Archives par mot-clé : violences

ARME, VP, profit

49979505356_1dd9205b34_k
© serge D’Ignazio

ARME. Tel est l’acronyme du nouveau plan français de réforme du travail. ARME pour « activité réduite pour le maintien de l’emploi ». Au moment où, partout dans le monde, les rues se noircissent de manifestant.es contre les violences policières (VP) et contre le racisme, le gouvernement français reste fidèle à ses convictions : loi et ordre, par hommes armés interposés, et libéralisme optimisé. C’est gonflé.

Car enfin, qu’est-ce qui lie ces politiques sur le travail, sur la santé (post-COVID-19), sur la sécurité ? Tout d’abord, leur objectif : augmenter les profits financiers des entreprises privées, de l’industrie pharmaceutique, de l’armementet de toutes les autres. Ensuite, leurs méthodes : l’usage de la violence.

En promouvant les libertés économiques et la violence (contre les personnes racisées, contre les pauvres, contre les femmes, les trois conjointement) – ce que recouvre réellement « Law & Order » aux États-Unis –, les gouvernements s’opposent insidieusement aux libertés individuelles : droit d’expression, droit civique, mais aussi droit à l’avortement, à l’accès à la santé, à l’éducation ou au travail pour tou.tes.

La violence institutionnelle s’affirme sur ce terrain « public », celui des droits et de la morale (judéo-chrétienne, occidentalocentrée), pour mieux canaliser les ripostes. Elles aussi s’expriment dans la sphère publique, en opposant une éthique, contre le racisme par exemple, ce qui est fort louable. Du coup, elles obèrent à la fois le volet libéral de la banalisation du tout sécuritaire – un marché – et les impacts des politiques libérales sur la sphère privée. On assiste tant à la multiplication des commandes d’armes pour les forces de l’ordre qu’à celle des violences contre les femmes et les enfants, des précarisation et paupérisation des populations, de leur sous-prise en charge sanitaire, et en particulier celle des femmes.

Les assassinats de George Floyd, d’Adama Traore et de bien d’autres avant eux, la gestion par les autorités de la période post-COVID, ne sont qu’un bégaiement de l’histoire. Pour ne prendre qu’un exemple, dans les années 1990, l’Afrique du Sud avait bien démontré le lien entre épidémie du sida et violences sexuelles, violences policières, violences d’État[1]. Moins la maladie était prise en compte – refus par Thabor Mbeki de prendre en charge de traitements antirétroviraux –, plus les viols des enfants, les crimes ciblés de femmes (féminicides) ou d’étrangers (xénophobie) avaient augmenté. Plus la corruption était adoptée par l’« élite » sud-africaine, plus des discours populistes faisaient leur ouvrage auprès des hommes noirs pauvres. La rhétorique développée au plus haut niveau de l’État entendait faire croire à ces hommes que les politiques de la « suprématie blanche » – l’apartheid – les avaient émasculés, qu’elles avaient atteint leur virilité, les avaient rendus fragiles, à tel point qu’il fallait qu’ils affirment leur force par tous les moyens dont le viol des filles vierges. La campagne de Jacob Zuma, « 100% Zulu Boy », en était la pure illustration : la manœuvre politique visait l’auto-identification de l’homme sud-africain de « base », pauvre, noir, des townships, malmené par la vague féministe locale, dans l’expression « normale » de sa sexualité, et donc leur division.

Aujourd’hui, le détournement aux États-Unis du slogan pro-avortement « mon corps, mon choix » par les « anti-confinement » pour justifier leur vision libérale de l’épidémie – « ma liberté de choix » – confirme cette dialectique sécuritaire et viriliste : les dominants veulent canaliser la résistance, de préférence en divisant les opprimés : pauvres, racisés, femmes. Selon eux, les antiracistes, les antifascistes, les défenseurs des droits LGBTQI, comme les féministes représentent des entravesà la « liberté ». Ils sont les véritables cibles de « la loi et l’ordre ».

Sachons tirer les leçons de l’histoire et intéressons-nous à toutes les formes de domination (race, classe, genre), dans le public et dans le privé, pour mieux contrer l’offensive libérale mondiale. « Définançons » la police[2], la santé, l’éducation, le travail. « Désarmé.es »[3], contrôlé.es, ne nous transformons pas en contrôleur.ses.

Joelle Palmieri
8 juin 2020

[1]Joëlle Palmieri, « Afrique du Sud: traditionalisme et le masculinisme au secours du pouvoir politique »,Africana Studia N° 30, EDIÇÃO DO CENTRO DE ESTUDOS AFRICANOS DA UNIVERSIDADE DO PORTO, 2019, pp. 169-191, https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2019/09/joelle-palmieri_bat020619_jp.pdf.

[2]Meagan Day, « Le meilleur moyen de “réformer” la police ? La “définancer” », Jacobin Magazine,6 juin 2020, https://lvsl.fr/le-meilleur-moyen-de-reformer-la-police-la-definancer/

[3]Elsa Dorlin,Se défendre, une philosophie de la violence, La Découverte, 2019, 284 p.

Covid-19 : rompre avec les évidences

Ce texte est une version ajoutée d’un articlerédigé et publié le 1erjanvier 2002.

 

L’humanité a traversé de nombreuses épidémies. En quoi celle du COVID-19 est-elle différente des autres ? Pour répondre à cette question, il me semble essentiel de rompre avec les évidences pour éclaircir le flou doublé d’un brouhaha qui nous envahit au quotidien. Cette violence politique (flou, bruit) n’est pas nouvelle. Elle opacifie bien d’autres violences qui peuvent servir de grille de lecture de la crise sanitaire mondiale.

Des personnes au pouvoir politique ou non en discutent, ici ou ailleurs, à l’aide des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ces usages des TIC, produits et producteurs de mondialisation, parfois rebelles, mais aussi vecteurs d’idéologies racistes, classistes, sexistes et aujourd’hui masculinistes, représentent un premier élément de réponse pour qualifier le contexte sociopolitique spécifique actuel et l’ensemble de systèmes de pensée déployé pour l’alimenter.

Ensuite, la pandémie trouve ses origines dans les différentes violences produites par le capitalisme tout autant qu’elle les renforce ou les consolide. Beaucoup (professionnel.les de santé, universitaires, militant.es…) mettent en exergue leurs déjà connus nombre et type, le plus souvent en ordre dispersé ou sans souligner les fils qui les relient. Pourtant la coexistence et la banalisation de ces manifestations de force forment système de domination (oppression, aliénation, asservissement) et à ce titre apportent un autre élément de compréhension du contexte.

On pourrait en dresser une liste non exhaustive : violences sexuelles, racistes, classistes et leur justification ; viols des droits des migrant.es, des racisé.es, des pauvres, des SDF, des femmes ; disfonctionnements des politiques nationales accompagnées d’arbitrages budgétaires socialement inégaux ; démonstrations d’autorité par forces de l’ordre interposées ; totalitarismes des pouvoirs politiques (Hongrie, Pologne, Brésil, États-Unis, Chine, Iran…) ; négations de la liberté ; endoctrinement et déploiement d’une propagande visant l’entretien de la peur chez les « masses » ; dictée de droits et devoirs (lois) inspirée par des modèles uniquement adaptés à une frange « normée » de la population (ni pauvre, ni malade chronique, ni psychiatrisé, ni détenu (prison, centre de rétention), ni SDF, ni mineur civique, ni vieux, ni handicapé, ni racisé, ni femme, ni LGBTQI, toute combinaison étant possible) ; diminution des services publics au détriment de la démocratie et au profit d’entreprises privées (en particulier de multinationales propriétaires des TIC, de l’industrie pharmaceutique ou des armes) ; tensions entre États occidentaux et les autres (dette, conflits armés et économiques) ; plaquage de modèles hégémoniques et impérialisme occidental sur la production de connaissances et sur la construction des identités.

Cette liste étant dressée, comment faire face ? Quelles stratégies opposer ? Quelle résistance déployer ? Quelles révoltes soulever ? Quelle radicalité exprimer ? Les propositions, sur le fond comme sur la forme, sont nombreuses, alléchantes, parfois effrayantes. Je propose d’en retenir quelques-unes, ici aussi sous la forme d’une liste réunissant un ensemble d’ingrédients pour une riposte puissante : redéfinition et distribution égale des richesses, appropriation des outils de production et de services, orientation des budgets vers l’alimentation du bien commun (santé, éducation, nutrition), prise de contrôle des TIC (infrastructures, logiciels et contenus), reconnaissance systématique des divisions de sexe, de classe ou de race, condamnation de l’essentialisation des femmes et de la séparation sphère privée/sphère publique, dé-légitimation des propagandes paternalistes (par exemple protéger les soignant.es plutôt que les aider, les soutenir, les infantiliser), mise en visibilité des hors-normes, refus de tout sectarisme, articulation des rapports de domination avec la militarisation des sociétés, distinction des violences politiques et des actions visant l’autonomie, exclusion des antagonismes écologie/lutte des classes/antiracisme/féminisme/humanisme, application à comprendre ce qu’il se passe. Une utopie ? La liste reste ouverte.

Joelle Palmieri
28 avril 2020

Covid-19: une résilience en trompe l’œil

Le 30 mars dernier, Christophe Prudhomme, urgentiste à Bobigny en Seine-Saint-Denis et porte‐parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), s’exprimait au journal télévisé du soir. En colère, il a utilisé ces termes pour définir la gestion de l’épidémie par le gouvernement français : « C’est une débauche de moyens à visée médiatique qui ne paraît pas le plus pertinent. […] C’est plus simple de transporter un respirateur que de transporter un malade ». Il a sans doute raison et donne à penser qu’on est la cible au quotidien et confinés, d’une propagande sur des choix techniques et financiers incompréhensibles. Les cliniques privées ou les anciens hôpitaux militaires restent fermés alors que les discours au plus haut niveau annoncent un déploiement sanitaire sans précédent. Des batailles technologiques, scientifiques et politiques se croisent en même temps que le rôle de l’armée est mis en avant. Avec l’opération « Résilience » annoncée le mercredi 25 mars 2020 par le président de la République, depuis l’hôpital militaire de Mulhouse (Haut-Rhin), les cartes sont définitivement brouillées.

 

En première lecture, par cette opération, on peut naïvement croire que l’armée va venir en aide aux populations, à la « Nation », pour qu’elle surmonte dans les meilleures conditions la « crise » et qu’elle se sente « sécurisée ». Déjà lors de son allocution le 13 mars à 20 heures, le président employait ce ton martial, faisait référence au moins six fois à la situation de « guerre » que la France vivrait.

Pourtant, la mobilisation militaire est pauvre. Seuls un hôpital de campagne du service de santé des armées (SSA) a été ouvert à Mulhouse (capacité de 30 lits de réanimation), douze patients de Corse ont été évacués vers Marseille par la marine nationale, six autres l’ont été par voie aérienne vers l’Allemagne et la Suisse[1]et un soutien aérien a été mis en place pour transporter des malades vers des zones moins saturées (6 à 12 patients par vol). Des porte-hélicoptères amphibie (PHA), avec à leur bord un hôpital de 69 lits médicalisés, deux blocs opératoires et une salle de radiologie[2],ont été envoyés dans le sud de l’océan Indien et un autre le sera début avril dans la zone Antilles-Guyane[3]. En métropole et ailleurs, pas de couvre-feu, de barrages militaires, d’état d’urgence autre que sanitaire… Les forces de gendarmerie (armée) poursuivent leur travail quotidien, veillent aux côtés de la police au respect des restrictions à la circulation et aux regroupements. De leur côté, les soldats de l’opération Sentinelle continuent leurs patrouilles antiterroristes.

La priorité est plutôt donnée à la protection des militaires eux-mêmes qui auraient pu être touchés par le virus (base aérienne de Creil par où les rapatriés de Wuhan en Chine sont passés) et surtout au maintien des opérations en cours : dissuasion nucléaire (sous-marine et aérienne), sauvegarde des centres de commandement, poursuite des opérations à l’extérieur (opérations Chammal, Daman, Barkhane, en Syrie-Irak, Liban, Sahel) et à l’intérieur (sûreté aérienne, Vigipirate)[4].

 

En deuxième lecture, on assiste à une opération décomplexée de glorification de l’armée, mise en concurrence feutrée avec le corps médical public, dans le but de flouter les responsabilités et les alliances. La rhétorique est bien huilée. L’enjeu du discours et de ladite opération est de terroriser la population, la renvoyant à des incapacités supposées – « on ne peut rien faire », « on doit attendre »… –, et de faire taire les rebelles. Pour ne citer que cet exemple, depuis la réforme de la santé, les personnels des hôpitaux sont en lutte (contre la marchandisation et la privatisation du secteur) ce qui n’est pas le cas des personnels de l’armée dont le rôle est de respecter les ordres.

 

En troisième lecture, on apprend que le choix est confirmé d’investir dans le secteur militaire plutôt que dans celui de la santé. La Loi de programme militaire (LPM) 2019-25 a en effet porté le budget des Armées à 39,81 milliards d’euros (1,86% du PIB) en 2020, soit une hausse de 4,5% (1,53 milliard d’euros) par rapport à 2019 (ce budget n’a cessé d’augmenter depuis 2018)[5]. Cette augmentation est pour une grande part affectée au renouvellement et à l’accroissement de l’armement : commande a été passée de nombreux blindés, avions de surveillance maritime ou de transport militaire, drones de surveillance, patrouilleurs outre-Mer (POM) et livraison est d’ores-et-déjà effective de blindés, sous-marin nucléaire d’attaque, hélicoptères, avions de patrouille maritime, bombardiers, ravitailleurs ou de transport militaire, de fusils de treillis[6]. On l’aura compris, l’ensemble des commandes et des livraisons sont faites auprès d’entreprises privées, des vendeurs d’armes, français et états-uniens. Cet investissement exclut les dépenses liées à l’innovation (augmentation de 8,3%) ou au renforcement des capacités spatiales (448 millions d’euros)[7].

 

En quatrième lecture – c’est la plus délicate –,  on comprend qu’on est bernés. Macron a bluffé. En s’appropriant les résultats des études produites en psychologie, il tente de nous faire croire que son gouvernement va aider les populations à prendre acte de la souffrance liée à l’épidémie afin de dépasser un état traumatique, d’interrompre les « trajectoires négatives » et de se reconstruire dans un environnement social « acceptable »[8]. En fait, il parle de tout autre chose. Tout d’abord il adopte le sens donné au mot « résilience » par les entreprises (management) : « absorber les changements », « surmonter les épreuves »… Puis il donne suite à des études menées au sein de la Défense depuis une dizaine d’années[9]. Il parle en fait de résilience de l’armée et non de celle des malades, de leurs proches, de tous les autres. Il évoque la résilience d’une organisation, l’armée, plutôt que celle des individus[10]. La nuance est importante. Il ne s’agit pas tant de mettre le savoir-faire médical de l’armée en matière de traitement post-traumatique au service de la population[11], car cette connaissance et la recherche associée (aider les soldats à vivre l’après-trauma connu lors d’opérations militaires) est devenue la portion congrue du budget de l’armée (plan de service « SSA 2020 »). Cette ligne de budget a baissé et les effectifs dans le domaine ont diminué comme les écoles ou les hôpitaux : le Val-de-Grâce à Paris est depuis 2017 inopérant ; les soins et l’instruction dans les hôpitaux devenus « civilo-militaires » sont réduits ; il reste 7 500 personnels de santé dont 2 000 médecins, 8 hôpitaux d’instruction et 1 700 lits (1 % de la capacité nationale), ce qui suffit à peine à soigner les soldats[12].

En revanche, la résilience dont parle Macron est la « capacité de résistance de [la France] à la violence et aux ingérences »[13]. Ce sujet a été discuté lors  du sommet de l’OTAN à Varsovie en juillet 2016. Un des axes de renforcement de la résilience de l’OTAN est la « cyberdéfense » : lutter contre les cyberattaques nationales devenues de plus en plus fréquentes (de la part de l’État islamique, de la Chine ou encore de la Russie), partager des informations entre États, notamment d’Europe, pour gérer les « crises », accélérer le partenariat avec le secteur privé – industrie des télécommunications – qui possède 90% des réseaux, resserrer les liens avec le secteur civil en capacité de répondre aux situations d’urgence[14]. À lui seul, l’État français en a convenu lors de la discussion du budget de la Défense 2019 à l’Assemblée nationale du 12 octobre 2018 : « Certains États ont déjà démontré leur volonté de maîtriser des technologies anti-spatiales à des fins potentiellement offensives […],brouillage ou aveuglement des satellites, neutralisation de satellites […], destruction de satellites. […] Pour faire face à ces nouvelles menaces, la France doit améliorer la résilience de ses moyens spatiaux et être en mesure de faire face aux ruptures technologiques, […] conserver son accès autonome à l’espace (Kourou) et se doter de moyens de surveillance de l’espace »[15]. Le budget en hausse a été voté en conséquence.

 

En cinquième lecture, on voit que le déploiement militaire n’a pas pour objet de changer la donne maintenant. Il prépare l’après-crise. Comme le précise Gilbert Robinet, Secrétaire général de l’Association de soutien à l’armée française (ASAF), la résilience c’est « la reprised’un nouveaudéveloppement, d’une nouvellemarche en avant, aprèsun traumatisme »[16]. L’opération « Résilience » a autant pour but de redresser rapidement les économies de la filière aéronautique et défense (vendeurs d’armes, transporteurs aériens…)[17], qu’elle représente la face émergée d’un programme d’endoctrinement des populations après l’épidémie. L’idée générale est de les préparer à l’après-crise, qui ne se sera jamais « comme avant » : travail, économie, santé, éducation, consommation, culture, sécurité… Les inégalités sociales (de classe, de race, de genre) vont se durcir et ne seront pas discutables.

Pour ce faire, sans pour autant que l’armée prenne le pouvoir[18], il est nécessaire que les valeurs d’ordre, de hiérarchie, de discipline, entrent définitivement dans les têtes. L’heure ne devra plus être à la contestation, à l’anarchie, aux règlements de compte avec les fauteurs de trouble (le gouvernement), ni même à la politisation des situations, mais à la solidarité molle, au deuil, à la peur régulée. Les responsabilités seront inversées : les assaillants seront les rebelles, devenus seuls responsables d’une situation décadente, et les protecteurs seront les dirigeants du pays bien assistés par l’armée.

C’est de cette résilience-là dont nous parle le président. Son rôle : appuyer et renforcer une dialectique militariste visant l’enrichissement du complexe militaro-industriel[19] : multinationales pharmaceutiques, de télécommunications ou informatiques, marchands d’armes et autres instruments de surveillance. Sa mission : contrôler les citoyens, les mettre au travail pour générer chez une poignée d’investisseurs privés des profits exponentiels, entretenir la division sexuelle du travail, renforcer la généralisation des violences (prostitution, viols, trafic, tortures, répression), continuer à piller des ressources, étendre la « guerre contre la population civile »[20]. Un nouveau cran a été franchi.

 

La résistance à ce système se complexifie. Il faudra commencer par la clairvoyance, le décryptage des discours officiels, la clarification des affirmations contradictoires, avant de mobiliser ses savoirs, existants mais le plus souvent oubliés, pour créer des modes d’action et développer des réflexions en phase avec cette offensive sournoise.

Joelle Palmieri
3 avril 2020

 

[1]« Le ministère des Armées pleinement mobilisé contre l’épidémie du Covid-19 », Ministère de la Défense, 31 mars 2020.

[2]« Coronavirus : qu’est-ce-que l’«opération Résilience», lancée par Emmanuel Macron ? », leparisien.fr, 26 mars 2020 ; « La marine va déployer le Mistral à La Réunion et le Dixmude aux Antilles », meretmarine.com, 26 mars 2020.

[3]« À Mulhouse, aux côtés des femmes et des hommes mobilisés en première ligne pour protéger les Français du COVID-19 », elysee.fr, 25 mars 2020.

[4]Philippe Leymarie, « L’armée n’est pas (encore) là », Monde diplomatique, 18 mars 2020.

[5]Laurent Lagneau, « Le budget des armées annoncé en hausse de +4,5% en 2020 »,opex360.com, 26 septembre 2019.

[6]Pour le détail, la commande compte 271 VBMR Griffon (blindés fabriqués par Arquus et Nexter), 364 VBMR léger Serval (blindés fabriqués par Nexter), 42 EBRC Jaguar (blindés fabriqués par Nexter, Thales et Renault Trucks Defense), 10 E-2D Hawkeye (avions de surveillance maritime fabriqués par Grumman), 4 C-130H Hercules (avions de transport militaire fabriqués par Lockheed), 1 simulateur « Reaper » (drones fabriqués par General Atomics), 6 patrouilleurs outre-Mer (POM) (fabriqués par Socarenam), 2 systèmes de drones de lutte contre les mines ; la livraison comporte 128 Griffon, 4 Jaguar, un SNA Suffren (sous-marin nucléaire d’attaque fabriqué par Naval Group), 2 hélicoptères NH-90 (NHIndustries), 2 Atlantique 2 (avions de patrouille maritime fabriqué par Breguet), 2 Mirage 2000D (avions bombardiers fabriqués par Dassault), 1 A330 MRTT « Phénix » (avion-ravitailleur fabriqué par Airbus Defence and Space), deux A400M « Atlas » (avions de transport militaire polyvalents fabriqués par Airbus Military), un système de 3 drones Reaper Block 5 (General Atomics Aeronautical Systems) et 12 000 HK416F (fusils fabriqués par Colt’s Manufacturing Company) et 14 000 treillis F3 (plusieurs sociétés étrangères). Ibid.

[7]Ibid.

[8]Michel Manciaux, « La résilience. Un regard qui fait vivre », Études, vol. tome 395, no. 10, 2001, pp. 321-330.

[9]Frédéric Coste & Elisande Nexon, « La contribution des armées à la résilience de la Nation : aspects humains et organisationnels », Fondation pour la recherche stratégique, Rapport n° 702/FRS/RESIL du 17 novembre 2011.

[10]Colonel Nicolas Tachon, « Défense et résilience », Ministère des Armées, Conférence ESPE de Toulouse, 18 juin 2018.

[11]LCL Arnaud Planiol, Améliorer la résilience psychologique des combattants et de leurs familles. Pour une prévention permettant de limiter l’impact psychologique d’un traumatisme et/ou de faciliter le rétablissement, Études de l’IRSEM, 61, novembre 2018.

[12]Philippe Leymarie, « L’armée n’est pas (encore) là », op. cit.

[13]Le Général d’armée François Lecointre, « Vision stratégique, pour une singularité positive », Ministère des Armées, 21 septembre 2018.

[14]Jamie Shea, « La résilience, un élément clé de la défense collective », Revue de l’OTAN, 30 mars 2016.

[15]Didier Quentin, « Avisprésenté au nom de la commission des Affaires étrangères sur le projet de loi de finances pour 2019 (n° 1255),tome IV, Défense », http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_afetr/l15b1304-tiv_rapport-avis.

[16]Gilbert Robinet, « CORONAVIRUS : La résilience, c’est pour le jour d’après », ASAF, 1eravril 2020.

[17]Michel Cabirol, « Covid-19 : les huit infos essentielles dans le secteur aéronautique et défense », La Tribune, 30 mars 2020.

[18]Jules Falquet, « Le “coup du virus” et le coup d’état militaro-industriel global, Mediapart, 30 mars 2020.

[19]Andrée Michel, Féminisme et antimilitarisme, Paris, iXe, 2012.

[20]Andrée Michel, « Militarisation et politique du genre », Recherches féministes, Vol. 8, 1. 1995 : 15-34, p. 18.

Covid-19 et les paradoxes des TIC

Cours en visioconférence pour les écoliers/lycéens/étudiants, consultation médicale à distance, télétravail, géolocalisation des malades, activités sportives ou de bien-être en ligne (danse, yoga, méditation, qi qonq…), culture/information numérique (journaux, livres, émissions radio ou TV…), achat en ligne de produits « essentiels » ou non (alimentation, livres, vêtements…)… En ces temps de pandémie la liste des usages des technologies de l’information et de la communication (TIC) est longue et multiple. Toutes ces « nouvelles » activités, résultats de décisions politiques de confinement et de réduction des activités sociales, sont montrées, diffusées et perçues comme des innovations, sources potentielles de transformation. Possible. Il existe toutefois des biais sociaux et colonialitaires (en rapport avec l’ensemble des rapports de domination) à la prolifération de ces usages.

Certes, l’existence des TIC (matériel – dont smartphone, tablette et ordinateur –, infrastructures de télécommunication et logiciels – dont réseaux sociaux numériques, jeux, sites de vente en ligne) permet de rester informé et de communiquer tout autant que se distraire, faire œuvre de solidarité, voire de résistance : mise en ligne de vidéos parodiques ou d’articles théoriques, lancement d’appels ou de pétitions contestataires, montage de réseaux d’entraide, de groupes de paroles ou d’expression artistique… Toutes ces initiatives témoignent l’envie et le besoin de changements sociaux, voire alimentent l’utopie d’alternatives transgressives au système dans lequel nous vivons.

Pour tous les usagers des TIC, le temps se distord, les espaces se rétrécissent : on peut facilement communiquer par Skypedepuis un village français vers une grande ville sud-américaine, par exemple, et ce malgré le décalage horaire. Les emplois du temps se densifient : la vie quotidienne s’accélère, des heures entières sont vampirisées par l’addiction aux jeux, aux réseaux sociaux numériques, au tout connecté. Les champs d’action se réduisent : l’utilisation des groupes Facebook, d’Instagram, de WhatApp… remplace les réunions ou les rencontres physiques. Autant d’« offres » qui sont désormais intégrées au quotidien.

Pour ces raisons et paradoxalement, les TIC, et les opérateurs privés qui les régissent, ont, au-delà des effets négatifs sur la nature (serveurs de données, matières premières toxiques ou non recyclables), des impacts sur la hiérarchie sociale. En premier lieu, des personnes n’y ont pas accès pour des raisons financières, techniques, géographiques ou d’an-alphabétisation numérique. Elles s’en trouvent isolées, exclues ou discriminées : l’exemple en France des ouvriers du BTP qui ne peuvent pas travailler à distance est éclairante. Ensuite, les personnes qui se prêtent aux usages forcés des TIC, le plus souvent pour des raisons économiques, sont précarisées : distorsion du droit du travail, isolement social, a-capacitation à envisager des solutions collectives aux contraintes liées à la production à distance de biens intellectuels ou de services.

La banalisation des usages des TIC est telle que, pour tout le monde, il existe une injonction à être connecté, si on souhaite « participer » du monde contemporain « moderne ». Cette injonction est dictée par des acteurs de la mondialisation de l’économie qui nous sollicitent en permanence par leurs requêtes multiples. Dominants, ces acteurs s’appuient depuis plus de vingt ans sur les outils numériques (propriétaires) pour accélérer autant les échanges que les savoirs, la vente de matières premières, de titres financiers (marché de la Bourse), d’encarts publicitaires ou de corps humains. L’ensemble des outils utilisés sont d’une part créés et fournis par des entreprises privées (multinationales de télécommunication ou d’informatique, très majoritairement nées aux États-Unis) dont l’objectif est de générer du profit financier. D’autre part, ils sont développés par une minorité, très majoritairement des jeunes hommes blancs occidentaux de classe moyenne hétérosexuels (les informaticiens et ceux qui leur définissent les cahiers des charges). Cette situation a pour effet que les populations, et en particulier les femmes, sont dépossédées des décisions relatives à la société numérique car elles ne sont pas consultées. Leur apport aux décisions politiques générales en est amoindri.

Par ailleurs, la mainmise du privé sur le secteur a des impacts sur les comportements et la pensée de ceux et surtout de celles qui utilisent ces outils. Par exemple, si on veut échanger avec d’autres ou se faire connaître, partager des photos, souvenirs, idées, on ne se pose plus la question d’avoir un compte Facebook. On n’hésite pas à utiliser Google pour trouver ce qu’on cherche. On utilise WhatsApp parce que c’est pratique. Toutes ces applications sont régies par des algorithmes inspirés par une culture et des choix économiques pour le moins occidentaux, sinon masculins, voire paternalistes. Ils sont le produit d’un mode de pensée structuré, normé, codé, dicté par une culture nord-américaine, judéo-chrétienne, cartésienne et libérale.

Aussi, depuis la création des TIC, on assiste à une privatisation des moyens et des modes de communication et d’information, ce qui va à l’encontre de toute idée de bien commun. On observe également une occidentalisation et une masculinisation de la pensée, ce qui réduit les libertés individuelles, le libre arbitre, les libres exercices de la citoyenneté et de la démocratie, la contestation.

Que ce soit à des fins de travail ou de consommation, l’obligation d’être connecté transpose le lieu d’action des individus de la « sphère réelle » à la « sphère virtuelle ». Cette transposition déplace les rôles et responsabilités politiques. Par exemple, la faible visibilité du rôle social quotidien des femmes en matière de santé, éducation et nutrition des ménages – renforcé en période d’épidémie–, est accentué car on passe, implicitement, du « collectif politique » (division entre sphères privée et publique) à l’« individuel symbolique » (le peer to peer, l’« ami » Facebook, l’« abonné » Twitter, les blogs…).

En outre, l’émergence de la « société de l’information » coïncide avec la Conférence mondiale des femmes de Pékin de 1995. On observe alors une double institutionnalisation, celle des TIC et celle du genre. Peu à peu, les politiques de TIC sont venues biaiser les politiques d’égalité femmes/hommes. Au-delà de relayer les stéréotypes de genre généralement véhiculés par les médias, elles ont orienté les actions des institutions vers l’accès des femmes aux infrastructures technologiques au détriment de leur contribution à la diffusion de contenus. Les expressions d’une majorité de femmes, en particulier dans les pays dits pauvres, leurs savoirs, n’ont pu être mis en lumière. L’émancipation a été plus technique qu’éditoriale, plus fonctionnelle que politique. Ces deux institutionnalisations conjointes ont participé de l’invisibilité et de la dépolitisation des luttes des femmes et par là même de leur subalternité : les femmes ne sont pas considérées comme des actrices du politique, porteuses de savoirs propres.

Plus généralement, les TIC génèrent des inégalités et renforce les hiérarchies sociales (de classe, de race, de genre), entre anciens territoires colonisés et nouveaux États expansionnistes, entre États et populations, entre savants et non savants… Parce que, au cœur de la société numérique, un registre universaliste abstrait est emprunté – les missions des multinationales comme Microsoft, Google, Facebook, Twitter… prétendent « ouvrir » le monde, favoriser l’échange entre les individus du monde entier, d’où qu’ils soient, comprendre ce qui est « le plus important » pour ces individus –, les savoirs des « invisibles » (femmes, racisés, pauvres) sont capturés et ignorés. L’historicisation, la contextualisation, la genrisation de ces savoirs sont méprisés. On assiste ainsi à un déracinement épistémique (hiérarchie de pensée) qui fait violence. Cette violence est désormais partie intégrante de la colonialité numérique qu’on peut définir comme étant la reproduction patriarcale, accélérée, excessive, en surenchère, de la mondialisation, du capitalisme et de l’occidentalisation, et antérieurement du colonialisme.

Fort heureusement, la colonialité numérique est paradoxale. Elle permet de libérer des « contretemps ». Comme pendant les « printemps arabes », ou aujourd’hui en Iran, en Algérie, au Chili… on attend de voir comment, pendant et après cette crise sanitaire, les paroles vont se libérer, les rébellions se concrétiser, les collectifs se créer, les alternatives émerger et les TIC se penser.

Joelle Palmieri
23 mars 2020

 

Pour aller plus loin :

 

 

 

 

À bout de souffle

Lui : « c’est vraiment dégueulasse… ». Elle : « qu’est-ce qu’il a dit ? » Les policiers : « vous êtes vraiment une dégueulasse ». Elle pour finir : « Qu’est-ce que c’est dégueulasse ? ». Sans jeu de mot sur le titre, ou à peine, ces derniers dialogues du célèbre film de Jean-Luc Godard pourraient s’appliquer à la crise sanitaire que nous vivons. En inversant les rôles : elle à terre en train de mourir, lui la regardant hébété, les autorités le culpabilisant. Enfin presque. Ce que nous vivons : les femmes sont les premières exposées à tous les niveaux par le COVID-19, les hommes ne s’en soucient guère et les gouvernants renvoient « leur » responsabilité sur les populations écrasées sous les restrictions et aujourd’hui la répression. C’est dégueulasse.

La pandémie et la façon de la gérer sont pour le moins genrées.

Personnes ciblées

Commençons par les personnes ciblées prioritaires par les gouvernements pour lutter contre la contamination. Jugées « fragiles », elles sont atteintes de maladies chroniques, de handicaps ou âgées de plus de 70 ans. Qui sont ces personnes ? Majoritairement des femmes.

Au niveau international, l’OCDE affirme que la fréquence des handicaps est plus élevée chez les femmes que chez les hommes. La Banque mondiale estime quant à elle que 20% des personnes les plus pauvres sont handicapées (soit 16% de femmes, celles-ci représentant 80% des plus pauvres). En plus de souffrit de désavantages multiples (viols, stérilisation forcées,…) liés à leur situation, ces femmes ont moins accès aux soins.

Concernant les personnes âgées, sur le seul sol français, les femmes représentent 16,62% de la population totale (5 760 401) contre 12,63% d’hommes[1].

Parmi les personnesreconnues atteintes d’une maladie chronique reconnue comme affection de longue durée (ALD), les femmes sont un peu plus touchées que les hommes (51,58% en 2017)[2]. En outre, les femmes sont plus menacées par les maladies cardio-vasculaires (54% contre 46% d’hommes) au point que l’insuffisance cardiaque représente la première cause de leur mortalité avec une femme sur trois[3]7(1 femme sur 27 pour le cancer du sein).

Enfin, depuis la réforme de la tarification et la loi HPST (hôpital, patients, santé, territoires) qui définit depuis juillet 2009 une organisation sanitaire et médico-sociale visant notamment la « modernisation » des établissements publics de santé et la « territorialisation » du système de santé (création des ARS), on constate des inégalités territoriales : les femmes, et en particulier celles en situation de pauvreté, ont moins accès aux soins pour des raisons très diverses : manque de temps, gestion des priorités en faveur de l’aide aux autres (famille) plutôt qu’à soi, isolement (85% des familles monoparentales), inégalité de revenus avec les hommes ce qui rend pour elles les coûts médicaux plus lourds, précarisation de l’emploi, non recours aux aides sociales ou aux demandes de réparation, essais cliniques davantage pratiqués sur des hommes, suivis médicaux moindres…

Personnes oubliées

Abordons brièvement le cas des personnes oubliées par les dirigeants politiques : migrants en situation irrégulière, prisonniers, SDF… qui ont difficilement accès aux services de santé, à tous les besoins utiles à la survie quotidienne dont la nourriture. Les hommes sont majoritaires parmi les sans abris. Mais, en France, alors que deux personnes sans domicile sur cinq sont des femmes, chez les moins de 30 ans, cette proportion est égale : les femmes sont aussi nombreuses que les hommes (48%)[4]. Aujourd’hui, les personnes, majoritairement des femmes, qui pourraient venir en aide à ces personnes, ne le peuvent plus et vivent des tourments dont on ne connaît pas les contours.

Les femmes plus touchées en raison de la division sexuelle du travail

Examinons maintenant les impacts des mesures prises sur les femmes. La fermeture des établissements scolaires, le travail à distance, le chômage technique,… touchent davantage les femmes, notamment en tant qu’« aidantes ». Les gardes d’enfants sont majoritairement prises en charge par des mères (seules ou accompagnées) ou des grands-mères (idem), ce qui renforce leur vulnérabilité : moins de revenus, moins de retraite, moins de temps à consacrer à leurs propres soins, augmentation de leur toxicité financière (faute de moyens pour prendre en charge les frais non couverts par l’assurance maladie, elles ne peuvent plus suivre leurs traitements et cet abandon augmente alors le risque d’aggravation des symptômes).

Cette situation est socialement tolérée, comme l’ensemble du travail non rémunéré assuré par les femmes : santé, éducation, nutrition. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les femmes effectuent 76,2% du nombre total d’heures de travail de soins non rémunérées, soit plus de trois fois plus que les hommes. En Asie et dans le Pacifique, ce chiffre atteint 80%. L’ignorance de cette division sexuelle du travail est telle que dès les premières mesures annoncées pour faire face au COVID-19, j’ai pu lire sur un des réseaux sociaux numériques  de la part d’une de mes concitoyennes, soutenue par l’association des entreprises locales dont elle est membre : « À vous Mamans [du village], réquisitionnées professionnellement, je vous propose mon aide en tant que professionnelle de santé (IDE) et de la petite enfance (7 ans au sein de la Crèche […]) pour garder vos boudechoux dans ces jours compliqués !!! N’hésitez pas à me contacter par MP !!! [signature] #Infirmièreunjour #infirmièretoujours ». Personne n’a réagi à ce sexisme ordinaire.

Des impacts négatifs élargis et sous-estimés

Ces constats s’ajoutent à ceux de la représentation massive des femmes parmi les personnels soignants (70% dans 104 pays d’après l’Organisation mondiale de la santé, 78% en France, et plus précisément 90% des infirmières et des aides-soignantes) ou parmi les salariés des supermarchés (90% des caissières), du taux de contamination plus élevé des femmes en raison des soins apportés aux hommes présentant davantage de comportements à risque (tabagisme), des risques renforcés de violences sexuelles et domestiques en situation de confinement, des impacts de la décision de différer certains soins considérés comme non prioritaires, dont l’avortement, et de la très faible représentation des femmes dans les instances de décision.

Des choix libéraux sources d’inégalités de genre

L’ensemble des décisions prises, en France, en Europe et un peu partout dans le monde, répond à des choix financiers et économiques qui augmentent les inégalités entre les femmes et les hommes. En France, la priorité est donnée au soutien aux grandes surfaces et aux entreprises (supermarchés ouverts, travail non interrompu), c’est-à-dire là où le profit est possible. Les grosses entreprises (majoritairement dirigées par des hommes) vont recevoir des aides de l’État pour faire face à la double crise financière et sanitaire, alors que les PME, les artisans, les auto-entrepreneurs, les travailleurs indépendants vont devoir, ou sont en train, , pour ceux qui en trouvent le temps et les moyens, de courir après des indemnités improbables. Occupées par leurs tâches grandissantes d’aidantes, des femmes à la tête de leur activité vont devoir baisser les bras et vont s’appauvrir.

Comble de l’illustration de ces choix, des directrices d’Ehpad ont décidé de mettre à disposition des résidents de leur établissement (une majorité de femmes) des tablettes numériques dans le but de maintenir un lien avec leurs proches. Indépendamment de l’incongruité de la décision eu égard à l’âge et à l’analphabétisation numérique des principales concernées, ce choix est libéral : il favorise l’enrichissement d’entreprises privées, non référencées (aucun contrôle possible sur la pertinence du choix des fournisseurs), au détriment du maintien des effectifs (là aussi majoritairement des femmes). En se livrant à un petit exercice arithmétique, pour un Ehpad moyen de cent résidents, le coût de l’opération s’élève au moins à 20 000 € (en prenant l’hypothèse d’un coût minimum de tablette de 200 €), soit au moins un an de salaire d’une aide-soignante.

Déplacement politique des responsabilités

Concernant les autres secteurs touchés par ricochet (non rentables) – éducation, santé, culture, sport de loisir, lieux de convivialité – le gouvernement demande que les professionnelles[5]désormais en nombre réduit ou précaires, ou à chaque citoyenne prise individuellement, de gérer le flux des malades.

Paradoxalement, le 10 juillet 2017, Gérald Darmanin, ministre français de l’Action et des Comptes publics, annonçait des changements dans l’affection des lignes du budget national. Ces décisions en trompe l’œil montraient qu’alors que le budget de l’égalité femmes/hommes était réduit de 25,15%, celui de la Défense l’était de 2,01%, soit plus de dix fois moins. Par ailleurs, tous postes liés à la sécurité nationale (Défense, gendarmerie, sécurité, etc.) cumulés, le budget total alloué atteint 17,974 milliards d’euros, soit plus du double de celui de la santé plus du triple des affaires sociales. De plus, depuis, des dépenses militaires ont fleuri, ce qui a anéanti l’effet de réduction.

Aussi, alors qu’ils ont attendu et n’ont pas pris les mesures indispensables en temps utile, les responsables politiques transfèrent majoritairement aux femmes, en douceur et sans mot dire, la responsabilité des dégâts produits par l’épidémie et la culpabilité qui va avec.

Le Président de la République, habité par son goût et ses intérêts pour la militarisation de la société, nous intime l’ordre de l’assister pendant la « guerre » qu’il a déclarée. Bien que les manifestations de ses penchants militaristes se multiplient depuis le début de son mandat, cette version militarisée de gestion de crise, dont on sait, grâce à Andrée Michel, qu’elle a des impacts négatifs directs sur les femmes, devrait encore nous réserver quelques surprises.

Résister

Ne nous laissons pas prendre à ce piège d’un capitalisme patriarcal dominant outrancier. Des solutions alternatives aux plans libéraux,  violents, répressifs et militaires existent. Au-delà de la solidarité individuelle à apporter aux personnes considérées comme « fragiles », il convient, comme le font déjà la Corée du Sud ou l’Afrique du Sud, de « capitaliser » les leçons apprises des anciennes épidémies, telles que le sida.

Cette semaine le journal britannique le Lancet a constaté la plus grande vulnérabilité des femmes et a lancé quelques recommandations à l’adresse des dirigeants politiques (numéros verts) : créer des services de soutien aux personnes souffrant du stress lié à la durée du confinement, réduire l’ennui et le sentiment d’isolement social, aller au devant des personnes contaminées pour les rassurer, créer des groupes de soutien et d’échanges en ligne sur le vécu d’expérience du confinement, promouvoir une communication plus centrée sur l’altruisme que sur l’obsession, remercier et encourager les personnes qui sont en situation de confinement pour renforcer l’adhésion et l’observance des mesures de confinement tout en les informant sur les mesures de prévention…

Alors, qu’attendons-nous pour monter à l’offensive ? réclamer des mesures dont on connaît l’efficacité ? monter des caisses de solidarité pour les personnes (majoritairement des femmes) dont les revenus baissent ou disparaissent ? créer des banques alimentaires pour les personnes (idem) qui n’ont pas les moyens de l’essentiel… Résistance !

Joelle Palmieri
17 mars 2020

 

 

[1]Insee, estimations de population (données provisoires arrêtées à fin 2019.

[2]Les pathologies relevant de l’ALD dont les taux de prévalence féminine sont élevés sont la « maladie d’Alzheimer et autres démences » (72,16%), les « vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique » (78,83%), la « polyarthrite rhumatoïde évolutive » (74,83%) et la « scoliose idiopathique structurale évolutive (dont l’angle est égal ou supérieur à 25 degrés) jusqu’à maturation rachidienne » (81,66%). Assurance maladie, « Données relatives à l’ensemble des bénéficiaires du dispositif des ALD une année donnée », 18 décembre 2018, https://www.ameli.fr/l-assurance-maladie/statistiques-et-publications/donnees-statistiques/affection-de-longue-duree-ald/prevalence/prevalence-des-ald-en-2017.php, consulté le 6 mars 2019.

[3]European cardiovascular disease statistics. Eur Heart journal 2013; 34:3028-34. InVS. BEH 2008, 2012, 2014, 2016.

[4]Enquête sans domicile réalisée en janvier et février 2012 par l’Insee et l’Ined.

[5]Le féminin est pour tout ce qui est exposé plus haut utilisé à escient.

Bravo !

Bravo à Virginie Despentes. Bravo à Paul Preciado. Bravo à l’équipe du film « Portrait de la jeune fille en feu ». Bravo à Aïssa Maïga et à Florence Foresti. Cette cérémonie des césars du mois de février a ouvert la voie-voix à des rebelles, suite à une série de démonstrations politiques masculinistes et antiféministes, et ça fait du bien. Ces expressions réactionnaires – masculinisme et antiféminisme – débordent du monde des arts, le seul passage aux forceps de la réforme des retraites en attestant. Les tenants des « corps » de métier – artistes donc mais aussi médecins, magistrats, patrons, boursicoteurs, militaires, politiciens… – sont aux aguets et développent à outrance ces idéologies qui « donnent aux hommes et à la masculinité une position privilégiée dans les relations interpersonnelles et dans les structures importantes de la société́ », ce qui influe sur les modes de gouvernance[1]. Ils continuent à s’approprier le corps des femmes en tant qu’objet, outil de reproduction sexuelle ou moyen d’expression d’une sexualité masculine hétérosexuelle, font des « victimes » les seules coupables et des criminels des victimes, personnalisent les révoltes (Adèle Haenel) pour mieux dépolitiser les luttes et les esprits, et s’assurent que « l’Histoire des dominations continue son chemin ».

L’intérêt de ces tout derniers événements réside dans le fait qu’il y a escalade. Début février, il y avait déjà l’affaire Griveaux, le constat des féminicides en forte hausse, qui manifestaient, pour peu qu’on compare ce contexte français à celui de l’Afrique du Sud, que la victimisation d’hommes violents était hérité d’un passé impérial, colonialiste (et ségrégationniste) qui se retournait contre les féministes. En novembre 2019, à la veille de la semaine internationale contre les violences faites aux femmes, la domination de l’élite française s’était exprimée sans tabou : le plan migration du gouvernement du 6 novembre 2019, la sortie du film « J’accuse » le 13, la fin déplorable des travaux du Grenelle des violences conjugales le 25. Bien avant, les violences policières dont l’État françaisest l’un des principaux promoteurs, se déployaient largement, s’inscrivant dans un cadre libéral, où tout est permis tant que le profit financier règne, ce que la militarisation de la société permet.

Avec cette accélération de tours de force, on pourrait croire à une bande de puissants en panique qui fait appel à ses « contrôlés », Fanny Ardant, Isabelle Huppert, Lambert Wilson… pour incarner les rôles de « contrôleurs ». On peut aussi évoquer leur choix toléré de diviser les causes : antisémitisme contre féminisme, version Polanski et ses producteurs vénaux, mais aussi racisme contre sexisme : la photo de fin de la cérémonie avec tous ces hommes – pas une seule femme – racisés et heureux – on les comprend – qui évoquent la « misère » plutôt que la haine de l’« autre » certes mais avancent à tâtons la « parité » plutôt que l’égalité, fait peur tant elle est rétrograde, tant elle reflète cette France médiocre et ignorante. Dans la bataille, les femmes racisées, pauvres, lesbiennes continuent à perdre. Gageons que la sortie de salle explosive de la jeune fille en feu changera la donne et bouleversera cette hiérarchie totalement contreproductive.

Joelle Palmieri
3 mars 2020

[1]Duerst-Lahti, Georgia et Mae, Kelly Rita (1996), Gender Power, Leadership, and Governance, University of Michigan Press,p. 5.

Afrique du Sud, France, ou la banalisation du masculinisme politique

Le 11 février 2020, le monde célébrait le trentième anniversaire de la libération de Nelson Mandela, « héros » de la lutte contre l’apartheid, ce qui marquait la fin du régime ségrégationniste en Afrique du Sud. Quelques jours plus tard, alors que, au titre de la Convention internationale sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid et du Statut de Rome de 2002 de la Cour pénale internationale, l’apartheid est défini comme un crime contre l’humanité, le dernier président « blanc », Frederik de Klerk, déclarait sur une chaîne télévisée locale refuser de reconnaître ce crime. Le pays est ébranlé.

Des écarts de richesses renforcés

Là ne s’arrêtent pas les suites peu glorieuses de cette libération historique. En 2020, l’Afrique du Sud est le pays au monde où l’écart des revenus est le plus grand. Une première étude de 2016 réalisée par l’économiste Anna Orthofer faisait état des inégalités des richesses : le 1% le plus riche possède 67% de toute la richesse du pays. Les 10% les plus riches en détiennent 93%.

Un nouveau rapportsur les inégalités de revenus, présenté le 14 novembre 2019 par le Statistics South Africa (Stats SA)et l’Unité sud-africaine de recherche sur le travail et le développement (Saldru), révèle que les inégalités de revenus se sont au cours des dernières années accentuées : les 1% des salariés les plus riches rapportent près de 20% de tous les revenus du pays, et 10% d’entre eux, 65%. Autrement dit, 90% des salariés sud-africains ne perçoivent que 35% du revenu global.

S’ajoute à ce constat, le fait que les salaires des 10% les moins bien payés ont diminué d’un quart et les revenus médians de 15%. En revanche, les revenus des 2% les plus riches ont augmenté de 15% au cours de la même période, et ceux des 1% les plus riches, 48%. Cette situation est également liée à l’augmentation des rémunérations du capital qui ont pour leur part progressé de 20%.

L’ensemble de ces inégalités est différencié selon la race, le genre et de l’environnement social. Entre 2011 et 2015, les « Blancs » étaient plus susceptibles de trouver du travail et étaient rémunérés plus de trois fois plus que les « Noirs ».  Les ouvriers des campagnes gagnaient moins de la moitié de leurs homologues urbains et les femmes environ 30% de moins que les hommes, le plus bas niveau depuis la sortie de prison de Mandela. Si on est une femme noire travaillant aux champs, on gagne donc un peu moins de 12% du salaire d’un homme blanc des villes.

Des violences exacerbées

Les inégalités ne s’arrêtent pas là. Elles dessinent une société violente à grande échelle. Les émeutes xénophobes du début du mois de septembre 2019 en témoignent dont l’explication ne s’arrête pas aux seuls constats des inégalités de revenus, des forts taux de chômage et de pauvreté, mais interrogent le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité. Parmi ces violences, les violences de genre se surpassent. Les très hauts taux de viols et de féminicides du pays sont complétés par la sexualisation à outrance du pouvoir politique. Depuis Zuma, une nouvelle rhétorique, structurellement liée à la défense du statut des hommes en tant qu’êtres humains de sexe masculin, est entretenue par une classe politique en perte de légitimité. Ce masculinisme politique  traduit un fossé entre sphères publique et privée, dans lequel « les femmes sont autant considérées comme égales que subordonnées, les violences sexuelles servant de rupture entre l’égalité dans les royaumes publics et soumission dans les espaces domestiques et privés »[1]. Il assoit un système de dominations multiples et anciennes.

Un masculinisme politique enfoui

Cet exemple devrait en éclairer d’autres… Le phallo logos version françaiseauquel nous assistons aujourd’hui illustre, à moindre coût historique, cette banalisation du masculinisme politique. À défaut de débattre de la nécessaire préservation de la « vie privée » de l’homme politique, de sa situation de victime en proie aux déchaînements de propos injustes sur les réseaux sociaux numériques, les médias traditionnels et les partis politiques gagneraient à admettre la coexistence d’une division privé/public très prégnante (comme en Afrique du Sud, écart des salaires entre femmes et hommes, entre racisés et non racisés, mêmes inégalités à propos des représentations au plus haut niveau, taux de féminicidessous-estimé bien qu’élevé, tâches de soin, éducation et nutrition encore très majoritairement assignées aux femmes,…) et d’une pratique politique mâle sexualisée : l’homme politique en position de prendre des responsabilités doit avoir une sexualité « normale », qui se mesure au degré supérieur accordé à la libre expression de sa virilité, sans obstacle et par tous les moyens, très majoritairement sur le terrain hétérosexuel. Gageons que ces mièvreriesmade in Francene renforceront pas outre mesure, comme en Afrique du Sud, les pirouettes puériles mais dominantes d’un pouvoir politique en quête de portes de sortie.

Joelle Palmieri
18 février 2020

 

 

 

 

 

 

[1]Moffett, Helen (2006), The Political Economy of Sexual Violence in Post-Apartheid South Africa, contribution présentée au colloque du 10eanniversaire du Harold Wolpe Memorial Trust, “Engaging silences and unresolved issues in the political economy of South Africa”, 21-23 septembre 2006, Le Cap, Afrique du Sud.

Sous les feux de la rampe

Incendies en Australie, retraite aux flambeaux et renforcement de la « puissance de feu » des forces de l’ordre (Fdo) en France, le feu fait salle comble. La retraite aux flambeaux du 23 janvier 2020 a galvanisé les porteurs de la résistance à un gouvernement rétrograde. Ses organisateurs ont souhaité reprendre l’idée de la prise de la Bastille et de la future décapitation de l’aristocratie, et par analogie celle du néolibéralisme. Pourtant la flamme ainsi mise en exergue est ambivalente. La preuve en est côté répression où les Fdo ne cessent de « faire feu » sur les manifestants, en utilisant leurs armes (Lbd, flashball…), en mettant la rue « à feu et à sang », où l’« exécutif » impose par interdictions de manifestation interposées un « couvre feux » sans jamais ordonner de « cessez-le feu », ou prétend que la « mobilisation s’effrite », prétextant de l’autre côté du front une perte de volonté politique ou au contraire une « radicalisation », bref en tentant par tous les moyens d’« éteindre le feu ».

Tout le monde « joue avec le feu » dans cette traversée de « crise ». Entre les lignes, se révèle la pluralité du feu. Il a toute sa place dans la théorie des quatre éléments (air, feu, eau, terre), alimentée de longue date un peu partout dans le monde (alchimie, Yi King, Yoga, bouddhisme, taoïsme…), mais se distingue par ce qu’il a transformé dans les relations humaines. À la fois symbole de purification, de chaleur, d’enthousiasme, d’amour, le feu représente aussi le masculin, la virilité, l’héroïsme, la guerre, le militaire. La résistance est des deux côtés. L’affrontement continue. Tant mieux. Mais l’image militariste et la réalité violente qui sous-tend tous ces actes fait froid dans le dos.

Joelle Palmieri
26 janvier 2020

Soleil vert

Ce film de science fiction des années 1970 en disait déjà long sur notre actualité. Sorti il y a 46 ans, « Soleil vert » mettait en scène une catastrophe planétaire, incluant des océans moribonds et une canicule permanente, résultat de l’émission des gaz à effet de serre, de l’épuisement des ressources naturelles, de la pollution, de la pauvreté, de la surpopulation et de « l’euthanasie volontaire »[1].

Après la Russie et le Brésil, l’Ukraine et l’Australie vivent à leur tour ce scenario prémonitoire. Les émois sont grands, provoquant des déclarations rebelles ou affligeantes. Des commentateurs s’enflamment, c’est de saison, et évoquent pour les uns la destruction massive des animaux ou pour d’autres, au choix, la situation désespérée des populations touchées, la destruction des lieux d’habitation, la responsabilité de « l’Homme », l’indifférence des dirigeants des pays… On parle également volontiers d’échéance pour agir contre la fin du monde : trop tard, encore possible.

J’ai la chance d’avoir une vieille amie australienne émigrée de longue date en Europe. Il y a quelques jours j’ai souhaité m’enquérir de son état et connaître son sentiment sur la situation. Sa réponse est une révélation. Ann (appelons-là comme cela) me répond d’emblée qu’elle est inquiète. Elle regarde jusqu’à très tard la TV pour prendre des nouvelles des incendies, va alors se coucher, s’endort angoissée, se lève au milieu de la nuit et regarde si la pluie est tombée. « Ça me rend folle ! », écrit-elle. Sa famille sur place (frères et sœurs) vit « l’horreur ». À Melbourne (sur la photo), à 300 km des incendies, la fumée envahit le ciel. À Darwin, un cyclone menace. « Alors oui, ça va mal ! ». Elle pense tendrement à une amie commune de chez qui la photo en illustration a été prise et enchaîne par un énorme questionnement : que vont devenir les personnes ayant des difficultés respiratoires ? Doivent-elles rester ? Partir ? Où vont aller les deux millions de personnes déplacées ?

Ann est consultante internationale, experte en genre. La réflexion est son métier alors elle ajoute spontanément : « Je dois réfléchir à arrêter de m’inquiéter [ça ne sert à rien] et trouver une façon différente de faire avec ce qu’il se passe ». Et elle s’interroge : « dois-je rejoindre les campagnes contre le changement climatique? J’ai déjà décidé de manger vegan, de n’utiliser que les trains pour me déplacer – elle voyage énormément –, de consommer moins et de recycler plus ». Pour finir elle confie qu’elle sait que « ce n’est pas suffisant » et m’interpelle.

Je vais fouiller loin dans mon cerveau un avis que je souhaite sérieux. Eviter le grotesque, la psychologisation, le mélodrame, l’individualisation des problèmes, me guide. Je commence par affirmer qu’évidemment je partage ses soucis et ses questions. Je lui confirme qu’opter pour un comportement individuel, même juste, ne me semble pas suffisant. J’insiste sur le fait que bien que, depuis plus de 40 ans, les scientifiques aient alarmé les populations, les dirigeants ou les partis politiques sur la planète en feu, les priorités s’établissent ailleurs : armement, guerre, profit financier… L’actualité là encore me donne raison. Toutes les politiques institutionnelles adoptent une vision à court terme : la marque de fabrique du capitalisme et de sa version moderne, le néolibéralisme. L’occidentalisation et la mondialisation accompagnent le mouvement.

J’incite alors Ann à agir localement, selon moi une approche cruciale. Je l’encourage par exemple à demander au maire de sa commune s’il est prêt à accueillir des réfugiés climatiques et s’il se sent concerné, à scruter son plan d’action et à savoir comment il compte interpeller son gouvernement (en Europe) et le gouvernement australien. Je la pousse à faire de même avec toutes les associations locales, y compris celles qui ne sont pas spécialisées dans l’écologie, l’environnement ou le développement durable et agissent plutôt sur l’éducation, la santé, le sport, la culture, la jeunesse, le divertissement… Je lui propose bien sûr, d’écrire et de publier largement son opinion, ses questionnements, ses résolutions, ses choix.

Je finis par lui confier que notre devoir est d’élargir notre pensée… La catastrophe étant mondiale et la crise humanitaire qui l’accompagne n’étant pas de bonnes nouvelles, je cherche quand et qui fera le lien entre tout ce qu’il se passe : la dégradation climatique, les violences faites aux femmes, la guerre, la course à l’armement, la xénophobie…

En vous confiant cet échange, je m’applique à réaliser ce que je recommande à cette amie. Je vous expose mon propre plan. La discussion est ouverte, les échanges permis. À bon entendeur !

Joelle Palmieri
7 janvier 2020

  1. John Shirley, « Locus Online: John Shirley on Soylent Green », Locus Online, 23 septembre 2007, http://www.locusmag.com/2007/Shirley_SoylentGreen.html, consulté le 7 janvier 2020.

Bon chic, bon genre

J’intervenais hier, le vendredi 13 décembre 2019 à 19h, sur le genre dans le cadre du Cercle des savoirs de l’université du temps disponible de la commune de la Roquebrussanne dans le Var.

L’ambiance était chaleureuse, les échanges fournis, les interventions nombreuses.

 

Lien vers le site de la médiathèque de la Roquebrussanne

 

 

 

 

Pour ceux qui n’ont pas pu partager ce moment, retrouvez:

    • Egalité femmes-hommes

    • Mixité

    • Parité

    • Discriminations

    • Sexe

    • Genre

 

 

Ouest France – novembre 2019

Du « drame de la jalousie » au « crime passionnel » : comment, au fil du temps, a-t-on évité de parler de féminicide ?

Par Nawal Lyamini (avec le service documentation d’Ouest-France), le 23/11/2019.

https://www.ouest-france.fr/faits-divers/feminicide/du-drame-de-la-jalousie-au-crime-passionnel-comment-au-fil-du-temps-t-eviter-de-parler-de-feminicide-6620759 

Lire l’article

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

in LAMenparle,L’actualités des Afriques vues par le LAM

https://lamenparle.hypotheses.org/1027

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité, notamment la violence de genre.

 

Guerre turque : l’appât du gain

L’actualité turque brûle. Le président du pays a lancé le 9 octobre 2019 une offensive dans le nord de la Syrie qui visait, selon lui, à créer une « zone de sécurité » près de sa frontière. Côté Kurdes, massacres, déplacements se sont accélérés au quotidien. Les commentaires internationaux vont bon train ; on parle d’attaque du président Erdoğan contre l’Union européenne, d’abandon des États-Unis, d’invasion, de ventes d’armes mal contrôlées, de résistance kurde, de jeu…

L’en-jeu ne serait-il pas ailleurs ? Une part des commentateurs s’accorde pour dire que le président turc étant en mauvaise posture politique entreprend une nouvelle opération de séduction électorale. C’est sans doute vrai. Ce que redoute de plus en plus ce président est de perdre le pouvoir politique. Mais quelles en sont les raisons réelles ? L’argent. Sans la mainmise sur le marché des armes, Erdoğan et sa famille ont gros à perdre. Dans ce clan, affaires privées et publiques sont en effet systématiquement mêlées.

Rappelons tout d’abord que l’armée turque est la deuxième plus importante de l’Otan, après les États-Unis, avec 77 000 soldats professionnels et quelque 325 000 conscrits[1]. Au sein de l’Alliance atlantique, l’État turc joue depuis la proclamation du Califat – existence de Daesh (EI) – et jusqu’à peu, un rôle de tremplin. Il a répondu aux exigences des États-Unis, comme par exemple fermer ses frontières à l’EI, accueillir sur son sol les réfugiés fuyant la guerre en Syrie et faire ainsi bonne impression auprès de l’UE[2].

Une série de mariages juteux

Ensuite, depuis le coup d’État du 15 juillet 2016, le président et sa famille se sont permis quelques écarts vis-à-vis de leurs potentiels alliés[3]et cela a été rendu possible grâce à l’échafaudage de multiples… mariages. En 2001, Burak, le fils aîné, épouse la fille d’un homme d’affaires qui aura participé à la société créée par Erdoğan dans le domaine de la marine marchande[4]. Cette première création sera suivie d’autres, permettant ainsi « un redéploiement discret des activités économiques du Premier ministre [Erdoğan à l’époque], après sa sortie du secteur de la distribution »[5]. En 2003, le fils cadet, Bilal, se marie avec une fille de bonne famille, ce qui lui permet de se lancer dans le secteur des cosmétiques, puis à son tour dans le transport maritime[6]. Bilal Erdoğan est depuis à la tête du groupe BMZ, une série d’entreprises mises en cause dans la signature de contrats de transport avec des entreprises européennes d’exploitation afin d’acheminer vers différents pays d’Asie le pétrole irakien volé par l’EI[7]. Cette opération rapporte ainsi entre un et deux milliards de dollars de revenus annuels à l’organisation terroriste et s’effectue en violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. En 2004, la fille aînée, Esra épouse Berat Albayrak, fils d’un journaliste islamiste, soutien inconditionnel du président. Formé aux États-Unis, Berat possède et dirige ATV, l’une des chaînes de télévision privée la plus regardée en Turquie. Devenu député du Parti de la justice et du développement (AKP) en juin 2015, il occupe depuis le portefeuille de l’Énergie et des Ressources naturelles[8]. Enfin, le 14 mai 2016 Sümeyye Erdoğan, la fille cadette, épouse Selçuk Bayraktar. Détenteur d’un doctorat du Georgia Institute of Technologyaux États-Unis, ingénieur dans le domaine de la défense, ce nouveau gendre travaille depuis 2007 comme directeur technique à Baykar Makina, l’entreprise familiale qui produit pour l’armée turque des Bayraktar(drones)[9], si chers à la politique de défense du pays, et qui les fournit à l’armée syrienne dans le cadre de ses opérations au sud-est du pays contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en guerre contre Ankara depuis 1984[10]. Sümeyye Erdoğan, à elle seule, fait fonctionner un hôpital clandestin en Turquie tout près de la frontière syrienne[11]. Les camions de l’armée turque y acheminent tous les jours des dizaines de blessés djihadistes de l’EI, les soignent et les renvoient au front en Syrie. En outre, le père de Selçuk, le mari de Sümeyye donc, est un ami de son père (Yilmaz, le président, il faut suivre…) depuis les années 1990, alors qu’ils militaient ensemble, d’autant qu’il est originaire d’une ville proche de Rize, dont Erdoğan provient. Le témoin du marié, Hulusi Akar, est entretemps devenu le chef d’état-major (18 août 2015). Sa présence lors de la cérémonie de mariage témoigne alors de la connotation militaire de l’événement. Cette option est amplifiée par les invitations du Premier ministre pakistanais et du fils de l’émir du Qatar[12]. En effet, en mars 2015, dans le cadre de la guerre syrienne, se crée une nouvelle alliance militaire,Jaish Al-Fatah (Armée de la conquête), regroupant des combattants djihadistes, salafistes et proches des Frères musulmans. Ce regroupement serait le produit du pacte scellé entre l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, sous l’impulsion du roi saoudien Salman, au pouvoir depuis janvier de la même année[13]. La présence de l’émir et du magistrat pakistanais constitue alors un message adressé au Congrès américain, notamment opposé à la livraison par les États-Unis de F-16 au Pakistan[14]. Ce mariage signe l’entrée du secteur militaire, longtemps inaccessible aux islamistes turcs, dans la famille Erdoğan.

Du fric aux armes et inversement

Le président turc joue sur plusieurs tableaux. En interne, il utilise la violence militaire et l’érige en système : la violence d’État est licite alors que la contre-violence (manifs, tribunes, …) est illicite. Cette violence est entretenue pour des raisons de solidarité par des milices, très masculinistes et militarisées, dont les activités entraînent le renforcement de la circulation des armes à feu. En effet, depuis 2016, des organisations sont apparues sur les réseaux sociaux numériques, telles que « AKmilisler » (milices AK), « AKgençlik » (jeunesse AK). Elles ont rejoint les « Osmanlı Ocakları » (Les foyers ottomans) et les « Osmanlı Ocakları 1453 », deux organisations informelles de l’Adalet ve Kalkınma Partisi (Parti de la justice et du développement ou AKP), qu’Erdoğan préside. L’ensemble de ces groupes ont lancé sous le hashtag #AKsilahlanma (AKarmement) des appels à s’armer[15]. Les propos tenus ont réclamé une nécessaire sécurisation des militants pro-régime contre le terrorisme, cadres… et ont appelé à l’armement civil. La prolifération des armes à feu et les demandes de port d’armes avec permis ont augmenté dans le but de « contrer les coups d’État », écrivait le journaliste Aydın Engin le 23 novembre 2016 dans le quotidien d’opposition Cumhuriyet[16], sans qu’aucune autorité politique ne démente ni ne condamne cette situation. Elle a aussi contribué à l’augmentation des féminicidesdans le pays.

En externe, les turbulences au sein des alliances armées et aujourd’hui la guerre contre les Kurdes indiquent la ferme volonté du tout puissant président de préserver ses richesses, accumulées dans la militarisation du pays, et de continuer à s’enrichir par tous les moyens.

Joelle Palmieri
20 octobre 2019

[1]« L’armée turque, l’une des forces les mieux entraînées au monde », Le Parisien, 16 juillet 2016, http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/l-armee-turque-l-une-des-forces-les-mieux-entrainees-au-monde-16-07-2016-5972557.php, consulté le 7 mars 2018.

[2]Mireille Sadège, La France et la Turquie dans l’Alliance atlantique, CVMag, 2005, 314 p.

[3]Mikhail Gamandiy-Egorov, « La Turquie poursuit son éloignement de l’Otan », Sputnik France, 7 février 2018, https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201802071035060205-turquie-otan/, consulté le 7 mars 2018.

[4]Ariane Bonzon, « Le mariage de la fille d’Erdoğan, symbole d’une stratégie militaire », Slate, 18 mai 2016,http://www.slate.fr/story/118237/mariage-sumeyye-Erdoğan-strategie-militaire, consulté le 27 février 2018.

[5]Nicolas Cheviron, Jean-François Pérouse, Erdoğan, nouveau Père de la Turquie ?, Éditions François Bourin, 2016.

[6]Ariane Bonzon, op.cit.

[7]« La famille Erdoğan éclaboussée par le pétrole de Daech », Sputnik France, 26 novembre 2015, https://fr.sputniknews.com/presse/201511261019838757-Erdoğan-daech-petrole-ei/, consulté le 7 mars 2018.

[8]Ibid.

[9]Ibid.

[10]Marie Jégo, « En Turquie, Erdoğan est le chef de l’entreprise de défense », Le Monde, 23 février 2018, http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/02/23/en-turquie-Erdoğan-est-le-chef-de-l-entreprise-de-defense_5261437_3234.html, consulté le 27 février 2018.

[11]« La famille Erdoğan éclaboussée par le pétrole de Daech », Sputnik France, op.cit.

[12]Ariane Bonzon, op.cit.

[13]Marie Jégo et Benjamin Barthe, « Doha-Riyad-Ankara : un axe sunnite au secours des rebelles de Syrie », Le Monde, 12 mai 2015, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/05/12/doha-riyad-ankara-un-axe-sunnite-au-secours-des-rebelles-de-syrie_4631759_3218.html#bUqCOAeoDDgtzarH.99, consulté le 27 février 2018.

[14]Ariane Bonzon, op.cit.

[15]« Aux armes citoyennEs ! Allumons le feu ! », Kedistan, 28 décembre 2017, http://www.kedistan.net/2017/12/26/aux-armes-citoyennes-allumons-le-feu/, consulté le 26 février 2018.

[16]Ibid.

Afrique du Sud : la xénophobie qui cache la forêt

Réduire les causes des émeutes xénophobes sud-africaines de ce début du mois de septembre 2019 aux seuls forts taux de chômage et de pauvreté est un leurre. L’image que renvoient ces mouvements – foule d’hommes armés de gourdins, de pierres, de machettes ou de haches, passant à tabac ou massacrant sur leur passage des « étrangers » (le plus souvent venus d’autres pays d’Afrique), détruisant leurs commerces ou brûlant des bâtiments – demande à interroger le passé ségrégationniste du pays et la violence dont il en a hérité.

La forme de désespoir « masculin », la haine et la violence auxquelles on a pu assister sont des sentiments ancrés dans le temps. À courte échéance, on peut rappeler en 2015 les pillages à Johannesburg et à Durban visant des commerces tenus par des étrangers (7 morts) et en 2008, des émeutes faisant 62 morts dans tout le pays. Avec un peu de recul, on peut situer le contexte dans lequel ces violences interviennent : post-apartheid et néolibéral. Alors, certes cette période conduit à des actes xénophobes, faisant écho aux inégalités sociales et aux élitisme et crise politiques qui structurent le pays. Mais là ne s’arrête pas l’expression de la violence. En même temps que ces dernières émeutes racistes, se tenait à l’Assemblée un débat sur les violences de genre, manifestation particulièrement monstrueuse de cette situation : une femme est violée toutes les minutes et une femme est tuée toutes les six heures (majoritairement des Noires). L’Afrique du Sud est à la fois le pays le plus riche du continent, la « Nation arc-en-ciel » et celui au 5eplus haut taux de féminicide au monde.

Que ce soit contre les femmes ou contre les non-natifs, un tel niveau de violence s’inscrit dans l’histoire d’un système inique, celui de l’apartheid. Ce régime ségrégationniste a légué au pays une institutionnalisation de la violence : emprisonnements, tortures, assassinats, viols, commis en toute impunité du côté des Afrikaners (dominants) et « réponse violente »de la part de l’ANC (résistants/dominés), qui par là-même a installé sa banalisation. La violence représente alors une forme de socialisation, le seul point de repère social, le seul mode de communication interpersonnelle et le seul moyen de résoudre des conflits.

Avec la chute de l’apartheid, la bascule vers la pacification n’a pas eu lieu. Les raisons de cet arrêt sur images sont à chercher du côté des prises de position des dirigeants politiques post-apartheid qui ont alimenté une vision masculiniste de l’exercice du pouvoir. Aujourd’hui en perte de légitimité, l’ANC cherche toujours à rassembler une « base » noire et mâle. Ses représentants opèrent sur le terrain du sexe en incitant les hommes noirs à affirmer leur virilité à tout prix afin de rompre avec leur supposé statut de victimes, « émasculées » par un système injuste, rendues incapables de remplir leur rôle social de pourvoyeurs du ménage.

Parce que les responsabilités politiques des « libérateurs » sont exclues – choix du néolibéralisme, longue ignorance du sida, corruption… –, les raisons produites et reproduites pour expliquer l’origine des conflits reflètent une fois encore un autre choix, celui de privilégier les divisions, entre sexes, entre nationaux et non nationaux, entre homosexuels et hétérosexuels, entre riches et pauvres, entre races… de quoi nourrir des décennies à venir de violences.

Joelle Palmieri
18 septembre 2019