Archives par mot-clé : racisme

La banalité du mâle

serge d’Ignazio

La nomination du dernier gouvernement français suscite bien des commentaires et des réactions véhémentes du côté des féministes. Certaines demandent sa démission. Ont-elles raison ? Cette option est-elle la bonne ? Une chose est sûre : cette nomination et le verbiage médiatique qui l’accompagne sont cruellement soit stupides soit stratégiques.

Dans le premier cas – stupidité –, on assiste, comme Hannah Arendt nous l’a appris (dans « La banalité du mal »), à un « manque de pensée ». Elle précise : « Clichés, phrases toute faites, codes d’expression standardisés et conventionnels ont pour fonction reconnue, socialement, de protéger de la réalité, c’est-à-dire des sollicitations que faits et événements imposent à l’attention, de par leur existence même »[1]. On y est. Le Président de la République et les ministres qu’il désigne ou approuve (non élus) sont « [incapables] d’être affectés par ce qu[’ils font], [refusent] de juger, de prendre un parti à [leurs] risques, à [leurs] frais »[2]. Alors que les manifestations antiracistes, antisexistes (notamment le mouvement #MeToo), contre le démantèlement des services publics, vont bon train, que l’écologie prend une part du pouvoir (élections municipales), Macron trace. Il poursuit sa mission. La bureaucratisation de son action lui donne le sentiment de n’être responsable d’aucune vilénie. La machine politique française est historiquement bien huilée : le racisme, la hiérarchie sociale, le judéo-christianisme, la primauté de la « culture catholique », l’impunité (notamment des auteurs de viol ou agression sexuelle), le sexisme, y sont totalement banalisés, comme dans le secteur privé des entreprises. La « raison d’État » domine ce qui inclut que les hommes politiques aient une sexualité « normale », c’est-à-dire masculine hétérosexuelle, au-dessus des lois. DSK, Tron, Baupin… sont autant de « citoyens au-dessus de tout soupçon », comme l’était déjà Darmanin quand il était au budget. Le fait qu’il soit désormais « à l’intérieur » n’est objectivement pas plus grave, sa gestion du budget national traduisant parfaitement cette raison. Il est symboliquement plus inadmissible.

Dans le deuxième cas – stratégie –, on peut imaginer que Macron met tout en œuvre pour stigmatiser et diviser les luttes : féminisme « blanc », antiracisme « communautariste », syndicalisme « has been » (contre le démantèlement des services publics, dont soin, éducation,… mais aussi justice, police). Après avoir démoli la gauche parlementaire, il cherche également à diviser ses derniers adversaires politiques : la « droite sociale » – la majorité des ministres entrants à des postes régaliens sont gaullistes –, les Verts – Pompili ne représente plus les grands gagnants des municipales, mais l’amalgame reste possible –, l’extrême-droite – les thèmes du RN, ordre, racisme, antiféminisme, homophobie, sont repris entre les lignes, notamment par Darmanin mais aussi par la nouvelle Secrétaire d’État aux droits des femmes qui parlent de « complémentarité » entre les sexes. Si ce gouvernement était dissous, le Président ferait la peau de ces adversaires, s’assurant d’être populaire, en particulier auprès de ses opposants féministes ou antiracistes… Cqfd. Au passage, on entérine que les ressortissants qui n’ont pas le droit de vote, c’est-à-dire n’ont pas la nationalité française, ne l’intéressent pas plus que ses prédécesseurs. Ils ne sont pas des électeurs potentiels.

De fait, Macron poursuit sa mission : suppression du service public, financiarisation et armement des FO, construction d’une cyberdéfense, autant d’ouvrages qui rapportent beaucoup d’argent et ont pour effet Kiss Cool de maintenir les populations sous contrôle.

Ce soft-totalitarisme, qu’il soit le résultat d’une non pensée ou d’une croisade militaro-financière, mériterait, si ce n’est déjà le cas, d’être dénoncé par les écologistes, les antiracistes et par les féministes. Il est temps d’y opposer de la nuance et surtout du lien, une convergence, entre les luttes.

Joelle Palmieri
13 juillet 2020

[1]Hannah Arendt, La Vie de l’esprit, Paris : Presses Universitaires de France, Collection : Quadrige Grands textes, 2005, 571 p., p. 20-21.

[2]Catherine Vallée, Hannah Arendt. Socrate et la question du totalitarisme, Editions Ellipses, 1999, 144 p.

Covid-19 : la vague des invisibles

Je n’écris pas souvent à la première personne sur ce blog. Je n’évoque pas davantage des « problèmes personnels » auxquels je pourrais être confrontée. Ma situation de femme sexagénaire malade en milieu rural dans un contexte épidémique m’invite aujourd’hui à le faire. Car enfin, quels sont les impacts de la gestion française du Covid-19 sur ma vie courante et sur celle de mes proches ? En quoi ces impacts qui peuvent paraître très individuels valent pour beaucoup et donc prennent une dimension collective ? Si je confronte ma réponse à la première question avec mes conversations devenues plus nombreuses (au téléphone, par visio, par texto, par mail), je peux répondre à la deuxième.

Le confinement a eu pour conséquence directe de suspendre tous mes soins : physiothérapie, psychothérapie, médecines complémentaires, activités physiques adaptées. Ma maladie s’est aggravée (davantage de douleur, davantage de fatigue) et des symptômes nouveaux sont apparus dont des états inflammatoires jusqu’alors rares. Dès les premiers jours, j’étais énervée, dans un état de surexcitation aberrant. J’analysais la situation selon des axes qui me paraissaient ignorés (genre, rôle de l’armement, conflits économiques internationaux, budgets inadaptés, manque de perspective historique…). J’entrevoyais des catastrophes sanitaires mais aussi sociales (perte de revenus, pauvreté, isolement…) pour moi et beaucoup d’autres : les praticien.nes qui m’apportent des soins réguliers, les membres de ma famille dont ma mère en Ehpad, les copines défiées elles aussi par l’aggravation de leur maladie chronique ou par de nouvelles pathologies plutôt graves, ou encore assaillies par leurs conjoints révélés plus agressifs qu’à l’habitude. Je voulais et proposais des solutions rapides qui ne venaient pas.

Le déconfinement a peu changé la donne. La majorité de mes soins étant dispensés dans les salles prêtées gratuitement par la très petite commune du Var ou j’habite, restées fermées par arrêté préfectoral, ma maladie n’étant pas reconnue par la CPAM, je n’ai bénéficié que de la réouverture des cabinets de kinésithérapie, de deux consultations à distance avec mon algologue et avec mon psy (spécialiste en gestion des traumas) et d’une consultation en présentiel avec mon médecin généraliste. Mon état de santé ne s’est pas amélioré, mes sorties sont restées rares et les conséquences néfastes de la tension exprimée par mes proches (arrêt des soins, prise en charge sanitaire approximative, peur de mourir, fuite du domicile conjugal, débordement par les enfants, poursuite du confinement des personnes âgées) ont augmenté.

Beaucoup de personnes avec qui j’ai pu discuter, qu’elles soient malades (du coronavirus ou chroniques) ou simplement « post-confinées », nient le traumatisme qu’elles ont subi ou subissent encore : elles ont peur de consulter – « c’est trop compliqué », « ça ne sert à rien », « il y a d’autres urgences que la mienne » – ou peur que la prise en charge ne soit pas adaptée ou n’ont pas envie de témoigner – « j’en ai déjà marre de la maladie, alors en parler, pas question ! », « je vois pas où », « autant faire ça entre nous, parler c’est déjà bien ». La sidération est bien présente.

Les projets d’activités socio-culturelles dans le village ou dans les villes à proximité restent au point mort et surtout en suspens. « On » ne sait pas ce qui sera possible à très court terme. Que ce soit la commune, les espaces culturels, les associations sportives ou socio-culturelles ne savent pas de quoi « la rentrée » sera faite. En tant que responsable d’association, moi non plus. Le fait de « ne pas savoir » a un impact sur la perception du temps qui passe. D’un côté il se rétrécit car l’agenda est moins encombré (par les soins, les sorties, les rencontres…) – la journée moins chargée est plus courte – de l’autre il s’allonge car l’attente est insupportable. Il est impossible de se projeter, ce qui entraîne une réduction de liberté.

Le déconfinement a en revanche apporté des changements de comportement plutôt nuisibles : augmentation des beuveries improvisées, du niveau sonore, de l’appropriation de l’espace public (voies, trottoirs, jeux de boule, stades…) à des fins privées, des agressions au moins verbales sinon physiques, ce qui produit une surestimation/avalanche des peurs.

Le déni du trauma, l’absence de perspectives dans le temps et les agressions personnelles alimentent l’invisible : ce qui est non dit ou non vu. La peur, omniprésente, n’est pas incarnée : des bombes ne pleuvent pas, la majorité n’est pas enfermée à double tour dans des cellules surveillées par des matons… Seules peut-être les violences policières, les expressions du racisme, pourraient faire office d’incarnation mais leurs contestations sont-elles liées (organiser le lien) à la pandémie ?

Au fond, chacun.e gère seul.e et au coup par coup la situation qu’il.elle vit. J’assiste impuissante à une autogestion privée d’une crise pourtant publique. Cette autogestion connaît sa part d’invisibilité : les impacts de l’épidémie avant, pendant et après, sont différents pour les femmes et pour les hommes. Or les mesures politiques de l’État ou des associations aux niveaux local ou national restent majoritairement aveugles à cette disparité. Les femmes, et en particulier les femmes racisées (caissières, femmes de ménage, aides-soignantes… mais aussi mères de famille), sont plus objets de violences et d’agressions, sont plus sujettes à des troubles psychiatriques (dépressions, pensées suicidaires, bouffées délirantes ou troubles anxieux sévères inexistants auparavant)[1]. Un retour au point mort sans aucune analyse des impacts de genre de la crise sanitaire leur est demandé. Ce retour « à la normale » équivaut à un retour aux inégalités, sinon à leur renforcement. La servitude associée au rôle social des femmes – éducation, santé, nutrition – (le « service » associé au « sale » dirait Geneviève Fraisse[2]), la gestion des maux des autres, en plus du télétravail ou de conditions de travail dégradées, passent une nouvelle fois à la trappe. Ce qui est gentiment nommé « la charge sociale » cache le déni de la maladie, les troubles psy, le dégoût, le désespoir. Qui s’en soucie vraiment ?

Joelle Palmieri
29 juin 2020

 

[1]Juliette Demey, « La deuxième vague psychiatrique est là », Journal du dimanche, 28 juin 2020.

[2]Geneviève Fraisse, « Le soin, le sale, le service, ou l’importance des mots », Par ici la sortie ! n°1, Seuil, juin 2020.

 

ARME, VP, profit

49979505356_1dd9205b34_k
© serge D’Ignazio

ARME. Tel est l’acronyme du nouveau plan français de réforme du travail. ARME pour « activité réduite pour le maintien de l’emploi ». Au moment où, partout dans le monde, les rues se noircissent de manifestant.es contre les violences policières (VP) et contre le racisme, le gouvernement français reste fidèle à ses convictions : loi et ordre, par hommes armés interposés, et libéralisme optimisé. C’est gonflé.

Car enfin, qu’est-ce qui lie ces politiques sur le travail, sur la santé (post-COVID-19), sur la sécurité ? Tout d’abord, leur objectif : augmenter les profits financiers des entreprises privées, de l’industrie pharmaceutique, de l’armementet de toutes les autres. Ensuite, leurs méthodes : l’usage de la violence.

En promouvant les libertés économiques et la violence (contre les personnes racisées, contre les pauvres, contre les femmes, les trois conjointement) – ce que recouvre réellement « Law & Order » aux États-Unis –, les gouvernements s’opposent insidieusement aux libertés individuelles : droit d’expression, droit civique, mais aussi droit à l’avortement, à l’accès à la santé, à l’éducation ou au travail pour tou.tes.

La violence institutionnelle s’affirme sur ce terrain « public », celui des droits et de la morale (judéo-chrétienne, occidentalocentrée), pour mieux canaliser les ripostes. Elles aussi s’expriment dans la sphère publique, en opposant une éthique, contre le racisme par exemple, ce qui est fort louable. Du coup, elles obèrent à la fois le volet libéral de la banalisation du tout sécuritaire – un marché – et les impacts des politiques libérales sur la sphère privée. On assiste tant à la multiplication des commandes d’armes pour les forces de l’ordre qu’à celle des violences contre les femmes et les enfants, des précarisation et paupérisation des populations, de leur sous-prise en charge sanitaire, et en particulier celle des femmes.

Les assassinats de George Floyd, d’Adama Traore et de bien d’autres avant eux, la gestion par les autorités de la période post-COVID, ne sont qu’un bégaiement de l’histoire. Pour ne prendre qu’un exemple, dans les années 1990, l’Afrique du Sud avait bien démontré le lien entre épidémie du sida et violences sexuelles, violences policières, violences d’État[1]. Moins la maladie était prise en compte – refus par Thabor Mbeki de prendre en charge de traitements antirétroviraux –, plus les viols des enfants, les crimes ciblés de femmes (féminicides) ou d’étrangers (xénophobie) avaient augmenté. Plus la corruption était adoptée par l’« élite » sud-africaine, plus des discours populistes faisaient leur ouvrage auprès des hommes noirs pauvres. La rhétorique développée au plus haut niveau de l’État entendait faire croire à ces hommes que les politiques de la « suprématie blanche » – l’apartheid – les avaient émasculés, qu’elles avaient atteint leur virilité, les avaient rendus fragiles, à tel point qu’il fallait qu’ils affirment leur force par tous les moyens dont le viol des filles vierges. La campagne de Jacob Zuma, « 100% Zulu Boy », en était la pure illustration : la manœuvre politique visait l’auto-identification de l’homme sud-africain de « base », pauvre, noir, des townships, malmené par la vague féministe locale, dans l’expression « normale » de sa sexualité, et donc leur division.

Aujourd’hui, le détournement aux États-Unis du slogan pro-avortement « mon corps, mon choix » par les « anti-confinement » pour justifier leur vision libérale de l’épidémie – « ma liberté de choix » – confirme cette dialectique sécuritaire et viriliste : les dominants veulent canaliser la résistance, de préférence en divisant les opprimés : pauvres, racisés, femmes. Selon eux, les antiracistes, les antifascistes, les défenseurs des droits LGBTQI, comme les féministes représentent des entravesà la « liberté ». Ils sont les véritables cibles de « la loi et l’ordre ».

Sachons tirer les leçons de l’histoire et intéressons-nous à toutes les formes de domination (race, classe, genre), dans le public et dans le privé, pour mieux contrer l’offensive libérale mondiale. « Définançons » la police[2], la santé, l’éducation, le travail. « Désarmé.es »[3], contrôlé.es, ne nous transformons pas en contrôleur.ses.

Joelle Palmieri
8 juin 2020

[1]Joëlle Palmieri, « Afrique du Sud: traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique »,Africana Studia N° 30, EDIÇÃO DO CENTRO DE ESTUDOS AFRICANOS DA UNIVERSIDADE DO PORTO, 2019, pp. 169-191, https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2019/09/joelle-palmieri_bat020619_jp.pdf.

[2]Meagan Day, « Le meilleur moyen de “réformer” la police ? La “définancer” », Jacobin Magazine,6 juin 2020, https://lvsl.fr/le-meilleur-moyen-de-reformer-la-police-la-definancer/

[3]Elsa Dorlin,Se défendre, une philosophie de la violence, La Découverte, 2019, 284 p.

Covid-19 : rompre avec les évidences

Ce texte est une version ajoutée d’un articlerédigé et publié le 1erjanvier 2002.

 

L’humanité a traversé de nombreuses épidémies. En quoi celle du COVID-19 est-elle différente des autres ? Pour répondre à cette question, il me semble essentiel de rompre avec les évidences pour éclaircir le flou doublé d’un brouhaha qui nous envahit au quotidien. Cette violence politique (flou, bruit) n’est pas nouvelle. Elle opacifie bien d’autres violences qui peuvent servir de grille de lecture de la crise sanitaire mondiale.

Des personnes au pouvoir politique ou non en discutent, ici ou ailleurs, à l’aide des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ces usages des TIC, produits et producteurs de mondialisation, parfois rebelles, mais aussi vecteurs d’idéologies racistes, classistes, sexistes et aujourd’hui masculinistes, représentent un premier élément de réponse pour qualifier le contexte sociopolitique spécifique actuel et l’ensemble de systèmes de pensée déployé pour l’alimenter.

Ensuite, la pandémie trouve ses origines dans les différentes violences produites par le capitalisme tout autant qu’elle les renforce ou les consolide. Beaucoup (professionnel.les de santé, universitaires, militant.es…) mettent en exergue leurs déjà connus nombre et type, le plus souvent en ordre dispersé ou sans souligner les fils qui les relient. Pourtant la coexistence et la banalisation de ces manifestations de force forment système de domination (oppression, aliénation, asservissement) et à ce titre apportent un autre élément de compréhension du contexte.

On pourrait en dresser une liste non exhaustive : violences sexuelles, racistes, classistes et leur justification ; viols des droits des migrant.es, des racisé.es, des pauvres, des SDF, des femmes ; disfonctionnements des politiques nationales accompagnées d’arbitrages budgétaires socialement inégaux ; démonstrations d’autorité par forces de l’ordre interposées ; totalitarismes des pouvoirs politiques (Hongrie, Pologne, Brésil, États-Unis, Chine, Iran…) ; négations de la liberté ; endoctrinement et déploiement d’une propagande visant l’entretien de la peur chez les « masses » ; dictée de droits et devoirs (lois) inspirée par des modèles uniquement adaptés à une frange « normée » de la population (ni pauvre, ni malade chronique, ni psychiatrisé, ni détenu (prison, centre de rétention), ni SDF, ni mineur civique, ni vieux, ni handicapé, ni racisé, ni femme, ni LGBTQI, toute combinaison étant possible) ; diminution des services publics au détriment de la démocratie et au profit d’entreprises privées (en particulier de multinationales propriétaires des TIC, de l’industrie pharmaceutique ou des armes) ; tensions entre États occidentaux et les autres (dette, conflits armés et économiques) ; plaquage de modèles hégémoniques et impérialisme occidental sur la production de connaissances et sur la construction des identités.

Cette liste étant dressée, comment faire face ? Quelles stratégies opposer ? Quelle résistance déployer ? Quelles révoltes soulever ? Quelle radicalité exprimer ? Les propositions, sur le fond comme sur la forme, sont nombreuses, alléchantes, parfois effrayantes. Je propose d’en retenir quelques-unes, ici aussi sous la forme d’une liste réunissant un ensemble d’ingrédients pour une riposte puissante : redéfinition et distribution égale des richesses, appropriation des outils de production et de services, orientation des budgets vers l’alimentation du bien commun (santé, éducation, nutrition), prise de contrôle des TIC (infrastructures, logiciels et contenus), reconnaissance systématique des divisions de sexe, de classe ou de race, condamnation de l’essentialisation des femmes et de la séparation sphère privée/sphère publique, dé-légitimation des propagandes paternalistes (par exemple protéger les soignant.es plutôt que les aider, les soutenir, les infantiliser), mise en visibilité des hors-normes, refus de tout sectarisme, articulation des rapports de domination avec la militarisation des sociétés, distinction des violences politiques et des actions visant l’autonomie, exclusion des antagonismes écologie/lutte des classes/antiracisme/féminisme/humanisme, application à comprendre ce qu’il se passe. Une utopie ? La liste reste ouverte.

Joelle Palmieri
28 avril 2020

Bravo !

Bravo à Virginie Despentes. Bravo à Paul Preciado. Bravo à l’équipe du film « Portrait de la jeune fille en feu ». Bravo à Aïssa Maïga et à Florence Foresti. Cette cérémonie des césars du mois de février a ouvert la voie-voix à des rebelles, suite à une série de démonstrations politiques masculinistes et antiféministes, et ça fait du bien. Ces expressions réactionnaires – masculinisme et antiféminisme – débordent du monde des arts, le seul passage aux forceps de la réforme des retraites en attestant. Les tenants des « corps » de métier – artistes donc mais aussi médecins, magistrats, patrons, boursicoteurs, militaires, politiciens… – sont aux aguets et développent à outrance ces idéologies qui « donnent aux hommes et à la masculinité une position privilégiée dans les relations interpersonnelles et dans les structures importantes de la société́ », ce qui influe sur les modes de gouvernance[1]. Ils continuent à s’approprier le corps des femmes en tant qu’objet, outil de reproduction sexuelle ou moyen d’expression d’une sexualité masculine hétérosexuelle, font des « victimes » les seules coupables et des criminels des victimes, personnalisent les révoltes (Adèle Haenel) pour mieux dépolitiser les luttes et les esprits, et s’assurent que « l’Histoire des dominations continue son chemin ».

L’intérêt de ces tout derniers événements réside dans le fait qu’il y a escalade. Début février, il y avait déjà l’affaire Griveaux, le constat des féminicides en forte hausse, qui manifestaient, pour peu qu’on compare ce contexte français à celui de l’Afrique du Sud, que la victimisation d’hommes violents était hérité d’un passé impérial, colonialiste (et ségrégationniste) qui se retournait contre les féministes. En novembre 2019, à la veille de la semaine internationale contre les violences faites aux femmes, la domination de l’élite française s’était exprimée sans tabou : le plan migration du gouvernement du 6 novembre 2019, la sortie du film « J’accuse » le 13, la fin déplorable des travaux du Grenelle des violences conjugales le 25. Bien avant, les violences policières dont l’État françaisest l’un des principaux promoteurs, se déployaient largement, s’inscrivant dans un cadre libéral, où tout est permis tant que le profit financier règne, ce que la militarisation de la société permet.

Avec cette accélération de tours de force, on pourrait croire à une bande de puissants en panique qui fait appel à ses « contrôlés », Fanny Ardant, Isabelle Huppert, Lambert Wilson… pour incarner les rôles de « contrôleurs ». On peut aussi évoquer leur choix toléré de diviser les causes : antisémitisme contre féminisme, version Polanski et ses producteurs vénaux, mais aussi racisme contre sexisme : la photo de fin de la cérémonie avec tous ces hommes – pas une seule femme – racisés et heureux – on les comprend – qui évoquent la « misère » plutôt que la haine de l’« autre » certes mais avancent à tâtons la « parité » plutôt que l’égalité, fait peur tant elle est rétrograde, tant elle reflète cette France médiocre et ignorante. Dans la bataille, les femmes racisées, pauvres, lesbiennes continuent à perdre. Gageons que la sortie de salle explosive de la jeune fille en feu changera la donne et bouleversera cette hiérarchie totalement contreproductive.

Joelle Palmieri
3 mars 2020

[1]Duerst-Lahti, Georgia et Mae, Kelly Rita (1996), Gender Power, Leadership, and Governance, University of Michigan Press,p. 5.

Afrique du Sud, France, ou la banalisation du masculinisme politique

Le 11 février 2020, le monde célébrait le trentième anniversaire de la libération de Nelson Mandela, « héros » de la lutte contre l’apartheid, ce qui marquait la fin du régime ségrégationniste en Afrique du Sud. Quelques jours plus tard, alors que, au titre de la Convention internationale sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid et du Statut de Rome de 2002 de la Cour pénale internationale, l’apartheid est défini comme un crime contre l’humanité, le dernier président « blanc », Frederik de Klerk, déclarait sur une chaîne télévisée locale refuser de reconnaître ce crime. Le pays est ébranlé.

Des écarts de richesses renforcés

Là ne s’arrêtent pas les suites peu glorieuses de cette libération historique. En 2020, l’Afrique du Sud est le pays au monde où l’écart des revenus est le plus grand. Une première étude de 2016 réalisée par l’économiste Anna Orthofer faisait état des inégalités des richesses : le 1% le plus riche possède 67% de toute la richesse du pays. Les 10% les plus riches en détiennent 93%.

Un nouveau rapportsur les inégalités de revenus, présenté le 14 novembre 2019 par le Statistics South Africa (Stats SA)et l’Unité sud-africaine de recherche sur le travail et le développement (Saldru), révèle que les inégalités de revenus se sont au cours des dernières années accentuées : les 1% des salariés les plus riches rapportent près de 20% de tous les revenus du pays, et 10% d’entre eux, 65%. Autrement dit, 90% des salariés sud-africains ne perçoivent que 35% du revenu global.

S’ajoute à ce constat, le fait que les salaires des 10% les moins bien payés ont diminué d’un quart et les revenus médians de 15%. En revanche, les revenus des 2% les plus riches ont augmenté de 15% au cours de la même période, et ceux des 1% les plus riches, 48%. Cette situation est également liée à l’augmentation des rémunérations du capital qui ont pour leur part progressé de 20%.

L’ensemble de ces inégalités est différencié selon la race, le genre et de l’environnement social. Entre 2011 et 2015, les « Blancs » étaient plus susceptibles de trouver du travail et étaient rémunérés plus de trois fois plus que les « Noirs ».  Les ouvriers des campagnes gagnaient moins de la moitié de leurs homologues urbains et les femmes environ 30% de moins que les hommes, le plus bas niveau depuis la sortie de prison de Mandela. Si on est une femme noire travaillant aux champs, on gagne donc un peu moins de 12% du salaire d’un homme blanc des villes.

Des violences exacerbées

Les inégalités ne s’arrêtent pas là. Elles dessinent une société violente à grande échelle. Les émeutes xénophobes du début du mois de septembre 2019 en témoignent dont l’explication ne s’arrête pas aux seuls constats des inégalités de revenus, des forts taux de chômage et de pauvreté, mais interrogent le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité. Parmi ces violences, les violences de genre se surpassent. Les très hauts taux de viols et de féminicides du pays sont complétés par la sexualisation à outrance du pouvoir politique. Depuis Zuma, une nouvelle rhétorique, structurellement liée à la défense du statut des hommes en tant qu’êtres humains de sexe masculin, est entretenue par une classe politique en perte de légitimité. Ce masculinisme politique  traduit un fossé entre sphères publique et privée, dans lequel « les femmes sont autant considérées comme égales que subordonnées, les violences sexuelles servant de rupture entre l’égalité dans les royaumes publics et soumission dans les espaces domestiques et privés »[1]. Il assoit un système de dominations multiples et anciennes.

Un masculinisme politique enfoui

Cet exemple devrait en éclairer d’autres… Le phallo logos version françaiseauquel nous assistons aujourd’hui illustre, à moindre coût historique, cette banalisation du masculinisme politique. À défaut de débattre de la nécessaire préservation de la « vie privée » de l’homme politique, de sa situation de victime en proie aux déchaînements de propos injustes sur les réseaux sociaux numériques, les médias traditionnels et les partis politiques gagneraient à admettre la coexistence d’une division privé/public très prégnante (comme en Afrique du Sud, écart des salaires entre femmes et hommes, entre racisés et non racisés, mêmes inégalités à propos des représentations au plus haut niveau, taux de féminicidessous-estimé bien qu’élevé, tâches de soin, éducation et nutrition encore très majoritairement assignées aux femmes,…) et d’une pratique politique mâle sexualisée : l’homme politique en position de prendre des responsabilités doit avoir une sexualité « normale », qui se mesure au degré supérieur accordé à la libre expression de sa virilité, sans obstacle et par tous les moyens, très majoritairement sur le terrain hétérosexuel. Gageons que ces mièvreriesmade in Francene renforceront pas outre mesure, comme en Afrique du Sud, les pirouettes puériles mais dominantes d’un pouvoir politique en quête de portes de sortie.

Joelle Palmieri
18 février 2020

 

 

 

 

 

 

[1]Moffett, Helen (2006), The Political Economy of Sexual Violence in Post-Apartheid South Africa, contribution présentée au colloque du 10eanniversaire du Harold Wolpe Memorial Trust, “Engaging silences and unresolved issues in the political economy of South Africa”, 21-23 septembre 2006, Le Cap, Afrique du Sud.

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

in LAMenparle,L’actualités des Afriques vues par le LAM

https://lamenparle.hypotheses.org/1027

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité, notamment la violence de genre.

 

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

in LAMenparle,L’actualités des Afriques vues par le LAM

https://lamenparle.hypotheses.org/1027

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité, notamment la violence de genre.

 

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines de ce début du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité.

La forme de désespoir « masculin », la haine et la violence auxquelles on a pu assister sont des sentiments ancrés dans le temps. À courte échéance, on peut rappeler en 2015 les pillages à Johannesburg et à Durban visant des commerces tenus par des étrangers (7 morts) et en 2008, des émeutes faisant 62 morts dans tout le pays. Avec un peu de recul, on peut situer le contexte dans lequel ces violences interviennent : post-apartheid et néolibéral. Alors, certes cette période conduit à des actes xénophobes, faisant écho aux inégalités sociales et aux élitisme et crise politiques qui structurent le pays. Mais là ne s’arrête pas l’expression de la violence. En même temps que ces dernières émeutes racistes, se tenait à l’Assemblée un débat sur les violences de genre, manifestation particulièrement monstrueuse de cette situation : une femme est violée toutes les minutes et une femme est tuée toutes les six heures (majoritairement des Noires). L’Afrique du Sud est à la fois le pays le plus riche du continent, la « Nation arc-en-ciel » et celui au 5eplus haut taux de féminicide au monde.

Que ce soit contre les femmes ou contre les non-natifs, un tel niveau de violence s’inscrit dans l’histoire d’un système inique, celui de l’apartheid. Ce régime ségrégationniste a légué au pays une institutionnalisation de la violence : emprisonnements, tortures, assassinats, viols, commis en toute impunité du côté des Afrikaners (dominants) et « réponse violente »de la part de l’ANC (résistants/dominés), qui par là-même a installé sa banalisation. La violence représente alors une forme de socialisation, le seul point de repère social, le seul mode de communication interpersonnelle et le seul moyen de résoudre des conflits.

Avec la chute de l’apartheid, la bascule vers la pacification n’a pas eu lieu. Les raisons de cet arrêt sur images sont à chercher du côté des prises de position des dirigeants politiques post-apartheid qui ont alimenté une vision masculiniste de l’exercice du pouvoir. Aujourd’hui en perte de légitimité, l’ANC cherche toujours à rassembler une « base » noire et mâle. Ses représentants opèrent sur le terrain du sexe en incitant les hommes noirs à affirmer leur virilité à tout prix afin de rompre avec leur supposé statut de victimes, « émasculées » par un système injuste, rendues incapables de remplir leur rôle social de pourvoyeurs du ménage.

Parce que les responsabilités politiques des « libérateurs » sont exclues – choix du néolibéralisme, longue ignorance du sida, corruption… –, les raisons produites et reproduites pour expliquer l’origine des conflits reflètent une fois encore un autre choix, celui de privilégier les divisions, entre sexes, entre nationaux et non nationaux, entre homosexuels et hétérosexuels, entre riches et pauvres, entre races… de quoi nourrir des décennies à venir de violences.

Joelle Palmieri
18 septembre 2019

 

Vulgarité, masculinisme : équation pour un avenir politique

Salvini, Trump, Johnson, Bolsonaro… la liste est longue des chefs d’État dont les xénophobie, homophobie, racisme et sexisme sont dénoncés par les commentateurs et parfois par quelques homologues. Banalisés, fers de lance des différentes campagnes électorales, ces axes de haine sont conjoints. Ils ont de plus en commun de placer la sexualité (masculine hétérosexuelle) au cœur des discours et rhétoriques.

Quelques exemples… Cette année, Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur italien, à l’adresse d’une militante de gauche : « Écarte bien les jambes, merde antifasciste », « Toi qui es une pute de gauche, tu te donnes gratis aux immigrés, pas vrai ? »… Le chef de la Ligue (extrême-droite) ira en 2016 jusqu’à transformer le patronyme de son opposante politique, Laura Boldrini, alors présidente de la Chambre des députés et aujourd’hui députée de la gauche radicale, dans le but de la ridiculiser tout en fustigeant des migrants : « Une fille a été kidnappée et violée pendant une nuit […] par trois immigrants nord-africains. Trois ressources boldriniennes qu’il faut castrer chimiquement […] ». Ou encore : « Voilà quelqu’un qui ressemble à Laura Boldrini », désignant une poupée gonflable (objet sexuel masculin) hissée sur la tribune où il était en train de prononcer un discours. De son côté, Boris Johnson, nouveau Premier ministre britannique, a qualifié les gays de ce qui peut être traduit par « hommes de la jaquette en débardeur » (“tank-topped bumboys”). Plus tôt, en 1996, l’homme politique conservateur et journaliste écrivait dans les colonnes du Telegraph à propos d’une rencontre du Parti travailliste : « de temps à autre, le “pénismètre” baisse quand une jeune déléguée monte sur le podium »(“Time and again the ‘Tottymeter’ has gone off as a young woman delegate mounts the rostrum”). Dans un registre similaire, avant qu’il ne soit élu président des États-Unis, en 2005, Donald Trump se lâchait lors d’un enregistrement sur la NBC : « Quand vous êtes une star, elles vous laissent tout faire, [même] les attraper par la chatte » (“When you’re a star, they let you do it. You can do anything… Grab ’em by the pussy”).En 2006, le droitiste faisait sans vergogne allusion à l’inceste : « Si Ivanka n’était pas ma fille, je pourrai sortir avec » (“If Ivanka weren’t my daughter, perhaps I’d be dating her“). Jair Bolsonaro n’a rien à lui envier. Il s’adressera en 2014 à une députée du Parti des travailleurs (PT) en ces termes : « je ne te violerai pas parce que tu ne le mérites pas [et que…] tu es moche ». En 2011, dans un entretien accordé au magazine Playboy, l’actuel président brésilien d’extrême-droite disait du parti socialisme et liberté (PSOL) qu’il était« un parti de connards et de pédés ».

Comme en Afrique du Sud, les rhétoriques utilisées sont sexistes, homophobes, implicitement antiféministes, c’est-à-dire explicitement dirigées contre l’égalité hommes/femmes et les revendications féministes et ouvertement favorables à « la femme », perçue comme mère, reproductrice d’enfants.

Comme en Afrique du Sud, elles témoignent d’un masculinisme politique emprunt de traditionalisme et de violences de genre. L’usage de la vulgarité, la mise à distance du « politiquement correct », vise à ce que l’électeur ou l’électrice lambdas’identifie tout en restant figé dans la situation où il se trouve (pauvre, non éduqué, mal soigné, discriminé…). Il renforce plus particulièrement la légitimité des hommes (pauvres…) : dans un contexte de crise économique et politique, il est nécessaire d’être fort et être fort c’est se montrer viril. Être viril c’est exprimer une sexualité « normale », de façon décomplexée. Valoriser les masculinités fait alors partie de l’exercice du pouvoir et traduit une idéologie conservatrice, s’attachant à transmettre des traditions, des croyances et des valeurs supposément consacrées par le passé et donc éprouvées, alors qu’elles sont mystifiées par des hommes politiques pour se maintenir au pouvoir.

Comme en Afrique du Sud, ces vocabulaires sexualisés, imprégnés de jugements de valeur relatifs au sexe, à la sexualité et à l’appropriation du corps des femmes, trahissent leurs auteurs, avides de pouvoir politique, cupides, opportunistes, dogmatiques, mégalos, possédants.

Joelle Palmieri
23 aout 2019

 

 

SNU : l’autoroute électoral du pouvoir politique

Lancée le dimanche 16 juin 2019, une édition « expérimentale » du Service national universel (SNU), pilotée par le secrétaire d’État en charge de la jeunesse auprès du ministre de l’Éducation nationale (EN), Gabriel Attal, a duré douze jours. Le gouvernement se défend à grands renforts de médias d’instaurer une nouvelle formule de service militaire (suspendu en 1997), préférant une « ouverture sur la chose militaire » sous une forme « civique ». Il évoque volontiers un souci de « patriotisme ».

Certains militaires quant à eux regrettent l’absence d’un véritable « service rendu à la Nation » ou « retour sur investissement » et voient davantage dans ce dispositif des « colonies de vacances » aux frais de l’État. En tout état de cause, le rapport du général Daniel Ménaouine, directeur du service national et de la jeunesse du ministère des Armées mandaté par le Président de la République pour la mise en place de cette énième formule proposée aux « jeunes », est clair : « …chaque génération doit, autour de sa majorité, prendre conscience des enjeux de la défense et de la sécurité nationale et s’approprier les moyens d’en comprendre les outils et de discerner le rôle que chacun peut y jouer ».

Il est bien question de défense et de sécurité de la Nation contre différentes catastrophes ; le terrorisme et la dégradation de l’environnement sont cités. Le premier lot s’opère de longue date par les armes au sein des corps militaires et policiers. Le deuxième s’invite désormais largement dans le débat public, s’incruste de fait et notamment par les jeunes dans la définition de « l’unité nationale » et fait entrer les partis politiques en confrontation quant aux choix opérationnels, politiques ou financiers à mobiliser.

Attal précise l’option européenne : « il s’agit d’effectuer une sensibilisation approfondie par des personnels compétents en matière de défense et de sécurité nationales et européennes : connaissance des menaces, moyens et organisations pour y remédier, présentation des différentes formes d’engagement relevant de la sphère de la sécurité ». Le projet se veut européen – ce qui est nommé « universel » versus égalitaire pour toutes et tous – voire préfigure la création d’une armée européenne à laquelle le Président tient.

Le SNU entend en effet se distinguer des expériences des autres pays européens en cela qu’il inclut une conscription obligatoire. Le service civique ou le corps européen de solidarité (CES), même s’ils restent critiquables notamment en raison de la précarisation des personnes ciblées, sont moins couteux et visent une éducation citoyenne par l’intermédiaire de missions bénévoles de deux à douze mois dans des organismes non militaires (associations, ONG, collectivités territoriales, établissements ou d’organismes publics à but non lucratif), pouvant être effectuées dans d’autres pays de l’UE ou candidats à son adhésion. Ils s’adressent respectivement à des jeunes de 16 à 25 ans et de 18 à 30 ans qui sont pris en charge et reçoivent selon les pays une « indemnité » plus ou moins conséquente, ou un « argent de poche », cumulable pour le CES avec d’autres dont l’ARE (Allocation d’aide au retour à l’emploi), le RSA, l’AAH (Allocation adulte handicapé), la bourse étudiante.

Les objectifs du SNU ne s’arrêtent alors pas à la militarisation des sociétés. Ce dispositif est également à mettre en perspective avec la joute poursuivie lors des élections européennes de cette annéecontre le Rassemblement national (ex-FN) et les écologistes. L’objectif est d’assurer la libéralisation économique d’une Europeen cours d’appropriation nationaliste et populiste ou écologiste tout en valorisant l’ordre, la discipline, la morale (judéo-chrétienne) et la hiérarchie (culture de guerre et de domination). À ces fins, il s’agit de continuer à renforcer la sécurité – stigmatisation des jeunes « isolés » ou en difficulté scolaire (banlieue, racisés, pauvres), lutte contre la radicalisation islamiste de certains d’entre eux, discrimination/mode de repérage des rebelles, des radicaux, des antisystèmes–, de consolider la défense (augmentation dissimulée du budget et croissance des ventes d’armes) et de peaufiner les stratégies d’exclusion (lutte contre la « crise migratoire »).

Les « volontaires » d’aujourd’hui et les conscrits de demain ont tous la nationalité française et beaucoup seront en âge de voter aux municipales (2020) ; ils le seront pour sûr au moment des régionales et départementales (2021), des présidentielles et législatives (2022) et des européennes (2024). L’enjeu électoral est de taille. Compte-tenu des résultats obtenus lors des précédentes éditions par le parti au pouvoir ou par ses alliés/apparentés face à ses principaux adversaires (RN, dont le score a explosé depuis le 1er tour des régionales de 2004– quinze ans –, et plus récemment les écologistes), le LREM s’engage par l’enrôlement/endoctrinement réservé à ces jeunes à captiver un électorat (qui pourrait être tenté par la mouvance écologiste ou le tout sécuritaire). Par le SNU, il continue d’instrumentaliser les rhétoriquesde ses opposants et dans la foulée celles d’un féminisme institutionnel (orienté parité plus qu’égalité). On peut alors facilement en déduire que les contribuables français paient, par ce dispositif et au travers ses collectivités territoriales et de l’Éducation nationale, les campagnes électorales de LREM et en particulier la course à la réélection du Président.

Joelle Palmieri
28 juin 2019

 

 

Pour rappel

2 036 adolescents de 15 à 16 ans (« à égalité filles et garçons ») ont rejoint le 16 juin dernier différents établissements publics – internats scolaires, logements universitaires, centres de loisirs ou de formation… –, dits « maisonnées » (dans le texte) de treize départements français. Ces jeunes « volontaires » avaient terminé leur année de 3; ce sont des lycéens en seconde générale, seconde professionnelle, en lycée agricole, en CAP, des décrocheurs, des personnes en situation de handicap, en milieux urbain et rural. Cet internat sera suivi entre juillet 2019 et juin 2020 d’une « mission d’intérêt général » de même durée auprès d’associations, de collectivités territoriales, d’institutions ou d’organismes publics, ainsi qu’auprès de « corps en uniforme ». Cette partie a, selon le gouvernement, pour but de « détecter les difficultés de certains jeunes (lecture, santé, insertion, etc.) ». Ce premier temps (internat puis mission) dit « de cohésion » deviendra obligatoire pour tous les autres jeunes n’ayant pas suivi cette « expérimentation ». On sait d’ores-et-déjà que des sanctions sont prévues pour les objecteurs : interdiction de s’inscrire au bac, aux examens diplômants, aux concours de la fonction publique mais aussi au permis de conduire.

Dans un deuxième temps, chaque jeune, alors âgé de 16 à 25 ans, sera incité à poursuivre par une période d’« engagement de trois mois [à un an], exclusivement volontaire, dans nos armées, nos forces de police, chez nos pompiers, nos gendarmes, dans des collectivités ou encore dans les associations », une forme de « service civique » non rémunéré. Cette « phase facultative d’engagement » devrait se généraliser à l’ensemble du territoire national « avant 2026 », mais aucune date n’est encore fixée. Le mécanisme, étendu à 40 000 jeunes en 2020, concernera 800 000 jeunes chaque année.

Le premier jour de leur conscription, des images montrent des jeunes en uniforme (obligatoire) – une tenue qui sera selon le secrétaire d’État, « à la fois utilisée pendant le service national, mais qui pourra aussi être portée par les jeunes pour toutes les cérémonies patriotiques qui sont organisées pour commémorer les grandes dates de l’Histoire » –, en train de chanter la Marseillaise ou de hisser des drapeaux français. L’encadrement (450 agents au moment de l’expérimentation, soit un professionnel pour quatre jeunes) est majoritairement composé de militaires en fonction ou à la retraite, de gendarmes, policiers ou pompiers – majoritairement des hommes – de personnels de l’Éducation nationale, d’élèves des écoles d’État (ENA, polytechnique…), de commerce, de jeunes réservistes (âgés de 21 à 25 ans), d’étudiants en sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), de diplômés du BAFA ou BAFD ou de personnes directement formées par l’armée.

Le coût de construction, d’alimentation des participants, de leur transport, de la location des internats et de la masse salariale est estimé à 1,6 milliard d’euros par an (le travail des « volontaires » est gratuit). Il est directement imputé au ministère de tutelle à savoir l’Éducation et non celui de la Défense ou encore de l’Intérieur. De la même façon, l’hébergement en « maisonnées » est structurellement pris en charge par les collectivités territoriales (CT) qui accueillent les conscrits. Ces jeux de vases communicants financiers dissimulent de fait une nouvelle augmentation du budget militaireet de la sécurité alors qu’on assiste à des réductions des dotations accordées aux CT et aux autres ministères (notamment suppression de 1 800 postes à l’EN).

 

Mythe contre mythes

Le 22 septembre 2015, un peu moins de quatre ans et au lendemain des élections régionales françaises, je dressais une comptabilité de la « crise migratoire ». Mon but : démystifier ce qui avait mobiliser les électeurs FN. Aujourd’hui, au lendemain des élections européennes, rien n’a changé. Le sujet est au cœur des débats faisant croire à une opposition entre Europe libérale et Europe fasciste. Un leurre. Non seulement ce sujet ne devrait pas exister mais il rassemble la majorité des partis. Il démontre une banalité du racisme. C’est tout.

Faisons le point. Selon la Banque mondiale, les phénomènes migratoires sont anciens, mondiaux et touchent de 3 à 3,5% de la population mondiale. Le pays comptant le plus de migrants est les États-Unis (un migrant sur cinq) devant l’Allemagne, la Russie et l’Arabie saoudite. Proportionnellement à leur population totale, les États arabes du Golfe persique arrivent toutefois réellement en tête (très peu de natifs). Enfin, le Haut commissariat aux réfugiés souligne en 2016 un nouveau record du nombre de réfugiés du fait de conflits et de persécutions : 65 millions dont 22,5 millions de réfugiés, 40 millions de déplacés (non comptabilisés comme migrants) et 3 millions de demandeurs d’asile en attente de l’examen de leur dossier. Les trois pays en accueillant le plus sont la Turquie, le Pakistan et le Liban. Seule l’Allemagne, européenne, figure au Top Ten des pays au monde accueillant des immigrés. Enfin, selon Eurostat 2016, sur 512 millions d’habitants, l’Union européenne compte 22 millions de citoyens non-européens, soit environ 4% de sa population…

Alors pourquoi le sujet des flux migratoires qui seraient démesurés prend-il tant d’ampleur et fait le chou gras des partis fascistes européens, sans être battu en brèche par les partis libéraux ? En 2015, j’écrivais déjà : « Qu’est-ce donc que cette « crise » ? Cherchons les réponses dans la terminologie choisie. Le mot crise vient du latin « crisis » qui signifie « assaut », et du grec « krisis (“κρισις”) » qui désigne le fait de séparer, de distinguer. On est au cœur du sujet. Ce qu’exposent les médias et dirigeants occidentaux (européens de l’Ouest et nord-américains) c’est leur volonté de distinguer d’eux-mêmes ces personnes tassées au-delà de murs érigés et recouverts de barbelés, ou cantonnées dans des gares, sur des voies de chemins de fer, perdues sur des embarcations. Désigner l’Autre comme différent, avant qu’il ne se confonde avec celui qui est déjà à l’Ouest. C’est ensuite le stigmatiser comme agresseur, initiateur d’un assaut “contre” ou “vers” des contrées qui lui sont étrangères. Un agresseur/victime de gouvernements ”barbares”, non occidentaux, au moment-même où la guerre à la ”barbarie”, au terrorisme islamique est officialisée, rendue banale ».

Combien d’élections faudra-t-il encore pour que « l’Autre », cette main d’œuvre corvéable à souhait, ces exilés des guerres, soit dé-stigmatisé ? Combien d’élections faudra-t-il pour que le mythe de l’invasion étrangère soit délégitimé dans le but de mieux mettre en lumière celui du libéralisme, bien réel, qui affirme une régulation invisible mais certaine du marché alors que les économies européennes sont délétères ? Combien d’élections faudra-t-il pour que le mythe de la militarisation, qui assoit sa nécessité sur d’hypothétiques agressions extérieures, soit révélé comme visant des objectifs d’enrichissement financier, de soumission des populations, de banalisation de la culture de guerre, d’institutionnalisation de la violence ? À quand un parti démystificateur ?

Joelle Palmieri
31 mai 2019

Européennes : libéralisme contre fascisme ?

Depuis longtemps le fascisme adopte un gabarit idéologique simple. Le racisme et la xénophobie (rejet de l’Autre, juif, musulman, tsigane, migrant…) y tiennent une place de choix tout autant que l’homophobie, le sexisme et l’antiféminisme. Les dirigeants des partis d’extrême-droite donnent l’impression de se refiler ce gabarit, sans trop chercher à le tordre, à peine à l’adapter à leurs contextes locaux. Au Brésil, aux États-Unis (suprématistes blancs, ultra-conservateurs), en Europe (Espagne, Belgique, Autriche, Hongrie, Pologne, Italie, Danemark, Finlande, Estonie), les discours désinhibés des porte-paroles se ressemblent. Dans le contexte des élections européennes, il semble intéressant de croiser ce modèle avec celui dit démocratique. Bien que mettant en avant un parallèle avec les années 1930, les partis progressistes ne sont pas en reste. Leur but est de brandir le drapeau de la tyrannie pour éloigner les « vieux démons de l’entre-deux guerres » et ainsi développer la peur au sein des populations. En fait, cette focalisation occulte des options, peu exemplaires, dictées par les intérêts du libéralisme : sauver coûte que coûte l’Union européenne.

Certes, les inégalités sociales, renforcées, et la désaffection pour les élites politiques, engluent une grande partie des électeurs dans le repli identitaire et le nationalisme. À cet égard, en Europe, les partis d’extrême-droite mettent tout en œuvre pour rendre compte d’une unité imaginaire. Cette mise en scène passe notamment par le rejet de l’égalité femmes-hommes, arguant qu’elle privilégie la parité « dans les appels d’offres pour des marchés publics » ou encore l’avortement, une « arme de destruction massive contre la démographie européenne », autant de droits des femmes qu’ils rejettent. Plus globalement, les droits des LGBTI, dont le mariage homosexuel, remettraient en cause un « ordre établi » qui menacerait l’Europe. Ces prises de position s’accompagnent d’un franc rejet du féminisme, qualifié de « dictature des femelles » ou de « djihadisme de genre ».

Certes la violence contemporaine est moindre que sous Mussolini, le nazisme ou le franquisme – on pourrait ajouter à la liste le colonialisme – pendant lesquels la brutalité était de rigueur. Cette brutalité incluait d’une part le renvoi des femmes à la sphère privée, leur attribuant un statut de mineur civique, sous tutelle, et les dédiant à des rôles de mères, épouses, dévolues aux soins (nutrition, éducation, santé) et à la re-production de la Nation, et d’autre part le vol des enfants, la torture ou l’enfermement (incarcération, internement) des opposantes au parti au pouvoir.

La violence des années 2010 existe, sourde, disqualifiée. En France, la vente d’armes par l’État pour mieux entretenir les conflits au Yémen ou ailleurs, le déni des violences policières, les mensonges politiques associés (exemple de l’incident à l’hôpital de la Salpêtrière), le démonisation des citoyens en lutte, la sous-qualification des crimes perpétrés par l’extrême-droite (Clément Méric, Brahim Bouarram, Ibrahim Ali), ne représentent qu’une partie de la panoplie utilisée en France pour entretenir la terreur et la haine. De façon plus sournoise, la budget, le renforcement des inégalités de sexe au travail, dans l’accès à la santé, aux postes de décision etc. et les prises de position de certains députés LREM qui soit nient l’augmentation des féminicides en mettant en avant un masculinisme aberrant – Claire O’Petit a déclaré  le 30 avril dernier à l’Assemblée nationale « qu’un homme meurt tous les treize jours sous les coups d’une femme » – soit considèrent l’égalité aboutie et lient les stéréotypes de genre à l’appartenance de sexe biologique – Nathalie Loiseau, tête de liste LREM aux Européennes, ancienne militante d’un syndicat étudiant issu du GUD (groupuscule d’extrême-droite)  et auteure du livre « Choisissez TOUT » – entérinent une vision archaïque des rapports sociaux de sexe. L’ensemble de cette violence nourrit la rhétorique populiste et nationaliste ambiante.

Match nul, balle au centre ? Le gabarit fasciste comme le modèle libéral ont en commun un héritage historique de violences misogynes, sexistes et antiféministes. Le premier le met autant en exergue que ses autres vestiges discriminatoires. Le deuxième donne à voir une image lissée de probité, uniquement dictée par les intérêts économiques et financiers d’une poignée de dominants.

Joelle Palmieri
13 mai 2019

Un seul chiffre, un monde décadent

12 089. C’est le nombre de kilomètres que les participants du G20, présents à Buenos Aires en Argentine du 30 novembre au 1er décembre 2018, n’ont pas empruntés pour se joindre à Katowice en Pologne aux débats de la COP24[1]. Les tenants du commerce international[2] n’ont ostensiblement pas dénié faire le lien entre néolibéralisme débridé et changement climatique négligé. Mohammed Ben Salmane (MBS) a, pour sa part, bravé à peu près la même distance[3] pour fanfaronner avec ses vingt alliés (Trump, Poutine, Macron…), le tout sur fond d’affaire Khashoggi.

12 000. C’est aussi le nombre des seules grenades lacrymogènes tirées par les 4 000 CRS et autres forces de l’ordre rassemblés lors de la mobilisation des Gilets jaunes sur les Champs Elysées à Paris. C’est ensuite le nombre officiel[4] de personnes venues rejoindre la manifestation féministe contre les violences, à l’appel de #NousToutes, le même jour, dans la même ville. C’est aussi le nombre d’emplois supprimés par Bayer[5],  géant allemand de la chimie et de la pharmacie qui vient de racheter Monsanto. C’est également le nombre de paysans indiens qui se sont suicidés depuis 2013 en raison des politiques du pays qui se sont traduites par une augmentation de la dette des agriculteurs[6]. C’est encore le nombre de migrants interpellés par la gendarmerie lors du premier semestre 2018 dans le seul département des Alpes-Maritimes en France. C’est aussi en cette fin d’année 2018 le nombre de migrants d’Amérique centrale résidant à Mexico et depuis le début de l’année celui que l’armée américaine est censée accueillir au sein de ses structures à la demande, le 28 juin dernier, du département américain de la sécurité intérieure qui met ainsi en œuvre la politique migratoire de Trump visant à étendre l’inclusion croissante des militaires dans ces dispositifs. C’est par ailleurs l’écart de salaire en livres sterling entre femmes et hommes cadres du Royaume Uni, constaté en hausse par une étude datant du dernier trimestre 2017. C’est en outre le nombre de femmes violées en l’espace d’à peine huit jours en Afrique du Sud. C’est enfin, et au hasard, le nombre d’habitants de la ville de Marly en France et la charge pondérale maximale autorisée aux poids lourds.
Libéralisation, mondialisation, dégraissage économique, destruction de l’environnement, répression, contrôle militaire et policier, discrimination, ségrégation, racisme, sexisme, déshumanisation, totalitarisme, domination se démontrent en cette seule année 2018 par ce chiffre, 12 000. Qui aurait cru à une si simple symbolisation de la décadence mondiale ?

Joelle Palmieri
6 décembre 2018


[1] Deux cents pays participent à la COP24 du 3 au 14 décembre dans le but de surmonter les divergences politiques liées à la lutte contre le réchauffement climatique par la réduction du recours aux énergies fossiles.

[2] Dix-neuf chefs de gouvernement, dont neuf d’Amérique du Nord, d’Australie, du Japon, de la Russie et de l’Union européenne et dix de pays dits émergents, et leurs invités FMI, Banque mondiale.

[3] 12 843 km séparent Riyad, capitale de l’Arabie saoudite, de Buenos Aires.

[4] 30 000 d’après les organisatrices.

[5] Annonce du 29 novembre 2018.

[6] Une manifestation réunissant à Delhi le 12 janvier 2018 plus de 50 000 paysans s’est fait écho de ce fléau.

La giletjaunologie ou science de l’a-contestation

Le « mouvement » des Gilets Jaunes représenterait-il un paradoxe politique ? Une nouvelle science de la contestation ? Pour le savoir, intéressons-nous à sa composition, ses revendications (même confuses), ses méthodes, ses alliés, ses résultats.

Sa composition : plutôt mixte (femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, racisés et non racisés), disparate, un mélange de fans d’automobiles et de conduite sur route, de faschos (racistes, homophobes, sexistes), de mères de famille qui assurent leur rôle de chauffeurs des enfants en tous lieux (établissement scolaire, sport, loisirs…) les services de transport publics ayant été dissous ou presque, d’habitants de no man’s lands sociaux (pas de travail, de moyens de transport, de centres de santé, de facilités de vie quotidienne), d’auto-entrepreneurs à la recherche constante d’opportunités d’économie de dépenses, de pauvres pris à la gorge en raison de la baisse du niveau de vie, de frondeurs fiscaux (contre les impôts en général avec l’impression de « se faire baiser par le gouvernement »), d’antisystème politique (contre tous les partis), de populistes, d’apolitiques.

Ses revendications : contre la hausse du prix du carburant, l’abandon par « la classe moyenne »…, pour la suppression de la limitation de vitesse à 80 km/h, la réduction des contraventions à 10€ maximum, la diminution des revenus des élus, le rétablissement de l’ISF… le tout sur le territoire national.

Ses méthodes : parfois brutales, souvent violentes, organisées sans chef ou porte-parole officiel, basées sur l’usage intensif et courant des réseaux sociaux numériques, peu collectives – pas de référence aux formes de mobilisations sociales habituelles ni aux luttes sociales – mais rassembleuses, spontanées et aléatoires – suivant les lieux, poursuite de l’appel à mobilisation du 17 novembre ou pas –, plus logistiques que politiques – occupation des péages, ronds-points, carrefours… –, peu citoyennes – blocage de ceux qui ne sont pas « avec eux » et rarement débat –, peu éthique – pas d’arrêt des mobilisations après le décès d’une manifestante –, parfois solidaires – occupation des routes aux côtés des infirmières –, parfois non – mise en concurrence avec la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre, considérée comme une « mise en scène des médias » –, humanistes ou pas.

Ses alliés : aucun au regard de la démission des syndicats, de sa stigmatisation par les écologistes, du mépris du gouvernement et de la couverture média qui l’accompagne (caricaturale et exclusive – d’autres mouvements sociaux manifestent dont on n’entend peu parler), nombreux au vu du soutien démagogique des eurosceptiques, du Rassemblement National et de la France insoumise.

Ses résultats : un signal d’alarme, la manifestation d’un ras-le bol général qui se traduisent par le besoin d’empêcher [tous] les autres d’avancer, d’arrêter tout et tout le monde.

Une copine évoque la similitude avec Les Shadoks qui pompent sans s’arrêter pour vivre et inversement, suivant la devise « Il vaut mieux pomper d’arrache-pied même s’il ne se passe rien que de risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas », débattent uniquement des sujets qu’ils connaissent, naviguent à vue – « quand on ne sait pas où on va il faut y aller…. et le plus vite possible » –, ne construisent rien par choix – « plus ça rate, plus il y a de chance que ça marche », sont bêtes – « Il vaut mieux  mobiliser son intelligence sur des conneries, que sa connerie sur des choses intelligentes » – et méchants en comparaison des Gibis, leurs ennemis,« qui tirent leur intelligence de leur chapeau », ont un langage réduit (4 mots monosyllabiques, « Ga, Bu, Zo, Meu ») et se reproduisent en comptant jusqu’à 4.

Pourquoi manquer cette comparaison ? La situation serait alors comique, reflet d’un monde improbable et absurde. Cette comédie masquerait peut-être aussi l’inéluctabilité de la dépolitisation de la contestation : binaire (Paris et périphérie, gouvernement et les autres…), mise en concurrence avec d’autres contestations, univoque, autoritaire, surfant sur les amalgames, hors contextualisation mondialisée, hiérarchisée, militarisée. La suite des événements le précisera.

Joelle Palmieri
20 novembre 2018