de la justice sociale : blanche, riche, mâle. Le proche futur nous dira ce qu’elle décide. Mais rappelons-nous : en 1995, suite au passage du cyclone Luis, le préfet de Guadeloupe avait lancé une opération à l’encontre des Haïtiens, une majorité de femmes donc. Afin de diminuer le nombre de personnes à indemniser, une « prime au retour » avait été offerte aux résidents réguliers, sans grands succès et des milliers de clandestins avaient été expulsés…

Joelle Palmieri
14 septembre 2017

 

[1] Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) pour Saint-Martin http://www.insee.fr/fr/home/home_page.asp et Central Bureau of Statistics Netherlands Antilles (CBS) pour Sint Maarten http://www.cbs.an/.

[2] Le territoire comptait environ 25 000 habitants au début des années 1980, répartis entre les zones françaises (un peu plus de 8 000 en 1982) et hollandaise (environ 17 400 pour la même année).

[3] Marie Redon, « Migrations et frontière : le cas de Saint-Martin », Études caribéennes – http://etudescaribeennes.revues.org/962 

[4] Chiffres fournis par les services de la sous-préfecture, juin-juillet 2005.

[5] INSEE, 2006, Atlas des populations immigrées en Guadeloupe, p. 8 – http://www.insee.fr/fr/insee_regions/guadeloupe/publi/atlas_immigres_ga.pdf

[6] Ibid., p. 8-9.

[7] D’après Marie Redon, on compte également 83 Chinois, 25 personnes originaires d’Afrique du Sud, 11 Argentins, 14 Autrichiens, 3 Ghanéens, 4 Hongrois, 14 Irlandais, 3 Japonais, 2 Jordaniens, 2 Malaisiens, 2 Lituaniens, 5 Mexicains, 10 Péruviens, 4 Philippins, 2 Roumains, 2 Russes, 4 Macédoniens, 2 Thaïlandais, 2 Turcs, 5 Yougoslaves. D’autres nations ne sont représentées que par un seul ressortissant, comme les Bahamas, le Bangladesh, le Bénin, la Birmanie, la Bolivie, le Burkina, le Burundi, le Cambodge, le Cap Vert, le Congo, la Croatie, l’Égypte, le Kenya, la Namibie, le Népal, la Norvège, le Paraguay, le Sénégal, les Seychelles ou le Zaïre.

[8] Marie C.V., 1991, « Travail illégal et immigration irrégulière dans les départements d’outre-mer : le cas Saint-Martin ». Rapport de mission pour le ministère du Travail. Non publié. 15 p. – http://www.gisti.org/doc/publications/1996/bananier/saint-martin/rapport-marie.pdf

[9] Loi ouvrant droit à une réduction d’impôt sur le revenu pour une durée de cinq ans dans le cas d’un investissement réalisé par un particulier et à une déduction du résultat imposable pour une durée de dix ans dans le cas d’un investissement réalisé par une entreprise, le tout sans procédure d’agrément ou de contrôle urbanistique.

[10] Chardon J.P., Hartog T., 1995, « Saint-Martin ou l’implacable logique touristique », Cahiers d’Outre-mer n° 189, p. 25.

[11] Marie Redon, op. cit.

[12] Audebert C., 2003, « Saint-Martin, un pôle d’attraction migratoire dans la Caraïbe : contexte, logiques et insertion économique », Ecologie et progrès n° 3, p. 31.

[13] Insee Dossier Guadeloupe n° 10, décembre 2016 – https://www.insee.fr/fr/statistiques/2527768?sommaire=2527810

[14] Ibid.

[15] GISTI (Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés), 1996, « Des étrangers sans droits dans une France bananière ». Rapport de mission en Guyane et à Saint-Martin du 2 au 12 décembre 1995 –http://www.gisti.org/doc/publications/1996/bananier/sommaire.html

[16] Marie Redon, op.cit.

[17] Informations fournies par les douaniers, la gendarmerie et des observations menées par Marie Redon sur place. Marie Redon, « Saint-Martin/Sint-Maarten, une petite île divisée pour de grands enjeux », Les Cahiers d’Outre-Mer, http://com.revues.org/73 

[18] Ibid.

[19] Octavi de Lloà, « Saint-Martin et Saint-Barthélemy : Une délinquance en baisse », sxminfo.frhttp://www.sxminfo.fr/112366/20/07/2016/saint-martin-et-saint-barthelemy-une-delinquance-en-baisse/

[20] Marie Redon, ibid.

[21] Services de l’éducation nationale de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, 2017, « Rentrée 2017, Quelques chiffres-clés de l’Éducation nationale à Saint-Barthélemy et Saint-Martin », http://www.ac-guadeloupe.fr/seidn/quelques_chiffres_cles_de_leducation_nationale_a_saint_barthelemy_et_saint_martin

[22] Sénat, 2005, « L’avenir statutaire de Saint-Barthélemy et Saint-Martin : le choix de la responsabilité ». Rapport d’information n° 329 – http://www.senat.fr/rap/r04-329/r04-329.html

[23] Observatoire régional de la Santé en Guadeloupe, 1er décembre 2008, « L’infection par le VIH à Saint-Martin et en Guadeloupe », http://ugtg.org/IMG/pdf/VIH-SIDA_2008_.pdf

[24] Sénat, op.cit.

[25] Observatoire régional de la Santé en Guadeloupe, op.cit.