Archives par mot-clé : recherche

Liste de mes publications

OUVRAGES

« Douleur : pathologie et savoirs associés »(titre provisoire), à paraître en 2020

« TIC, colonialité, patriarcat: Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines », juin 2016, Yaoundé : Editions Langaa, 296 p. – ISBN 9789956763061

« Digressions », roman, juin 2015, 152 p. – https://joellepalmieri.wordpress.com/2015/06/03/digressions/

« Les Pénélopes : un féminisme politique – 1996-2004 », co-direction avec Foufelle, Dominique, novembre 2013, 108 p. – http://penelopespolitique.wordpress.com/2013/11/12/feuilleter-2/

« Excision : les jeunes changent l’Afrique avec les TIC », Co-rédaction avec Mottin-Sylla, Marie-Hélène, mars 2009, Dakar : CRDI Editions, 124 p. – http://idl-bnc.idrc.ca/dspace/bitstream/10625/39552/1/128525.pdf

« Strategic ICT for Empowerment of women – WITT Training Toolkit » – « Utilisations stratégiques des TIC pour l’autonomisation et le renforcement des capacités des femmes – manuel de formation », Co-rédaction avec Haralanova, Christina, février 2008, Amsterdam : Women Information Technology Transfer, 76 p.

« 100 ans de vie de femmes », 1997, Ouvrage collectif, Paris : Editions Atlas, 128 p.

ARTICLES DANS DES REVUES à COMITÉ DE LECTURE 

« Afrique du Sud : le traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique », Revue Africana Studia, 2019

« Le genre institutionnalisé, une machine antipolitique ? », Revue Esquisses – Regards et perspectives, novembre 2018, https://elam.hypotheses.org/149

« Le genre institutionnalisé, une machine antipolitique ? », HAL, Archive ouverte en Sciences de l’Homme et de la Société, novembre 2018, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01925469

« Joelle Palmieri, genre et sciences politiques », Revue Galaxie N°55 – Le Cahier des chercheurs, septembre 2018, pp. 114-116

o   « Para uma crítica feminista da colonialidade digital inspirada pelo contexto africano » – « Vers une critique féministe de la colonialité numérique, inspirée par le contexte africain », inMichel Cahen & Ruy Braga (dir.), Para além do pós(-)colonial, Ed. Alameda, mars 2018, 238 p. – Actes de l’Atelier international“Anticolonial, post(-)colonial, décolonial: et après?”, 18-19 septembre 2014, Sao Paolo, Brésil, en français et en portugais

« Genre en Action : radioscopie d’un réseau transnational francophone », Co-rédaction avec Claudy Vouhé et Elisabeth Hofmann,Revue Réseaux – Réseaux de femmes, femmes en réseaux (XVIe-XXIe siècles), Presses universitaires de Bordeaux, décembre 2017, p. 241-258

« Société numérique colonialitaire : les TIC analysées selon une posture féministe », Revue Labrys, « Etudes féministes », juillet/décembre 2015,http://www.labrys.net.br/labrys28/recherche/joelle.htm

« Les TIC analysées selon une posture féministe en contexte africain », Revue Communication, technologies et développement, n°2, « Tic et mobilisations », octobre 2015, p. 127-139, http://www.comtecdev.com/fr/telecharger/Palmieri.pdf

« From parity to qualitative equality: Assessing gender justice in ICT society », Revue Global Social Justice Journal(juin 2013) – http://cbu-cis.ca/author/joellepalmieri/

« Les femmes non connectées : une identité et des savoirs invisibles », in Joubert, Lucie (dir.) 2012, Les voix secrètes de l’humour des femmes,Québec : Revue Recherches féministes, numéro 25,2 (novembre 2012), pp. 173-190

« Révéler les féminismes sur le Net », inFemmes et médias-Médias de Femmes, Université des femmes de Bruxelles, éd. Pensées féministes, numéro 2, 2010 (janvier 2011), pp. 93-98

« Il est cinq heures, que dansent les tarentules ! – le rite de la tarentelle dans les Pouilles au sud de l’Italie », Petit manuel de psychothérapie des migrants N° 28, La Pensée sauvage, 1995, pp. 89-95

ARTICLES DANS DES OUVRAGES COLLECTIFS 

« Simone de Beauvoir, la mémoire des femmes, l’humanisme »,Chère Simone de Beauvoir, août 2019, https://lirecrire.hypotheses.org/1688

« Afrique du Sud : le traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie IX, « L’inexistence de l’Étaten Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices »,Paris, L’Harmattan, 2019, 912 p., 453-478

« Dépasser le “mirage néocolonial” et créer une nouvelle épistémologie de la mondialisation », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie IX, « L’inexistence de l’Étaten Afrique contemporaine et l’opérationnalisation des alternatives politiques émancipatrices »,Paris, L’Harmattan, 2019, 912 p., 453-478

« Genre et économie solidaire »,série d’articles (« Le libéralisme, un modèle patriarcal », « Voir l’économie autrement », « L’économie solidaire selon les femmes »), in Revue Équité, Revue pour s’informer et sensibiliser, Artisans du monde N°20 « Commerce équitable et égalité des genres », mai 2018

« Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VIII, « Philosophies africaines : études postcoloniales et mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques »,Paris, L’Harmattan, 2018, 716 p., 453-478

« Le masculinisme d’État en renfort du patriarcat», Revue Passerelle N° 17 « Féminismes ! Maillons forts du changement social », Ritimo, juin 2017, p. 155-161

« Croiser néolibéralisme et violence, ou comment interroger
la pensée féministe », Revue Passerelle N° 17 « Féminismes ! Maillons forts du changement social », Ritimo, juin 2017, p. 20-21

« Afrique du Sud : des savoirs en résistance »,in 2017, Revue Afroscopie VII « La Chine et l’Inde en Afrique », Paris : L’Harmattan, janvier 2017, p. 145-164

« La pensée critique française a-t-elle disparu ? »,in 2015, Revue Afroscopie V « Les intellectuels africains au Canada », Paris : L’Harmattan, février 2015, p. 23-38

« Les TIC, outils des subalternes ? », in Kungua Benoît Awazi Mbambi (dir), Leadership féminin et action politique
Le cas des communautés africaines du Canada, Revue Afroscopie IV, Paris, L’Harmattan, janvier 2014, p. 85-108

« Femmes du milieu rural : entrepreneuses et créatrices d’activités – Parcours de femmes », Béatrix Vérillaud (dir.), octobre 2012, rédaction de la Préface et des introductions de chapitres, WECF

« Kit’actu Genre et changement climatique – En Bref, Panorama, Boîte à outils », Bridge and Knowledge Services, Institute of Development Studies, University of Sussex décembre 2011-juin 2012, rédaction des études de cas francophones, des notes de lecture, révision de la traduction française du reste de l’ouvrage – http://www.bridge.ids.ac.uk/go/bridge-publications/cutting-edge-packs/gender-and-climate-change/genre-et-changement-climatique&id=59217&type=Document&langid=146

« Technologies : produits du pouvoir et productrices d’impuissance », juin2012, Revue Sophia, actes du colloque d’octobre 2011« From cyborgs to Facebook, technological dreams and feminist critiques », 108-127

ARTICLES DANS DES REVUES SANS COMITÉ DE LECTURE, RAPPORTS DE RECHERCHES 

« Oscar Pistorius : un procès violent dans le pays le plus violent au monde », 16 septembre 2014, 50/50 Magazine – http://www.50-50magazine.fr/2014/09/16/oscar-pistorius-un-proces-violent-dans-le-pays-le-plus-violent-au-monde/

« Crise, genre et TIC : recette pour une dés-union prononcée – l’exemple de l’Afrique du Sud », 2010, Revue Triple C, Cognition, Communication, Co-operation Vol 8, No 1, pp 285-309- http://www.triple-c.at/index.php/tripleC/announcement/view/7

« Inverser savoirs dominant et dominé : une optique féministe », Collection « Les figures de la facilitation dans la coopération avec les TIC », mars 2010, dph-info, Paris : Ritimo – http://base.d-p-h.info/fr/fiches/dph/fiche-dph-8215.html

« Fibromyalgie, rémission complète par la pratique hebdomadaire de la gymnastique holistique », Revue Gymnastique holistique, méthode du Dr Ehrenfried, Cahier n° 15, 2010, pp. 19-25

« Les femmes, victimes et incontournables », 2008, Planète libre N°3 – Supplément Planète libre Echo

« Feminist media coverage of the Social Forums »- « Couverture média féministes des forums sociaux », 2007, in Gender and development 15, No. 3, Media (Nov., 2007), ouvrage collectif, collection Media, Oxfam (Royaume-Uni), pp. 467-475 – http://www.jstor.org/discover/10.2307/20461230?uid=3738016&uid=2129&uid=2134&uid=2&uid=70&uid=4&sid=21101503778147

« Feminisme i economia social i solidaria » – « Féminisme et économie solidaire », Co-rédaction avec Foufelle, Dominique, janvier 2006, ouvrage collectif, Barcelone : Nexe

VALORISATION DE LA RECHERCHE, DIFFUSION SCIENTIFIQUE 

Prise en charge et organisation du dépôt des archives de la sociologue Andrée Michel aux Archives Nationales, janvier 2019 : rédaction bibliographie et biographie ; actualisation d’un article d’hommage « Andrée Michel, ou la passion de résister »,paru en 2013 sur le blog, https://joellepalmieri.wordpress.com/2013/11/24/andree-michel-ou-la-passion-de-resister/, et d’un article inspiré par ses travaux « Afrique du Sud, France, Turquie ou comment se banalise la militarisation de la société », faisant suite à une communication au Colloque « Militarisme, militarisation et univers militaires : l’impact croisé des/sur les rapports sociaux de sexe, de classe et de race », lors du CIRFF2018 : espaces et enjeux des savoirs féministes : réalités, luttes, utopies (27 au 31 août 2018, Nanterre, France) ; participation au sommaire de deux ouvrages à paraître, le premier aux PUR,  « Fragments de vie d’une femme rebelle » d’Andrée Michel, le 2eaux Presses de la MSH « Andrée Michel, rétrospective ».

Valorisation de l’œuvre de la théoricienne des médias, Nathalie Magnan : participation à l’organisation et au suivi de Rencontres-hommage en mars 2018 au Mucem à Marseille : éditorial, communication ;publication des actes (2019) : rédactionnel, vidéos des tables-rondes (7) et d’une soirée (https://vimeo.com/album/5745782) ; conception et traitement éditoriaux d’un site web dédié (2019).

Création, animation éditoriale et scientifique d’un groupe de travail dédié aux féminismes au sein de net, un réseau de sites qui participe à la construction d’un intellectuel collectif international des mouvements sociaux, novembre 2018.

« Recension de Tic, colonialité, patriarcat par Reine Victoire Kamyap, Université Laval », Recherches féministes, 30 (1), 2017 https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2018/03/n-comptes-rendus-reine-victoire-kamyap.pdf– Table des matières du volume : https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2018/03/30-1-table-des-matieres.pdf

Revue Passerelle N° 17 sur les luttes féministes dans le monde, participation au séminaire du 19 octobre 2017 sur le plateau du Larzac portant sur le contenu de la revue

Revue Passerelle N° 17 sur les luttes féministes dans le monde, participation au comité scientifique et éditorial, élaboration du sommaire, sélection des contributions, paru en juin 2017

« Les TIC : terrain des rapports de domination de genre et de leur transgression », lamenparle, Laboratoire les Afriques dans le monde, février 2015, http://lamenparle.hypotheses.org/tag/tic

« Quand le point de vue s’emmêle», Entre les lignes, février 2015, https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2015/02/18/quand-le-point-de-vue-semmele/

« De la genèse à l’institutionnalisation du genre », Dicolam, dictionnaire des Afriques dans le monde, avril 2014, http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/page/dicolam

ACTES DE COLLOQUES

Le Web 2.0 néfaste au genre ?, Codesria, Actes du Symposium de novembre 2011 sur le genre et les médias au Caire (Egypte) (à paraître en décembre 2012)

« Technologies : produits du pouvoir et productrices d’impuissance », juin 2012, Revue Sophia, actes du colloque d’octobre 2011 « From cyborgs to Facebook, technological dreams and feminist critiques », pp. 108-127

REVISION DES TRADUCTIONS FRANÇAISES D’OUVRAGES COLLECTIFS

« Bonne gouvernance au niveau local pour lutter contre la corruption et améliorer la prestation de services : expériences de Tunisie et d’ailleurs », octobre 2018, Paris : OCDE

« La communication publique au Maroc »,juillet 2018, Paris : OCDE

« La communication publique en Tunisie », juillet 2018, Paris : OCDE

« Le Gouvernement ouvert à Salé au Maroc », mai 2018, Paris : OCDE

« Le Gouvernement ouvert à La Marsa, Sayada et Sfax en Tunisie », mai 2018, Paris : OCDE

« Rapport d’Examen par les pairs de la coopération au développement de la Belgique », juin 2015, Paris : OCDE

« Situer les enjeux de genre et de citoyenneté dans les débats sur le développement : Pistes pour une stratégie », novembre 2008, Ottawa : CRDI –
http://idl-bnc.idrc.ca/dspace/bitstream/10625/38423/1/128116.pdf

« Egalité des genres et la mise en œuvre de l’aide – Ce qui a changé depuis 1999 dans les agences de coopération pour le développement », janvier 2008, Paris : OCDE – http://www.oecd.org/fr/cad/egalitehomme-femmeetdeveloppement/39739679.pdf

 

Santé et domination de genre

La crise du système de santé français et l’actualité de la grève des urgentistes, qui fait se déplacer plus de trois mois après son lancement la ministre de tutelle, m’offre l’occasion de rappeler ce qui ne semble pas d’intérêt pour la grande majorité des médias : ce système est inégal et perpétue en particulier les inégalités femmes/hommes. Il renforce la domination des hommes sur les femmes dans le domaine. Cette domination vaut « en interne » (entre personnels soignants, entre administration et praticien.nes) et « en externe » (entre système de santé et patient.es). Je ne m’attarderai pas ici au premier volet de cette domination et m’arrêterai plus volontiers sur le second.

Commençons par l’accès aux soins. L’histoire est ancienne. Même si la profession médicale se féminise, la majorité des médecins adoptent un imaginaire hérité des théories de l’Antiquité. La plupart d’entre eux s’opposent rarement aux « préjugés » et aux « superstitions » transmises par les croyances populaires[1] : selon ces « théories », les femmes sont facilement perçues comme ayant davantage tendance à gémir, à râler, animées par leurs « humeurs » changeantes[2] ; elles seraient plus susceptibles d’interpréter à peu près n’importe quel obstacle comme une « maladie », forcément imaginaire, plus émotives, plus nerveuses, plus irritables, se muant en « affabulatrices », s’inventant des maladies, voire devenant « folles » ou « hystériques »[3]. Selon la même logique, elles vivent des douleurs jugées normales, comme celles des règles ou de l’accouchement[4]. Aussi, comme le souligne Sylvie Mouysset, « le fait que les femmes aient été éduquées dans l’idée d’être agréables, plaisantes, de ne pas contester ouvertement l’autorité masculine, renforce l’autorité médicale auprès de certaines patientes sous la forme d’une acceptation du diagnostic, du refoulement de l’expérience propre, ou d’autocensure sur les plaintes »[5]. Leurs symptômes sont alors minimisés.

Ensuite, les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses[6] : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes[7], suivis médicaux moindres…

Poursuivons par un focus spécifique aux maladies chroniques. Au niveau national et toutes pathologies confondues (reconnues affection longue durée (ALD)), les femmes sont un peu plus touchées que les hommes (51,58% en 2017)[8]. Les pathologies relevant de l’ALD dont les taux de prévalence féminine sont élevés sont la « maladie d’Alzheimer et autres démences » (72,16%), les « vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique » (78,83%), la « polyarthrite rhumatoïde évolutive » (74,83%) et la « scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l’angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu’à maturation rachidienne » (81,66%)[9]. Aussi, du seul point de vue quantitatif, les maladies chroniques concernent majoritairement les femmes. Cette observation prend des proportions exponentielles concernant les personnes atteintes de fibromyalgie puisque, parmi environ 2,6 millions personnes diagnostiquées en France, plus de 2,34 millions sont des femmes (90%)[10]. Pourtant, la fibromyalgie ne fait pas encore partie des affections de longue durée reconnues par l’assurance maladie[11].

D’un point de vue qualitatif, il existe en France très peu d’études sur l’éventuelle prise en charge différenciée selon le sexe des personnes atteintes de maladies chroniques et encore moins sur son évaluation[12]. Les nettes différences de prévalence entre femmes et hommes sont parfois abordées et expliquées mais le plus souvent une fois encore par leur aspect physiologique et non social, historique, politique.

Concernant les seules activités physiques adaptées (APA) prescrites aux malades en ALD, l’application de la loi a largement été phagocytée par le milieu sportif qui l’a détournée pour mieux s’emparer des fonds alloués et transformer l’idée initiale de lutte contre la sédentarité des malades vers la promotion du « sport-santé ». Ce tiret qui associe sport et santé renforce la négligence quant à la prise en charge spécifique des femmes. Il formalise une conception ancienne, normée et utilitaire, des sports en tant que moyens de garantir la santé des sociétés industrielles, les hommes étant destinés à affermir leur puissance et les femmes à assurer leur « bonne santé » ainsi que celle de « leurs enfants »[13]. Dans les deux domaines, la santé[14]et le sport[15], les femmes demeurent socialement dissociées/différenciées des hommes, voulus virils, plus forts, plus actifs, plus courageux, plus engagés, plus performants, plus… Les femmes y sont discriminées, parfois illégitimes, tant du point de vue professionnel que sanitaire. Les patientes sont moins prises au sérieux.

Insistons sur l’impunité du système. Globalement, un discours dominant, véhiculé par le système de santé[16]et relayé la plupart du temps par les professionnels, consiste à asséner aux patientes l’idée que la solution est personnelle, qu’elle vient d’elles, qu’il est temps qu’elles prennent soin d’elles – logique majoritairement entretenue dans les livrets d’accueil des malades ou dans les campagnes antistress et de bien-être. Comme pour la plupart des fléaux – viol, féminicide, sida… –, il convient de « soutenir les victimes » en leur conseillant de cultiver leur « estime de soi », de « travailler le deuil »… plutôt que de désigner, juger et punir les coupables : les politiques publiques de santé ignorantes, le corps médical sexiste, la culture ambiante culpabilisante. Cette logique fait des « victimes » les seules coupables.

De fait, les apports des sciences sociales – anthropologie, philosophie, sociologie, histoire, sciences politiques… – sont encore très peu introduits dans la prise en charge de la maladie. Or, la pratique de la médecine gagnerait à être enrichie d’une contextualisation sociale, historique, culturelle, politique… Pour ne citer qu’un concept, « l’éthique du care », champ d’études philosophiques, permet d’opérer des dégagements de la sphère privée à la sphère publique, des rôles sociaux de genre à une justice commune, de l’emprise du développement personnel au vécu des biens communs, du soin personnel à une écologie humaine, de la dépendance à l’autonomie. En l’introduisant dans le soin, les praticien.nes s’engagent à transformer radicalement leurs relations aux patientes et à les considérer non plus comme des victimes mais comme des personnes vulnérables dans un environnement spécifique[17].

Arrêtons-nous un moment sur d’autres pratiques de santé. Du côté des médecines « complémentaires » ou « alternatives », bien que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en comptabilise environ quatre cents[18], l’ordre français des médecins n’en reconnaît que quatre : l’homéopathie, l’acupuncture, la mésothérapie et l’ostéopathie[19]. En 2015, l’ordre dénombrait 6 115 médecins ayant déclaré un titre ou une orientation de médecine alternative et complémentaire, dont un sur cinq exerçant à l’hôpital. Toujours selon l’ordre des médecins, 40% des Français auraient recours à ces pratiques, en particulier les personnes atteintes d’une maladie grave ou chronique[20].

Dans ce domaine, peu d’études analysent, ne serait-ce que du point de vue quantitatif, la répartition femmes/hommes tant chez les personnes qui ont recours à ces soins que chez celles qui les pratiquent. En prenant connaissance de quelques rapports publiés par des associations de praticiens, selon les corps de métiers – ostéopathie, hypnose, shiatsu, réflexologie, sophrologie, etc. – il apparaît qu’une très grande majorité des praticiens et des patients sont des femmes. L’enquête quantitative sur la pratique du shiatsu que j’ai menée en 2018 le confirme : 68,16% des praticiens sont des femmes, exerçant très majoritairement en ville (en moyenne plus du double qu’en milieu rural) et sept patients sur dix sont des patientes[21]. Ces données avalisent une vision « exotique » de la pratique de ces médecines, tant par les décideurs politiques qui les déprécient – sinon il y aurait davantage d’hommes praticiens – que par les praticiens eux-mêmes. Les praticiens-hommes recherchent majoritairement la sécurité et la reconnaissance dans l’exercice de leur métier. Les praticiennes, quant à elles, pour certaines animées par une quête de spiritualité, de mysticisme, d’harmonisation avec la nature, s’arrêtent à l’interprétation selon laquelle ces méthodes leur « correspondent », à titre individuel, en tant que femmes, « naturellement plus sensibles », « plus à l’écoute », davantage dans le « ressenti » d’autrui. Leurs revenus sont « complémentaires » et le plus souvent assumés comme tels. Ces professionnelles reproduisent ainsi un stéréotype ancien auprès de leurs patientes en les orientant vers le « bien-être », les activités « anti-stress », l’estime de soi et le travail sur soi, la nécessité de « prendre du temps pour soi », intégrant sans la contester l’idée que le rôle social alloué aux femmes l’interdirait. Elles coproduisent une idéologie biologisante et libérale visant l’individualisation des problèmes, qui seraient personnels, alors qu’ils sont communs et liés aux inégalités sociales existantes.

Ces rapports genrés entre patient.es et médecin.es ou praticien.nes complémentaires peuvent s’étendre aux rapports que les unes et les autres entretiennent avec leur environnement social plus global. Ces relations sont socialement construites et animées par un système de domination structuré. Ce système hiérarchisé a des implications directes sur la gestion du corps des femmes et plus généralement sur leur appropriation[22].

Finissons par l’individualisation de la maladie versus individuation/subjectivisation des malades. Les responsables des politiques publiques de santé, les personnels médicaux ou administratifs dédiés à l’exécution de ses politiques, les défenseurs et praticiens des médecines complémentaires, hommes et femmes, continuent majoritairement à dispenser une parole paternaliste : ils se placent en protecteurs désintéressés des patientes, ayant autorité naturelle à les guider, car ces femmes seraient en demande, en situation de mineures civiques. Elles se retrouvent placées au rang de victimes ou d’actrices immobiles, ayant besoin d’encadrement technique, d’assistance, de soutien, parce que moins attentives à elles-mêmes et plus dédiées au soin à autrui : en tant que personnels rémunérés des institutions médicales et paramédicales, mais aussi, à titre gratuit, dans la sphère familiale – dite « privée » en opposition à la « sphère publique »[23] –, en tant que « profanes » des soins[24]. Leurs savoirs propres sont ignorés. Les femmes n’ont pas droit à la parole et ainsi restent des « subalternes »[25].

Si la majorité des études sur le système de santé, tout autant que les contestations liées, adoptaient des lunettes de genre, les recherches et les revendications mettraient l’accent sur ces constructions sociales et politiques que sont les catégories les « hommes » et les « femmes » qui structurent les relations humaines au sein des institutions médicales ou des lieux de pratiques complémentaires. Du même coup, elles analyseraient les données quantitatives en remettant en cause la définition « biologisante » du genre fondée sur les caractéristiques biologiques des individus (le « sexe »), au profit d’une définition socio-politique qui souligne l’importance des processus sociaux de construction des inégalités de genre. Les résultats de ces recherches pourraient alors conclure que le message de genre des institutions et des professionnels est au mieux : « il faut éduquer, soutenir les patientes pour lutter contre la maladie ». Cela signifie qu’il est jugé nécessaire que les femmes malades acceptent sans moyen de les discuter des savoirs académiques, homogènes (indépendants des contextes historique, social, économique, politique, géographique), formulés par des cadres des institutions médicales nationales ou internationales.

Pourtant, il pourrait être démontré que ces femmes (les malades à qui il convient d’adjoindre les professionnelles de santé) sont des actrices non reconnues mais qualifiées de politiques de santé égalitaires.

Joelle Palmieri
13 juin 2019

Cet article est extrait d’un récit à paraître sur la pathologie de la douleur et les savoirs associés.

 

[1]                Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Gallimard, 1979 ; Agnès Fine, « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au XIXesiècle », Communications. Dénatalité, l’antériorité française 1880-1914, n° 44, Seuil, 1986, pp. 107-136 ; Véronique Moulinié, La chirurgie des âges : corps, sexualité et représentations du sang, Maison des Sciences de l’Homme, 1998.

[2]                Jean-Pierre Peter, « Entre femmes et médecins: Violence et singularités dans les discours du corps et sur le corps d’après les manuscrits médicaux de la fin du XVIIIesiècle », Ethnologie française nouvelle série, Vol. 6 (3/4), Langages et images du corps (1976), pp. 341-348.

[3]                Alexandra Nacu et Daniel Benamouzig, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients », op.cit.

[4]Sylvie Mouysset, « Souffrir, panser, aimer », Rives méditerranéennes, Vol. 44, 2013, pp. 17-37.

[5]                Ibid.

[6]                Danielle Bousquet, Geneviève Couraud et Gilles Lazimi, Margaux Collet, « La santé et l’accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité », Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes,Rapport n° 2017-05-29-SAN-O27 publié le 29 mai 2017, http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_la_sante_et_l_acces_aux_soins_une_urgence_pour_les_femmes_en_situation_de_precarite_2017_05_29_vf.pdf, consulté le 27 mars 2019 ; Anne-Marie Thomazeau, « Santé : inégalités importantes entre les hommes et femmes », Viva Magazine,avril 2015, https://www.vivamagazine.fr/sante-inegalites-importantes-entre-les-hommes-et-femmes-170758, consulté le 10 mai 2019.

[7]Rozenn Le Saint, « Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires », Mediapart, 29 mai 2019, https://www.mediapart.fr/journal/france/290519/les-femmes-premieres-victimes-des-recents-scandales-sanitaires?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=TRANSAC&utm_content=&utm_term=&xtor=EPR-1013-%5Barticle-offert%5D&M_BT=109679374191, consulté le 30 mai 2019.

[8]                Assurance maladie, « Données relatives à l’ensemble des bénéficiaires du dispositif des ALD une année donnée », 18 décembre 2018, https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/affection-de-longue-duree-ald/prevalence/prevalence-des-ald-en-2017.php, consulté le 6 mars 2019.

[9]                Ibid.

[10]Ces chiffres sont le résultat du rapport des pourcentages des personnes atteintes de fibromyalgie à la population globale : de 1 à 4% de la population française, plus de 90% de femmes, selon les dernières estimations. Alexandra Nacu et Daniel Benamouzig, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients »,Santé Publique,Vol. 22 (5), 2010, pp. 551-562, https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2010-5-page-551.htm#pa23, consulté le 6 mars 2019.

[11]Elle ne peut être qualifiée d’ALD que selon le seul bon vouloir du médecin conseil de la CPAM local, qui respecte des critères liés aux coûts des médications, aujourd’hui majoritairement retenues inefficaces et favorablement substituables par des activités physiques adaptées (APA). Par ailleurs, cette décentralisation de la décision génère des inégalités entre territoires.

[12]Parmi les études publiées sur la douleur chronique par exemple, citons l’article sur l’approche « psychosociale » de la douleur : Michaela Klimekova, Anne-Marie Costalat-Founeau, Patrick Ginies, « Dynamique identitaire du fibromyalgique. Approche psychosociale de la douleur », Douleur et Analgésie, mars 2002, Volume 15 (1), pp. 67–70. Une étude états-unienne plus récente aborde les biais de genre dans la prise en compte de la douleur chez les enfants : Brian D. Earp, Joshua T. Monrad Marianne Lafrance, John A Bargh, Lindsey L. Cohen, Jennifer A Richeson, “Featured Article: Gender Bias in Pediatric Pain Assessment”, Journal of Pediatric Psychology,Volume 44 (4), May 2019, pp. 403–414, https://doi.org/10.1093/jpepsy/jsy104, consulté le 6 mai 2019.

[13]               Élise Detellier, « “Bonifier le capital humain” : Le genre dans le discours médical et religieux sur les sports au Québec », 1920-1950, Revue d’histoire de l’Amérique française,Vol. 62 (3-4), hiver–printemps 2009, https://www.erudit.org/en/journals/haf/2009-v62-n3-4-haf3529/038522ar.pdf, consulté le 26 mars 2019.

[14]               Marilène Vuille et al., « La santé est politique », Nouvelles Questions Féministes, Vol. 25 (2), 2006, pp. 4-15 ; Nicole Edelman et Florence Rochefort, « Quand la médecine fait le genre », Clio Femmes, genre, Histoire, n° 37, 2013.

[15]               Christine Mennesson, Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, L’Harmattan, coll. « Sports en société », 2005, 364 p. ; Catherine Louveau, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, pp. 119-143, http://journals.openedition.org/clio/1877, consulté le 27 mars 2019 ; Jim McKay et Suzanne Laberge, « Sport et masculinités », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, pp. 239-267, http://journals.openedition.org/clio/1908, consulté le 26 mars 2019.

[16]Récemment, le 28 mars 2018, le député Cédric Villani a rendu public un rapport sur l’intelligence artificielle dans lequel il fait quelques préconisations d’emploi dans la médecine. Si ces recommandations sont mises en œuvre, le gouvernement confirmera l’option entrepreneuriale individuelle et « personnalisée » qu’il réserve aux patient.es et celle réductrice/« minimisée » allouée aux spécialistes. Cédric Villani, Donner un sens à l’intelligence artificielle – Pour une stratégie nationale et européenne, mars 2018, https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf, consulté le 11 mai 2019.

[17]               Pascale Molinier, Sandra Laugier et Patricia Paperman, « Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité », Petite bibliothèque Payot,2009, 298 p. ; Agata Zielinski, « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin », Études, Vol. 413 (12), 2010, pp. 631-641.

[18]OMS, Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023, 2013, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/95009/9789242506099_fre.pdf?sequence=1, consulté le 7 mai 2019.

[19]Les actes dispensés par les médecins conventionnés connaissent un remboursement par l’assurance maladie à géométrie variable : acupuncture, 70%, homéopathie, 30% – ce remboursement est aujourd’hui amené à disparaître –, ostéopathie et mésothérapie, 0%.

[20]               « Quelle place pour les médecines complémentaires ? », Ordre des médecins, 2015, https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/cn_webzine/2015-07/www/index.php#/intro, consulté le 27 mars 2019.

[21]               Joelle Palmieri,France : évaluation quantitative de la pratique du Shiatsu par les spécialistes – Résultat de l’enquête dite « mutuelles »,Syndicat des professionnels du shiatsu, juin 2018, https://www.syndicat-shiatsu.fr/images/pdf/doc-prives/Evaluation_quantitative_par_specialistes-en-shiatsu_040618c.pdf, consulté le 27 mars 2019.

[22]               Françoise Héritier, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris : Odile Jacob, 1996 ; Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes : des outils et des corps, Paris : L’Harmattan, 1998.

[23]               Geneviève Fraisse, Les femmes et leur histoire, Paris : Gallimard, 1998, 614 p.

[24]               Marilène Vuille et al., « La santé est politique », op.cit.

[25]               Gayatri C. Spivak, Can the Subaltern Speak?(Les Subalternes peuvent-illes parler ?, traduction française de Jérôme Vidal, Amsterdam, Paris, 2006), in‪Nelson Cary et Grossberg Lawrence (dir.),Marxism and the Interpretation of Culture,Chicago : University of Illinois Press, 1988, pp. 271-313.

TIC, colonialité, patriarcat

arton454

Société mondialisée, occidentalisée, excessive, accélérée… quels impacts sur la pensée féministe? Pistes africaines

Yaoundé : Editions Langaa, 296 p., juin 2016 – ISBN 9789956763061 – http://www.langaa-rpcig.net/TIC-colonialite-patriarcat-Societe.html#

 

TABLE DES MATIÈRES

À Rita, Mercia, Binta, Fatou et toutes les autres 7

Je m’adresse à vous 15

Les points sur les i 19

 

À l’origine, il y a… 25

D’où vient-on? Vers où va-t-on? 27

Le patriarcat à l’ère numérique africaine 27 

Des inégalités de genre à géométrie variable 30 

Des violences érigées en relations politiques 36 

Des situations économiques tendues  44 

Backlash traditionaliste, « pesanteurs socioculturelles et religieuses»: des rhétoriques réactionnaires 55

Une colonisation par héritage 67

Définir l’institutionnalisation du genre 67 

Deux types d’organisations: féminines et féministes 69 

Sénégal: de la libération paternaliste au féminisme d’État 71 

Afrique du Sud: une ambiguïté de genre et un antisémitisme fondateur 80

L’héritage de l’histoire coloniale 88

Le genre: une intrusion paradoxale 93

Des effets politiques antagonistes 93 

« ONGéïsation » et personnalisation : des contradictions à gérer 101 

Institutionnalisation : inégalités de genre versus domination 106

Les TIC: sujets de convoitise et d’aliénation 111

« Fracture numérique de genre » : un terme sans chair 112 

Des politiques de TIC sans genre .119 

« Genre et TIC » et cyberféminisme : deux approches opposées et convergentes 126 

« Genre et TIC », véhicule de l’institutionnalisation des TIC 134

 

« Colonialité numérique » : redéfinir la colonialité du pouvoir 139

Côté face  141

Des sites Web institutionnels ciblant l’Occident 141 

« Le » site Web : une évidence 145 

Le Web: de l’informatique plutôt que de l’éditorial . 148 

Publier: de faire faire à donner à penser?  151

Côté pile  159

Le néolibéralisme en fond 159 

Une domination économique puissante 161 

Les déclinaisons sud-africaine et sénégalaise 165 

Les politiques publiques impactées 167

Le côté obscur… 173

Préciser les rapports de domination 173 

Contextualiser la colonialité du pouvoir en Afrique numérique 175 

TIC: la communication et l’information éloignées de la connaissance 183 

Un mythe du rattrapage imposé par l’Occident aux États africains 186

 

Le genre facteur de subalternité  189

Au cœur du réel 191

Les femmes globalement sous-influentes dans le secteur 191 

Le développement dépolitisé  196 

Les TIC : espace d’imposition universaliste 207 

Vers une cartographie sexuée du monde 212

Toujours victimes ?  215

Des entreprises de TIC paternalistes 215 

Une vision universaliste abstraite de l’innovation par les usages des TIC  220 

Le mouvement du libre: une faille dans l’innovation par les TIC 228 

La surenchère institutionnelle de genre de la société numérique colonialitaire 237

Éloge de l’instant 241

Communiquer: de l’indifférence à la créativité  241 

Prendre la parole 245 

Libérer l’intime 250

 

Théoriser et transgresser  261

Formel/informel, fil du rasoir de la transgression 263

Une expertise invisible dans le réel et dans le virtuel  263 

En Afrique, une communication informelle facteur de transgression 264

Les savoirs du quotidien 267

Des savoirs non savants pour interroger la colonialité numérique 267 

Les Digital Storytellings : des pratiques à évaluer à long terme  269 

Des stratégies d’appropriation collective de la connaissance  272 

Une économie du savoir en opposition à une épistémologie dominante 276 

La position des subalternes inversée 280

Dissocier domination et pouvoir 283

Des représentations différenciées mais convergentes de la domination 283 

Enfreindre la situation de présence-absence 285 

Les TIC pour interroger la théorie féministe? 287 

Dé-hiérarchiser les dominations 291

 

LA REVUE DE PRESSE

CERCLECAD – 19 septembre 2016
https://joellepalmieri.wordpress.com/2016/10/01/recension-de-joelle-palmieri-par-benoit-awazi-mbambi-kungua-cerclecad/

Entre les lignes entre les mots –  13 septembre 2016
Contre l’injonction de connexion, la liberté du récit et la construction de la mémoire
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2016/09/13/contre-linjonction-de-connexion-la-liberte-du-recit-et-la-construction-de-la-memoire/

Genre en action – 6 septembre 2016
http://www.genreenaction.net/Publication-de-l-ouvrage-TIC-colonialite.html

La lettre du Lam N° 18 – juillet 2016 – p. 6
http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/sites/lam/files/la_lettre_de_lam_18.pdf

African Books Collective – Social Sciences – Gender & Women’s Studies – 3 juillet 2016
http://www.africanbookscollective.com/books/tic-colonialite-patriarcat

Genre en action – 2 juillet 2016
https://www.facebook.com/Genre-en-Action-112940998778396/?hc_ref=PAGES_TIMELINE&fref=nf

Rompre avec la dichotomie théorie/pratique

7e Congrès international de recherches féministes dans la Francophonie à Montréal

IMG_0823« La plus grande rencontre féministe francophone de l’histoire contemporaine ». Francine Descarries, directrice du Réseau québécois en études féministes (RéQEF), un des organisateurs du 7e Congrès international de recherches féministes dans la Francophonie, qui a eu lieu à Montréal du 24 au 28 août 2015, est formelle. Avec plus de 1 200 participant-es – à part égale chercheur-es, et étudiant-es, militant-es, artistes réuni-es –, venu-es de 41 pays, dont quarante de huit pays d’Afrique de l’Ouest et du Maghreb, cette édition québécoise des rencontres universitaires féministes a battu son plein. Voulu « ouvert à toutes les perspectives […] afin de montrer que les études féministes sont multiformes », cet événement intitulé « penser, créer, agir » a rempli ses objectifs : réunir « les réflexions, les performances, les discours et les pratiques qui contribuent au changement social ». Une spécificité québécoise ? Certainement : celle de rompre avec la dichotomie théorie et pratique. S’ajoute la volonté affichée des organisatrices (RéQEF, Institut de Recherches Féministes (IREF), et Service aux collectivités de l’UQAM) d’enchevêtrer les 104 activités autonomes, créées de « bas en haut », depuis les communications proposées jusqu’à la programmation finale. De façon volontairement non hiérarchisée et participative. Et surtout, sur le fond, s’affiche l’ambition de mettre en lumière les femmes autochtones, aujourd’hui « en danger », par devoir de mémoire, et résolument afin de « ne pas prendre la parole à leur place ».

Les enjeux de cette édition s’avéraient multiples : « politiques, théoriques, stratégiques, analytiques, idéologiques ». Il s’agissait certes de rendre compte de la diversité des formes, des pensées et des pratiques féministes, mais aussi de valoriser la part de création dans le développement de cette pensée, « spécifique et de qualité », de donner la place aux nouvelles approches, en mettant en contact et en faisant dialoguer les diverses tendances qui traversent ce mouvement social, tout en exigeant de garder comme fil conducteur le genre comme rapport social de sexe, à articuler aux autres rapports de domination (race, classe). En somme, créer « un choc des idées », en restant un « moment d’apprentissage », affirme Francine Descarries. La plénière sur « Race, colonialité et politique » est venue illustrer ce parti pris en ouvrant un espace, un lieu d’échanges sur le post-colonialisme. Sans controverse. Tout simplement, une collecte de témoignages. Un apport d’idées. Car une priorité était de mise : refuser l’exclusion et entendre les autres, dans le respect de leur parole, afin d’asseoir sa « légitimité de discuter et d’être en désaccord ».

« La relève est à l’œuvre », assure la directrice du RéQEF. « La construction d’un grand espace féministe » est en marche, poursuit-elle. Reste à affiner les perspectives afin de les rendre plus inclusives (armée, ville…), à pousser la réflexions sur les pensées émergentes et sur les raisons de leur existence (subjectivité, individualité,…). La prochaine édition se construit déjà. Elle s’annonce difficile. Elle passera par un financement social pour assurer la pérennité de cette entreprise, vieille de vingt ans, et continuer à « provoquer les prises de conscience ».

 

Joelle Palmieri
4 septembre 2015

Dépasser les frontières de TIC pour identifier des espaces de production de changement social de genre – le terrain africain

dsc01569Au sein de la recherche sur la critique de la société de l’information, la distance ou un certain conformisme des mouvements africains de femmes et féministes constituent des éléments solides pour constater la faiblesse de leurs usages innovants des technologies de l’information et de la communication (TIC)1. Par ailleurs, l’hypothèse selon laquelle les TIC incarnent depuis leur naissance dans le milieu des années 1990 autant de socles sur lesquels la mondialisation contemporaine et la socialisation des individu-es qui l’accompagne2 s’appuient est centrale dans les travaux liés à la sociologie de l’innovation par l’appropriation des technologies de l’information.

Dans ce contexte spécifique, cet article se propose d’interroger la relation de ces organisations à ces technologies, à savoir comment elles situent leurs usages des TIC vis-à-vis de leurs luttes et en particulier de leurs réflexions sur les rapports de domination de classe, de race, de genre3. J’ai fait le choix d’adopter l’angle particulier, et encore peu examiné, de redéfinir la fracture numérique de genre afin de montrer que la mondialisation a un prix en termes de frontières4, géographiques mais aussi sociales, politiques et de genre.

L’objectif de cet article est, après avoir identifier en quoi la façon d’interagir des individu-es, au sein de groupes sociaux ou seul-es, s’en voit bousculée, révolutionnée5, de poser la question de savoir quels changements sociaux, économiques, politiques et épistémiques (hiérarchisés de savoirs) ces frontières imposent ou créent dans les relations sociales, comment et pourquoi.

Nous allons voir que plusieurs expériences observées en Afrique mènent à un constat paradoxal. D’une part j’ai pu isoler des zones d’empêchement dans l’action par les TIC des organisations et des individu-es, en particulier des femmes, et d’autre part j’ai rencontré des espaces où des groupes ont créé leurs propres outils théoriques et empiriques afin de prendre une place dans le débat politique local grâce aux TIC.

Eléments méthodologiques

J’ai pris le parti de vérifier si la fracture numérique de genre est le bon concept à utiliser pour explorer les multiples obstacles rencontrés par les organisations de femmes ou féministes africaines dans leurs usages des TIC. Par ailleurs, j’ai choisi de mesurer si ce concept rend compte à lui seul des différent-es acteur-trices en jeu et des différents enjeux en œuvre. Ensuite, je me suis intéressée à savoir si ce concept permet d’identifier des espaces de production de changement social en termes de genre.

Afin de mener à bien cette démarche, j’ai mobilisé des résultats qui émanent d’une étude au sein de projets orientés sur la problématique « Genre et TIC », en Iran en 2006-2007 – dans le cadre de la création d’une agence de presse féministe iranienne avec des personnes de l’intérieur du pays et de la diaspora –, dans des pays d’Europe de l’Est et Centrale8 de 2000 à 2007 – en formant des organisations de femmes locales à l’usage stratégique des TIC pour mettre en lumière les questions de genre – et en Afrique – notamment en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Sud – depuis les dix dernières années. En particulier, j’ai fait partie, entre 2006 et 2008, d’une équipe de recherche en Afrique de l’Ouest francophone (Burkina Faso, Mali, Sénégal) sur l’abandon des mutilations génitales féminines à travers l’utilisation des TIC par les jeunes, avec une approche citoyenne genrée9.

Dans le même contexte, j’ai participé à Dakar en janvier 2009 à un débat avec environ vingt praticien-nes ou expert-es sénégalais-es en développement ou TIC sur le même sujet. J’ai également organisé, en mars 2008, un débat croisé international en direct via l’Internet sur les enjeux de la société de l’information, et en particulier sur les frontières générées par l’Internet, auquel ont participé une dizaine de personnes regroupées dans une ville de banlieue parisienne plutôt populaire et à forte concentration migrante (Montreuil-sous-bois) et cinq représentant-es d’organisations ou d’institutions travaillant sur les TIC au Burkina Faso, en République centrafricaine, au Sénégal et en République démocratique du Congo. Ce débat a été enregistré sous forme électronique, ce qui a permis d’en extraire quelques témoignages.

J’étudie également l’existence d’impacts politiques des usages de l’Internet par des organisations de femmes ou féministes au Sénégal et en Afrique du Sud sur deux formes de domination : masculine et Nord/Sud. Aussi, cet article inclut des éléments d’entretiens que j’ai menés, en décembre 2008 et en janvier 2009 au Cap en Afrique du Sud et à Dakar au Sénégal auprès de représentants d’organisations de femmes ou féministes, d’instituts de recherche travaillant sur le genre, ayant accès à l’Internet, ayant ou non des supports Internet, mais aussi d’organisations centrées sur la création numérique ou l’utilisation du Web2.0, ou encore d’une institution internationale, mais ne travaillant pas sur le genre (au nombre de dix en Afrique du Sud et de dix-sept au Sénégal). Ces organisations avaient ou non accès à l’Internet, avaient ou non des sites Web.

Ces entretiens ont permis d’établir des constats, analysés de façon comparative et réflexive. Ils ont été complétés par une approche théorique fournie, selon trois axes, la domination masculine (Delphy, Duerst-Lahti, Kergoat, Guillaumin, Tabet, Héritier, Hirata, Falquet), la société de l’information (Cardon, Proulx, Jouët), la colonialité du pouvoir (Quijano, Grosfoguel, Mignolo) et par une analyse institutionnelle des textes de référence sur les politiques et des études liées à l’intégration du genre dans les programmes internationaux ou nationaux de TIC des deux pays. Cette analyse institutionnelle s’est bornée au corpus des études réalisées par le mouvement « Genre et TIC » et des textes officiels liés à la Conférence de Pékin de 1995 et aux différents Sommets mondiaux de la société de l’information (SMSI) qui se sont tenus depuis 2003.

Les « tuyaux » de la fracture numérique

Dans le Nord, les TIC (qui incluent l’Internet, la téléphonie mobile et l’informatique), sont perçues, comprises, admises, tolérées, comme un espace, le cyberespace11, ouvert, large, horizontal et transnational. Un espace où chacun, homme ou femme, peut s’exprimer, librement, sans aucun obstacle ni entrave12, qui est sans frontières. Dans les pays du Sud, l’Afrique est largement considérée au Nord comme le continent le plus marginalisé en termes de société de l’information13. Aussi les institutions internationales concentrent leurs efforts africains sur ce que l’on appelle la fracture numérique, et, pour certaines, sur la fracture numérique de genre. Celle-ci a plus ou moins été discutée au cours du Sommet mondial de la société de l’information en 2003 et 200514. Par exemple, Joséphine Ouédraogo, ancienne Secrétaire exécutive adjointe à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), affirme que les TIC sont des outils incontournables dans tous les domaines d’interaction sociale, culturelle, économique et politique15. Elle insiste sur l’accès à l’information sur la santé maternelle et infantile, la prévention du VIH/sida, la nutrition, les droits humains, la protection de l’environnement, les techniques de production, les emplois et les marchés, autant de domaines qui ont un impact direct sur la croissance démographique, la productivité économique et le développement durable en Afrique16. Elle propose une définition de la « fracture numérique de genre » en la formulant en ces termes : « ensemble des disparités d’accès et de contrôle entre les hommes et les femmes sur les technologies de l’information et de la communication (TIC), leurs contenus et les compétences permettant de les utiliser ».

En effet, constat est fait dès la Conférence de Pékin en 199517, qu’il existe des inégalités d’accès de « l’informatique et la télévision par satellite et par câble » entre hommes et femmes, partout dans le monde. Anita Gurumurthy, experte en politiques institutionnelles de TIC, confirme que le clivage sexuel au sein de la « fracture numérique » s’illustre notamment dans le nombre inférieur de femmes utilisatrices des TIC relativement aux hommes. Elle affirme : « Les femmes sont minoritaires parmi les utilisateurs de cette technologie dans presque tous les pays développés ou en développement »18. La tendance à la différenciation des usages commence très tôt. Par exemple, aux États-Unis, les garçons ont cinq fois plus de chances de pouvoir se servir d’un ordinateur à la maison que les filles et les parents dépensent deux fois plus en produits de TIC pour leur fils que pour leurs filles19.

Cette fracture numérique de genre est pourtant d’emblée abordée en Afrique par les organisations internationales, en accord avec les entreprises privées en charge de ce domaine, par les réponses aux questions qui concernent l’accès physique, l’accès aux infrastructures. Il est implicitement considéré que les obstacles rencontrés par les femmes dans leurs usages des TIC sont uniquement liés à des questions de tuyaux, de câbles, d’ordinateurs. De hardware. Les obstacles liés au numérique sont détachés non seulement du software (intelligence logicielle, algorithmes de structuration des données, contenus, organisation et contrôle des données) mais aussi tout simplement du réel, du non virtuel.

Des frontières économiques et politiques

Afin de comprendre l’ensemble des obstacles rencontrés dans leurs usages des TIC par les femmes africaines, organisées ou en tant qu’individues, il est important de revenir sur la définition plus large du concept de fracture numérique. Je souhaite également interroger les a priori des « imaginaires » qui structurent les connaissances sur la société de l’information. À ces fins, je vais m’appuyer sur les témoignages des participant-es du débat croisé francophone sur les frontières dans le cyberspace qui a eu lieu en janvier 2009. J’élargirai ensuite l’ensemble des questions débattues à une série de questionnements sur les reproductions éventuelles des cloisonnements ou obstacles réels sur le virtuel et inversement sur les potentielles productions d’impacts positifs ou négatifs du virtuel sur la vie quotidienne des populations.

Selon Arsène Maisha du Centre Aden à Kisangani, en République démocratique du Congo, des zones géographiquement « ouvertes » ne connaissent pas de désenclavement numérique. Autrement dit, il nous interroge sur la pertinence d’analyser le manque d’accès à Internet dans la région comme un problème. Ou, plus généralement, il nous demande s’il est utile d’accéder à l’Internet en période de conflit, pour quels usages, et en particulier pour les femmes. Et plus spécifiquement pour les femmes du Sud-Kivu, où la question de l’ouverture géographique peut être posée.

Selon l’économiste Rufin Sosthene, en République centrafricaine, les jeunes se connectent à l’Internet plus à la recherche d’un petit ami ou d’une petite amie au Nord que pour des recherches documentaires. Il se demande alors comment qualifier ce choix, et propose de s’appesantir sur la spécificité de cette fracture.

Dans le sillage de cette interrogation, selon Dimanche Yaméogo, de TV Yaka à Ouagadougou, au Burkina Faso, il existe un projet numérique visant à améliorer le partage des connaissances, afin que les jeunes puissent avoir accès aux sciences, et en particulier de façon égale pour les filles et les garçons. Il souhaite qu’on enquête sur l’existant en milieu scolaire afin de déterminer s’il s’agit d’inventer, de faire disparaître des murs réels ou virtuels à définir.

Selon Dominique Mendy du Centre d’études sénégalais des Sciences et Techniques de l’information, à Dakar, il existe des préoccupations au sujet du fort développement des tentatives de migration vers le Nord. Une tendance qui concerne principalement les jeunes hommes qui sont consacrés à « un avenir meilleur », largement mis en lumière sur le Web. Il pose la question de savoir comment cette situation est mise en exergue par le réseau numérique. Ensuite, il cherche à mesurer en quoi Internet, et le Web en particulier, serait le véhicule de la mondialisation, des marchandises comme des personnes ou des transactions financières. En somme, il se demande comment on peut définir l’impact de ses usages sur les relations Nord/Sud, les relations entre États, entre États et populations et entre populations (du Nord et du Sud) et quelle est l’influence de la société de l’information sur la vie quotidienne des populations.

De mon côté, j’ai constaté que, dans toutes les sociétés, et en particulier en Afrique du Sud qui connaît le troisième rang mondial du plus grand écart de richesse20, il existe à l’intérieur des frontières nationales, des murs visibles, dont certains sont construits (comme entre les villes et les bidonvilles, notamment à Johannesburg). D’autres sont invisibles ou moins « physiquement » représentés, comme les frontières entre hommes et femmes, Noirs et Blancs, riches et pauvres, urbains et ruraux, migrants et nationaux, élite et « ordinaire », toute autre combinaison étant possible21. Je souhaite évaluer si ces murs « sociaux » sont ou non développés dans d’autres pays d’Afrique, établir comment ils apparaissent sur l’Internet et comment les populations y font face.

J’ai également pu noter que dans de nombreux pays africains, les individu-es peuvent facilement se retrouver enfermé-es, concrètement (en prison, déplacé-es, isolé-es), violé-es, en situation d’insécurité, ou exclu-es de tout moyen de communication avec les autres (surveillance des lignes téléphoniques ou courriels, confiscation des informations personnelles, isolement économique, physique et psychologique…). Cette conjoncture demande à déconstruire une série de situations historiques et géopolitiques. Je veux faire la part des conséquences des conflits armés, des croisades nationales sur le continent ou internationales entre Occident22 et Afrique23, entre ancien Empire et pays post-colonisés24, ou de la libéralisation du marché mondial qui agrandit le fossé entre les riches et les pauvres25. Cette déconstruction établie, il s’agit de savoir s’il existe des moyens pour les populations de se protéger, et en particulier par l’utilisation de l’Internet.

En Afrique, en particulier, la question se pose de mesurer comment l’Internet peut aider ou générer des obstacles à la liberté d’expression. D’ailleurs, il est important d’évaluer comment le citoyen prend la parole et si elle est égale à celles des entreprises privées et des États. De la même façon, je souhaite quantifier les limites aux droits individuels, à la libre circulation des idées, quand elles existent. L’idée qui me guide est d’observer les technologies sous le prisme développé par Albert Hirschman sur les solutions apportées et les voix exprimées face au déclin organisationnel26. S’ajoute la volonté de qualifier les inégalités de genre dans ce domaine, en vérifiant si elles sont ou non différentes de l’espace non-cybernétique. Il s’agit de mesurer si les hommes et les femmes ont une égale voix au chapitre, et comment ces voix se manifestent. Par ailleurs, il reste important de qualifier les principales lacunes.

Enfin, je me demande si sur l’Internet il existe des zones frontalières, comme ces territoires où la vie ne ressemble ni à celle d’un des côtés de la frontière ni à l’autre27, des sortes de no man’s lands cybernétiques.

À partir de cet ensemble de questionnements, je souhaite explorer une grille de lecture de la construction des rapports sociaux de sexe28 dans le cyberespace, dans le but de redéfinir le concept de fracture numérique de genre. Je souhaite introduire la notion de « frontières » qui me semble plus adaptée que celle de « fracture ». Elle permet d’étendre les « limitations » et « obstacles » rencontrés par les femmes africaines dans la société de l’information tels qu’ils sont décrits dans les différentes études publiées dans le cadre des SMSI, à l’analyse de reproductions dans le virtuel de cloisonnements existants dans le réel. Je souhaite également mettre en exergue les productions de nouveaux « bornes » et « postes de contrôle » pour les femmes sur le terrain du virtuel. À ces « chexkpoints » virtuels, les femmes africaines négocieraient leur droit de passage en déclinant leur identité de genre. Grâce à cette approche par l’identité, cette notion de « frontières » autorise également à considérer les femmes africaines autrement que comme de simples bénéficiaires de politiques venant en soutien de leurs éventuelles « lacunes » ou « difficultés », pour les placer en actrices de leur cité, sur les terrains du réel et du virtuel. D’objets, elles deviennent sujets.

Les frontières entre les sexes et de genre

Nous allons voir que les frontières de genre de la société de l’information amplifient les effets des frontières globales au déplacement, à l’expression et sociales telles que je viens de les interroger. En fait, dans le cyberespace, on trouve dès la première strate, et comme dans les médias classiques, les stéréotypes sexistes « banals », comme Margaret Gallagher l’avait observé il y a une dizaine d’années29. Plus globalement, comme Leslie Reagan Shade l’a analysé, on note que ce cyberspace est la réplique fidèle du modèle de division entre sphère privée et publique, comme une conséquence du patriarcat30. Cette base de toute division sexuelle, économique, sociale, politique et culturelle, a été officiellement reconnue lors de la Conférence de Pékin de 1995.

Dans le secteur des TIC, les frontières de genre peuvent en première analyse être constatées en matière d’accès à l’Internet ou des capacités que son utilisation requiert. Par exemple, les femmes et les filles ont moins accès à l’éducation31, par conséquent, elles ne savent pas se servir d’ordinateurs. Ou des femmes sont en charge de la garde des enfants, donc n’ont pas le temps d’aller au cybercentre32. Ou encore les femmes sont plus touchées par la pauvreté que les hommes33 et donc ne peuvent pas avoir accès à l’électricité. Ces obstacles sont actuellement observés par la communauté internationale qui tente de les surmonter en priorisant le développement de l’accès aux infrastructures34.

Mais les frontières de genre ne sont pas exclusivement centrées sur ces deux points – accès et capacités. Elles concernent principalement le contrôle et le contenu, comme cela a été observé par l’ONG enda Tiers-Monde dans son étude sur la fracture numérique de genre dans les pays d’Afrique de l’Ouest en 200535. Au-delà de cette recherche, on peut constater que ce secteur économique est le plus rentable après celui de l’armement36. Comme l’indique Anita Gurumurthy, « La sphère des TIC se caractérise par la domination stratégique de puissantes entreprises et nations – monopoles bâtis sur le régime de la propriété intellectuelle –, par la surveillance accrue de l’Internet au détriment de son contenu démocratique et par l’exploitation des plus vulnérables par l’impérialisme capitaliste, le sexisme et le racisme »37. Par ailleurs, la majorité des contenus (quels qu’ils soient, texte, audio, vidéo…) est « écrite » par des hommes et de plus diffusée par des hommes38. L’écriture au quotidien sur des blogs, dans des séances de clavardage (chat) et d’autres galeries virtuelles, telle qu’elle est plus aisément pratiquée en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest, demeure en Afrique le fait d’une élite et les femmes sont davantage présentes pour les conseils beauté et autres stratégies de séduction39. Leurs écrits sur l’Internet relèvent beaucoup moins de témoignages relatifs à des actes de violence, à la pauvreté ou à des inégalités, à l’école, au travail, au sein du foyer… La vente des corps des femmes par l’intermédiaire du Web est organisée par des hommes et est massivement accélérée, incontrôlée, non légiférée et impunie40

En outre, ce sont des hommes, et, en particulier, des hommes blancs, qui programment des logiciels, y compris dans le mouvement des logiciels libres41. En termes de contrôle, les femmes sont sous-représentées dans toutes les structures de décision du secteur des TIC et ont relativement peu de contrôle et d’influence sur les processus de prise de décision42. Les propriétaires des entreprises privées de télécommunication sont majoritairement des hommes43. Par ailleurs, selon Nancy Hafkin, experte du réseautage des femmes via les TIC en Afrique, « les experts en genre des gouvernements ne connaissent pas le vocabulaire qui pourrait les aider à préparer des documents de politique générale sur Genre et TIC »44 si bien que les politiques mises en œuvre dans le secteur sont globalement inadaptées en termes de genre.

Aussi les frontières de genre rencontrées dans le virtuel par les femmes africaines ne s’arrêtent-elles pas aux questions d’accès et de capacités à ce servir des outils et logiciels. Elles reflètent les relations sociales et culturelles inégalitaires existantes dans le réel et produisent de nouvelles inégalités dans le virtuel.

Des usages des TIC en marge des activités principales

Au cours des dix dernières années pendant lesquelles la question du besoin de l’accès aux TIC pour les femmes a été étudiée, il a été souligné que l’impact de la société de l’information peut davantage être mesuré par l’augmentation globale du nombre de femmes qui utilisent l’Internet pour travailler, pour faire des affaires, éventuellement pour trouver un bon parti45, plutôt que par les moyens de faire entendre leur voix et de rompre avec leur isolement. Dans le cadre de l’enquête que j’ai menée en Afrique du Sud et au Sénégal, plusieurs de mes interlocuteurs ont confirmé cette tendance. Fatimata Seye Sylla, présidente de Bokk Jang, une ONG dédiée à l’éducation des jeunes par les TIC, est convaincue que « l’Internet peut créer des opportunités de travail pour des gens qui peuvent travailler en ligne, en particulier les jeunes ». Son sentiment est partagé par Maréme Cisse Thiam, présidente de l’Association sénégalaise des femmes diplômées des universités (ASDFUS) : « il faut faire la démonstration de ce qu’on sait faire dans l’Internet, en particulier les femmes au fin fond des villages doivent montrer leurs produits ». Ces deux représentantes d’organisations font volontiers écho aux politiques de TIC des États et organisations internationales comme l’ONU qui se concentrent sur les performances économiques. La très grande majorité des politiques d’accès aux TIC pour les femmes sont en effet focalisées sur l’emploi. Comme le souligne Lize de Clercq de l’association ada en Belgique, « ce qui frappe, c’est l’attention accordée au genre dans le Plan d’action du SMSI dans les paragraphes consacrés à l’e-employment (emploi dans le secteur des TIC) et au télétravail (emploi à travers les TIC) »46. Il est effectivement demandé aux gouvernements locaux d’avoir une « politique en matière de TIC qui encourage l’entreprise, l’innovation et l’investissement, et qui accorde une attention particulière à la participation et la promotion des femmes ». Les TIC doivent principalement servir aux femmes à intégrer le marché du travail.

Aussi du point de leurs organisations, les femmes sont parfois amenées à se démarquer de ces politiques générales pour que leurs usages des TIC soient plus en adéquation avec leurs activités. Pour ce qui concerne l’Internet, les organisations interrogées l’utilisent généralement pour communiquer entre elles, alimenter des réseaux, garder mémoire de leurs initiatives par le biais de sites Web. Ces derniers sont davantage organisés en bibliothèque d’informations ou en espace de promotion. Autant que les entretiens de recherche ont pu le montrer, pour les organisations de femmes, féministes ou travaillant sur le genre au Sénégal et en Afrique du Sud, les supports Internet s’adressent généralement à des femmes, en milieu urbain (rarement rural), avec lesquelles des protocoles spécifiques de communication sont créés sans pour autant qu’ils aient fait l’objet d’une réflexion approfondie. Les sujets des actions par les TIC sont multiples. Ils peuvent porter tant sur l’utilisation des TIC afin de sensibiliser un public jeune pour l’abandon de l’excision, que sur le renforcement des moyens d’éducation, ou encore sur la compilation de récits de femmes, dans différentes langues locales, sur les effets de la pauvreté sur la vie des femmes, des violences, des droits, ou bien la diffusion de paroles de chansons de rap, dit féministe, … Les contenus peuvent également se limiter à la simple diffusion des coordonnées ou des rapports d’activité annuels des organisations.

La dernière option – diffusion des données élémentaires de l’organisation – reste majoritaire. En effet, même si beaucoup d’organisations de femmes ou féministes reconnaissent l’opportunité d’utiliser les TIC pour agir sur le changement social, leurs priorités, en termes de ressources financières et humaines sont dévolues ailleurs, dans le développement des activités de lutte contre les violences, la pauvreté… Les TIC sont écartées des luttes « principales ». Mercia Andrews, directrice de Trust for Community Outreach and Education (TCOE), une ONG spécialiste des droits des paysans, dira : « Nous avons des difficultés d’accès aux ordinateurs, aux compétences, à l’électricité, au réseau sans fil, toutes ces choses techniques que le gouvernement a essayé d’implanter sous forme de centres de télécommunication en zones rurales, mais qui n’ont pas marché. Concernant les femmes, c’est bien pire car, dans les zones rurales, dans la plupart de nos townships, ce sont les jeunes femmes qui rentrent à la maison après l’école et qui doivent s’occuper de leurs frères et sœurs, nettoyer la maison, faire la cuisine, faire attention aux enfants, au point qu’elles n’ont pas de temps supplémentaire pour apprendre à utiliser un ordinateur ». Aussi, n’ayant plus le temps de se consacrer à l’analyse des inégalités sociales et de genre qu’elles rencontrent tous les jours, ces organisations sont amenées à gérer ces inégalités au plus vite, dans l’immédiateté plutôt qu’à pouvoir y réfléchir à long terme.

Par conséquent, j’identifie une nouvelle frontière entre les enjeux des TIC et ce que serait les « autres » thèmes sur lesquels travaillent les organisations de femmes. La société de l’information ne fait pas partie des préoccupations de ces organisations alors même qu’elle sert de base de soutènement à un système économique qui augmente les violences, la pauvreté, les écarts de richesse, les risques de destruction des biens communs47… autant de sujets de mobilisation des mêmes organisations.

De plus, d’après ce que j’ai entendu au Sénégal et en Afrique du Sud, je peux affirmer qu’il existe une confusion entre les cibles des activités des organisations de femmes, qui sont essentiellement locales ou nationales, et les cibles des supports utilisant les TIC – que ce soit des sites Web, des listes de diffusion, des listes de discussion ou de campagnes SMS –, qui se trouvent partout dans le monde. Il existe peu d’imaginaire de comment recueillir des savoirs locaux de femmes ou encore de faire émerger des débats auprès de pans de population locale, dont les jeunes, notamment sur les questions liées aux inégalités de genre, afin de les diffuser auprès de ceux qui ont accès au réseau, pour la plupart des hommes de classe moyenne en Afrique, et des hommes et des femmes dans le Nord. Si bien que ces savoirs propres demeurent invisibles, enfouis, non publics. Pourtant, comme l’argumente l’historienne Michelle Perrot, par l’oralité et la création de leur Histoire, si les femmes se racontaient, elles négligeraient l’invisibilité qui leur est socialement et historiquement dévolue, transforment leur statut d’objet en sujet48. Le manque de prise sur le contrôle et les contenus des TIC par les femmes africaines prend ici sa pleine mesure. J’identifie une frontière de plus, une frontière épistémique, hiérarchisée de savoirs, entre hommes et femmes, du Nord et du Sud49.

Des poches d’innovation

Pourtant, il existe des poches d’innovation qui partent du constat que toute diffusion de contenus peut, voire sert à, engendrer des pistes de réflexion sinon d’action visant le changement social et incluant une perspective de genre. En Afrique de l’Ouest, l’exemple du projet de recherche, mené par l’unité genre de l’ONG enda Tiers-Monde avec le concours du Centre de recherches pour le développement international (CRDI), en tablant sur l’opportunité de l’utilisation citoyenne des TIC par les jeunes (filles et garçons) afin de faire la promotion de l’abandon de la pratique des MGF, a montré, que, malgré toutes les frontières identifiées supra, le débat émerge, les relations de pouvoir peuvent se transformer, jusqu’à développer une approche innovante de la gestion de la cité et du développement, ce qui dépasse largement les objectifs dudit projet. Cette recherche, qui s’est déroulée de 2007 à 2009, a lancé des dynamiques de changement et une conscience citoyenne aux niveaux local et régional, au Mali, au Burkina Faso et au Sénégal.

En effet, les principaux résultats de recherche révèlent la pertinence d’une démarche transdisciplinaire et réflexive créant les moyens d’une expression directe et de production de contenus des jeunes générations, « comme source d’enrichissement de la recherche en développement humain durable au stade de la société numérique globale »50. Cet exercice peut amplement être facilité par les TIC qui sont basées sur l’utilisation du langage hypertexte, qui permet de lier de façon horizontale les concepts tout autant que les pratiques. Cette approche permet également une appréhension transversale et participative de l’exercice de la citoyenneté, qui décloisonne la société, que ce soit selon les genres ou entre les générations. Selon l’ouvrage consacré à cette recherche51, elle a mis en évidence « le savoir-faire des jeunes et de leurs associations comme source d’enrichissement de la recherche en développement humain durable au stade de la société numérique globale ». Les auteures confirment : « La production endogène des contenus, par les filles et par les garçons, séparément, collectivement, et en face à face, a ouvert sur l’apprentissage du débat, des processus, de la réflexion, de l’analyse critique et réflexive, de la transversalité – nécessitant le renouvellement, la ré-interrogation, la mise en perspectives, indispensables à l’évolution des approches de l’humain, des pensées et des constructions sociales ».

Cette production et cette mise en débat permanente ont été rendues possibles par la mise en situation concrète de trois associations de jeunes de trois villes de province dans chacun des trois pays, mixant à parité garçons et filles. Ces jeunes ont abordé les concepts questionnés par la recherche – genre, citoyenneté, TIC, jeunesse, MGF –, selon différents moyens, dont l’expression libre lors d’une rencontre régionale et de rencontres locales en présentiel, pour lesquelles le ludique, le débat, la participation active étaient centraux. Par ailleurs, une partie des jeunes, au même niveau que les chercheur-es, a participé à l’évaluation de la recherche, ce qui a amené l’équipe de recherche à mettre en œuvre, voire à créer des modalités d’auto-apprentissage, d’auto-évaluation, et de formation de formateur-trices. Les formats mis en œuvre à ces fins ont été adaptés aux jeunes, et sont passés par l’expression théâtrale, les usages multimédia (prise de vue fixe et animée, prise de son, écriture et mise en ligne), l’interactivité – plusieurs listes de discussion numériques ont été ouvertes pour que chacun puisse s’exprimer librement tout au cours des différentes phases de la recherche –, des jeux de rôles, la création de blogs… Ces approches ont depuis généré à leur tour d’autres initiatives, puisqu’une fois le projet de recherche clos, les jeunes, dans les différentes communautés, ont continué à intervenir dans leur cité, soit en participant par exemple à la Journée Internet au Burkina Faso, avec au cœur des débats les inégalités de genre, soit encore en créant un blog sur la transversalité au Mali52. Enfin, des dynamiques locales ont été lancées, dont la création d’une organisation de femmes ouest-africaines sur la créativité53.

Le défi des méthodologies ici décrites a consisté à confier aux jeunes générations les rênes du débat sur des concepts « savants », concepts qu’ils ont eux-mêmes élaboré. Aussi sont-elles recommandées en matière de recherche, surtout dans un contexte global de mondialisation, afin d’appréhender un nouveau paradigme de développement, inclusif, transversal, réflexif, croisant plusieurs portes d’entrée dont le genre, la citoyenneté, la jeunesse et la société de l’information, notamment dans le contexte communautaire de la région d’Afrique francophone de l’Ouest.

Enfin, l’ouvrage conclut : « Il s’agit moins de voir “à quoi les TIC pourraient servir” que de voir “ce que les TIC apportent de nouveau, changent, et politisent” »54, en particulier quand les problématiques de recherche touchent le genre. En effet, cette recherche met l’accent sur l’urgence de ne plus compartimenter les concepts – genre, citoyenneté, jeunesse, TIC, violences … – et de cesser de travailler sur les zones d’intersection (par exemple entre jeunesse et TIC, développement et TIC, genre et développement…) au risque de maintenir dans l’invisible des pans entiers de la construction sociétale dont les rapports de pouvoir, les inégalités de classe, race et genre, les rapports Nord/Sud, sont partie intégrante. Elle engage à « politiser » les concepts de citoyenneté et de développement, en considérant les TIC comme moteur de changement, à condition que les acteurs institutionnels ou sociaux ne les isolent pas par essence, en tant qu’outils au simple service du renforcement d’un système économique, social ou politique existant, inégalitaire.

Pour finir, cette recherche s’est inscrite dans une logique incontournable de bascule entre les nécessaires besoins de « genrer les TIC » (identifier les inégalités de genre générées par les TIC) mais aussi d’utiliser les « TIC pour le genre » (viser le contrôle des TIC en tant que diffuseurs potentiels de contenus au service de l’analyse différenciée de genre de la société) afin d’assurer l’exercice d’une citoyenneté active.

Conclusion

Les frontières tant nationales que de genre sont largement reflétées dans le cyberespace, en Afrique comme ailleurs. L’Internet ou les télécommunications connaissent, comme sur le terrain réel, et en particulier parce qu’ils sont ancrés dans le secteur de l’information, des frontières géographiques, sociales, politiques, sexuelles, épistémiques. Cette analyse est le résultat de l’étude des approches des différents acteur-trices impliqué-es dans la société de l’information.

Les institutions internationales qui visent la réduction de la fracture numérique de genre affichent une tendance qui privilégie l’amélioration de l’accès et les capacités pour les femmes, au détriment du contrôle de ces infrastructures, des politiques mises en œuvre et de la production du contenu. De fait, cette démarche investit davantage dans les techniques que dans la participation politique. Elle révèle les enjeux politiques et économiques d’une transformation sociétale en profondeur qui connaît des rapports sociaux de sexe différenciés, générant des inégalités hommes/femmes. Cette « nouvelle » société recherche davantage des consommateurs d’outils et de techniques plutôt que des producteurs de contenus.

Pour leur part, la plupart des organisations de femmes ou féministes, tout en étant exclues de ce processus accéléré, semblent tolérer et creuser cette nouvelle frontière (entre technique et politique). Cette tolérance, une fois analysée, permet alors d’isoler, parmi les actions de certains mouvements et organisations de femmes ou féministes en Afrique, des espaces de débats où les politiques se discutent (santé, éducation, développement, citoyenneté…), le changement social se produit, grâce aux TIC.

Aussi, les frontières de genre de la société de l’information présentent-elles deux faces, comme les deux façades d’un mur, qu’il est improductif d’ignorer ou de tenter de détruire, parce qu’elles révèlent les deux pans d’une société mondialisée en maturation : productrice d’impuissance tout autant que de puissance.

 

Joelle Palmieri

Janvier 2014

 

 

Notes

  1. Joelle Palmieri, « Technologies : Produits Du Pouvoir Et Productrices D’impuissance », in From cyborgs to Facebook, technological dreams and feminist critiques (Bruxelles : Sophia, Revue Sophia actes du colloque d’octobre 2011, juin 2012), 115-117.
  2. Caroline Galactéros-Luchtenberg, « Les enfants honteux de la modernité stratégique », in « Crises et modernité », (Paris : Agir n° 18, juin 2004), 154-165, <http://www.planeting.org/articles/AGIR4.pdf>, consulté le 19 mars 2010.
  3. Gail Dines & Jean-McMahon Humez, Gender, Race, and Class in Media (Thousand Oaks : Sage Publications, 2002), 792 p.
  4. Le terme « frontière » est ici utilisé pour caractériser toutes lignes de séparation qui permettent de cartographier un territoire, et notamment ici la Société de l’information.
  5. François Ascher, La Société hypermoderne. Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs (La Tour d’Aigues : L’Aube, 2004), 300 p.
  6. Mousso Dambe à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, Nietàa à Ségou au Mali et les Clubs EVF du Pole régional du GEEP à Tambacounda au Sénégal.
  7. Pour une analyse plus détaillée, voir l’ouvrage de Marie-Hélène Mottin-Sylla & Joelle Palmieri, excision : les jeunes changent l’Afrique par les TIC (Dakar : enda, 2009), 97, <http://idl-bnc.idrc.ca/dspace/handle/10625/39552>, consulté le 24 janvier 2014.
  8. Serbie-Monténégro, Macédoine, Bulgarie et République tchèque. Dans le cadre des résultats du projet, j’ai co-écrit un ouvrage : Christina Haralanova & Joelle Palmieri, Strategic ICT for Empowerment of women – WITT Training Toolkit (Amasterdam: Women Information Technology Transfer, 2008).
  9. Qui prend en compte l’analyse de la construction des rapports sociaux de sexe.
  10. En mars 2009 au Sénégal et en avril 2009 en Afrique du Sud.
  11. L’écrivain William Ford Gibson a créé le terme « cyberspace » puis une iconographie de l’ère de l’information avant-même la reconnaissance de l’Internet dans les années 1990. William Ford Gibson, Burning Chrome (Ace: 1986).
  12. Laura J. Gurak, Persuasion and Privacy in Cyberspace (New Haven: Yale University Press, 1997).
  13. L’évaluation du taux de pénétration africain par L’union internationale des télécommunications montre pourtant comme elle progresse rapidement. <http://www.itu.int/ITU-D/ict/newslog/CategoryView,category,Africa.aspx>, consulté le 23 janvier 2014.
  14. Voir dans le cadre de la préparation du Sommet, Bamako 2002 : Placer le genre au centre du Sommet Mondial sur la Société de l’Information, Caucus sur le Genre, Conférence préparatoire régionale africaine du Sommet mondial sur la Société de l’information (2002)- <http://www.genderwsis.org/uploads_media_French_Statement_Bamako2002.pdf>, consulté le 23 janvier 2014.
  15. enda, « Fracture numérique de genre en Afrique francophone : une inquiétante réalité », in Études et Recherches, Réseau genre et TIC n° 244 (Dakar : enda, 2005), 15, <http://www.apc.org/fr/system/files/fracturenumeriquedegenre.pdf >, consulté le 23 janvier 2014.
  16. Ibid.
  17. Plateforme d’action de Pékin, <http://www.un.org/french/womenwatch/followup/beijing5/docs/prgaction.pdf>, consulté le 1er mars 2010.
  18. Anita Gurumurthy, Gender and ICTs: Overview Report (Londres : Bridge, 2004, 52 p.), 22, <http://www.bridge.ids.ac.uk/reports/cep-icts-or.pdf>, consulté le 14 mai 2011.
  19. Ibid.
  20. Harron Bhorat, Carlene Van der Westhuizen & Toughedah Jacobs, Income and Non-Income Inequality in Post-Apartheid South Africa: What are the Drivers and Possible Policy Interventions?, (document de travail pour la Development Policy Research Unit (DPRU), 09/138 août 2009), 8, <http://dspace.cigilibrary.org/jspui/bitstream/123456789/25145/1/Income%20and%20Non-Income%20Inequality%20in%20Post-Apartheid%20South%20Africa%20-%20What%20are%20the%20Drivers%20and%20Possible%20Policy%20Interventions.pdf?1>, consulté le 23 janvier 2014.
  21. Jeremy Seekings & Nicoli Nattrass, Class, Race, and Inequality in South Africa (Yale University Press, 2005).
  22. Le terme « Occident » désigne les pays d’Europe de l’Ouest, d’Amérique du Nord ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande et leurs socialisations. Ces régions du monde se considèrent elles-mêmes et sont considérées par les organisations internationales, et par une partie des organisations de la société civile au niveau global, comme au « Nord ». C’est dans cette région que se décident globalement les politiques de TIC (l’ensemble des politiques relatives à la réglementation des usages des TIC). Ce « Nord » s’oppose à un « Sud » et, selon Edward Saïd, à l’« Orient» (l’Autre), qui est « une création de l’Occident, son double, son contraire, l’incarnation de ses craintes et de son sentiment de supériorité tout à la fois ». Edward W. Saïd, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident (Paris : Le Seuil, 1997) (Parution originale 1980), 422 p., 210.
  23. Anup Shah, Conflicts in Africa, in « Introduction » (Global Issue, 12 mai 2010), <http://www.globalissues.org/article/84/conflicts-in-africa-introduction>, consulté le 23 janvier 2014.
  24. Ibid.
  25. Massoud Karshenas, « Measurement and Nature of Absolute Poverty, in “Least Developed Countries» (Economic Working Paper Series, n° 129, University of London, School of Oriental and African Studies (SOAS), Department of Economics, 2002), <http://eprints.soas.ac.uk/115/1/econ129.pdf>, consulté le 23 mars 2009.
  26. Albert O. Hirschman, Exit, Voice, and Loyalty: Responses to Decline in Firms, Organizations, and States (Cambridge, MA: Harvard University Press, 1970).
  27. Wilbert Gooneratne & Elisabeth Mosselman, « Planning across the borders”: border regions in Eastern and Southern Africa», in Anthony Asiwajo & M. E. J. A. (Marlies) de Leeuw, Border Region Development in Africa: Focus on Eastern and Southern Sub-Regions (UNCRD Research Report Series, Nagoya (Japon), n° 29, 1996), 360 p., 33-53.
  28. Danièle Kergoat, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », in Helena Hirata & alii (dir.), Dictionnaire critique du féminisme (Paris : PUF, 2000) (2e édition augmentée 2004), 315 p., 35-44.
  29. Margaret Gallagher, An Unfinished Story : Gender Patterns in Media Employment (Paris : Unesco, 1995).
  30. Leslie Reagan Shade, Gender & Community in the Social Construction of the Internet (New York: Peter Lang, 2002).
  31. Selon l’Unesco, « sur les 21 pays où le taux d’illettrisme des adultes est estimé supérieur à 50%, 13 sont situés en Afrique subsaharienne. Les femmes comptent pour les deux-tiers ». (The long road to literacy in Africa, 2002). Par ailleurs, selon l’Onu, « 19 pays africains subsahariens présentent des taux d’alphabétisation des femmes inférieurs à 30% et on estime à moins de la moitié des filles âgées de 6 à 11 ans qui vont à l’école » (Africa Recovery, Vol.11#4 – March 1998, page 11). Voir aussi “Opportunities lost: The impact of grade repetition and early school leaving”, Global education digest 2012 – <http://www.uis.unesco.org/Education/Documents/ged-2012-en.pdf>, consulté le 23 janvier 2014.
  32. Selon l’Institut international des statistiques sur l’Internet, Internet World Stats, il n’existe pas de données régionales désagrégées par sexe sur le nombre d’utilisateurs africains de l’Internet, mais le taux d’accès africain global est estimé à 7% (Internet World Stats, 2012 – <http://www.internetworldstats.com/stats.htm>, consulté le 23 janvier 2014). Concernant la pénétration de la téléphonie mobile, le Groupe Speciale Mobile Afrique (GSMA) dans sa dernière étude intitulée “Sub-Saharan Africa Mobile Economy 2013”, l’évalue en 2013 à 33% et estime qu’elle augmente très rapidement (<http://www.gsmamobileeconomyafrica.com>, consulté le 23 janvier 2014). Selon la Commission des études de l’Afrique de 2004, le téléphone mobile semblait être « un outil neutre au genre » (<http://gamos.org.uk/images/documents/The%20Impact%20of%20Mobile%20Phones%20in%20Africa%20-%20Report.pdf>, consulté le 23 janvier 2014).
  33. Selon la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, « alors que le nombre de personnes vivant dans la pauvreté a chuté dans toutes les régions en développement dans le monde entre 1990 et 2000, ce chiffre augmente actuellement en Afrique, atteignant plus de 82 millions. Les femmes africaines constituent la majorité des pauvres tant en milieu urbain que rural (atteignant plus de 70% dans certains pays) ». Seventh African Regional Conference on Women (Beijing + 10) – Decade Review of the Implementation of the Dakar and Beijing Platforms for Action: Outcome and the Way Forward, Addis Ababa, 12-14 October 2004 – <http://www.un.org/spanish/events/beijing10/documents/ECAOutcomeDocument-English.pdf>, consulté le 23 janvier 2014.
  34. Par exemple, le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) estime que ces obstacles liés à l’accès et aux capacité est une priorité. Lire à ce propos Eva Rathgeber & Edith Adera, L’inégalité des sexes et la révolution de l’information en Afrique (Ottawa : CRDI, 2002), , consulté le 23 janvier 2014.
  35. enda, « Fracture numérique de genre en Afrique francophone : une inquiétante réalité », Études et Recherches, in Réseau genre et TIC n° 244 (Dakar : enda, 2005), <http://www.apc.org/fr/system/files/fracturenumeriquedegenre.pdf >, consulté le 23 janvier 2014.
  36. Dan Schiller, Digital Capitalism: Networking the Global Market System (The MIT Press, 1999).
  37. Anita Gurumurthy, Gender and ICTs: Overview Report (Londres : Bridge, 2004, 52 p.), <http://www.bridge.ids.ac.uk/reports/cep-icts-or.pdf>, consulté le 14 mai 2011.
  38. De nombreuses études ont mis en lumière des inégalités de genre dans les medias, parmi lesquelles Gender and Media Baseline Study (GMBS) conduite en septembre 2002 par l’organisation sud-africaine GenderLinks – <http://www.genderlinks.org.za/article/gender-and-media-baseline-study-full-text-2009-11-16>, consulté le 23 janvier 2014.
  39. Eric B. Weiser, Gender Differences in Internet Use Patterns and Internet Application Preferences: A Two-Sample Comparison (CyberPsychology & Behavior, avril 2000).
  40. Richard Poulin, Le marché mondial du sexe au temps de la vénalité triomphante – L’essor du système proxénète dû à la mondialisation (Sisyphe, 2004), <http://sisyphe.org/article.php3?id_article=908>, consulté le 23 janvier 2014.
  41. Rishab A. Ghosh & alii, Part 4: Survey of Developers, In Free/Libre and Open Source Software: Survey and Study (International Institute of Infonomics University of Maastricht, The Netherlands, 2002), <http://flossproject.org/report/FLOSS_Final4.pdf>, consulté le 23 janvier 2014.
  42. Gillian Marcelle, « Thinking BIG to Accelerate Gender Equality and Transformation in the ICT Arena», in Cecilia Ng & Swasti Mitter, Gender and the Digital Economy – Perspectives from the Developing World (Saga Publications, 2005), 231-252.
  43. Il n’existe pas d’études sur les propriétaires des entreprises de télécommunications, mais si l’on regarde les noms des membres des conseils d’administration de chaque entreprise intervenant en Afrique, comme ailleurs, on peut observer qu’ils sont majoritairement masculins.
  44. Nancy Hafkin & Nancy Taggart, Gender, Information Technology and Developing Countries, (AED LearnLink, 2001).
  45. Anita Gurumurthy (dir.), Gender in the Information Society: Emerging Issues (New York: PNUD, 2006).
  46. Lize De Clercq, « Les mouvements de femmes placent le ‘genre’ à l’agenda de la société de l’information », in ada online et la société de l’information, dir. (Bruxelles : ada, 2004), <http://www.ada-online.org/frada/article.php3?id_article=106>, consulté le 23 janvier 2014.
  47. Manuel Castells, La Galaxie Internet (Paris : Fayard, 2002), 368 p., 10.
  48. Georges Duby & Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident (Paris : Plon, 5 volumes, 1990-1991).
  49. Je ne développerai pas ici toutes les questions liées à l’utilisation majoritaire de l’anglais sur la toile – l’anglais est utilisé dans près de 80% des contenus des sites Web –, ni celles liées à la provenance des contenus : l’Afrique génère environ 0,4% du contenu global, 0,2% en excluant l’Afrique du Sud. Sur ces 0,2% de contenus africains, moins du tiers est produit par des femmes (Colleen Morna Lowe & Zorha Khan, Net gains: African women take stock of information and communication technologies (recherche de l’Association of Progressive Communicators-Africa-Women & Femnet, Johannesbourg : Gender Links, 2000), 107 p., 52, <http://www.apc.org/fr/system/files/Net%20Gains%20Women%20in%20Africa%20Take%20Stock%20of%20ICTs.pdf>, consulté le 24 janvier 2014). Ce qui fait chuter le pourcentage de contenus créés par des Africaines dans le monde à 0,07%.
  50. Marie-Hélène Mottin-Sylla & Joelle Palmieri, excision : les jeunes changent l’Afrique par les TIC (Dakar : enda, 2009), 97, <http://idl-bnc.idrc.ca/dspace/handle/10625/39552>, consulté le 24 janvier 2014.
  51. Ibid.
  52. Transversalité, <http://transversalite.fr.gd/,> consulté le 24 janvier 2014.
  53. Afriques créatives, <http://www.afriquescreatives.org>, consulté le 24 janvier 2014.

54. Op. cit. : 101.

Quand le point de vue s’emmêle

Dans cet article, Christian Larivée, étudiant en maîtrise de philosophie à l’Université de Montréal, part du postulat que la théorie du point de vue, qu’il nomme standpoint, prend ses racines dans le marxisme. À ces fins, il propose une définition : « un outil méthodologique mis au point au sein du courant féministe afin de permettre une meilleure compréhension de la structure de l’oppression et de la marginalisation des femmes ». Et il prend comme terrain d’investigation la science. La pratique et les résultats scientifiques sont empreints de subjectivité, liés à leurs auteurs et aux « relations de pouvoir » qui les traversent. Ils sont socialement situés – il reprend ici à son compte les thèses de Sandra Harding. Et d’emblée, l’auteur emprunte un raccourci : « la science contribue à faire croire, au groupe dominant comme au groupe dominé, que la subordination des femmes est un principe d’ordre naturel, normal et inévitable ». Il associe ainsi implicitement subjectivité de la science, oppression des femmes, subalternité et domination. Somptueux mélange de concepts qui nie les distinctions entre domination et oppression, occulte les rapports d’aliénation, les paradoxes de la subalternité et entérine la victimisation des dominés.

C’est alors que par un enthousiasme sans mesure, l’auteur s’engage à expliquer à son lectorat en quoi cette théorie puise ses sources dans le marxisme. Citations de Lorraine Code, Alison M. Jaggar et de Theodor Wiesengrund Adorno à l’appui, Christian Larivée compare la « souffrance causée par la domination masculine » et celle du prolétariat causée par le capitalisme. Il évoque la nécessité de lutter contre la domination qui passe en « premier lieu, [par] une lutte pour la conscience de soi ». Cette individualisation/psychologisation des luttes lui permet d’affirmer sans la discuter la notion de « souffrance » du prolétaire, des femmes, objets de domination et non sujets de leur existence. De plus, il les isole : les femmes se rebellent contre le patriarcat, source de leur souffrance propre, alors que les prolétaires le font contre le capitalisme. Les femmes et les prolétaires semblent incarner deux catégories dissociées compte-tenu de leur potentielle domination singulière. Pourtant à plusieurs reprises, l’auteur englobe « les femmes » sous le terme « classe » sans jamais le justifier.

Ensuite, Christian Larivée loue les efforts des théoriciennes du point de vue, dans leur construction d’une analyse critique de la domination, qui s’applique à nommer l’invisible, en identifiant le concret, le quotidien, le matériel. Mais c’est pour mieux nourrir sa propre épistémologie de la domination : « l’oppression, la marginalisation et la subordination des femmes » sont inéluctables. Par ailleurs, il reproche à ces scientifiques une vision peu claire de leurs objectifs et les opposent en cela aux marxistes : « l’abolition de la propriété privée pour tous ». Au point qu’il se permet quelques conseils à leur intention, prônant des notions de tolérance versus antagonisme, ou les prévient de toute tendance à se jeter à corps perdu dans la pratique des élites « porte-paroles », communément admise dans le marxisme. Il leur accorde néanmoins des avancées épistémologiques notables liées à la fabrication de l’objectivité du dominé, en situation d’oppression.

Notons enfin que, dans l’ensemble du texte, les féministes forment un tout uniforme, que l’auteur fait côtoyer sans gêne avec les théoriciennes du point de vue. La nuance entre les différents courants de pensée féministes n’est pas au rendez-vous.

Aussi, gageons que dans un prochain essai épistémologique, Christian Larivée s’appliquera à se situer et à déconstruire son propre imaginaire scientifique, sous tension, ballotté entre théories, bercé entre théorie et méthode, afin de nous faire partager ses savoirs spécifiques.

 

Larivée, C. (2013) « Le standpoint theory : en faveur d’une nouvelle méthode épistémologique », Ithaque, 13, p. 127-149. – http://www.revueithaque.org/fichiers/Ithaque13/Larivee.pdf

 

Joelle Palmieri

13 février 2015

L’innovation par les TIC est-elle aveugle au genre ?

img_1617L’analyse de genre de l’appropriation citoyenne des technologies de l’information et de la communication (TIC), parmi lesquelles l’étude des usages du Web 2.0[1], incluant les réseaux sociaux et ou l’engagement dans le mouvement du libre[2], c’est-à-dire l’analyse des usages sociaux des TIC différenciée selon l’appartenance de genre, se révèle le plus souvent invisible ou au mieux se mesure de façon quantitative. L’analyse qualitative n’est pas encore substantielle et se limite le plus souvent à l’étude de ces usages en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest.

En Afrique, l’innovation par la déconstruction de la « société de l’information »[3] que les TIC supportent n’est pas vue par les organisations de femmes ou féministes comme prioritaire et n’est pas identifiée comme telle. La majorité des femmes et de leurs organisations ne s’approprient pas massivement les TIC. En particulier, en Afrique du Sud et au Sénégal, où les infrastructures de TIC sont les plus développées du continent, quand des organisations de femmes utilisent les TIC, elles le font à des fins plutôt commerciales afin de « vendre » l’organisation auprès de bailleurs susceptibles de financer leurs actions. Ces organisations sont peu informées de ce que la « société de l’information » inclut, de ses enjeux et des mouvements qui la traversent. Pourtant, une majorité d’entre elles font le constat que l’accélération de la gestion de la vie quotidienne des femmes (augmentation des violences, de la pauvreté, monétarisation des échanges, réduction des services publics, de l’accès aux ressources…), ensemble de phénomènes véhiculés dans une spatialité et une temporalité de plus en plus réduites par les TIC, rétrécit leur champ d’action et modifie leur emploi du temps. La « société de l’information » a des impacts sur leurs activités.

La question qui se pose alors est de savoir si les inégalités de genre existantes dans la « société de l’information »[4] doivent se réduire au constat de la globale non-appropriation de ces technologies par des femmes et leurs potentielles organisations ou s’il ne convient pas d’interroger le contexte où les TIC sont utilisées, à quelles fins, par quels acteur-trices, y compris dans la phase moderne du développement de ces technologies.

La réponse à cette question en amène une seconde : limiter les recherches aux problèmes d’inégalités entre les genres dans l’usage des TIC n’interdit-il pas de sortir les femmes utilisatrices de l’Internet de leur rôle de consommatrices en attente ? Se questionne alors le dictat ambiant, relayé tant par les organisations internationales, par les médias d’information, ou encore par certain-es sociologues de l’innovation par l’appropriation citoyenne des TIC, selon lequel « il faut être connecté-e » pour participer du monde contemporain et de la socialisation de ses individu-es.

Force est de constater que cette injonction à être connecté-e à l’adresse des personnes, et en particulier des femmes non connectées au réseau ou qui l’utilisent à des fins de travail ou de consommation, transpose le lieu d’action des femmes et de leurs organisations du réel au virtuel. En opérant cette transposition, elle déplace les causes de la faible visibilité des rôles politiques et des responsabilités sociales que les femmes dans leur grande majorité endossent quotidiennement (santé, éducation, nutrition des ménages), du collectif politique (division entre sphères privée et publique) à l’individuel symbolique (le peer to peer[5], l’« ami » Facebook, l’individualisation par les blogs[6]…). Loin de résoudre la question globale des inégalités de genre partout où elle se pose, cette obligation la nie.

Aussi les engouements variés pour le Web 2.0 reflètent-ils une certaine adaptation aux sociétés contemporaines en étant globalement aveugles aux disparités et à l’existence d’identités différenciées de genre. En effet, la mouvance favorable au développement des usages des réseaux sociaux numériques et des logiciels libres, souvent qualifiée de « révolutionnaire », telle qu’elle se manifeste majoritairement, discute le contexte mondialisé de la « société de l’information », sans vraiment le questionner sur le terrain des inégalités de genre ou des rapports de domination (genre, classe, race[7]) qui la vertèbrent[8]. Cet article propose de démontrer que ces mouvements et leurs théoricien-nes ont le plus souvent une approche conformiste de l’innovation, de la participation et de la créativité. En particulier, les théoricien-nes de l’appropriation des usages des TIC par l’innovation, qui développent une analyse universaliste abstraite, se privent d’une caractérisation de la « société de l’information » par l’analyse des rapports de force qui la structurent. Ces mêmes rapports de force donnent notamment lieu à des politiques de brevétisation (privatisation du savoir, de l’information et des connaissances) et de financiarisation du secteur, autant de dégâts collatéraux de la « société de l’information » que ces théoricien-nes déconstruisent et discutent. A ce titre, leur théorisation appelle critique.

Depuis un peu moins de vingt ans, j’étudie la problématique « Genre et TIC » et, plus récemment, la réalité des impacts politiques des usages de l’Internet par des organisations de femmes ou féministes au Sénégal et en Afrique du Sud sur deux formes de domination respectivement identifiées comme masculine et colonialitaire (liée à la colonialité du pouvoir, de l’être, des savoirs…). Cet article inclut des éléments d’entretiens menés dans les deux pays entre novembre 2008 et février 2009 auprès de représentant-es d’organisations de femmes ou féministes, d’instituts de recherche travaillant sur le genre, ayant accès à l’Internet, ayant ou non des supports Internet, ainsi que des organisations intervenant principalement sur la création numérique ou l’utilisation du Web 2.0, mais ne travaillant pas sur le genre.

Dans cette perspective, une grille critique sensible au genre a été utilisée afin d’étudier les usages innovants des TIC et la sociologie qui les accompagne. Cette grille permet de mieux identifier le contexte majoritairement masculin dans lequel les TIC se développent et s’étudient. En élargissant le constat de l’inégalité entre les genres dans les usages innovants des TIC à l’investigation sur les causes qui produisent ces inégalités, mon approche permet de prendre en compte l’impact de l’hypermodernité[9] et des systèmes épistémiques dominants et patriarcaux sur les usages des TIC par les femmes. En même temps, cette approche tente d’intégrer l’impact de la sociologie de l’innovation par les TIC sur ces systèmes.

Dans cet article, je propose d’interroger la logique réductrice des inégalités de genre dans les usages sociaux des TIC selon trois axes. Le premier tente de qualifier la sociologie de l’innovation par les TIC avec une perspective de genre. Le deuxième axe envisage de se servir de l’exemple du mouvement du libre afin d’analyser en quoi et pourquoi le cloisonnement des mouvements augmente la faiblesse des usages sociaux des TIC par des femmes et creuse les relations hiérarchisées du pouvoir (genre, classe, race), accentuées par la « société de l’information ». Le troisième axe s’intéresse aux perceptions décalées que les acteur-trices africain-es ont de l’ensemble de ces usages.

Ces axes d’investigation permettent de confirmer que la sociologie de l’innovation par l’appropriation citoyenne des TIC et les mouvements qui l’accompagnent en étant aveugles au genre alimentent les fondements inégalitaires de la « société de l’information » qu’ils critiquent.

La négligence des rapports du genre par les concepteurs et théoriciens des réseaux sociaux et du web dynamique

Les réseaux sociaux numériques (Facebook, MySpace, LinkedIn, Twitter…) et le web dynamique représentent les formes contemporaines des outils de la « société de l’information ». Initialement au service des intérêts sécuritaires et militaires[10] des pays d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord, les TIC, outils servant les fondements de la « société de l’information », incarnent des stratégies explicites ou latentes au service de la mondialisation. La mondialisation de l’économie aussi bien que des relations politiques et hiérarchisées de savoirs à l’échelle internationale, s’appuie depuis plus de vingt ans sur ces outils dans le but d’accélérer autant les échanges, que les savoirs ou la vente de matières premières, de titres financiers, ou de corps humains[11]. A ce titre, la « société de l’information » renforce les rapports de domination existants, entre anciens territoires colonisés et nouveaux Etats expansionnistes, entre Etats et populations, entre savants et non savants, entre riches et pauvres, entre hommes et femmes, entre dominants et dominés[12]… La « société de l’information » est productrice d’inégalités entre les genres, au titre qu’elle renforce les inégalités de droits entre hommes et femmes et hiérarchise les identités sexuelles, le masculin restant dominant dans tous les espaces où elle se manifeste[13]. Intégrée dans le quotidien, y compris dans des lieux où l’accès aux TIC est plus limité, la « société de l’information » se révèle être le produit de la mondialisation et des rapports de domination qu’elle entretient autant qu’elle en favorise la production.

Ce cadre d’implémentation du Web 2.0 étant posé, la question de la création et des usages des outils qui le composent permet de mieux cerner les espaces où ces rapports de domination sont susceptibles de s’exercer et de s’intensifier ou au contraire de se délayer.

Les opérateurs informatiques, Microsoft, Google, Yahoo !, ou les créateurs de réseautage numérique, Facebook, MySpace (YouTube), Linkedln, Twitter, sont toutes des entreprises privées nées aux Etats-Unis. Les produits développés, logiciels, plateformes Internet qui forment aujourd’hui le Web 2.0 et qui ont vocation à ce que l’internaute soit « moins passif » qu’avec le Web 1.0, ont pour leur très grande majorité été créés aux Etats-Unis, sinon plus globalement en Occident, par de jeunes hommes américains. Ces entreprises privées nourrissent un marché des télécommunications et s’installent dans un jeu de concurrence économique en cherchant les meilleurs profits financiers. Elles peuvent pour certaines afficher un but philanthropique ou social. Les missions des entreprises créatrices de ces réseaux sociaux sont à ce propos éloquentes : Facebook : “Giving people the power to share and make the world more open and connected.”[14] ; LinkedIn : ”Our mission is to connect the world’s professionals to accelerate their success. We believe that in a global connected economy, your success as a professional and your competitiveness as a company depends upon faster access to insight and resources you can trust.”[15] ; Twitter : “We want to instantly connect people everywhere to what’s most important to them.”[16] Par ces missions, les créateurs et dirigeants de ces entreprises s’arrogent la mission d’« ouvrir » le monde, de favoriser l’échange entre les individu-es du monde entier, d’où qu’il-elles soient, de comprendre ce qui est « le plus important » pour ces individu-es.

Ces objectifs, sans que je ne mette en cause leur vocation à vouloir bien faire, en ne cherchant pas à identifier les individu-es à qui les plateformes collaboratives s’adressent, en les assimilant, traduisent une intention bienveillante à apporter appui, soutien, depuis des personnes qui « savent »[17] les TIC – les dirigeants des entreprises ayant ces objectifs – à celles qui ne savent pas les TIC. Mus par un idéal technologique, leurs auteurs ignorent la diversité tout autant que les inégalités sociales, qu’elles soient de genre, de classe, de race ou d’âge. Ils s’abstraient de l’histoire autant que de la sociopolitique. En négligeant les inégalités et les rapports de pouvoir qui régissent les relations sociales, ils distillent une vision du monde qui aplanit les différences et inégalités, voire les ignore. Leur croyance en leur rôle messianique trahit, sans pour autant que leurs auteurs s’en prévalent, une vision occidentalo-centrée et masculine des rapports de domination et des règles qui les gouvernent. Cette vision exprime implicitement une forme de « colonialisme moderne », d’universalisme, emprunt de paternalisme missionnaire, que je qualifie de colonialité numérique (à la jonction de l’hypermodernité et de la colonialité du pouvoir)[18].

Les usages techniques et technologiques que ces entreprises ont créés font l’objet de nombreuses études se basant sur de multiples théories. Selon Ny Aina Rakotomalala Harisoa, consultant franco-malgache en « TIC et développement local », cette notion traverse au moins deux approches : la diffusion et l’appropriation d’une part et l’innovation d’autre part[19]. La première s’intéresse à la prise de décision des usager-es, entre adoption et rejet[20], suivie par la deuxième qui étudie le processus d’intégration d’une innovation technique dans la vie quotidienne des usager-es[21]. Le concept d’appropriation, hérité du concept marxiste de « l’appropriation des moyens de production »[22], fait ici référence à un processus de construction individuelle ou sociale : « l’appropriation est un procès : elle est l’acte de se constituer un soi »[23]. Selon le sociologue et spécialiste québécois des médias Serge Proulx, « les usages sociaux sont définis comme des patterns d’usages d’individus ou de collectifs d’individus (strates, catégories, classes) qui s’avèrent relativement stabilisés sur une période historique plus ou moins longue, à l’échelle d’ensembles sociaux plus larges (Groupes, communautés, sociétés, civilisations »[24]. A ce titre, l’appropriation de ces usages sociaux est conçue comme la maîtrise technique et cognitive de l’objet, son intégration dans la pratique quotidienne, son usage répété et des répercussions en termes de créativité sociale. Elle se mesure surtout par l’infléchissement des politiques publiques tout autant que par les processus d’innovation mis en œuvre au travers de ces usages.

Le sociologue français Dominique Cardon qualifie la position de l’« usager », différent du « lecteur », de l’« auditeur » et du « téléspectateur », parce qu’actif et participatif, non passif[25] : « La possibilité de communiquer, de produire et d’échanger avec les TIC invite à définir ceux qui les utilisent en soulignant la dimension active, symétrique et participative de leur engagement avec les technologies »[26]. Au titre de cette définition de « nouveaux » usagers, conçus comme actifs, volontairement comparés à ceux des médias classiques, il explique les « innovations » propres à la « société de l’information » que ces usagers génèrent notamment par l’appropriation des logiciels libres, des outils coopératifs de publication, du wifi, du P2P, des blogs, etc. Selon le sociologue, ces innovations seraient caractérisées par le fait qu’elles ne sont pas initiées « par le haut » : « On définira les innovations par l’usage (aussi appelé “innovations ascendantes” [bottom-up innovations] ou “innovations horizontales”) comme des innovations technologiques ou de services qui naissent des pratiques des usagers et se diffusent à travers des réseaux d’échanges entre usagers »[27].

Le sociologue français Olivier Blondeau s’intéresse en particulier à l’Internet, emprunte à Arjun Appadurai le terme « mediascape », afin de définir un espace dans lequel il considère que se construit un nouvel imaginaire politique qui « fait sens » à l’échelon mondial. Il qualifie cet espace de « laboratoire d’expérimentation politique » qui permet de « renouveler les causes, de reconfigurer les répertoires d’action de l’action politique, leurs intrigues narratives et leurs dramaturgies esthétiques »[28]. Le journaliste français Francis Pisani, partant de la définition du web qui repose sur une structure hypertexte, affirme que « ce sont les liens qui font le réseau (et non pas l’enveloppe), les relations (et non pas l’appartenance) »[29]. Il ajoute d’ailleurs que ces relations « sont devenues essentielles pour comprendre le monde ».

Dans le prolongement de cette analyse, Luciano Floridi, philosophe italien de l’information, considère que « nous assistons à une quatrième révolution », celle de la révolution numérique, où des « inforgs », « des organismes qui sont sémantiquement omnivores, capables de traitement sémantique et d’interactions intelligentes », sont les internautes dans leur ensemble, qui « colonisent » eux-mêmes et à leur profit l’Internet[30].

Pour ce qui concerne l’avènement du Web 2.0, l’éditeur et essayiste américain Tim O’Reilly affirme que le « plus grand nombre » des « utilisateurs » considère le Web 2.0 comme une « plateforme » productrice de richesses, « créant des effets de réseau par le biais d’une “architecture de participation” »[31]. Luciano Floridi propose une autre définition tenant pour acquis la forme « participative », sans intermédiaires et ouverte de la plateforme introduite par Tim O’Reilly : « Le Web 2.0, c’est-à-dire le Web participatif, efface les barrières entre la production et la consommation de l’information en introduisant moins de friction au sein d’une ou de plusieurs phases du cycle de vie de l’information (depuis sa production jusqu’à son utilisation en passant par son traitement et sa gestion), ou efface les barrières entre les producteurs et les consommateurs de l’information »[32].

Afin d’appuyer leur thèse, ces différents théoriciens analysent l’émergence récente des réseaux sociaux numériques, considérés comme de « nouveaux cadres favorables à l’émergence de véritables innovations par l’usage » de l’Internet[33]. Francis Pisani considère que de « nouvelles dynamiques relationnelles privilégient l’approche bottom-up et placent la participation comme la clé de réussite de tout processus d’innovation ascendante basée sur la coopération ». En effet Francis Pisani écrit : « Notre hypothèse, ici est que, depuis 2004, le web a donné lieu à l’émergence d’une nouvelle “dynamique relationnelle” »[34]. Il caractérise cette dynamique par la participation massive de « millions d’individus et de petits groupes largement informels », qu’il nomme « webacteurs » à des entreprises comme Google, YouTube, MySpace ou Facebook. Dominique Cardon évoque les « vertus politiques » de ces réseaux sociaux en cela qu’ils ne se contentent pas d’ouvrir un espace public, qualifié d’« oligarchique », à de nouveaux interlocuteur-trices mais « pluralisent et distribuent autrement les formes de la parole politique, en empruntant des langages et en habitant des espaces que la politique conventionnelle, bien souvent, ne sait pas reconnaître »[35].

Plus intéressée par l’approche par le territoire, Gulum Sener, chercheure en sociologie à l’EHESS, fait remarquer, dans le cadre de son étude des usages des réseaux sociaux par les jeunes Turcs, que ces réseaux sociaux sont à l’origine de nouvelles formes de socialisation pour les usager-es, médiatisant leur privé sur un espace public et que « les frontières entre le public et le privé deviennent de plus en plus floues dans la vie sociale »[36]. Elle rejoint ici les analyses de Dominique Cardon sur l’existence d’un « clair obscur » entre canal privé et canal public[37].

A lire ces scientifiques, les « webacteurs » dont il est fait mention, ou les utilisateur-trices de ces réseaux, seraient de sexe, d’âge, de milieu social, ethnique et géographique neutres. Or, des études montrent qu’il-elles se situent massivement en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest, sont jeunes et majoritairement des jeunes hommes ayant un emploi.

Selon une étude de 2008 intitulée « Social Networking Survey » de Synovate[38], 58% des personnes interrogées sur dix-sept marchés dans le monde[39] ne savent pas ce que sont les « réseaux sociaux ». Parmi les personnes interrogées dans le cadre de ma recherche, seules deux jeunes femmes âgées de moins de trente ans les évoquent, dans la perspective de créer des réseaux locaux, de rappeuses au Sénégal et de jeunes féministes en Afrique du Sud. Les autres personnes interrogées ont pu en entendre parler mais ne cernent pas bien de quoi il s’agit. Cette méconnaissance traduit un sentiment plus général selon lequel la « société de l’information » serait, comme elles le disent elles-mêmes, « trop technique », « trop cher », « peu accessible », « étrangère », « hors de la réalité », « non-prioritaire », « réservée aux hommes qui savent ».

Ce sentiment est validé par la carte mondiale des réseaux sociaux[40]. L’utilisation des outils proposés par les entreprises privées qui régissent les réseaux sociaux numériques continue à caractériser, quinze après la généralisation de l’Internet, une géographie des réseaux numériques où les zones grises restent largement situées en Afrique (en dehors du Maghreb, du Sénégal et de l’Afrique du Sud).

Cette cartographie contredit Luciano Floridi qui enrobe dans un « nous » théorique une communauté qui aurait tout à gagner des TIC, en se référant à la capacité de l’espèce humaine à penser, ce qui la distingue de toutes les autres espèces vivantes : « Les technologies de l’information et de la communication ont atteint un stade où elles pourraient assurer la présence stable, l’accumulation, la croissance et la disponibilité de plus en plus grande de notre humus sémantique »[41]. Tout en s’appropriant le même « nous » théorique, Francis Pisani ne caractérise pas les « webacteurs » auxquels il fait référence en termes de sexe, de classe, de race, d’âge, de situation géographique et ne définit pas quelle est la nature de leurs relations avec les entreprises propriétaires des réseaux sociaux numériques.

Dominique Cardon nuance ce « nous » générique et propose une caractérisation anthropologique de ces usager-es : « Ce sont en effet des étudiants bricoleurs et passionnés de musique qui sont à l’origine de la conception des systèmes de P2P qui ont permis un usage massif et populaire de l’Internet haut débit. Ce sont des militants associatifs américains qui ont été chercher une fréquence inutilisée de la bande radio, le 802.11, ou “wifi”, pour faire décoller le haut débit radio que les industriels tardaient à initier. Ce sont des informaticiens férus de culture générale qui ont initié la conception collaborative d’une encyclopédie universelle et multilingue, Wikipedia, qui rivalise aujourd’hui avec les produits éditoriaux du secteur »[42]. La caractérisation masculine et occidentale de ces usagers porteurs d’innovation reste implicite car non nommée. De la même façon, la communauté de ces acteur-trices n’est pas analysée comme dominée par le masculin. Néanmoins le sociologue précise que cette communauté est hiérarchisée et très individualisée : « Contrairement à l’idée souvent véhiculée par les défenseurs des innovations à base coopérative, le développement “technique” de ces innovations est rarement une production collective élargie. Il cache souvent un groupe restreint de fondateurs et une véritable hiérarchie dans les formes de participation à l’innovation, même si cette hiérarchie est parfois masquée afin de ne pas entrer en contradiction avec le discours égalitaire des promoteurs de ces innovations »[43].

En effet, cette hiérarchie est reflétée par l’absence presque générale des femmes et de leurs organisations dans les débats et actions qui traversent la question de l’appropriation citoyenne des TIC[44]. Selon Chat Garcia Ramilo, coordinatrice régionale du programme de femmes de l’Association pour le progrès des communications (APC), les femmes ne participent pas de l’élaboration « des règles, des structures, des standards et des outils de nouvelles technologies »[45]. Aussi, ce monde ne serait pas fait pour les femmes et leurs organisations. Cette argumentation, majoritairement reprise par les décideurs des politiques de TIC[46], mais aussi par des théoriciens et mouvements qui les critiquent, entérine une pauvreté économique intrinsèque des femmes, prétexte pourtant aujourd’hui déplacé dans la majorité des pays où les stratégies commerciales en matière d’accès aux TIC convergent vers la consommation de masse et donc de très faibles coûts de connexion[47].

D’ailleurs, la sociologue britannique Judy Wajcman constate l’absence d’analyse de genre dans les recherches en sciences sociales sur les technologies et la situe en amont des études postulant l’interpénétration de la technique et de la société[48]. La sociologue française Josette Jouët analyse par ailleurs une sexualisation des machines : le téléphone portable par exemple serait féminin et l’informatique masculine[49]. L’historienne et cyberféministe américaine Donna Haraway pense à propos des TIC et des relations qu’ils instaurent, qu’ils peuvent également créer des mythes. Les frontières entre outils des TIC et mythes s’estompent : « On peut en partie comprendre les technologies et les discours scientifiques comme des formalisations, c’est-à-dire comme des moments gelés, des interactions sociales fluides les constituant, mais on pourrait aussi les voir comme des instruments pour mettre en vigueur les sens. La frontière qui sépare l’outil du mythe, l’instrument du concept, les systèmes historiques des relations sociales des anatomies historiques de corps possibles, les objets du savoir inclus, est perméable. En effet, le mythe et l’outil se désignent mutuellement »[50].

Interroger cette hypothèse sur la perméabilité entre outils et mythe est particulièrement pertinent à l’échelle de l’Afrique. En effet, comment s’adapter, déplacer, détourner, étendre des usages dits sociaux, quand le sujet, l’usager, est socialement, politiquement, économiquement, culturellement éloigné, de son plein gré ou involontairement, de l’apprentissage ou de l’approche technique, de leur intégration dans la vie quotidienne et des processus de discussions des politiques publiques ? Ou encore, peut-on créer et développer des usages sociaux des TIC quand on vit une exacerbation des rapports de domination ? Si oui, lesquels ? Comment sont-ils caractérisés ? En quoi existe-t-il des similitudes et des singularités avec les usagers ne vivant pas dans le même environnement ? Autrement dit comment la majorité des femmes d’Afrique peuvent-elles être ou devenir des usagères sociales des TIC et comment sont-elles à même de créer des usages innovants ? Comment et quand peuvent-elles se créer un « soi » ? Quelles sont les formes sous lesquelles il s’exprime ? Les réponses à l’ensemble de ces questions sont peu documentées alors que des expérimentations africaines existent qui innovent par la théorisation des usages des TIC pour le genre, et non simplement du genre dans les TIC[51].

Ces expériences, dont l’exemple de l’usage citoyen des TIC par des jeunes en Afrique de l’Ouest francophone pour l’abandon de l’excision[52], interrogent la pertinence de devoir être connecté-e au réseau pour agir dans le monde et éventuellement le transformer. Or, la majorité des théoriciens de l’appropriation des TIC par les usages sociaux ne discutent pas cette injonction. En cela, ils adoptent la théorie de l’hypermodernité. Par ailleurs, en ne se réappropriant pas les théories sur les différents rapports de domination, ils négligent les impacts des usages des TIC sur les inégalités. Par exemple, même si Gulum Seler et Dominique Cardon mettent l’accent sur le floutage entre privé et public dans la socialisation des individu-es, ils ne s’appuient pas sur la pré-existence de la division sociale entre sphères privée et publique et ses conséquences, telle qu’elle est décrite dans la théorie féministe comme imposée par le patriarcat[53].

En ne prenant pas en compte ces situations sociales, politiques, économiques, culturelles et géographiques, la proposition de définition des usagers des TIC par la majorité des théoricien-nes de l’appropriation sociale des usages des TIC, comme les objectifs des créateurs du Web 2.0, sont réducteurs, aveugles au genre et occidentalo-centrés. Ils sont universalisants.

Cette lacune scientifique, ce vide théorique peut trouver une explication dans l’analyse du cloisonnement des mouvements. Au sein des mouvements sociaux mondiaux[54], incluant tant le mouvement altermondialiste[55], le mouvement des logiciels libres ou les mouvements de femmes ou féministes[56], les passerelles sont toujours difficiles à établir, voire s’effritent.

Le cloisonnement des mouvements à l’origine des faibles usages sociaux de TIC par les femmes

Au titre de ce vide, le mouvement du libre demeure l’exemple à explorer en profondeur. Il présente un fonctionnement à deux faces qui sont antinomiques. D’un côté les discriminations sexistes internes sont plus fortes que dans le monde du logiciel propriétaire[57]. De l’autre côté, ces discriminations sont implicitement assumées par une majorité de ses militants masculins. Pourtant ces militants se revendiquent « révolutionnaires », en marge d’une société dite de captation, de brevétisation, de contrôle, de consommation, verticale, non collaborative et non participative. La contradiction flagrante entre éléments moteurs de mobilisation au sein de ce mouvement et comportements développés au sein du même mouvement, en se perpétuant, forme un indicateur qu’il convient d’analyser en termes de cloisonnements des mouvements et plus largement en termes de pertinence des « alternatives anticapitalistes » proposées.

La cartographie des femmes dans le mouvement des logiciels libres atteste des discriminations de genre qui le traversent. Sur cent développeurs informatiques du libre, seules deux sont des femmes[58]. Les raisons de cette situation sont multiples. D’une part, certain-es observateur-trices expliquent ces données en arguant que les comportements des femmes et des hommes face à l’informatique diffèrent. Ces explications frôlent parfois des réflexions essentialistes ou condescendantes, dans le sens où les femmes auraient besoin d’aide, ce qui ne serait par essence pas le cas des hommes[59]. D’autre part, l’appropriation des logiciels libres pose des questions de disponibilité, de temps. A ce propos, Dominique Cardon me permet d’énoncer que les femmes, prises dans leur ensemble, c’est-à-dire toute classe et race confondue, auraient globalement moins de temps à allouer pour ce type d’apprentissage, associé à du « bricolage ».

Aurélie Chaumat, administratrice systèmes et réseaux au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), ne dément pas ce constat[60] tout autant que la cyberféministe belge Laurence Rassel, qui mentionne l’enquête européenne FLOSS (Free/Libre and Open Source Software : Survey and Study), menée conjointement en 2002 par l’International Institute of Infonomics de l’université de Maastricht aux Pays-Bas et la société d’analyse allemande Berlecon Research. Cette enquête confirme que moins de 1,1% des développeurs de logiciels libres interrogés sont des femmes, soit vingt-cinq fois moins que dans le domaine du logiciel propriétaire. Dans le mouvement du libre, seuls 30% des hommes sont conscients de discriminations en leur sein à l’égard des femmes, alors que 80% des femmes disent les ressentir. Cet environnement se traduit « sous forme de blagues sexistes sur l’incompétence des femmes face aux ordinateurs, de drague répétée, d’approche stéréotypée de leurs compétences : “en tant que femme, tu dois pouvoir régler les conflits, prendre soin des autres ou pouvoir choisir mon nouveau t-shirt” »[61].

Le monde du « libre » connaît des comportements très peu distincts de ceux du monde du « non libre » et des représentations identiques. Dans une enquête menée en 2005 à l’Université de Lyon-I auprès de 360 étudiants de première année de Licence de sciences, interrogés sur leur représentation des métiers des TIC, l’informaticienne française Isabelle Collet analyse que l’informatique, et particulièrement la programmation, est considérée comme étant un métier masculin. Les informaticiens sont d’ailleurs décrits comme des « hommes, peu sportifs et peu attentifs à leur apparence, plus à l’aise avec des machines qu’avec des êtres humains »[62]. Laurence Rassel insiste sur le fait que, implicitement, ce monde informatique est considéré comme composé d’hommes.

Aussi, sur le terrain, des développeuses informatiques des logiciels libres s’emploient davantage à réfléchir à la socialisation de l’informatique, en créant notamment des lieux d’apprentissage collectif s’adressant uniquement à des femmes, à des échelles locale ou internationale[63]. Laurence Rassel indique des groupes tels que les Linuxchix[64], les Gender Changer[65] ou le Debian Women project[66]. Ces initiatives reprennent à leur compte le parti pris de la non mixité dans les actions, revendiqué dans les années 70 par les mouvements de libération des femmes.

Ce parti pris, qui se veut un choix libératoire, d’autonomie, entre en contradiction avec la rhétorique et les idéologies véhiculées par les promoteurs, très majoritairement masculins, des logiciels libres. Ses militants évoquent en effet sans équivoque le « réel impact libérateur pour toute la société »[67]. Ils pensent que « tout ce qui limite l’accès au code source des programmes va limiter la diffusion de la connaissance, privatiser les contenus (avec les dangers que cela peut représenter pour les individus, mais aussi les structures publiques, des universités aux États), brider la créativité »[68]. Hervé Le Crosnier, maître de conférences français en informatique, précise que le mouvement des logiciels libres représente une « révolution sociale » au sein d’un environnement hostile, « balisé par les entreprises ». Il parle de « basculement des pouvoirs » qui ouvre « espoir ». Il admet toutefois que cette révolution est « fragile » et peu être l’objet de récupération. Il ajoute : « Cet empowerment doit beaucoup au mouvement féministe (même si paradoxalement il y a peu de femmes et qu’elles sont souvent traitées avec dédain parmi les activistes du logiciel libre) ». Cette absence des femmes ou le mépris qui leur est réservé au sein du mouvement du libre est sans doute liée à une forme de tolérance et de reproduction implicite des rapports de domination existants (genre, classe, race) par ses promoteurs : des jeunes hommes blancs occidentaux de classe moyenne.

Malgré cette reconnaissance de l’héritage féministe, les différents mouvements (du libre et féministe) gardent leurs distances. L’interpénétration entre les mouvements est rare et peu productive pour ne pas dire antagonique. L’inscription dans le combat contre la brevétisation du vivant, contre la privatisation du commun, pour la collectivisation des savoirs et la promotion de l’intérêt collectif, s’articule souvent avec les luttes des mouvements ouvriers, des sans terre, altermondialistes… au détriment de celles des mouvements de femmes ou féministes[69], dont l’écoféminisme[70]. Ce cloisonnement entre mouvements remonte aux historiques respectifs desdits mouvements, confrontés à leur institutionnalisation[71], et en particulier à celle de l’écologie politique, de la théorie du bien commun, des TIC, du genre, ou aux guerres de libération nationale, au cours desquelles il est majoritairement considéré que la libération des femmes viendra avec celle des peuples.

Si le mouvement du libre propose une analyse des relations hiérarchisés de pouvoir, celle-ci reste circonscrite à des territoires géographiques, économiques, sociaux et épistémiques précis et non nommés : pour leur grande majorité situés en Occident. Par l’angle réducteur qu’elle adopte, cette analyse échappe à une déconstruction de ces relations de pouvoir du point de vue de ce qui les divise (genre, classe, race, âge).

Le mouvement des logiciels libres passe à côté d’une approche sociologique, incluant une analyse de genre, de la définition des concepts qu’il défend. En n’opérant pas de différenciation de genre, d’âge, de classe, de race, d’identité sexuelle quand il évoque notamment les « cybercitoyens », en intégrant en son sein des discriminations de genre, en ne pensant pas l’intérêt d’une alliance stratégique avec les mouvements féministes, ce mouvement démontre une faiblesse stratégique globale vis-à-vis des tenants de la « société de l’information ». Plus globalement, en échouant à produire une analyse genrée au même titre que les dominants et malgré ses prétentions révolutionnaires, voire même à cause de ces prétentions, il fait la preuve qu’il est dans l’incapacité de proposer une alternative pertinente, globale et efficace aux politiques développées par le système que recouvre la colonialité numérique.

Il révèle un phénomène plus large. Par son obstination à ne pas prendre en compte les rapports de domination (masculine et de colonialité du pouvoir), il avalise les fondements de la société qu’il critique qui creuse ces rapports et alimente les systèmes d’oppression. Il se met alors en contradiction interne. Il rivalise à égalité, mais sans avoir les moyens économiques, sociaux et culturels de cette rivalité, avec les entreprises privées qui développent des logiciels ou autres techniques qui répondent efficacement et de façon ciblée aux besoins des populations. Ces derniers ont en effet adopté une stratégie pragmatique : mise à disposition d’outils simples dans un environnement marchand fortement lucratif à l’échelle mondiale. Ils s’en trouvent populaires. Ce n’est pas le cas des militant-es du mouvement du libre, ce qui entérine la relation déplacée qu’ils développent avec leur public.

L’exemple africain : quand l’empirique vient interroger le théorique

Les TIC et en particulier les supports Internet, quels qu’ils soient, à savoir les sites web, les blogs, les wikis, les chats, les forums, les réseaux sociaux, connaissent une progression exponentielle depuis les dix dernières années au profit essentiellement des internautes d’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest[72]. La pénétration est extrêmement faible en Afrique. Le nombre de blogs africains est évalué entre cinq et vingt-cinq mille sur les 20 millions existants dans le monde[73], soit moins de 0,001%. En particulier, la blogosphère, nommée ainsi car elle regroupe l’ensemble des blogs existants, n’est pas investie par les Africaines, contrairement aux Occidentales[74]. Comment peut-on analyser cette faible appropriation des blogs, et plus généralement du Web 2.0 par les Africaines en termes culturel, social, économique, politique ?

Parmi les personnes interrogées dans le cadre de ma recherche en Afrique du Sud et au Sénégal, très peu de personnes ont évoqué la création ou l’utilisation de blogs. Les plus jeunes, âgées de moins de trente ans, comptent parmi celles qui en auraient fait davantage mention dans chacun des pays étudiés et cela par analogie avec les réseaux sociaux.

De la même façon, très rares sont les personnes qui utilisent les logiciels libres. Dans leur grande majorité, elles ignorent l’existence d’un « mouvement du libre », de surcroît international. Elles en connaissent donc encore moins les objectifs et les résultats obtenus en termes de mobilisation sociale. Elles se situent à l’écart. La présidente d’une des associations interrogées au Sénégal considère qu’il y a un problème de connaissance et associe spontanément la question de l’ignorance des logiciels libres à la question des élites. D’autres disent qu’elles en ont « entendu parler » mais ajoutent qu’elles ne savent pas « où aller » pour se les procurer ou que dans leur organisation « des gens plus avancés [qu’elles] les utilisent ». Dans l’ensemble, les personnes interrogées au Sénégal et en Afrique du Sud ne s’estiment « pas très compétentes dans le domaine du Net » mais expriment leur envie d’utiliser ces logiciels. Beaucoup ne font pas la distinction entre logiciels libres et « shareware »[75], à cause de la notion de gratuité[76]. Il existe également un a priori négatif concernant ce qui est gratuit qui consisterait à penser que gratuité rime avec mauvaise qualité.

De fait, les personnes interrogées qui connaissent les logiciels libres sont globalement des professionnel-les des TIC au sens large (incluant le milieu de la recherche). Pour autant, les avis sont partagés. Une ingénieure spécialiste des TIC dit utiliser les logiciels libres parce que pendant ce temps-là elle n’a pas « l’impression d’être espionnée », ni de « faire quelque chose d’illégal » tout en « faisant profiter beaucoup d’autres » de leurs vertus. Implicitement, elle associe le partage des moyens qu’elle possède à des risques pour elle-même. Un chercheur responsable de l’observatoire des usages des TIC au Sénégal témoigne « être un fervent partisan des logiciels libres » mais, qu’en termes d’utilisation, il doit se « battre pour que ce soit un peu opérationnel ». Il constate que « c’est quand-même plus compliqué, encore moins convivial que Windows qui n’est pas un exemple en la matière ». Par ailleurs, il invoque les limites du système car « on ne peut pas utiliser Linux[77] à l’université, dans l’administration ». D’ailleurs beaucoup évoquent Microsoft, comme incontournable, car « plus facile » ou « plus compatible avec l’ensemble des autres organisations », voire « ayant imprimé [sa] philosophie dans la tête des gens ».

Le chercheur ajoute que l’utilisation des logiciels libres demande « une certaine éducation, de l’auto-apprentissage, ce qui n’est pas forcément facile ». A ce propos, une des responsables d’organisation spécialiste de la question « Genre et TIC » se lance dans un long argumentaire en défaveur des logiciels libres, qui la rendent trop dépendante, notamment des développeurs de sites web qui lui imposent des rapports de force qu’elles ne souhaitent pas. Elle explique que l’utilisation des logiciels libres est trop compliquée – « on n’y comprend rien » – ou contraignante, « très lourde », parce qu’elle ne sait pas « comment les utiliser ». Elle s’appuie pour cela sur la description dans le détail de plusieurs expériences professionnelles. Elle conclut par le fait qu’elle préfère « faire à l’ancienne », utiliser le HTML[78], « parce qu’au moins je ne me prendrai pas la tête ». En effet, ces logiciels semblent demander à leurs potentiels utilisateur-trices un « effort » supplémentaire, en termes d’acquis de connaissances, qu’il-elles ne sont pas prêt-es à fournir, principalement faute de temps et sinon de soutien technique adapté. Dans les deux pays, les formations proposées en la matière seraient toutes payantes et cher. D’autres personnes interrogées ne se soucient pas d’installer ces logiciels, cette option étant loin d’être considérée comme prioritaire.

Dans l’ensemble, peu de personnes interrogées dans les deux pays considèrent faire partie du mouvement du libre. Celles qui s’en prévalent considèrent cette appartenance comme une action militante. Certaines critiquent les « logiciels propriétaires » pour lesquels « si on n’est pas vraiment professionnel, on ne sait pas réellement ce qui se passe derrière ». Et elles mettent cette situation en perspective avec le continent africain qui devient dépendant des créateurs des logiciels, qui « les corrigent, reviennent et vous le revendent », ce dont l’Afrique n’a pas les moyens. Certaines promeuvent, au sein du mouvement, « l’accès libre à l’information à travers les licences alternatives, comme les Creative Commons[79], l’information comme bien commun universel ». D’autres se lancent dans une critique virulente des accords passés entre les Etats du « Sud » et Microsoft, qui font que « en fournissant des écoles avec des outils, des machines, [Microsoft] fabrique très jeunes, des consommateurs, passifs, qui ne vont jamais savoir comment ça fonctionne, qu’est-ce que ça apporte » et qui vont les utiliser « pour être rentables, pour délivrer un travail, juste pour s’abrutir ».

Dans les deux pays, nous constatons que le mouvement du libre et ses outils divisent et créent quatre communautés d’acteur-trices : ceux-celles qui savent utiliser les logiciels libres, s’identifient et revendiquent leur appartenance au mouvement dont il-elles sont issu-es – à noter que peu disent représenter des organisations de femmes ou féministes –, ceux-celles qui les connaissent mais récusent l’arbitraire ou l’arrogance de leurs créateur-trices, ceux-celles qui en ont entendu parler mais se sentent impuissant-es et ceux-celles qui ne les connaissent pas.

La « révolution » dont il est souvent fait mention dans la théorie des usages sociaux des TIC, et en particulier dans le mouvement du libre, n’est pas au rendez-vous pour tout le monde et en particulier pour les organisations de femmes ou féministes en Afrique.

 

Conclusion

Au titre de l’observation du cloisonnement des mouvements et des contradictions qui traversent le mouvement du libre et la sociologie de l’innovation par l’appropriation citoyenne des TIC, cet article insiste sur l’écart de perception des objets tels que le « web », la « révolution numérique », les « réseaux sociaux », la « société de l’information », le « libre », selon les chercheur-es et les concepteur-trices, et les confronte avec la perception d’usager-es, parmi lesquels des organisations de femmes africaines davantage engagées dans les usages de TIC que dans la réflexion sur ces usages. En quoi et pourquoi le web, les réseaux sociaux, les logiciels libres, ne sont-ils pas appropriés par les acteur-trices que leurs concepteur-trices disent viser ? Notamment les femmes et leurs organisations ? Comment, après dix ans, se justifie cette distance ? Apparaît un vacuum entre projection masculine occidentale – qui se donne l’universalité pour vocation et réalité – et matérialité féminine subalterne[80] ou périphérique.

Ce vacuum trouve sa justification dans les rapports de domination qu’alimente la « société de l’information » qui se révèlent ainsi au niveau théorique. La vision de cette société, du système qui la meut, telle qu’elle est proposée par la majorité des sociologues de l’innovation par les usages sociaux des TIC et des militant-es de l’appropriation de ces usages, en étant aveugle au genre, universaliste, digère et assimile les rapports de domination desquels la « société de l’information », l’objet de son analyse, n’est pas neutre ni épargnée. Dans un sens, elle les promeut.

En ne s’intéressant qu’à des usages qui semblent davantage prescrits ou fantasmés que reflétant une réalité ethnologique ou sociologique, et même si l’assise de cette analyse à l’échelle occidentale n’est pas complètement contestée, cette approche reproduit des schèmes de division de classe, de race et de genre. A ce titre, elle est contreproductive.

 

Bibliographie

aKa (2008), Les femmes et le logiciel libre, Framablog – http://www.framablog.org/index.php/post/2008/10/21/femmes-et-logiciels-libres, dernière consultation le 30 janvier 2010

APPADURAI A. (2001), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 322 p.

ASCHER F. (2004), La Société hypermoderne. Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, L’Aube

BLONDEAU O., ALLARD L. (2007), Devenir média – L’Activisme sur Internet, entre défection et expérimentation, Paris, Éditions Amsterdam, pp. 394

CAHEN M. (1994), Ethnicité politique. Pour une lecture réaliste de l’identité, Paris, L’Harmattan, 176 p.

CARDON D. (2006), Innovation par l’usage, in Enjeux de mots : regards multiculturels sur les sociétés de l’information, C & F Éditions – http://vecam.org/article588.html, dernière consultation le 25 janvier 2010

CARDON D. (2009), Vertus démocratiques de l’Internet, laviedesidees.fr

CHAUMAT A. (2007), Les femmes et les logiciels libres. Situation, Analyse, Propositions, Roumics – Lille

COLLET I. (2006), L’informatique a-t-elle un sexe ? Hackers, mythes et réalités, Paris, L’Harmattan

DAVIS A. (1983), Femmes Race et Classe, Paris, des Femmes, 342 p.

DELPHY C. (2000), Théories du patriarcat, in HIRATA H., LABORIE F., LE DOARE H., SENOTIER D. (ed.) (2000), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, (2e édition augmentée 2004)

DJOSSOU, P. (2007), Usages et perspectives des blogs en Afrique : cas du Sénégal, in Enjeux et usages des TIC en Afrique : les médias entrent dans le débat, IPAO, pp. 207-223

DORLIN E. (dir.), avec la collaboration d’Annie Bidet-Mordrel (2009), Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris, Puf, coll. Actuel Marx/Confrontations, pp. 320

FLORIDI L. (2009), The Digital Revolution as a Fourth Revolution, The Information Society, London, Routledge

GALACTEROS-LUCHTENBERG C. (2004), Les enfants honteux de la modernité stratégique, Société de stratégie, Revue Agir N° 18 « Crises et modernité », p. 154

GUAY L., HAMEL P., MASSON D., VAILLANCOURT J.-G. (sous la direction de) (2005), Mouvements sociaux et changements institutionnels. L’action collective à l’ère de la mondialisation, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec

HARAWAY D. (1992), Le manifeste cyborg : la science, la technologie et le féminisme-socialiste vers la fin du XXe siècle, Multitudes Futur Antérieur 12-13 : 1992/4-5

HAROCHE C. (2008), L’Avenir du sensible. Les sens et les sentiments en question, Paris, PUF, coll. Sociologie d’aujourd’hui, pp. 256

HIRATA H., LABORIE F., LE DOARE H., SENOTIER D. (ed.) (2000), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, (2e édition augmentée 2004)

JOUËT J. (2000), Retour critique sur la sociologie des usages, dans Réseaux, n° 100, p.487-521

LE CROSNIER H. (2009), Leçons d’émancipation : l’exemple du mouvement des logiciels libres, Paris, Attac – http://www.france.attac.org/spip.php?article9864, consulté le 30 janvier 2010

MIES M., SHIVA V. (1983), L’écoféminisme, trad. française 1999, L’Harmattan, collection « Femmes et changements », pp. 368

MOTTIN-SYLLA M.-H., PALMIERI J. (2009), excision : les jeunes changent l’Afrique par les TIC, Dakar, ENDA – http://www.famafrique.org/tic-mgf/excisionlesjeuneschangentlafriqueparlestic.pdf, consulté le 20 avril 2010

MOTTIN-SYLLA M.-H. (2005), Fracture numérique de genre en Afrique francophone : une inquiétante réalité, Réseau genre et TIC – Etudes et Recherches, n° 244, Dakar, Enda éditions

O’REILLY T. (2005), What Is Web 2.0, O’Reilly edts – http://oreilly.com/web2/archive/what-is-web-20.html, dernière consultation le 5 mars 2010

PALMIERI J. (2004), Tics, genre : même combat !, Paris, Les Pénélopes – http://www.penelopes.org/xarticle.php3?id_article=5364, consulté le 14 mars 2010

PISANI F., PIOTET D. (2008), Comment le web change le monde. L’alchimie des multitudes, Pearson, p. 260

PRIMO N. (2003), Gender issues in the Information Society, Unesco

PROULX S. (2002), Trajectoires d’usages des technologies de communication : les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une société du savoir, Annales des télécommunications, tome 57, n° 3-4

PROULX S. (2005), Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux – modèles – tendances, in Lise Vieira et Nathalie Pinède, Enjeux et usages des TIC : aspects sociaux et culturels, Tome 1, Presses universitaires de Bordeaux

RAKOTOMALALA HARISOA NY A. (2009), Pour une analyse des usages de l’ordinateur et de l’internet dans les cybercafés d’Antananarivo, Contribution au Symposium Netsuds 2009 : Politiques et modes d’appropriation des TIC dans les Suds. Sciences Po Bordeaux, 13-16 Octobre 2009 – http://www.gdri-netsuds.org/IMG/pdf/RAKOTOMALALA.pdf, dernière consultation le 5 février 2010

RAMILO, C. G. (2006), Beyond tools: Technology as a feminist agenda, in Women’s Rights and Development Magazine, The Association for Women’s Rights in Development, p. 68

RASSEL L. (2006), Femmes et logiciels libres : un enjeu de société, Ada – http://www.ada-online.be/frada/spip.php?article300, dernière consultation le 4 février 2010

ROGERS, E. (2003), Diffusion of innovations, 5th Edition, New York, Free Press

SENER G. (2009), La communauté et l’individu dans les réseaux sociaux sur l’Internet : L’usage de Facebook par les jeunes en Turquie, présentée lors du Symposium Netsuds2009 – http://www.gdri-netsuds.org/IMG/pdf/Gulum_Sener.pdf, dernière consultation le 28 janvier 2010

SHADE L. R. (2002), Gender & Community in the Social Construction of the Internet, New York, Peter Lang

SOMMIER I., FILLIEULE O., AGRIKOLIANSKY É. (2008), Généalogie des mouvements altermondialistes en Europe: une perspective comparée, Paris, Karthala, pp. 300

SPIVAK, G. C. (1988), Can the Subaltern Speak? (Les Subalternes peuvent-elles parler ?, traduction française de Jérôme Vidal, Paris, Éditions Amsterdam (2006), in Cary Nelson, Lawrence Grossberg (ed.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago, University of Illinois Press

TCHEHOUALI D. (2009), Logiques d’usages et jeux d’acteurs sur les réseaux sociaux : Quels modèles d’innovation sur la plateforme collaborative Web2solidarité.org ?, intervention lors du Séminaire e-atlas sur la « localisation de l’internet », à Bamako du 6 au 10 décembre 2009

TOBIAS V. (2005), Blog This! An Introduction to Blogs, Blogging, and the Feminist Blogosphere, Feminist Collections v.26, nos. 2-3 (Winter-Spring 2005), pp. 11-17

WAJCMAN J. (2002), La construction mutuelle des techniques et du genre : l’état des recherches en sociologie, in D. CHABAUD-RYCHTER & D. GARDEY, éds, L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Éditions des archives contemporaines, pp. 51-70


[1] Né de la notion de User Generated Content (UGC), le Web 2.0 désigne, par rapport au Web, des changements techniques, qui privilégie la notion de « une application pour n utilisateurs » versus « n applications produites par n utilisateurs », philosophique – les internautes ont le pouvoir – et social – internaute récepteur versus producteur/créateur. Ce nom a été une première fois en 2003, puis diffusée par Tim O’Reilly en 2004. Elle s’est imposée à partir de 2007. C’est un concept qui inclut des outils techniques et communicationnels : réseaux sociaux numériques, wikis, blogs, flux RSS, chat, forums…

[2] En Anglais, les logiciels libres sont regroupés sous le terme « FLOSS » (Free Licence Open Source Software), ce qui signifie logiciels sous licence libre ou en accès libre aux sources. Il y a donc en Anglais amalgame entre logiciels libres (totalement créés par une communauté internationale de développeurs informatiques sans but lucratif) et logiciels « open source » qui appartiennent à des entreprises privées – qui se positionnent donc sur le secteur marchand – qui autorisent à des développeurs à avoir accès aux codes source de leurs logiciels. Je ne m’appesantirai pas ici sur cette différence qui fait polémique et qui a encore aujourd’hui son importance mais qui est largement enfouie sous l’appropriation majoritaire de l’appellation FLOSS.

[3] Concernant le concept de « société de l’information », les guillemets sont volontairement utilisés, de la même façon, la majuscule au « s » n’est pas attribuée, afin de consolider ma démonstration qu’il ne s’agit pas d’une marque déposée, d’une propriété, ni d’un nom propre. Ce concept est le fruit d’une construction politique, économique et idéologique.

[4] PRIMO, 2003, MOTTIN-SYLLA, 2005

[5] Le peer to peer (P2P) permet le partage de fichiers entre deux ordinateurs appartenant chacun à un individu unique.

[6] Depuis le début des années 2000, le nombre de blogs double chaque semestre. Un blog est créé toutes les secondes dans le monde. Ils servent de tribunes politiques, ou de journaux intimes, ou de lieu de rendez-vous en ligne pour leurs créateurs individuels. Ils servent aussi à passer le temps (Technorati, http://www.technorati.com/, consulté le 26 avril 2011).

[7] Dans l’ensemble de ce texte, le terme « race », entendu comme construction sociale et non donnée biologique est privilégié au détriment de celui d’« ethnie ». Certes ce parti pris prête à controverse, surtout dans le milieu francophone, mais il entend rendre compte d’une réalité objective liée à la discrimination de « race » (au sens large, incluant les Noirs, les Blancs, les métis), comme tous les Afro-américains peuvent y faire référence par exemple (DAVIS, 1983). Même si ce terme « race » n’est pas toujours réapproprié par les Africains francophones, qui privilégient le terme « ethnie », je ne souhaite pas intervenir dans le débat qui différencie ce concept à ceux d’« ethnie » et d’« ethnicité » qui décrivent des situations politiques très précises (CAHEN, 1994).

[8] SHADE, 2002

[9] L’hypermodernité succède à la modernité et à la postmodernité et désigne un espace où tout est exacerbé, poussé à l’excès, à l’outrance, à la surenchère et à la surabondance. Selon le chercheur français Thomas Guignard, l’hypermodernité « favorise une perspective monolithique et dogmatique, avec d’un côté les connectés associés à la “modernité” et les non-connectés associés au retard et au conservatisme » (GUIGNARD, 2007).

[10] Le premier réseau numérique, Arpanet, a été créé en 1969 pour le département américain de la Défense. En pleine guerre froide, il servait à protéger les données des Etats-Unis d’une soudaine attaque adverse. Ce réseau a, dix ans plus tard, été introduit dans les universités américaines. Il a définitivement été remplacé par Internet en 1990, dans le cadre de la recherche civile. Le World Wide Web, une interface publique, sous forme de pages à consulter, est créé par le CERN en France en 1991.

[11] GALACTEROS-LUCHTENBERG, 2004

[12] DORLIN, 2009

[13] SHADE, 2002

[14] https://www.facebook.com/facebook?v=info, consulté le 20 janvier 2011

[15] http://press.linkedin.com/about/, consulté le 20 janvier 2011

[17]  Le verbe « savoir » est ici utilisé au sens d’une connaissance étendue du domaine que recouvrent les TIC  Il ne se restreint pas à la connaissance technique des outils et usages.

[18] Je ne peux pas davantage ici développer ce concept de colonialité numérique dont j’ai étudié les fondements, les manifestations, les modalités de fonctionnement et les impacts de genre sur la vie quotidienne.

[19] RAKOTOMALALA HARISOA, 2009

[20] ROGERS, 2003

[21] PROULX, 2002

[22] CARDON, 2006

[23] JOUËT, 2000

[24] PROULX, 2005

[25] Le sociologue utilise le masculin quand il évoque les « usagers » des TIC.

[26] CARDON, 2006

[27] CARDON, 2006

[28] BLONDEAU, 2007

[29] PISANI, 2008

[30] FLORIDI, 2009

[31] O’REILLY, 2005

[32] FLORIDI, 2009

[33] TCHEHOUALI, 2009

[34] PISANI, 2008

[35] CARDON, 2009

[36] SENER, 2009

[37] Interview accordé au journal Le Monde, le 14 octobre 2010, sous le titre « Les réseaux sociaux créent des relations en pointillé » http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/10/14/les-reseaux-sociaux-creent-relations-en-pointille_1253954_651865.html, consulté le 29 janvier 2010

[39] Brésil, Bulgarie, Canada, France, Allemagne, Inde, Indonésie, Japon, Pays-Bas, Pologne, Russie, Serbie, Slovaquie, Afrique du Sud, Taiwan, Etats-Unis d’Amériques, Émirats arabes.

[40] Source : Social Networks in the World (juin 2009) – http://manyeyes.alphaworks.ibm.com/manyeyes/datasets/ 1dccfef84fad11deb715000255111976/versions/1, consulté le 27 janvier 2002

[41] Ibid.

[42] CARDON, 2006

[43] Ibid.

[44] SHADE, 2002

[45] RAMILO, 2006

[46] Les politiques de TIC englobent toutes les politiques liées à la gestion et à la réglementation de la société de l’information. Elles sont décidées en haut lieu et de concert entre les institutions, internationales ou nationales, et le secteur privé, dont les opérateurs de télécommunications et les créateurs/diffuseurs de logiciels, majoritairement localisés en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest.

[47] A l’exception de l’Afrique du Sud.

[48] WAJCMAN, 2002

[49] JOUËT, 2000

[50] HARAWAY, 1992

[51] PALMIERI, 2004

[52] MOTTIN-SYLLA M.-H., PALMIERI J., 2009

[53] DELPHY, 2000

[54] NEVEU, 1996

[55] SOMMIER, FILLIEULE, AGRIKOLIANSKY, 2008

[56] HIRATA, 2000

[57] AKA, 2008, CHAUMAT, 2007, RASSEL, 2006, COLLET, 2006

[58] AKA, 2008

[59] L’article de 2002 de Val Henson, intitulé « HOWTO Encourage Women in Linux » est à ce titre très éclairant. http://tldp.org/HOWTO/Encourage-Women-Linux-HOWTO/, consulté le 4 mars 2010

[60] CHAUMAT, 2007

[61] RASSEL, 2006

[62] COLLET, 2006

[63] La majorité de ces initiatives sont néanmoins localisées en Amérique du Nord ou en Europe de l’Ouest.

[64] http://www.linuxchix.org, consulté le 11 mars 2010

[65] http://www.genderchangers.org, consulté le 11 mars 2010

[66] http://women.alioth.debian.org/, consulté le 11 mars 2010

[67] CROSNIER, 2009

[68] Ibid.

[69] PALMIERI, 2002

[70] MIES, SHIVA, 1983

[71] GUAYE, 2005

[72] INTERNET WORLD STATS, http://www.internetworldstats.com/stats.htm, consulté le 26 avril 2011

[73] DJOSSOU, 2007

[74] TOBIAS, 2005

[75] Un shareware est un logiciel subordonné au droit d’auteur, dont la propriété est privée et qui peut être utilisé gratuitement pour une durée ou des fonctionnalités limitées.

[76] La notion de gratuité est équivoque en anglais, « free » (libre) voulant également dire gratuit.

[77] Système d’exploitation des ordinateurs qui n’est pas sous licence (à distinguer de Windows de Microsoft ou de Mac Os de Apple par exemple qui sont propriétaires, c’est-à-dire qui sont vendus avec les ordinateurs et dont les codes sources restent la propriété d’Apple et de Microsoft). Ce système a été inventé en 1991 dans la foulée du projet GNU.

[78] Hyper Text Meta Language : langage de programmation des pages Web.

[79] Le Creative Commons est une association à but non lucratif proposant gratuitement des contrats flexibles de droit d’auteur qui permettent de diffuser ses créations et permettre à d’autres de les utiliser selon les conditions de l’association.

[80] Au sens où Gayatri Chakravorty Spivak, philosophe indienne, directrice de l’Institute for Comparative Literature and Society de Columbia University, une des principales inspiratrices des études subalternes, le formule : les femmes subalternes n’ont pas accès à la mobilité sociale. Si ces femmes engagent un acte de résistance et qu’aucune infrastructure n’est là pour « reconnaître » cette résistance, ces femmes agissent en vain (Spivak 1988).

Andrée Michel, ou la passion de résister

Je rencontre Andrée Michel à l’âge de 39 ans. Elle en a le double. J’aime à penser que cet écart générationnel a nourri, par bribes, par épisodes, nos passions et rebellions mutuelles. Il a animé notre ambition personnelle, quoique partagée, de faire front contre la bêtise, le mépris, la haine, l’intolérance, l’injustice, sous toutes leurs formes. Il a entretenu entre nous une flamme, celle de deux soldates, non embrigadées, non contrôlables, résistantes de tous les jours, complices dès le premier échange de regard.

On est en juin 1998, à l’École des Beaux Arts de Paris. Endroit magnifique prêté par une amie féministe commune. J’anime une rencontre autour de la renaissance du site Web de l’Agence féministe internationale d’informations les Pénélopes que j’ai créée deux ans plus tôt avec deux copines. Nous avons invité Andrée car nous connaissons ses engagements, multiples, mais surtout au-delà des frontières. Elle assoie notre entreprise qui se veut ouverte, transversale, internationale… Elle restera au fond de la salle animée, pendant toute la durée de l’événement. Ce n’est que le début de mon apprentissage de cette intellectuelle dont j’apprendrai qu’elle est atypique. Andrée n’aime pas les projecteurs et les tribunes, se veut discrète, mais intervient librement, toujours, et à bon escient. Ce jour-là, il s’agit d’utopie. Celle de battre en brèches les divisions, de réduire en miettes les cloisonnements qui structurent le féminisme français. L’ennemi, le patriarcat et l’ensemble de ses agents, a d’ores-et-déjà emprunté le chemin de la mondialisation, notamment par technologies de l’information et de la communication (TIC) interposées, et « nous » ne pouvons plus nous permettre l’isolement, l’invisibilité. Les débats oui, l’éclatement non. Andrée y va de ses témoignages pêchés en Colombie avec la Ruta Pacifica, en Irak, en Bosnie. Sa voix est sèche, volontaire, claire, sans équivoque. Tout le monde l’écoute. Je suis bouleversée par tant de passion. De présence. Cette femme est si modeste, maigre, certes alors bien mise, qu’on ne s’attend pas à une telle force. Sa voix fait résistance. Elle la représente entièrement. Elle incarne sa liberté, celle qu’elle se forgera tout au long de son existence.

Six mois plus tard, les Pénélopes dédient une rubrique de leur magazine en ligne au 50e anniversaire de la publication du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir. Au programme, des portraits, des analyses, des témoignages. Andrée a connu la philosophe. Elle écrit : « Entre 1954 et 1970, période de mes séjours en Amérique du Nord, […] j’étais déjà une militante féministe et anticolonialiste et c’est dans le cadre de ma participation à des mouvements anticolonialistes et féministes que je suis entrée en contact avec Simone de Beauvoir, sans avoir jamais fait partie de son réseau d’intimes. Ainsi, au cours d’un défilé de protestation contre la répression en Algérie, Boulevard Saint-Germain, nous avons été toutes deux appréhendées, avec d’autres manifestant-es, par la police et conduites dans les locaux du Commissariat de police du Quartier pour que nos identités soient relevés. Ce fut ma première rencontre avec Simone de Beauvoir ». Andrée évoque déjà sa timidité et explique ses échanges devenus nombreux sur les luttes anticoloniales et sur le féminisme. Elle souligne l’humanisme de son interlocutrice : « Ce que je retiens le plus de mes rencontres et mes échanges avec Simone de Beauvoir, c’est le profil d’une écrivaine de génie, qui n’avait rien à faire avec les courtisans et qui mettait sa générosité, sa notoriété et son intelligence au service des “damné-es de la terre” (les colonisé-es, les vieux/vieilles, les pauvres/pauvresses) et des “réprouvées du patriarcat” (les femmes) ». Elle avoue ne pas avoir lu le Deuxième sexe à sa sortie, l’avoir découvert grâce à son syndicaliste de mari, rencontré dans « une banlieue ouvrière – où je découvris les valeurs et le mode de vie d’une classe sociale dont j’ignorais tout [après avoir] quitté le milieu intellectuel ».

Nous avons cette banlieue en commun. Montreuil-sous-bois, dans le 9-3. Un hasard ? Sans doute non à la lire. Elle a choisi de vivre dans une banlieue ouvrière où les pauvres et les ouvriers sont majoritaires. Je suis issue d’une famille originaire d’Afrique du Nord, ouvrière, très pauvre pour ce qui concerne la génération de mes grands-parents. Je suis née à Clichy-sous-bois, pas très loin de là. Là où en 2005 éclateront des émeutes mémorables. Andrée est née dans une petite ville près de Cannes, d’une famille bourgeoise. Les 920 km qui séparent nos deux villes natales et cette différence de classe formeront comme nos âges le ciment de notre amitié naissante. Car nous n’allons plus nous quitter. Ou presque.

C’est certainement notre beauvoirisme de base qui va d’emblée nous réunir. Nous nous inscrivons chacune à notre façon dans une tradition de valorisation de la mémoire des femmes, par les écrits, par les actes. Cette mémoire, cet engagement à diffuser l’information à l’infini, Andrée les conçoit comme indissociables de la résistance, aux colonisateurs, impérialistes, racistes, fascistes, possédants, dominants. Je n’ai pas ses mots pour le dire. Mais nous en parlons. Désormais périodiquement. Andrée a un Mac qui lui sert de « machine à écrire » et rencontre de gros problèmes d’utilisation. Andrée m’accorde alors un rendez-vous hebdomadaire qu’elle qualifiera de « cours d’informatique ». Nous passerons ainsi des années, deux heures chaque semaine, à apprendre à ne pas confondre le système d’exploitation et le logiciel de traitement de texte, ou encore le logiciel de gestion des courriers électroniques, et leurs dégâts collatéraux respectifs. Andrée souffre du manque de maîtrise de la machine. Elle qui a toujours décider de tout, fait des choix radicaux, en tranchant dans le vif, comme quand elle a plaqué ses études de philosophie et s’est engagée dans l’armée comme volontaire sociale à la fin de la guerre, lorsqu’elle a quitté l’aisance pour venir vivre à Montreuil et étudier les situations des travailleurs algériens et des familles locataires des hôtels meublés, ou encore quand elle a quitté la France pour les États-Unis puis pour le Canada, sur un continent où les intellectuel-les s’intéressaient davantage à ses écrits. Elle a tant à écrire.

Je l’ai toujours connue avec plusieurs projets de livre en cours. La lecture de « Surarmement, pouvoirs, démocratie », bien avant que je ne la connaisse de près, m’a bouleversée. Au sens où dans ce livre elle met des mots sur une vieille révolte que je traîne contre les guerres et leur absurdité. Et en particulier la guerre en Palestine. Sur le prix qu’en paient les femmes. Cette émotion, doublée d’une envie forte de diversifier mes modes d’action et d’analyse, sera renouvelée quand je lirai « Citoyennes militairement incorrectes », essai co-écrit avec Florence Debray et pour lequel elle dit compter sur mon opinion. J’en resterai retournée, moi qui place Andrée sur le piédestal des scientifiques, des universitaires, desquels je ne considère pas faire partie. Elle prendra toujours le temps nécessaire à démystifier cette académie à laquelle j’accorde autant de révérence.

La conviction que cette colère est moteur de nos actes et pensées s’installera définitivement avec « Justice et vérité pour la Bosnie-Herzégovine ». La suite de Srebrenica et ses horreurs. À sa sortie en 2001, nous évoquerons cette guerre stupide et le rôle du gouvernement français dans ce massacre. Nous partagerons, je crois, ce même sentiment mixte de dégoût et de révolte, tout autant que le plaisir incommensurable produit par la rage. A cela s’ajoute pour Andrée Michel la satisfaction d’avoir pu écrire dans son ouvrage la vérité sur la complicité des militaires français à ce que l’ONU a qualifié de génocide. Je suis moi-même enjouée par une tournée pour trois ans que j’ai entamée en 2000 auprès d’organisations de femmes et féministes dans les Balkans pour qu’elles créent leur propre outil de communication sur le Web. Une option politique. Une bataille contre le mythe du rattrapage du tout électronique, qui consiste à porter assistance aux femmes pour qu’elles soient connectées. Ma vision est inverse. Elle se base sur l’autonomie. Celle des femmes à penser leur quotidien et leurs luttes.

Il est clair qu’Andrée Michel a toujours souhaité étendre la résistance contre les aberrations de la politique franco-française (femmes, nucléaire, colonialisme, etc.) au-delà de l’hexagone. Au début de l’année 2003, les dirigeants de l’Union européenne (UE) sont pris d’une frénésie guerrière relayée en chœur par les sphères politique, journalistique, intellectuelle. Ils demandent que, dans le domaine des dépenses militaires, l’Europe fasse « de gros efforts pour rivaliser avec les Etats-Unis », sans se soucier des besoins essentiels d’éducation et de santé des plus défavorisés. Indigné-es, Andrée Michel et ses ami-es féministes et antimilitaristes décident de lutter. Il-Elles  font signer avec le concours de centaines de personnalités de l’UE un appel intitulé « des citoyen-nes de l’Europe refusent de faire de gros efforts pour rivaliser avec les Etats-Unis ». Cet appel envoyé à tous les chefs d’État de l’UE, aux représentants de cette bureaucratie, fut suivi d’une accalmie… au moins temporairement.

Nos deux heures hebdomadaires ne suffiront jamais à discuter tout ce qui anime nos esprits, au quotidien, à plus long terme. Des sujets communs, contradictoires parfois, qui s’inscrivent sur des registres différents souvent. Car l’informatique vient immanquablement interroger nos engagements. Et nous rions aisément. Je resterai donc très souvent, de plus en plus souvent, deux heures de plus pour que nous puissions échanger librement. De nos combats respectifs, de nos idées, mais aussi de nos frustrations, de nos histoires singulières. Les années passeront – nous arrêterons ces rendez-vous commencés en 2000 à mon départ définitif de la région parisienne en 2010 – et nous ne nous lasserons jamais de nous interroger sur les injustices, les inégalités, l’ignominie de ce monde tout autant que sur les tours joués par nos inconscients. Nous deviendrons intimes.

En 2007, Andrée a 88 ans et est en train d’écrire un livre qu’elle ne souhaite pas autobiographique – « ma petite vie n’intéresse personne » – mais plutôt structuré par ses nombreux combats et l’analyse de leurs contextes : pendant les guerres d’Algérie, d’Irak, pour la paix, pour la lutte contre l’impunité des criminels de guerre. Elle entend témoigner en tant que « féministe antinucléaire et antimilitariste ». Bien qu’elle la fasse avec la participation d’une amie, cette rédaction la fatigue beaucoup. Très scrupuleuse, elle fait des recherches dans ses propres archives. Elle déplace à elle seule des colonnes de livres, de revues. Elle les trie. Elle cherche la vérité. Dans ses anciens articles, dans les entretiens menés par son amie. Tout en continuant à répondre aux sollicitations multiples : demande d’interviews radiophoniques, de signature de pétitions pour un Tribunal pénal international (TPI) ici, ou là, de mise en réseau de féministes. Elle s’épuise. Commence à tonitruer contre tous les dysfonctionnements de son corps : la vue, l’ouïe et maintenant le cœur, les bronches, elle qui n’a jamais été malade. Elle peste contre le fait de ne plus pouvoir descendre quotidiennement à pied à Croix de Chavaux – un peu plus d’un kilomètre de chez elle – acheter ses quotidiens. Et bientôt elle ne pourra plus conduire, ce qui la rend dépendante. Elle va encore trouver les moyens de se battre contre cette entrave à sa liberté.

À travers nos échanges, commence à se dessiner le projet d’un autre livre. Que nous co-rédigerions sur le « sado-masochisme » français. Une idée d’Andrée. Il s’agit là de régler nos comptes avec les années Mitterrand, de dénoncer la culture de la soumission, de la guerre, et le refus de la liberté de la personne, l’idolâtrie du « Père », des intellectuels, la raison d’État, dont on considère qu’elles structurent la société dans laquelle nous vivons. Andrée écrit quelques mots d’introduction : « Intolérance, voire tolérance de l’intolérable, sado-masochisme, mépris de la liberté individuelle, idolâtrie du père et culture de la soumission, identité pervertie sous des masques, crispation infantile, arrogance nationaliste, complaisance narcissique et ignorance de l’autre, etc., ces caractéristiques que nous croyons déceler dans la société française contemporaine sont-elles le résultat d’un déterminisme définitif ou d’une histoire millénaire, dont les traits se sont perpétués jusqu’à nos jours par les politiques et la pesanteur sociale incarnée dans les lois, les coutumes, les sensibilités, l’inconscient collectif de l’homo sapiens français ? Telle est la question qui se pose et à laquelle nous nous efforcerons de répondre dans ce bref essai ». Parce que nomades, Andrée propose que nous nous référions à Elfreide Jelinek : « Je ne puis pas parler pour moi toute seule. Cela vaut du reste aussi pour les femmes écrivaines. Même si c’est un destin individuel qu’elles entendent décrire, c’est toujours un Moi collectif qui parle, le Moi d’une caste subalterne. Le Moi du paria, de l’outsider. Oui aurai-je dû dire, voilà ce que je dois être : une outsider, je le revendique complètement. J’ai l’impression de tout ce que j’écris,… je pourrais dire : déversé dans une sorte de flots de paroles qui ne connaît pas de rives. Oui : un torrent. Un fleuve sans lit » (Elfreide Jelinek, prix Nobel 2004 –  interview du 19 janvier 2002). Le titre de l’ouvrage se profile : « On ne naît pas français, on le devient ». Et le sous-titre : « Les infirmités de l’homo sapiens français ». À ce jour, nous n’avons pas trouvé le temps de l’entreprendre.

Quand nous serons éloignées, nous nous téléphonerons régulièrement. Chaque conversation démarre par un tour d’horizon sanitaire, de l’une, de l’autre, se poursuit par l’expression de nos dépressions respectives – Andrée me dit souvent vouloir en finir avec « cette vie absurde » et milite pour une mort dans la dignité – et se clôt toujours par nos envols rebelles du moment et leur traduction dans la pratique. En 2013, à 94 ans, Andrée sera aux avant-postes de la lutte pour la création d’un TPI pour la République démocratique du Congo auprès de 51 autres marraines et de ses ami-es africain-es. Le seul moyen de punir les auteurs de crimes abominables qui utilisent le corps des femmes comme armes de guerre, dira-t-elle. Elle y mettra toute sa force, toujours dans l’anonymat. Ce qui compte c’est le combat, en aucun cas la reconnaissance de ceux qui en sont.

Aujourd’hui, si on me demande ce que je retiens d’Andrée Michel, je dis : une intellectuelle vertébrée par la liberté, qui a mis son intelligence au service de la paix et de la justice, de la lutte contre toutes les formes de domination et sa force au service de toutes les femmes du monde. Sa générosité n’a d’égale que sa volonté de résister. Son humilité structure la solidarité qu’elle n’a de cesse d’exprimer envers les opprimé-es, les subalternes. Elle m’aura toujours servi de guide, les jours de doute, de colère. Je l’en remercie ici.

Joelle Palmieri, 17 novembre 2013

 

https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2009-2-page-5.htm

https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2009-2-page-8.htm

Andrée Michel, ou la passion de résister

Je rencontre Andrée Michel à l’âge de 39 ans. Elle en a le double. J’aime à penser que cet écart générationnel a nourri, par bribes, par épisodes, nos passions et rebellions mutuelles. Il a animé notre ambition personnelle, quoique partagée, de faire front contre la bêtise, le mépris, la haine, l’intolérance, l’injustice, sous toutes leurs formes. Il a entretenu entre nous une flamme, celle de deux soldates, non embrigadées, non contrôlables, résistantes de tous les jours, complices dès le premier échange de regard.

On est en juin 1998, à l’École des Beaux Arts de Paris. Endroit magnifique prêté par une amie féministe commune. J’anime une rencontre autour de la renaissance du site Web de l’Agence féministe internationale d’informations les Pénélopes que j’ai créée deux ans plus tôt avec deux copines. Nous avons invité Andrée car nous connaissons ses engagements, multiples, mais surtout au-delà des frontières. Elle assoie notre entreprise qui se veut ouverte, transversale, internationale… Elle restera au fond de la salle animée, pendant toute la durée de l’événement. Ce n’est que le début de mon apprentissage de cette intellectuelle dont j’apprendrai qu’elle est atypique. Andrée n’aime pas les projecteurs et les tribunes, se veut discrète, mais intervient librement, toujours, et à bon escient. Ce jour-là, il s’agit d’utopie. Celle de battre en brèches les divisions, de réduire en miettes les cloisonnements qui structurent le féminisme français. L’ennemi, le patriarcat et l’ensemble de ses agents, a d’ores-et-déjà emprunté le chemin de la mondialisation, notamment par technologies de l’information et de la communication (TIC) interposées, et « nous » ne pouvons plus nous permettre l’isolement, l’invisibilité. Les débats oui, l’éclatement non. Andrée y va de ses témoignages pêchés en Colombie avec la Ruta Pacifica, en Irak, en Bosnie. Sa voix est sèche, volontaire, claire, sans équivoque. Tout le monde l’écoute. Je suis bouleversée par tant de passion. De présence. Cette femme est si modeste, maigre, certes alors bien mise, qu’on ne s’attend pas à une telle force. Sa voix fait résistance. Elle la représente entièrement. Elle incarne sa liberté, celle qu’elle se forgera tout au long de son existence.

Six mois plus tard, les Pénélopes dédient une rubrique de leur magazine en ligne au 50e anniversaire de la publication du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir. Au programme, des portraits, des analyses, des témoignages. Andrée a connu la philosophe. Elle écrit : « Entre 1954 et 1970, période de mes séjours en Amérique du Nord, […] j’étais déjà une militante féministe et anticolonialiste et c’est dans le cadre de ma participation à des mouvements anticolonialistes et féministes que je suis entrée en contact avec Simone de Beauvoir, sans avoir jamais fait partie de son réseau d’intimes. Ainsi, au cours d’un défilé de protestation contre la répression en Algérie, Boulevard Saint-Germain, nous avons été toutes deux appréhendées, avec d’autres manifestant-es, par la police et conduites dans les locaux du Commissariat de police du Quartier pour que nos identités soient relevés. Ce fut ma première rencontre avec Simone de Beauvoir ». Andrée évoque déjà sa timidité et explique ses échanges devenus nombreux sur les luttes anticoloniales et sur le féminisme. Elle souligne l’humanisme de son interlocutrice : « Ce que je retiens le plus de mes rencontres et mes échanges avec Simone de Beauvoir, c’est le profil d’une écrivaine de génie, qui n’avait rien à faire avec les courtisans et qui mettait sa générosité, sa notoriété et son intelligence au service des “damné-es de la terre” (les colonisé-es, les vieux/vieilles, les pauvres/pauvresses) et des “réprouvées du patriarcat” (les femmes) ». Elle avoue ne pas avoir lu le Deuxième sexe à sa sortie, l’avoir découvert grâce à son syndicaliste de mari, rencontré dans « une banlieue ouvrière – où je découvris les valeurs et le mode de vie d’une classe sociale dont j’ignorais tout [après avoir] quitté le milieu intellectuel ».

Nous avons cette banlieue en commun. Montreuil-sous-bois, dans le 9-3. Un hasard ? Sans doute non à la lire. Elle a choisi de vivre dans une banlieue ouvrière où les pauvres et les ouvriers sont majoritaires. Je suis issue d’une famille originaire d’Afrique du Nord, ouvrière, très pauvre pour ce qui concerne la génération de mes grands-parents. Je suis née à Clichy-sous-bois, pas très loin de là. Là où en 2005 éclateront des émeutes mémorables. Andrée est née dans une petite ville près de Cannes, d’une famille bourgeoise. Les 920 km qui séparent nos deux villes natales et cette différence de classe formeront comme nos âges le ciment de notre amitié naissante. Car nous n’allons plus nous quitter. Ou presque.

C’est certainement notre beauvoirisme de base qui va d’emblée nous réunir. Nous nous inscrivons chacune à notre façon dans une tradition de valorisation de la mémoire des femmes, par les écrits, par les actes. Cette mémoire, cet engagement à diffuser l’information à l’infini, Andrée les conçoit comme indissociables de la résistance, aux colonisateurs, impérialistes, racistes, fascistes, possédants, dominants. Je n’ai pas ses mots pour le dire. Mais nous en parlons. Désormais périodiquement. Andrée a un Mac qui lui sert de « machine à écrire » et rencontre de gros problèmes d’utilisation. Andrée m’accorde alors un rendez-vous hebdomadaire qu’elle qualifiera de « cours d’informatique ». Nous passerons ainsi des années, deux heures chaque semaine, à apprendre à ne pas confondre le système d’exploitation et le logiciel de traitement de texte, ou encore le logiciel de gestion des courriers électroniques, et leurs dégâts collatéraux respectifs. Andrée souffre du manque de maîtrise de la machine. Elle qui a toujours décider de tout, fait des choix radicaux, en tranchant dans le vif, comme quand elle a plaqué ses études de philosophie et s’est engagée dans l’armée comme volontaire sociale à la fin de la guerre, lorsqu’elle a quitté l’aisance pour venir vivre à Montreuil et étudier les situations des travailleurs algériens et des familles locataires des hôtels meublés, ou encore quand elle a quitté la France pour les États-Unis puis pour le Canada, sur un continent où les intellectuel-les s’intéressaient davantage à ses écrits. Elle a tant à écrire.

Je l’ai toujours connue avec plusieurs projets de livre en cours. La lecture de « Surarmement, pouvoirs, démocratie », bien avant que je ne la connaisse de près, m’a bouleversée. Au sens où dans ce livre elle met des mots sur une vieille révolte que je traîne contre les guerres et leur absurdité. Et en particulier la guerre en Palestine. Sur le prix qu’en paient les femmes. Cette émotion, doublée d’une envie forte de diversifier mes modes d’action et d’analyse, sera renouvelée quand je lirai « Citoyennes militairement incorrectes », essai co-écrit avec Florence Debray et pour lequel elle dit compter sur mon opinion. J’en resterai retournée, moi qui place Andrée sur le piédestal des scientifiques, des universitaires, desquels je ne considère pas faire partie. Elle prendra toujours le temps nécessaire à démystifier cette académie à laquelle j’accorde autant de révérence.

La conviction que cette colère est moteur de nos actes et pensées s’installera définitivement avec « Justice et vérité pour la Bosnie-Herzégovine ». La suite de Srebrenica et ses horreurs. À sa sortie en 2001, nous évoquerons cette guerre stupide et le rôle du gouvernement français dans ce massacre. Nous partagerons, je crois, ce même sentiment mixte de dégoût et de révolte, tout autant que le plaisir incommensurable produit par la rage. A cela s’ajoute pour Andrée Michel la satisfaction d’avoir pu écrire dans son ouvrage la vérité sur la complicité des militaires français à ce que l’ONU a qualifié de génocide. Je suis moi-même enjouée par une tournée pour trois ans que j’ai entamée en 2000 auprès d’organisations de femmes et féministes dans les Balkans pour qu’elles créent leur propre outil de communication sur le Web. Une option politique. Une bataille contre le mythe du rattrapage du tout électronique, qui consiste à porter assistance aux femmes pour qu’elles soient connectées. Ma vision est inverse. Elle se base sur l’autonomie. Celle des femmes à penser leur quotidien et leurs luttes.

Il est clair qu’Andrée Michel a toujours souhaité étendre la résistance contre les aberrations de la politique franco-française (femmes, nucléaire, colonialisme, etc.) au-delà de l’hexagone. Au début de l’année 2003, les dirigeants de l’Union européenne (UE) sont pris d’une frénésie guerrière relayée en chœur par les sphères politique, journalistique, intellectuelle. Ils demandent que, dans le domaine des dépenses militaires, l’Europe fasse « de gros efforts pour rivaliser avec les Etats-Unis », sans se soucier des besoins essentiels d’éducation et de santé des plus défavorisés. Indigné-es, Andrée Michel et ses ami-es féministes et antimilitaristes décident de lutter. Il-Elles  font signer avec le concours de centaines de personnalités de l’UE un appel intitulé « des citoyen-nes de l’Europe refusent de faire de gros efforts pour rivaliser avec les Etats-Unis ». Cet appel envoyé à tous les chefs d’État de l’UE, aux représentants de cette bureaucratie, fut suivi d’une accalmie… au moins temporairement.

Nos deux heures hebdomadaires ne suffiront jamais à discuter tout ce qui anime nos esprits, au quotidien, à plus long terme. Des sujets communs, contradictoires parfois, qui s’inscrivent sur des registres différents souvent. Car l’informatique vient immanquablement interroger nos engagements. Et nous rions aisément. Je resterai donc très souvent, de plus en plus souvent, deux heures de plus pour que nous puissions échanger librement. De nos combats respectifs, de nos idées, mais aussi de nos frustrations, de nos histoires singulières. Les années passeront – nous arrêterons ces rendez-vous commencés en 2000 à mon départ définitif de la région parisienne en 2010 – et nous ne nous lasserons jamais de nous interroger sur les injustices, les inégalités, l’ignominie de ce monde tout autant que sur les tours joués par nos inconscients. Nous deviendrons intimes.

En 2007, Andrée a 88 ans et est en train d’écrire un livre qu’elle ne souhaite pas autobiographique – « ma petite vie n’intéresse personne » – mais plutôt structuré par ses nombreux combats et l’analyse de leurs contextes : pendant les guerres d’Algérie, d’Irak, pour la paix, pour la lutte contre l’impunité des criminels de guerre. Elle entend témoigner en tant que « féministe antinucléaire et antimilitariste ». Bien qu’elle la fasse avec la participation d’une amie, cette rédaction la fatigue beaucoup. Très scrupuleuse, elle fait des recherches dans ses propres archives. Elle déplace à elle seule des colonnes de livres, de revues. Elle les trie. Elle cherche la vérité. Dans ses anciens articles, dans les entretiens menés par son amie. Tout en continuant à répondre aux sollicitations multiples : demande d’interviews radiophoniques, de signature de pétitions pour un Tribunal pénal international (TPI) ici, ou là, de mise en réseau de féministes. Elle s’épuise. Commence à tonitruer contre tous les dysfonctionnements de son corps : la vue, l’ouïe et maintenant le cœur, les bronches, elle qui n’a jamais été malade. Elle peste contre le fait de ne plus pouvoir descendre quotidiennement à pied à Croix de Chavaux – un peu plus d’un kilomètre de chez elle – acheter ses quotidiens. Et bientôt elle ne pourra plus conduire, ce qui la rend dépendante. Elle va encore trouver les moyens de se battre contre cette entrave à sa liberté.

À travers nos échanges, commence à se dessiner le projet d’un autre livre. Que nous co-rédigerions sur le « sado-masochisme » français. Une idée d’Andrée. Il s’agit là de régler nos comptes avec les années Mitterrand, de dénoncer la culture de la soumission, de la guerre, et le refus de la liberté de la personne, l’idolâtrie du « Père », des intellectuels, la raison d’État, dont on considère qu’elles structurent la société dans laquelle nous vivons. Andrée écrit quelques mots d’introduction : « Intolérance, voire tolérance de l’intolérable, sado-masochisme, mépris de la liberté individuelle, idolâtrie du père et culture de la soumission, identité pervertie sous des masques, crispation infantile, arrogance nationaliste, complaisance narcissique et ignorance de l’autre, etc., ces caractéristiques que nous croyons déceler dans la société française contemporaine sont-elles le résultat d’un déterminisme définitif ou d’une histoire millénaire, dont les traits se sont perpétués jusqu’à nos jours par les politiques et la pesanteur sociale incarnée dans les lois, les coutumes, les sensibilités, l’inconscient collectif de l’homo sapiens français ? Telle est la question qui se pose et à laquelle nous nous efforcerons de répondre dans ce bref essai ». Parce que nomades, Andrée propose que nous nous référions à Elfreide Jelinek : « Je ne puis pas parler pour moi toute seule. Cela vaut du reste aussi pour les femmes écrivaines. Même si c’est un destin individuel qu’elles entendent décrire, c’est toujours un Moi collectif qui parle, le Moi d’une caste subalterne. Le Moi du paria, de l’outsider. Oui aurai-je dû dire, voilà ce que je dois être : une outsider, je le revendique complètement. J’ai l’impression de tout ce que j’écris,… je pourrais dire : déversé dans une sorte de flots de paroles qui ne connaît pas de rives. Oui : un torrent. Un fleuve sans lit » (Elfreide Jelinek, prix Nobel 2004 –  interview du 19 janvier 2002). Le titre de l’ouvrage se profile : « On ne naît pas français, on le devient ». Et le sous-titre : « Les infirmités de l’homo sapiens français ». À ce jour, nous n’avons pas trouvé le temps de l’entreprendre.

Quand nous serons éloignées, nous nous téléphonerons régulièrement. Chaque conversation démarre par un tour d’horizon sanitaire, de l’une, de l’autre, se poursuit par l’expression de nos dépressions respectives – Andrée me dit souvent vouloir en finir avec « cette vie absurde » et milite pour une mort dans la dignité – et se clôt toujours par nos envols rebelles du moment et leur traduction dans la pratique. En 2013, à 93 ans, Andrée sera aux avant-postes de la lutte pour la création d’un TPI pour la République démocratique du Congo auprès de 51 autres marraines et de ses ami-es africain-es. Le seul moyen de punir les auteurs de crimes abominables qui utilisent le corps des femmes comme armes de guerre, dira-t-elle. Elle y mettra toute sa force, toujours dans l’anonymat. Ce qui compte c’est le combat, en aucun cas la reconnaissance de ceux qui en sont.

Aujourd’hui, si on me demande ce que je retiens d’Andrée Michel, je dis : une intellectuelle vertébrée par la liberté, qui a mis son intelligence au service de la paix et de la justice, de la lutte contre toutes les formes de domination et sa force au service de toutes les femmes du monde. Sa générosité n’a d’égale que sa volonté de résister. Son humilité structure la solidarité qu’elle n’a de cesse d’exprimer envers les opprimé-es, les subalternes. Elle m’aura toujours servi de guide, les jours de doute, de colère. Je l’en remercie ici.

Joelle Palmieri, 17 novembre 2013

 

https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2009-2-page-5.htm

https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2009-2-page-8.htm

http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2012/11/29/le-systeme-militaro-industriel-pratique-une-politique-de-genre-dynamique/

Vers une critique féministe de la colonialité numérique, inspirée par le contexte africain

stylographiesQuand on aborde la société de l’information avec une perspective de genre, une des premières hypothèses sur laquelle on travaille consiste à établir que les inégalités de genre sont la seule source des problèmes d’invisibilité politique des organisations de femmes ou féministes dans la société de l’information. De la même façon, on s’arrête assez vite aux critiques de la société de l’information qui constatent l’expansion du néolibéralisme et l’usage courant des TIC par l’Occident à des fins uniquement économiques. L’objectif de l’étude que j’ai menée en Afrique du Sud et au Sénégal était de renouveler la critique de la société de l’information d’un point de vue féministe. J’ai ainsi souhaité interroger ces précédentes tendances que j’avais adoptées dans le cadre de résultats de recherches que j’avais poursuivies en Europe de l’Est et Centrale ou en Iran. Même si elles s’inscrivaient dans le prolongement de travaux théoriques et empiriques du mouvement Genre et TIC (Gurumurthy, Hafkin, Primo), la confrontation au terrain africain a complexifié mon analyse et m’a amenée à comprendre que le problème n’est pas uniquement patriarcal, économique et néocolonial.

En effet, le contexte de genre de la société numérique africaine et sa diversité demandent à revisiter conjointement les études féministes, postcoloniales, subalternes et de l’information. Il engage à ne pas plaquer sur l’Afrique des appareillages théoriques comme le patriarcat (Delphy, Davis, Bennett, Duerst-Lahti), le genre (Butler, Kergoat, Guillaumin), l’appropriation du corps des femmes (Tabet, Héritier), la mondialisation (Hirata, Falquet), l’hypermodernité (Asher, Aubert), la colonialité du pouvoir (Quijano, Grosfoquel, Mignolo), la postcolonie (Mbembe), la dépendance (Amin), la subalternité (Spivak, Diouf), la sociologie de l’innovation par les TIC (Cardon, Proulx, Jouët).

 

Croiser TIC et genre pour analyser les rapports de domination

Le but de cette étude a clairement été de montrer qu’en Afrique, les impacts de TIC et les inégalités de genre se conjuguent, aggravent les rapports de domination et paradoxalement peuvent créer des espaces où des savoirs non dominés de genre émergent.

Cette hypothèse a pu s’étudier à partir de deux questionnements :

1. En quoi la société de l’information redéfinit-elle les rapports sociaux de genre ? En quoi accélère-t-elle l’appropriation du corps des femmes ? Comment ce corps incarne-t-il le dernier espace de légitimité politique et économique des États ? La réponse à ces questions permet de qualifier les nouvelles formes de rapports de pouvoir entre États, entre État et populations ;

2. En quoi les usages Internet des organisations de femmes et féministes rendent-ils compte des rapports de domination ? Entre communication institutionnelle et innovation par la diffusion de savoirs, ces organisations se subornent-elles ou créent-elles des espaces de résistance ? 
Cette démarche est censée aboutir à la démonstration que :

  • la société de l’information mixte colonialité du pouvoir et patriarcat ;
  • ce double système de domination peut faire création épistémique.

 

Remettre en cause ses méthodes

Afin de mener à bien ce travail, il a fallu interroger le cadre conceptuel et les méthodes de recherche courantes. 
La domination masculine, le genre, le néocolonialisme, l’impérialisme économique sont-elles les bonnes variables qui permettent d’établir une analyse critique de la société de l’information ? Ces variables rendent-elles compte à elles seules des rapports de domination dont la société de l’information est le produit ? Permettent-elles de rendre compte qu’elle produit elle-même des rapports de domination ?
Afin de répondre à ces questions, une enquête ciblée et une recherche documentaire approfondie ont dû être menées de front, avec des méthodes d’analyse spécifiques, dont une analyse institutionnelle du terrain de l’étude.

 

Chercher les invisibilités politiques

31 entretiens ont ainsi été menés auprès de 29 femmes et deux hommes qui représentaient 28 organisations de femmes, féministes ou des organisations centrées sur la création numérique, le soutien aux droits des paysans ou à la trithérapie, mais ne travaillant pas sur le genre, en Afrique du Sud et du Sénégal en décembre 2008 et janvier 2009.
La grille d’entretien a été construite par paliers : du personnel, à la représentation de la situation nationale générale, politique, sociale, étrangère, numérique, pour revenir aux usages des TIC en tant qu’organisations. Elle a permis de faire apparaître entre et au sein des pays des positions très tranchées. 
Cette démarche a confirmé la pertinence de la comparaison. Le terrain a forcé la recherche de nuances, de similarités et de similitudes, visibles ou invisibles, à tous les stades de l’enquête et pour l’ensemble des concepts abordés : les inégalités de genre, les rapports de domination, les usages des TIC.

 

Internet : des enjeux contrastés

Les interlocuteurs des deux pays ont exprimé leur faible conscience des enjeux de la société de l’information. La majorité des femmes et leurs organisations utilisent des techniques, infrastructures et logiciels dont elles ne connaissent ni les propriétaires, ni les politiques associées.
En Afrique du Sud, c’est le sujet-même de l’objet de recherche, Internet, qui a été considéré comme déplacé. Son accès est cher et l’heure est davantage à l’aggravation des écarts de richesse, du chômage, de la pauvreté, à l’accélération des violences sexuelles et politiques, à l’affaiblissement des mouvements sociaux, y compris féministes, à l’expression démesurée et publique du masculinisme et du traditionalisme. Au Sénégal, c’est l’adjectif « politique » adossé au terme visibilité et l’utilisation du terme « féminisme » qui a fait blocage. En revanche, l’usage des TIC pour le genre ou pour l’égalité a rassemblé à peu près tous les engouements. Les TIC permettent de rendre compte du lien entre pauvreté et résistance, violences et détermination, discriminations sexistes et justice, dette et informalité.

 

Deux institutionnalisations croisées

Une fois ces observations de terrain acquises, il est apparu nécessaire d’appuyer la démonstration de l’occidentalisation des rapports sociaux et de l’universalisme abstrait qu’elle induit. Aussi, une analyse institutionnelle s’est imposée. Elle confirme que les politiques nationales et internationales en faveur de l’égalité de genre ne se traduisent pas dans le réel quotidien. Elle permet de constater que l’émergence de la société de l’information coïncidant avec la Conférence de Pékin de 1995, les politiques de TIC sont venues biaiser les politiques d’égalité. Elles ont orienté les actions des institutions comme du mouvement Genre et TIC vers l’accès des femmes aux infrastructures technologiques au détriment de leur contribution à la diffusion de contenus. 
L’émancipation a été plus technique qu’éditoriale, plus fonctionnelle que politique. 
Les usages des TIC par les femmes africaines et leurs organisations ne sont pas neutres au genre et la mise en exergue des inégalités et identités de genre est désormais liée aux TIC. 
Les institutionnalisations conjointes des TIC et du genre ont participé de l’invisibilité des sujets des luttes des organisations de femmes et par là même de la subalternité des femmes africaines. Les expressions des femmes africaines, leurs savoirs n’ont pu être mis en lumière.

 

Une colonialité du pouvoir renouvelée

Cette analyse institutionnelle mobilisée, une recherche documentaire approfondie et une réflexion sur les études postcoloniales, les subaltern studies, les théories sur l’histoire de la postcolonie, de la dépendance, le tout appliqué au continent africain, a permis de qualifier correctement les rapports de domination dont il était question depuis le début de l’étude. A la lecture d’Anibal Quijano, il a été possible d’associer trois mots à la société de l’information : la colonialité du pouvoir, une forme spécifique et historicisée des rapports de domination entre États et sociétés. 
En caractérisant l’ensemble des relations sociales produites par l’expansion du capitalisme en ses périphéries subalternes, la terminologie « colonialité du pouvoir » permet d’être associée à la société de l’information qui accélère, étend, augmente cette expansion par machines, logiciels et télécommunications interposés. 
Nous voyons alors que cette société participe du déploiement de la colonialité et que nous assistons à son renouvellement. Il est désormais possible de requalifier cette colonialité, et de la nommer « colonialité numérique ».

 

Le genre facteur de subalternité

Ensuite un concept s’est peu à peu imposé : la subalternité. Dans les deux pays de la recherche, l’Afrique du Sud et le Sénégal, le message de genre des organisations internationales convergent depuis une quinzaine d’années vers : « il faut éduquer, soutenir les femmes africaines pour lutter contre la pauvreté ». Ceci passe par leur intégration au marché mondial du travail, et donc par les TIC, et en particulier l’Internet, notamment par le télétravail et des formations en ligne. Cela signifie qu’il est jugé nécessaire que les femmes africaines intègrent au mieux des savoirs importés, homogènes, formulés par des cadres des institutions internationales. Cette homogénéisation est de fait occidentale et universelle. 
La société de l’information favorise alors l’occidentalisation des pensées qui rend les femmes de la base subalternes : ces femmes ne sont pas considérées comme des actrices du développement, porteuses de savoirs propres.

 

Vers la dépolitisation du réel

En cela, les travaux de Gayatri Spivak permettent d’établir le lien entre colonialité numérique et dépolitisation du développement. En contexte de mondialisation hypermoderne, le système de concurrence entre États, entre Occident, Extrême et Moyen-Orient et autres États, s’accélère. Cette concurrence se traduit par une violence épistémique et s’accompagne d’une forme de propagande politique qui vante les bienfaits du « numérique ». Le numérique devient dans les relations sociales un besoin à satisfaire, voire une obligation, ce qui crée mystification. Cette mystification repose sur l’amalgame entre outils, logiciels et usages, sans plus de nuances sur les effets différenciés des uns et des autres. Par exemple, est-ce le mobile en tant que machine qui agit sur le réel ou est-ce son usage ? Est-ce Facebook qui fait les révolutions, ou est-ce que ce sont les jeunes qui l’utilisent pour rendre compte des actes de répression d’une manifestation à laquelle ils ont participé ? Cette manifestation n’a-t-elle pas été convoquée par des groupes organisés en amont dans le réel ? En laissant croire le contraire, le virtuel dépolitise le réel.

 

Résister : diffuser des savoirs non savants

Après ces résultats plutôt pessimistes, les perspectives d’alternatives s’amoindrissaient. Aussi, a-t-il été nécessaire de rechercher dans des entretiens et dans des observations participantes que j’avais menées plus tôt, en 2000, en 2002, entre 2006 et 2008, ce qui pouvait bien illustrer des pistes de résistance proposées par des organisations de femmes ou féministes africaines. 
Au Sénégal comme en Afrique du Sud, les expériences de transmission de savoirs non savants de genre se sont vite imposées comme « les » expériences d’innovation en termes d’impacts politiques des usages de l’Internet sur les dominations masculine et colonialitaire (liée à la colonialité du pouvoir). 
Par leurs caractères non formels, non codifiés, non normés, non revendiqués, non installés, non institutionnalisés, ces savoirs transgressent le système tel que nous venons de l’analyser. Ils créent les bases d’une communication informelle où les actrices deviennent des auteures. Elles y libèrent leur propre champ de connaissance.

 

Coupler colonialité numérique et genre : vers un renouvellement de l’épistémologie féministe ?

Les conclusions de l’étude sont les suivantes :

  • l’occidentalisation du virtuel déteint sur le réel en le dépolitisant ; elle a des impacts concrets sur le réel : masculinisme, traditionalisme, institutionnalisation du genre et des TIC ;
  • la colonialité numérique et le genre sont des variables qui ne peuvent être séparées pour analyser les rapports de domination sous peine de ne pas identifier les espaces d’innovation de la subalternité ;
  • l’accélération et la cristallisation des rapports de pouvoir permettent la maturation d’une informalité de la communication de la part des organisations de femmes ou féministes africaines.

En entrant par les effets politiques des usages des TIC par les organisations de femmes ou féministes africaines, cette étude participe à la redéfinition des rapports de domination en contexte de mondialisation hypermoderne. Il semble important de continuer ce travail théorique de redéfinition en utilisant les usages des TIC et le genre comme points d’entrée incontournables.
En particulier, il apparaît qu’un travail spécifique sur les dominations épistémiques liées au virtuel mériterait d’être approfondi aussi bien que sur les transgressions qui y sont attachées.
Ensuite, il semble important de continuer ce travail de pont entre virtuel et réel, sous peine de participer du jeu en cours de dépolitisation des actions et des concepts. La médiatisation et les extrapolations scientifiques diverses sur le « Printemps arabe » en sont de bons exemples. 
Enfin, quelques hypothèses avancées tout au long de ce travail de recherche mériteraient d’être validées :

1. l’idée selon laquelle des savoirs subalternes libérés par les usages innovants des TIC puissent enrichir une épistémologie féministe ;

2. la nécessité pour la sociologie de l’innovation par l’appropriation des TIC d’engager une critique « Genre et TIC » plus complète ;

3. le besoin de conceptualiser l’informalité de la communication comme une piste d’innovation politique dans les usages des TIC.

Dans tous les cas, cette étude aura eu le mérite de confirmer que ce que l’on ne connaît pas est une dimension essentielle de la connaissance.

Joelle Palmieri

9 juillet 2012

PS : Cet article est la synthèse d’une thèse de doctorat en science politique intitulée « Genre et société numérique colonialitaire – Effets politiques des usages de l’Internet par des organisations de femmes ou féministes en contexte de domination masculine et colonialitaire : les cas de l’Afrique du Sud et du Sénégal » et soutenue à l’IEP de Bordeaux-Laboratoire les Afriques dans le Monde le 16 décembre 2011. Le texte est disponible à l’adresse : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00709266

CHRONIQUE D’UNE CHERCHEURE DE RECONNAISSANCE UNIVERSITAIRE

C’est au cours d’un entretien à l’Anpe, où je pointe de façon intermittente, et où je suis tenue de rendre une visite régulière tous les six mois afin de faire le point sur ma « réinsertion professionnelle », que j’entends pour la première fois parler de VAE. « Pourquoi n’essayez-vous pas une VAE ? », me dit ma conseillère. Nous sommes en mars 2006. J’ai 47 ans, suis inscrite comme demandeure d’emploi en tant que conseil en communication, ou plutôt « conseillère » comme peut exclusivement l’autoriser la grille professionnelle de l’agence, celle dédiée aux cadres. Je n’ai plus de CDI depuis trois ans, et exerce des missions ponctuelles, allant de 3 jours à 6 mois, pour leur grande majorité à et pour l’étranger, de conseil, d’audit, de recherche, de formatrice… en communication, information, réseau, management, genre, entreprenariat collectif… J’en ai un peu assez de garder ma valise dans le couloir. De la croiser. Les pays comme les régions se sont enchaînés depuis 28 ans et j’envisagerais bien de rentrer au bercail. J’habite la banlieue Est-parisienne depuis ma naissance. « VAE ? mais de quoi me parlez-vous ? », réponds-je. « Eh bien, de la validation des acquis de l’expérience ! », renchérit d’un ton banal mon interlocutrice. « Pardon ? », réplique-je. « Ah ? vous ne connaissez pas ? je vais vous expliquer », et dans un calme olympien ma guide me dévoile les coulisses de la loi de 1987 puis de 2002. Je suis convaincue. Au point que je sais, non pas le diplôme que je vais faire valider et l’université que je vais élire pour mener à bien ce projet, mais LA personne qui, elle, va savoir ce à quoi je peux prétendre. En effet, ma relation à l’université, ses codes et ses rituels, est aussi distendue que celle du pape au préservatif. J’appelle donc mon amie, toute jeune diplômée, Bac+5, deux fois, science-politisée, qui par ailleurs ne trouve pas de travail. En une poignée de minutes, elle me dicte niveau de diplôme, « quoi master2 ? c’est quoi ? c’est pas trop haut pour moi ? », université « Paris8, la plus cool, Censier, bien, Dauphine, la plus classieuse », et modalités rhétoriques comme administratives. Un nouveau monde s’ouvrait à moi. La faculté ! Moi qui n’y avais jamais posé mes fesses, moi qui m’étais arrêtée après une première année d’école d’ingénieur désastreuse par le peu d’intérêt que j’y portais, qui suivait elle-même deux années de classes préparatoires scientifiques, les nobles, les fastes, hypotaupe et taupe, de surcroît dans un grand lycée parisien ! Cela faisait fort longtemps et je m’étais vite engouffrée dans la drogue du travail.

Je suis donc devant. Pré-dossier, jury de validation, validation complète, partielle. Je commence à cerner les détours de la démarche. Pas de problème. Je décide de mettre toutes les chances de mon côté et postule en même temps et pour la même année à trois Master2 en communication, dans l’idée que j’en aurais bien un. Le premier à Paris8, le second à la Sorbonne nouvelle, le troisième à Paris-Dauphine. Pour chaque intronisation, qui consiste en gros à retirer LE pré-dossier, je rencontre pour chaque université une personne, toujours une femme, fort charmante, accueillante, voire complice, comme heureuse de me rencontrer. J’en suis toute coite. Voire estourbie. Je commence à comprendre que je suis dans un service « spécial », plus ou moins lié à la formation continue, mais guère plus. Toutes m’expliquent la procédure, la VAPP, la VAE, les lois et le chemin à suivre. Elles me conseillent même sur la façon de le financer. Ah ! ça je ne m’y attendais pas. Je n’avais pas imaginé une seconde que cela pouvait me coûter… dans tous les sens du terme. Pincement au cœur vite dépassé donc puisque les systèmes d’accompagnement sont là : « objectif cadre », Fongecif… A ce stade, tout semble cohérent. Seuls diffèrent lesdits pré-dossiers, dont les objectifs sont les mêmes, ceux de présenter ses motivations, son expérience professionnelle et ses projections professionnelles, mais dont les « cases à remplir ou cocher » font l’originalité. Qu’à cela ne tienne, la technique du copier/coller fera bien l’affaire… Pas tant que ça. Tout d’abord, je commence à peine à appréhender le travail à développer. Une enquête de mémoire. Une investigation analytique. Ma vie, mon œuvre. Rien n’est simple. Par date ? non. Par compétence, par obstacle, par ce que j’en ai personnellement tiré… Une nouvelle ère. La drogue a cela de pénible qu’elle vous englue au point de ne plus pouvoir ni avoir envie de sortir le bout du nez afin de sentir si dehors il fait autre. Ensuite, j’apprends, en fait je découvre, j’assimile, j’intègre, que ce dossier doit me servir comme carte de visite auprès d’universitaires, qui eux seuls auront le pouvoir non pas de valider mes acquis mais de m’autoriser à vouloir le faire. Je ne les connais pas. Pas en tant que personne, cela va de soi, mais en tant qu’institution, qu’individu social. Je ne sais pas qui ils sont.
Je n’ai pourtant pas peur. Je remplis, remplis encore ce dossier, sans contrainte ni pression. En moins de deux semaines, j’ai renseigné les trois dossiers et les ai fait parvenir à qui de droit. A partir de là, le folklore peut commencer. Pas une université ne fonctionne comme l’autre. Chez l’une, je serais convoquée pour un entretien préalable, tiens !, avant la validation du pré-dossier et donc le passage officiel en processus VAE, avec accompagnement. Une année. Urps ! Chez l’autre, le pré-dossier est tellement « bon » que je passe directement à l’étape suivante, c’est-à-dire en VAE, donc en rédaction du dossier du même nom, et sans accompagnement, le tout pour passer directement en jury VAE afin de pouvoir capter la rentrée universitaire à échéance de trois mois. On est en effet désormais en juin. Quoi ? Une rentrée ? Et chez la dernière, à ma plus grande stupéfaction, il m’est rapporté que mon pré-dossier est rejeté par le directeur de cycle, car je n’ai pas de diplômes. Hein ? pas de diplômes ? Mais n’est-ce pas là tout l’objet de la VAE ? Mon cœur bat la chamade et mon sang ne fait qu’un tour d’autant que cette dernière est celle où je croyais que tout cela allait passer comme dans du beurre, car, héritière de « la fac de Vincennes », celle qui privilégiait les « sans éducation » par vocation politique. Gamelle. J’insiste. Rien à faire. Ma charmante interlocutrice ne sait plus quoi me dire, faible qu’elle est d’arguments, d’autant qu’elle ne tient pas les ficelles de ce soudain obscurantisme.
Le temps presse. Je me concentre sur les deux autres facs. Chez la première, l’entretien préalable s’est très bien passé. Dont acte. Je dois donc repasser par la case de la formation continue afin d’emboîter le pas de la validation, dont on me dit, que dans mon cas, elle sera sans doute « complète ». Ah ? Ce qui veut dire ? Je n’aurai pas à suivre de cours, mais sans doute à rédiger un mémoire. Ouf ! Facile ! Chez la seconde, tout part dans la tourmente de l’avant-été. Je mets deux semaines à rédiger mon « vrai dossier » afin de passer devant le « vrai » jury VAE avant les vacances scolaires, début juillet, toujours en prévision de l’inscription puis de la rentrée universitaire 2006-2007. La validation sera « forcément » partielle. J’y perds mon latin. Forcément. Je dois défendre mon dossier. Il s’agit d’une soutenance devant un parterre d’universitaires, triés sur le volet dont on me confie les noms. Je prépare un oral. J’aurais huit minutes. Pas une de plus. Rédaction, exercice du miroir, lecture à voix haute dans la rue. Je n’ai pas peur du ridicule. Je me prépare à cette épreuve que je ne connais décidément plus. Ce n’est pas tant parler que j’appréhende, bardée que je suis d’interventions en conférences, colloques et séminaires sur tous les continents et dans au moins trois langues, mais être à l’épreuve. Un tout nouveau sentiment s’éveille en moi. Celui de la non-liberté. Je ne le connais pas. J’en suis désormais bien consciente. Le jour arrive. Instant sollenel. Ma bienfaitrice vient me chercher et me fait entrer. Ça fait vraiment jury ! Une espèce de table ronde enrubannée de chevalier-es dont le centre est vous. Je ne me laisse pas démonter. Je n’ai rien à perdre. Huit minutes pour raconter sa vie. Top chrono ! Je le fais. Puis d’emblée, le directeur du jury m’informe « qu’ici on ne donne pas de diplôme ». Nous sommes à Dauphine. Je comprends l’espace de quelques secondes, qu’il faut le mériter, faire ses preuves… académiques. Sur place, on m’informe de mes droits : j’aurai la moitié des UV validées, tout le côté communication et information en fait, par contre je devrai passer dix heures hebdomadaires sur les bancs de la prestigieuse faculté pour m’acquitter de la deuxième moitié, ce qui passe par l’apprentissage de la macroéconomie, de l’analyse financière, de l’histoire des mouvements sociaux… Moi qui ai commencé à travailler à la banque de France sur des modèles économiques, ai créé trois entreprises dont deux agences de presse et une agence de communication et ai couvert la majorité des événements internationaux portés par les mouvements sociaux depuis Seattle… Etonnamment, je ne suis pas déçue. J’ai comme une impression d’être acceptée, cooptée par une autre cour, pas celle des grands, celle de l’éducation nationale. Avec un grand « E ». Mes perspectives d’enseignement dans les facs françaises se concrétiseraient-elles ?
Je pars en vacances, tranquille. Tout est calé. J’alternerai missions de travail et fac pendant six mois et je continuerai mon dossier et l’accompagnement à la Sorbonne nouvelle. Je vise toujours en dessus de la mesure de la véritable charge de travail. Je suis à ce point une bonne ouvrière que ces perspectives ne m’assomment pas. D’ailleurs, c’est ce que je vais faire entre septembre 2006 et juillet 2007. Date à laquelle tout se ré-accélère. Je dois mener de front la préparation du jury VAE de la Sorbonne nouvelle et rédiger un mémoire de Master le tout avant le 13 juillet. Je passerai devant le premier jury le 2 juillet et soutiendrai mon mémoire le 12. Toujours pas effrayée. La bête de somme n’a pas encore son compte. La journée du 2 juillet sera un émerveillement, un moment de pure émotion. Comme neuf fois auparavant, je passe devant un jury VAE, mais au lieu de faire face à des seigneurs, je rencontre des personnes, humaines, d’emblée à l’écoute et sensibles, tant à mes variantes burlesques qu’à ma vie. Mes poils s’en dressent sur ma peau. On s’adresse à moi comme à une « collègue ». Serais-je flattée ? Toujours est-il que je m’en trouve fort aise et déploie mes atouts oraux comme devant une audience de militants. Mes bras battent la mesure comme d’habitude et ma bouche émet des expressions sonores dont elle s’amuse. On me laisse sortir quelques minutes le temps de la délibération. Je ne suis pas très inquiète mais tendue, d’autant que je rejoins dans le couloir mes collègues de l’accompagnement qui sont angoissés faute de ne pas être encore passés à la moulinette. La directrice des études vient elle-même me rechercher, m’accompagnant d’un grand sourire. Tous les autres membres du jury m’attendent et, en bon représentant, son président me gratifie d’une mention très bien. Alors là ! Je ne m’y attendais pas du tout. Je me perds en remerciements confus, en balbutiements enjoués, à deux doigts de tomber en larmes. J’y suis ! Enfin ?
L’exploit du 12 juillet est une tout autre histoire. Je déclame ma soutenance de mémoire, qui porte sur « en quoi la formation des femmes à la communication et à l’information via l’Internet est-elle porteur de changement social » avec un regard croisé entre des expériences en Europe de l’Est et Centrale et en Iran, devant deux professeurs, dans leur propre bureau, où peu de place physique m’est accordée, tant pour mes papiers que pour mes jambes. Mon dernier mot sera suivi de considérations élogieuses de la part de la directrice d’études sur mes capacités de réactivité, d’efficacité (j’ai rédigé ce mémoire en trois mois, sans réel soutien académique), tout de suite enrayées par des critiques méthodologiques quant à la rédaction dudit mémoire, critiques reprises amplement par son collègue, toutes insistant sur une optique sociologique que je n’aurais pas. Pour sûr ! Cela ne m’a jamais été enseignée, ce que je fais immédiatement remarquer, arguant de mes qualités de communicante plus que de sociologue… Je suis un peu déstabilisée. Aurai-je ce diplôme, ne l’aurai-je pas ? Je ne le saurai pas. Tout du moins pas avant novembre, quand tous les autres étudiants de ma promotion auront rendu leur rapport de stage (étape dont j’ai été exemptée) et quand tous les professeurs se seront mis d’accord sur une politique de « rééquilibrage » des notes. Quid ? Décidément, j’en apprends tous les jours. Je sors de ce bureau avec la ferme ambition de partager ce moment d’équivoque avec ma guide du lieu, celle qui a réussi à ma faire passer en jury VAE en aussi peu de temps. Elle m’accueille immédiatement à bras ouverts, m’écoute avec sérieux et me rassure en m’expliquant qu’en procédant ainsi mes interlocuteurs témoignaient leur sentiment d’avoir à faire à une pair. Ah bon ? Me voilà complètement rassurée. Je suis maintenant convaincue que 2007 représentera l’année de la moisson avec un Master 2 communication institutionnelle et des entreprises avec mention très bien et un Master2 Presse et communication économique et sociale, mention aujourd’hui inconnue.
Alors ? VAE ? VAPP ? Tous ces acronymes servent au moins deux intérêts conjoints. Celui des universités, qui ont des valeurs à défendre, des résultats à faire valoir, mais aussi leur propre philosophie de « l’intégration » du « professionnel » dans leurs cursus universitaires. Mais surtout celui du candidat, de la candidate en l’occurrence, qui, par ce chemin de croix, ne peut échapper à une meilleure connaissance (co-naissance) d’elle-même, par la voix de l’analyse de son travail, désormais résolument perçu davantage comme une richesse que comme un fardeau de tâcheronne pour et devant l’éternité.