Archives par mot-clé : santé

Covid-19 : la vague des invisibles

Je n’écris pas souvent à la première personne sur ce blog. Je n’évoque pas davantage des « problèmes personnels » auxquels je pourrais être confrontée. Ma situation de femme sexagénaire malade en milieu rural dans un contexte épidémique m’invite aujourd’hui à le faire. Car enfin, quels sont les impacts de la gestion française du Covid-19 sur ma vie courante et sur celle de mes proches ? En quoi ces impacts qui peuvent paraître très individuels valent pour beaucoup et donc prennent une dimension collective ? Si je confronte ma réponse à la première question avec mes conversations devenues plus nombreuses (au téléphone, par visio, par texto, par mail), je peux répondre à la deuxième.

Le confinement a eu pour conséquence directe de suspendre tous mes soins : physiothérapie, psychothérapie, médecines complémentaires, activités physiques adaptées. Ma maladie s’est aggravée (davantage de douleur, davantage de fatigue) et des symptômes nouveaux sont apparus dont des états inflammatoires jusqu’alors rares. Dès les premiers jours, j’étais énervée, dans un état de surexcitation aberrant. J’analysais la situation selon des axes qui me paraissaient ignorés (genre, rôle de l’armement, conflits économiques internationaux, budgets inadaptés, manque de perspective historique…). J’entrevoyais des catastrophes sanitaires mais aussi sociales (perte de revenus, pauvreté, isolement…) pour moi et beaucoup d’autres : les praticien.nes qui m’apportent des soins réguliers, les membres de ma famille dont ma mère en Ehpad, les copines défiées elles aussi par l’aggravation de leur maladie chronique ou par de nouvelles pathologies plutôt graves, ou encore assaillies par leurs conjoints révélés plus agressifs qu’à l’habitude. Je voulais et proposais des solutions rapides qui ne venaient pas.

Le déconfinement a peu changé la donne. La majorité de mes soins étant dispensés dans les salles prêtées gratuitement par la très petite commune du Var ou j’habite, restées fermées par arrêté préfectoral, ma maladie n’étant pas reconnue par la CPAM, je n’ai bénéficié que de la réouverture des cabinets de kinésithérapie, de deux consultations à distance avec mon algologue et avec mon psy (spécialiste en gestion des traumas) et d’une consultation en présentiel avec mon médecin généraliste. Mon état de santé ne s’est pas amélioré, mes sorties sont restées rares et les conséquences néfastes de la tension exprimée par mes proches (arrêt des soins, prise en charge sanitaire approximative, peur de mourir, fuite du domicile conjugal, débordement par les enfants, poursuite du confinement des personnes âgées) ont augmenté.

Beaucoup de personnes avec qui j’ai pu discuter, qu’elles soient malades (du coronavirus ou chroniques) ou simplement « post-confinées », nient le traumatisme qu’elles ont subi ou subissent encore : elles ont peur de consulter – « c’est trop compliqué », « ça ne sert à rien », « il y a d’autres urgences que la mienne » – ou peur que la prise en charge ne soit pas adaptée ou n’ont pas envie de témoigner – « j’en ai déjà marre de la maladie, alors en parler, pas question ! », « je vois pas où », « autant faire ça entre nous, parler c’est déjà bien ». La sidération est bien présente.

Les projets d’activités socio-culturelles dans le village ou dans les villes à proximité restent au point mort et surtout en suspens. « On » ne sait pas ce qui sera possible à très court terme. Que ce soit la commune, les espaces culturels, les associations sportives ou socio-culturelles ne savent pas de quoi « la rentrée » sera faite. En tant que responsable d’association, moi non plus. Le fait de « ne pas savoir » a un impact sur la perception du temps qui passe. D’un côté il se rétrécit car l’agenda est moins encombré (par les soins, les sorties, les rencontres…) – la journée moins chargée est plus courte – de l’autre il s’allonge car l’attente est insupportable. Il est impossible de se projeter, ce qui entraîne une réduction de liberté.

Le déconfinement a en revanche apporté des changements de comportement plutôt nuisibles : augmentation des beuveries improvisées, du niveau sonore, de l’appropriation de l’espace public (voies, trottoirs, jeux de boule, stades…) à des fins privées, des agressions au moins verbales sinon physiques, ce qui produit une surestimation/avalanche des peurs.

Le déni du trauma, l’absence de perspectives dans le temps et les agressions personnelles alimentent l’invisible : ce qui est non dit ou non vu. La peur, omniprésente, n’est pas incarnée : des bombes ne pleuvent pas, la majorité n’est pas enfermée à double tour dans des cellules surveillées par des matons… Seules peut-être les violences policières, les expressions du racisme, pourraient faire office d’incarnation mais leurs contestations sont-elles liées (organiser le lien) à la pandémie ?

Au fond, chacun.e gère seul.e et au coup par coup la situation qu’il.elle vit. J’assiste impuissante à une autogestion privée d’une crise pourtant publique. Cette autogestion connaît sa part d’invisibilité : les impacts de l’épidémie avant, pendant et après, sont différents pour les femmes et pour les hommes. Or les mesures politiques de l’État ou des associations aux niveaux local ou national restent majoritairement aveugles à cette disparité. Les femmes, et en particulier les femmes racisées (caissières, femmes de ménage, aides-soignantes… mais aussi mères de famille), sont plus objets de violences et d’agressions, sont plus sujettes à des troubles psychiatriques (dépressions, pensées suicidaires, bouffées délirantes ou troubles anxieux sévères inexistants auparavant)[1]. Un retour au point mort sans aucune analyse des impacts de genre de la crise sanitaire leur est demandé. Ce retour « à la normale » équivaut à un retour aux inégalités, sinon à leur renforcement. La servitude associée au rôle social des femmes – éducation, santé, nutrition – (le « service » associé au « sale » dirait Geneviève Fraisse[2]), la gestion des maux des autres, en plus du télétravail ou de conditions de travail dégradées, passent une nouvelle fois à la trappe. Ce qui est gentiment nommé « la charge sociale » cache le déni de la maladie, les troubles psy, le dégoût, le désespoir. Qui s’en soucie vraiment ?

Joelle Palmieri
29 juin 2020

 

[1]Juliette Demey, « La deuxième vague psychiatrique est là », Journal du dimanche, 28 juin 2020.

[2]Geneviève Fraisse, « Le soin, le sale, le service, ou l’importance des mots », Par ici la sortie ! n°1, Seuil, juin 2020.

 

ARME, VP, profit

49979505356_1dd9205b34_k
© serge D’Ignazio

ARME. Tel est l’acronyme du nouveau plan français de réforme du travail. ARME pour « activité réduite pour le maintien de l’emploi ». Au moment où, partout dans le monde, les rues se noircissent de manifestant.es contre les violences policières (VP) et contre le racisme, le gouvernement français reste fidèle à ses convictions : loi et ordre, par hommes armés interposés, et libéralisme optimisé. C’est gonflé.

Car enfin, qu’est-ce qui lie ces politiques sur le travail, sur la santé (post-COVID-19), sur la sécurité ? Tout d’abord, leur objectif : augmenter les profits financiers des entreprises privées, de l’industrie pharmaceutique, de l’armementet de toutes les autres. Ensuite, leurs méthodes : l’usage de la violence.

En promouvant les libertés économiques et la violence (contre les personnes racisées, contre les pauvres, contre les femmes, les trois conjointement) – ce que recouvre réellement « Law & Order » aux États-Unis –, les gouvernements s’opposent insidieusement aux libertés individuelles : droit d’expression, droit civique, mais aussi droit à l’avortement, à l’accès à la santé, à l’éducation ou au travail pour tou.tes.

La violence institutionnelle s’affirme sur ce terrain « public », celui des droits et de la morale (judéo-chrétienne, occidentalocentrée), pour mieux canaliser les ripostes. Elles aussi s’expriment dans la sphère publique, en opposant une éthique, contre le racisme par exemple, ce qui est fort louable. Du coup, elles obèrent à la fois le volet libéral de la banalisation du tout sécuritaire – un marché – et les impacts des politiques libérales sur la sphère privée. On assiste tant à la multiplication des commandes d’armes pour les forces de l’ordre qu’à celle des violences contre les femmes et les enfants, des précarisation et paupérisation des populations, de leur sous-prise en charge sanitaire, et en particulier celle des femmes.

Les assassinats de George Floyd, d’Adama Traore et de bien d’autres avant eux, la gestion par les autorités de la période post-COVID, ne sont qu’un bégaiement de l’histoire. Pour ne prendre qu’un exemple, dans les années 1990, l’Afrique du Sud avait bien démontré le lien entre épidémie du sida et violences sexuelles, violences policières, violences d’État[1]. Moins la maladie était prise en compte – refus par Thabor Mbeki de prendre en charge de traitements antirétroviraux –, plus les viols des enfants, les crimes ciblés de femmes (féminicides) ou d’étrangers (xénophobie) avaient augmenté. Plus la corruption était adoptée par l’« élite » sud-africaine, plus des discours populistes faisaient leur ouvrage auprès des hommes noirs pauvres. La rhétorique développée au plus haut niveau de l’État entendait faire croire à ces hommes que les politiques de la « suprématie blanche » – l’apartheid – les avaient émasculés, qu’elles avaient atteint leur virilité, les avaient rendus fragiles, à tel point qu’il fallait qu’ils affirment leur force par tous les moyens dont le viol des filles vierges. La campagne de Jacob Zuma, « 100% Zulu Boy », en était la pure illustration : la manœuvre politique visait l’auto-identification de l’homme sud-africain de « base », pauvre, noir, des townships, malmené par la vague féministe locale, dans l’expression « normale » de sa sexualité, et donc leur division.

Aujourd’hui, le détournement aux États-Unis du slogan pro-avortement « mon corps, mon choix » par les « anti-confinement » pour justifier leur vision libérale de l’épidémie – « ma liberté de choix » – confirme cette dialectique sécuritaire et viriliste : les dominants veulent canaliser la résistance, de préférence en divisant les opprimés : pauvres, racisés, femmes. Selon eux, les antiracistes, les antifascistes, les défenseurs des droits LGBTQI, comme les féministes représentent des entravesà la « liberté ». Ils sont les véritables cibles de « la loi et l’ordre ».

Sachons tirer les leçons de l’histoire et intéressons-nous à toutes les formes de domination (race, classe, genre), dans le public et dans le privé, pour mieux contrer l’offensive libérale mondiale. « Définançons » la police[2], la santé, l’éducation, le travail. « Désarmé.es »[3], contrôlé.es, ne nous transformons pas en contrôleur.ses.

Joelle Palmieri
8 juin 2020

[1]Joëlle Palmieri, « Afrique du Sud: traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique »,Africana Studia N° 30, EDIÇÃO DO CENTRO DE ESTUDOS AFRICANOS DA UNIVERSIDADE DO PORTO, 2019, pp. 169-191, https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2019/09/joelle-palmieri_bat020619_jp.pdf.

[2]Meagan Day, « Le meilleur moyen de “réformer” la police ? La “définancer” », Jacobin Magazine,6 juin 2020, https://lvsl.fr/le-meilleur-moyen-de-reformer-la-police-la-definancer/

[3]Elsa Dorlin,Se défendre, une philosophie de la violence, La Découverte, 2019, 284 p.

Covid-19 : pensée positive, complot, versus collectif

IMG_0667« Mieux vaut être mâle riche blanc occidental et bien portant que femme pauvre battue racisée/subalterne et malade ». Cette formule librement inspirée de Francis Blanche, pourrait résumer l’ambiance « post-Covid ». En France, parce que la période est difficile, beaucoup essaie de « positiver » leur expérience de confinement et de déconfinement. Même si « on » considère qu’« on a de la chance, on est privilégié »., on découvre qu’on peut ne rien faire, travailler à distance, enfin faire ce qu’on a mis de côté, semer des graines dans des pots, se confirmer qu’on s’aime… Ces comportements sont légitimes. Ils sont individuels et procèdent de la survie. Mais qui est vraiment concerné ? Sans doute pas l’infirmière, l’aide-soignante ou la caissière à qui l’employeur n’a pas proposé de travailler à distance. Sans doute pas non plus la mère de famille qui se retrouve à faire les courses, à préparer trois repas par jour pour au moins cinq personnes en plus d’assurer les devoirs scolaires des enfants. Sans doute pas la personne atteinte d’une maladie chronique (cancer, diabète, sclérose en plaques, polyarthrite…) pour qui les traitements ont été suspendus et modifiés et qui souffre davantage. Sans doute pas la personne qui a perdu toutes sources de revenus car son activité a été interrompue de fait par les autorités. Sans doute pas la femme qui se fait davantage battre par son conjoint et ne peut fuir.

Quand « positiver » fait mouvement sur les réseaux sociaux numériques, cet enchantement devient viral tout en restant individuel. Des individualités se rassurent en partageant leurs trouvailles pour dépasser les interdits. Elles ne créent pas pour autant d’espaces de liberté ou du changement. Cet empilement de solutions individuelles exclut la réalité globale, dans et hors Occident, chasse les idées de pauvreté et de risque sanitaire à l’échelle collective, et plus généralement du rapport entre privé et public. Il répond à l’injonction psychologisante d’« atteindre le bonheur » même quand la situation est dramatique. Cette hégémonie de la « pensée positive » (associée au « développement personnel », d’origine protestante nord-américaine, non étayée scientifiquement) ou du positivisme (ne pas chercher de causes aux phénomènes scientifiquement constatés) a pour effet direct de  dépolitiser les impacts sociopolitiques de l’épidémie et de renforcer les hiérarchisations de classe, de race et de genre.

L’exemple de la surmortalité exponentielle du département de Seine-Saint-Denis[1]devrait convaincre. Ses causes ne sont pas uniquement biologiques (plus de diabète, d’obésité…). Elles sont à chercher du côté de la densité et de l’hétérogénéité de la population, de la pauvreté, du type d’emplois occupés par ses habitant.es (majoritairement « essentiels »[2]), de l’usage intensif des transports en commun pour aller travailler, du manque d’infrastructures sanitaires, administratives, commerçantes, d’emploi, locales.

Un autre mouvement sur les réseaux sociaux numériques mérite qu’on l’associe au premier car, de la même façon, il ne mobilise pas le collectif. Il développe pourtant une théorie qui paraît contraire au premier : le complot. Le virus aurait été inventé ou mal géré à escient par des « élites » pour « nous » asservir davantage, nous imposer des lois économiques plus strictes, nous cacher « la » vérité, renforcer le pouvoir des laboratoires pharmaceutiques, nous subordonner à de nouvelles contraintes, nous imposer davantage d’interdits. Cette croyance est aussi virale et repose sur des déclarations de prédicateurs venus de nulle part, inconnus (sans que quiconque s’en offusque) ou connus mais mégalomanes ou menteurs sur leurs cursus scientifiques. Dans ces discours, devenus populaires, la croyance remplace la réflexion et la morale le politique.

Les deux mouvements n’ont pas vocation au changement social. Ils misent sur l’individualisation des problèmes et leur résolution soit personnelle soit par sauveur éclairé interposé. Le risque de voir se développer des formes de populisme et d’autoritarisme en devient grand.

Fort heureusement, d’autres mouvements voient le jour ici et ailleurs qui ne sont pas tous visibles. Ils proposent de changer de point de vue (paradigme) sur la crise sanitaire. En tant qu’êtres humains soumis aux mesures de confinement et de déconfinement, nous avons les ressources pour transformer la pandémie en tremplin pour le changement social. Plutôt que de se résigner aux interdits, de renoncer à démontrer leur solidarité, certain.es ont enrichi et partagé leur apprentissage d’une gestion du temps déliée du travail (en opposition aux crédos « boulot-métro-dodo » ou « travailler plus pour gagner plus »), ont élargi leur compréhension du « care » (soin), aujourd’hui majoritairement gratuit et assuré par des femmes partout dans le monde, ont confirmé le lien entre égalité sociale et préservation de la planète, dénonciation des dominations et créativité politique. Elle.ils ont lié penser et agir. Des banque du temps (échange d’une heure de garagiste contre une heure d’écrivain.e public.que par exemple), des caisses de solidarité (pour les personnes ayant perdu leurs revenus), des banque alimentaires pour les pauvres, des groupes associatifs de praticien.nes émergent. Des pistes à suivre ?

Joelle Palmieri
25 mai 2020

 

[1]Louise Couvelaire, Mathilde Costil, Delphine Papin, Sylvie Gittus, Eugénie Dumas et Eric Dedier, « Coronavirus : une surmortalité très élevée en Seine-Saint-Denis », Le Monde, 18 mai 2020, https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/05/17/coronavirus-une-surmortalite-tres-elevee-en-seine-saint-denis_6039910_3224.html#xtor=AL-32280270.

[2]Dominique Méda, « Les plus forts taux de surmortalité concernent les “travailleurs essentiels” », Le Monde, 23 mai 2020, https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/23/dominique-meda-les-plus-forts-taux-de-surmortalite-concernent-les-travailleurs-essentiels_6040511_3232.html#xtor=AL-32280270.

Covid-19 : Macron au secours de la Chine

Boulette ou révélation fondée, le témoignage d’une athlète française à propos des Jeux mondiaux militaires d’été (JMME) potentiels sources de la contamination Covid-19, intervient dans un contexte conflictuel mondial qui dépasse le seul secteur sportif, y compris militaire. La recherche du « patient-zéro » de l’épidémie et le palmarès de ces jeux reflètent une concurrence sino-américaine tenace, notamment dans le domaine militaro-industriel. Les deux événements mettent en exergue l’offensive chinoise soutenue contre les États-Unis et l’épingle que l’État français entend tirer de cet affrontement économique. Pendant que les États-Unis et la Chine se renvoient la balle concernant la nationalité de la première personne contaminée par le Covid-19, Macron entretient les accords commerciaux franco-chinois colossaux, gagne du terrain dans les domaines de la vente et de l’achat d’armements (peloton de tête au niveau mondial), en même temps qu’il tente de déshabiller les États-Unis à l’Otan. Il est soutenu par son épouse, ses protégés dans l’armée et le sport, et son gouvernement qui s’évertue à dédouaner toute responsabilité chinoise dans l’épidémie et utilise le sport pour démontrer les intentions pacifiques et « résilientes » de la France. Une petite chronologie des sept derniers mois permet de se convaincre de cette stratégie.

18 au 27 octobre 2019. Les 7e Jeux mondiaux militaires d’été (JMME) se déroulent à Wuhan en Chine. Cette édition ayant pour slogan « Partager l’amitié, construire la paix »[1]réunit 9 308 participants venant de 109 pays[2]. Ces sportifs participent à 329 compétitions et sont hébergés dans un village sportif construit spécialement pour l’occasion[3]. Pour la première fois de leur histoire ouverts au grand public, ces jeux rassemblent plus de 200 000 personnes sur 35 sites sportifs de la ville. À leur issue, la Chine arrive en tête du classement avec 239 médailles, dont 133 médailles d’or, 64 médailles d’argent et 42 de bronze[4]. La délégation française prend la 4eplace avec 57 médailles dont 13 médailles d’or, derrière la Russie et le Brésil[5]. Les États-Unis prennent la 35eplace avec 8 médailles (3 d’argent et 5 de bronze) avec une délégation de 172 athlètes.

Placée sous l’égide du Conseil international du sport militaire (CISM), cette compétition omnisports est réservée aux athlètes des forces armées du monde entier. Pour mémoire, le CISM compte 137 pays membres. Fondé le 18 février 1948 à Nice en France au lendemain de la seconde guerre mondiale par cinq pays européens, le CISM organise des championnats et des compétitions dont les JEMM tous les 4 ans. Les premiers jeux ont eu lieu à Rome en 1995[6]. Le Comité est présidé depuis le 21 avril 2018 par le Français Hervé Piccirillo, à la fois ancien arbitre international de football et commissaire en chef de 1reclasse (colonel) dans l’armée de l’air française, commissaire aux sports militaires[7], commandant du Centre national des sports de la Défense (CNSD)[8], pour qui « Sport et armée-défense [sont] des valeurs qui nous rassemblent »[9]. À l’issue des JMME auxquels il a participé, il a déclaré : « Le sport c’est donner, recevoir et partager. Au- delà des résultats sportifs, c’est le simple fait de nous rassembler dans un esprit de partage. »[10]

1ernovembre 2019 (cinq jours après la fin des JMME) est le jour retenu par le ministère français des Armées pour dater « l’arrivée du virus »[11].

4 au 6 novembre 2019 (une semaine après). Macron se rend à Pékin en Chine à l’invitation de son président, Xi Jinping, dans le but d’approfondir le partenariat stratégique franco-chinois entamé au lendemain de l’arrivée au pouvoir du président français[12]. Au cours de ce séjour, les deux chefs d’État renforcent notamment leur alliance en matière de coopérations spatiale, nucléaire et aéronautique pour un total de 13,5 milliards d’euros[13].

7 novembre 2019 (le lendemain). Dans un entretien à l’hebdomadaire britannique The Economist, Emmanuel Macron déclare que l’Otan est en état de « mort cérébrale »[14], ce qui attire les foudres de Donald Trump, président du principal État contributeur de l’organisation, qui estime le jugement du président français « très insultant »[15].

17 novembre 2019 (trois semaines après la fin des jeux) est le jour retenu par le gouvernement chinois pour dater le premier cas de Covid-19[16].

28 novembre 2019 (trois semaines après la visite de Macron en Chine). À la veille du sommet de Londres des 3 et 4 décembre, célébrant le 70eanniversaire de l’Otan, Macron défend auprès du secrétaire général de l’Alliance les positions qu’il a exprimé le 7 novembre[17]et demande aux pays-membres une« plus grande implication » dans la lutte contre le terrorisme international en lieu et place de stratégies « uniquement consacrés à savoir comment on pouvait alléger le coût financier pour les États-Unis »[18].

13 au 17 janvier 2020 (deux mois après la fin des jeux). La préparation des Invictus Games, compétition multisports pour soldats et vétérans de guerre blessés et handicapés initialement prévue en mai à La Haye aux Pays-Bas puis reportée en 2021, est lancée au CNSD à Fontainebleau en présence de Brigitte Macron, marraine de l’équipe[19].

27 janvier 2020 (moins de trois mois après la visite de Macron en Chine). L’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (SIPRI) publie un rapport qui montre que la Chine devient le 2eplus gros producteur d’armes derrière les États-Unis, devant la Russie et la France[20]. Avec quatre entreprises, Aviation Industry Corp. of China (Avic), China North Industries Group Corp. (Norinco), China Electronics Technology et China South Industries Group Corp. (CSGC), le pays cumule 54,1 milliards de dollars de ventes (estimation), principalement destinées à l’Armée populaire de libération (APL) chinoise.

9 mars 2020 (quatre mois après la visite de Macron en Chine). Le SIPRI publie un communiqué selon lequel, la France devient le troisième exportateur mondial d’armement, soit 7,9% du marché mondial des ventes d’armes, après les États-Unis (36%) et la Russie (21%), et devant l’Allemagne (5,8%) et la Chine (5,5%)[21].

12 mars 2020 (un peu plus de quatre mois après la fin des jeux). Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, accuse sur Twitter la délégation américaine des JMMEd’avoir introduit le virus sur leur territoire.

12 mars 2020 (le même jour). Juste avant les mesures de confinement prises par le gouvernement français et presque deux mois après celles de la Chine (22 janvier), Hervé Piccirillo préside la cérémonie d’ouverture du bureau directeur du CISM à Brasilia au Brésil, au cours de laquelle il rappelle les « valeurs qui unissent les militaires du monde entier et le rôle stratégique du sport dans la construction de la paix et de la sécurité dans le monde ». Il insiste sur l’importance du handisport pour la reconstruction des soldats blessés[22]. Rappelons que depuis le début de l’épidémie, le président brésilien Jair Bolsonaro qualifie le virus de « petit rhume » et refuse tout confinement, alors que le président états-unien Donald Trump appelle à la rébellion contre les règles de confinement.

25 mars 2020 (cinq mois après la fin des jeux). Elodie Clouvel, championne du monde de pentathlon moderne, affirme au journal télévisé d’une chaîne locale française[23]avoir été malade après les JMME, sans doute contaminée comme beaucoup d’autres athlètes de sa délégation par le Covid-19. Elle s’inquiéterait pour la tenue des jeux olympiques de Tokyo qui devraient avoir lieu du 23 juillet au 8 août 2021, parce qu’ils se passent sur « un continent où s’est déclarée la maladie ».

30 mars 2020 (cinq jours plus tard). Macron lance l’« Opération résilience » qui est sensée donner à voir l’aide apportée par l’armée aux populations sur le territoire français pour lutter contre la pandémie alors qu’il défend la rénovation des armées dans le but de développer la cyberdéfense au niveau mondial.

Mi-avril 2020 (quinze jours après les révélations de l’athlète française). De nombreuses délégations européennes répertorient en leur sein des victimes de fortes fièvres à leur retour des JMME(Suède, Italie, Luxembourg…). Le service de communication des forces armées suédoises (NSD) précise qu’« aucune des personnes testées n’a donné de résultat positif »[24]. De leur côté, des professionnels de l’hôpital de Wuhan avaient affirmé le 24 février que cinq athlètes étrangers avaient contracté le paludisme[25]. Le rôle des JMME dans la propagation du virus fait polémique.

27 avril 2020 (un peu moins de six mois après la visite de Macron en Chine). Le SIPRI rend public un rapport sur les estimations annuelles de dépenses militaires dans le monde. Cette étude montre qu’elles ont augmenté de 3,6% par rapport à 2018 pour s’établir à 1 917 milliards de dollars en 2019, la plus forte augmentation constatée depuis 2010[26]. En 2019, les États-Unis, la Chine, l’Inde, la Russie et l’Arabie saoudite sont les États dont les dépenses militaires sont les plus élevées et qui concentrent 62% du total des dépenses mondiales. La France arrive en sixième position.

6 mai 2020 (cinq semaines après les déclarations de l’athlète). Le ministère français des Armées dément les propos d’Elodie Clouvel, arguant la présence d’une équipe médicale étoffée aux côtés des athlètes et l’absence de cas déclarés au retour des jeux. Toutefois, c’est bien à la base aérienne de Creil, où le premier Français a été diagnostiqué Covid-19, qu’a transité début novembre 2019 le fret de la délégation tricolore des JMME[27].

Au moment de l’écriture de cet article, les responsabilités ne sont pas éclaircies.

[1]Wu Zhi et Wang Meng, « Les Jeux mondiaux militaires 2019 s’ouvrent en Chine dans un esprit d’amitié » Xinhua News Agency, 24 octobre 2019, https://weekend.lesechos.fr/partenaire/chine-nouvelle-xinhua/partenaire-2315-les-jeux-mondiaux-militaires-2019-souvrent-en-chine-dans-un-esprit-damitie-2301648.php#.

[2]La délégation française compte 415 militaires de l’armée de Terre dont 273 athlètes couvrant 21 disciplines : équitation, escrime, athlétisme, basket, boxe, course d’orientation, cyclisme, football, golf, judo, lutte, natation, parachutisme, pentathlon militaire et pentathlon moderne, taekwondo, tir, tir à l’arc, triathlon, voile, volley-ball. Ministère des Armées, 18 octobre 2019, https://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/jeux-mondiaux-militaire-d-ete-de-wuhan.

[3]En dehors des infrastructures sportives, le village et équipé de réfectoires, banques, centres médicaux, clubs de fitness, épiceries et magasins de souvenirs où tous les membres de délégations (sportifs et autres) se croisent régulièrement.

[4]« Fin des 7ejeux mondiaux militaires à Wuhan », French.china.org.cn, 28 octobre 2019, http://french.china.org.cn/china/txt/2019-10/28/content_75347276.htm.

[5]La Russie, jusqu’alors en tête du tableau des médailles, arrive en 2eplace avec 161 médailles (51 d’or, 53 d’argent et 57 de bronze) et le Brésil à la 3eplace avec 88 médailles (21 d’or, 31 d’argent et 36 de bronze).

[6]Centre national des sports de la défense (CNSD), http://www.sports.defense.gouv.fr/content/le-conseil-international-du-sport-militaire-cism.

[7]Les commissaires sont des officiers chargés de l’administration générale de leur armée d’appartenance (armée de terre, marine nationale ou armée de l’air) et du soutien. Ils exercent leur activité dans quatre domaines : finance, logistique, administratif et juridique. Source : https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/le-commissaire-qui-siffle-trois-fois.

[8]Centre national des sports de la défense (CNSD), http://www.sports.defense.gouv.fr/content/le-commissaire-aux-sports-militaires-hervé-piccirillo-président-du-conseil-international-du.

[9]L’Épaulette, n°202, septembre 2018, http://lepaulette.net/wp/wp-content/uploads/2019/03/202-BATComplet-WEB-10-septWeb.pdf.

[10]Sports Défense Newsletter, CENTRE NATIONAL DES SPORTS DE LA DÉFENSE, septembre-décembre 2019,https://www.lafederationdefense.fr/wp-content/uploads/2020/01/Newsletter-Sport-Défense-septembre-décembre-2019.pdf.

[11]David Opoczynski, « Covid-19 : des athlètes français contaminés à Wuhan en octobre ? », Le Parisien, 5 mai 2020,http://www.leparisien.fr/international/covid-19-des-athletes-francais-contamines-a-wuhan-en-octobre-05-05-2020-8311221.php.

[12]« France and China agree joint cooperation action plan », Ambassade de France à Londres, 6 novembre 2019, https://uk.ambafrance.org/France-and-China-joint-cooperation-action-plan.

[13]« Drones, foie gras, nucléaire… La Chine annonce 13,5 milliards d’euros de contrats avec la France », Ouest-France, 6 novembre 2019, https://www.ouest-france.fr/monde/chine/la-chine-annonce-des-contrats-avec-la-france-pour-13-5-milliards-d-euros-6597108.

[14]« Emmanuel Macron warns Europe: NATO is becoming brain-dead »,The Economist, 7 novembre 2019, https://www.economist.com/europe/2019/11/07/emmanuel-macron-warns-europe-nato-is-becoming-brain-dead.

[15]« Nato summit: Trump blasts Macron ‘brain dead’ comments as ‘nasty’ »,BBC News, 3 décembre 2019, https://www.bbc.com/news/world-europe-50641403.

[16]Josephine Ma, « Coronavirus: China’s first confirmed Covid-19 case traced back to November 17 », South China Morning Post,13 mars 2020, https://www.scmp.com/news/china/society/article/3074991/coronavirus-chinas-first-confirmed-covid-19-case-traced-back.

[17]Nathalie Guiber, « “Mort cérébrale de l’OTAN” : Emmanuel Macron assume, Jens Stoltenberg recherche l’unité », Le Monde, 28 novembre 2019, https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/28/mort-cerebrale-de-l-otan-macron-assume-stoltenberg-recherche-l-unite_6020929_3210.html#xtor=AL-32280270.

[18]« OTAN : Emmanuel Macron se félicite d’avoir “réveillé” l’Alliance, en proie à “une déconnexion criante et inacceptable”, Le Monde, 28 novembre 2019, https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/28/macron-se-felicite-d-avoir-reveille-l-otan-avec-ses-propos-controverses_6020901_3210.html#xtor=AL-32280270.

[19]Centre national des sports de la défense (CNSD), http://www.sports.defense.gouv.fr/content/invictus-games-lancement-des-opérations-0.

[20]« Estimating The Arms Sales Of Chinese Companies », SIPRI Insights on Peace and Security »,No. 2020/2 January 2020, https://www.sipri.org/sites/default/files/2020-01/sipriinsight2002_0_0.pdf.

[21]« USA and France dramatically increase major arms exports; Saudi Arabia is largest arms importer, says SIPRI », 9 mars 2020, https://www.sipri.org/media/press-release/2020/usa-and-france-dramatically-increase-major-arms-exports-saudi-arabia-largest-arms-importer-says.

[22]Centre national des sports de la défense (CNSD), http://www.sports.defense.gouv.fr/content/bureau-directeur-du-cism-au-brésil.

[23]Télévision Loire 7, https://www.tl7.fr/replay/le-jt_1/a-la-une-point-coronavirus-54-ambulances-requisitionnees-telemedecine-eleves-gendarmes-en-renfort-production-de-masques_x7sxn7o.html.

[24]David Opoczynski, « Covid-19 : des athlètes français contaminés à Wuhan en octobre ? », op.cit.

[25]« Five foreign athletes from military world games in Wuhan infected with malaria, not COVID-19 in October 2019: hospital head », Global Times, 24 février 2020,https://www.globaltimes.cn/content/1180549.shtml.

[26]« Trends In World Military Expenditure, 2019 », SIPRI Factsheet,avril 2020, https://www.sipri.org/sites/default/files/2020-04/fs_2020_04_milex_0_0.pdf.

[27]Sandrine Lefèvre, « Jeux militaires : le fret de la délégation tricolore a bien transité par la base de Creil », Le Parisien, 8 mai 2020, http://www.leparisien.fr/sports/jeux-militaires-le-fret-de-la-delegation-tricolore-a-bien-transite-par-la-base-de-creil-08-05-2020-8313468.php.

Covid-19 : rompre avec les évidences

Ce texte est une version ajoutée d’un articlerédigé et publié le 1erjanvier 2002.

 

L’humanité a traversé de nombreuses épidémies. En quoi celle du COVID-19 est-elle différente des autres ? Pour répondre à cette question, il me semble essentiel de rompre avec les évidences pour éclaircir le flou doublé d’un brouhaha qui nous envahit au quotidien. Cette violence politique (flou, bruit) n’est pas nouvelle. Elle opacifie bien d’autres violences qui peuvent servir de grille de lecture de la crise sanitaire mondiale.

Des personnes au pouvoir politique ou non en discutent, ici ou ailleurs, à l’aide des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ces usages des TIC, produits et producteurs de mondialisation, parfois rebelles, mais aussi vecteurs d’idéologies racistes, classistes, sexistes et aujourd’hui masculinistes, représentent un premier élément de réponse pour qualifier le contexte sociopolitique spécifique actuel et l’ensemble de systèmes de pensée déployé pour l’alimenter.

Ensuite, la pandémie trouve ses origines dans les différentes violences produites par le capitalisme tout autant qu’elle les renforce ou les consolide. Beaucoup (professionnel.les de santé, universitaires, militant.es…) mettent en exergue leurs déjà connus nombre et type, le plus souvent en ordre dispersé ou sans souligner les fils qui les relient. Pourtant la coexistence et la banalisation de ces manifestations de force forment système de domination (oppression, aliénation, asservissement) et à ce titre apportent un autre élément de compréhension du contexte.

On pourrait en dresser une liste non exhaustive : violences sexuelles, racistes, classistes et leur justification ; viols des droits des migrant.es, des racisé.es, des pauvres, des SDF, des femmes ; disfonctionnements des politiques nationales accompagnées d’arbitrages budgétaires socialement inégaux ; démonstrations d’autorité par forces de l’ordre interposées ; totalitarismes des pouvoirs politiques (Hongrie, Pologne, Brésil, États-Unis, Chine, Iran…) ; négations de la liberté ; endoctrinement et déploiement d’une propagande visant l’entretien de la peur chez les « masses » ; dictée de droits et devoirs (lois) inspirée par des modèles uniquement adaptés à une frange « normée » de la population (ni pauvre, ni malade chronique, ni psychiatrisé, ni détenu (prison, centre de rétention), ni SDF, ni mineur civique, ni vieux, ni handicapé, ni racisé, ni femme, ni LGBTQI, toute combinaison étant possible) ; diminution des services publics au détriment de la démocratie et au profit d’entreprises privées (en particulier de multinationales propriétaires des TIC, de l’industrie pharmaceutique ou des armes) ; tensions entre États occidentaux et les autres (dette, conflits armés et économiques) ; plaquage de modèles hégémoniques et impérialisme occidental sur la production de connaissances et sur la construction des identités.

Cette liste étant dressée, comment faire face ? Quelles stratégies opposer ? Quelle résistance déployer ? Quelles révoltes soulever ? Quelle radicalité exprimer ? Les propositions, sur le fond comme sur la forme, sont nombreuses, alléchantes, parfois effrayantes. Je propose d’en retenir quelques-unes, ici aussi sous la forme d’une liste réunissant un ensemble d’ingrédients pour une riposte puissante : redéfinition et distribution égale des richesses, appropriation des outils de production et de services, orientation des budgets vers l’alimentation du bien commun (santé, éducation, nutrition), prise de contrôle des TIC (infrastructures, logiciels et contenus), reconnaissance systématique des divisions de sexe, de classe ou de race, condamnation de l’essentialisation des femmes et de la séparation sphère privée/sphère publique, dé-légitimation des propagandes paternalistes (par exemple protéger les soignant.es plutôt que les aider, les soutenir, les infantiliser), mise en visibilité des hors-normes, refus de tout sectarisme, articulation des rapports de domination avec la militarisation des sociétés, distinction des violences politiques et des actions visant l’autonomie, exclusion des antagonismes écologie/lutte des classes/antiracisme/féminisme/humanisme, application à comprendre ce qu’il se passe. Une utopie ? La liste reste ouverte.

Joelle Palmieri
28 avril 2020

Covid-19 : budgets et méthodologies sexistes

serge D’ignazio

En France, les politiques budgétaires et méthodologies comptables poursuivies par le gouvernement depuis 2017 connaissent des impacts inégalitaires forts entre femmes et hommes, tant au niveau du travail que de la santé.

Commençons par le travail.

Beaucoup a été écrit sur cette question. Je m’intéresserai ici aux impacts des arbitrages budgétaires. Inscrits dans le Projet de loi de finances 2020[1], la loi santé, adoptée par le Parlement le 16 juillet 2019 et le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS)[2]pour 2020, adopté le 3 décembre 2019, montre des disparités importantes entre santé et défense.

En voici un extrait :

En 2020, le budget de la santé représente 3,03% du budget de la Défense. Il baisse de 2,2% par rapport à 2019 et de 6,1% d’ici à 2022[3], alors que pour la même période celui de la Défense augmente de 13,25%.

Le PLFSS prévoit de limiter la hausse des dépenses de sécu (ONDAM) à 2,3% en 2020 et ce jusqu’en 2023 (2,5% en 2019). Les 4,2 milliards d’euros qui manquent se traduiront par des coupes budgétaires[4]. En particulier, les dépenses du secteur hospitalier vont baisser (hausse limitée à 2,1% contre 2,3% en 2019), ce qui représente une coupe de 800 millions d’euros (budget plafonné à 84,2 milliards d’euros)[5].

Sachant que :

  • la féminisation des métiers de la santé est croissante : 44,3% de femmes parmi les médecins en 2015[6],89% parmi les infirmiers et les sages-femmes, 93% dans les métiers liés à la santé et l’action sociale en 2014 (aide à domicile, aide ménager, assistant maternel, aide-soignant et parmi elles une très grosse proportion de femmes racisées ou qui vident les services médicaux d’Afrique et d’ailleurs, non visibles dans les statistiques), 76% dans les professions paramédicales[7] ;
  • les métiers de la défense sont massivement occupés par des hommes : en 2018, les femmes représentent 15,5% des effectifs militaires et 38,4% des effectifs civils des armées, soit au total 20,7% des effectifs[8] ;

ces arbitrages budgétaires affectent très négativement le travail des femmes et profitent aux hommes.

 

Poursuivons par la santé.

En France, le 13 avril 2020, sur les 9 588 décès liés au Covid-19 constatés à l’hôpital, 57,8% sont des hommes[9] ; sur les 5 379 constatés en EHPAD, 75% sont des femmes (en proportion des résidents de ces établissements)[10].

Au niveau mondial, les médias, les scientifiques et les dirigeants politiques s’attardent sur la grande proportion d’hommes qui décèdent en raison de la pandémie. Selon le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, les hommes représentent 63,8% des décès[11]. En Suisse, cette proportion atteint 63,5%, en Espagne, 65%, en Italie, 71%[12].

Nombre d’explications sont apportées pour justifier cette disparité. Concernant les hommes, le registre employé est plutôt médico-social alors que pour les femmes il est biologique. Une des hypothèses avancées est que les hommes sont davantage malades de bronchite ou d’hypertension, ou encore consomment davantage d’alcool ou de cigarettes, se lavent moins bien (cette dernière remarque pourrait s’appliquer aux enfants qui ne sont pas davantage touchés). Les femmes seraient moins affectées à cause de leurs œstrogènes ou de leurs chromosomes (deux X contre un chez les hommes) qui stimuleraient leurs réflexes immunitaires[13].

Cette biologisation est contredite par les faits : les femmes représentent 52,4% des personnes infectées[14]. En particulier, au sein des professionnels de santé (15,5% des malades), les femmes sont plus de deux fois plus touchées que les hommes (21,7% contre 9,5%)[15]. Pourtant ces chiffres ne se répercutent pas à l’identique en termes de morbidité.

Ce paradoxe s’explique peut-être par la méthode comptable utilisée qui ne tient pas compte des inégalités produites par les rôles sociaux de genre. Or, les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses[16] : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille, mari, enfants, proches) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes[17], suivis médicaux moindres…

Par ailleurs, si les malades qui meurent chez eux ou dans la rue étaient comptabilisés dans les bilans officiels de l’épidémie, la lecture des chiffres femmes/hommes pourrait changer : en mars 2020, la mortalité à domicile a augmenté de 9,8% toutes causes confondues par rapport au même mois de 2019, avec des pics à 44% en Île-de-France et 32% dans la région Grand-Est, régions par ailleurs durement frappées par le coronavirus[18]. Ensuite, les femmes développent davantage de pathologies connexes liées à la charge psychosociale ou émotionnelle qui pèse sur elles. Enfin, elles sont plus susceptibles d’être victimes de violences sexuelles voire de féminicides. Des pistes à suivre pour nuancer les statistiques officielles ?

Joelle Palmieri
15 avril 2020

 

 

 

[1]Projet de loi de finances 2020, Baisser les impôts, préparer l’avenir – 2020, Ministère de l’Économie et des Finances, 27 septembre 2019, http://performance-publique.budget.gouv.fr.

[2]Assemblée nationale, projet de loi de financement de la sécurité sociale, http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b2296_projet-loi

[3]Audrey Tonnelier, « Budget 2020 : la santé et l’écologie, principales cibles des suppressions de postes », Le Monde, 13 septembre 2019, https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/09/13/budget-2020-la-sante-et-l-ecologie-principales-cibles-des-suppressions-de-postes_5509701_823448.html#xtor=AL-32280270.

[4]Sénat, Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, https://www.senat.fr/rap/a19-103/a19-1035.html.

[5]ONDAM et dépenses de santé, PLFSS 2020, Annexe 7, https://www.securite-sociale.fr/files/live/sites/SSFR/files/medias/PLFSS/2020/PLFSS-2020-ANNEXE%207.pdf.

[6]“Women make up most of the health sector workers but they are under-represented in high-skilled jobs”, http://www.oecd.org/gender/data/women-make-up-most-of-the-health-sector-workers-but-they-are-under-represented-in-high-skilled-jobs.htm.

[7]Insee, « La féminisation gagne les métiers les plus qualifiés, à dominance masculine », https://www.insee.fr/fr/statistiques/3281466.

[8]Ministère des Armées, Les chiffres clés de la défense – 2019, 28 août 2019.

[9]« Pourquoi le coronavirus tue-t-il plus les hommes que les femmes? », Huffington Post, 1eravril 2010, https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-le-coronavirus-tue-t-il-plus-les-hommes-que-les-femmes_fr_5e845448c5b6871702a73320.

[10]« 728 000 résidents en établissements d’hébergements pour personnes âgées en 2015 – Premiers résultats de l’enquête EHPA 2015 », Drees, Études et résultats, n° 1015, juillet 2017, https://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/61794/1/er1015.pdf.

[11]« Coronavirus : les femmes plus résistantes que les hommes? », TV5Monde,9 avril 2020, https://information.tv5monde.com/terriennes/coronavirus-les-femmes-plus-resistantes-que-les-hommes-354632.

[12]Ibid.

[13]Ibid.

[14]Ibid.

[15]« Pourquoi le coronavirus tue-t-il plus les hommes que les femmes? », op.cit.

[16]               Danielle Bousquet, Geneviève Couraud et Gilles Lazimi, Margaux Collet, « La santé et l’accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité », Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes,Rapport n° 2017-05-29-SAN-O27 publié le 29 mai 2017, http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_la_sante_et_l_acces_aux_soins_une_urgence_pour_les_femmes_en_situation_de_precarite_2017_05_29_vf.pdf, consulté le 27 mars 2019 ; Anne-Marie Thomazeau, « Santé : inégalités importantes entre les hommes et femmes », Viva Magazine,avril 2015, https://www.vivamagazine.fr/sante-inegalites-importantes-entre-les-hommes-et-femmes-170758, consulté le 10 mai 2019.

[17]               Rozenn Le Saint, « Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires », Mediapart,29 mai 2019, https://www.mediapart.fr/journal/france/290519/les-femmes-premieres-victimes-des-recents-scandales-sanitaires?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=TRANSAC&utm_content=&utm_term=&xtor=EPR-1013-%5Barticle-offert%5D&M_BT=109679374191, consulté le 30 mai 2019.

[18]Insee, « Covid-19 », https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/carte-et-donnees ; « Nombre de décès quotidiens par département », https://www.insee.fr/fr/information/4470857.

Covid-19: une résilience en trompe l’œil

Le 30 mars dernier, Christophe Prudhomme, urgentiste à Bobigny en Seine-Saint-Denis et porte‐parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), s’exprimait au journal télévisé du soir. En colère, il a utilisé ces termes pour définir la gestion de l’épidémie par le gouvernement français : « C’est une débauche de moyens à visée médiatique qui ne paraît pas le plus pertinent. […] C’est plus simple de transporter un respirateur que de transporter un malade ». Il a sans doute raison et donne à penser qu’on est la cible au quotidien et confinés, d’une propagande sur des choix techniques et financiers incompréhensibles. Les cliniques privées ou les anciens hôpitaux militaires restent fermés alors que les discours au plus haut niveau annoncent un déploiement sanitaire sans précédent. Des batailles technologiques, scientifiques et politiques se croisent en même temps que le rôle de l’armée est mis en avant. Avec l’opération « Résilience » annoncée le mercredi 25 mars 2020 par le président de la République, depuis l’hôpital militaire de Mulhouse (Haut-Rhin), les cartes sont définitivement brouillées.

 

En première lecture, par cette opération, on peut naïvement croire que l’armée va venir en aide aux populations, à la « Nation », pour qu’elle surmonte dans les meilleures conditions la « crise » et qu’elle se sente « sécurisée ». Déjà lors de son allocution le 13 mars à 20 heures, le président employait ce ton martial, faisait référence au moins six fois à la situation de « guerre » que la France vivrait.

Pourtant, la mobilisation militaire est pauvre. Seuls un hôpital de campagne du service de santé des armées (SSA) a été ouvert à Mulhouse (capacité de 30 lits de réanimation), douze patients de Corse ont été évacués vers Marseille par la marine nationale, six autres l’ont été par voie aérienne vers l’Allemagne et la Suisse[1]et un soutien aérien a été mis en place pour transporter des malades vers des zones moins saturées (6 à 12 patients par vol). Des porte-hélicoptères amphibie (PHA), avec à leur bord un hôpital de 69 lits médicalisés, deux blocs opératoires et une salle de radiologie[2],ont été envoyés dans le sud de l’océan Indien et un autre le sera début avril dans la zone Antilles-Guyane[3]. En métropole et ailleurs, pas de couvre-feu, de barrages militaires, d’état d’urgence autre que sanitaire… Les forces de gendarmerie (armée) poursuivent leur travail quotidien, veillent aux côtés de la police au respect des restrictions à la circulation et aux regroupements. De leur côté, les soldats de l’opération Sentinelle continuent leurs patrouilles antiterroristes.

La priorité est plutôt donnée à la protection des militaires eux-mêmes qui auraient pu être touchés par le virus (base aérienne de Creil par où les rapatriés de Wuhan en Chine sont passés) et surtout au maintien des opérations en cours : dissuasion nucléaire (sous-marine et aérienne), sauvegarde des centres de commandement, poursuite des opérations à l’extérieur (opérations Chammal, Daman, Barkhane, en Syrie-Irak, Liban, Sahel) et à l’intérieur (sûreté aérienne, Vigipirate)[4].

 

En deuxième lecture, on assiste à une opération décomplexée de glorification de l’armée, mise en concurrence feutrée avec le corps médical public, dans le but de flouter les responsabilités et les alliances. La rhétorique est bien huilée. L’enjeu du discours et de ladite opération est de terroriser la population, la renvoyant à des incapacités supposées – « on ne peut rien faire », « on doit attendre »… –, et de faire taire les rebelles. Pour ne citer que cet exemple, depuis la réforme de la santé, les personnels des hôpitaux sont en lutte (contre la marchandisation et la privatisation du secteur) ce qui n’est pas le cas des personnels de l’armée dont le rôle est de respecter les ordres.

 

En troisième lecture, on apprend que le choix est confirmé d’investir dans le secteur militaire plutôt que dans celui de la santé. La Loi de programme militaire (LPM) 2019-25 a en effet porté le budget des Armées à 39,81 milliards d’euros (1,86% du PIB) en 2020, soit une hausse de 4,5% (1,53 milliard d’euros) par rapport à 2019 (ce budget n’a cessé d’augmenter depuis 2018)[5]. Cette augmentation est pour une grande part affectée au renouvellement et à l’accroissement de l’armement : commande a été passée de nombreux blindés, avions de surveillance maritime ou de transport militaire, drones de surveillance, patrouilleurs outre-Mer (POM) et livraison est d’ores-et-déjà effective de blindés, sous-marin nucléaire d’attaque, hélicoptères, avions de patrouille maritime, bombardiers, ravitailleurs ou de transport militaire, de fusils de treillis[6]. On l’aura compris, l’ensemble des commandes et des livraisons sont faites auprès d’entreprises privées, des vendeurs d’armes, français et états-uniens. Cet investissement exclut les dépenses liées à l’innovation (augmentation de 8,3%) ou au renforcement des capacités spatiales (448 millions d’euros)[7].

 

En quatrième lecture – c’est la plus délicate –,  on comprend qu’on est bernés. Macron a bluffé. En s’appropriant les résultats des études produites en psychologie, il tente de nous faire croire que son gouvernement va aider les populations à prendre acte de la souffrance liée à l’épidémie afin de dépasser un état traumatique, d’interrompre les « trajectoires négatives » et de se reconstruire dans un environnement social « acceptable »[8]. En fait, il parle de tout autre chose. Tout d’abord il adopte le sens donné au mot « résilience » par les entreprises (management) : « absorber les changements », « surmonter les épreuves »… Puis il donne suite à des études menées au sein de la Défense depuis une dizaine d’années[9]. Il parle en fait de résilience de l’armée et non de celle des malades, de leurs proches, de tous les autres. Il évoque la résilience d’une organisation, l’armée, plutôt que celle des individus[10]. La nuance est importante. Il ne s’agit pas tant de mettre le savoir-faire médical de l’armée en matière de traitement post-traumatique au service de la population[11], car cette connaissance et la recherche associée (aider les soldats à vivre l’après-trauma connu lors d’opérations militaires) est devenue la portion congrue du budget de l’armée (plan de service « SSA 2020 »). Cette ligne de budget a baissé et les effectifs dans le domaine ont diminué comme les écoles ou les hôpitaux : le Val-de-Grâce à Paris est depuis 2017 inopérant ; les soins et l’instruction dans les hôpitaux devenus « civilo-militaires » sont réduits ; il reste 7 500 personnels de santé dont 2 000 médecins, 8 hôpitaux d’instruction et 1 700 lits (1 % de la capacité nationale), ce qui suffit à peine à soigner les soldats[12].

En revanche, la résilience dont parle Macron est la « capacité de résistance de [la France] à la violence et aux ingérences »[13]. Ce sujet a été discuté lors  du sommet de l’OTAN à Varsovie en juillet 2016. Un des axes de renforcement de la résilience de l’OTAN est la « cyberdéfense » : lutter contre les cyberattaques nationales devenues de plus en plus fréquentes (de la part de l’État islamique, de la Chine ou encore de la Russie), partager des informations entre États, notamment d’Europe, pour gérer les « crises », accélérer le partenariat avec le secteur privé – industrie des télécommunications – qui possède 90% des réseaux, resserrer les liens avec le secteur civil en capacité de répondre aux situations d’urgence[14]. À lui seul, l’État français en a convenu lors de la discussion du budget de la Défense 2019 à l’Assemblée nationale du 12 octobre 2018 : « Certains États ont déjà démontré leur volonté de maîtriser des technologies anti-spatiales à des fins potentiellement offensives […],brouillage ou aveuglement des satellites, neutralisation de satellites […], destruction de satellites. […] Pour faire face à ces nouvelles menaces, la France doit améliorer la résilience de ses moyens spatiaux et être en mesure de faire face aux ruptures technologiques, […] conserver son accès autonome à l’espace (Kourou) et se doter de moyens de surveillance de l’espace »[15]. Le budget en hausse a été voté en conséquence.

 

En cinquième lecture, on voit que le déploiement militaire n’a pas pour objet de changer la donne maintenant. Il prépare l’après-crise. Comme le précise Gilbert Robinet, Secrétaire général de l’Association de soutien à l’armée française (ASAF), la résilience c’est « la reprised’un nouveaudéveloppement, d’une nouvellemarche en avant, aprèsun traumatisme »[16]. L’opération « Résilience » a autant pour but de redresser rapidement les économies de la filière aéronautique et défense (vendeurs d’armes, transporteurs aériens…)[17], qu’elle représente la face émergée d’un programme d’endoctrinement des populations après l’épidémie. L’idée générale est de les préparer à l’après-crise, qui ne se sera jamais « comme avant » : travail, économie, santé, éducation, consommation, culture, sécurité… Les inégalités sociales (de classe, de race, de genre) vont se durcir et ne seront pas discutables.

Pour ce faire, sans pour autant que l’armée prenne le pouvoir[18], il est nécessaire que les valeurs d’ordre, de hiérarchie, de discipline, entrent définitivement dans les têtes. L’heure ne devra plus être à la contestation, à l’anarchie, aux règlements de compte avec les fauteurs de trouble (le gouvernement), ni même à la politisation des situations, mais à la solidarité molle, au deuil, à la peur régulée. Les responsabilités seront inversées : les assaillants seront les rebelles, devenus seuls responsables d’une situation décadente, et les protecteurs seront les dirigeants du pays bien assistés par l’armée.

C’est de cette résilience-là dont nous parle le président. Son rôle : appuyer et renforcer une dialectique militariste visant l’enrichissement du complexe militaro-industriel[19] : multinationales pharmaceutiques, de télécommunications ou informatiques, marchands d’armes et autres instruments de surveillance. Sa mission : contrôler les citoyens, les mettre au travail pour générer chez une poignée d’investisseurs privés des profits exponentiels, entretenir la division sexuelle du travail, renforcer la généralisation des violences (prostitution, viols, trafic, tortures, répression), continuer à piller des ressources, étendre la « guerre contre la population civile »[20]. Un nouveau cran a été franchi.

 

La résistance à ce système se complexifie. Il faudra commencer par la clairvoyance, le décryptage des discours officiels, la clarification des affirmations contradictoires, avant de mobiliser ses savoirs, existants mais le plus souvent oubliés, pour créer des modes d’action et développer des réflexions en phase avec cette offensive sournoise.

Joelle Palmieri
3 avril 2020

 

[1]« Le ministère des Armées pleinement mobilisé contre l’épidémie du Covid-19 », Ministère de la Défense, 31 mars 2020.

[2]« Coronavirus : qu’est-ce-que l’«opération Résilience», lancée par Emmanuel Macron ? », leparisien.fr, 26 mars 2020 ; « La marine va déployer le Mistral à La Réunion et le Dixmude aux Antilles », meretmarine.com, 26 mars 2020.

[3]« À Mulhouse, aux côtés des femmes et des hommes mobilisés en première ligne pour protéger les Français du COVID-19 », elysee.fr, 25 mars 2020.

[4]Philippe Leymarie, « L’armée n’est pas (encore) là », Monde diplomatique, 18 mars 2020.

[5]Laurent Lagneau, « Le budget des armées annoncé en hausse de +4,5% en 2020 »,opex360.com, 26 septembre 2019.

[6]Pour le détail, la commande compte 271 VBMR Griffon (blindés fabriqués par Arquus et Nexter), 364 VBMR léger Serval (blindés fabriqués par Nexter), 42 EBRC Jaguar (blindés fabriqués par Nexter, Thales et Renault Trucks Defense), 10 E-2D Hawkeye (avions de surveillance maritime fabriqués par Grumman), 4 C-130H Hercules (avions de transport militaire fabriqués par Lockheed), 1 simulateur « Reaper » (drones fabriqués par General Atomics), 6 patrouilleurs outre-Mer (POM) (fabriqués par Socarenam), 2 systèmes de drones de lutte contre les mines ; la livraison comporte 128 Griffon, 4 Jaguar, un SNA Suffren (sous-marin nucléaire d’attaque fabriqué par Naval Group), 2 hélicoptères NH-90 (NHIndustries), 2 Atlantique 2 (avions de patrouille maritime fabriqué par Breguet), 2 Mirage 2000D (avions bombardiers fabriqués par Dassault), 1 A330 MRTT « Phénix » (avion-ravitailleur fabriqué par Airbus Defence and Space), deux A400M « Atlas » (avions de transport militaire polyvalents fabriqués par Airbus Military), un système de 3 drones Reaper Block 5 (General Atomics Aeronautical Systems) et 12 000 HK416F (fusils fabriqués par Colt’s Manufacturing Company) et 14 000 treillis F3 (plusieurs sociétés étrangères). Ibid.

[7]Ibid.

[8]Michel Manciaux, « La résilience. Un regard qui fait vivre », Études, vol. tome 395, no. 10, 2001, pp. 321-330.

[9]Frédéric Coste & Elisande Nexon, « La contribution des armées à la résilience de la Nation : aspects humains et organisationnels », Fondation pour la recherche stratégique, Rapport n° 702/FRS/RESIL du 17 novembre 2011.

[10]Colonel Nicolas Tachon, « Défense et résilience », Ministère des Armées, Conférence ESPE de Toulouse, 18 juin 2018.

[11]LCL Arnaud Planiol, Améliorer la résilience psychologique des combattants et de leurs familles. Pour une prévention permettant de limiter l’impact psychologique d’un traumatisme et/ou de faciliter le rétablissement, Études de l’IRSEM, 61, novembre 2018.

[12]Philippe Leymarie, « L’armée n’est pas (encore) là », op. cit.

[13]Le Général d’armée François Lecointre, « Vision stratégique, pour une singularité positive », Ministère des Armées, 21 septembre 2018.

[14]Jamie Shea, « La résilience, un élément clé de la défense collective », Revue de l’OTAN, 30 mars 2016.

[15]Didier Quentin, « Avisprésenté au nom de la commission des Affaires étrangères sur le projet de loi de finances pour 2019 (n° 1255),tome IV, Défense », http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_afetr/l15b1304-tiv_rapport-avis.

[16]Gilbert Robinet, « CORONAVIRUS : La résilience, c’est pour le jour d’après », ASAF, 1eravril 2020.

[17]Michel Cabirol, « Covid-19 : les huit infos essentielles dans le secteur aéronautique et défense », La Tribune, 30 mars 2020.

[18]Jules Falquet, « Le “coup du virus” et le coup d’état militaro-industriel global, Mediapart, 30 mars 2020.

[19]Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme, Paris, iXe, 2012.

[20]Andrée Michel, « Militarisation et politique du genre », Recherches féministes, Vol. 8, 1. 1995 : 15-34, p. 18.

À bout de souffle

Lui : « c’est vraiment dégueulasse… ». Elle : « qu’est-ce qu’il a dit ? » Les policiers : « vous êtes vraiment une dégueulasse ». Elle pour finir : « Qu’est-ce que c’est dégueulasse ? ». Sans jeu de mot sur le titre, ou à peine, ces derniers dialogues du célèbre film de Jean-Luc Godard pourraient s’appliquer à la crise sanitaire que nous vivons. En inversant les rôles : elle à terre en train de mourir, lui la regardant hébété, les autorités le culpabilisant. Enfin presque. Ce que nous vivons : les femmes sont les premières exposées à tous les niveaux par le COVID-19, les hommes ne s’en soucient guère et les gouvernants renvoient « leur » responsabilité sur les populations écrasées sous les restrictions et aujourd’hui la répression. C’est dégueulasse.

La pandémie et la façon de la gérer sont pour le moins genrées.

Personnes ciblées

Commençons par les personnes ciblées prioritaires par les gouvernements pour lutter contre la contamination. Jugées « fragiles », elles sont atteintes de maladies chroniques, de handicaps ou âgées de plus de 70 ans. Qui sont ces personnes ? Majoritairement des femmes.

Au niveau international, l’OCDE affirme que la fréquence des handicaps est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. La Banque mondiale estime quant à elle que 20% des personnes les plus pauvres sont handicapées (soit 16% de femmes, celles-ci représentant 80% des plus pauvres). En plus de souffrit de désavantages multiples (viols, stérilisation forcées,…) liés à leur situation, ces femmes ont moins accès aux soins.

Concernant les personnes âgées, sur le seul sol français, les femmes représentent 16,62% de la population totale (5 760 401) contre 12,63% d’hommes[1].

Parmi les personnesreconnues atteintes d’une maladie chronique reconnue comme affection de longue durée (ALD), les femmes sont un peu plus touchées que les hommes (51,58% en 2017)[2]. En outre, les femmes sont plus menacées par les maladies cardio-vasculaires (54% contre 46% d’hommes) au point que l’insuffisance cardiaque représente la première cause de leur mortalité avec une femme sur trois[3]7(1 femme sur 27 pour le cancer du sein).

Enfin, depuis la réforme de la tarification et la loi HPST (hôpital, patients, santé, territoires) qui définit depuis juillet 2009 une organisation sanitaire et médico-sociale visant notamment la « modernisation » des établissements publics de santé et la « territorialisation » du système de santé (création des ARS), on constate des inégalités territoriales : les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes, suivis médicaux moindres…

Personnes oubliées

Abordons brièvement le cas des personnes oubliées par les dirigeants politiques : migrants en situation irrégulière, prisonniers, SDF… qui ont difficilement accès aux services de santé, à tous les besoins utiles à la survie quotidienne dont la nourriture. Les hommes sont majoritaires parmi les sans abris. Mais, en France, alors que deux personnes sans domicile sur cinq sont des femmes, chez les moins de 30 ans, cette proportion est égale : les femmes sont aussi nombreuses que les hommes (48%)[4]. Aujourd’hui, les personnes, majoritairement des femmes, qui pourraient venir en aide à ces personnes, ne le peuvent plus et vivent des tourments dont on ne connaît pas les contours.

Les femmes plus touchées en raison de la division sexuelle du travail

Examinons maintenant les impacts des mesures prises sur les femmes. La fermeture des établissements scolaires, le travail à distance, le chômage technique,… touchent davantage les femmes, notamment en tant qu’« aidantes ». Les gardes d’enfants sont majoritairement prises en charge par des mères (seules ou accompagnées) ou des grands-mères (idem), ce qui renforce leur vulnérabilité : moins de revenus, moins de retraite, moins de temps à consacrer à leurs propres soins, augmentation de leur toxicité financière (faute de moyens pour prendre en charge les frais non couverts par l’assurance maladie, elles ne peuvent plus suivre leurs traitements et cet abandon augmente alors le risque d’aggravation des symptômes).

Cette situation est socialement tolérée, comme l’ensemble du travail non rémunéré assuré par les femmes : santé, éducation, nutrition. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les femmes effectuent 76,2% du nombre total d’heures de travail de soins non rémunérées, soit plus de trois fois plus que les hommes. En Asie et dans le Pacifique, ce chiffre atteint 80%. L’ignorance de cette division sexuelle du travail est telle que dès les premières mesures annoncées pour faire face au COVID-19, j’ai pu lire sur un des réseaux sociaux numériques  de la part d’une de mes concitoyennes, soutenue par l’association des entreprises locales dont elle est membre : « À vous Mamans [du village], réquisitionnées professionnellement, je vous propose mon aide en tant que professionnelle de santé (IDE) et de la petite enfance (7 ans au sein de la Crèche […]) pour garder vos boudechoux dans ces jours compliqués !!! N’hésitez pas à me contacter par MP !!! [signature] #Infirmièreunjour #infirmièretoujours ». Personne n’a réagi à ce sexisme ordinaire.

Des impacts négatifs élargis et sous-estimés

Ces constats s’ajoutent à ceux de la représentation massive des femmes parmi les personnels soignants (70% dans 104 pays d’après l’Organisation mondiale de la santé, 78% en France, et plus précisément 90% des infirmières et des aides-soignantes) ou parmi les salariés des supermarchés (90% des caissières), du taux de contamination plus élevé des femmes en raison des soins apportés aux hommes présentant davantage de comportements à risque (tabagisme), des risques renforcés de violences sexuelles et domestiques en situation de confinement, des impacts de la décision de différer certains soins considérés comme non prioritaires, dont l’avortement, et de la très faible représentation des femmes dans les instances de décision.

Des choix libéraux sources d’inégalités de genre

L’ensemble des décisions prises, en France, en Europe et un peu partout dans le monde, répond à des choix financiers et économiques qui augmentent les inégalités entre les femmes et les hommes. En France, la priorité est donnée au soutien aux grandes surfaces et aux entreprises (supermarchés ouverts, travail non interrompu), c’est-à-dire là où le profit est possible. Les grosses entreprises (majoritairement dirigées par des hommes) vont recevoir des aides de l’État pour faire face à la double crise financière et sanitaire, alors que les PME, les artisans, les auto-entrepreneurs, les travailleurs indépendants vont devoir, ou sont en train, , pour ceux qui en trouvent le temps et les moyens, de courir après des indemnités improbables. Occupées par leurs tâches grandissantes d’aidantes, des femmes à la tête de leur activité vont devoir baisser les bras et vont s’appauvrir.

Comble de l’illustration de ces choix, des directrices d’Ehpad ont décidé de mettre à disposition des résidents de leur établissement (une majorité de femmes) des tablettes numériques dans le but de maintenir un lien avec leurs proches. Indépendamment de l’incongruité de la décision eu égard à l’âge et à l’analphabétisation numérique des principales concernées, ce choix est libéral : il favorise l’enrichissement d’entreprises privées, non référencées (aucun contrôle possible sur la pertinence du choix des fournisseurs), au détriment du maintien des effectifs (là aussi majoritairement des femmes). En se livrant à un petit exercice arithmétique, pour un Ehpad moyen de cent résidents, le coût de l’opération s’élève au moins à 20 000 € (en prenant l’hypothèse d’un coût minimum de tablette de 200 €), soit au moins un an de salaire d’une aide-soignante.

Déplacement politique des responsabilités

Concernant les autres secteurs touchés par ricochet (non rentables) – éducation, santé, culture, sport de loisir, lieux de convivialité – le gouvernement demande que les professionnelles[5]désormais en nombre réduit ou précaires, ou à chaque citoyenne prise individuellement, de gérer le flux des malades.

Paradoxalement, le 10 juillet 2017, Gérald Darmanin, ministre français de l’Action et des Comptes publics, annonçait des changements dans l’affection des lignes du budget national. Ces décisions en trompe l’œil montraient qu’alors que le budget de l’égalité femmes/hommes était réduit de 25,15%, celui de la Défense l’était de 2,01%, soit plus de dix fois moins. Par ailleurs, tous postes liés à la sécurité nationale (Défense, gendarmerie, sécurité, etc.) cumulés, le budget total alloué atteint 17,974 milliards d’euros, soit plus du double de celui de la santé plus du triple des affaires sociales. De plus, depuis, des dépenses militaires ont fleuri, ce qui a anéanti l’effet de réduction.

Aussi, alors qu’ils ont attendu et n’ont pas pris les mesures indispensables en temps utile, les responsables politiques transfèrent majoritairement aux femmes, en douceur et sans mot dire, la responsabilité des dégâts produits par l’épidémie et la culpabilité qui va avec.

Le Président de la République, habité par son goût et ses intérêts pour la militarisation de la société, nous intime l’ordre de l’assister pendant la « guerre » qu’il a déclarée. Bien que les manifestations de ses penchants militaristes se multiplient depuis le début de son mandat, cette version militarisée de gestion de crise, dont on sait, grâce à Andrée Michel, qu’elle a des impacts négatifs directs sur les femmes, devrait encore nous réserver quelques surprises.

Résister

Ne nous laissons pas prendre à ce piège d’un capitalisme patriarcal dominant outrancier. Des solutions alternatives aux plans libéraux,  violents, répressifs et militaires existent. Au-delà de la solidarité individuelle à apporter aux personnes considérées comme « fragiles », il convient, comme le font déjà la Corée du Sud ou l’Afrique du Sud, de « capitaliser » les leçons apprises des anciennes épidémies, telles que le sida.

Cette semaine le journal britannique le Lancet a constaté la plus grande vulnérabilité des femmes et a lancé quelques recommandations à l’adresse des dirigeants politiques (numéros verts) : créer des services de soutien aux personnes souffrant du stress lié à la durée du confinement, réduire l’ennui et le sentiment d’isolement social, aller au devant des personnes contaminées pour les rassurer, créer des groupes de soutien et d’échanges en ligne sur le vécu d’expérience du confinement, promouvoir une communication plus centrée sur l’altruisme que sur l’obsession, remercier et encourager les personnes qui sont en situation de confinement pour renforcer l’adhésion et l’observance des mesures de confinement tout en les informant sur les mesures de prévention…

Alors, qu’attendons-nous pour monter à l’offensive ? réclamer des mesures dont on connaît l’efficacité ? monter des caisses de solidarité pour les personnes (majoritairement des femmes) dont les revenus baissent ou disparaissent ? créer des banques alimentaires pour les personnes (idem) qui n’ont pas les moyens de l’essentiel… Résistance !

Joelle Palmieri
17 mars 2020

 

 

[1]Insee, estimations de population (données provisoires arrêtées à fin 2019.

[2]Les pathologies relevant de l’ALD dont les taux de prévalence féminine sont élevés sont la « maladie d’Alzheimer et autres démences » (72,16%), les « vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique » (78,83%), la « polyarthrite rhumatoïde évolutive » (74,83%) et la « scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l’angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu’à maturation rachidienne » (81,66%). Assurance maladie, « Données relatives à l’ensemble des bénéficiaires du dispositif des ALD une année donnée », 18 décembre 2018, https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/affection-de-longue-duree-ald/prevalence/prevalence-des-ald-en-2017.php, consulté le 6 mars 2019.

[3]European cardiovascular disease statistics. Eur Heart journal 2013; 34:3028-34. InVS. BEH 2008, 2012, 2014, 2016.

[4]Enquête sans domicile réalisée en janvier et février 2012 par l’Insee et l’Ined.

[5]Le féminin est pour tout ce qui est exposé plus haut utilisé à escient.

Le soin : à quand un bien commun ?

Je suis déçue. La dépolitisation va bon train et avec elle l’oubli de valeurs comme la solidarité, le débat, le libre arbitre, l’action collective, davantage vus comme sources de conflit – et par analogisme pervers, de violence – que comme richesses humaines. La course à l’individualisation des problèmes, qu’ils soient économiques, sanitaires, éducatifs, juridiques, etc., m’entoure et augmente mon malaise. La légitimation de l’idéologie du « développement personnel », incluant la quête de l’« estime de soi » et le dogme de la « volonté personnelle », m’étouffe.

En guise de surcouche à mon désarroi, le gouvernement français dévoile, le 23 octobre 2019, une « Stratégie de mobilisation et de soutien aux aidants portant sur la période 2020-2022 »[1]. Dans ce plan, en 17 mesures, on parle de « dédommagement défiscalisé [des aidants] », de « congé indemnisé » limité à trois mois maximum sur l’ensemble de la carrière « rémunéré 43 euros par jour pour les personnes vivant en couple et 52 euros pour une personne seule », sans que les conséquences nocives sur lesdits aidants soient commentées. Même si on lit dans cet opus que « 57% [des aidants] sont des femmes », d’ailleurs la seule mention qui est faite du rôle des femmes dans le soutien aux aidants, la réalité est tout autre.

L’assignation historiquement attestée des femmes aux soins des autres (éducation, santé, nutrition), ses conséquences sur l’inégalité des rapports sociaux entre femmes et hommes et ses stratégies de banalisation résonnent sans cesse dans ma tête. Sandra Laugier soulignait il y a peu : « L’assignation des femmes à la sphère domestique a renforcé le rejet de ces activités [de soin] et de ces préoccupations hors de la sphère publique, les réduisant au rang de sentiments privés dénués de portée morale et politique »[2]. En commentant le plan gouvernemental, Emmanuel Hirsch, professeur d’Éthique médicale à l’Université Paris-Sud, président du Conseil éthique recherche et intégrité scientifique de l’Université Paris-Saclay, atteste cette dérive sans fin :« Le proche acceptant les missions de l’aidant doit ainsi découvrir dans un premier temps sa place et définir sa mission qui ne consiste pas prioritairement à assumer les actes relevant d’un savoir, par exemple celui du soignant »[3]. Selon lui et ses confrères, aider, c’est aimer. C’est tout. La chose ne se discute pas.

De fait, plus le rôle social de gestion du foyer, inégal selon qu’on est femme ou homme, est ignoré, toléré et globalement non renversé, ni par les donneurs d’ordre, ni par les personnes ciblées, plus mon dégoût augmente. Qu’elles soient malades ou bien portantes, jeunes ou âgées, pauvres ou riches, racisées ou non racisées, toute combinaison restant possible et admise – être une femme jeune pauvre, sans emploi et malade par exemple – je lis chez mes congénères un engouement à accepter sans mot dire le repli sur soi, la servitude volontaire ou la fuite… Les aidantes en particulier – une voisine qui s’occupe de sa mère depuis plus de dix ans, fait ses courses, la nourrit, veille sur elle tous les jours, une proche qui prend les rendez-vous médicaux de son mari, l’accompagne, prend des notes, s’applique à le nourrir, ajoute à tout cela les tâches de bricolage… toutes sacrifiant au passage quelques heures de travail et évidemment de loisirs –, même si elles sont parfois en colère, ne cherchent pas à être aidées, le plus souvent sans savoir pourquoi, guidées par l’affect, le devoir, sinon par la morale et par la culpabilité.

Quand c’est au tour des femmes d’avoir besoin d’aide – plusieurs copines qui se débattent seules avec leur maladie, butinant d’un thérapeute à l’autre en quête de recettes rapides pour vaincre leurs maux, continuent à aller au supermarché, à passer l’aspirateur, à s’occuper de leurs petits-enfants… –, j’observe une tripotée de mythes interagir. Celui de l’indépendance par exemple : il est de bon ton de « ne dépendre de personne », « de ne pas déranger », « de ne pas abuser ». Quand les femmes que je côtoie tombent malades, j’assiste le plus souvent à leur sacrifice ou à leur négation de la situation particulière dans laquelle elles sont en train de plonger. Sans se questionner, en râlant parfois, elles continuent à assurer la majorité des tâches domestiques[4]et à prendre soin des autres : enfants, malades, handicapés, personnes âgées. Peu de personnes de leur entourage ne les aide, soit par rejet, soit par dépit ou encore par ignorance : « qu’est-ce que je peux faire ? », « elle ne veut pas qu’on l’aide », entends-je régulièrement de la part de maris désemparés. La situation de ces femmes malades se dégrade alors tant financièrement – elles travaillent moins – que physiquement – leurs corps ne se repose pas, s’abîme, jusqu’à s’arrêter de fonctionner[5]. Et moi d’observer ahurie qu’« aller jusqu’au bout de ses forces », « ne pas flancher », alimentent ce mythe de l’indépendance tout autant qu’il renforce la toxicité et détruit.

J’ai beau dire, discuter, conseiller, me battre pour mettre en place des solutions collectives adaptées, ce mythe est tenace. Il est le résultat d’un tabou social, celui de la maladie. On n’en parle pas, on fait semblant, on essaie d’oublier[6]. Des femmes évoquent parfois des questions d’éducation ou de culture – « on n’a pas appris à penser à nous », « on ne sait pas s’arrêter », « on nous a appris à ne jamais se plaindre » – mais très rarement les systèmes sociaux et politiques dans lesquelles ces croyances se sont installées.

En outre, la réponse apportée par le corps médical, en dehors d’être médicamenteuse, s’oriente le plus souvent vers la condescendance. Paternaliste, à consonance individualiste, cette réponse entretient la mystification. Il s’agirait de « se prendre en main » et à cet effet, faire du sport, pour se muscler, se tonifier, sortir, ne pas se laisser aller, ou de « lâcher prise » dans le but de laisser les peines derrière soi, de déposer les valises, de renforcer son estime de soi, de se développer personnellement, d’exprimer sa propre volonté, de vivre le présent…

Cette « moralité libérale » m’horripile. Elle ramène l’idée de soin au seul sentiment personnel (sphère domestique) et le détache de son rôle social, économique et politique (sphère publique). Elle légitime la distinction entre travail « gratuit » et « payant » et entre savoir « profane »[7]et « professionnel » (soigner au quotidien demande des compétences, maîtrisées par la majorité des femmes, qui ne sont nullement reconnues). Ma déception s’amplifie car cette moralité est intégrée par la malade qui refuse, par abnégation, de se positionner en tant que ce qu’elle est devenue – une personne affaiblie, amochée, souvent seule – dans un contexte où les rapports sociaux sont inégaux. Si la tendance s’inversait, on pourrait construire un bien commun, la santé, vecteur de politiques publiques et d’actions territoriales applicables au plus grand nombre. En attendant, c’est le corps des femmes qui reste un bien commun[8].

 

Joelle Palmieri
4 novembre 2019

 

[1]« Agir pour les aidants – Stratégie de mobilisation et de soutien 2020-2022 », https://handicap.gouv.fr/presse/dossiers-de-presse/article/agir-pour-les-aidants,consulté le 3 novembre 2019

[2]Laugier, Sandra. « L’éthique du care en trois subversions », Multitudes, vol. 42, no. 3, 2010, pp. 112-125.

[3]Emmanuel Hirsch, « Proches, aidants, aimant : notre place auprès de la personne malade – Le gouvernement a présenté un plan national de soutien aux aidants », page LinkedIn, 24 octobre 2019, https://www.linkedin.com/pulse/proches-aidants-aimant-notre-place-auprès-de-la-personne-hirsch/, consulté le 3 novembre 2019

[4]« Dans la majorité des cas, c’est la femme qui assure toujours ou le plus souvent le repassage du linge, la préparation quotidienne des repas, le passage de l’aspirateur et les courses ».

Bauer, Denise, Entre maison, enfant(s) et travail : les diverses formes d’arrangement dans les couples, d’après l’enquête nationale, « Étude des relations familiales et intergénérationnelles (ERFI) », Etudes et Résultats, n°570 (2007), INSEE, mise à jour 17.08.10.

[5]« La souffrance des femmes, elle, n’inquiète ni l’ordre social ni “l’harmonie entre les sexes” mais s’inscrit dans la continuité de la féminité ». Jonas, Irène. « Un nouveau travail de « care » conjugal : la femme « thérapeute » du couple », Recherches familiales, vol. 3, no. 1, 2006, pp. 38-46.

[6]« Bien souvent, c’est la femme malade qui choisit une solution difficile et généreuse : faire semblant. Ne pas provoquer d’inquiétude, taire ses angoisses. Le monde s’inverse ! La malade rassure le bien portant ! »

Gros, Dominique. « Les bien portants face au cancer du sein. Fuite, indifférence, amour ? », Revue française de psychosomatique, vol. 31, no. 1, 2007, pp. 83-91.

[7]Cresson, Geneviève. « 4. Les soins profanes et la division du travail entre hommes et femmes », Pierre Aïach éd., Femmes et hommes dans le champ de la santé. Approches sociologiques. Presses de l’EHESP, 2001, pp. 303-328.

[8]Guillaumin,Colette. « Pratique du pouvoir et idée de Nature (1) L’appropriation des femmes », Questions FéministesNo. 2, les corps appropriés (février 1978), pp. 5-30.

 

Santé et domination de genre

La crise du système de santé français et l’actualité de la grève des urgentistes, qui fait se déplacer plus de trois mois après son lancement la ministre de tutelle, m’offre l’occasion de rappeler ce qui ne semble pas d’intérêt pour la grande majorité des médias : ce système est inégal et perpétue en particulier les inégalités femmes/hommes. Il renforce la domination des hommes sur les femmes dans le domaine. Cette domination vaut « en interne » (entre personnels soignants, entre administration et praticien.nes) et « en externe » (entre système de santé et patient.es). Je ne m’attarderai pas ici au premier volet de cette domination et m’arrêterai plus volontiers sur le second.

Commençons par l’accès aux soins. L’histoire est ancienne. Même si la profession médicale se féminise, la majorité des médecins adoptent un imaginaire hérité des théories de l’Antiquité. La plupart d’entre eux s’opposent rarement aux « préjugés » et aux « superstitions » transmises par les croyances populaires[1] : selon ces « théories », les femmes sont facilement perçues comme ayant davantage tendance à gémir, à râler, animées par leurs « humeurs » changeantes[2] ; elles seraient plus susceptibles d’interpréter à peu près n’importe quel obstacle comme une « maladie », forcément imaginaire, plus émotives, plus nerveuses, plus irritables, se muant en « affabulatrices », s’inventant des maladies, voire devenant « folles » ou « hystériques »[3]. Selon la même logique, elles vivent des douleurs jugées normales, comme celles des règles ou de l’accouchement[4]. Aussi, comme le souligne Sylvie Mouysset, « le fait que les femmes aient été éduquées dans l’idée d’être agréables, plaisantes, de ne pas contester ouvertement l’autorité masculine, renforce l’autorité médicale auprès de certaines patientes sous la forme d’une acceptation du diagnostic, du refoulement de l’expérience propre, ou d’autocensure sur les plaintes »[5]. Leurs symptômes sont alors minimisés.

Ensuite, les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses[6] : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes[7], suivis médicaux moindres…

Poursuivons par un focus spécifique aux maladies chroniques. Au niveau national et toutes pathologies confondues (reconnues affection longue durée (ALD)), les femmes sont un peu plus touchées que les hommes (51,58% en 2017)[8]. Les pathologies relevant de l’ALD dont les taux de prévalence féminine sont élevés sont la « maladie d’Alzheimer et autres démences » (72,16%), les « vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique » (78,83%), la « polyarthrite rhumatoïde évolutive » (74,83%) et la « scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l’angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu’à maturation rachidienne » (81,66%)[9]. Aussi, du seul point de vue quantitatif, les maladies chroniques concernent majoritairement les femmes. Cette observation prend des proportions exponentielles concernant les personnes atteintes de fibromyalgie puisque, parmi environ 2,6 millions personnes diagnostiquées en France, plus de 2,34 millions sont des femmes (90%)[10]. Pourtant, la fibromyalgie ne fait pas encore partie des affections de longue durée reconnues par l’assurance maladie[11].

D’un point de vue qualitatif, il existe en France très peu d’études sur l’éventuelle prise en charge différenciée selon le sexe des personnes atteintes de maladies chroniques et encore moins sur son évaluation[12]. Les nettes différences de prévalence entre femmes et hommes sont parfois abordées et expliquées mais le plus souvent une fois encore par leur aspect physiologique et non social, historique, politique.

Concernant les seules activités physiques adaptées (APA) prescrites aux malades en ALD, l’application de la loi a largement été phagocytée par le milieu sportif qui l’a détournée pour mieux s’emparer des fonds alloués et transformer l’idée initiale de lutte contre la sédentarité des malades vers la promotion du « sport-santé ». Ce tiret qui associe sport et santé renforce la négligence quant à la prise en charge spécifique des femmes. Il formalise une conception ancienne, normée et utilitaire, des sports en tant que moyens de garantir la santé des sociétés industrielles, les hommes étant destinés à affermir leur puissance et les femmes à assurer leur « bonne santé » ainsi que celle de « leurs enfants »[13]. Dans les deux domaines, la santé[14]et le sport[15], les femmes demeurent socialement dissociées/différenciées des hommes, voulus virils, plus forts, plus actifs, plus courageux, plus engagés, plus performants, plus… Les femmes y sont discriminées, parfois illégitimes, tant du point de vue professionnel que sanitaire. Les patientes sont moins prises au sérieux.

Insistons sur l’impunité du système. Globalement, un discours dominant, véhiculé par le système de santé[16]et relayé la plupart du temps par les professionnels, consiste à asséner aux patientes l’idée que la solution est personnelle, qu’elle vient d’elles, qu’il est temps qu’elles prennent soin d’elles – logique majoritairement entretenue dans les livrets d’accueil des malades ou dans les campagnes antistress et de bien-être. Comme pour la plupart des fléaux – viol, féminicide, sida… –, il convient de « soutenir les victimes » en leur conseillant de cultiver leur « estime de soi », de « travailler le deuil »… plutôt que de désigner, juger et punir les coupables : les politiques publiques de santé ignorantes, le corps médical sexiste, la culture ambiante culpabilisante. Cette logique fait des « victimes » les seules coupables.

De fait, les apports des sciences sociales – anthropologie, philosophie, sociologie, histoire, sciences politiques… – sont encore très peu introduits dans la prise en charge de la maladie. Or, la pratique de la médecine gagnerait à être enrichie d’une contextualisation sociale, historique, culturelle, politique… Pour ne citer qu’un concept, « l’éthique du care », champ d’études philosophiques, permet d’opérer des dégagements de la sphère privée à la sphère publique, des rôles sociaux de genre à une justice commune, de l’emprise du développement personnel au vécu des biens communs, du soin personnel à une écologie humaine, de la dépendance à l’autonomie. En l’introduisant dans le soin, les praticien.nes s’engagent à transformer radicalement leurs relations aux patientes et à les considérer non plus comme des victimes mais comme des personnes vulnérables dans un environnement spécifique[17].

Arrêtons-nous un moment sur d’autres pratiques de santé. Du côté des médecines « complémentaires » ou « alternatives », bien que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en comptabilise environ quatre cents[18], l’ordre français des médecins n’en reconnaît que quatre : l’homéopathie, l’acupuncture, la mésothérapie et l’ostéopathie[19]. En 2015, l’ordre dénombrait 6 115 médecins ayant déclaré un titre ou une orientation de médecine alternative et complémentaire, dont un sur cinq exerçant à l’hôpital. Toujours selon l’ordre des médecins, 40% des Français auraient recours à ces pratiques, en particulier les personnes atteintes d’une maladie grave ou chronique[20].

Dans ce domaine, peu d’études analysent, ne serait-ce que du point de vue quantitatif, la répartition femmes/hommes tant chez les personnes qui ont recours à ces soins que chez celles qui les pratiquent. En prenant connaissance de quelques rapports publiés par des associations de praticiens, selon les corps de métiers – ostéopathie, hypnose, shiatsu, réflexologie, sophrologie, etc. – il apparaît qu’une très grande majorité des praticiens et des patients sont des femmes. L’enquête quantitative sur la pratique du shiatsu que j’ai menée en 2018 le confirme : 68,16% des praticiens sont des femmes, exerçant très majoritairement en ville (en moyenne plus du double qu’en milieu rural) et sept patients sur dix sont des patientes[21]. Ces données avalisent une vision « exotique » de la pratique de ces médecines, tant par les décideurs politiques qui les déprécient – sinon il y aurait davantage d’hommes praticiens – que par les praticiens eux-mêmes. Les praticiens-hommes recherchent majoritairement la sécurité et la reconnaissance dans l’exercice de leur métier. Les praticiennes, quant à elles, pour certaines animées par une quête de spiritualité, de mysticisme, d’harmonisation avec la nature, s’arrêtent à l’interprétation selon laquelle ces méthodes leur « correspondent », à titre individuel, en tant que femmes, « naturellement plus sensibles », « plus à l’écoute », davantage dans le « ressenti » d’autrui. Leurs revenus sont « complémentaires » et le plus souvent assumés comme tels. Ces professionnelles reproduisent ainsi un stéréotype ancien auprès de leurs patientes en les orientant vers le « bien-être », les activités « anti-stress », l’estime de soi et le travail sur soi, la nécessité de « prendre du temps pour soi », intégrant sans la contester l’idée que le rôle social alloué aux femmes l’interdirait. Elles coproduisent une idéologie biologisante et libérale visant l’individualisation des problèmes, qui seraient personnels, alors qu’ils sont communs et liés aux inégalités sociales existantes.

Ces rapports genrés entre patient.es et médecin.es ou praticien.nes complémentaires peuvent s’étendre aux rapports que les unes et les autres entretiennent avec leur environnement social plus global. Ces relations sont socialement construites et animées par un système de domination structuré. Ce système hiérarchisé a des implications directes sur la gestion du corps des femmes et plus généralement sur leur appropriation[22].

Finissons par l’individualisation de la maladie versus individuation/subjectivisation des malades. Les responsables des politiques publiques de santé, les personnels médicaux ou administratifs dédiés à l’exécution de ses politiques, les défenseurs et praticiens des médecines complémentaires, hommes et femmes, continuent majoritairement à dispenser une parole paternaliste : ils se placent en protecteurs désintéressés des patientes, ayant autorité naturelle à les guider, car ces femmes seraient en demande, en situation de mineures civiques. Elles se retrouvent placées au rang de victimes ou d’actrices immobiles, ayant besoin d’encadrement technique, d’assistance, de soutien, parce que moins attentives à elles-mêmes et plus dédiées au soin à autrui : en tant que personnels rémunérés des institutions médicales et paramédicales, mais aussi, à titre gratuit, dans la sphère familiale – dite « privée » en opposition à la « sphère publique »[23] –, en tant que « profanes » des soins[24]. Leurs savoirs propres sont ignorés. Les femmes n’ont pas droit à la parole et ainsi restent des « subalternes »[25].

Si la majorité des études sur le système de santé, tout autant que les contestations liées, adoptaient des lunettes de genre, les recherches et les revendications mettraient l’accent sur ces constructions sociales et politiques que sont les catégories les « hommes » et les « femmes » qui structurent les relations humaines au sein des institutions médicales ou des lieux de pratiques complémentaires. Du même coup, elles analyseraient les données quantitatives en remettant en cause la définition « biologisante » du genre fondée sur les caractéristiques biologiques des individus (le « sexe »), au profit d’une définition socio-politique qui souligne l’importance des processus sociaux de construction des inégalités de genre. Les résultats de ces recherches pourraient alors conclure que le message de genre des institutions et des professionnels est au mieux : « il faut éduquer, soutenir les patientes pour lutter contre la maladie ». Cela signifie qu’il est jugé nécessaire que les femmes malades acceptent sans moyen de les discuter des savoirs académiques, homogènes (indépendants des contextes historique, social, économique, politique, géographique), formulés par des cadres des institutions médicales nationales ou internationales.

Pourtant, il pourrait être démontré que ces femmes (les malades à qui il convient d’adjoindre les professionnelles de santé) sont des actrices non reconnues mais qualifiées de politiques de santé égalitaires.

Joelle Palmieri
13 juin 2019

Cet article est extrait d’un récit à paraître sur la pathologie de la douleur et les savoirs associés.

 

[1]                Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Gallimard, 1979 ; Agnès Fine, « Savoirs sur le corps et procédés abortifs au XIXesiècle », Communications. Dénatalité, l’antériorité française 1880-1914, n° 44, Seuil, 1986, pp. 107-136 ; Véronique Moulinié, La chirurgie des âges : corps, sexualité et représentations du sang, Maison des Sciences de l’Homme, 1998.

[2]                Jean-Pierre Peter, « Entre femmes et médecins: Violence et singularités dans les discours du corps et sur le corps d’après les manuscrits médicaux de la fin du XVIIIesiècle », Ethnologie française nouvelle série, Vol. 6 (3/4), Langages et images du corps (1976), pp. 341-348.

[3]                Alexandra Nacu et Daniel Benamouzig, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients », op.cit.

[4]Sylvie Mouysset, « Souffrir, panser, aimer », Rives méditerranéennes, Vol. 44, 2013, pp. 17-37.

[5]                Ibid.

[6]                Danielle Bousquet, Geneviève Couraud et Gilles Lazimi, Margaux Collet, « La santé et l’accès aux soins : une urgence pour les femmes en situation de précarité », Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes,Rapport n° 2017-05-29-SAN-O27 publié le 29 mai 2017, http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/hce_la_sante_et_l_acces_aux_soins_une_urgence_pour_les_femmes_en_situation_de_precarite_2017_05_29_vf.pdf, consulté le 27 mars 2019 ; Anne-Marie Thomazeau, « Santé : inégalités importantes entre les hommes et femmes », Viva Magazine,avril 2015, https://www.vivamagazine.fr/sante-inegalites-importantes-entre-les-hommes-et-femmes-170758, consulté le 10 mai 2019.

[7]Rozenn Le Saint, « Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires », Mediapart, 29 mai 2019, https://www.mediapart.fr/journal/france/290519/les-femmes-premieres-victimes-des-recents-scandales-sanitaires?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=TRANSAC&utm_content=&utm_term=&xtor=EPR-1013-%5Barticle-offert%5D&M_BT=109679374191, consulté le 30 mai 2019.

[8]                Assurance maladie, « Données relatives à l’ensemble des bénéficiaires du dispositif des ALD une année donnée », 18 décembre 2018, https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/affection-de-longue-duree-ald/prevalence/prevalence-des-ald-en-2017.php, consulté le 6 mars 2019.

[9]                Ibid.

[10]Ces chiffres sont le résultat du rapport des pourcentages des personnes atteintes de fibromyalgie à la population globale : de 1 à 4% de la population française, plus de 90% de femmes, selon les dernières estimations. Alexandra Nacu et Daniel Benamouzig, « La fibromyalgie : du problème public à l’expérience des patients »,Santé Publique,Vol. 22 (5), 2010, pp. 551-562, https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2010-5-page-551.htm#pa23, consulté le 6 mars 2019.

[11]Elle ne peut être qualifiée d’ALD que selon le seul bon vouloir du médecin conseil de la CPAM local, qui respecte des critères liés aux coûts des médications, aujourd’hui majoritairement retenues inefficaces et favorablement substituables par des activités physiques adaptées (APA). Par ailleurs, cette décentralisation de la décision génère des inégalités entre territoires.

[12]Parmi les études publiées sur la douleur chronique par exemple, citons l’article sur l’approche « psychosociale » de la douleur : Michaela Klimekova, Anne-Marie Costalat-Founeau, Patrick Ginies, « Dynamique identitaire du fibromyalgique. Approche psychosociale de la douleur », Douleur et Analgésie, mars 2002, Volume 15 (1), pp. 67–70. Une étude états-unienne plus récente aborde les biais de genre dans la prise en compte de la douleur chez les enfants : Brian D. Earp, Joshua T. Monrad Marianne Lafrance, John A Bargh, Lindsey L. Cohen, Jennifer A Richeson, “Featured Article: Gender Bias in Pediatric Pain Assessment”, Journal of Pediatric Psychology,Volume 44 (4), May 2019, pp. 403–414, https://doi.org/10.1093/jpepsy/jsy104, consulté le 6 mai 2019.

[13]               Élise Detellier, « “Bonifier le capital humain” : Le genre dans le discours médical et religieux sur les sports au Québec », 1920-1950, Revue d’histoire de l’Amérique française,Vol. 62 (3-4), hiver–printemps 2009, https://www.erudit.org/en/journals/haf/2009-v62-n3-4-haf3529/038522ar.pdf, consulté le 26 mars 2019.

[14]               Marilène Vuille et al., « La santé est politique », Nouvelles Questions Féministes, Vol. 25 (2), 2006, pp. 4-15 ; Nicole Edelman et Florence Rochefort, « Quand la médecine fait le genre », Clio Femmes, genre, Histoire, n° 37, 2013.

[15]               Christine Mennesson, Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, L’Harmattan, coll. « Sports en société », 2005, 364 p. ; Catherine Louveau, « Inégalité sur la ligne de départ : femmes, origines sociales et conquête du sport », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, pp. 119-143, http://journals.openedition.org/clio/1877, consulté le 27 mars 2019 ; Jim McKay et Suzanne Laberge, « Sport et masculinités », Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n° 23, 2006, pp. 239-267, http://journals.openedition.org/clio/1908, consulté le 26 mars 2019.

[16]Récemment, le 28 mars 2018, le député Cédric Villani a rendu public un rapport sur l’intelligence artificielle dans lequel il fait quelques préconisations d’emploi dans la médecine. Si ces recommandations sont mises en œuvre, le gouvernement confirmera l’option entrepreneuriale individuelle et « personnalisée » qu’il réserve aux patient.es et celle réductrice/« minimisée » allouée aux spécialistes. Cédric Villani, Donner un sens à l’intelligence artificielle – Pour une stratégie nationale et européenne, mars 2018, https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf, consulté le 11 mai 2019.

[17]               Pascale Molinier, Sandra Laugier et Patricia Paperman, « Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité », Petite bibliothèque Payot,2009, 298 p. ; Agata Zielinski, « L’éthique du care. Une nouvelle façon de prendre soin », Études, Vol. 413 (12), 2010, pp. 631-641.

[18]OMS, Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023, 2013, https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/95009/9789242506099_fre.pdf?sequence=1, consulté le 7 mai 2019.

[19]Les actes dispensés par les médecins conventionnés connaissent un remboursement par l’assurance maladie à géométrie variable : acupuncture, 70%, homéopathie, 30% – ce remboursement est aujourd’hui amené à disparaître –, ostéopathie et mésothérapie, 0%.

[20]               « Quelle place pour les médecines complémentaires ? », Ordre des médecins, 2015, https://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/cn_webzine/2015-07/www/index.php#/intro, consulté le 27 mars 2019.

[21]               Joelle Palmieri,France : évaluation quantitative de la pratique du Shiatsu par les spécialistes – Résultat de l’enquête dite « mutuelles »,Syndicat des professionnels du shiatsu, juin 2018, https://www.syndicat-shiatsu.fr/images/pdf/doc-prives/Evaluation_quantitative_par_specialistes-en-shiatsu_040618c.pdf, consulté le 27 mars 2019.

[22]               Françoise Héritier, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris : Odile Jacob, 1996 ; Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes : des outils et des corps, Paris : L’Harmattan, 1998.

[23]               Geneviève Fraisse, Les femmes et leur histoire, Paris : Gallimard, 1998, 614 p.

[24]               Marilène Vuille et al., « La santé est politique », op.cit.

[25]               Gayatri C. Spivak, Can the Subaltern Speak?(Les Subalternes peuvent-illes parler ?, traduction française de Jérôme Vidal, Amsterdam, Paris, 2006), in‪Nelson Cary et Grossberg Lawrence (dir.),Marxism and the Interpretation of Culture,Chicago : University of Illinois Press, 1988, pp. 271-313.